Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 janvier 2012 1 30 /01 /janvier /2012 04:04

 

ليبيا لا يحكمها احد وتسيطر عليها الميليشيات و140لجنة عسكرية في طرابلس وحدها 


لندن ـ 'القدس العربي': ينذر الوضع المتوتر في مدينة بني وليد التي كانت اخر المعاقل التي تسقط في يد الثوار باندلاع حرب اهلية، فالمدينة التي يقول ابناؤها انهم لا يزالون يحملون الولاء للنظام السابق لمعمر القذافي الذي اعدم حالا بعد انتهاكه جنسيا في تشرين الاول (اكتوبر) اصبحت مركزا للتوتر بين 'مقاتلي الحرية' الذين حرروا البلاد من ديكتاتورية القذافي وسكانها الحانقين على تصرفاتهم وممارساتهم التي تنتهك حرمات بيوتهم. 

واثبت احداث الاسبوع الماضي محدودية سلطة الحكومة في طرابلس والمجلس الانتقالي الذي لا يحبه الاهالي بل يعتبر غير مهم لهم، ويؤكدون حسب احد ابنائها على 'حبهم للرئيس السابق'، وقال في تصريح لصحيفة 'الغارديان' ان 90 بالمئة من اهالي البلد لا زالوا موالين للرئيس الراحل، وكان سيف الاسلام نجل الزعيم السابق قد ظل فيها حتى سقوطها. وفي تقرير لصحيفة 'صاندي تلغراف' عن وضع المدينة وعلاقتها بالثوار الذين يحضرون للهجوم عليها بعد طردهم منها، ان التحضيرات للهجوم تظهر حجم المشكلة التي تعاني منها البلاد بسبب سيطرة بنادق الميليشيات عليها، فالثوار السابقون الان يتجمعون حولها من اجل اجبار اهلها على تسليم من يقولون انهم 'هاربون موالون للقذافي'.

ونقلت عن احدهم وهو من ثوار طبرق الذين يتجمعون حول المدينة مع ثوار قدموا من طرابلس ومصراتة ان لديهم وثائق عن وجود آبقين من اعضاء النظام السابق ويجب على سكان المدينة تسليمهم، ويسكن في مدينة بني وليد ابناء قبيلة ورفلة وهي اكبر قبائل ليبيا. وقال مقاتل اخر يلبس زي وزارة الداخلية نفس الشيء قائلا انهم ينتظرون صدور الاوامر للهجوم على المدينة. 
وكانت بني وليد قد استسلمت للثوار بعد مقتل عدد من ابنائها نتيجة لقصف مدفعي دمر بنايات وبيوت، ومنذ نهاية حكم القذافي فقد اصبحت مركزا للحنق حيث كانت تندلع فيها بين الفينة والاخرى حالات من العنف، لكن صبر سكانها صبر يوم الاسبوع الماضي فقاموا بانتفاضة وهجموا على السجن المركزي وحرروا الموالين للنظام السابق ممن اعتقلهم الثوار واخرجوهم من المدينة وفي العملية قتلوا اربعة من الثوار. وتقول الصحيفة ان ليبيا منذ العام الماضي اصبحت متعودة على الانتفاضات لكن هذه المرة جاء دور مقاتلي الحرية من افراد كتيبة الثامن والعشرين من مايو للهروب والهزيمة. 

وتشير الصحيفة ان هذه العملية ليست بداية لثورة مضادة يشنها الموالون للقذافي ولكنها تعبير عن الاحباط من التصرفات اللامسؤولة التي يقوم بها الثوار ضد السكان. ويقول التقرير ان سكان المدينة اصبحوا متعبين من الميليشيات الذين لا يتورعون عن مداهمة بيوتهم، ويدفعون زوجاتهم جانبا وينهبون ما فيها من ممتلكات، والاسوأ من هذا هي عمليات الاعتقال العشوائية للمسؤولين السابقين في نظام القذافي. ففي الاشهر الاخيرة تم جر الالاف للسجون التي اقيمت في كل انحاء ليبيا، حيث عذبوا انتقاما او لانهم وقفوا مع النظام اثناء الحرب. 

وكما اظهرت تقارير المنظمات الدولية والامم المتحدة فان انتهاكات حقوق الانسان والتعذيب المنهجي لوثت ليبيا الجديدة وهو ما دفع منظمة اطباء بلا حدود لوقف عملياتها في ليبيا. ومع ان المسؤولين في طرابلس حاولوا تطمين العالم الخارجي ان احداث بني وليد ما هي الا مناوشات متفرقة وهو ما اكده اسامة جويلي، وزير الدفاع حيث قال ان 'الوضع تحت السيطرة' لكن 'صاندي تلغراف' تقول انه لا توجد اية اشارات عن صدق ما قاله، فبعد مئة يوم من مقتل القذافي بطريقة وحشية فليبيا تبدو وكأن احدا لا يسيطر عليها. 

واشار التقرير الى الاهانة التي تعرض لها رئيس المجلس الانتقالي مصطفى عبدالجليل، الذي هرب من الباب الخلفي لمقر المجلس الانتقالي في مدينة بنغازي بعد تعرضه لهجوم من الغاضبين على الاوضاع السيئة ما بعد الثورة. 

وتقول الصحيفة ان الحادث اضر بمصداقية حكام ليبيا الجدد، مشيرة ان هجموا عليه لم يكونوا من الموالين للقذافي بل من الموالين له وانصاره، وقبله تعرض عبدالحفيظ غوقة للاهانة في جامعة بنغازي وقدم استقالته فيما بعد. 

وتقول الصحيفة ان المجلس الانتقالي الذي انشئ في اذار (مارس) الماضي وان قام بجهد جيد لتحشيد الدعم الشعبي للثورة الا انه لم يكن قادرا على ادارة البلاد كحكومة فاعلة، ومما يزيد من حنق الشارع على المجلس واعضاؤه هو كون معظمه ممن عملوا مع القذافي. وتقول ان الشعب الذي يعاني من انقطاع الكهرباء وغياب الخدمات الرئيسية وارتفاع نسبة البطالة بين الشباب، يتساءل عن مصير الاموال التي اصبحت تتدفق بعد عودة انتاج النفط لمعدلاته العادية اي 1.3 مليون برميل في اليوم، مما يثير شك الرأي العام بوجود فساد داخل المجلس ويدفعونه للمطالبة بالشفافية. 

وتشير الصحيفة ان ليبيا لم تنزلق بعد لحرب اهلية على الطريقة العراقية فلا توجد هناك سيارات مفخخة الا ان عمليات التعاطي وبيع المخدرات اصبحت مفتوحة اكثر من الماضي وهناك تزايد في معدلات الجريمة. وفي الاتجاه الاخر، يحاول المجلس اقناع الرأي العام بانجازاته حيث يقول انه حقق نجاحات من مثل اعادة فتح المؤسسات التعليمية وعودة مليون طالب للمدارس، وتطهير الكتب المدرسية من عبادة القذافي. 

وينهي التقرير بالقول ان ليبيا اليوم تسيطر عليها الميليشيات حيث ينتشر 200 الف عاطل عن العمل من الشباب على نقاط التفتيش او يتجولون في الصحراء، من اجل تصيد اي موال للقذافي او من الافارقة الذين يتهمون بانهم من المرتزقة الذين احضرهم القذافي. ولم يستطع المجلس الانتقالي الا نزع اسلحة عدد قليل من الميليشيات والذين لم يظهروا اي اهتمام بالعودة الى وظائفهم السابقة. وتظل مشكلة الميليشيات من اعقد المشاكل التي تواجه ليبيا فعدد اللجان العسكرية في طرابلس وحدها يصل الى 140 لجنة تحتل 31 مدرسة حولت الى ثكنات. 

وتشير الصحيفة ان احداث بني وليد هي مثال صارخ حول الكيفية التي تسوء فيها الاوضاع خاصة عندما تتدخل الميليشيات.

 

source alquds.co


 

______________________________________________

Le CNT et la contre-révolution

 

Périodiquement, on nous dit la Libye au bord du chaos, fragilisée par des milices indisciplinées et surarmées. Vraiment ? 

Un pays qui à la fin janvier, soit 3 mois à peine après la mort de Mouammar Kadhafi, a pratiquement retrouvé sa production pétrolière d’avant la guerre civile serait au bord du gouffre (soit environ 1,3 millions de barils/jours) ? Quoi ? Un pays qui dispose de plus de 150 milliards de $ d’avoirs placés à l’étranger - aujourd’hui « dégelé » avec la levée des sanctions de l’ONU et de l’UE -, des réserves d’or estimée à 115 milliards $ et un ratio de la dette sur le PIB (avant la guerre) de 3,3 %, pourrait être au bord de l’effondrement ? Certes, les banques vermoulues par la crise traînent à restituer l’argent gelé en inventant des difficultés administratives – seuls 20 milliards ont été effectivement restituée à la date du 10 janvier. Parfois le déblocage des fonds est soumis à des conditions curieuses ; par exemple, l’Italie a dégelé 375 millions d'euros... pour permettre à la banque centrale libyenne de recapitaliser la banque italienne UniCredit en pleine déconfiture. La Libye, pilier du système financier international, serait au bord de la catastrophe ? The Economist qui promet dans son édition du 4 janvier une croissance de 22% du PIB de la Libye ne semble pas beaucoup le croire.

Et pourtant, la population vit dans une inquiétude légitime. Aucun processus politique pouvant conduire au désarmement des milices n’est engagé et la vie quotidienne se dégrade, par le renchérissement des prix, le non versement des salaires des fonctionnaires et des soldes tandis que le chômage qui ne cesse de s’aggraver. Le désarmement des milices ne peut être réalisé que par des processus politiques qui octroierait au peuple des droits politiques, aux minorités la reconnaissance de leurs revendications culturelles (langue amazigh pour les berbères), à la jeunesse, frappée massivement par le chômage, une politique de développement créatrice d’emploi, et pour la population, la garantie des droits sociaux instaurés sous Kadhafi (santé et éducation gratuite, aides sociales, bourses pour étudiants, etc.).

La population, dans des manifestations, demande des épurations pour éviter le retour d’une oligarchie qui capterait la rente pétrolière. Elle demande la transparence – comme par exemple connaître - au moins - le CV des membres du CNT qui sont pour la plupart des inconnus pour la population. Mustapha AbdelJalil, le président du CNT, est visé personnellement lors de manifestations, des portraits de lui ont pu être brûlés dans la rue, des grenades artisanales ont été jetées sur le siège du CNT à Benghazi avant que des centaines de manifestants ne l'envahissent et ne mettent le feu à sa façade. Réaction minoritaire, mais qui témoigne de l'impatience grandissante de la population et qui a conduit le CNT a accepter la démission Abdelhafidh Ghoga, vice-président du CNT, sous la pression d’une foule qui pointait son passé kadhafiste. 

2_caricature_de_Kadhafi.JPG

     
Le CNT a, dans un premier temps, opté pour une réponse répressive, en sous-estimant la détermination des thowars de ne pas lâcher leurs armes avant d’avoir obtenu des concessions politiques substantielles. Après une campagne idéologique dénonçant les désordres et les menaces de guerre civile créés par les thowars et organisé des manifestations - avec l’aimable soutien du Qatar qui dépêcha Youssef Karadhaoui, consultant religieux d’Al-Jazira et président de Union Internationale des Savants Musulmans (oulémas), pour demander aux miliciens de désarmer, le CNT passa à la manière forte. Le 10 décembre la deuxième brigade d'infanterie de l'armée nationale libyenne, commandée par Khalifa Belqasim Haftar, chef d’Etat major, a tenté de reprendre le contrôle de l’aéroport de Tripoli, occupé par des thowars de la ville de Zenten. Les soldats se replièrent devant la résistance des thowars qui, quelques jours plus tard, enlevèrent les deux fils du chef d’Etat major pour le contraindre à démissionner. Le CNT invoqua un regrettable malentendu et nomma un nouveau Chef d’Etat major en se concertant avec différents groupes de thowars. 

3_caricature_de_Kadhafi.jpg


   
Question : qui garde les puits de pétrole et les pipelines qui ont un si bon rendement ? Qui garde les stocks de gaz moutarde non déclaré de Kadhafi et les stocks d’uranium ? Les troupes du CNT qui ne peuvent protéger les habitants ? Afrik.com rapporte divers rumeurs sur ce point : « D’après Cynthia McKinney [membre du Congrès américain], les rebelles de Misrata, traditionnels alliés de l’OTAN, auraient été la cible d’hélicoptères Apache de leurs "alliés" alors qu’ils essayaient de prendre le contrôle des plateformes pétrolières de Brega. Plus encore, des sources libyennes lui auraient confirmé la présence de campements italiens dans le désert et l’envoi prochain de troupes françaises. « Un docteur libyen devenu journaliste, membre de la résistance, a rapporté jeudi 12 janvier 2012 que les champs pétrolifères étaient occupés par l’OTAN et que des navires de guerre stationnaient dans les ports libyens. » Si le citoyen libyen n’a pas accès au CV de ses dirigeants, comment le citoyen français pourrait avoir des réponses a de telles questions ? 

4_caricature_de_Kadhafi.jpg

     
En attendant que fait le CNT ? Il « renégocie » les contrats avec les sociétés occidentales. Soucis louables des « révolutionnaires » du CNT de rompre avec la corruption de la clique de Kadhafi ou premiers témoignages de l’émergence d’une « nouvelle » oligarchie libyenne, dans un monde des affaires où il n’est pas de frontière nette entre le licite et l’illicite et où toutes les corruptions sont possibles ? En avril dernier, Mustapha Abdeljalil, le président du CNT, avait lui-même reconnu qu’il y avait eu des magouilles et des détournements d’argent de la part de certains nouveaux responsables. Mais depuis, c’est le silence radio. 

5_caricature_de_Kadhafi.jpg

    
Que fait le CNT ? Il construit patiemment les outils de puissance de l’Etat, au plan symbolique et matériel. Symbolique : il met en circulation de nouveaux billets fabriqué par la France et la Grande Bretagne, de 1, 5 et 10 dinars, frappée en arabe et en anglais, pour remplacer ceux à l’effigie de Kaddafi. Il diffuse de nouveaux manuels scolaires « no khadafi » qui sortent des presses tunisiennes et égyptiennes. Il a passé un accord avec la Jordanie pour lui envoyer 10.000 combattants qu’elle se chargera de former.

6_caricature_de_Kadhafi.jpg

 


Que fait le CNT ? Il poursuit sa campagne idéologique contre les thowars. Il est indéniable que, ça et là, ont lieux des micros affrontements entre milices rivales, qui font quelques morts. Les soldes n’étant pas payées, les plus puissantes des milices se payent grâce à des « droits de douanes » prélevés dans les ports, les moins puissantes installent un check point et rackettent les camions de marchandises et parfois les automobilistes. C’est une sorte de guerre des gangs, mais en beaucoup moins sanglantes que celles qui se produisent aux USA, par exemple. Ce sont des affrontements qui marquent des territoires entre des fractions qui relèvent de « tribus » différentes, qui sont généralement régulés par des médiations entre chefs de tribus. Par exemple, début janvier, affrontement à Tripoli entre des thowars de Misrata et des thowars du "Conseil militaire local de l'avenue Zaouia" de Tripoli (quatre morts et cinq blessés) ; mi janvier, affrontement à Gariane entre thowars de cette ville et ceux d'Assabia (deux morts et 36 blessés) ; fin janvier affrontement à Beni Walid entre thowars de la Brigade de Wadi Dinar et ceux de la Brigade du 28 mai (destruction de quelques véhicules de la Brigade du 28 mai). Ces violences sont inquiétantes sans doute, mais on est loin de la guerre civile. Dans ces violences, la population n’est pas visée. Pourquoi le serait-elle ? 

7_caricature_de_Kadhafi.JPG

   
Que fait le CNT ? En lien avec le Qatar, il tente de promouvoir l’islamisme « bon teint ». Deux partis islamistes sont déjà créés (Parti de la réforme et du développement, Rassemblement national pour la liberté la justice et le développement). Mohammed Belhaj, « gouverneur militaire » de Tripoli, fondateur du Groupe islamique combattant en Libye et autrefois proche d'Al-Qaida, se dote d’une troupe au service du CNT. Le Dr Abdul Nabi Abu Ghonia, directeur du service des programmes au ministère de l'Education promet la restauration d'un enseignement religieux généralisé dans les écoles. Le coeur du débat sur la prochaine constitution porte sur la question de la charria. 

8_caricature_de_Kadhafi.jpg

    
En attendant, il y a des victimes des violences qui attendent des secours et qui n’en reçoivent pas. Les veuves et orphelins des combattants et les proches des victimes civiles de cette guerre ne reçoivent pas de secours du gouvernement. Leur nombre reste indéterminé. Pourtant cette guerre a fait des victimes. Selon une enquête du New York Times publiée le 17/12/11, « au moins 40 et peut-être plus de 70 civils » ont été tués lors de 25 raids aériens de l’Otan sur lesquels ils ont pu enquêter. Or l'OTAN a revendiqué 9650 attaques aériennes.

Les combats au sol entre libyens ont fait d’autres victimes. Et après la guerre il y a encore des victimes. Georg Charpentier, coordonnateur humanitaire des Nations Unies, a protesté contre l’absence de financement pour mener des actions humanitaires en Libye, notamment pour mener à bien des déminages : « Le résultat, c’est que des enfants perdent leurs bras en ramassant des munitions non explosées à Syrte, Bani Walid ou autre part, parce que nous ne pouvons pas accélérer les opérations [de déminage]. »

Les Tawergha, minorité à la peau foncée – d’anciens esclaves amenés en Libye aux 18 et 19è siècles – ont été accusés d’avoir tué et violé les habitants de Misrata, à la demande de l’ancien leader Mouanmar Kadhafi et leur ville a été mise à sac et la population contrainte à fuir en masse. Les camps de déplacés tawergha s’étendent de jour en jour, au fur et à mesure que les gens de Tawergha sortent de la clandestinité. Selon le HCR, quelque 20 000 Tawergha sont enregistrés dans les camps gérés par LibAid à Tripoli, Benghazi, Tarhouna et d’autres villes plus petites dans le reste du pays. Un autre groupe d’environ 7,000 personnes a été découvert récemment dans le sud du pays, près de la ville de Sebha. Mais la population tawergha s’élevait initialement à quelque 35 000 personnes. Où sont-elles ?

9__caricature_de_Kadhafi.jpg

    
Et puis il y a les meurtres et les tortures dans les geôles du CNT.  Les délégués d’Amnesty International se sont entretenus en Libye avec des prisonniers incarcérés à Tripoli et aux alentours, à Misratah et à Gheryan. Ils présentaient des marques visibles indiquant qu’ils avaient subi des actes de torture au cours des derniers jours et des dernières semaines, notamment des blessures ouvertes sur le crâne, les bras et les jambes, le dos et d’autres parties du corps. Des meurtres ont eu lieu. L'organisation humanitaire Médecins sans frontières (MSF) a annoncé de son côté jeudi la suspension de ses activités dans les centres de détention de Misrata, à 215 km à l'est de Tripoli, en raison de "la torture sur les détenus et l'impossibilité de leur fournir des soins médicaux d'urgence". Ces actes de torture sont infligés par des entités militaires et des services de sécurité officiellement reconnus et lié au CNT, ainsi que par un grand nombre de milices armées opérant en dehors de tout cadre légal.

source mediapart

 

 

___________________________________________________________

 Les crimes de guerre des États-Unis et de l'OTAN en Libye

Un rapport publié la semaine dernière par des groupes de défense des droits de l’homme au Moyen-Orient montre en détail les crimes de guerre commis par les États-Unis, l’OTAN, et leurs forces interposées « rebelles », lors de la guerre en Libye l’an dernier qui a renversé le régime du colonel Mouammar Kadhafi.

Le rapport, intitulé « Report of the Independent Civil Society Fact-Finding Mission to Libya », dévoile les résultats d’une enquête menée en novembre dernier par l’Organisation arabe des droits de l’homme, le Centre palestinien pour les droits de l’homme ainsi que l’International Legal Assistance Consortium.

Basé sur des interviews avec des victimes de crimes de guerre, des témoins et des représentants de la Libye situés à Tripoli, Zawiya, Sibrata, Khoms, Zliten, Misrata, Tawergha et Syrte, le rapport appelle à une enquête sur les attaques de zones civiles par l’OTAN, lors desquelles de nombreuses personnes auraient été tuées ou blessées. Les bombes et les missiles de l’OTAN ont entre autres été dirigés contre des écoles, des bâtiments gouvernementaux, au moins un entrepôt alimentaire et des maisons privées.

Le rapport révèle aussi l’emploi systématique du meurtre, de la torture, de l’expulsion et de l’abus contre de présumés loyalistes de Kadhafi par les forces « rebelles » du Conseil national de transition (CNT), allié de l’OTAN. Il décrit l’expulsion par la force des habitants, majoritairement noirs, de Tawergha et la persécution, qui continue à ce jour, des travailleurs migrants subsahariens par les forces alliées au CNT et à son gouvernement de transition.

Les enquêteurs font état que des prisonniers, détenus sans avoir été accusés ou subi un procès, ont été sauvagement battus à maintes reprises et que des combattants pro-Kadhafi ont été sommairement exécutés. Des témoins ont rapporté que « des meurtres inconsidérés et de vengeance, y compris le "massacre" d’anciens combattants (on leur aurait tranché la gorge) ».

Le rapport révèle ainsi le caractère frauduleux des prétextes de droits humains et de démocratie utilisés par les États-Unis, la France, la Grande-Bretagne et leurs complices de l’OTAN pour mener une guerre de conquête de type colonial. Il montre clairement que la résolution 1973 du Conseil de sécurité des Nations unies de mars dernier, qui a imposé à la Libye une zone d’exclusion aérienne et un embargo sur les armes pour supposément protéger les civils d’actes répressifs de Mouammar Kadhafi, a été utilisée en fait pour mener une guerre aérienne impitoyable, coordonnée avec les forces « rebelles » au sol.

Le rapport indique que peu de temps après l’éclatement de manifestations anti-Kadhafi à Benghazi et dans d’autres villes, les forces d’opposition ont pu profiter d’un entraînement donné par les forces armées occidentales et d’armes fournies par les puissances de l’OTAN et ses alliés parmi les États arabes. L’opposition populaire qui a fait éruption en février dernier, à la suite de la chute de Moubarak en Égypte, a rapidement été récupérée par les États-Unis, la France, la Grande-Bretagne et leurs agents en Libye afin de déclencher une guerre civile pro-impérialiste.

Comme le mentionne le rapport, « Selon des informations de première main recueillies par la Mission, et des sources secondaires, il semble que l’OTAN aurait participé à ce que l’on pourrait qualifier d’actions offensives entreprises par les forces d’opposition, y compris, par exemple, des attaques sur des villes et villages contrôlés par les forces de Kadhafi. De même, le choix de certaines cibles, comme un entrepôt alimentaire régional, soulève de prime abord des doutes sur le rôle de telles attaques quant à la protection des civils. »

Le rapport ne rend qu’une version diffuse d’une violente attaque dont le but principal était de ramener le pays 43 ans en arrière, aux conditions qui prévalaient sous le régime du roi Idris, laquais des États-Unis et de la Grande-Bretagne, qui a donné le contrôle des ressources pétrolières du pays aux conglomérats américains et britanniques et permis aux deux puissances de maintenir d’importantes bases militaires en territoire libyen. La destruction et la tuerie de masse, qui ont abouti à la démolition de Syrte et au lynchage de Kadhafi, ont rendu l’idée, défendue par l’ONU, d’une guerre pour « les droits de l’homme » et la « protection des civils » non seulement absurde, mais surtout obscène.

Le viol de la Libye a été la réaction de l’impérialisme américain et européen aux soulèvements révolutionnaires qui ont renversé de vieux régimes pro-Occident en Tunisie et en Égypte, deux pays à la frontière de la Libye. Le but de cette guerre impérialiste était d’avoir le contrôle total des ressources en pétrole du pays, de détourner et de réprimer la croissance des luttes de la classe ouvrière à travers l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient, et de porter un coup à la Chine et à la Russie, qui avaient établi d’étroites relations économiques avec le régime de Kadhafi.

La guerre a dévasté le pays. Le CNT, une coalition de dirigeants de l’ancien régime de Kadhafi, d’islamistes, dont certains qui entretiennent des liens avec Al-Qaïda, et de gens à la solde des agences de renseignement occidentales, estime lui-même que la guerre aurait fait 50 000 morts et blessé 50 000 personnes. La montée de conflits entre différentes factions au sein du CNT pourrait bien mener à l’éruption d’une guerre civile entre milices rivales.

Le week-end dernier, tandis que le président du CNT Moustafa Abdel Jalil mettait en garde contre la possibilité d’une guerre civile, un groupe exigeant la démission du gouvernement de transition a pris d’assaut les quartiers généraux du CNT à Benghazi. Abdel Hafiz Ghoga, vice-président du CNT, a rapidement quitté son poste.

Le rapport sur les crimes de guerre des États-Unis et de l’OTAN révèle encore une fois le rôle joué par les partis « de gauche », les intellectuels et les universitaires qui ont répété les prétextes de Washington et de l’OTAN, donnant ainsi un appui explicite ou implicite à la guerre en Libye. Il souligne que ces forces, que ce soit les sociaux-démocrates, les Verts et des ex-staliniens comme le parti La Gauche en Allemagne ou de faux radicaux comme le Nouveau Parti anticapitaliste en France et l’International Socialist Organization aux États-Unis, se sont rangées dans le camp de l’impérialisme.

par Bayyt Grey

source wsws.org

 

++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++


 

Partager cet article

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Libye : l'après Kadhafi
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : thala solidaire.over-blog.com
  •  thala solidaire.over-blog.com
  • : ThalaSolidaire est dédié à la ville de Thala, ville phare de la Révolution tunisienne. Thala est une petite agglomération du centre-ouest de la Tunisie. Elle est connue pour son histoire antique, ses sources, ses carrières de marbre, devenues une sorte de tragédie écologique et économique, sa résistance et sa misère. Thala solidaire a pour objectif de rassembler toutes les voix INDIGNÉES pour donner à cette terre ainsi qu'à toutes autres terres un droit à la vie et à la dignité…
  • Contact

Recherche

Vidéos

Catégories