Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juillet 2012 6 14 /07 /juillet /2012 06:59

Face à l'austérité, les Portugais se rebiffent

 

  Mercredi 11 juillet, les médecins portugais devraient commencer une grève de deux jours, promettant la plus forte mobilisation depuis vingt ans. | AFP/PATRICIA DE MELO MOREIRA

Ils ont longtemps été les élèves modèles de la zone euro. Ceux qui acceptaient, presque sans broncher, la médecinedes bailleurs de fonds du pays, la Banque centrale européenne (BCE), la Commission européenne et le Fonds monétaire international (FMI).

Quand les Grecs descendaient dans la rue, que les Espagnols s'indignaient, les Portugais, eux, se résignaient face à une austérité visant à réduire le déficit public de 9,8 % du produit intérieur brut (PIB) en 2010 à 4,7 % en 2012.

Ce temps-là est-il révolu ? Mercredi 11 juillet, les médecins portugais devaient entamer une grève de deux jours, promettant la plus forte mobilisation depuis vingt ans. Les professionnels ne décolèrent pas  et ont le soutien de patients exaspérés de voir le système de santé se dégrader.

Les listes d'attente s'allongent avec le manque de personnel et les tickets modérateurs sont en hausse pour les usagers du service public. Quant aux médecins, ils acceptent mal de voir leurs salaires réduits avec la suppression de leur quatorzième mois de salaire. A leurs côtés, les infirmiers exigent l'annulation d'une décision du gouvernement de recourir à des prestataires de services privés, payés moins de 4 euros de l'heure, rapporte l'AFP.

HÔPITAUX SURENDETTÉS

L'objectif du gouvernement est de faire faire des économies aux hôpitaux surendettés. Et il y a urgence. Lundi 9 juillet, le laboratoire allemand Merck KGaA, lassé de ses factures impayées, a menacé de renoncer à ses projets de recherche médicale au Portugal. "Une confiance réciproque est un point important. Mais le manque d'envie de l'Etat portugais de payer réduit cette confiance", a expliqué Fritz Sacher, représentant de Merck au Portugal dans le Financial Times Deutschland.

Mais cette fois-ci, les Portugais ne semblent pas disposés à se laisser faire. La colère monte et se ressent dans la cote de popularité du gouvernement, en baisse ces derniers mois. C'est que, depuis le début de l'année, "les gens commencent véritablement à ressentir l'austérité qui jusqu'ici restait très théorique, explique Diogo Teixeira, du fonds d'investissement Optimize.

Les fonctionnaires et retraités ont dû renoncer à leur treizième et à leur quatorzième mois, qui servaient, bien souvent, à payer les vacances et les impôts. Ce dispositif pourrait toutefois être remis en question en 2013. La Cour constitutionnelle a estimé que cette mesure était inconstitutionnelle, car inégalitaire, ne frappant qu'une partie de la populationet imposée sans limite de temps.

ZÈLE DU GOUVERNEMENT

Par bravade ou souci d'orthodoxie budgétaire, le gouvernement de Pedro Passos Coelho (PSD, centre-droit) a répliqué qu'il la rendrait constitutionnelle... en exigeant des sacrifices équivalents aux Portugais du secteur privé.

L'Etat ne veut pas se priver des quelque 2 milliards d'euros apportés par ce dispositif. Avec une récession estimée à 3 % cette année, "il est déjà difficile de tenir les objectifs de déficit", constate Gilles Moëc, chez Deutsche Bank. En 2011, poursuit-il, le transfert à l'Etat des réserves de retraite des banques avait artificiellement réduit le déficit d'à peu près trois points de PIB. Une telle aubaine ne se reproduira pas.

Mais peut-être le gouvernement espère-t-il, en faisant preuve de zèle, avoir droit, comme l'Espagne, à plus de temps que prévu pour assainir ses finances.

Source : http://www.lemonde.fr/economie/article/2012/07/11/face-a-l-austerite-les-portugais-se-rebiffent_1732097_3234.html

________________________________________________________________________

Portugal: en grève contre la rigueur, les médecins protestent en blouse blanche

Plusieurs centaines de médecins portugais ont manifesté en blouse blanche mercredi à Lisbonne, au premier jour d'une grève nationale contre les mesures d'austérité appliquées par le gouvernement en contrepartie d'une aide financière internationale obtenue l'année dernière.

 

AFP

Plusieurs centaines de médecins portugais ont manifesté en blouse blanche mercredi à Lisbonne, au premier jour d'une grève nationale contre les mesures d'austérité appliquées par le gouvernement en contrepartie d'une aide financière internationale obtenue l'année dernière.

"Non à la fermeture de services de qualité", "Accès pour tous et pas seulement ceux qui peuvent payer", pouvait-on lire sur les affiches brandies par les protestataires qui se sont rassemblés, en blouses blanches, devant le ministère de la Santé dans le centre Lisbonne. Certains portaient des crêpes noirs autour du bras en signe de deuil d'un système de Santé qu'ils estiment en péril en raison des coupes budgétaires décidées par le gouvernement et qui doivent représenter cette année quelque 800 millions d'euros.

Soutenus par l'Ordre des médecins, les syndicats qui ont appelé à deux jours consécutifs de grève, ont estimé à plus de 90% la participation des médecins au premier jour du mouvement. Le gouvernement n'a de son côté fourni aucune estimation. Un service minimum avait toutefois été mis en place, équivalent à celui garanti habituellement les dimanches et jours fériés.

"Je suis ici pour protester contre la destruction du service public de santé et la fin des carrières médicales. Je suis inquiète pour ma formation et pour mon avenir", a déclaré à l'AFP Eloisa Sobreira, 25 ans, en première année d'internat à Figueira da Foz (centre). "Le service national de santé est menacé. Ils veulent le détruire en créant des disparités dans l'accès aux soins", estimait Miguel Cunha, 49 ans, pédiatre à Chaves (nord-est). "Je m'oppose totalement aux décisions et à l'attitude du gouvernement, notamment en ce qui concerne nos carrières. Les concours sont gelés et je ne parvient pas à progresser", a renchéri Claudia Ferreira, 42 ans, médecin généraliste à Coimbra (centre).

D'une manière générale, les hôpitaux ont été nettement moins fréquentés que d'habitude mercredi mais de nombreux patients se sont plaints du report de leur consultation. Selon des estimations du ministère de la Santé, la grève de deux jours pourrait, si elle était suivie par la totalité des médecins, entraîner l'annulation d'environ 400.000 consultations et de près de 4.500 opérations chirurgicales.

Frappé par une grave crise économique, le Portugal a obtenu en mai 2011 de l'Union européenne et du Fonds monétaire international une aide exceptionnelle de 78 milliards d'euros en échange d'un programme de réformes marqué par une austérité sans précédent. Pour réduire les coûts dans le secteur de la santé, le gouvernement de centre droit, au pouvoir depuis un an, a notamment décidé de réduire les heures supplémentaires et le remboursement de médicaments, de fermer certains services et de doubler les tickets modérateurs.

La grogne des médecins à notamment pris pour cible une récente décision du gouvernement de recourir à des organismes de prestation de services pour le recrutement temporaire de médecins. Les médecins ont exigé l'annulation de cette mesure alors que le gouvernement a déjà renoncé à une procédure semblable pour les infirmiers, qui avait abouti à des salaires de moins de 4 euros de l'heure. A la veille de la grève des médecins, les autorités, redoutant une mobilisation de grande ampleur, ont multiplié les efforts pour obtenir des syndicats qu'ils renoncent à un mouvement préjudiciable à l'image du Portugal, alors que le pays figurait en 2000, dans un rapport de l'OMS, à la 12e place du classement mondial des systèmes de santé.

 _________________________________________________________________________________

Portugal: deuxième jour de grève des médecins, les enseignants dans la rue

Créé le 12-07-2012 à 20h05 - Mis à jour à 20h05

Les médecins portugais ont observé jeudi un deuxième et dernier jour de grève, marquée par une forte participation, contre les mesures d'austérité exigées par les créanciers du Portugal en échange du plan de sauvetage accordé l'année dernière. Dans l'après-midi, quelques milliers d'enseignants ont à leur tour manifesté à Lisbonne pour protester contre les mesures de rigueur dans le domaine de l'éducation.

Comme la veille, les hôpitaux et centres de santé, notamment ceux de la capitale, ont été nettement moins fréquentés que d'habitude tandis que de rares patients ont quand même attendu d'être éventuellement reçus en consultation.Un service minimum a continué d'être observé, équivalent à celui assuré les dimanches et jours fériés.

"Avec une participation estimée à plus de 95%" des médecins sur l'ensemble des deux jours du mouvement, "cette grève a été la plus importante et avec la plus importante participation" depuis l'avènement de la démocratie au Portugal en 1974, ont affirmé les syndicats dans un communiqué diffusé jeudi en fin de journée. Le gouvernement n'a pour sa part fourni aucune estimation sur la participation au mouvement. La grève a été marquée mercredi par une manifestation de médecins en blouse blanche devant le ministère de la Santé, dans le centre de Lisbonne, qui a rassemblé 2.500 personnes selon la police et 4.000 selon les syndicats.

Les mesures d'austérité que le gouvernement de centre droit, au pouvoir depuis un an, a dû mettre en oeuvre en échange d'une aide internationale de 78 milliards d'euros, accordée en mai 2011, ont sévèrement frappé le budget de la santé qui doit cette année être diminué de 800 millions d'euros.

Pour réduire les coûts dans ce secteur, le gouvernement a notamment décidé de réduire les heures supplémentaires et le remboursement de médicaments, de fermer certains services et de doubler le ticket modérateur. Après les appels au dialogue réitérés mercredi au Parlement par le ministre de la Santé Paulo Macedo, les syndicats se sont dits prêts à s'asseoir à la table des négociations dès vendredi.

Jeudi, quelque 3.000 enseignants, d'après les médias locaux, ont défilé dans les rues de la capitale portugaise pour protester notamment contre la restructuration du réseau d'écoles publiques qui, selon leur principal syndicat, entraînera le licenciement de milliers d'entre eux. "Nous devons nous unir pour revendiquer une école sûre et épanouie. Pas cette école précaire où les enseignants n'ont aucune stabilité de l'emploi", a témoigné une institutrice de 41 ans, Julieta Abrantes, à la radio TSF.

 SOURCE : http://tempsreel.nouvelobs.com/education/20120712.AFP2649/portugal-deuxieme-jour-de-greve-des-medecins-les-enseignants-dans-la-rue.html

________________________________________________________________________

 Portugal : les mesures d'austérité menacent les plus vulnérables

Communiqué de presse - CommDH033(2012)

Strasbourg, 10/7/2012 – « Ce sont les groupes sociaux les plus vulnérables qui ont été frappés le plus durement par les mesures d'austérité budgétaire mises en œuvre au Portugal. Le Gouvernement devrait intensifier ses efforts pour atténuer l'impact de la crise financière, notamment sur les enfants, les personnes âgées et les Roms », a déclaré aujourd’hui Nils Muižnieks, Commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe, à l'occasion de la publication du rapport fondé sur les constatations qu'il a faites lors de sa visite au Portugal, du 7 au 9 mai dernier.

La pauvreté des enfants est un phénomène qui se développe au Portugal. La hausse du chômage et la baisse des salaires, associées à l’augmentation des impôts et à la réduction des prestations sociales et des allocations de chômage, ont entraîné une diminution des revenus pour de nombreux ménages portugais, au point que certains basculent dans la pauvreté. Des familles qui ne peuvent plus rembourser leur prêt immobilier sont expulsées de leur logement, ce qui est aussi particulièrement préjudiciable aux droits des enfants.

Les restrictions budgétaires dans l’éducation peuvent avoir de graves conséquences dans un contexte général déjà marqué par un fort taux d’abandon scolaire. « Cette situation, qui vient s’ajouter à la hausse du chômage et à la baisse des revenus des familles, risque de conduire à la résurgence du travail des enfants, surtout dans l’économie informelle et dans le secteur agricole. Les autorités devraient être particulièrement vigilantes et veiller à ce que se poursuivent les programmes de prévention du travail des enfants. »

Les personnes âgées souffrent elles aussi des mesures d'austérité budgétaire. « Le gel des pensions et la réduction des prestations sociales, qui s’accompagnent d’une hausse des prix des soins médicaux, des transports publics, du gaz, de l’électricité et des denrées alimentaires, ont entraîné une dégradation des conditions de vie des personnes âgées ayant de faibles revenus, notamment dans les zones rurales isolées. »

En outre, les cas de violence à l’encontre des personnes âgées sont en augmentation au Portugal. Près de 40 % d’entre elles auraient été victimes d’abus au sein de leur famille. « Les autorités devraient renforcer les mesures destinées à atténuer l'impact des mesures d'austérité sur les personnes âgées, qui ont besoin d'être mieux protégées et doivent pouvoir mener une vie décente et jouer un rôle actif dans la société. »

Concernant les Roms, ils continuent de subir diverses formes de discrimination, en particulier dans les domaines du logement, de l'éducation et de l'emploi, ce qui les enferme dans une situation d'exclusion sociale et de pauvreté. « Les autorités devraient améliorer considérablement les conditions de logement des Roms, garantir à tous les enfants roms l'égalité d'accès à une éducation de qualité et éradiquer toutes les formes d’antitsiganisme. La stratégie nationale pour l'intégration des communautés roms, adoptée en janvier dernier, va dans le bon sens ; il faudrait l'approuver et la mettre en œuvre sans plus tarder, en étroite collaboration avec les représentants de la communauté rom ».

Enfin, le Commissaire invite les autorités portugaises à continuer d'apporter le soutien nécessaire aux structures nationales des droits de l'homme indépendantes et aux organisations non gouvernementales travaillant dans le domaine des droits de l'homme.

Le Commissaire a également rendu publique une lettre adressée au ministre de la Justice du Portugal, dans laquelle il recommande de traiter le problème de la durée excessive des procédures judiciaires, de renforcer les mesures de lutte contre la discrimination et de s’employer à éradiquer les abus et la violence à l'encontre des personnes âgées.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Indignés (les) _ Idle No More
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : thala solidaire.over-blog.com
  •  thala solidaire.over-blog.com
  • : ThalaSolidaire est dédié à la ville de Thala, ville phare de la Révolution tunisienne. Thala est une petite agglomération du centre-ouest de la Tunisie. Elle est connue pour son histoire antique, ses sources, ses carrières de marbre, devenues une sorte de tragédie écologique et économique, sa résistance et sa misère. Thala solidaire a pour objectif de rassembler toutes les voix INDIGNÉES pour donner à cette terre ainsi qu'à toutes autres terres un droit à la vie et à la dignité…
  • Contact

Recherche

Vidéos

Catégories