Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 octobre 2012 1 22 /10 /octobre /2012 01:29

Manif _ Tunis

Lundi, 22 octobre, 13h

Début : devant le statue d'Ibn Khaldoun

Fin : Place des droits de l'homme

__________________________________________

 

 

________________________________________________

Tunisie : l'opposition se mobilise pour la manifestation du lundi

 

Les principaux partis de l'opposition sont en train de mobiliser leurs troupes pour la manifestation prévue lundi 22 octobre devant la statue d'Ibn Khaldoun à Tunis.

Il s'agit principalement de Nidaa Tounes, Al Joumhouri et Al Massar. Il s'agit de rendre hommage à Lotfi Nagdh, mort jeudi 18 octobre à Tataouine et enterré aujourd'hui dimanche en présence des dirigeants de ces partis.


La date du lundi 22 octobre n'est pas fortuite, il s'agit pour ces partis de marquer avec force le dernier jour de la légitimité de la troïka et éviter toute confrontation avec les sympathisants et militants de la troïka qui ont prévu des manifestations de loyauté et de soutien au pouvoir le mardi 23 octobre coïncidant avec le 1er anniversaire de la tenue d'élections en Tunisie, après la révolution. businessnews

 

_)_____________________________________________________________________________________________________

_________________________________________________________________________________

Manif _ Paris

Lundi 22 octobre à partir de 18 h 30

Devant l’ambassade de Tunisie

____________________________________

APPEL A MOBILISATION

NON AUX MEURTRES POLITIQUES

NON A L’ESCALADE DE LA VIOLENCE

DEFENDONS LE PROCESSUS DEMOCRATIQUE


Depuis plusieurs mois, une campagne visant particulièrement l’opposition dont le Front Populaire, Nida Tounes… s’est traduite par les attaques violentes, systématiques et dans l’indifférence des forces de l’ordre, des réunions et manifestations publiques et pacifiques des partis politiques. A chaque fois le même scénario, des provocations et des attaques verbales et physiques proférées  par des milices se présentant comme « Ligue de protection de la révolution ». En réalité,  il s’agit d’un ramassis de militants se proclamant d’Ennahda, d’ex-rcdistes reconvertis et de  voyous notoires et ce dans la pure tradition RCD. Ils excellent, ces derniers temps, avec des appels menaçants et avec souvent des menaces non voilées de recours au meurtre et à la vengeance.

Cette escalade, sans réaction de l’Etat et du Ministre de l’Intérieur, s’est terminée par la désignation de Nida Tounes comme l’ennemi à abattre. ENNAHDA  et le CPR…qui emploient à leurs services de nombreux cadres de l’ex RCD ont boycotté l’initiative nationale de l’UGTT parce que cette organisation nationale et populaire ne veut exclure personne, ceci  témoigne d’une difficulté à accepter le pluralisme politique dans le pays et dans les esprits.

Aujourd’hui, l’assassinat d’un dirigeant de Nida Tounes à Tataouine, considéré par le Porte parole du Ministère de l’intérieur khaled Tarrouche (sur Mosaïque FM) comme un décès suite à une crise cardiaque veut faire l’impasse sur la violence sauvage qu’il a subi avec d’autres, depuis quelques mois, comme lors d’autres réunions et manifestations politiques et citoyennes de l’opposition démocratique.


Pour arrêter cette escalade :

Nous disons non aux violences et aux assassinats politiques

Nous appelons à la dissolution de toutes les milices et à la poursuite des criminels impunis

Nous appelons à un rassemblement le lundi 22 octobre à partir de 18 h 30 devant l’ambassade de Tunisie pour la défense de la révolution et du processus démocratique

------------------------------------------------------------------------------------------

A l’initiative du Collectif Tunisien pour la Défense des Libertés (CTDL)

Le Collectif Tunisien pour la Défense des Libertés (CTDL) est composé de personnalités et des associations suivantes : AIDDA - ADTF - ATNF - CFT - Collectif 3C - CRLDHT - FTCR - MCTF - REMCC - UTAC - UTIT

Se joignent à l’appel :

Associations : ATF

Partis : Al Joumhouri France Nord, Al Massar France, Nida Tounes, Parti des Patriotes Démocrates Unifié, PTT ex-7 ème congrés

Avec le soutien de : Association des Travailleurs Maghrébins de France (ATMF) forumdesdemocrates

 

_________________________________________________________________________________

Ennahdha et le CPR feraient-ils de la sous-traitance des sales besognes ?  
 

 

Il y a longtemps, le gouvernement de Hammadi Jbali annonçait fièrement la mise en place d’un ministère entièrement dédié à la justice transitionnelle. Depuis, Ben Ali n’est toujours pas repris, martyrs et blessés de la Révolution attendent toujours la justice, d’anciens ministres et responsables attendent toujours que la justice passe sans que leurs dossiers n’en donnent l’impression, selon leurs avocats. Depuis aussi, c’est une confiscation sans justice qui fait sa propre loi, des hommes d’affaires sont empêchés de voyager, sans que la justice trouve quelque chose à leur reprocher. Point de projets employeurs et toujours beaucoup du chômage, point de constitution et toujours des palabres, point de date fixe et définitive pour les élections et toujours des annonces contradictoires. Toute conviction religieuse ou toute appartenance politique, mises à part, tout le monde s’accorde dans la nouvelle Tunisie que la justice transitionnelle attend toujours. Cela est pourtant compréhensible.


- Et Dieu créa Ikbis pour Ennahdha.

 

Les voies du Seigneur sont impénétrables. Depuis leur prise du pouvoir, Ennahdha et le CPR ont toujours mis «la logique révolutionnaire» au-dessus de celle de la justice conventionnelle. La logique révolutionnaire revendiquait l’épuration, ce que la logique de la justice ne pouvait donner en un temps aussi court que celui que devait durer la transition.

 

L’épuration est pourtant la seule possible réalisation qui ne demande ni financement, ni appel d’offres, ni plan d’affaires, car nourrissant des rancœurs vieilles de plus d’un demi-siècle de bourguibisme excessif et de totale prédation des pouvoirs et des avoirs par Ben Ali. La justice, à juste titre dite transitionnelle, est aussi la seule chose qui pourrait constituer un faire-valoir sérieux pour les actuels gouvernants et capable de leur assurer le maintien au pouvoir, même avec des élections.

Manifestement retardé par un chef de Gouvernement qui prend trop au sérieux son rôle de dirigeant chargé par le peuple de l’amener à bon port et qui devient un paria isolé, épié, contourné dans l’exercice de ses pouvoirs, Ennahdha imagine alors un moyen de faire pression sur lui, sans pourtant en donner officiellement l’impression. Et Dieu créa Ikbis. C’est auprès de lui qu’Ennahdha sous-traite la première phase de l’épuration. Elle devait concerner les médias. Mis à la tête de cette supra-structure d’Ennahdha, Lotfi Zitoun cumule gaffes et erreurs et n’arrive qu’à enterrer l’idée de la liste noire que même les journalistes revendiquaient haut et fort et ils lui plantent même la grève des médias comme une épine dans le pied, rendant plus pénible l’épuration du secteur des médias autour duquel Ennahdha avait, dès sa prise du pouvoir, ameuté toute la horde des loups de l’après Révolution.

 

- Dieu redonna ensuite vie aux comités de défense de la Révolution.

 

Les voies des seigneurs de l’après Révolution, sont tout aussi impénétrables. Il y a plusieurs mois, le CPR lançait l’idée d’un second décret-loi pour exclure plusieurs dizaines de personnes de toute vie politique, sans devoir passer par une autre justice que celle de ceux qui n’ont fait que bénéficier de la Révolution du 14 janvier 2011. Il était alors évident, pour les Tunisiens comme pour ceux qui soutiennent le Changement de la Tunisie, que le but en était d’exclure toute concurrence dans l’arène politique tunisienne où les partis au pouvoir n’ont pu réaliser aucun faire-valoir capable de leur assurer, de manière totalitaire, la continuité à la tête de tous les pouvoirs qu’ils s’étaient donnés au nom d’une Révolution de la conduite de laquelle ils étaient tous absents. Sous la pression, interne ou extérieure l’histoire le dira peut-être un jour, l’idée du second décret-loi fut abandonnée.

 

Il y a quelques mois, naissait un parti, «Nida Tounes», qui cristallisait toutes les haines de ceux qui avaient été exclus de toute vie politique par Ben Ali, tous ceux que le régime de Ben Ali avait dépouillés de tout bien terrestre ou presque et tous ceux, enfin, pour lesquels Ben Ali avait utilisé la justice pour leur faire injustice. Un parti qui connaissait toutes les arcanes de la politique, un parti qui contenait des membres qui savaient déjà comment diriger un pays (même s’il en a abusé et s’est aussi fait abuser), comment gagner des élections (même s’il les falsifiait). Les actuels gouvernants les avaient magnifiés, tant qu’il gouvernait sans régner. Ils les avaient encensés, tant qu’ils les avaient menés au pouvoir sans le demander. Ils les avaient même écoutés, tant qu’ils ne proposaient que des conseils, économiques et politiques, en dehors des couloirs du pouvoir et tant qu’ils n’intègrent pas l’opposition. Une fois dans celle-ci, le langage des nouveaux gouvernants vis-à-vis de ceux qu’ils accusent maintenant de tous leurs propres échecs, semble avoir changé.

 

Il y a quelques semaines, s’intensifiait le désir d’exclusion de ce parti, par les deux partis à l’extrême- droite du gouvernement, Ennahdha et le CPR. Les mauvaises langues diront qu’ils ne sont en fait qu’un seul et unique parti. Ce fut d’abord le refus de tout contact, même visuel, avec les représentants de Nida Tounes, sur les plateaux TV ou autour des tables de toute discussion. Le déni de Nida Tounes ne faiblit pas, les sondages d’opinion aguichant mois après mois les peurs des Gouvernants. Et Dieu redonna vie aux comités de défense des objectifs de la Révolution. C’est auprès d’eux que le CPR d’Ennahdha sous-traite la relance de l’idée originelle de l’épuration. Des députés demandent leur dissolution après la mort, tragique et entachée, du représentant de Nida Tounes à Tataouine. Sur sa page Facebook, Mohamed Abbou, l’avocat initiateur et défenseur de la logique révolutionnaire en matière de justice, se prononce contre toute dissolution de ces comités. Ils étaient dans la manifestation de Tataouine qui avait fini par la mort du représentant de Nida Tounes, au nom de l’épuration. Dans un dossier de justice, cela aurait pu constituer une preuve ! africanmanager

Partager cet article

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Tunisie : Kasbah 1 et 2_Manifs_ Initiative-UGTT
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : thala solidaire.over-blog.com
  •  thala solidaire.over-blog.com
  • : ThalaSolidaire est dédié à la ville de Thala, ville phare de la Révolution tunisienne. Thala est une petite agglomération du centre-ouest de la Tunisie. Elle est connue pour son histoire antique, ses sources, ses carrières de marbre, devenues une sorte de tragédie écologique et économique, sa résistance et sa misère. Thala solidaire a pour objectif de rassembler toutes les voix INDIGNÉES pour donner à cette terre ainsi qu'à toutes autres terres un droit à la vie et à la dignité…
  • Contact

Recherche

Vidéos

Catégories