Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 janvier 2013 5 25 /01 /janvier /2013 02:14

Encore des mausolées attaqués

 

http://www.tunisienumerique.com/wp-content/uploads/mausol.jpgLe feu continue à ravager les mausolées, à un rythme qui s’accélère de plus en plus, toujours devant l’indifférence et le silence des autorités.

Ainsi, après l’incendie du mausolée de Sidi El Ghouth à Douz, aujourd’hui, jour du Mouled, deux autres mausolées ont été attaqués dans le gouvernorat de Gabès.

Le mausolée de Sidi Ali Ben Salem à El Hamma, totalement incendié, et celui de Sidi Knaou à Matmata qui a subi une tentative d’incendie.
Les pyromanes n’ont pas été identifiés, et courent toujours, avec une prédilection pour les sentiers des gouvernorats du sud ces dernières heures ! 
tunisienumerique

___________________________________________________________________________________________

 

 

 

 

________________________________________________________________________

 

Réagir à la destruction méthodique de notre identité

 

 

 

http://mag14.com/images/stories/2013/Janvier/sidimahrez.jpgPour la première fois depuis des siècles, le Mouled de cette année 1434, célébrant la naissance de Mohamed, le Prophète de l’Islam, n’aura pas été fêté dans l’unité et l’harmonie en Tunisie. Il aura été entaché par les déclarations des imams salafistes qui jugent cette fête comme étant une innovation blâmable, semant de ce fait la discorde et la division dans les rangs de la Nation.

Le cheikh Abdelfattah Mourou, jugé sans doute trop modéré par ces extrémistes, aura été une nouvelle fois agressé. Son statut de vice-président d'Ennahdha, le parti au pouvoir, ne l'aura même pas protégé. Et la série noire et la folie incendiaire et destructrice continue de viser nos mausolées, du sud au nord de la Tunisie. Des mausolées qui ont constitué l’un des bastions de la résistance au colonialisme européen, au Maghreb comme dans toute l’Afrique.

Les mausolées pris pour cible et saccagés par les djihadistes au Mali, cristallisaient la résistance au colon, et ont permis l’expansion de l’Islam dans tout l’ouest de notre continent. Les précieux manuscrits de Tombouctou attestent de la gloire et des lumières de l’un des plus importants berceaux de l’Islam continental. Les voici éparpillés aux quatre vents, brûlés dans des autodafés qui ne disent pas leur nom.

L’Emir Abdelkader, l’un des premiers héros du combat de l’Algérie pour l’Indépendance et la dignité a été soufi. Tout comme Omar El Mokhtar en Libye. Sans parler du rôle de ces innombrables lieux de religion accessibles et populaires, qui ont essaimé en Tunisie depuis le règne des Hafsides, et qui ont su canaliser les énergies pour constituer une forteresse identitaire inexpugnable, dressée face aux tentative de christianisation missionnaire, et d’acculturation. Et voici que l’esprit de nos marabouts, invaincu par l’occupant européen, en vient à être remis en cause par des individus qui se disent «Musulmans».

sidibousaid
Le mausolée de Sidi Bou Said ravagé par les flammes

Pourtant, ces mêmes wahhabites qui s’affichent aujourd’hui comme les défenseurs de la pureté doctrinale islamique, n’ont pas soulevé d’objections à s’allier aux Anglais, et à Lawrence d’Arabie, pour se dresser contre le Califat des Ottomans, seul garant, à l’époque, de l’unité des Musulmans. Et voici aujourd’hui les graines de la discorde et de la sédition semées en Tunisie, après avoir fait des ravages au Moyen-Orient.

sidi-ahmed-ghouth
La zaouia de Sidi Ahmed Al Ghouth à Douz, incendiée

Dans la nuit du mercredi 23 janvier, le mausolée de Sidi Ahmed Al Ghouth à Douz, dans le sud tunisien, a été incendié et le tombeau de la zaouia profané. Sidi Ahmed Al Ghouth reposait en paix depuis des siècles, et il a fallu que des hommes animés par une idéologie étrangère et importée viennent ces jours-ci perturber sa sérénité. La zaouia de Sidi Ahmed al-Ouerfeli à Akkouda a été brûlée mardi. Quelques jours à peine avant l’incendie du mausolée de Sidi Bou Said, l’emblème historique de toute une région…

Que ces agressions coïncident avec la célébration de la fête du Mouled n’est donc pas fortuit. La doctrine wahhabite condamne clairement cette fête et l’interdit, alors même que le Mohamed Ibn Abdelwahhab, fondateur de cette idéologie critiquée dès le 19 ème siècle par les cheikhs de la Zitouna, est commémoré durant une semaine entière en Arabie Saoudite.

Pourtant, du côté de notre ministère de la Culture, il n’y a plus de doute. Dans un communiqué publié le mercredi 23 janvier, le ministère confirme qu’il s’agit bel et bien «d'un plan méthodique visant la destruction de la mémoire nationale collective». Reste maintenant à savoir si les Tunisiens continueront ainsi à assister impuissants à la destruction d’éléments constitutifs de leur propre identité, ou enfin réagir et faire face à l’agresseur. mag14


________________________________________________________________________

 Abdelfatah Mourou se fait agresser par des salafistes à Jemmal 

http://www.businessnews.com.tn/images/album/BN4576abdelfattah-mourou.jpg

 

Hier mercredi 23 janvier en fin d’après midi, le vice-président du parti islamiste Ennahdha, Abdelfatah Mourou, a été victime d’une agression dans la ville de Jemmal par un groupe d’individus appartenant à la mouvance salafiste.

Cheikh Mourou s’est rendu à Jemmal dans le gouvernorat de Monastir afin d’y donner une conférence religieuse dans la mosquée Al-Mekki que le bureau local d’Ennahda a organisée. 
Les organisateurs ont cependant dû changer de lieu de la conférence à la suite de menaces qu’ils ont reçues de la part d’un groupe de salafistes ayant exprimé leur mécontentement quant à la présence de Abdelfatah Mourou. Ce dernier, eu égard aux imprévus de dernière minute, n’a pas été mis au courant du changement de plan, et s’est tout de même rendu à la mosquée Al-Mekki au moment où la prière d’Al Maghreb a retenti. 
 Cheikh Mourou a été interpellé par un garçon de moins de 18 ans qui l’a mis en garde contre des salafistes qui pourraient s’en prendre à lui. « Je n’ai pas prêté vraiment attention aux propos du garçon, car je ne peux pas ne pas faire la prière d’Al Maghreb, alors que je passais juste à côté d’une mosquée », a précisé maître Mourou sur la radio Jawhara FM.

C’est en quittant la mosquée, que le vice-président d’Ennahda a vu des salafistes s’agripper à lui, en lui donnant un coup de poing et puis d’autres ont suivi. La victime n’a pas pu se défendre vu son âge et son manque de force tel qu’il l' a noté. 

Abdelfatah Mourou a été insulté et traité de tous les noms, ses agresseurs lui ont clairement dit qu’ils le détestaient et ne voulaient pas de lui chez eux. Le Cheikh a souligné qu’il a ressenti une haine et une rancœur  qui gagnent d’ailleurs toute la Tunisie aujourd’hui, d'après lui. businessnews

 

 
 

_________________________________

 


 

 

______________________________________________________________________

Le SNJT dénonce la décision de Meherzia Laâbidi à limiter les déplacements des journalistes à l’ANC

Le bureau exécutif du Syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT) a dénoncé, mercredi 23 Janvier 2013, la décision de la vice-présidente de l'Assemblée nationale constituante (ANC) Meherzia Laâbidi d'interdire aux journalistes de se déplacer dans le hall et les allées de l'Assemblée.

«Ce genre de pratiques inconvenantes, souligne un communiqué du bureau exécutif, est de nature à limiter le champ d'action des journalistes et va à l'encontre de leur liberté de communication avec les élus pour transmettre au public ce qui se passe dans les coulisses de l'ANC». 

Il considère que la décision de Meherzia Laâbidi est une «atteinte aux journalistes et au droit du peuple tunisien à l'information». Le SNJT appelle le président de l'ANC Mustapha Ben Jaâfar et tous les Constituants à «condamner les agissements répétés de plusieurs constituants, appartenant en particulier au groupe Ennahdha, à l'encontre des journalistes».
 

Il les exhorte «d'assurer les conditions adéquates aux journalistes afin de leur permettre d'accomplir au mieux leur devoir professionnel». Par ailleurs, le bureau exécutif du syndicat condamne le «comportement brutal et criminel de certaines milices appartenant au mouvement Ennahdha qui se font appeler ligues de protection de la révolution à Kairouan», et qui ont agressé les journalistes de radio "Sabra Fm" lors de la couverture des protestations dans la région. Il demande au ministère public d'ouvrir une enquête contre ces agresseurs «hors-la-loi».

De son côté, le centre de Tunisie pour la liberté de la presse a également appelé «à revenir immédiatement sur la décision de Meherzia Laâbidi» qui, estime-t-il dans un communiqué «contrevient à la loi organisant le travail de l'Assemblée et cible le droit d'accès à l'information». businessnews.

____________________________________

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Religion _ L'Islam politique _ Salafistes_ Chokri
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : thala solidaire.over-blog.com
  •  thala solidaire.over-blog.com
  • : ThalaSolidaire est dédié à la ville de Thala, ville phare de la Révolution tunisienne. Thala est une petite agglomération du centre-ouest de la Tunisie. Elle est connue pour son histoire antique, ses sources, ses carrières de marbre, devenues une sorte de tragédie écologique et économique, sa résistance et sa misère. Thala solidaire a pour objectif de rassembler toutes les voix INDIGNÉES pour donner à cette terre ainsi qu'à toutes autres terres un droit à la vie et à la dignité…
  • Contact

Recherche

Vidéos

Catégories