Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 janvier 2012 7 01 /01 /janvier /2012 05:42

Washington s'inquiète de la campagne de recrutement d'Al-Qaida en Libye

 

 

Stocks de munitions de l'armée libyenne à l'abandon, à proximité de l'oasis de Joffra, en novembre 2011.

Stocks de munitions de l'armée libyenne à l'abandon, à proximité de l'oasis de Joffra, en novembre 2011.AFP/PHILIPPE DESMAZES

Al-Qaida a envoyé en Libye des militants pour tenter d'y recruter des hommes après la chute du régime de Mouammar Kadhafi, mais la nébuleuse extrémiste n'a pas encore véritablement pris pied dans le pays, estiment des responsables américains. "Al-Qaida a envoyé quelques agents et encourage ses membres locaux au sein d'AQMI (Al-Qaida au Maghreb islamique) à infiltrer la Libye pourtenter de mener des activités extrémistes", confirme un responsable américain sous couvert d'anonymat, confirmant une information de la chaîne CNN.


Mais la campagne libyenne du groupe extrémiste se heurte à deux écueils : Al-Qaida reste affaibli après de dix ans de guerre menée à son encontre par les Américains et a été marginalisé par la vague de protestation populaire en Libye et dans le monde arabe. "Pour ce qui est du renversement de Kadhafi et du Printemps arabe en général, Al-Qaida est arrivé en retard dans la partie", ajoute ce responsable dans un courriel à l'AFP. "Aussi n'est-il pas surprenant qu'une organisation si proche d'une défaite stratégique soit à la recherche d'opportunités pour redorer son image", souligné-t-il. "Mais c'est une menace dont nous avons parfaitement conscience et nous travaillons avec les autorités libyennes pour la contrer".

Parmi les recruteurs d'Al-Qaida figure un militant expérimenté détenu un temps en Grande-Bretagne et envoyé en Libye par le chef d'Al-Qaida Ayman Al Zawahiri, rapporte CNN, qui cite une source libyenne elle-même informée par des responsables occidentaux. Arrivé en Libye en mai, il aurait depuis cette date recruté quelque 200 hommes dans l'Est du pays, ajoute CNN, qui précise que les agences de renseignement occidentales surveillent son activité.

Interrogé à ce sujet, les responsables américains n'ont pas confirmé l'implication de Zawahiri ni le nombre de personnes recrutées. Un autre militant d'Al-Qaida, disposant de passeports européen et libyen, a quant à lui été arrêté alors qu'il se dirigeait vers la Libye, dans la région du Pakistan et de l'Afghanistan, dans un pays qui n'a pas été précisé, toujours selon CNN.

source lemonde

______________________________________

 Des Libyens enlèvent 4 gendarmes

Un groupe armé libyen a enlevé samedi quatre gendarmes tunisiens à la frontière entre les deux pays, 48 heures avant une visite du président tunisien à Tripoli, rapporte l'agence de presse tunisienne TAP, citant le ministère de l'Interieur.

Les quatre gendarmes étaient en patrouille à Benguerdane, une région frontalière avec la Libye, avant de tomber entre les mains des Libyens qui leur ont faire croire qu'ils étaient des "révolutionnaires libyens", ajoute TAP en citant le porte-parole de l'Intérieur Hichem Medeb.

"Trois gendarmes ont réussi à prendre la fuite mais le quatrième gendarme, la voiture de patrouille ainsi que leurs armes sont toujours entre les mains des ravisseurs," a dit la même source. "Le kidnapping survient deux jours avant la visite en Libye du président tunisien Moncef Marzouki. L'enlèvement laisse entendre que des parties tentent de troubler le climat de bonnes relations entre les deux pays," a déclaré Hichem Medeb.

source europe1

__________________________________

 

 Un nouveau chef d'état-major désigné par les ex-rebelles

 

haftar

Khalifa Haftar, le 25 avril 2011. (CC) Flickr/Magharebia

 

Ce week-end, en Libye, une commission d'anciens officiers rebelles doit désigner le nouveau chef d’état-major des armées en remplacement du colonel Khalifa Haftar, une personnalité controversée, au cœur des tensions entre « révolutionnaires » et anciens du régime Kadhafi. Pour faciliter le processus, les soldats en grève à Benghazi depuis trois jours pour réclamer leur solde impayée depuis dix mois, ont décidé de suspendre leur mouvement.

 

À Misrata, une commission composée d’officiers rebelles de tout le pays a été mise en place pour déterminer une liste d’une soixantaine de candidats. L’objectif est de remplacer le colonel Khalifa Haftar. Cet officier supérieur a été nommé par ses pairs chef d’état-major de l’Armée de libération nationale le mois dernier.

Mais il est loin de faire l’unanimité parmi les rebelles. Il y a deux semaines, il a été pris pour cible par un groupe d’hommes armés dans la banlieue de Tripoli.

Moustapha Abdeljalil, le président du Conseil national de transition (CNT), a lui-même fini par reconnaître qu’il revenait aux anciens rebelles de choisir qui devait diriger l’armée nationale encore dans les limbes.

C’est donc pour ne pas entraver ce délicat processus de désignation que les rebelles et membres de l’armée ont cessé leur mouvement. De Benghazi à Zawiya, en passant par Tripoli, ils ont prévenu le ministre de la Défense, Oussama al-Jouili, que si personne n’était désigné ce week-end, les manifestations seraient quotidiennes.

Environ, 150 officiers et sous-officiers de l’ancienne armée libyenne, ralliés à la rébellion, avaient désigné à l'unanimité, le 17 novembre dernier, le colonel Khalifa Haftar en qualité de chef d’état-major de la nouvelle armée libyenne.

Sorti des rangs de l’académie militaire de Benghazi, puis formé dans l’ancienne Union soviétique, Khalifa Hafta, proche de Mouammar Kadhafi (il a participé au coup d'État contre le roi Idris en 1969), a fait défection après le conflit entre le Tchad et la Libye. Haftar a été fait prisonnier avec plusieurs centaines de soldats libyens par les Tchadiens. Le guide libyen a refusé de reconnaître les prisonniers et prétendu ne pas connaître Khalifa Hafta, qui n'a jamais oublié l'affront.

Durant les années 1990, l'ancien membre du Conseil du commandement révolutionnaire, a par la suite gagné les Etats-Unis, où il a vécu près de 20 ans en Virginie. Khalifa Haftar est rentré en Libye en mars dernier pour rejoindre les rangs des rebelles. Son séjour prolongé aux Etats-Unis a amené de nombreux observateurs à douter de lui ou à le présenter comme un agent de la CIA, l'agence internationale des renseignements américains.

Les combattants insurgés réclamaient le droit de regard sur la désignation du nouveau chef des armées.

 

source rfi.fr/afrique


_________________________________________

 

La chaîne de l’ancien régime Kadhafi émet de nouveau sur le satellite égyptien Nilesat

 

__________________________

 

La principale chaîne de propagande de l'ancien régime de Mouammar Kadhafi, Al-Jamahiriya, a repris vendredi ses émissions sur le satellite égyptien Nilesat, provoquant l'ire des thowars (ex-combattants rebelles) qui ont menacé les autorités égyptiennes de représailles.

La chaîne, qui avait cessé d'émettre dans la foulée de la "libération de Tripoli" fin août, est réapparue vendredi soir sur le Nilesat, sous une nouvelle fréquence, diffusant des discours et des chansons à la gloire de l'ex-"Guide", tué en octobre à Syrte à l'issue d'une insurrection qui s'était transformée en combat armé de plusieurs mois.

La nouvelle a fait le tour des réseaux sociaux et certaines pages de la révolution libyenne ont appelé à des manifestations devant l'ambassade égyptienne.

Le Conseil des thowars de Tripoli a fait "porter la responsabilité (de cette réapparition) au Conseil militaire" égyptien, au pouvoir depuis la chute du régime de Hosni Moubarak, menaçant de prendre toutes les mesures nécessaires, dont la fermeture des frontières et de l'ambassade et du consulat égyptiens.

Dans un communiqué, le Conseil, qui regroupe plusieurs brigades des ex-rebelles ayant combattu le régime de Mouammar Kadhafi, affirme également être prêt à "réagir à tout acte susceptible de porter atteinte à la révolution" libyenne.

"Nous ne serons pas cléments avec ceux qui tenteraient de saboter notre révolution. Nous serons fermes et nous prendrons les mesures que nous trouvons nécessaires", a déclaré Abdallah Naker, le chef du conseil, au cours d'une conférence de presse.

Il a mis en garde "pour la dernière fois" les partisans de Kadhafi qui seraient derrière le nouveau lancement d'Al-Jamahiriya pour "tenter de propager les idées de l'ancien régime".

"Ils ne devraient pas penser à revenir aux idées du défunt (Mouammar Kadhafi). Kadhafi est (enterré) sous terre, et qui revient avec ses idées, nous le mettrons sous terre", a-t-il menacé.

source ubiznews

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Libye : l'après Kadhafi
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : thala solidaire.over-blog.com
  •  thala solidaire.over-blog.com
  • : ThalaSolidaire est dédié à la ville de Thala, ville phare de la Révolution tunisienne. Thala est une petite agglomération du centre-ouest de la Tunisie. Elle est connue pour son histoire antique, ses sources, ses carrières de marbre, devenues une sorte de tragédie écologique et économique, sa résistance et sa misère. Thala solidaire a pour objectif de rassembler toutes les voix INDIGNÉES pour donner à cette terre ainsi qu'à toutes autres terres un droit à la vie et à la dignité…
  • Contact

Recherche

Vidéos

Catégories