Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 novembre 2012 6 24 /11 /novembre /2012 03:17

      __________________________________

 

 

_______________________________________________________________________________________________

Les opinions !


 

_______________________________________________________________________________________________

"Morsi, enlève ta barbe, on verra Moubarak"

Place Tahrir, au Caire, près de 50.000 personnes ont manifesté contre le président égyptien. De notre correspondant, Marwane Chahine.

Manifestants anti-Morsi au Caire. (Mohammed Asad/AP/SIPA)

Manifestants anti-Morsi au Caire. (Mohammed Asad/AP/SIPA)

 

De mémoire d'activiste, il y a bien longtemps que la place Tahrir n'avait pas connu pareille ferveur. Pas tant par le nombre de manifestants, autour de 50.000, que dans la conviction avec laquelle les libéraux, comme on les appelle, ont dénoncé ce vendredi 23 novembre sur la place Tahrir, le coup de force du président Mohammed Morsi. Ou plutôt du "pharaon" Morsi comme l'a ironiquement rebaptisé Mohammed El Baradei, qui préside le parti de gauche Doustour. En s'arrogeant provisoirement les pleins pouvoirs, le président a déclenché la colère de ceux qui ont le sentiment toujours un peu plus fort de s'être fait voler leur révolution. "Morsi, enlève ta barbe, on verra Moubarak", "le peuple veut la chute du régime" et "pain, liberté, les Frères ont vendu la cause", se sont égosillés les manifestants.

A deux pas de la place, dans la rue Mohammed Mahmoud, aux abords du ministère de l'Intérieur, des combats continuaient d'opposer, comme c'est le cas depuis cinq jours, des jeunes activistes et les forces de l'ordre, pierre et cocktail molotov contre lacrymo et parfois chevrotine. C'est d'un tir de cette arme qu'un militant membre de l'organisation 6 avril, pionnière de la révolution, a succombé (il est en état de mort clinique) en début de semaine alors qu'il était venu commémorer les affrontements qui ont coûté la vie à plus de 40 personnes, il y a tout juste un an.

"La police nous inonde de gaz mais on ne se laissera pas faire"

Sur un immense drapeau blanc, le portrait de J.K en pochoir est agité par les manifestants. Mohammed, la vingtaine et plein de gel dans les cheveux, se dit lui aussi prêt à mourir pour défendre les idéaux de la révolution. "Morsi nous insulte, il nous a traité de voyous, mais il ne peut pas se débarrasser de nous et faire oublier que c'est notre sang qui a fait cette révolution. La police nous inonde de gaz mais on ne se laissera pas faire, on a les ultras avec va finir par les mater ces flics", jure ce militant enragé qui se dit convaincu que l'on est en train de vivre "la deuxième partie de la révolution" et que "celle-là sera la bonne."

Moins belliqueux, Hossam, jeune père de famille, n'en reste pas moins éberlué de la décision du Président qu'il a contribué à élire : "Je ne suis pas islamiste mais j'ai voté pour Morsi car je pensais qu'avec Ahmed Chafik [l'autre candidat au second tour des présidentielles, NDLR], ça serait le retour à l'ère Moubarak. Aujourd'hui, c'est encore pire, Morsi a encore plus de pouvoirs". Même s'il n'y croit qu'à moitié, Hossam espère que le Président va se raviser sans quoi ça pourrait, selon lui, être "la catastrophe" Ce que craint Hossam, ce sont des affrontements frontaux entre militants islamistes et libéraux tels qu'il s'en est produit ce vendredi après-midi dans d'autres villes d'Egypte. Trois locaux du parti Liberté et Justice, branche politique des Frères, ont notamment été incendiés. "Beaucoup de gens ont des armes dans ce pays. J'espère qu'on ne va pas vers une guerre civile", s'inquiète un commerçant du centre-ville.

Dans une allocution prononcée vendredi après-midi au palais présidentiel devant une foule composée d'islamistes, Mohammed Morsi a qualifié ceux qui se battent rue Mohammed Mahmoud de "baltagayas", soit de voyous payés pour créer le chaos. tempsreel.nouvelobs

 

_______________________________________________________________________________


 

__________________________________________________________________________________________

Morsi est-il devenu un nouveau "pharaon" ?

 

Malgré le rôle du présidentMohammed Morsidans l'obtention d'une trêve entre le Hamas et Israël, un rôle salué par que la communauté internationale; les opposants égyptiens s'alarment des nouveaux pouvoirs que vient de s'octroyer le leader desFrères musulmans à la tête du pays. Ce vendredi, des manifestations s'accentuent contre un président qui «dérobe au peuple et aux institutions l'intégralité de leurs droits et de leurs pouvoirs». 


La présidence égyptienne avait rendu publique une «déclaration constitutionnelle» qui renforce les pouvoirs du président face à un appareil judiciaire avec lequel les relations sont tendues. Ce décret empêche la dissolution par la justice de l'assemblée constituante et du conseil de la Choura, la chambre haute du parlement égyptien. Il donne à l'assemblée constituante, forte de 100 membres et dominée par les islamistes, deux mois de plus pour rédiger la Constitution égyptienne; souligne Le Figaro. 

Par ailleurs, le président Morsi, qui cumule pouvoirs exécutif et législatif, a limogé le procureur général d'Égypte, Abdel Meguid Mahmoud, présenté comme un vestige de l'époque Moubarak et s'est réservé le droit de nommer son successeur, Talat Ibrahim Abdallah. Il a aussi ordonné la tenue de nouveaux procès pour les responsables de l'ancien régime impliqués dans les violences contre des opposants lors de la révolution du Nil de janvier-février 2011, ce qui implique Hosni Moubarak, condamné en juin à la prison à vie. 

Les déclarations constitutionnelles, décisions et lois que prend le président Morsi sont «définitives et ne sont pas sujettes à appel en attendant une nouvelle Constitution» a tenu à préciser le porte-parole de la présidence. Elles visent «à nettoyer les institutions». C'est bien ce nettoyage qui inquiète l'opposition qui voit de plus en plus en Morsi, ancien cadre de la puissante confrérie des Frères musulmans un nouveau "pharaon" égyptien. D'ailleurs, les manifestants crient, ce vendredi matin "A bas Morsi Moubarak !" http://www.emarrakech.info

 

_______________________________________________________________________________________________________

 

معارضون للرئيس المصري يبدأون اعتصاما مفتوحا بميدان التحرير

 

 

مصر

نصب العديد من الناشطين خياما في الجزيرة الوسطى بميدان التحرير معلنين اعتصامهم لحين إلغاءاضغط هناالإعلان الدستوري الذي أصدره الرئيس محمد مرسي مؤخر

 

وفي ذات الوقت تتواصل الاشتباكات وعمليات الكر والفر بين محتجين وقوات الأمن في شوارع الشيخ ريحان ومحمد محمود وقصر العيني وهي الشوارع القريبة من وزارة الداخلية.

من جانبها أعلنت وزارة الصحة المصرية ارتفاع عدد الجرحى الذين سقطوا خلال الاحتجاجات التي انطلقت في القاهرة وعدد من المدن إلى مائة وأربعين مصابا. وأكدت الوزارة عدم وقوع حالات وفاة خلال مظاهرات اليوم.

ولكن الدكتور محمد شامل الذي يعمل في المستشفى الميداني الذي أنشأه متطوعون لإسعاف المتظاهرين الذين يتساقطون خلال الاشتباكات بوسط القاهرة قال لبي بي سي إن "أعداد المصابين تبلغ أضعاف ما يرد في البيانات الرسمية حيث يرفض كثير من الجرحى اللجوء للمستشفيات الحكومية خشية إلقاء القبض عليهم".

وقال أحد المتظاهرين لبي بي سي "إنها ليست مجرد مظاهرة، إنها ثورة ثانية، وحرق بعض مقار الإخوان اليوم إنما جاء ليذكر بحرق مقار الحزب الوطني الديمقراطي".

وتعرض مقر الإخوان المسلمين بمدينة الإسكندرية الساحلية لحريق جزئي، بحسب المصادر الرسمية، وفي ذات الوقت تعرضت مقار الإخوان في عدد من المحافظات لهجمات. ويتهم الإخوان المسلمون مناصرون للنظام السابق باستهداف مقارهم.

وقال الاخوان المسلمون بمحافظة البحيرة في بيان نقلته وكالة أنباء الشرق الأوسط إن محتجين حاولوا إزالة لافتة الجماعة واقتحام مقرها بمدينة دمنهور عاصمة المحافظة. وأضافت "إن ما يحدث يقوده من الخلف عناصر النظام السابق". لكن البيان أدان أيضا استخدام الشرطة الغاز المسيل للدموع لتفريق المحتجين الذين تجمهروا أمام المقر.

وفي أول رد فعل من جانب الحكومة، عقد هشام قنديل رئيس مجلس الوزراء اجتماعا وزاريا أعقبه بيان ذكرت فيه الحكومة "أن الاعلان الدستوري لم يضف سلطات جديدة لرئيس الجمهورية وأن وجود السلطة التشريعية بيد الرئيس كان نتاجا لحل مجلس الشعب.

وقالت الحكومة انها تتابع التطورات السياسية بدقة وتعيد تأكيد التزامها بحماية كافة المتظاهرين والمعبرين عن آرائهم بطريقة سلمية أيا كانت آراؤهم السياسية أو انتماءاتهم الحزبية.

وقال خالد داوود المسؤول الإعلامي بحزب الدستور لبي بي سي إن الحزب قرر نصب خيمة في وسط الميدان للاعتصام فيها إلى أن يتم إسقاط الإعلان الدستوري الذي يحصن قرارات الرئيس ضد الطعن عليها.

ودعت قوى سياسية معارضة لاستمرار الاعتصام حتى تتحقق المطالب. كما تحشد بعض القوى لمظاهرات جديدة حاشدة يوم الثلاثاء القادم. ومن بينها التيار الشعبي المصري والجمعية الوطنية للتغيير.

وما يزال ميدان التحرير الواقع بقلب العاصمة المصرية مغلقا أمام حركة المرور، بينما واصلت عناصر تابعة لبعض الأحزاب تفتيش الراغبين في الدخول للميدان راجلين. ولاحظ مراسل بي بي سي عدم وجود منصات بالميدان.

وأخمدت قوات الدفاع المدني حريقا في سطح إحدى البنايات بشارع محمد محمود.

وفي وقت سابق نفت وزارة الداخلية أنباء ترددت عن اقتحام قوات الأمن ميدان التحرير وإخلائه بالقوة كما نفت إصدارها التعليمات بقطع الاتصالات والإنترنت عن المنطقة. وشددت على أن قوات الأمن "تتحلى بأقص درجات ضبط النفس في تعاملها مع المتظاهرين.

بيان الحكومة المصرية أكد على التزامها "بتأمين كافة المنشآت وضبط مثيرى الشغب الذين يقومون بالاعتداء على السيارات والمنشآت وأتخاذ الاجرءات القانونية حيالهم".

وبالفعل قال بيان لجماعة الإخوان المسلمين بالبحيرة إنه تم ضبط بعض العناصر الذين وصفتهم "بالبلطجية الذين يحملون أسلحة بيضاء بالقرب من مقر الجماعة"

ونظرا لهذه التطورات، أصدر النائب العام المصري الجديد طلعت إبراهيم تعليمات لأعضاء النيابة العامة بعدم مغادرة مقار عملهم اعتبارا من السبت "تحسبا للظروف التى تمر بها البلاد"، بحسب التلفزيون المصري.

وعلل النائب العام الذي عين في منصبه أمس القرار "بضرورة أن تتمكن النيابة العامة من أداء الواجب المنوطبها في خدمة الوطن والمواطن"  http://www.bbc.co.


___________________________________________________________________________

 Manifestations rivales, des locaux du parti islamiste incendiés


Photo AFP

Des manifestants ont incendié des locaux du parti des Frères musulmans dont est issu le président Mohamed Morsi, vendredi en Egypte où des rassemblements rivaux avaient lieu au lendemain de l'annonce d'un renforcement considérable des pouvoirs du chef de l'Etat.

Selon la télévision publique, des manifestants ont mis le feu aux sièges du Parti de la liberté et de la Justice (PLJ), la branche politique de la confrérie des Frères musulmans, dans les villes d'Ismaïliya et Port-Saïd, dans l'est du pays.

Les locaux du parti ont été aussi pris d'assaut dans la ville d'Alexandrie, où des accrochages ont éclaté entre manifestants des deux camps, a déclaré un responsable du parti islamiste à l'AFP.

Elu en juin premier président civil et islamiste du pays le plus peuplé du monde arabe, M. Morsi s'est arrogé dans une "déclaration constitutionnelle" le droit de "prendre toute décision ou mesure pour protéger la révolution" de 2011.

"Les déclarations constitutionnelles, décisions et lois émises par le président sont définitives et ne sont pas sujettes à appel" tant que ne sera pas achevée la nouvelle Constitution, dont le projet doit être rédigé d'ici à la mi-février, selon cette déclaration.

M. Morsi cumule déjà les pouvoirs exécutif et législatif -la chambre des députés ayant été dissoute en juin-, et entretient des relations tendues avec une grande partie de l'appareil judiciaire. Il avait renforcé son pouvoir en écartant en août le ministre de la Défense de l'ex-régime, Hussein Tantaoui.

"Enfer politique"

L'opposition a parlé de coup d'Etat et appelé à des manifestations à travers le pays.

Après la prière hebdomadaire musulmane, les opposants, en majorité des libéraux et des laïques, étaient regroupés place Tahrir qui fut l'épicentre de la révolte pro-démocratie de janvier-février 2011.

Ils devaient être rejoints par Mohamed ElBaradei, un ancien chef de l'agence nucléaire de l'ONU, et Amr Moussa, un ancien chef de la Ligue arabe. M. ElBaradei a accusé la veille M. Morsi de s'être "proclamé nouveau pharaon".

A quelques kilomètres, les partisans de M. Morsi étaient rassemblés devant le palais présidentiel dans le nord du Caire. Parmi eux, la puissante confrérie des Frères musulmans. "Le peuple soutient les décisions du président", ont-ils scandé.

Pour les détracteurs du président Morsi, ses pouvoirs élargis remettant en cause les acquis de la révolte qui a renversé en 2011 le président autocratique Hosni Moubarak, a valu à M. Morsi d'être qualifié de "pharaon", comme son prédécesseur.

"C'est un coup d'Etat contre la légalité (...) Nous appelons tous les Egyptiens à protester vendredi sur toutes les places d'Egypte", a dit Sameh Achour, chef du syndicat des avocats, jeudi soir au côté de MM. ElBaradei et Moussa. "Morsi conduit le pays vers un enfer politique", selon lui.

Tous trois ont accusé le président de "monopoliser les trois branches du pouvoir", et de chercher à "anéantir l'indépendance du pouvoir judiciaire".

"Morsi, dictateur temporaire"

M. Morsi a notamment demandé "de nouveaux jugements" dans les procès sur les meurtres de centaines de manifestants durant la révolte, ce qui fait planer une menace sur certains hauts responsables militaires ou de la police, et pourrait entraîner un nouveau procès pour M. Moubarak, en détention à perpétuité.

Le président a, dans ce contexte, limogé le procureur général, Abdel Meguid Mahmoud, nommé du temps de Moubarak, et l'a remplacé par Talaat Ibrahim Abdallah pour quatre ans.

M. Morsi a aussi décidé qu'aucune instance judiciaire ne pouvait dissoudre la commission chargée de rédiger la future Constitution. Il ôte ainsi le droit à la Haute cour constitutionnelle d'examiner un appel contre la composition de cette commission constituante, dominée par les islamistes.

Il a même étendu de deux mois le mandat de la commission, qui devait initialement prendre fin mi-décembre. Une fois achevée, la loi fondamentale doit être soumise à un référendum et des élections législatives doivent suivre.

Ces décisions visent à "nettoyer les institutions" et "détruire les infrastructures de l'ancien régime", a expliqué le porte-parole de la présidence, Yasser Ali.

"Morsi, dictateur temporaire", a titré le journal indépendant Al-Masry Al-Youm. lavoixdunord.fr


Partager cet article

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Égypte : Place TAHRIR jan25
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : thala solidaire.over-blog.com
  •  thala solidaire.over-blog.com
  • : ThalaSolidaire est dédié à la ville de Thala, ville phare de la Révolution tunisienne. Thala est une petite agglomération du centre-ouest de la Tunisie. Elle est connue pour son histoire antique, ses sources, ses carrières de marbre, devenues une sorte de tragédie écologique et économique, sa résistance et sa misère. Thala solidaire a pour objectif de rassembler toutes les voix INDIGNÉES pour donner à cette terre ainsi qu'à toutes autres terres un droit à la vie et à la dignité…
  • Contact

Recherche

Vidéos

Catégories