Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 octobre 2012 7 14 /10 /octobre /2012 16:35

Les prochaines élections législatives et présidentielle en Tunisie auront lieu le 23 juin, à la suite d’un accord entre les membres de la coalition au gouvernement.

 

C’est ce qu’a annoncé le parti islamiste Ennahdha, qui domine cette coalition, dans la nuit de samedi à dimanche.

 

Des élections générales le 23 juin 2013

 

Les trois partis de la coalition se sont accordés pour «proposer la date du 23 juin 2013 pour la tenue des prochaines élections législatives et présidentielle, un deuxième tour de la présidentielle devant se tenir le 7 juillet», a indiqué le parti islamiste.

 

Ce communiqué signé par les trois partis de la coalition – Ennahdha et deux formations de centre-gauche, Ettakatol et le Congrès pour la République (CpR) – annonce aussi qu’un compromis a été trouvé sur la nature du régime politique qui sera défini dans la future Constitution.

 

Ce compromis prévoit «un régime politique mixte dans lequel le président sera élu au suffrage universel pour un meilleur équilibre des pouvoirs et au sein du pouvoir exécutif», explique le communiqué. Ce qui signifie que le parti Ennahdha a abandonné son option initiale pour un régime parlementaire pure, après avoir compris qu’il aura du mal à faire passer son projet au sein de l’Assemblée nationale constituante (Anc).

 

Les trois partis de la coalition peinaient depuis des mois pour trouver un compromis sur la Constitution en cours de rédaction. Les islamistes réclamaient un régime parlementaire pur alors que ses partenaires étaient favorables à un système politique laissant des prérogatives importantes à un chef de l’Etat élu au suffrage universel.

 

Les élections générales ne peuvent cependant être organisées qu’après l’adoption de la nouvelle loi fondamentale, qui doit encore être approuvée article par article puis dans son intégralité à une majorité des deux tiers de l’Anc.

 

Selon le compromis annoncé dans la nuit, les trois partis se sont aussi mis d’accord sur une commission électorale indépendante et un candidat à sa présidence, ainsi que sur la création d’«une instance supérieure de l’audiovisuel», deux sujets à l’origine de tensions au sein de la coalition.

 

Application des décrets-lois 115 et 116

 

Samedi, des personnalités proches des négociations avaient annoncé à l’Afp qu’un accord sur ces thèmes était intervenu après de longues négociations entre Ennahdha, le CpR, dont est issu le chef de l’Etat Moncef Marzouki, et Ettakatol de Mustapha Ben Jaâfar, président de l’Anc.

 

Des sources au sein de la «troïka» ont indiqué à Kapitalis que la coalition au pouvoir va également proposer aux autres participants au «dialogue national», initié par l’Union générale tunisienne du travail (Ugtt), la mise en application des décrets-lois 115 et 116 relatifs au nouveau Code de la Presse et à la création de la Haute autorité indépendante pour la communication audio-visuelle (Haica), publiés sur le Journal officiel début novembre dernier, mais que le gouvernement Jebali a refusé, jusque-là, d’appliquer, se réservant la possibilité d’intervenir directement dans les affaires des médias, et notamment dans la nomination des responsables des médias publics.

 

Kamel Jendoubi présidera l’Instance des élections

 

Un compromis semble s’être également dessinée à propos de la mise en place de l’Instance supérieure indépendante pour les élections (Isie), et un consensus s’est dégagé pour la reconduite de Kamel Jendoubi à la tête de cette instance, d’autant qu’il a piloté, avec succès, les élections du 23 octobre 2011. Outre la crédibilité du personnage et son expérience, sa nomination va assurer un minimum de continuité dans le fonctionnement de cette instance.

 

Leur gouvernement est l’objet de vives critiques en raison de la lenteur des travaux à l’Anc, d’autant que la plupart des forces politiques représentées s’étaient engagées à ce que la nouvelle loi fondamentale soit adoptée dans un délai d’un an à compter de l’élection de la Constituante le 23 octobre 2011.

 

Le gouvernement a longtemps tablé sur des élections générales en mars, avant de reconnaître qu’elles seraient repoussées à une date ultérieure faute d’accord sur la Constitution. kapitalis

 

 

______________________________________________________________________________________

 L’opposition dénonce la décision « hâtive » de la Troïka et appelle à un débat national


 

 

La proposition de la Troika relative à l’adoption d'un régime politique mixte et de la fixation de la date des futures élections présidentielles et législatives, au 23 juin 2013, ne semble pas convaincre les membres de l’opposition. 

 

Maya Jribi,  Secrétaire générale d’Al Joumhouri, déclare sur les ondes de Mosaïque Fm, que la décision du régime mixte émane des pressions sociales exercées sur la Troïka mais que le débat actuel devra porter sur les prérogatives du président de la République. Elle soutient également qu’une autre revendication essentielle concerne la séparation des élections présidentielles et législatives, qui ne peuvent être tenues dans la même période.

 

Ridha Belhaj, porte-parole de Nidaa Tounès, affirme que même si le parti n’a pas encore annoncé sa position officielle face à cette proposition, une première lecture permet de se rendre compte que cette décision a été hâtive et n’a pas pris en compte des considérations importantes, telles que la mise en place de l’ISIE ainsi que des conditions optimales pour la réussite des futures élections, telles que l’indépendance de l’administration tunisienne et des ministères de souveraineté.


Selon lui, cette proposition pourra être discutée lors du dialogue national organisé par l’UGTT, le 16 octobre, en présence de tous les acteurs concernés. businessnews

 

 

_________________________________________________________

 Ennahdha ne participera pas à l’initiative de l’UGTT


 

alt

 

 

Bien qu’elle ait annoncé son soutien total à l’initiative de l’UGTT et son engagement à respecter les propositions qui en découleront tant que c’est dans l’intérêt du pays, Ennahdha a décidé de ne pas participer à la réunion prévue le 16 octobre.



La participation de Nidaa Tounes au dialogue national prévu le mardi est derrière sa décision.

 

De nombreux autres partis dont le mouvement Wafa ne participeront pas à ce dialogue pour la même raison. espacemanager

 

 

 

____________________________________________

La Troïka a choisi son candidat à la présidence de l’ISIE



 

Lors de la réunion qui a regroupé hier samedi 13 octobre les « décideurs » au sein de la Troïka, et qui a débouché sur la présentation de son projet d’une feuille de route concernant les prochaines échéances électorales, et son choix du régime politique du pays, les représentants des trois partis se sont mis d’accord sur la personne qu’ils vont proposer pour présider l’ISIE dans sa nouvelle version. Ils s’abstiennent néanmoins, pour le moment, de révéler son identité.

 

La Troïka est en train d’installer son équipe pour les prochaines échéances, et elle est en train de le faire dans la précipitation, et sous la pression.

 

Quelle sera la réaction de l’opposition à ces décisions, sachant qu’elle se rend compte de l’ascendant qu’elle a pris sur la Troïka par l’effet de la pression ? unisienumerique

 

 

 

_______________________________________________________________Rumeurs ??  

 

Après des mois de perte de temps, la Troïka reconduit Kamel Jendoubi à la tête de l’ISIE

 

 

 

alt

 

 

Comme prévu depuis quelques semaines, Kamel Jendoubi, sera le candidat  proposé par la Troïka  pour présider l’Instance supérieure indépendante des élections (ISIE).

 

Jendoubi dont l’expérience à la tête de l’ISIE a été très réussie, est donc bien parti pour garder son poste.

 

Mais la question qui se pose est de savoir pourquoi la Troïka a perdu autant de temps pour reconduire Jendoubi, alors qu’elle était convaincu qu’il était l’homme de la situation ? et qui de surcroit ne commence à faire son éloge que maintenant ?...espacemanager

____________________________________________________________
Accord sur la tenue des élections le 23 juin

 

Les trois partis de la coalition au pouvoir en Tunisie sont parvenus à un accord prévoyant l'organisation d'élections présidentielle et législatives le 23 juin 2013.

 

L'accord a été annoncé dans un communiqué commun publié dimanche sur le site du mouvement islamiste "Ennahdha".

 

Outre Ennahdha, la troïka qui dirige le pays depuis la chute du régime de l'ancien président Zine El Abidine Ben Ali, comprend deux formations de centre-gauche, le Congrès pour la République (CPR) du président Moncef Marzouki et "Ettakatol" ou Forum démocratique pour le travail et les libertés (FDTL) du président de l'assemblée nationale constituante (ANC) Mustapha Ben Jaâfar.

 

L'accord qui doit être soumis à l'approbation de l'ANC, dominée par la troïka, prévoit un second tour de l'élection présidentielle au suffrage universel le 7 juillet.

 

Sur l'épineux problème du futur régime politique, les trois alliés ont convenu d'un régime mixte qui assure l'équilibre entre les pouvoirs et au sein du pouvoir exécutif.

 

L'accord sur ce point représente une concession du mouvement islamiste qui plaidait pour un régime parlementaire, alors que ses alliés et une partie de l'opposition réclamaient un régime qui accorde des prérogatives importantes au chef de l'Etat.

 

Dans le régime transitoire actuel, l'essentiel des pouvoirs est détenu par le chef du gouvernement, l'islamiste Hamadi Jebali, le président Marzouki s'étant vu attribuer la portion congrue.

 

Mettant fin aux critiques de l'opposition et de la société civile qui leur reprochaient le retard enregistré dans la mise en place d'une feuille de route politique claire avec des dates précises, les trois alliés ont également convenu de la mise sur pied d'une instance électorale indépendante devant présider aux prochains scrutins. Selon le communiqué, les membres de cette instance devront se prévaloir des critères de "neutralité, de loyauté et d'indépendance".

 

Ils sont tombés d'accord pour appuyer un candidat à la présidence de l'instance électorale, sans en préciser le nom. Parmi les personnalités pressenties, le nom de Kamel Jendoubi, un militant des droits de l'Homme qui avait conduit avec succès la première opération électorale post-Ben Ali, a circulé.

La troïka a aussi convenu de créer une "instance supérieure indépendante de l'audiovisuel". romandi

Partager cet article

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Tunisie : Kasbah 1 et 2_Manifs_ Initiative-UGTT
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : thala solidaire.over-blog.com
  •  thala solidaire.over-blog.com
  • : ThalaSolidaire est dédié à la ville de Thala, ville phare de la Révolution tunisienne. Thala est une petite agglomération du centre-ouest de la Tunisie. Elle est connue pour son histoire antique, ses sources, ses carrières de marbre, devenues une sorte de tragédie écologique et économique, sa résistance et sa misère. Thala solidaire a pour objectif de rassembler toutes les voix INDIGNÉES pour donner à cette terre ainsi qu'à toutes autres terres un droit à la vie et à la dignité…
  • Contact

Recherche

Vidéos

Catégories