Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 février 2012 4 09 /02 /février /2012 06:41

Pénurie de pain, de légumes, de semoule, de gaz… Les populations excédées



«La situation n’a pas évolué, au contraire, elle empire de plus en plus au point de susciter la colère des citoyens qui ne voient rien venir des pouvoirs publics. Les moyens de l’APC ne peuvent rien faire devant l’ampleur de cette tempête de neige», nous a expliqué, hier, le président de l’APC d’Aït Zikki, une commune perchée à plus 1400 mètres d’altitude, à environ 70 kilomètres au sud-est de Tizi Ouzou, où les habitants ont procédé hier à la fermeture du siège de l’APC.
Après six jours d’isolement et sans aucune aide des pouvoirs publics, les villageois ont décidé d’entreprendre des actions de protestation pour manifester leur désarroi dans la wilaya de Tizi Ouzou.

Ils réclament des moyens de déneigement pour l’ouverture des accès à leurs villages. Ils n’ont reçu jusqu’à présent ni renfort matériel ni moyens promis par l’administration. «La direction des travaux publics nous a envoyé deux chargeurs et une niveleuse, mais ils ne sont pas efficaces. Les secours n’arrivent pas et la population reste toujours pénalisée, sans moyens de déneigement, sans denrées alimentaires ni gaz butane», a ajouté M. Amara, qui réitère son appel aux pouvoirs publics à intervenir pour venir en aide aux citoyens de sa commune qui lancent, chaque jour, des cris de détresse mais sans aucune suite. Les responsables de l’administration se contentent, s’insurge-t-on, de «de voiler la réalité du terrain à travers leurs interventions dans les medias». Les villageois d’Aït Zikki n’ont pas encore reçu l’aide promise par les pouvoirs publics.


Désarroi


Ils ont rencontré, hier après-midi, après avoir marché à pied sur dix kilomètres, le chef de daïra de Bouzguène et le président de l’APC. Des citoyens d’autres localités de la wilaya de Tizi Ouzou sont toujours dans le désarroi au point de sortir dans la rue pour se faire entendre. C’est le cas des habitants des villages de Aït Khercha et Ihidoussene, dans la commune de Tadmait (20 km à l’est de Tizi Ouzou), qui ont fermé, hier, la RN12 reliant Tizi Ouzou à Alger. Dans d’autres communes, notamment en Haute-Kabylie, les citoyens sont toujours abandonnés à leur sort et ne savent plus à quel saint se vouer. Leurs cris d’alarme sont restés vains. «On est dans l’isolement et personne n’a pensé à nous, à l’exception de notre président d’APC qui est avec les citoyens en ces moments difficiles.

Il a mis les moyens de l’APC qui sont malheureusement insuffisants pour faire face à cette exceptionnelle tempête de neige qui a enclavé la région. Au lieu de déclencher un plan d’urgence national pour désenclaver les localités sinistrées par ces fortes intempéries, le Conseil des ministres a décidé de l’augmentation du nombre de sièges à l’APN alors que dans ces circonstances difficiles, les députés sont absents sur le terrain», clame avec beaucoup de colère un citoyen d’Iferhounène, qui nous a affirmé aussi que la vie est dure dans cette commune située à 60 km au sud-est de Tizi Ouzou. «Ici, il n’y a ni ravitaillement, ni gaz butane, ni pain.

D’ailleurs, un épicier de notre village a dû rationner la semoule à dix kilos par foyer, afin de permettre à toutes les familles de s’approvisionner. L’eau du robinet est gelée. C’est une situation apocalyptique», nous a-t-il ajouté.  A Illiltene, toujours au pied du Djurdjura, les villageois sont dans la détresse. Ils sont livrés à eux-mêmes en l’absence d’équipements de déneigement, ceux de l’APC  n’arrivant plus à déblayer les routes où la neige a atteint plus de 2 mètres d’épaisseur. «L’alerte est au rouge. L’évacuation des malades, même avec des véhicules tout-terrain, est presque impossible.

On a dû transférer vers l’hôpital une femme qui devait accoucher à l’aide d’un engin de déneigement. C’est intenable», fulmine Rachid, un jeune d’Illiltene. Dans la commune voisine d’Imsouhal, les citoyens vivent le calvaire. Ils ont d’ailleurs observé, hier, un sit-in devant la mairie pour dénoncer l’indifférence des pouvoir publics.

source elwatan

____________________________________

Hypothermie, asphyxie, accidents de la circulation et avalanches

Intempéries : déjà 80 morts !

 

 

Le bulletin météo spécial, dont l’expiration était prévue pour aujourd’hui à 12h, est finalement prolongé jusqu’à vendredi. Et pour cause, la vague de froid persiste pour toucher toutes les villes et villages, y compris les bourgades situées dans les zones frontalières dont les populations nomades ont dû fuir leur campement pour se rapprocher des agglomérations, à la recherche de la nourriture.

 
Quatre-vingts morts, c’est le bilan d’une semaine d’intempéries qui ont touché de plein fouet l’Algérie et du froid polaire qui sévit, y compris dans le Grand-Sud. Avec une moyenne quotidienne de 45 accidents de la circulation, 5 morts et 30 blessés, les services de sécurité ont enregistré, ces trois derniers jours, 17 morts et plus de 80 blessés.

 
Ce sinistre bilan s’ajoute aux 23 décès des suites d’inhalation du monoxyde de carbone. Ce qui porte le nombre à 40 personnes décédées en 72 heures.

 
En ce sens, la protection civile a recensé, en 7 jours, 10 décès par asphyxie et 31 cas de personnes incommodées, sauvées in extremis. Cela va sans dire que plus de 300 personnes, dont 271 SDF (sans domicile fixe), ont également été sauvées par les unités d’intervention et les sapeurs-pompiers qui accomplissent un travail d’Hercule et dans des conditions catastrophiques. Un chiffre qui donne froid dans le dos quand on sait les conditions dans lesquelles ces rescapés, dont des enfants et des femmes, ont été délivrés.
Tous les centres du Croissant-rouge algérien ont été ainsi mobilisés pour accueillir ces familles touchées par l’hypothermie. En Kabylie, ce sont trois autres personnes qui ont été ensevelies sous les amoncellements de neige alors qu’un jeune a fait une chute mortelle dans la région d’Aïn Defla.

 
Ce drame a poussé des milliers de famille à abandonner leur région pour fuir le froid glacial et l’isolement qui persiste, avec en toile de fond le manque de nourriture, de carburant, de gaz et les coupures d’électricité qui perdurent. Selon notre source, plus de 30 000 interventions ont été enregistrées ces trois derniers jours, notamment en Kabylie où 1 500 villages sont toujours isolés par la neige et le verglas.
L’intervention des troupes de l’Armée nationale populaire (ANP) a été salutaire à bien des égards, ajoutée aux URS (unités républicaines de sécurité) déployées par la DGSN (plus de 60 000 hommes) et aux groupements d’intervention et de réserve (GIR) de la Gendarmerie nationale (plus de 80 000 hommes) et de la Protection civile (plus de 40 000 hommes). 

 

15 000 nomades désertent leur campement 

 
Dans les wilayas d’El-Bayadh, Naâma, notamment la localité enclavée d’El-Aâricha (une zone frontalière au Maroc), Djelfa et Laghouat, environ 5 000 familles de nomades (soit 15 000 personnes, dont des femmes et des enfants) ont fui le froid glacial.

 
Dans ces régions arides de l’Algérie profonde, les températures ont sensiblement chuté pour atteindre les -10 et -12 C° ! Certains éleveurs nomades ont carrément abandonné leurs cheptels, leurs uniques ressources de vie, avant de les récupérer avec l’aide des services de sécurité.

 
L’instinct de vie oblige, ces populations ont déserté leurs tentes. Et si certaines familles ont pu sauver ce qui restait de leur bétail, d’autres, en revanche, ont préféré s’amasser auprès des villes. Selon notre source, les groupements des gardes-frontières (GGF) ont également contribué pour sécuriser ces populations et leur apporter aide et assistance. Cette situation n’est pas propre au sud-ouest du pays.

 
Notre source révèle que le froid qui frappe la zone frontalière algéro-tunisienne a également contraint certaines populations habitant dans les petites bourgades à se rabattre sur les villes, notamment à Guelma, Tébessa, Souk-Ahras et el-Tarf. Le drame du froid polaire touche aussi les zones arides de Béchar, de Tamanrasset, d’Illizi, d’Adrar et de Tindouf où le mercure a vertigineusement chuté ces trois derniers jours. À El-Oued, la neige a fait son apparition, à la surprise de ces populations, autrefois habituées au froid hivernal et aux averses orageuses. L’exode a également touché certaines régions du centre avec l’effondrement de maisons, notamment à Alger, avec l’effondrement partiel des murs d’une habitation précaire et l’effondrement partiel du faux plafond d’une classe, au lycée Mohamed-Anaoui. Hier, au moins 300 têtes de cheptel ont succombé au froid et à la faim dans la région de Médéa où un éleveur était contraint de fermer son étable, alors qu’un autre citoyen est décédé dans la wilaya de Khenchela des suites de l’hypothermie et de l’isolement. 

 

L’armée face aux 273 routes coupées à la circulation

 
L’état des routes est catastrophique, selon un bilan exhaustif rendu public hier par les services de sécurité et la protection civile. Déployées dans plusieurs régions du pays, les troupes de l’Armée nationale populaire (ANP) sont mises à contribution pour atteindre les zones jusque-là inaccessibles.
Avec 273 routes coupées, 800 communes coupées du monde, dont 60 en Kabylie, et 30 wilayas sinistrées (Tizi Ouzou, Béjaïa, Constantine, Khenchela, Batna, Boumerdès, Bouira, Tiaret, El-Bayadh, Laghouat, Blida, Tipasa, Bordj Bou-Arréridj, Tiaret, Chlef, Aïn Defla…), l’armée a déployé de gros engins pour venir en aide aux populations en souffrance depuis déjà une semaine.

 
Selon un communiqué du ministère de la Défense nationale (MDN), les troupes de la Ire Région militaire sont déjà en œuvre dans les wilayas de Blida, Tizi Ouzou, Boumerdès, Médéa et Aïn Defla. Dans ces régions, pas moins de 11 routes principales ont été rouvertes à la circulation.

 
Mais pas seulement, puisque les militaires ont réussi à désenclaver 80 familles entre Larbaâ et les Deux Bassins (Blida) et sauvé une famille entière à Amalou (Tizi Ouzou). À Aïn Defla, les unités de l’ANP sont venues au secours d’un centre de prise en charge des enfants alors que des dizaines de citoyens, menacés par l’isolement, ont été pris en charge dans les casernes.


Aussi, des familles sinistrées dans la wilaya de Boumerdès ont été sauvées par les militaires qui sont intervenus d’urgence à Timezrit. “Les unités de l’ANP resteront mobilisées jusqu’à la fin de leur mission et qui consiste à désenclaver les populations en détresse”, indique-t-on. Du côté du ministère de la Solidarité, on indique que des caravanes sont déjà à pied d’œuvre pour venir en aide aux SDF, notamment en couvertures et en nourriture alors que toutes les unités du Samu ont été mobilisées pour sillonner les wilayas sinistrées afin d’apporter l’aide sanitaire et psychologique aux sinistrés. Cette action sociale est orientée vers les régions enclavées où les cellules de crise sont installées pour coordonner les interventions rapides, avec la mise à contribution du mouvement associatif. 



Appels à la vigilance


Le bulletin météo spécial (BMS), dont l’expiration était prévue pour aujourd’hui à 12h, est finalement prolongé jusqu’à la journée de vendredi. Raison pour laquelle les appels ont été lancés, hier, aux populations en souffrance afin de faire preuve de vigilance. Et pour cause, la vague de froid persiste pour toucher toutes les villes et villages, y compris les bourgades situées sur les zones frontalières. En plus des cellules de crise installées au niveau des wilayas et des daïras, les citoyens sont appelés également à éviter les déplacements inutiles dans les régions dangereuses et sur les axes routiers à risque.

par Farid Belgacem

source liberte-algerie

 

_____________________________________

Le climat ne s’améliore pas, les chutes de neige continuent

 


Selon l’Office national de la météorologie, des chutes de neige et des pluies importantes persisteront jusqu’à demain dans la plupart des régions du Nord.

Le froid et la neige bloqueront encore plusieurs villes, villages et routes nationales ou régionales aujourd’hui et demain. Le bulletin de l’Office national de la météorologie ne prévoit pas d’amélioration et annonce la reprise de la perturbation qui touchera de nouveau la majorité des régions du nord avec des pluies importantes, de la grêle ainsi que des chutes de neige. Cette dernière concernera une nouvelle fois la plupart des régions du nord du pays avec des pluies importantes, de la grêle et des chutes de neige, notamment dans les régions du Centre et de l’Est.

Les chutes de neige reprendront à partir de 300 mètres au Centre et à l’Est notamment en début de matinée, et à partir de 600 mètres à l’ouest du pays. Des chutes qui feront naturellement installer le froid dans la durée. Sale temps pour plusieurs régions qui sont toujours isolées et coupées du monde depuis des jours déjà. Alors que la situation s’est normalisée à travers plusieurs wilayas, d’autres régions continuent de subir le diktat de la nature ainsi que la négligence et l’inefficacité des autorités locales. Le mauvais temps a donné lieu hier à plusieurs mouvements de protestation. Menés par le froid et le blocage ainsi que les mauvaises conditions de vie, les habitants ont crié leur ras-le-bol dans plusieurs localités. Les citoyens d’Ait Ziki, à Tizi Ouzou, ont fermé hier le siège de l’APC.

A travers leur action, les protestataires qui n’ont reçu aucun renfort matériel, réclament «des moyens de déneigement pour l’ouverture des routes de leurs villages». Sans électricité ni gaz, des centaines d’habitants de plusieurs villages de la wilaya de Tizi Ouzou, Ihidoussen, Aït Sâada, Aït Kharcha, ont procédé hier à la fermeture de la RN 12 reliant Tizi Ouzou à Alger au niveau de Tadmaït, en signe de contestation contre la situation difficile qu’ils subissent depuis le début de la tempête de neige. À Boumerdès, la chute de plusieurs arbres d’eucalyptus a causé l’effondrement d’une trentaine d’habitations précaires, sises à Isser-ville. Idem pour la wilaya de Béjaïa où plusieurs villages attendent toujours les bonbonnes de gaz et le rétablissement de l’électricité, comme c’est le cas des villages de la commune de Toudja, d’Aokas, de Barbacha…

Le bilan noir des intempéries comporte également les accidents de la route ainsi que plusieurs décès. Hier, une femme a été tuée et trois autres personnes blessées à la suite du dérapage de leur voiture sur la RN 46 entre M’sila et Djelfa en raison du verglas. La circulation particulièrement difficile et dangereuse a occasionné un lourd bilan depuis le début des chutes de neige. Une semaine durant, les intempéries ont causé la mort de plus de quatre-vingts personnes.

En moyenne, 45 accidents routiers sont enregistrés chaque jour. Les habitats précaires sont aussi mis à rude épreuve face à la neige. Les habitants des bidonvilles d’Alger comme ceux d’autres wilayas, continuent de chercher aide et assistance auprès des pouvoirs publics, en raison de l’aggravation de leurs conditions de vie suite à ces intempéries. Les services de l’APC de Bouzaréah ont trouvé des difficultés à gérer la situation dans les différents habitats précaires implantés sur son territoire. Le mauvais temps a mis à nu la fragilité et le manque de moyens à faire face à cette vague de froid, chutes de neige et de pluies qui ne sont à l’origine que des perturbations naturelles.

http://www.donnetonavis.fr/algerie-meteo-le-climat-ne-sameliore-pas.html

 

____________________________________________

 

Partager cet article

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Algérie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : thala solidaire.over-blog.com
  •  thala solidaire.over-blog.com
  • : ThalaSolidaire est dédié à la ville de Thala, ville phare de la Révolution tunisienne. Thala est une petite agglomération du centre-ouest de la Tunisie. Elle est connue pour son histoire antique, ses sources, ses carrières de marbre, devenues une sorte de tragédie écologique et économique, sa résistance et sa misère. Thala solidaire a pour objectif de rassembler toutes les voix INDIGNÉES pour donner à cette terre ainsi qu'à toutes autres terres un droit à la vie et à la dignité…
  • Contact

Recherche

Vidéos

Catégories