Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 janvier 2011 7 16 /01 /janvier /2011 22:40

Mise à jour le dimanche 16 janvier 2011 à 15 h 58

Un char d'assaut dans Tunis, le 16 janvier 2011.

Photo: AFP/Fred Dufour

Un char d’assaut dans Tunis, le 16 janvier 2011.

La composition du nouveau gouvernement sera annoncée lundi matin et les partis anciennement pro-gouvernementaux en seront écartés, a déclaré la secrétaire générale du Parti démocratique progressiste (PDP) à l’issue de la réunion entre le premier ministre Ghannouchi et les partis considérés légaux en Tunisie.

Mme Jeribi a expliqué que le gouvernement de transition sera composé de représentants des trois formations d’opposition qui sont considérées légales, soit le mouvement Ettajdid, le PDP et Front démocratique pour le travail et les libertés. Des personnalités indépendantes en feront aussi partie, a ajouté la chef du PDP.

« Les prochaines élections seront surveillées par un comité indépendant et des observateurs internationaux, pour des élections libres et transparentes » a par ailleurs ajouté Mme Jeribi, qui a précisé que les trois partis avaient demandé une amnistie générale pour tous les prisonniers politiques.

Le premier ministre tunisien Mohammed Ghannouchi avait réunit dimanche les représentants des partis politiques et de la société civile pour désigner les personnalités qui seront chargées de conduire le processus de transition jusqu’aux élections, prévues dans un délai de 60 jours.

(De gauche à droite) Ahmed Nejib Chebbi, chef de l'opposition, Maya Jeridi, chef du parti démocratique progressif et le premier sortant Mohammed Ghannouchi.

Photo: AFP

(De gauche à droite) Ahmed Nejib Chebbi, chef de l’opposition, Maya Jeridi, chef du parti démocratique progressif et le premier sortant Mohammed Ghannouchi.

La Tunisie en transition

Tunis et sa banlieue se sont réveillés dans le calme dimanche, deux jours après la fuite précipitée du président Ben Ali. Seuls des tirs isolés ont été entendus pendant la nuit. Des hélicoptères ont survolé la capitale et ses environs, tous leurs projecteurs sont restés ouverts.

Des témoins ont toutefois expliqué que des voitures roulaient dans les rues en dépit du couvre-feu et que leurs occupants cagoulés tiraient des coups de feu sur les maisons.

Les dispositifs de sécurité dans la capitale ont cependant été réduits dimanche matin. Les barrières qui bloquaient l’accès au centre-ville ont été levées et la présence policière se fait plus discrète. Dans certaines rues, des citoyens ont improvisé eux-mêmes des barrages pour se protéger du pillage.

L’armée reste déployée en divers points de la ville, notamment à l’aéroport international de Carthage et devant le siège du Rassemblement constitutionnel démocratique, le parti de l’ex-président.

Trois comités

Les partis présents à la réunion de dimanche ont dû former trois comités. L’un sera chargé de proposer des personnes pour former un gouvernement d’union nationale, un autre devra examiner les exactions et dérives sécuritaires qui ont fait des dizaines de morts pendant le mois d’émeutes, et le dernier se penchera sur les accusations de corruption de l’ancien régime.

Samedi, plusieurs personnalités avaient déjà défilé au Palais du gouvernement, a expliqué le chef du Forum démocratique pour le travail et les libertés, Mustapha Ben Jaffar.

M. Jaffar a expliqué que les discussions ont porté sur les mesures à prendre « pour jeter les bases d’un véritable processus démocratique et tourner la page d’un système qui a échoué ».

Des Tunisiennes rient alors qu'une affiche géante de Ben Ali est en train d'être démontée sur la façade d'un immeuble au centre de Tunis, le 16 janvier.

Photo: La
Presse Canadienne /Christophe Ena

Des Tunisiennes rient alors qu’une affiche géante de Ben Ali est en train d’être démontée sur la façade d’un immeuble au centre de Tunis, le 16 janvier.

Zine el-Abidine Ben Ali a été définitivement écarté du pouvoir en Tunisie, le 15 janvier, lorsque le Conseil constitutionnel a nommé président par intérim le président du Parlement tunisien, Foued Mebazaa. La veille, sous la pression populaire, Ben Ali avait fui le pays vers l’Arabie Saoudite.

 

 

 

 

Radio-Canada.ca avecAgence France Presse et Reuters

Partager cet article

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Janvier 2011 (le mois de la révolution)
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : thala solidaire.over-blog.com
  •  thala solidaire.over-blog.com
  • : ThalaSolidaire est dédié à la ville de Thala, ville phare de la Révolution tunisienne. Thala est une petite agglomération du centre-ouest de la Tunisie. Elle est connue pour son histoire antique, ses sources, ses carrières de marbre, devenues une sorte de tragédie écologique et économique, sa résistance et sa misère. Thala solidaire a pour objectif de rassembler toutes les voix INDIGNÉES pour donner à cette terre ainsi qu'à toutes autres terres un droit à la vie et à la dignité…
  • Contact

Recherche

Vidéos

Catégories