Mercredi 13 juillet 2011 3 13 /07 /Juil /2011 07:27

12 juillet 2011

La révolte syrienne peut-elle compter sur le soutien américain ?

Shakumaku News Website / AP

L'attaque, lundi 11 juillet, des ambassades américaine et française à Damas par des partisans du régime du président syrien Bachar Al-Assad serait-il l'incident de trop pour la communauté internationale ? Déjà échaudés par la répression violente par le régime des manifestations pacifiques de la contestation, la France et les Etats-Unis ont haussé le ton. La secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton, a ainsi estimé que loin d'être "indispensable", le président Assad "a perdu toute légitimité". De son côté, la France a estimé, sous la voix du premier ministre, François Fillon, que "le président Assad a franchi toutes les limites" et que le silence du Conseil de sécurité des Nations unies "devient insupportable".

Un reportage d'Euronews sur les attaques des ambassades française et américaine à Damas (en anglais).

Sur la Toile, nombreux s'interrogent sur la stratégie à l'œuvre derrière ces attaques. Car, estime le professeur américain Juan Cole, sur son blog Informed Comment, "il est hautement probable que le régime lui-même ait enjoint la foule à procéder à ces attaques, dès lors que peu de choses surviennent à Damas sans que ce ne soit par la volonté du parti Baas. Une thèse qui est accréditée par la faible réponse de la police et la nécessité des soldats des ambassades française et américaine de défendre leurs immeubles", analyse-t-il.

Si cela était le cas, estime le professeur Josef Olmert, sur le blog du Huffington Post, "cela indique dans quelle situation désespérée se trouve Bachar Al-Assad après plus de quatre mois de soulèvement populaire et près de 2 000 victimes". "Est-ce que Al-Assad a vraiment pensé qu'il pouvait s'en sortir en attaquant les ambassades française et américaine ?", renchérit l'opposant en exil Ammar Abdoulhamid, sur son blog The Syrian Revolution Digest. Et de répondre : "oh oui, il l'a cru. Après tout, il l'a fait avant et s'en est sorti comme cela avant. En tout, c'était la troisième attaque contre l'ambassade américaine sous le règne de Bachar Al-Assad".

Côté américain, l'implication du régime ne fait pas de doute. Des responsables américains ont ainsi accusé le président Bachar Al-Assad d'avoir orchestré ces attaques à des fins de propagande et dans le but de punir les ambassadeurs américain Robert Ford et français, Eric Chevallier, de leur visite à Hama, vendredi 8 juillet. Les deux ambassadeurs avaient décidé d'exprimer leur soutien aux manifestants de crainte d'une répression sanglante de la manifestation qui a réuni plus de 300 000 personnes.

Robert Ford a lui-même enfoncé le clou en opposant, dans un communiqué publié le 11 juillet, la violence des manifestants loyalistes ayant attaqué l'ambassade au pacifisme des manifestants de Hama. "Nous respectons les droits de tous les Syriens à exprimer leurs opinions librement et dans un climat de respect mutuel respect. Nous espérons que le gouvernement syrien en fera tout autant et arrêtera de taper et tirer sur des manifestants pacifiques", a t-il rappelé.

UN DURCISSEMENT SALUÉ PAR L'OPPOSITION

"Ce que l'ambassadeur Ford a fait est exactement ce que l'opposition syrienne voulait que les Etats-Unis fassent et c'est un message explicite au peuple syrien que les Etats-Unis ne plaisantent pas quand ils condamnent le régime d'Al-Assad", estime le professeur Josef Olmert, sur le blog du Huffington Post. Nombreux voient dans sa visite à Hama "un signe clair que les Etats-Unis ne croient pas que le régime survivra à la crise". Selon lui, "la prochaine étape logique pour le département d'Etat va être d'ouvrir directement le dialogue avec la vraie opposition syrienne, ainsi que de renforcer les sanctions".

Une perspective qu'appelle de ses vœux l'opposition syrienne qui a, dans un communiqué publié mardi 12 juillet sur la page Facebook du groupe The Syrian Revolution 2011, a estimé que "la communauté internationale a désormais la possibilité de joindre les actes aux paroles, sinon elle perdra le peuple syrien à jamais". Galvanisée par ces prises de position, elle a appelé au lancement d'une vaste campagne stratégique, unissant la spontanéité du mouvement de contestation à l'expertise des meilleurs spécialistes, dans le but d'"augmenter l'isolement du régime par la communauté internationale et de demander davantage de sanctions contre le régime et son gang".

Toutefois, a-t-elle exhorté : "Nous refusons catégoriquement toute intervention militaire étrangère en Syrie. Notre objectif est de renverser notre régime colonial monstrueux et nous ne voulons pas de nouveau colonialisme à la place". Pour le professeur Juan Cole, même si Bachar Al-Assad brandit la menace d'un conflit régional, pour l'administration américaine, "l'intervention militaire n'a jamais été une option".

UN RÉEL CHANGEMENT DE POLITIQUE ?

Certains restent sceptiques sur cette volte-face américaine. Ainsi, le professeur américain Joshua Landis, auteur du blog Syria Comment, se demande "si l'opposition syrienne va bénéficier de cette controverse" ? "Est-ce que la couverture médiatique internationale accrue et le rôle accru des Etats-Unis dans le drame syrien se révélera être un avantage pour l'opposition ? Est-ce que cela compensera les dommages subis par l'opposition face aux accusations locales qu'elle est le fer de lance d'une large conspiration impérialo-sioniste ?", poursuit-il.

Joshua Landis estime que "le président Assad doit trouver une certaine satisfaction dans l'accrochage avec le grand conspirateur. Depuis le déclenchement du soulèvement il y a quatre mois, le régime syrien a accusé Washington d'orchestrer les troubles. Selon des nouvelles venues de Syrie, la population pro-régime a été galvanisée par les actions de l'ambassadeur Ford à Hama. Elle y voit la preuve que les Etats-Unis jouent au marionnettiste et ont un rôle actif dans le soulèvement".

Pour l'auteur du blog Syria Revolts, la position américaine est plus trouble. "La déclaration de Robert Ford fait écho à la propre propagande surréaliste du régime syrien. Alors que l'administration américaine a cherché à établir des contacts avec les représentants de l'opposition syrienne, elle a aussi appelé le régime à entamer un dialogue et à parvenir à une solution négociée pour préserver le pouvoir de Bachar Al-Assad, tout en capitalisant sur la faiblesse du régime pour modifier certains aspects de sa politique étrangère. En d'autres mots, c'est une intervention sur l'avenir de la Syrie, quel qu'il soit -soit en maintenant le régime actuel, avec certains changements, ou en soutenant une opposition si le régime n'était plus capable de maintenir son contrôle sur le pays", analyse-t-il.

 

Lien : http://printempsarabe.blog.lemonde.fr/2011/07/12/la-revolte-syrienne-peut-elle-compter-sur-le-soutien-americain/

Par thala solidaire.over-blog.com - Publié dans : Syrie : les oppositions _ Ligue Arabe
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Retour à l'accueil

Commentaires

Mon Blog(fermaton.over-blog.No-24, THÉORÈME DU FEU-LOGIQUE
Commentaire n°1 posté par fermaton.over-blog.com (Clovis Simard,phD) le 21/04/2012 à 23h58

Présentation

  • : thala solidaire.over-blog.com
  • thala solidaire.over-blog.com
  • : Culture Musique Littérature Politique Économie Actualité
  • : ThalaSolidaire est dédié à la ville de Thala, ville phare de la Révolution tunisienne. Thala est une petite agglomération du centre-ouest de la Tunisie. Elle est connue pour son histoire antique, ses sources, ses carrières de marbre, devenues une sorte de tragédie écologique et économique, sa résistance et sa misère. Thala solidaire a pour objectif de rassembler toutes les voix INDIGNÉES pour donner à cette terre ainsi qu'à toutes autres terres un droit à la vie et à la dignité…
  • Partager ce blog
  • Retour à la page d'accueil
  • Contact

Recherche

Catégories

Calendrier

Novembre 2014
L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
             
<< < > >>

Liens intéressants

Partager

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés