Mardi 14 février 2 14 /02 /Fév 04:17

La Tunisie déroule le tapis rouge pour Wajdi Ghoneim, défenseur de l’excision

  •  

    par Amel Djait 

  • Wajdi Ghoneim, à qui l’on déroule un tapis rouge pour une série de conférences dans différentes mosquées du pays, est un hôte qui ne fait pas honneur à la Tunisie postrévolution. Fervent défenseur de l’excision, il s’est opposé au régime de Moubarak en Egypte ce qui fait de lui, aux yeux de certains adeptes de l’islamisme, une icône.

  • Sa conférence écourtée d’hier (dimanche 12 février 2012) dans une salle archicomble à «El Kobba» a dérapé en tenant des propos racistes et haineux principalement anti juif et choqué ceux qui ne comprennent pas à quoi rime une invitation pareille. Intimider, choquer ou encore diviser?

    Une partie des Tunisiens ne tremble pas de peur mais de colère. Une révolution contre les femmes est en cours en Tunisie où les attaques contre leurs acquis deviennent de plus en plus nombreuses. Après les épisodes “laquit“, mères célibataires, mariage “orfi“, c’est quasiment l’apothéose avec un invité qui légitime l’excision. Une pratique barbare et disparue dans notre pays depuis des lustres.

 

Si l'OMS (Organisation mondiale de la santé) estime que dans le monde plus de 130 millions de filles et de femmes ont subi des mutilations sexuelles, ce sont chaque année 2 millions supplémentaires qui risquent de connaître l’ablation de leur clitoris. La plupart de celles qui subissent ces mutilations vivent dans 28 pays africains, au Moyen-Orient et dans des pays d'Asie. La Tunisie a quitté le rang des pays mentionnés depuis belle lurette grâce à des acquis considérables en termes de législation, de santé, de pratiques sociales et de mentalités. Encore faut-il que cela perdure!

 

Singularité tunisienne? Probablement. Celle-ci ne laissera pas pareilles pratiques inhumaines se réinstaller, mais il n’est pas dit que les propos soutenus par ce prédicateur virulent autant qu’influent, vraisemblablement, ne seront pas sans impact sur les esprits les plus conditionnés. L’alerte doit être donnée dans tous les services médicaux et sociaux du pays pour mesurer l’impact d’un tel raisonnement qui met en avant l’excision pour la préservation de la virginité, l’amélioration du plaisir sexuel masculin par le rétrécissement du vagin et la protection contre le désir féminin considéré comme malsain.

Si certains, sous couvert de liberté d’opinion et d’expression, ne prennent pas position, il convient de mentionner que la présence de Wajdi Ghoneim est un affront pour la société tunisienne et un danger pour ses petites filles. C’est à l’Etat d’empêcher ces conférences dans les mosquées mais c’est aussi à lui de garantir le respect des droits de l’homme et de l’enfant.

Les questions tombent alors en cascade: Où est le (ou la) ministre en charge de la Femme? Quelles sont les positions des deux présidents (de la République et de l’Assemblée constituante) qui sont avant tout médecins. Où sont les médias? Quelle est la position d’Ennahdha et des autres partis politiques tunisiens qui se font bien silencieux sur le sujet? Quelle est la position officielle du gouvernement?

La conférence de Wajdi Ghoneim a-t-elle été écourtée? Tôt dans la journée d’hier des vidéos qui le prétendaient circulaient sur le net.

Diverses accusations sont évidemment portées vers le camp des «laïcs» qui constituaient, selon certaines versions, une menace pour le déroulement de la manifestation. Une version largement contestée par de nombreux témoins sur place comme celui-ci: "Rien n’a été écourté et ce sont les services d’ordre d’Ennahdha qui s’occupaient de la sécurité. Des drapeaux de ce parti se vendaient à 1d500 alors que ceux de la Tunisie se vendaient 1Dt. J’y suis restée jusqu’à la fin et peux vous confirmer que ce sont eux qui ont agressé la poignée de manifestants restés sur le parking. J’ai même été agressée".

Quoiqu’il en soit, il reste surtout à éclaircir que c’est probablement par peur des débordements en interne dans la salle que la conférence a été écourtée. Certains esprits se sont échauffés au point de proférer à nouveau des slogans anti juifs qui rappellent les dérapages de l’affaire Ismaël Hanniyah devant l’aéroport de Tunis-Carthage et qui a coûté cher au gouvernement et à la Tunisie.

 

Quid de la réaction des politiques?

Pour en revenir à l’excision, celle-ci est une pratique d'un autre temps qui enfonce la femme au plus bas de l'échelle sociale. Alors que certains manipulateurs la prônent, les vrais «ulémas» confirment que le Coran ne contient aucun texte y faisant allusion. De même, il n’y a aucun consensus sur un arrêt légal (hukm charri) concernant cette question, tout comme aucune analogie ne peut s’y appliquer.

Depuis les années 40, des «fatwas» affirment que l’excision des filles n’a rien à voir avec la «sunna» et que si certains fous de Dieu ne les reconnaissent pas, c’est parce qu’ils ne respectent pas l’être humain. Ces gens-là ne sont tout simplement pas les bienvenus en Tunisie. C’est à l’Etat de veiller sur le choix des invités de notre pays. La Tunisie qui a inspiré le respect du monde entier ne peut accepter des personnages de cet acabit qui donnent la pire des images et des impulsions en ces temps fragiles de transition démocratique.

Face à autant de régressions, les femmes tunisiennes restent vigilantes et se solidarisent un peu plus tous les jours avec le soutien de leurs frères, pères, fils et amis… Un rejet en bloc de cette incursion plus malintentionnée que maladroite ne parvient hélas pas à mobiliser la société civile. Dimanche 12 février devant la Kobba à peine une quarantaine de manifestants ne digèrent pas qu’ils soient si peu nombreux à s’être déplacés malgré une virulente polémique via les réseaux sociaux.

Le conseil de l’ordre des médecins a condamné la présence de ce défenseur de l’excision et dans l’attente de plus de réactions, ils ne sont pas les seuls à souhaiter que la révolution soit le catalyseur pour plus de tolérance et de paix , travaillant à ce que la Tunisie soit un pays respectueux des droits de l’Homme et de l’enfant.

Un pays où les femmes profitent de leur clitoris pour jouir et vivre pleinement de leur sexualité. Jusqu’à l’enfantement si l’amour, la vie, la nature et le bon Dieu le permettent!

source ebmanagercenter

 

___________________________________________________________________

Communiqué 

 Wajdi Ghenim critiqué par Kolna Tounes


L'initiative Kolna Tounes de Mme Emna Mnif a vivement critiqué le passage en Tunisie du prédicateur Wajdi Ghenim qui a effectué une série de conférences. 

"Wajdi Ghenim a été reçu en Tunisie pour présenter une série de ce qu'il qualifie de conférences. Ce personnage est connu pour faire l'apologie de l'excision prétendant que c'est une recommandation en Islam alors qu'il s'agit d'une tradition barbare de l'Egypte pharaonique. 

Il qualifie les sportives de criminelles, interdit la démocratie au nom de l'Islam, prône l'extrémisme, le jihadisme et se fait le promoteur de tout ce qui représente une menace aux Droits de l'Homme, aux Libertés, à la citoyenneté, aux droits de la femme, aux valeurs républicaines et aux institutions de l'Etat.

Le mouvement kolna Tounes condamne fermement ces positions et l'instrumentalisation des mosquées pour diffuser de tels messages et appelle le Président de la République, le Chef du gouvernement et le Président de l'Assemblée Nationale Constituante à se prononcer sans équivoque sur ces positions. 

Il demande au Ministre des Droits de l'Homme de préciser sa définition des Droits de l'Homme, à moins qu'ils ne soient qu'un faire valoir du pouvoir en place.

Kolna Tounes attend du mufti de la république, des hommes de religion et des théologiens de préciser leur position sur cette atteinte manifeste aux nobles valeurs de notre religion et de son travestissement."

 

 

__________________________________

 

Ettakatol dénonce la présence de Wajdi Ghenim et réclame la position des ministres de la Femme et des affaires religieuses


 

 

Ettakatol_la.jpgLe porte-parole du parti Ettakatol Mohamed Bannour a exprimé l’indignation de son parti de la visite du prédicateur égyptien Wajdi Ghounim en Tunisie.  M. Bannour a considéré que les propos tenus par M. Ghounim au sujet de l'excision des filles dans le contexte actuel  sont provocants et appelle  les autorités notamment les ministères de la Femme, des affaires religieuses et de la Jeunesse et des sports qui a mis à la disposition de M. Ghounim l’espace de la coupole pour tenir son meeting.  

Écoutez-le  speaker

source mosaiquefm

 

 

_____________________________________________________________

Le prédicateur Wajdi Ghanim en terrain (presque) conquis en Tunisie

 

Que s’est-il passé, dimanche, à la Coupole d'El Menzah, lors du prêche du cheikh Wajdi Ghanim, le fameux partisan de l’excision des filles ?

 

La venue en Tunisie de Wajdi Ghanem, le cheikh qui s’est rendu tristement célèbre en faisant l’apologie de l’excision des fillettes, n’a pas laissé les Tunisiens indifférents et n’a fait qu’accentuer le clivage entre le clan des «fanatiques de Dieu» qui voient en cet individu un grand prédicateur et celui des «démocrates» qui voient en lui un être barbare !

Le cheikh a été invité (par qui ?) à se produire, dimanche 12 février, à la Coupole d’El Menzah, à Tunis.

La veille, la «bataille» faisait rage sur Facebook : les pro-Ghanim se délectaient d’avance de sa venue, l’un d’eux l’a même décrit comme un grand «savon» (sic) !!! Traduire : il va tout nettoyer.

Les anti-Ghanim se lançaient dans des envolées lyriques aussi stériles et inefficaces que celles de notre gardien de but national récemment face au Ghana.

Je me suis pointé à 10 heures du matin pour me faire ma propre opinion sur le degré de mobilisation des deux camps.

A mon arrivée, j’ai remarqué la présence d’un petit groupe d’une trentaine de personnes, dont certaines têtes m’étaient familières, qui discutaient tranquillement dans un coin proche de la ligne de métro. Autrement dit, une mobilisation ridicule.

Par contre, du côté des deux entrées de la Coupole, une foule de plusieurs milliers de personnes, en majorité des barbus, des voilées, des niqabées, pressaient le pas pour accéder à l’enceinte de la Coupole.

Par curiosité, j’ai essayé d’entrer ; j’ai remarqué qu’il y avait un filtrage et une séparation hommes/femmes.

Me faisant passer pour un fanatique, j’ai joué des coudes pour avancer au maximum ; à l’intérieur, la Coupole étaient pleine à craquer, au minimum 10.000 fous de Dieu qui scandaient «Allahou Akbar». J’avais du mal à entendre les propos du cheikh exciseur.

Finalement, je suis ressorti et j’ai rejoint la petite poignée d’anti-Ghanim qui discutait tranquillement avec 2 ou 3 hommes ayant une vague physionomie de militants islamistes.

Vers 11h15, la foule a commencé à sortir de la Coupole. Les milliers de pro-Ghanim ont croisé le petit groupe de protestataires sans qu’il se produise le moindre accrochage.

Plus tard, j’apprends que l’intervention de Wajdi Ghanim a été écourtée ; je n’en connais pas les véritables raisons ; mais ce qui est sûr c’est que ce n’est sûrement pas à cause des agissements du groupuscule «démocrate». Un des organisateurs a laissé entendre dans un enregistrement vidéo que cela était imputé au chahut des protestataires !!! Un journal électronique s’est permis de diffuser une fausse information, malheureusement partagée par des dizaines de personnes qui pensaient naïvement «que la mobilisation héroïque des défenseurs des libertés a fait échouer le meeting du barbare exciseur des fillettes» !

La réalité est toute autre. Il ne faut pas prendre ses rêves pour des réalités. Evitons la désinformation s’il vous plait !

 

PS : il semblerait que les organisateurs aient préféré écourter l’intervention de Wajdi Ghanim en raison des slogans antisémites scandés dans les gradins. Là aussi, il va falloir vérifier…

par Moez Ben Salem

source kapitalis

 

___________________________________________________________

Par thala solidaire.over-blog.com - Publié dans : Religion _ L'Islam politique _ Salafistes_ Chokri
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Retour à l'accueil

Commentaires

"Neila Sellini, professeur de civilisation islamique a déclaré que suite à la venue de Wajdi Ghoneim en Tunisie, plusieurs filles ont été excisées."
Source:
http://directinfo.webmanagercenter.com/2012/02/17/suite-a-la-venue-de-wajdi-ghoneim-en-tunisie-plusieurs-filles-ont-ete-excisees-declare-neila-sellini/#comment-5066

Si cette info est vérifiée et confirmée,c'est un précédent
extrêmement grave !!
Commentaire n°1 posté par al07 le 18/02/2012 à 10h58

Liste d'articles

Voir tous les articles de la catégorie "Religion _ L'Islam politique _ Salafistes_ Chokri"

Présentation

  • : thala solidaire.over-blog.com
  • thala solidaire.over-blog.com
  • : Culture Musique Littérature Politique Économie Actualité
  • : ThalaSolidaire est dédié à la ville de Thala, ville phare de la Révolution tunisienne. Thala est une petite agglomération du centre-ouest de la Tunisie. Elle est connue pour son histoire antique, ses sources, ses carrières de marbre, devenues une sorte de tragédie écologique et économique, sa résistance et sa misère. Thala solidaire a pour objectif de rassembler toutes les voix INDIGNÉES pour donner à cette terre ainsi qu'à toutes autres terres un droit à la vie et à la dignité…
  • Partager ce blog
  • Retour à la page d'accueil
  • Contact

Recherche

Catégories

Calendrier

Avril 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        
<< < > >>

Liens intéressants

Partager

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés