Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 novembre 2012 3 28 /11 /novembre /2012 03:56

Au Caire

 

À Paris


 

_____________________________________________________________________________________________________

L'annonce de M. Morsi de modifier son décret ne calme pas les opposants

 

L'appel symbolique du président égyptien Mohamed Morsi à l'apaisement n'a manifestement pas été entendu. Des affrontements entre les opposants et les soutiens aux islamistes au pouvoir ont eu lieu ce mardi matin au Caire. Et ce malgré le compromis intervenu entre les représentants du président égyptien et les juges sur la question de l’élargissement des pouvoirs présidentiels.

C’est à l'issue d'une réunion de crise avec le Conseil suprême de la magistrature que Mohamed Morsi avait accepté lundi soir le compromis proposé par les juges. Il s’agissait de réduire la portée du décret présidentiel adopté il y a quelques jours, provoquant l'ire des militants laïcs, libéraux et des mouvances de gauche; le décret  devait empêcher toute contestation des décisions présidentielles dans l'attente de l'élection d'un nouveau parlement.

L’accord de compromis prévoit que seules ses décisions relatives aux "domaines de souveraineté" ne pourront pas faire l'objet de recours en justice, a indiqué le porte-parole du chef de l’Etat, Yasser Al. Ce dernier précisait toutefois que le décret ne serait pas amendé.

Crise loin d'être résolue

Les "domaines de souveraineté" couvriraient, d’après les analystes, les éventuelles déclarations de guerre ou la convocation d'élections anticipées. Ce terme ayant cependant été précédemment utilisé de manière plus large, il laisse la place à l'interprétation. "Le communiqué que j'ai lu est un signe que la crise est résolue", a conclu le porte-parole, insensible à cette critique.

Reprise des affrontements entre militants au Caire

C’est dans ce cadre que les Frères musulmans ont annoncé lundi soir d’annuler les contre-rassemblements prévus mardi.

Mais l’opposition ne semble pas convaincue, et sa colère est loin d'être apaisée. Hamdeen Sabahy, chef de file de la gauche égyptienne, a prévenu que les manifestations se poursuivraient jusqu'au retrait total du décret. La place Tahrir doit devenir le symbole d'une Égypte "qui n'acceptera pas un nouveau dictateur parce qu'elle a renversé le précédent", a-t-il déclaré.

De fait, les militants des deux bords se sont tout de même retrouvés ce mardi. Les heurts sporadiques, qui ont débuté il y a une semaine et se déroulent dans plusieurs rues autour de la place Tahrir, au centre de la capitale, ont repris dans la matinée aux abords de l'ambassade américaine. Les forces anti-émeutes, déployées près de la mission diplomatique, ont essuyé des jets de pierres, auxquels ils ont répondu avec des tirs de gaz lacrymogènes.

Symbole de toutes les mobilisations depuis le soulèvement contre le pouvoir de l’ancien président Hosni Moubarak, la place et les rues adjacentes avaient été réinvesties depuis quelques jours. De nombreux mouvements et partis politiques d'opposition ont appelé à des manifestations de masse mardi dans tout le pays, et en particulier sur la place. Le gros des manifestations est attendu dans l'après-midi et en soirée, après la journée de travail.

Un tribunal administratif du Caire devrait tenir la première audition concernant le recours déposé par des avocats et des militants contre le décret présidentiel ce 4 décembre. Une personne, membre des Frères musulmans, est décédée dans les manifestations de partisans et d'adversaires du chef de l’État depuis jeudi. Environ 370 autres ont été blessées. rtbf.be

 

_________________________________________________________________________________________________________


 
_______________________

 

________________________________________________________________________________________________________


 

 

____________________________________________________________________________________

Manifestation anti-Morsi sur la place Tahrir

 

Plus de 200.000 Égyptiens se sont rassemblés mardi après-midi sur la place Tahrir, au Caire, pour protester contre la décision du président islamiste Mohamed Morsi de s'arroger des pouvoirs quasi-absolus.

Mardi, les manifestations de masse, place Tahrir et dans plusieurs autres grandes villes comme à Alexandrie, étaient comparables en taille à celles de l'année dernière lors du soulèvement populaire qui a renversé l'ancien chef d'État égyptien Hosni Moubarak.

 

Agitant des drapeaux rouge, blanc et noir, et criant des slogans contre le président égyptien et les Frères musulmans, des rangs desquels il est issu, les manifestants en ont rejoint plusieurs centaines d'autres qui campent sur la place depuis vendredi dernier pour demander la révocation des décrets qu'il a pris la semaine dernière.

"Les Frères musulmans ont détourné la révolution", a lancé Rafat Magdi, un ingénieur se rendant à la manifestation. "Les gens ont ouvert les yeux (...) Aux prochaines élections, il n'auront pas de voix", a-t-il ajouté.

"D'un seul coup, Morsi promulgue une loi qui fait de lui le législateur absolu, concentrant tous les pouvoirs entre ses mains", a déclaré Mona Sadek, une manifestante de 31 ans, ingénieur diplômée, qui porte le voile islamique. "Notre révolte contre ces amendements se transforme en protestation contre les Frères musulmans".

Epicentre de la révolution

Un peu plus tôt, de nouveaux affrontements avaient éclaté entre des manifestants et des policiers.

Les heurts se produisaient près de l'ambassade des États-Unis et la place Tahrir, épicentre de la révolution qui a mis fin à 29 ans de régime autoritaire du président Hosni Moubarak en février 2011.

La police a tiré des gaz lacrymogènes en direction des manifestants qui jetaient des pierres dans une rue reliant la place à l'ambassade.

Lundi, une manifestation pro-Morsi au Caire avait été annulée de crainte d'affrontements.

Pour Gehad el-Haddad, un conseiller de la Fraternité et de son parti politique, l'opposition était "très divisée", ajoutant que le président Mohammed Morsi ne reculerait pas. "Nous n'abrogerons pas nos décrets", a-t-il déclaré à l'Associated Press.

Pour l'ancien candidat à la présidentielle, devenu aujourd'hui le principal leader d'opposition, Amr Moussa, la manifestation a montré "où les forces politiques de la nation se situaient par rapport au projet constitutionnel".

"La sagesse voudrait que la disposition constitutionnelle soit reconsidérée", a précisé Moussa, un ancien chef de la Ligue arabe, dans un interview par téléphone à la télévision CBS.

Protéger les acquis de la révolution

Mohamed Morsi, élu président en juin, affirme que les décrets qu'il a pris la semaine dernière sont nécessaire pour protéger les acquis de la révolution et la transition du pays vers un régime démocratique.

Jeudi 22 novembre, le président égyptien a renforcé notablement son pouvoir en adoptant plusieurs amendements constitutionnels. Il a également accordé l'immunité à la commission chargée de rédiger une nouvelle Constitution pour empêcher qu'elle ne soit dissoute par décision de justice, ainsi qu'à la chambre haute du Parlement. Ces deux instances sont dirigées par ses alliés islamistes des Frères musulmans.

Les magistrats de la plus haute cour de justice égyptienne ont déclaré samedi dernier que les récents amendements grâce auxquels le président égyptien Mohamed Morsi s'octroie de nouveaux pouvoirs constituaient "une atteinte sans précédent à l'indépendance du pouvoir judiciaire et ses décisions" tempsreel.nouvelobs

 

__________________________________________________________________

Mardi, des dizaines de milliers de manifestants se sont réunies place Tahrir.

 

Mardi, des dizaines de milliers de manifestants se sont réunies place Tahrir.  K. HAMRA / AP / SIPA

 Le président, qui vient de s'arroger tous les pouvoirs via un décret, provoque un tollé

Même son prédécesseur, Hosni Moubarak, chassé du pouvoir en février 2011 par la « révolution du Nil », n'avait pas été jusque-là. Le président égyptien Mohamed Morsi, issu des Frères musulmans, s'est arrogé tous les pouvoirs par un décret publié jeudi, le plaçant au-dessus de la loi.

« Rapport de force »

Cette décision – survenue alors que Morsi venait d'être félicité par Washington pour sa médiation réussie dans le conflit au Proche-Orient – a déclenché la colère de ses opposants, qui redoutent de voir l'Egypte renouer avec l'autoritarisme. Mardi, des dizaines de milliers de manifestants se sont réunies place Tahrir pour la cinquième journée consécutive, afin de réclamer l'abrogation du décret. C'est la plus forte mobilisation depuis l'élection de Morsi en juin. « Il s'est mis tout le monde à dos. Il a même ligué contre lui l'opposition non islamiste, jusqu'ici divisée », note Stéphane Lacroix, professeur à Sciences-Po Paris.

C'est la troisième fois que Mohamed Morsi tente un coup de force. En juillet, il avait été accusé de « coup d'Etat constitutionnel » en annulant la dissolution de l'Assemblée. Jeudi, il a tenté de limoger le procureur général d'Egypte. Les deux fois, il a fini par faire marche arrière. Le fera-t-il à nouveau ? « On verra. Cela dépend de l'importance des manifestations, et de la réaction des magistrats. C'est un rapport de force. Mais s'il maintient le décret, le peu qu'il restait de la révolution aura définitivement disparu », estime Jean-Noël Ferrié, chercheur au CNRS.
 

De son côté, Morsi réfute toute dérive autoritaire. Il argue que ce décret est nécessaire pour accélérer la transition démocratique, et provisoire, avant l'adoption de la future Constitution, elle-même controversée –, puisque selon le projet actuel, la charia deviendrait un texte de loi et plus seulement des valeurs générales. L'armée, elle, observe pour l'instant le silence. « Elle n'interviendra que si cela dégénère », estime Stéphane Lacroix, jugeant la situation « très incertaine ». 20minutes.fr

_____________________________________________________________________________

Débat ! 

 


 

 


 

Partager cet article

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Égypte : Place TAHRIR jan25
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : thala solidaire.over-blog.com
  •  thala solidaire.over-blog.com
  • : ThalaSolidaire est dédié à la ville de Thala, ville phare de la Révolution tunisienne. Thala est une petite agglomération du centre-ouest de la Tunisie. Elle est connue pour son histoire antique, ses sources, ses carrières de marbre, devenues une sorte de tragédie écologique et économique, sa résistance et sa misère. Thala solidaire a pour objectif de rassembler toutes les voix INDIGNÉES pour donner à cette terre ainsi qu'à toutes autres terres un droit à la vie et à la dignité…
  • Contact

Recherche

Vidéos

Catégories