Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mai 2012 4 03 /05 /mai /2012 04:44

Affrontements meurtriers au Caire : qui étaient les assaillants ?

 

Ce matin à l’aube, des manifestants opposés au régime militaire ont été attaqués par des hommes armés devant le ministère de la Défense. Le bilan est pour l’instant de vingt morts. Notre Observateur sur place s’interroge sur l’identité des assaillants, qui étaient particulièrement bien armés.

 

Ces incidents interviennent alors que l’Egypte organise dans quelques semaines sa première élection présidentielle depuis la chute d’Hosni Moubarak. Trois candidats à la présidentielle des 23 et 24 mai - celui des Frères musulmans Mohammed Morsi, l'islamiste Abdel Moneim Aboul Foutouh et l'avocat de gauche Khaled Ali - ont décidé de suspendre leur campagne en raison des violences.

 

 

 

 

"Ils ont attaqué avec des gaz lacrymogènes"

Mohamed Salah @MhmdSalah1, blogueur égyptien de 25 ans, était sur place au moment des incidents.

 

« J’étais sur place depuis 19 heures hier soir. Environ 2 000 manifestants pacifiques étaient rassemblés sur la place, près du ministère de la Défense. Tous scandaient "À bas le pouvoir militaire", réclamant le retour immédiat à un pouvoir civil. Je tiens à préciser que les manifestants étaient de toutes sensibilités : il y avait des libéraux, des salafistes, des laïcs, des jeunes du Mouvement du 6-avril [d’après d’autres témoignages, les partisans del’homme politique salafiste Abou Ismaïl, dont la candidature à l’élection présidentielle a été disqualifiée par la commission électorale, étaient majoritaires dans le rassemblement ndlr]. Quatre blindés étaient stationnés à proximité. Ils n’ont d’ailleurs pas bougé pendant l’attaque.

 

Vers 1 heure du matin, environ une centaine de "baltaguiyas" [nom donné aux hommes de main du pouvoir sous Hosni Moubarak ndlr] les ont attaqués avec des gaz lacrymogènes et en tirant à balles réelles [sur Twitter, les internautes s’interrogent sur la façon dont des civils se sont procurés des gaz lacrymogènes ndlr]. Certains rodaient autour des manifestants depuis un moment, d’autres sont arrivés pour l’attaque. Ils étaient tous habillés en civil. Ce ne sont donc pas "officiellement" des militaires, mais ils étaient particulièrement bien équipés [d’autres témoignages parlent également de barres de fer et de bâtons ndlr]. En revanche, les manifestants que j’ai vu n’étaient pas armés. Ils ne jetaient que des pierres [selon les services de sécurité, les deux côtés ont fait usage de cocktails Molotov ndlr].

Au moment de l’attaque, j’ai vu cinq hommes tomber à terre à quelques mètres à peine de moi, touchés par balles. L’un d’entre eux était mon ami. Il s’appellait Talaat, il avait 20 ans et étudiait à l’université Ain Shams. Ils ont tout de suite été amenés par des manifestants vers les hôpitaux de fortune installés à côté de la place. »

 

 

 


 

observers.france24

 

 

 

 

__________________________________

Vingt morts au Caire, l'armée prête à avancer son départ du pouvoir


Affrontements entre des manifestants hostiles au pouvoir militaire et des assaillants, le 2 mai 2012 au Caire (Photo Khaled Desouki/AFP)


Vingt personnes ont été tuées au Caire lors d'affrontements entre des manifestants hostiles au pouvoir militaire et des assaillants, faisant brusquement monter la tension politique et amenant plusieurs candidats à la présidentielle à suspendre leur campagne.

Dans un signe d'apaisement, l'armée, qui tient les rênes du pays depuis la chute de Hosni Moubarak l'an dernier, s'est dite prête à quitter le pouvoir dès le 24 mai en cas de victoire d'un des candidats dès le premier tour, sans attendre la fin juin comme initialement évoqué.


Mercredi à l'aube, des assaillants non-identifiés, accusés d'être des hommes de main en civil agissant sur commande, ont attaqué les protestataires qui étaient rassemblés depuis plusieurs jours pour réclamer le départ de l'armée du pouvoir, selon des sources de sécurité et des témoins.

Les deux camps ont échangé pendant des heures des jets de pierres et des cocktails molotov, tandis que des personnes, le corps en sang, étaient battues à coups de barres de fer dans des scènes de lynchage en pleine rue. Des coups de feu ont également été entendus.

En milieu de journée, l'armée et la police anti-émeutes ont installé un cordon de sécurité pour séparer les deux camps dans ce secteur du quartier d'Abbassiya, à proximité du ministère de la Défense.


Violents affrontements au Caire (Photo /afp.com)

Le calme est provisoirement revenu dans l'après-midi après ces violences qui qui ont fait vingt morts et des dizaines de blessés, selon les médecins de l'hôpital de campagne installé non loin de là. Le bilan gouvernemental fait état de neuf morts.

De nouvelles manifestations appelant à la chute du pouvoir militaire ont toutefois eu lieu en fin de journée dans le centre du Caire et à Abbassiya, en présence notamment d'un candidat à la présidentielle, l'islamiste modéré Abdel Moneim Aboul Foutouh.

Au coeur des incidents figurent les partisans du leader salafiste Hazem Abou Ismaïl qui campaient depuis samedi pour protester contre l'exclusion de leur candidat de la course à la présidentielle, dont le premier tour est prévu les 23 et 24 mai et le second les 16 et 17 juin.

 

Hazem Abou Ismaïl est l'un des dix candidats sur 23 à avoir été éliminés en raison d'irrégularités. Selon les autorités, sa mère a obtenu la nationalité américaine, ce qui contrevient à la loi électorale.

Dimanche, une personne avait été tuée et 119 blessées dans des affrontements avec ses partisans, toujours dans le quartier d'Abbassiya.


Des manifestants égyptiens évacuent un blessé, le 2 mai 2012 au Caire (Photo Khaled Desouki/AFP)

Le chef d'état-major de l'armée, Sami Anan, membre du conseil militaire au pouvoir, a affirmé que les militaires étudiaient "une remise du pouvoir le 24 mai en cas de victoire d'un président au premier tour de l'élection".

L'armée s'en tenait jusqu'à présent à une promesse de remettre le pouvoir aux civils avant la fin juin, une fois le nouveau président élu.

"L'intervention de l'armée est venue bien trop tard", a estimé Philip Luther, directeur d'Amnesty International pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord.

 

 

Le pouvoir en Egypte "ne semble avoir aucune volonté d'éviter ces évènements tragiques. Après les heurts de ce week-end, les autorités auraient dû se préparer à des violences", a-t-il ajouté.

Les affrontements de mercredi ont amené quatre candidats à suspendre leur campagne: Mohamed Morsi pour les Frères musulmans, l'islamiste Aboul Foutouh, et les candidats de gauche Khaled Ali et Hamdeen Sabbahi.

L'un des favoris à la présidentielle, l'ex-chef de la Ligue arabe Amr Moussa, a estimé que les violences de mercredi étaient "la preuve de la nécessité de mettre fin à la période de transition".

Le Parti de la justice et de la liberté (PLJ), issu des Frères musulmans, a annoncé qu'il boycottait une réunion prévue mercredi avec le maréchal Hussein Tantaoui, chef d'Etat de fait de l'Egypte, et les partis politiques, en raison "des évènements sanglants" d'Abbassiya.

L'opposant Mohamed ElBaradei, qui n'est pas candidat, a dénoncé sur son compte Twitter un "massacre". "Le Conseil suprême des forces armées et le gouvernement sont incapables de protéger les civils ou sont de mèche avec les voyous. L'Egypte va à vau-l'eau", a-t-il ajouté.

La campagne, qui s'est officiellement ouverte lundi, se déroule dans un climat d'ouverture inédit pour une présidentielle en Egypte, après des décennies d'élections-plébiscites largement boudées par les électeurs faute d'enjeu réel.

Le blocage du processus de rédaction d'une nouvelle Constitution et le bras-de-fer entre les Frères musulmans, qui dominent le Parlement, et l'armée sur un remaniement du gouvernement nommé par les militaires maintiennent toutefois un climat politique difficile. linternaute

 


_____________________________________________________________________________________

 

أحداث دامية في العباسية‏..‏ ومرشحو الرئاسة يجمدون حملاتهم .. الجيش والشرطة أوقفا الاشتباكات بين المعتصمين ومجهولين‏..‏ وتضارب حول أعداد القتلي والمصابين 


وسط حالة من الخوف والهلع والترقب‏,‏ تحولت أنظار الشعب المصري إلي ميدان العباسية ومحيط وزارة الدفاع لمتابعة المذبحة المروعة التي شهدها الميدان والشوارع المحيطة به الليلة قبل الماضية‏,‏ وصباح أمس‏,‏ وسقط خلالها7 قتلي و76 مصابا, حسب تقديرات وزارة الصحة

 

في حين أكد أطباء المستشفي الميداني مقتل11 وإصابة48 بينما أكد شهود عيان سقوط17 قتيلا وإصابة أكثر من150 شخصا.. وقد قرر عدد من المرشحين لانتخابات الرئاسة تجميد حملاتهم احتجاجا علي الاعتداء علي المتظاهرين وقتلهم.
ونجحت قوات من الجيش والأمن المركزي في وقف الاشتباكات بين المعتصمين والمواطنين المجهولين الذين اعتدوا عليهم, وسيعقد المجلس العسكري مؤتمرا صحفيا ظهر اليوم حول الأحداث.

 
وأوضح شهود العيان أن بين الوفيات ذبيحين, هما أحمد أبوالحسن الطالب بكلية الطب بجامعة عين شمس, وعاطف الجوهري أحد المتظاهرين الذي ذبحه البلطجية في سيارة الإسعاف, وهو في طريقه إلي المستشفي.
وأهابت حملة المرشح الدكتور محمد مرسي, بالقوي السياسية والأحزاب التدخل الفوري لوقف نزيف الدم.
وأوفدت حملة الدكتور عبدالمنعم أبوالفتوح, فريقا من الأطباء والصيادلة إلي المستشفي الميداني بالعباسية لتقديم الخدمات الطبية والعلاجية للمصابين.
وقال المرشح حمدين صباحي: لن نقبل استمرار استباحة دماء المصريين, وإهدار حقوقهم في التظاهر والاعتصام السلمي.

 
وحمل المرشح خالد علي المجلس العسكري المسئولية عن الشهداء والمصابين من المعتصمين, كما قرر المرشح الفريق حسام خير الله وقف أنشطته الانتخابية لمدة ثلاثة أيام.
وحذر المرشح الدكتور محمد سليم العوا من محاولة جر البلاد إلي حرب أهلية, كما حذر المرشح عمرو موسي من الانشغال بالمصادمات التي تعطلنا عن تحريك مصر إلي الأمام.
علي جانب آخر, أغلقت الشركة المصرية لإدارة وتشغيل مترو الأنفاق محطة العباسية بالخط الثالث للمترو, خوفا علي حياة الركاب, وسيظل الإغلاق ساريا لحين انتهاء الاشتباكات وعودة الهدوء.
كما تقرر وقف الدراسة في سبع كليات بجامعة عين شمس لمدة يومين, هي: الطب, والتجارة, والعلوم, والآداب, والألسن, والحقوق, والحاسبات لمدة يومين, حسبما أعلن الدكتور حسين عيسي القائم بأعمال رئيس الجامعة.

 
من ناحية أخري, انسحب عدد من الأحزاب والقوي السياسية من اجتماع المجلس الأعلي للقوات المسلحة أمس احتجاجا علي الأحداث الدامية بمحيط وزارة الدفاع, وضمت قائمة المنسحبين أحزاب: الحرية والعدالة, والنور, وغد الثورة, والمصري الديمقراطي الاجتماعي, والوفد, والعدل, والحضارة, والتحالف الشعبي الاشتراكي.
وكانت الاشتباكات قد احتدمت في ساعة مبكرة من صباح أمس, بعد محاولة بعض المسلحين فض الاعتصام

القائم بمحيط وزارة الدفاع بالقوة, والذي دخل يومه الثامن للمطالبة بتعديل المادة28 من الإعلان الدستوري, وحل اللجنة العليا لانتخابات الرئاسة.
وأكد مصدر عسكري أن قوات الشرطة العسكرية وقوات من المنطقة المركزية والأمن المركزي تسيطر علي الأحداث بميدان العباسية, وقامت بعمل حواجز وفواصل ودروع من قوات الأمن بين طرفي الاشتباك لوقف الاشتباكات ومنع تجددها. ويأتي ذلك بعد تصاعد الأحداث منذ فجر أمس الأربعاء بشكل كبير.

 
وعلي جانب آخر, عرض اللواء محمد إبراهيم وزير الداخلية تقريرا حول الموقف الأمني في منطقة الخليفة المأمون أمام وزارة الدفاع وميدان العباسية علي مجلس الوزراء في اجتماعه أمس برئاسة الدكتور كمال الجنزوري.
وصرحت السيدة فايزة أبوالنجا وزيرة التخطيط والتعاون الدولي بأن الجيش والشرطة لم يطلقا رصاصة واحدة في هذه الأحداث, التي لن تؤثر علي إجراء الانتخابات الرئاسية في موعدها المحدد.

 

ahram

 

_____________________________________________________________________________________

 
 

Partager cet article

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Égypte : Élections _ Constitution
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : thala solidaire.over-blog.com
  •  thala solidaire.over-blog.com
  • : ThalaSolidaire est dédié à la ville de Thala, ville phare de la Révolution tunisienne. Thala est une petite agglomération du centre-ouest de la Tunisie. Elle est connue pour son histoire antique, ses sources, ses carrières de marbre, devenues une sorte de tragédie écologique et économique, sa résistance et sa misère. Thala solidaire a pour objectif de rassembler toutes les voix INDIGNÉES pour donner à cette terre ainsi qu'à toutes autres terres un droit à la vie et à la dignité…
  • Contact

Recherche

Vidéos

Catégories