Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 décembre 2012 4 13 /12 /décembre /2012 19:56

Conférence de presse de Houcine Abassi, SG de l'UGTT

 

 

_______________________________________________________________________________

 

«Les gouvernements passent mais l'Ugtt reste», déclare Houcine Abassi

 

 

Tunisie : «Les gouvernements passent mais l’Ugtt reste», déclare Houcine Abassi«Les gouvernements passent mais l'Ugtt reste et sera toujours une organisation indépendante dont la principale mission est de servir l'intérêt supérieur du pays», a déclaré, jeudi, Houcine Abassi.

Le secrétaire général de l'Union générale tunisienne du travail (Ugtt), qui s'exprimait lors d'un point de presse, tenu jeudi, au lendemain de la signature d'un accord entre le gouvernement et l'organisation syndicale stipulant l'annulation de la grève générale prévue pour aujourd'hui, a mis l'accent sur le rôle important de l'Ugtt aussi bien au niveau national que social.

«Il est temps de relancer l'initiative de l'Ugtt et d'ouvrir le dialogue entre les acteurs de la scène politiques pour parvenir à un consensus sur les prochaines échéances et à une feuille de route pour les prochaines élections», a aussi déclaré Houcine Abassi.

L'indépendance de l'Ugtt n'est pas négociable

Revenant sur les raisons qui ont poussé l'organisation à prendre la décision de la grève générale, le responsable syndical a rappelé que celle-ci a été prise suite aux «agressions successives qui ont ciblé les syndicalistes et les locaux de l'organisation ouvrière».

Il a estimé que «ces agressions qui ont été planifiés, organisés et probablement financés visaient à mettre en cause l'indépendance de l'Ugtt», affirmant qu'«aucune partie ne pourra parvenir à réaliser ces desseins et que seules les bases et les structures de l'Ugtt sont habilités à introduire des changements au sein de l'organisation par voie démocratique à travers des élections».

«Les gouvernements passent mais l'Ugtt reste et sera toujours une organisation indépendante dont la principale mission est de servir l'intérêt supérieur du pays», a-t-il précisé.

«C'est justement dans le souci d'éviter la montée des violences et d'apaiser les tensions que l'Ugtt a décidé d'annuler la grève générale», a ajouté Abassi.

Les termes de l'accord avec le gouvernement

Le secrétaire général de l'Ugtt a rappelé que l'accord conclu avec le gouvernement stipule que celui-ci s'engage à garantir la protection et la défense des organisations et des personnes et à condamner les agressions commises contre les syndicalistes le 4 décembre dernier.

L'accord prévoit, également, l'ouverture d'une enquête judiciaire sur cette affaire et la constitution d'une commission mixte (gouvernement-Ugtt) pour enquêter sur les agressions menées par les «ligues de protection de la révolution» – considérées comme des milices d'Ennahdha – à l'encontre de l'Ugtt.

La commission, qui sera créée dans un délai de 10 jours à compter de la date de signature de l'accord, est tenue de présenter au bout d'un mois son rapport au chef du gouvernement qui le transmettra, à son tour, à la justice.

«Nous allons assurer le suivi de ce dossier et voir si ce rapport sera juste et équitable», a-t-il souligné, faisant savoir que la commission administrative se réunira au moment opportun pour évaluer le rapport et prendre les décisions qui s'imposent.

Abassi a fait part de son souhait de voir «ce feuilleton de la violence prendre fin», mettant l'accent sur l'impératif d'ouvrir un dialogue à grande échelle autour de ce sujet, d'apaiser les tensions et surtout de parachever l'élaboration de la nouvelle constitution de la Tunisie qui doit garantir la protection de tous les droits et libertés, rompre avec la violence et favoriser la cohabitation entre toutes les composantes de la société. kapitalis

 

 

 

 

_______________________________________________________________________________________________________

 

Hamma El Hammami

Partie I

 

Partie II

 

Partie III

 

 

 

___________________________________________________________________________________________

La Tunisie s'enfonce dans le marasme

Des heurts à Siliana, le 30 novembre 2012.

Des heurts à Siliana, le 30 novembre 2012. © AFP


 

Affrontements politiques, économie anémique, réformes au point mort... Deux ans après la révolution, la Tunisie n'est toujours pas stabilisée. Et pâtit de l'intolérance et de l'incompétence d'une frange du parti Ennahdha.

 

La Tunisie s'enfonce. Chaque jour un peu plus. Les signes inquiétants se multiplient, et les affrontements, qui ne sont pas seulement verbaux, sont quasi permanents. Les sentiments les mieux partagés ? Bellicisme pour les plus engagés ; irrésolution pour les autres. Voici aussi venu le temps des démonstrations de force : un jour, les salafistes ; le lendemain, l'opposition ou les habitants des régions défavorisées ; le surlendemain, les syndicats ou les désormais célèbres comités de défense de la révolution, sombres émanations miliciennes d'Ennahdha.

 

Dernier épisode en date : l'attaque, le 4 décembre, par lesdits miliciens, du siège de l'Union générale tunisienne du travail (UGTT), la puissante centrale syndicale devenue le véritable fer de lance de l'opposition aux islamistes. Conséquence : une grève générale a été annoncée pour le 13 décembre, mais elle a été annulée in extremis.


 

 

Le contexte de ces joutes n'est guère plus rassurant : plus de un an après les élections, la Constituante avance à un rythme de tortue luth, le chômage progresse, les prix flambent et les investisseurs attendent une éclaircie qui ne vient pas. Comment en est-on arrivé là ? Il y a d'abord des raisons objectives, inhérentes à une transition menée dans un pays où les élites, qui n'ont connu que la dictature, n'ont jamais été préparées à diriger, et où la perspective d'accéder enfin au pouvoir a aiguisé tous les appétits. Mais il en existe d'autres, dont la moindre n'est pas le comportement d'Ennahdha. Car la formation islamiste est bel et bien au coeur de ce maelstrom.

 

Fracture

 

Jusqu'aux élections du 23 octobre 2011, le parti de Rached Ghannouchi, traversé de courants contradictoires mais au mode de fonctionnement interne beaucoup plus démocratique qu'on ne le pense, avançait masqué. À l'époque, son principal clivage interne opposait modernistes et conservateurs. Depuis son arrivée au pouvoir, qu'il partage avec des partenaires beaucoup moins puissants, le Congrès pour la République du président Moncef Marzouki, et Ettakatol, de Mustapha Ben Jaafar (à la tête de l'Assemblée), cette fracture interne s'est déplacée sur un autre front, celui de l'intérêt général. D'un côté, ceux qui, conscients qu'il faut sortir le pays de l'ornière et renouer les fils du dialogue politique, ont le sens de l'État. De l'autre, une frange de dirigeants et de militants qui n'ont qu'une idée en tête : conquérir chaque pan d'un pouvoir qu'ils ne veulent plus partager.

 

Cette opposition épouse les contours historiques d'une formation dont les membres ont suivi deux parcours distincts. Les uns ont passé de longues et éprouvantes années dans les geôles de Ben Ali, les autres ont vécu en exil. Les premiers, paradoxalement, incarnent le camp des « patriotes » et ne semblent guère assoiffés de revanche. Ils connaissent vraiment la Tunisie, ont noué des relations parfois étonnantes en prison et sont moins sensibles au chant des sirènes wahhabites venues du Moyen-Orient que leurs collègues qui en ont été bercés à Londres ou ailleurs. Une dualité que l'on retrouve au sommet du parti, entre un Hamadi Jebali qui fait montre d'un certain sens de l'État et un Ghannouchi dont les discours font souvent froid dans le dos. Résultat : Ennahdha, divisée, ne parvient pas à maîtriser un pouvoir trop lourd pour elle. Ce qui ne l'empêche nullement d'installer ses ouailles à tous les échelons, y compris au sein d'une administration jadis réputée efficace. À force de placer ses partisans - qui sont souvent loin d'avoir le niveau requis -, elle s'expose à une volée de critiques sur son incompétence.

 

Contre-pouvoirs


Légitimée par les urnes mais fragilisée par son bilan, Ennahdha n'est plus aussi sûre de dominer la scène politique. L'opposition s'est réorganisée autour de Béji Caïd Essebsi, l'ancien Premier ministre, et de sa formation, Nidaa Tounes. Le président Marzouki prend ses distances. La société civile et l'UGTT s'érigent en contre-pouvoirs. Ennahdha est donc souvent tentée de passer en force. Elle veut ainsi coûte que coûte contrôler l'Instance supérieure indépendante pour les élections (Isie), chargée d'organiser les prochains scrutins, présidentiel et législatif. Résultat, il semble peu probable que l'échéance fixée, autour de juin 2013, puisse être tenue. Kamel Jendoubi, ex-(et peut-être futur) patron de l'Isie, estime en effet à huit mois le délai nécessaire, une fois la composition de l'Instance décidée et les textes adoptés - ce qui n'est toujours pas fait - pour tout mettre en place.

 

L'issue de la transition et l'avenir des Tunisiens sont pour l'essentiel entre les mains d'Ennahdha. Les termes de l'équation, finalement, sont simples : si les islamistes comprennent que, compte tenu des spécificités du pays, de son histoire et de l'intérêt général, c'est à eux d'évoluer et de s'adapter aux réalités d'une Tunisie plurielle, ouverte sur le monde en général, et sur l'Europe en particulier, l'espoir est permis. Si, au contraire, ils s'entêtent à vouloir imposer par la contrainte un projet de société dont une grande partie du pays ne veut pas et à gouverner seuls, la révolution, lancée il y a maintenant deux ans, aura échoué...  Jeuneafrique.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Tunisie : Kasbah 1 et 2_Manifs_ Initiative-UGTT
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : thala solidaire.over-blog.com
  •  thala solidaire.over-blog.com
  • : ThalaSolidaire est dédié à la ville de Thala, ville phare de la Révolution tunisienne. Thala est une petite agglomération du centre-ouest de la Tunisie. Elle est connue pour son histoire antique, ses sources, ses carrières de marbre, devenues une sorte de tragédie écologique et économique, sa résistance et sa misère. Thala solidaire a pour objectif de rassembler toutes les voix INDIGNÉES pour donner à cette terre ainsi qu'à toutes autres terres un droit à la vie et à la dignité…
  • Contact

Recherche

Vidéos

Catégories