Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 février 2011 7 13 /02 /février /2011 18:57


tahrir_13-02-1-copie-1.jpg

 

Après le départ de Hosni Moubarak vendredi 11 février, l’armée dirige la transition, annonçant la dissolution du Parlement et la révision de la Constitution. L’opposition s’organise et les exigences sociales restent élevées

Qui gouverne désormais l’Égypte ?

L’armée dirige le pays à travers le haut conseil militaire, issu du conseil suprême des forces armées. Ce haut conseil est composé de cinq hommes : les trois chefs des armées de terre, air et mer, le chef d’état-major Sami Anan et le ministre de la défense, le maréchal Mohamed Hussein Tantaoui, qui le dirige.

S’il fallait chercher un homme fort au sein des militaires, c’est Sami Anan, 62 ans, qui semble être à la fois proche des Américains et des Frères musulmans. Formé dans l’ancienne Union soviétique, passé par l’École de guerre en France, ce général se trouvait aux États-Unis, où il conduisait une délégation, lorsque les manifestations ont commencé.

« Il n’y a pas d’homme fort qui domine dans ce conseil », affirme cependant Amr El Chobaki, président du Forum arabe pour des alternatives. Quant à Omar Souleimane, il a disparu du spectre politique égyptien. Il n’est plus vice-président, ni chef des services de renseignement, où un successeur a été nommé à ce poste.

Comment s’organise la transition ?

Rapidement, le conseil suprême des forces armées a annoncé que le gouvernement, nommé quelques jours avant son départ par Hosni Moubarak, restait en place provisoirement pour assurer la gestion des affaires courantes. Il a aussi annoncé que 43 ministres feront l’objet d’une enquête, dont l’ancien premier ministre Ahmed Nazif, le ministre de l’intérieur, Habib Al Adli, et le ministre de l’information, Anas El Feki, qui ont l’interdiction de quitter le territoire.

L’armée a annoncé par ailleurs qu’elle « restera engagée envers tous ses traités régionaux et internationaux », et ce afin de rassurer son voisin israélien, avec qui l’Égypte a signé un traité de paix, comme la Jordanie.

L’armée a par ailleurs garanti « une transition pacifique du pouvoir dans le cadre d’un système libre et démocratique qui permettra à un pouvoir civil issu d’élections de gouverner le pays afin d’édifier un État démocratique et libre ». Hier en fin d’après-midi, elle n’avait pas encore fixé de calendrier. Mais elle veut aller vite et ne compte pas rester longtemps au pouvoir.

Elle a fait dès dimanche 13 février une série d’annonces : dissolution du Parlement, suspension de la Constitution et élection présidentielle en septembre. La dissolution des deux chambres, dominées par le parti de Hosni Moubarak, et la révision de la Constitution répondent à des revendications fortes de la rue. Le haut conseil de l’armée veut éviter que les manifestants retournent sur la place Tahrir.

Mais le départ de Hosni Moubarakn’a en rien fait baisser le niveau des revendications : reste encore la levée de l’état d’urgence et le changement de gouvernement. Amr El Chobaki n’exclut pas qu’une fois écrite la nouvelle Constitution pourrait être soumise à référendum puisque le Parlement a été dissous.

En attendant, « le conseil suprême des forces armées publiera des décrets à valeur de loi pendant la période transitionnelle » et « le gouvernement d’Ahmad Chafik est chargé de continuer à travailler jusqu’à la formation d’un nouveau gouvernement », selon un communiqué lu hier à la télévision d’État. La transition doit durer six mois.

L’armée peut-elle être le moteur du développement économique ?

Devant tous les ministères situés à quelques encablures de la place Tahrir, les fonctionnaires étaient hier dehors pour réclamer des augmentations de salaires, y compris devant le ministère de l’intérieur.

Les militaires, chargés de protéger l’entrée du ministère, perchés sur leurs chars, semblaient désemparés devant ces hommes en uniforme noir criant : « On veut des salaires décents. » Le premier ministre a promis aussi des mesures sur les prix pour les produits de base, comme le pain.

L’histoire de l’Égypte montre que l’armée a été, dans le passé, moteur du développement. Elle l’a été sous le règne de Mehemet Ali, en 1805, considéré comme le modernisateur du pays en raison des importantes réformes qu’il a entreprises dans l’armée, l’économie – construction de barrages et d’infrastructures – et l’éducation. Elle est considérée aujourd’hui comme « une institution professionnelle », selon Amr El Chobaki, insistant sur le sentiment de fierté des Égyptiens pour leurs forces armées.

De fait, les soldats n’ont jamais tiré sur les manifestants lors des derniers événements. Elle a veillé à rester neutre, y compris lors des affrontements entre pro et anti-Moubarak. Selon des sources diplomatiques, c’est aussi l’armée qui, voyant la déception et la détermination des manifestants après le discours de Hosni Moubarak jeudi soir, a mis ce dernier sous pression.

Mais l’armée égyptienne laisse perplexe plus d’un observateur étranger pour qui les militaires ont un sens très aigu des affaires. « C’est une société extrêmement secrète et un pouvoir économique.

L’armée possède des intérêts dans de nombreuses sociétés », indique l’un d’eux, comparant son poids à celui de l’armée en Turquie ou au Pakistan : « Il fallait qu’elle agisse contre Moubarak, dont le maintien à la tête du pays menaçait l’économie et donc leurs intérêts. » Jusqu’à présent, la hiérarchie militaire s’est beaucoup enrichie, mais elle n’en a pas vraiment fait profiter le pays.

Que fait l’opposition ?

Elle s’organise pour maintenir la pression sur le pouvoir. Le mouvement des jeunes du 6 avril, les jeunes des Frères musulmans, l’association nationale pour le changement de Mohamed El Baradei, justice et liberté, et le Parti du front démocratique, ont formé la « coalition des jeunes de la révolution ».

Ils ont nommé Ahmed Zewail, un prix Nobel de chimie, pour négocier avec les militaires. Cette coalition sera habilitée à appeler à des manifestations ou à les annuler en fonction des développements de la situation. Un grand rendez-vous a été fixé pour vendredi prochain pour célébrer la révolution.

La coalition propose la mise en place d’un conseil présidentiel de transition de cinq membres constitué de quatre civils et d’un militaire. Elle réclame la formation d’un gouvernement provisoire (elle appelle à la dissolution du gouvernement nommé par l’ancien président Moubarak, le 29 janvier), pour préparer des élections dans un délai de neuf mois et une instance pour élaborer une nouvelle Constitution démocratique.

L’Égypte a-t-elle déjà connu une période de démocratie ?

Après 1919 et jusqu’à la révolution des officiers libres menée par Gamal Abdel Nasser en 1952, qui a mis fin au règne du roi Farouk, l’Égypte a connu une monarchie constitutionnelle. Durant cette période, le régime accordait une grande marge de liberté. Il comptait des ministres coptes, et même un premier ministre, et de vrais partis politiques.

Quel sort est réservé au président Hosni Moubarak et à sa famille ?

Le président et sa famille sont partis vendredi au bord de la mer Rouge, à la station de Charm-El-Cheikh. Hier, la télévision égyptienne annonçait que le président et ses deux fils, Alaa et Gamal (leur grand-mère maternelle étant écossaise, ils possèdent un passeport britannique), feraient l’objet d’une enquête sur leur fortune. La Suisse a annoncé samedi qu’elle demandait aux banques suisses de bloquer les avoirs de la famille.

Agnès ROTIVEL (au Caire)

 

Lien : http://www.la-croix.com/article/index.jsp?docId=2455321&rubId=55351

Partager cet article

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Égypte : Élections _ Constitution
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : thala solidaire.over-blog.com
  •  thala solidaire.over-blog.com
  • : ThalaSolidaire est dédié à la ville de Thala, ville phare de la Révolution tunisienne. Thala est une petite agglomération du centre-ouest de la Tunisie. Elle est connue pour son histoire antique, ses sources, ses carrières de marbre, devenues une sorte de tragédie écologique et économique, sa résistance et sa misère. Thala solidaire a pour objectif de rassembler toutes les voix INDIGNÉES pour donner à cette terre ainsi qu'à toutes autres terres un droit à la vie et à la dignité…
  • Contact

Recherche

Vidéos

Catégories