Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 juin 2012 2 26 /06 /juin /2012 03:56

Le candidat des Frères musulmans Mohamed Morsi l'a donc emporté face au candidat soutenu par les militaires en Égypte. Mais ses pouvoirs sont pour l'instant rognés par l'armée, qui "joue le temps dans une partie d'échecs où les stratégies demeurent complexes et floues", commente Maxime Pinard, chercheur à l'IRIS.

EGYPTE. La nouvelle est tombée dimanche, provoquant des scènes de joie immenses sur la place Tahrir au Caire : Mohamed Morsi, le candidat des Frères musulmans, a été déclaré vainqueur de l'élection présidentielle en Égypte, face à Ahmad Chafiq, le dernier Premier ministre d'Hosni Moubarak.

 

 Le Frère musulman Mohamed Morsi, élu président d'Egypte. Ici au Caire, le 13/06/12 (LEVINE/SIPA)

Le Frère musulman Mohamed Morsi, élu président d'Egypte. Ici au Caire, le 13/06/12 (LEVINE/SIPA)

 

L'annonce met fin à une semaine d'attente interminable, où les spéculations allaient bon train sur d'éventuelles manipulations, fraudes, visant à faire gagner l'un ou l'autre. Il y en a sans doute eu, mais l'écart entre les deux candidats, près d'un million de voix selon les dernières estimations, est suffisamment important pour qu'il n'y ait pas de contestation.

 

D'ailleurs Ahmad Chafiq a rapidement reconnu sa défaite ; quant à ses supporters, ils ont fait part de leur très grande déception, mais également de leur crainte qu'un Frère musulman soit désormais à la tête du plus grand pays arabe.

 

Un président Frère musulman : des craintes et des défis à relever


Le reproche sous-entendu serait que les idées des Frères musulmans ne correspondent pas à celles du peuple égyptien et que ce dernier ne se reconnaîtrait pas dans ce nouveau pouvoir. Lors de sa première déclaration télévisée, le président Morsi a cherché à rassurer, affirmant qu'il serait "le président de tous les Égyptiens".

 

Notons au passage que de nombreux chefs d’États l'ont déjà félicité et témoigné de leur volonté de travailler ensemble, lui conférant ainsi une légitimité internationale qui n'était pas nécessairement envisageable aussi rapidement, eu égard aux craintes que suscitent dans de nombreux pays les Frères musulmans.

Tous les regards sont donc tournés vers ce nouveau président qui doit répondre à des défis immenses. L'économie fonctionne au ralenti, la désorganisation provoquée par le renversement de Moubarak ayant accentué le processus. De même, l’Égypte est confrontée au problème d'une jeunesse très nombreuse qui n'a aucune perspective d'avenir, le chômage des jeunes étant une plaie dans ce pays qui ne parvient pas à profiter de ses ressources internes.

 

Des investissements étrangers seront nécessaires pour aider le pays à se sortir de la crise multiple qu'il traverse ; leur importance dépendra de la politique menée par Morsi et du discours qu'il tiendra, aux niveaux national et international. Mais surtout, le président Morsi devra répondre au défi sécuritaire du pays s'il veut faire venir les entreprises étrangères ; il pourra compter pour ce faire sur l'armée qui a une position stratégique dans le pays.

 

Morsi, les mains liées à l'armée égyptienne


Alors que tous se focalisent sur l'élection présidentielle, on en oublierait presque que Morsi est pour l'instant un président sans pouvoir réel, qu'il a les mains liées et que toute initiative politique est actuellement dépendante des projets de l'armée.

 

En effet, le 14 juin dernier, l'armée procédait à ce que Hossam Bahgat (un défenseur des droits de l'homme) appelle "un coup militaire (...) doux". Le chef du Conseil suprême des forces armées (CSFA), le Maréchal Tantaoui confirmait la décision de la Haute Cour constitutionnelle d'invalider un tiers des sièges de la chambre basse du Parlement, l'élection des députés concernés étant jugée contraire à la Constitution de 1973, rendant ainsi le Parlement impuissant.

 

De nouvelles élections sont donc à organiser, alors que les Frères musulmans avaient obtenu la moitié des sièges, et les fondamentalistes salafistes un quart. Par ailleurs, la Haute cour de justice avait également été à l'encontre de l'avis du tout jeune Parlement en validant la candidature de Chafiq. Pour rappel, le Parlement avait voté une loi d'isolement pour écarter les anciens membres du régime de Moubarak.

 

Partie d'échecs face à l'armée


Certes, l'armée a promis de laisser le pouvoir législatif dès qu'un nouveau Parlement sera élu, mais aucune date n'a été avancée. De même que se pose le problème de la nouvelle constitution à rédiger, qui va prendre du retard, les membres chargés de la rédiger ne bénéficiant pas de l'immunité nécessaire à une telle mission. L'armée joue donc le temps dans une partie d'échecs où les stratégies demeurent complexes et floues.

En acceptant l'élection de Morsi, l'armée cherche à montrer qu'elle veut respecter le choix des électeurs, mais son initiative récente à l'encontre du Parlement témoigne du contraire.... Paradoxe délicat à gérer, mais pas ingérable pour autant. L'armée demeure le pouvoir principal dans ce pays, et cette donnée avait été occultée par les manifestants de la place Tahrir qui ne voyaient le pouvoir que dans sa dimension politique et non militaire.

 

En outre, l'absence de critique forte des États-Unis, qui pourtant font tenir l'édifice militaire égyptien via leur aide financière colossale, leur laisse le champ libre pour agir. La Maison Blanche ne semble conditionner son aide qu'au respect du traité entre Israël et l’Égypte.

L'élection de Morsi n'est pas l'aboutissement d'un processus mais bien un coup d'essai pour ce pays en reconstruction, qui doit se repenser pour répondre aux problèmes qui le gangrènent. L'armée a laissé un pion avancer, mais s'est arrangée pour toujours peser dans le destin du pays. Les prochaines élections législatives permettront d'avoir une vue plus claire des nouveaux rapports de force pouvoir politique/pouvoir militaire.

 

nouvelobs

Partager cet article

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Tunisie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : thala solidaire.over-blog.com
  •  thala solidaire.over-blog.com
  • : ThalaSolidaire est dédié à la ville de Thala, ville phare de la Révolution tunisienne. Thala est une petite agglomération du centre-ouest de la Tunisie. Elle est connue pour son histoire antique, ses sources, ses carrières de marbre, devenues une sorte de tragédie écologique et économique, sa résistance et sa misère. Thala solidaire a pour objectif de rassembler toutes les voix INDIGNÉES pour donner à cette terre ainsi qu'à toutes autres terres un droit à la vie et à la dignité…
  • Contact

Recherche

Vidéos

Catégories