Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mai 2012 2 08 /05 /mai /2012 05:02

Tunisie : histoire de l’esclavagisme

 

 

_____________________________________________________

 

 

__________________________________________________________________

Les attaques sur fond de racisme anti-noir contre la présidente du syndicat national des journalistes tunisiens

 

Les attaques sur fond de racisme anti-noir contre la présidente du syndicat national des journalistes tunisiens et ce que les Tunisiens pourraient apprendre de l’Afrique subsaharienne  


A propos de la cabale des ténors du parti islamiste contre les médias, qui culminent par les attaques, sur fond de racisme anti-noir contre la présidente du Syndicat national des journalistes tunisiens (Snjt).


La courageuse  Néjiba Hamrouni à la peau d’ébène, quadra élue en juin dernier par ses pairs présidente du Syndicat national des journalistes tunisiens (Snjt), fait l’objet d’ignominieuses attaques allant jusqu’à l’appel au meurtre sur les réseaux sociaux notamment par les islamistes pour son intransigeante position quant à  l’indépendance des médias.

 

Le racisme primaire d’une avocate voilée

 

Ces vils procédés matérialisés par un racisme primaire craché  par une avocate voilée qui veut se faire une virginité auprès du parti islamiste Ennahdha trouve notamment son terreau dans le sentiment latent anti-noir de la société tunisienne.

Le gouvernement dirigé par le Premier ministre nahdhaoui n’a pas cessé ses tentatives de mainmise sur les médias auto-libérés après la révolution en utilisant tous les subterfuges y compris l’intimidation et la violence contre les journalistes et dont la liste serait longue à établir.

Depuis la tentative avortée de nominations des responsables des médias nationaux en passant par le sit-in de 54 jours organisé pour le harcèlement des employés de la télévision nationale, il vient de commettre une nouvelle bourde en organisant unilatéralement une consultation nationale avortée sur la réforme des médias en l’absence des véritables professionnels à la manière du système Ben Ali.

En effet cette consultation a fait un flop suite au boycott par le Syndicat national des journalistes tunisiens (Snjt) , l’instance nationale de la réforme de l’information et de la communication (INRIC) et le Syndicat de la presse et de la culture relevant de  l’union générale des travailleurs tunisiens (UGTT) et le plus cocasse c’est que ce gouvernement autiste a voulu encore une fois passer en force en ignorant le rapport de près de 400 pages diffusé deux jours plus tard et qui figure une analyse exhaustive et objective du secteur censée servir de document de référence à toute consultation nationale en la matière.

 

Voilée de fraiche date, elle flirte avec les nouveaux dirigeants

 

L’avocate zélée Me Raja Mansouri –qui grâce à son état de voilée veut reprendre du service auprès des nouveaux dirigeants de la Tunisie- vient d’asséner des attaques d’un racisme primaire contre la jeune et vaillante présidente du snjt, dans le sillage du démagogue en chef le ministre-conseiller Lotfi Zitoun. Ce dernier justifie la ridicule et saugrenue cession–privatisation des médias publics dont la télévision nationale pour non allégeance de la ligne éditoriale qui ne refléterait pas les composantes de l’opinion publique et l’équilibre des forces politiques légitimement élues !

Vu le soubassement éducationnel des dirigeants du parti islamique (en majorité des avocats) on comprend qu’ils prennent des libertés avec la simple arithmétique et l’affirmation selon laquelle le contenu éditorial de la télévision tunisienne  ne reflète pas l’opinion de 60 % des électeurs représentés par les députés de la troïka qui est au gouvernement actuel, est une  démonstration –si besoin est- qu’Ennahdha veut instrumentaliser les médias dans une campagne électorale continue et permanente jusqu’aux prochaines élections.

 

Le racisme anti-noir est tabou en Tunisie (1)

 

Notre pays qui a donné son ancien nom «Ifriquia» au continent Africain, a aboli l’esclavage avant beaucoup de pays EuropéesFrance, en 1846, et a connu huit grandes périodes de métissage depuis 3000 ans, n’en demeure pas moins pollué par un racisme latent anti noir (en surface il n’existe pas mais en profondeur…si) comme il existe un antisémitisme non avoué que longtemps le régime carte postale de Ben Ali voulait occulter.

Un de mes employés est noir issu d’une région  du Sud (ces communautés se trouvent essentiellement dans les oasis de Gabès, El Hamma, Jerba) et bien qu’il ne fasse pas l’objet de ségrégation de la part des autres employés prenant cycliquement ses pauses-repas avec un des directeurs et un ingénieur se voit interpeller de temps à autre par le quolibet de «Ya Labiadh » (le blanc en Arabe) plus politiquement correct que « Kahlouch » ou « Oussif » (Noir en Arabe), « lasmar » (Basané) voire « ya horr » (libre)  par opposition à Abid (pour esclave »

Les noirs en général ,surtout depuis la localisation de la BAD (Banque Africaine de Développement) à Tunis amenant dans son sillage des populations de cadres sub-sahariens et les autochtones tunisiens d’entre eux vivent quotidiennement un racisme ordinaire non institutionnel   émaillé  de clichés tenaces dus essentiellement à l’ignorance et l’inculture.

Une jeune camerounaise en visite dans notre pays a écourté son séjour après avoir été caillassée gratuitement par des bandes de jeunes qui la harcelaient par le qualificatif « Kerdou , Kerdou » (Guenon en arabe)  alors que vu  sa sublime beauté,  Naomi Campbell et Tyra Banks pourraient aller se rhabiller !

Quand on pense qu’au plan international,  la première mannequin noire a été imposée par le couturier tunisien Ezzeddine Alaïa !

La minorité noire de Tunisie issue des lointains esclaves affranchis est rarement métissée étant repliée socialement sur elle-même, la mixité n’étant constatée à des exceptions près que lorsqu’‘il s’agit de stars du football ou d’artistes.

La réminiscence de pratiques aristocratiques anciennes de recrutement de la domesticité (valets, gardiens) fait que certains grands palaces de jerba ont jusqu’ à ce jour la manie de sélectionner uniquement des noirs pour les postes visibles de plantons et de personnel d’accueil  en tant que décor insolite, exotique et folklorique sans penser un seul moment que c’est un acte insidieux de racisme.

Opérant en Afrique subsaharienne, je peux affirmer que là où je vais, on témoigne aux tunisiens des marques spéciales d’amitié et de considération et que dans certains villages non habitués à voir des blancs, les quolibets « Musango » (blanc) fusent dans l’autre sens des bouches innocentes des enfants sans méchanceté.

Je peux aussi témoigner que les seuls travers que je connaisse aux populations noires sont ceux introduits depuis les occupations Européennes au XV ième siècle occasionnant  les ravages de l’exploitation et l’esclavage suivis du  partage au cutter de la conférence de Berlin avec  l’avènement dans les années 60 après les indépendances,  de potentats autochtones et de systèmes clientélistes à l’instar de la Françafrique.

 

Les leçons de l ’Afrique noire à l’Afrique «blanche».

 

Les innombrables subsahariens de la Bad (microcosme qu’on jalouse à cause des quatre fois quatre  climatisées et des caddies surchargés) et les étudiants noirs en Tunisie font constamment état de  comportements racistes qu’il s’agisse des taxis (2) qui ne s’arrêtent pas obligatoirement lorsqu’ ils sont hélés ou font des remarques désagréables sans parler des comportements de certains agents de la police et des tracas gratuits qu’ils subissent  à l’occasion des formalités de renouvellement de visas.

L’opprobre et l’ostracisme dénonçant  en France les habitudes culinaires des musulmans qui « égorgent les moutons dans les baignoires »  et les « odeurs » citées par M Chirac trouvent leur pendant dans les dénonciations par les Tunisiens des odeurs inhabituelles jugées fétides du Ndolé, du porc épic et que sais-je encore associés aux visiteurs d’Afrique noire.

Les Tunisiens ayant subi il n’y a pas si longtemps les clichés en Europe de « bédouins enturbannés chevauchant des dromadaires »  ne doivent pas tomber dans la facilité d’assimiler les subsahariens à des sauvages et devraient plutôt méditer en ces moments cruciaux où la Tunisie se cherche encore à trouver sa voie en matière de bonne  gouvernance et pratiques démocratiques l’apport de l’Afrique noire dont voici quelques uns :


Il est un petit pays pauvre qui a vécu dans sa chair un traumatisme inégalé : Le RWANDA.

 

Ce magnifique pays malgré de profondes blessures (le génocide de 1994 s’est traduit par un million de morts et la destruction de toutes les composantes de l’état) vient de donner au monde en quinze ans une leçon de gouvernance et de transparence boostée par une croissance à deux chiffres en ayant réussi au passage sa justice transitionnelle grâce aux Gacaca (3).

Quand en Tunisie on s’empêtre dans des considérations savantes et de multiples consultations et commissions, l’état Rwandais a pris de simples mesures qui ont donné leur effet immédiat :

En matière de réduction du train de vie de l’état le parc de véhicules de fonction a tout simplement été liquidé du jour au lendemain à charge pour les hauts responsables qui désiraient continuer à jouir de leur usage de racheter leurs véhicules à titre personnel grâce à un prêt bonifié.

Pour ce qui est des nominations de hauts responsables, l’appel à candidature est fait via un portail internet en toute transparence,

Le terme savant de développement durable s’est traduit par une simple mesure interdisant l’emballage en plastique et l’utilisation du papier biodégradable ce qui permet aux trottoirs fleuris de Kigali d’être plus propres que ceux de la banlieue chic de la Marsa!

La disposition du port du casque par les motocyclistes –pourtant obligatoire depuis des années dans notre pays- qui n’est appliquée qu’épisodiquement au gré du moment et de la volonté des agents de la circulation est strictement appliquée au pays des mille collines où les motos taxis sont munis de deux casques dont un imposé au passager !

Un alcotest est effectué tous les samedis soir à la sortie des night clubs et les contrevenants se voient réquisitionner leurs véhicules et vont immédiatement en prison ce qui a introduit l’habitude scandinave où un membre du groupe d’amis se dévoue pour ne pas boire d’alcool durant la soirée

L’autre exemple est celui du Sénégal  qui vient d’administrer une magistrale leçon de démocratie à l’occasion des dernières élections et dont le nouveau gouvernement se limite lui à 25 portefeuilles ministériels !

Bien de tunisiens -compte tenu des clichés associés à l’Afrique- appréhendant les fléaux qui les y attendent -tombent amoureux dès les premiers voyages de ce continent sublime et généreux et communient avec ses populations autochtones aux multiples richesses culturelles.

En conclusion,  je peux rassurer Me Hamrouni dont les qualités intrinsèques sont à l’opposé de la bassesse de l’avocate « blanche » maître Raja que physiquement aussi son joli minois est plus avenant que le visage d’un blanc laiteux enturbanné de celle qui semble lui reprocher sa négritude !


 ______________________________

(1) Lire le témoignage de Affet Mosbah noire tunisienne Directrice de la Communication de la société CMC Paris

http://etkalem.blogspot.com/2007/11/noir-et-tunisien-tmoignage-poignant-dun.html

(2) «Certains taximen descendent de voiture pour essuyer le siège que vous venez de quitter » citation de Mariam Ndoye dans son roman « D’Abidjan à Tunis » 

(3) Gacaca :système de justice instauré en 2001 et inspiré de la tradition et  du consensus culturel communautaire dans les villages

Crédit photos et inter-titres avec l 'aimable permission de Kapitalis; 

 Par Abderrazak Lejri, mediapart

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Tunsie _ Justice_Sécurité
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : thala solidaire.over-blog.com
  •  thala solidaire.over-blog.com
  • : ThalaSolidaire est dédié à la ville de Thala, ville phare de la Révolution tunisienne. Thala est une petite agglomération du centre-ouest de la Tunisie. Elle est connue pour son histoire antique, ses sources, ses carrières de marbre, devenues une sorte de tragédie écologique et économique, sa résistance et sa misère. Thala solidaire a pour objectif de rassembler toutes les voix INDIGNÉES pour donner à cette terre ainsi qu'à toutes autres terres un droit à la vie et à la dignité…
  • Contact

Recherche

Vidéos

Catégories