Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mai 2012 6 05 /05 /mai /2012 06:26

Des heurts entre l'armée et des manifestants font 2 morts et près de 300 blessés

 

 

 

Deux personnes ont été tuées, dont un soldat, et au moins 130 autres blessées, ce vendredi, dans des affrontements entre manifestants hostiles au pouvoir militaire et soldats des forces anti-émeutes au Caire, a-t-on appris de sources hospitalières. Ces affrontements ont eu lieu dans le quartier d'Abbassiya, près du ministère de la Défense, faisant encore monter la tension à l'approche de l'élection présidentielle dont le premier tour est prévu à la fin du mois. 170 personnes ont par ailleurs été arrêtées.

Des responsables de l'hôpital universitaire Al-Zahra ont déclaré avoir reçu les corps de deux personnes tuées dans les affrontements.


Des médecins sur place ont dit que les deux personnes avaient été tuées par des tirs. Selon le ministère de la santé égyptien, le soldat, décrit comme un appelé, a été touché par balle à l'estomac.

 

Les manifestants ont échangé des jets de pierres avec les forces anti-émeutes de l'armée, qui ont aussi utilisé un canon à eau, des gaz lacrymogènes et chargé la foule à plusieurs reprises.


Couvre-feu imoposé

 
Les affrontements se sont transformés en courses-poursuites avec des véhicules militaires dans de nombreuses rues du quartier d'Abbassiya, à proximité du ministère, où des tirs nourris ont été entendus au milieu de scènes de chaos.

Les services de sécurité ont assuré qu'il s'agissait de tirs de semonce pour tenter de disperser la foule.

Malgré une relative accalmie en fin d'après-midi, les affrontements ont repris en intensité en début de soirée. Un couvre-feu sera imposé à partir de 23h locales (21h GMT) vendredi jusqu'à samedi matin dans le secteur du ministère, a déclaré le général Moukhtar al-Moulla, membre du Conseil suprême des forces armées (CSFA), dans une allocution télévisée.  letelegramme

 

 

_________________________________

حظر التجوال بميدان العباسية ومحيط وزارة الدفاع 

 

في مواجهة حاسمة لأحداث العنف التي شهدها ميدان العباسية والشوارع المؤدية إليه أمس‏,‏ والتي أسفرت عن
إصابة نحو150 شخصا, قرر المجلس الأعلي للقوات المسلحة فرض حظر التجوال في ميدان العباسية ومحيط وزارة الدفاع والطرق المؤدية إليها.

 

, بدءا من الساعة الحادية عشرة مساء أمس الجمعة وحتي السابعة صباح اليوم السبت.
وأهاب المجلس العسكري بجميع المواطنين ـ في بيان له مساء أمس ـ الالتزام التام بقرار الحظر, مؤكدا أن القوات المسلحة ستتصدي بكل حزم وحسم لكل من يحاول مخالفة ذلك.

 
كان مصدر عسكري أعلن أنه تم إلقاء القبض علي170 متهما حاولوا اقتحام وزارة الدفاع وأحدثوا إصابات بعسكريين في أثناء تأديتهم مهامهم, وأضاف المصدر أنه يجري التحقيق حاليا مع المقبوض عليهم من قبل النيابة العسكرية.

 
وقد توقفت الحركة في عدد من محطات مترو الأنفاق, هي غمرة والدمرداش ومنشية الصدر بسبب الأحداث.
كانت اشتباكات عنيفة قد وقعت بين المتظاهرين وقوات الأمن والشرطة العسكرية أمام وزارة الدفاع بالعباسية, أسفرت عن إصابة نحو150 بينما ساد الهدوء أمس ميدان التحرير الذي شهد مظاهرة حملت شعار حماية الثورة وحقن الدماء. وفي نهاية يوم مشحون بالتوتر والمحاولات المتكررة من جانب المتظاهرين للوصول إلي مقر وزارة الدفاع, تمكنت قوات الشرطة العسكرية والأمن المركزي من فض المتظاهرين بالشارع المؤدي إلي مقر الوزارة, ومن إحراق خيام المعتصمين وإزالتها, بعد قيام بعضهم باستخدام الأسلحة النارية تجاه قوات الجيش.

 
وفور بدء عملية فض الاعتصام في نحو الخامسة بعد ظهر أمس, لاذ المعتصمون بالفرار إلي ميدان العباسية في المنطقة المحيطة بمسجد النور, وتسبب ذلك في تدافعهم مما أدي إلي زيادة عدد الإصابات وبعدها انسحبت قوات الشرطة نهائيا من الميدان. وأكد مصدر عسكري أن قوات الشرطة التي تقوم بتأمين مقر وزارة الدفاع التزمت بضبط النفس إلي أقصي درجة رغم استفزازات وتحرشات المعتصمين, الذين قام بعضهم بمحاولة تخطي الحواجز الشائكة في محاولة للوصول إلي مقر الوزارة وقاموا بإلقاء الحجارة والزجاج علي رجال الشرطة العسكرية مما أدي إلي حدوث إصابات بين عدد من أفراد الشرطة العسكرية. وأضاف أن الشرطة اضطرت لاستخدام المياه لتفريقهم.

 
وقد تمكنت قوات الدفاع المدني من السيطرة علي حريق أشعله مجهولون بالقرب من مبني مرور الوايلي بالعباسية قبل امتداده إلي المبني.

 
وفي ميدان التحرير, أعلن الآلاف احتجاجهم علي إراقة دماء المصريين, وتدهور الأوضاع السياسية

والاقتصادية والأمنية خلال المرحلة الانتقالية.

ahram

 

_______________________________________________________

Des dizaines de blessés dans des heurts entre manifestants et soldats au Caire

Une soixantaine de personnes ont été blessées vendredi au Caire dans des heurts entre manifestants hostiles au pouvoir militaire et soldats à proximité du ministère de la Défense, faisant encore monter la tension à l'approche de la présidentielle prévue à la fin du mois.

Les manifestants ont échangé des jets de pierres avec les forces anti-émeutes de l'armée, qui ont aussi utilisé un canon à eau, des gaz lacrymogènes et chargé la foule à plusieurs reprises.

Un journaliste de l'AFP a vu plusieurs manifestants blessés évacués sur des motos ou à bord d'ambulances, et la télévision égyptienne a également montré des militaires blessés portés par d'autres soldats.

Les affrontements se sont transformés en courses-poursuites avec des véhicules militaires dans de nombreuses rues du quartier d'Abbassiya, à proximité du ministère, où des tirs nourris ont été entendus au milieu de scènes de chaos.

Les services de sécurité ont assuré qu'il s'agissait de tirs de semonce pour tenter de disperser la foule.

Le ministère de la Santé a fait état dans un bilan provisoire de 59 personnes blessées, dont cinq ont été transportées dans un hôpital, les autres étant soignées sur place.

Selon une source militaire, les soldats, aidés par la police et des "résidents" du quartier, ont arrêtés 40 personnes présentées comme des "voyous".

En fin d'après-midi, certains manifestants ont commencé de se diriger vers la place Tahrir, dans le centre ville, théâtre d'un autre rassemblement, dans le calme, depuis la matinée.

Une manifestation a également eu lieu à Alexandrie (nord), deuxième ville du pays et fief islamiste. Tous ces rassemblements étaient soutenus par plusieurs mouvements pro-démocratie ainsi que par des organisations islamistes comme les Frères musulmans, première force politique du pays.

Le Conseil suprême des forces armées (CSFA) avait émis dès jeudi de fermes avertissements contre toute menace sur les bâtiments et installations militaires.

Ces derniers jours, la contestation a été largement alimentée par des partisans d'un salafiste dont la candidature a été invalidée pour la présidentielle, Hazem Abou Ismaïl.

Mais de nombreux manifestants exprimaient vendredi la crainte plus large de voir l'armée chercher à manipuler l'élection présidentielle historique dont le premier tour est prévu les 23 et 24 mai.

"Nous ne voulons plus du CSFA, nous ne lui faisons pas confiance, il suit l'exemple de Moubarak", affirmait Mohammed Badawi, membre de la "Coalition des jeunes de la révolution", venu de la ville d'Ismaïliya, sur le canal de Suez, pour manifester dans la capitale.

Un manifestant originaire de Mansourah, dans le delta du Nil, Ahmed Gamal, redoutait de voir les élections "truquées": "Après la révolution, nous aurions dû avoir une commission électorale intègre. A la place, nous en avons une corrompue".

Mercredi, des affrontements extrêmement violents entre des manifestants réunis à proximité du ministère de la Défense et des assaillants en civil avaient fait neuf morts selon les autorités, 20 selon des sources médicales.

L'Egypte a connu de nombreuses manifestations, parfois meurtrières, contre le pouvoir militaire depuis la chute de M. Moubarak en février 2011 et la prise de contrôle du pays par le CSFA.

Le CSFA a promis jeudi que cette présidentielle, la première depuis le départ de M. Moubarak, serait "100% honnête et transparente". Il a aussi rappelé son engagement de revenir à un pouvoir civil avant la fin juin, dès que le nouveau chef de l'Etat aurait été élu.

Deux des principaux candidats sont des anciens de l'ère Moubarak: l'ex-ministre des Affaires étrangères et ancien chef de la Ligue arabe Amr Moussa, et le dernier Premier ministre du régime déchu Ahmad Chafiq.

Le camp islamiste est principalement représenté par un candidat des Frères musulmans, Mohammed Morsi, et un dissident de la confrérie, Abdel Moneim Aboul Foutouh, soutenu par un large éventail politique allant des salafistes à de jeunes militants pro-démocratie. tempsreel.nouvelobs

Partager cet article

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Égypte : Place TAHRIR jan25
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : thala solidaire.over-blog.com
  •  thala solidaire.over-blog.com
  • : ThalaSolidaire est dédié à la ville de Thala, ville phare de la Révolution tunisienne. Thala est une petite agglomération du centre-ouest de la Tunisie. Elle est connue pour son histoire antique, ses sources, ses carrières de marbre, devenues une sorte de tragédie écologique et économique, sa résistance et sa misère. Thala solidaire a pour objectif de rassembler toutes les voix INDIGNÉES pour donner à cette terre ainsi qu'à toutes autres terres un droit à la vie et à la dignité…
  • Contact

Recherche

Vidéos

Catégories