Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 décembre 2011 6 17 /12 /décembre /2011 05:20

 Caire-manifestants-police-militaire_pics_809.jpg

.lejdd.fr

Au moins 3 morts dans des heurts

Scène d'affrontements au Caire entre manifestants et forces de l'ordre, dont un membre pointe son arme.

Photo: AP

Scène d'affrontements au Caire entre manifestants et forces de l'ordre, dont l'un des membres pointe son arme.

 

Les affrontements entre manifestants et forces de l'ordre qui ont éclaté jeudi soir près de la place Tahrir, au Caire, se poursuivaient vendredi et ont fait au moins trois morts, selon de nombreux médias et témoins.

Les policiers semblent avoir donné l'assaut pour mettre fin au mouvement d'occupation qui, depuis trois semaines, réclame la fin du pouvoir militaire.

Au moins trois personnes ont été tuées par balles, dont le leader religieux Sheik Emad Effat, un membre d'Al-Azhar, l'institution religieuse égyptienne la plus en vue. M. Effat aurait été atteint d'une balle en plein coeur après s'être joint aux manifestants.

Les affrontements risquent de donner naissance à un nouveau cycle de violence. En novembre, des affrontements entre jeunes militants et forces de l'ordre avaient duré plusieurs jours et s'étaient soldés par la mort d'une quarantaine de personnes.

Les violences ont éclaté après que des soldats eurent apparemment gravement battu un jeune homme qui participait à un rassemblement devant les bâtiments du gouvernement.

Vendredi, des centaines de manifestants lançaient des pierres et des bombes incendiaires sur la police militaire. Un activiste, Hussein Hammouda, a raconté que les forces de sécurité - certaines en uniforme, d'autres en civil - ont répliqué en lançant des pierres et en utilisant des canons à eau depuis l'enceinte du parlement.

Des policiers ont utilisé des matraques pour battre plusieurs manifestantes recroquevillées sur le sol. Une d'entre elles a été emmenée par des soldats qui la tiraient par les cheveux.

Des manifestants ont aussi lancé des pierres et des bombes incendiaires aux policiers, incendiant une partie du parlement et réclamant le départ du régime militaire.

Plusieurs heures après le coucher du soleil, des centaines de personnes étaient toujours sur place. Des jeunes barricadés notamment derrière une voiture renversée continuaient à lancer des pierres aux policiers.

Le ministère de la Santé évoque une centaine de blessés.

Source radio-canada


 

____________________________________


 

 

http://www.lemonde.fr

 

_______________________________________

 

L’opposition dénonce «la sauvagerie» des forces de l’ordre

Le Caire (re)plonge dans un autre cycle de répression

 

 

 

Tandis que la classe politique a le regard braqué sur les résultats des élections, la police militaire réprime, avec brutalité, les jeunes de la révolution devant le siège du Conseil des ministres au Caire.

Les affrontements, qui ont éclaté hier à l’aube, se sont poursuivis jusqu’en début de soirée aux alentours du palais du gouvernement puis à la place Tahrir avec la même intensité, causant ainsi de nombreux blessés parmi les manifestants. La police militaire, qui gère le dossier sécuritaire, a fait usage de bombes lacrymogènes, de cocktails Molotov et jets de pierre contre les manifestants. Le feu a pris dans une partie du siège du Conseil des ministres. Le député nouvellement élu, Amr Hamzaoui, parle «de blessés par balle réelle». Tout a commencé dans la nuit de jeudi à vendredi lorsque la police militaire a tenté de déloger par la force les protestataires. Alors que les manifestants, qui avaient pris possession des lieux depuis une dizaine de jours pour protester contre le Conseil militaire, dormaient sous leurs tentes, les éléments de la police militaire lançaient des pierres à partir du toit de l’immeuble du Premier ministère contre les «occupants» des lieux.

D’autres éléments de la police militaire ont brûlé les tentes des manifestants. Le nouveau ministre de l’Intérieur avait pourtant assuré qu’on n’allait pas déloger de force les manifestants. La tension est très vive. Les scènes de répression rappellent celles de janvier. La police militaire a procédé à des interpellations arbitraires, et ce, avec une rare violence.

 

De violentes interpellations

Des images de militantes brutalisées, matraquées et traînées à même le sol font le tour des chaînes satellitaires et des réseaux sociaux et ont suscité émoi et indignation. L’ancien directeur général de l’AIEA, Mohamed El Baradei, a dénoncé ce qu’il a qualifié de «répression sauvage et barbare. Si le sit-in des manifestants est illégal, est-il normal que l’on charge les gens avec une telle sauvagerie et barbarie ? C’est contraire aux règles de base de l’humanité. Ce n’est pas comme cela que l’on gère les nations», a-t-il déclaré. M. El Baradei s’est demandé si vraiment le Premier ministre jouit des prérogatives présidentielles, comment la police militaire se permet-elle un tel dérapage ? Où est le sens de la responsabilité ? Où est la crédibilité ? Il a interpellé également les membres du Conseil consultatif nommé récemment par l’armée.

 

Deux membres dudit conseil, Moetez Abdelfetah, et le représentant du parti des Egyptiens libres, Ahmed Kheiri, ont annoncé leur démission du Conseil consultatif suite à la répression. De son côté, le Mouvement de 6 avril a adressé un ultimatum au gouvernement et au Conseil militaire de faire cesser la répression et menace de descendre «par millions dans toutes les rues du pays». Le mouvement a dénoncé une «attaque inacceptable contre des blessés de la révolution et des parents de martyrs». «Nous n’allons pas nous laisser faire et s’ils pensent qu’ils vont nous faire taire par la violence, ils se trompent.» Alors que la situation risque de prendre une tournure dangereuse, le gouvernement de Kamel El Ganzouri se mure dans un silence assourdissant.

 

Le chef suprême des forces armées, le maréchal Hussein Tantaoui, lui, s’est contenté d’ordonner de prendre en charge les blessés dans des hôpitaux militaires. De nombreuses figures politiques telles que le célèbre journaliste Hamdi Kandil et le fondateur de Kifaya, George Isshak, ont déposé plainte contre le Conseil militaire. A l’heure où nous mettons sous presse, les affrontements se poursuivent à la place Tahrir. Le Caire court le risque de sombrer dans un nouveau cycle de violences semblable à celui de novembre dernier.

par Hacen Ouali

source elwatan


 

______________________________________________________________

 

Démission de huit membres du conseil consultatif suite aux violences du Caire



Huit membres du conseil consultatif, mis récemment par l'armée égyptienne pour préparer la rédaction d'une nouvelle constitution, ont présenté, vendredi soir, une démission collective suite aux incidents du Caire qui ont fait deux morts et 222 blessés. 


Dans une déclaration à la presse, le vice-président du conseil, Abou-Ela Madi, a précisé que les autres membres de cette instance au nombre de 22 ont présenté, lors d'une réunion urgente, plusieurs revendications au Conseil suprême des forces armées égyptiennes (CSFA), au pouvoir, pour trouver une solution à la crise des sit-in devant le siège du conseil du gouvernement. 

Il a précisé que ces membres ont menacé de présenter leur démission en cas de non satisfaction de ces revendications. 

Le responsable a insisté sur la nécessité de l'arrêt immédiat des violences et des accrochages entre les manifestants et la police militaire, la poursuite en justice des responsables de ces incidents et la présentation par le CSFA des excuses officielles aux protestataires. 

Composé d'une trentaine de membres représentant les intellectuels et des personnalités politiques, ce conseil a pour objectif l'élaboration d'un projet portant création de l'organisme en charge de la constitution, ainsi que sur les modalités d'élection du président de la République, prévue fin juin prochain. 

Les violences du Caire ont éclaté après que des soldats aient battu un jeune homme qui participait à un sit-in devant le siège du gouvernement. 

Les manifestants sont en sit-in depuis le 25 novembre devant le siège du gouvernement pour protester contre la nomination par le conseil suprême des forces armées au pouvoir d'un nouveau Premier ministre. Ils réclament aussi le transfert dans les plus brefs délais du pouvoir du Conseil suprême des forces armées aux civils. 
source atlasinfo

__________________________________

مصر: ارتفاع حصيلة ضحايا اشتباكات القاهرة الى 3 قتلى و257 جريحا


اشتباكات القاهرة 16/12/2011يطالب المعتصمون بإنهاء سيطرة المجلس الأعلى للقوات المسلحة على الحكم في البلاد 

 

 

قتل ثلاثة اشخاص واصيب 257 بجروح الجمعة في القاهرة في صدامات بين متظاهرين وقوات الامن في اسوا موجة عنف منذ

اسابيع فيما يجري فرز اصوات المرحلة الثانية من الانتخابات التشريعية.

 

واكدت وزراة الصحة المصرية ارتفاع حصيلة الضحايا الى 3 قتلى و257 جريحا، بعد أن كانت افادت في بيان سابق عن مقتل شخصين واصابة 220 شخصا على الاقل في الاشتباكات.

ونقلت وكالة رويترز عن احد العاملين في مستشفى ميداني افادته بوفاة الشخص الثالث متأثرا بالجراح التي اصيب بها باطلاقات نارية.

واشارت تقارير الى جرح 32 من قوات الامن، بينهم ضابط اصيب بطلقة من بندقية صيد.

ووقعت الصدامات بعد محاولة متكررة من قوات الامن لفض اعتصام خارج مقر الحكومة للمطالبة بنقل السلطة فورا الى المدنيين.

بيان المجلس 

وقال المجلس الأعلى للقوات المسلحة المصرية في بيان أذاعه التلفزيون المصري انه أحال أحداث العنف إلى النيابة العامة للتحقيق فيها ومعرفة مرتكبيها.

واوضح المجلس في بيانه إن "الأحداث بدأت حينما تم الإعتداء على ضابط كان متوجهاً إلى مجلس الشعب لتفقد العناصر المكلفة بحراسة المجلس، ما أدى إلى تدخل عناصر الحراسة لتخليص الضابط من المعتدين فوقعت الإشتباكات".

واتهم البيان من سماهم "مجموعات من الأفراد والمتظاهرين على مداراليوم قامت بالتعدي على المنشأت الحيوية والتراشق بالحجارة وأعيرة الخرطوش وزجاجات المولوتوف مما أسفر عن هدم أحد اسوار مجلس الشعب في محاولة لأقتحامه، بالإضافة إلى تعرض بعض أجزاء مجلس الشورى إلى التدمير وإصابة العديد من الافراد".

Lire la suite bbc.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Égypte : Place TAHRIR jan25
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : thala solidaire.over-blog.com
  •  thala solidaire.over-blog.com
  • : ThalaSolidaire est dédié à la ville de Thala, ville phare de la Révolution tunisienne. Thala est une petite agglomération du centre-ouest de la Tunisie. Elle est connue pour son histoire antique, ses sources, ses carrières de marbre, devenues une sorte de tragédie écologique et économique, sa résistance et sa misère. Thala solidaire a pour objectif de rassembler toutes les voix INDIGNÉES pour donner à cette terre ainsi qu'à toutes autres terres un droit à la vie et à la dignité…
  • Contact

Recherche

Vidéos

Catégories