Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mai 2012 6 05 /05 /mai /2012 04:55

Le congrès du parti au pouvoir perturbé par la fronde étudiante

 

Jets de projectiles par des manifestants, largage de gaz irritants par la police anti-émeute, foule en panique, heurts, interpellations: le congrès du parti au pouvoir au Québec a été marqué vendredi du sceau de la contestation étudiante.

Policiers omniprésents, dans les rues jusqu'au toit d'un hôtel, commerces fermés, afflux massif de manifestants: la paisible Victoriaville était le théâtre, bien malgré elle, de heurts entre forces de l'ordre et manifestants.

"Colère générale contre le Parti libéral" du Québec (PLQ), ont scandé plus de 2.000 manifestants venus de toute la province francophone, réunis dans le parking de la succursale locale du géant américain de la distribution WalMart, qui avait fermé ses portes à la mi-journée avant le début de la grand-messe annoncée.

Les manifestants ont marché pacifiquement sur un peu moins d'un kilomètre pour arriver au Centre des congrès de cette petite ville de 42.000 habitants, située à 170 kilomètres à l'est de Montréal. Peu avant l'arrivée, des manifestants se sont masqués le visage laissant présager la valse à suivre.

Des protestataires ont lancé des projectiles et des pétards sur le Centre des congrès où le PLQ tient son conseil national ce week-end, fracassé une fenêtre et déplacé les barrières métalliques qui protégeaient le bâtiment, selon un journaliste de l'AFP sur place.

Plusieurs dizaines de policiers anti-émeute ont répliqué avec des gaz irritants et chargé la foule pour tenter de rétablir l'ordre, sous le regard des délégués du PLQ observant la scène depuis l'intérieur de l'édifice. Les policiers ont interpellé des manifestants dont certains ont été blessés.

"Ce sont des gens qui n'ont aucun respect pour la démocratie... Ce ne sont pas des gestes intelligents", a déclaré à l'intérieur du centre le député libéral Pierre Moreau, au sujet des contestataires.

Le Parti libéral du Québec, au pouvoir depuis neuf ans dans la province francophone de huit millions d'habitants, est confronté depuis près de trois mois à une fronde sans précédent de mouvements étudiants opposés à la hausse des droits de scolarité.

Le Premier ministre Jean Charest a décrété une hausse de 75% sur cinq ans (1.625 dollars, 325 dollars/an) des droits de scolarité à l'université afin de les ramener à 3.800 dollars, soit plus près de la moyenne nord-américaine.

"Je me bats pour ce que je crois et je crois en la gratuité scolaire", a lancé Antoine Perreault, 18 ans, écharpe rouge, casquette vissée sur ses cheveux bruns en bataille. Cet étudiant en musique au Cégep (lycée, ndlr) d'Alma a fait plus de 300 kilomètres en auto-stop pour participer à la manifestation de Victoriaville qui pourrait s'étirer sur tout le week-end.

"Je ne sais pas où je vais dormir", a-t-il ajouté. Les rares hôtels de la ville affichent complets et les chambres étaient de toute façon trop onéreuses pour ces étudiants. "Moi, j'héberge des jeunes chez moi", assure Luc, un père de famille.

Quelque 170.000 étudiants étaient toujours en grève début mai au troisième mois de ce mouvement de contestation ponctué de manifestations et de heurts entre forces de l'ordre et étudiants.

Jusqu'à présent, M. Charest a opté pour la ligne dure, ce qui semble lui avoir bénéficié. Selon un sondage publié vendredi, sa formation aurait la chance de remporter une quatrième victoire consécutive si des élections anticipées étaient déclenchées.

"Charest!" "Charest!", "Charest!", ont crié à tout rompre les 600 délégués du parti à l'annonce de la présence, sur fond de musique rock, du Premier ministre dans la salle du conseil national.  courrierinternational

 

____________________________________________

L'émeute terminée à Victoriaville, une manif est en cours à Montréal

>>> Voyez en images la manifestation à Victoriaville

 

Du côté de Montréal

Pendant ce temps à Montréal, quelque centaines de manifestants marchent pour un 11e soir consécutif. Comme chaque jour, le départ de la manifestation a été donné vers 20h30 à la place Émilie-Gamelin.

Les manifestants, qui marchent entre 15 et 20 kilomètres par événement, ne donnent jamais leur trajet à l'avance. Mercredi, ils ont rendu une visite surprise au premier ministre Jean Charest dans Westmount. Jeudi, ils sont allés crier et lancer des pétards sur la rue où vivent le maire de Montréal et le chroniqueur Richard Martineau dans Outremont. Il n'est pas clair, qui était leur cible, mais des slogans «anti-Martineau» ont été scandés.   Lire la suite

___________________________________________


 
_____________________________________________________________________________________________________

Les étudiants se dévoilent pour la manif «en sous-vêtements pour un gouvernement transparent»

 

 

Les étudiants se dévoilent pour la manif «en sous-vêtements pour un gouvernement transparent»
La Presse Canadienne

Plusieurs centaines de personnes ont bravé la grisaille en manifestant presque nus dans les rues du Plateau Mont-Royal pour protester contre la hausse des droits de scolarité à l'université, jeudi.

Cette marche s'est déroulée deux heures avant la manifestation nocturne habituelle au centre-ville de Montréal qui a encore attiré plusieurs milliers de personnes.

À l'invitation des organisateurs de la manifestation intitulée «Manifestation ludique: En sous-vêtements pour un gouvernement transparent», les protestataires s'étaient plus ou moins dénudés. Certains avaient eu recours au «body painting» ou à des papiers collants de couleur (rouge, bien sûr) pour couvrir certaines parties du corps. D'autres avaient peint des slogans sur leur corps comme «1625 $, ça fesse» ou «Charest j'en ai plein mon (petite flèche se dirigeant vers les fesses)».

Partis du lieu de rassemblement habituel en début de soirée, le parc Émilie-Gamelin, les manifestants ont marché dans la bonne humeur sous le regard de maints curieux en criant des slogans de circonstance comme «Tout nus chaque soir/jusqu'à la victoire» ou «Sexe, amour et gratuité scolaire».

Sur son compte Twitter, le Service de police de la ville de Montréal a indiqué que de plusieurs personnes se sont jointes à la manifestation au cours du parcours. Il n'a rapporté aucun incident. Les tensions étaient beaucoup moins vives que d'habitudes, même des policiers affichaient le sourire en regardant déambuler les manifestants.

«Tout le monde est tout nu ou à moitié, ça donne une bonne ambiance. Les policiers ne sont pas agressifs, il n'y a pas beaucoup de gens qui lancent des fusées­. C'est un bon moyen de manifester, dont les gens vont se rappeler», a commenté Julien, étudiant torse nu.

«La grève est déjà beaucoup plus longue que ce qu'on avait anticipé. Les deux parties sont inébranlables. On espère le dénouement, mais on ne sait jamais», a-t-il ajouté.

Quelque 1200 personnes avaient indiqué leur présence sur la page Facebook de l'événement mais le mauvais temps annoncé en a sans doute dissuadé plusieurs.

Les organisateurs avaient rappelé que «comme c'est interdit d'être nu intégral, on reste un 'ti-peu' habillés».

La manifestation a fait escale au parc Laurier puis les marcheurs ont repris la route après s'être rhabillés, vers le parc Émilie-Gamelin.

La manifestation nocturne, la dixième en autant de soirs, s'est mise en branle vers 21h. Plusieurs milliers de personnes se sont donné rendez-vous au parc Émilie-Gamelin. Plusieurs de ceux qui avaient participé à la première marche ont joint le cortège. Ils ont marché dans les rues du centre-ville.

Normand Baillargeon, professeur à l'UQAM et philosophe, auteur de plusieurs ouvrages, dont l'essai «Je ne suis pas une PME» sur le système d'éducation, écoutait avec beaucoup d'intérêt les chants des étudiants au parc Émilie-Gamelin.

«Il mène le bon combat. C'est une première fois depuis plusieurs années qu'un groupe social se lève contre un ordre social extraordinairement injuste, qui procède à la relative privatisation d'un bien commun. J'ai beaucoup d'admiration pour ces jeunes», a exprimé M. Baillargeon.

«Depuis plusieurs années, je prône publiquement des États généraux sur l'éducation, à tout le moins sur l'éducation supérieure, pour que chacun d'entre nous ait l'occasion de dire ce que nous attendons de cette institution», a-t-il ajouté.

Les manifestants se sont dirigés vers le mont Royal. Ils sont ensuite allés à Outremont où ils se sont arrêtés devant la maison du maire de Montréal, Gérald Tremblay, selon le SPVM. Des pièces pyrotechniques ont été lancées à cet endroit.

Les tensions se sont alors avivées. Le SPVM a déclaré la manifestation «illégale» vers 22h45, affirmant que des projectiles avaient été lancés vers la force constabulaires.

Au terme de cette marche, vers 1h, le bilan policier faisait état de six arrestations pour voies de fait contre un policier et/ou d'agression armée. 985fm

Partager cet article

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Indignés (les) _ Idle No More
commenter cet article

commentaires

fermaton.over-blog.com (Clovis Simard,phD) 29/05/2012 22:15

JEAN CHAREST EST LE GRAND MASTURBATEUR DES QUÉBÉCOIS ?

Présentation

  • : thala solidaire.over-blog.com
  •  thala solidaire.over-blog.com
  • : ThalaSolidaire est dédié à la ville de Thala, ville phare de la Révolution tunisienne. Thala est une petite agglomération du centre-ouest de la Tunisie. Elle est connue pour son histoire antique, ses sources, ses carrières de marbre, devenues une sorte de tragédie écologique et économique, sa résistance et sa misère. Thala solidaire a pour objectif de rassembler toutes les voix INDIGNÉES pour donner à cette terre ainsi qu'à toutes autres terres un droit à la vie et à la dignité…
  • Contact

Recherche

Vidéos

Catégories