Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 novembre 2012 5 23 /11 /novembre /2012 01:38

 

_________________________________________________________________________________________

Le procès du doyen de la Faculté des Lettres de la Manouba, Habib Kazdaghli, a été reporté au 3 janvier 2013, suite à la demande du comité de défense, selon la TAP.

 

_________________________________________________________________________Historique

Affaire du doyen Habib Kazdaghli

 

Accusé d’actes de violence commis par un fonctionnaire dans l’exercice de ses fonctions, le doyen de la faculté des Lettres, des Arts et des Humanités de La Manouba encourt jusqu’à cinq ans de prison. Deux heures de grève seront observées au moment de son procès aujourd’hui dans plusieurs universités tunisiennes.

 

«Cette pétition de soutien au doyen Habib Kazdaghli a été adoptée par une cinquantaine de constituants. Nous avons engagé, il est vrai, cette action tout récemment, le document sera signé dans les prochaines heures par plusieurs autres noms provenant de différents groupes parlementaires, qui ont promis de rallier le mouvement. Nous nous engageons également à inscrire dans la nouvelle Constitution le droit à la liberté de l’information et de la création ainsi que les libertés académiques», annonçait avant-hier la députée de l’ANC, Salma Baccar dans la salle Hassan Hosni Abdelwahab. Les applaudissements fusent.

La salle de conférence de la Faculté des Lettres, des Arts et des Humanités de la Manouba est archicomble. Des représentants des syndicats de base de l’enseignement supérieur, de plusieurs associations de femmes et de droits de l’Homme prennent tour à tour la parole pour assurer leur appui au doyen, dont le procès s’ouvre de nouveau aujourd’hui à partir de 9h du matin au Tribunal de première instance de La Manouba. 

 
 A la fin de la réunion, la chef du département d’anglais s’est entretenue d’urgence avec Habib Kazdaghli : «Ce matin, une étudiante portant le nikab a refusé de dévoiler son visage pendant un cours d’anglais. L’enseignante a été menacée par des groupes de barbus venant à la rescousse de la jeune fille». «Vous devez porter vous aussi la tenue islamique», lui a-t-on répété. Le professeur a dû quitter la salle. Voici son rapport, alerte-t-elle. 
Le doyen pâlit. Le calvaire de l’année universitaire passée va-t-il reprendre de nouveau? Ce calvaire, qui a provoqué sa comparution devant la justice depuis le début de l’été dernier. 

Hystérie

En novembre 2011, le Conseil scientifique de la Faculté de La Manouba adopte, pour des raisons pédagogiques et de sécurité, un règlement intérieur interdisant le port du voile intégral dans les salles de cours et pendant les examens. Les étudiants sont tenus de signer le document au moment de leur inscription à l’université. Mais les troubles violents et les sit-in non-stop, qui ont agité les murs de la Faculté de La Manouba, ont poussé le Conseil scientifique à exclure quelques éléments, parmi ceux qui ont sérieusement perturbé les cours.  

Il est 14h40 ce 6 mars 2012 lorsque deux étudiantes, Imen Berrouha et Fattouma Hajji, s’introduisent dans le bureau du doyen. La première inscrite en première année arabe vient d’être renvoyée de la Faculté pour une période de six mois, son amie devait comparaître devant le conseil de discipline le 17 mars. Elles mettent son bureau sens dessus-dessous, il tente de les arrêter, puis sort porter plainte. «Elles étaient dans un état d’hystérie avancé. J’en ai vu de toutes les couleurs depuis le début de l’année universitaire, on m’a harcelé quotidiennement, insulté et diffamé au cours de prêches clamés juste au-dessous des fenêtres de mon bureau, mais c’était la première fois qu’on forçait ma porte de cette façon», témoigne Habib Kazdaghli.
 

Le lendemain, à la suite de cet incident, un salafiste étranger à la Faculté des lettres profane le drapeau tunisien. Emotion vive dans tout le pays...
 

Accusé d’avoir giflé violemment  Imen Berrouha au point que le médecin de l’hopital de la Cité Ettadhamen lui a prescrit (vers 16h30) dix jours de repos, «pour une gifle qui s’estompe au bout d’une heure notamment lorsqu’on est couvert d’un nikab», protestent les avocats du doyen, le Professeur Kazdaghli a vu au gré des mois les charges retenues contre lui, «violences n’entraînant pour la santé d’autrui aucune conséquence sérieuse», sanctionnées par une amende de quatre dinars et quinze jours de  prison s’aggraver. En juillet, le choc du Professeur Kazdaghli est grand lorsqu’il découvre que le parquet a requalifié le chef d’inculpation. Il est poursuivi aujourd’hui pour «actes de violence commis par un fonctionnaire dans l’exercice de ses fonctions». Il encourt cinq années d’emprisonnement !


«Le soutien ne vient que d’Allah !»

«C’est le monde à l’envers. De victime, je deviens accusé», déclare le doyen, qui a vu la chaîne de solidarité de la société civile tunisienne et de la communauté académique internationale s’agrandir autour de son affaire. Par contre, le ministère de l’Enseignement supérieur refusera dès le début de désavouer les jeunes salafistes et accuse le doyen d’instrumentaliser l’affaire du nikab à des fins politiques.

 
Après avoir certifié la nouvelle de son mariage cet été avec Mohamed Bakhti, l’un des deux salafistes  décédé la semaine passée en prison à la suite d’une grève de la faim sauvage et ex-leader du mouvement salafiste de La Manouba, Imen s’est refusée de répondre à nos questions : «Je ne veux pas parler à la presse», a-t-elle objecté.

 
«Le soutien ne vient que d’Allah tout puissant ! Se plaindre à un autre que Lui est une humiliation», a ajouté Imen avant de raccrocher rapidement le téléphone.
Aujourd’hui par solidarité avec leur confrère, deux heures de grève seront observées par les enseignants de plusieurs universités à travers toute la République.
«Notre objectif n’est pas d’influencer la justice, mais plutôt de l’appuyer dans sa quête d’équité et de transparence», assure Habib Mellakh, universitaire, syndicaliste. lapresse.tn

 

_____________________________________________________________________

 Issam Dardouri bénéficie d’un non-lieu

Issam Dardouri, secrétaire général du syndicat des agents des forces de sûreté de l’aéroport Tunis-Carthage, a bénéficié jeudi 22 novembre 2012 d’un non-lieu dans le procès qui lui a été intenté par le ministère de l’Intérieur. Il a été accusé de propagation de fausses informations, en rapport avec un fonctionnaire, à travers les médias et divulgation d’un secret professionnel. 
Issam Dardouri a été arrêté en juillet dernier, pendant quelques jours. Il a bénéficié, entre-temps, d’un large soutien de ses collègues créant une large polémique. 
businessnews

 

______________________________________________________________________

Déclaration d'Isam Dardouri après le jugment 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Tunsie _ Justice_Sécurité
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : thala solidaire.over-blog.com
  •  thala solidaire.over-blog.com
  • : ThalaSolidaire est dédié à la ville de Thala, ville phare de la Révolution tunisienne. Thala est une petite agglomération du centre-ouest de la Tunisie. Elle est connue pour son histoire antique, ses sources, ses carrières de marbre, devenues une sorte de tragédie écologique et économique, sa résistance et sa misère. Thala solidaire a pour objectif de rassembler toutes les voix INDIGNÉES pour donner à cette terre ainsi qu'à toutes autres terres un droit à la vie et à la dignité…
  • Contact

Recherche

Vidéos

Catégories