Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 décembre 2012 4 20 /12 /décembre /2012 04:55

 

________________________________________________________________________________________________

Hamadi Jebali menacé ?

Le premier ministre tunisien à Bruxelles en octobre.

Le Premier ministre, Hamadi Jebali, pourrait être remplacé par Abdellatif Mekki, l'actuel ministre de la Santé.


Selon des proches de la direction d'Ennahdha, Rached Ghannouchi, le leader du mouvement, souhaiterait écarter le Premier ministre tunisien, Hamadi Jebali, pour le remplacer par Abdellatif Mekki, l'actuel ministre de la Santé. L'opération est censée lui permettre de retrouver le soutien des radicaux du parti, qui ne ménagent pas leurs critiques envers Jebali, jugé trop modéré et consensuel. Jeuneafrique

 

_____________________________________________________________________________________

Derrière la bataille avec l’UGTT, la guerre fratricide Jebali-Ghannouchi

Bataille Avec L’UGTT

Des sources proches du chef du gouvernement nous le confirment et savent parfaitement qui est derrière les grabuges… Si le gouvernement est fortement fragilisé, Hamadi Jebali va sauter. Et si Hamadi Jebali saute, il ne va pas être remplacé par un Néjib Chebbi ou un Khelil Zaouia, mais par un Houcine Jaziri, Ameur Laârayedh ou un Abdellatif Mekki.

En bref, Rached Ghannouchi dont la vision qu’il a de l’Etat est radicalement différente de celle de Hamadi Jebali, cherche à placer un des siens à la Kasbah et en finir avec le « Sahélien »
 

D’un côté, nous avons un cheikh qui rêve d’un émirat islamique dont il serait une sorte d’ayatollah ou de guide spirituel, au dessus de la mêlée et des batailles électorales. Tout au long de son parcours politique, il n’a jamais défendu la notion de l’Etat ou milité pour une Tunisie démocratique. Son objectif, clairement déclaré, consiste en un projet islamique où la Chariâa occupe la place centrale
De l’autre côté, il y a Hamadi Jebali, qui a bien mûri durant ses années en prison et s’est tu totalement après sa libération.
Une fois aux commandes du gouvernement, et face à la réalité du terrain, il a fini par admettre que le projet islamique de Ghannouchi n’a aucune chance d’exister à court et moyen terme.
 

On croyait qu’il y avait eu une accalmie, mais les événements des derniers jours semblent prouver le contraire.
 

Dans la majorité des crises ayant touché le pays, on retrouve, derrière, les comités de protection de la révolution et, précédemment, les salafistes.
Hamadi Jebali est fort conscient du degré de nuisance de ces comités de protection de la révolution, « formations qui risquent de compliquer la situation politique dans le pays », a-t-il déclaré le 21 octobre dernier. «Les comités de protection de la révolution auraient dû jouer un rôle positif, notamment en cette phase marquée par un climat politique tendu», avait expliqué alors le chef du gouvernement. « Nous ne voulons pas davantage de tensions, surtout qu’il y a des parties qui sont devenues expertes et artistes, “dans le mauvais sens du terme”, dans la création de la pagaille», a-t-il ajouté.

Selon notre source (proche de la Kasbah), Hamadi Jebali était fou de rage quand il a appris, mardi 4 décembre, les affrontements avec l’UGTT. Le matin même, le ciel était au beau fixe entre lui et la Centrale syndicale. Il y a une partie qui ne voulait pas de cette accalmie et cette partie est clairement identifiée puisque ce sont ces comités qui ont commencé les provocations en allant sur le terrain de l’UGTT pour les insulter.
Les milices des comités de protection de la révolution cherchaient bel et bien l’escalade et voulaient bien fragiliser le gouvernement, quitte à ce qu’Ennahdha, dans son ensemble, perde quelques points.

Biberonné à la violence, le camp Rached Ghannouchi n’oublie pas ses méthodes de jeunesse, toujours efficaces à ses yeux.

Résultat des courses, et comme prévu, l’UGTT a réagi en décrétant une grève générale. Cerise sur le gâteau, elle a choisi une date très symbolique, le 13 décembre, coïncidant avec la probable visite d’Hillary Clinton en Tunisie.

Le gouvernement se doit donc, avant cette date, de détendre l’atmosphère et de céder aux conditions de l’UGTT. Hamadi Jebali n’en sortira donc que plus fragilisé
En parallèle, de nouvelles têtes font leur apparition à la télévision : Abdellatif Mekki, Houcine Jaziri, Mohamed Ben Salem, Rafik Abdessalem… Les proches du camp Rached Ghannouchi en somme.

Situation idéale pour engager des négociations internes pour que le camp Ghannouchi impose les siens dans le prochain remaniement. Voire qu’il impose son propre chef du gouvernement.

En attendant, la Tunisie peut continuer à souffrir, c’est le cadet des soucis de Ghannouchi puisque de cette Tunisie-là, il n’en veut pas ! elkasbah

Partager cet article

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Tunisie : Gouvernement Hamadi Jebali
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : thala solidaire.over-blog.com
  •  thala solidaire.over-blog.com
  • : ThalaSolidaire est dédié à la ville de Thala, ville phare de la Révolution tunisienne. Thala est une petite agglomération du centre-ouest de la Tunisie. Elle est connue pour son histoire antique, ses sources, ses carrières de marbre, devenues une sorte de tragédie écologique et économique, sa résistance et sa misère. Thala solidaire a pour objectif de rassembler toutes les voix INDIGNÉES pour donner à cette terre ainsi qu'à toutes autres terres un droit à la vie et à la dignité…
  • Contact

Recherche

Vidéos

Catégories