Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 janvier 2011 1 10 /01 /janvier /2011 03:00

Les troubles s’amplifient en Tunisie. Après avoir reconnu dans un communiqué, dimanche 9 janvier, la mort de huit civils tués par balles lors d’affrontements avec la police, cinq dans la ville de Thala et trois autres dans la ville de Kessarine, le gouvernement a évalué à quatorze le nombre de victimes en fin de journée. En début de soirée, Le Monde a de son côté identifié vingt-trois victimes tuées par balles, dont il a recueilli les noms, dans les villes de Kasseribe, Thala et Regueb.

L’opposition, qui s’est réunie en urgence à Tunis, avait avancé dans la journée le chiffre de vingt morts. "Nous marchons vers l’inconnu", déclare au Monde l’ancien candidat à l’élection présidentielle Ahmed Brahim, premier secrétaire d’Ettadjdid, un parti post-communiste qui compte deux députés au parlement. "Il faut que le pouvoir se ressaisisse et retire les forces des villes qu’elles encerclent".

Ces "affrontements se poursuivaient ce matin même [dimanche]", a précisé Ahmed Nejib Chebbi, chef du Parti démocratique progressiste (PDP), sans représentant parlementaire. Plusieurs témoignages ont affirmé que l’armée avait pris position autour de plusieurs bâtiments administratifs et bancaires, notamment à Thala, dans l’ouest du pays, près de Kasserine.

Pour l’heure, Le Monde a pu recueillir l’identité de vingt-trois personnes tuées par balles à Thala, Ragueb et Kessarine. Mais le bilan pourrait s’alourdir. "J’ai pu visité l’hôpital de Kasserine, j’ai vu beaucoup de blessés, et aussi des morts, mais je suis incapable de donner le nombre", déclare Chabari Mezi, un instituteur syndicaliste, bouleversé, joint par téléphone dimanche après-midi.
Selon des témoignages sur place, les quatre autres personnes été tuées à Regueb sont une femme de 26 ans, Manel Bouallagui, et trois hommes : Raouf Kaboussi, 33 ans, Mohamed Jabbeli, 22 ans, et Nizar Slimi.

Un peu plus tôt dimanche dans la matinée, le gouvernement tunisien avait fini par sortir de son silence en annonçant la mort de deux civils tués par balles. "La police a ouvert le feu en état de légitime défense après avoir procédé à des tirs de sommation pour empêcher des manifestants de s’en prendre à des bâtiments gouvernementaux", a indiqué le ministère de l’intérieur dans un communiqué cité par l’agence Tunis Afrique Presse (TAP). Les autorités tunisiennes avaient aussi évoqué huit blessés parmi les forces de sécurité, dont trois graves.

La Tunisie connaît depuis le 17 décembre une vague de révolte à travers tout le pays, après le suicide d’un jeune vendeur ambulant qui s’était immolé par le feu à Sidi Bouzid, au coeur de la Tunisie. Depuis, des manifestations ont lieu tous les jours dans plusieurs villes et au moins cinq autres personnes se sont suicidées, souvent par immolation par le feu.

 

(Avec Isabelle Mandraud - Dimanche, 09 janvier 2011)

***

Six nouveaux décès signalés dans les manifestations en Tunisie

L’agence de presse tunisienne TAP annonce dimanche la mort de six civils supplémentaires au cours des dernières 24 heures dans des affrontements avec les forces de l’ordre, ce qui porte le bilan officiel à 14 tués en une nuit et une journée.

L’agence, qui cite une source officielle, fait état de quatre morts à Rgeb et de deux à Kasserine. Le gouvernement avait auparavant signalé le décès de huit civils à Thala et à Kasserine.

La Tunisie connaît depuis la fin décembre une rare agitation sociale, les jeunes dénonçant la pénurie d’emplois. Le président Zine al Abidine Ben Ali a jugé les manifestations violentes inacceptables et le gouvernement les a imputées à une minorité d’extrémistes.

***

Les affrontements se poursuivent en Tunisie

La tension ne baisse pas en Tunisie. Le gouvernement a fait état d’affrontements violents entre manifestants et force de l’ordre à Thala, dans l’ouest du pays, dans la nuit de samedi 8 à dimanche 9 janvier. Un bilan officiel fait état de deux morts et de huit blessés.

Un bilan établi par l’AFP auprès de la population locale fait état de quatre morts et six blessés. L’agence de presse donne le nom des victimes, obtenus auprès d’habitants ayant requis l’anonymat : Marwane Jomni, 20 ans, Ahmed Boulaabi, 30 ans, Mohamed Omri, 17 ans et Nouri Boulaabi, 30 ans.

Selon le gouvernement, la police a agi "en état de légitime défense" à Thala. "Plusieurs personnes ont été blessées parmi les forces de l’ordre, dont trois grièvement", ajoute le communiqué du gouvernement, qui affirme que la police a ouvert le feu après avoir procédé à des tirs de sommation pour empêcher des manifestants de s’en prendre à des bâtiments gouvernementaux.

Samedi, un nouveau marchand ambulant s’est immolé par le feu à Sidi Bouzid. Agé de 50 ans, Moncef Ben K., marié et père de famille, s’est aspergé d’essence alors que se tenait le marché de la ville. Il a été emmené en ambulance et son état est jugé grave. Au même endroit, à Sidi Bouzid, capitale agricole située au coeur de la Tunisie, un vendeur de fruits et légumes, Mohamed Bouazizi, 26 ans, s’était immolé par le feu le 17 décembre avant de décéder le 4 janvier.

Son geste de désespoir a provoqué une vague de contestation et de manifestations contre le chômage et la cherté de la vie sans précédent depuis vingt ans dans tout le pays. Depuis la mi- décembre, plusieurs autres cas de suicides ont été signalés. Samedi, la ville de Metlaoui, dans la région minière de Gafsa, enterrait un jeune qui s’était également immolé par le feu.

Lors d’un rassemblement public organisé samedi à Tunis, l’Union générale des travailleurs tunisiens (UGTT), centrale syndicale unique, a apporté son appui aux revendications "légitimes" des manifestations de Sidi Bouzid et d’ailleurs. Des centaines de personnes strictement encadrées par des centaines de policiers en civil et des unités anti-émeutes, ont alors observé une minute de silence à "la mémoire des martyrs" du mouvement social.

Une bombe artisanale explose devant le consulat de Tunisie à Pantin sans faire de dégâts

Le consulat de Tunisie à Pantin a subi une "petite explosion" dimanche matin, qui a occasionné "des dégâts minimes" sur son rideau de fer.

L’ambassade évoque une "bombe artisanale" à l’origine d’une "forte déflagration". "La désinformation ces derniers jours sur ce qui se passe en Tunisie est telle que tout en devient possible, même cet acte terroriste", a lancé l’ambassadeur de Tunisie en France, Raouf Najar.

Dimanche matin, le consulat était ouvert. Le rideau métallique, brûlé, était presque totalement relevé, et une vingtaine de personnes faisaient la queue.

 

lien:http://www.aloufok.net/spip.php?article3002

Partager cet article

Repost 0
Published by thalasolidaire.over-blog.com - dans Janvier 2011 (le mois de la révolution)
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : thala solidaire.over-blog.com
  •  thala solidaire.over-blog.com
  • : ThalaSolidaire est dédié à la ville de Thala, ville phare de la Révolution tunisienne. Thala est une petite agglomération du centre-ouest de la Tunisie. Elle est connue pour son histoire antique, ses sources, ses carrières de marbre, devenues une sorte de tragédie écologique et économique, sa résistance et sa misère. Thala solidaire a pour objectif de rassembler toutes les voix INDIGNÉES pour donner à cette terre ainsi qu'à toutes autres terres un droit à la vie et à la dignité…
  • Contact

Recherche

Vidéos

Catégories