Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 septembre 2011 7 18 /09 /septembre /2011 05:55
Après les bombes les réformes du FMI


 

Au terme du G8 de Marseille, la néo-directrice du FMI, la française Christine Lagarde, a fait une annonce solennelle : « Le Fonds Monétaire International reconnaît le Conseil de transition comme gouvernement de la Libye et est prêt, en envoyant au plus tôt son staff sur le terrain, à lui fournir assistance technique, conseil politique et soutien financier pour reconstruire l’économie et commencer les réformes ».

Aucun doute, sur la base de l’expérience consolidée du Fmi, que les réformes signifieront ouvrir grand les portes aux multinationales, privatiser les propriétés publiques et endetter l’économie. A commencer par le secteur pétrolier, dans lequel le FMI aidera le nouveau gouvernement à « rétablir la production  pour générer un revenu et re-stabiliser un système de paiements ». Les réserves pétrolières libyennes -les plus grandes de l’Afrique, précieuses  pour leur qualité élevée et leur bas coût d’extraction- et celles du gaz naturel sont déjà au centre d’une âpre compétition entre les « amis de la Libye ». L’Eni a signé le 29 août un mémorandum avec le Cnt de Benghazi, dans le but de rester le premier opérateur international d’hydrocarbures en Libye. Mais son primat est l’objet de quelques embûches dressées par la France : le Cnt s’est engagé le 3 avril à lui concéder 35% du pétrole libyen. Et sont aussi dans la compétition les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, l’Allemagne et quelques autres. Leurs multinationales obtiendront les licences d’exploitation à des conditions beaucoup plus favorables que celles pratiquées jusqu’à maintenant, qui laissaient jusqu’à 90% du brut extrait à la compagnie nationale libyenne. Et il n’est pas exclu que celle-ci aussi ne finisse entre leurs mains, à travers une privatisation imposée par le FMI.

En plus de l’or noir, les multinationales européennes et étasuniennes visent l’or blanc libyen : l’immense réserve d’eau fossile de la nappe nubienne (estimée à 150mille km3), qui s’étend sous la Libye, l’Egypte, le Soudan et le Tchad. Les possibilités de développement qu’elle offre ont été démontrées par la Libye, qui a construit  un réseau d’aqueducs de 4mille Kms de long (qui a coûté 25 milliards de dollars) pour transporter l’eau, extraite en profondeur par 1.300 puits dans le désert, jusqu’aux villes côtières (Benghazi ayant été une des premières servies) et à l’oasis de Khufrah, en fertilisant les terres désertiques. Ce n’est pas un hasard si, en juillet, l’OTAN a bombardé l’aqueduc et détruit la fabrique, près de Brega, qui produisait les conduites nécessaires aux réparations. C’est sur ces réserves hydriques, en perspective plus précieuses encore que les pétrolifères, que veulent mettre la main -à travers les privatisations promues par le FMI- les multinationales de l’eau, surtout françaises (Suez, Veolia et autres) qui contrôlent presque la moitié du marché mondial de l’eau privatisée. Et pour réparer l’aqueduc et les infrastructures, les multinationales étasuniennes comme Kellogg Brown & Root, spécialisées dans la reconstruction de ce que les bombes USA/OTAN détruisent, sont prêtes à s’en occuper : en Irak et Afghanistan elles ont reçu en deux années des contrats d’un montant d’environ 10 milliards de dollars.

Pour les approvisionnements des nouvelles forces armées libyennes en armements, après que l’OTAN ait détruit la plus grande partie de ceux qui existaient, ce sont surtout les industries guerrières étasuniennes, britanniques, françaises et italiennes qui s’en occuperont. Les affaires ont le vent en poupe : les exportations britanniques d’armes en Afrique du Nord et Moyen-Orient ont augmenté de 30% dans les premiers mois de l’année, à cause de la demande accrue de la part de régimes comme ceux du Bahrein et de l'Arabie saoudite, engagés à réprimer leurs mouvements populaires.

L’entière « reconstruction », sous la régie du FMI, sera payée avec les fonds souverains libyens (environ 70 milliards de dollars plus d’autres investissements extérieurs pour un total de 150), une fois « décongelés », et avec les nouveaux revenus de l’export pétrolier (environ 30 milliards annuels avant la guerre). Ils seront gérés par la nouvelle « Central Bank of Libya », qui avec l’aide du FMI sera transformée en une filiale de HSBC (Londres), de Goldman Sachs (NEW York) et d’autres banques multinationales d’investissement. Elles pourront de cette façon pénétrer encore plus en Afrique, où  ces fonds sont investis dans plus de 25 pays, et miner les organismes financiers indépendants de l’Union africaine -la Banque centrale, la Banque d’investissement et le Fonds monétaire- nés surtout grâce aux investissements libyens. La « saine gestion financière publique », que le FMI s’engage à réaliser, sera garantie par le nouveau ministre des finances et du pétrole Ali Tarhouni, ancien enseignant de la Business School de l’Université de Washington, autrement dit nommé par la Maison Blanche.  

 

Edition de mardi 13 septembre de il manifesto
http://www.ilmanifesto.it/area-abbonati/in-edicola/manip2n1/20110913/manip2pg/08/manip2pz/309832/  

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

Source : http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=26537

 

 

________________________________________________

 

Poursuite des combats à Syrte et à Bani Walid



Un combattants du CNT blessé par balle à Bani Walid

Photo: AFP/Joseph Eid

Un combattants du CNT blessé par balle à Bani Walid

 

En Libye, les combats se poursuivent autour des villes de Bani Walid et de Syrte, que contrôlent toujours les forces fidèles à l'ancien dictateur Mouammar Kadhafi.

À Bani Walid, les combattants lourdement armés du Conseil national de transition (CNT) se sont de nouveau lancés vers la ville au coucher du soleil. Vendredi, ils avaient dû effectuer un repli stratégique après avoir livré bataille jusque dans les rues de la ville.

« Les combats sont acharnés. Nous ripostons à coup de mortier. Les hommes de Kadhafi nous ont provoqués (en bombardant le point de contrôle). Nous sommes entrés dans l'agglomération pour les combattre », a confirmé un combattant du CNT.

« Nous savons déjà que Saïf al Islam est là », a pour sa part déclaré Abdallah Kenchil, un membre du CNT au sujet d'un des fils Kadhafi. « Mais nous pensons que quelqu'un de plus important encore s'y trouve aussi », a-t-il ajouté, laissant planer le doute sur la possible présence de Mouammar Kadhafi lui-même dans la ville.

Depuis la chute de son régime, on a suspecté sa présence à de nombreuses reprises à Bani Walid, mais le « guide » reste insaisissable.

 

Sur le front de Syrte

À Syrte, ville natale de Khadafi toujours aux mains de ses fidèles, les combats se sont également poursuivis samedi.

« Il y a d'intenses combats depuis le matin », a confirmé Mahmoud Terbelou, membre des forces du CNT. « Il y a une certaine résistance de la part de civils, de volontaires. Ils sont sur les toits avec des kalachnikovs, des canons de DCA, des roquettes et d'autres armes », a-t-il ajouté.

Les forces du CNT ont attaqué la ville sur trois fronts, à l'ouest, au sud et à l'est, mais progressent lentement, a déploré un autre combattant du CNT.

Par ailleurs, les combattants de la nouvelle autorité libyenne ont annoncé avoir soumis la petite ville d'Heraoua, située à 60 km de Syrte.

« Nous avons réussi à libérer la ville en douceur, ce matin, sans rencontrer de résistance », s'est félicité un combattant. Heraoua a toutefois été lourdement bombardée par la suite. Selon les médecins de l'hôpital de campagne le plus proche, ces bombardements ont fait deux morts et dix blessés dans les rangs du CNT.

Près de quatre semaines après la chute de Tripoli, le conseil intérimaire au pouvoir en Libye n'est toujours pas en mesure de déclarer le pays « libéré » et de lancer un processus de transition démocratique.

Le porte-parole de Mouammar Kadhafi, Moussa Ibrahim, continue d'ailleurs de relayer ses propos, assurant que son camp a suffisamment d'armes pour poursuivre la lutte pour de « nombreux mois à venir ».

Selon Moussa Ibrahim, porte-parole de Mouammar Kadhafi, le « guide » se trouve toujours en Libye et supervise la résistance.


Le Niger n'extradera pas Saadi Kadhafi

Le Niger a indiqué samedi qu'il n'extraderait pas vers la Libye l'un des fils Kadhafi, Saadi, réfugié sur son territoire. Saadi, comme de nombreux membres de la famille Kadhafi, est interdit de voyage par l'ONU. 

« Au regard de (nos) obligations internationales, nous ne pouvons pas renvoyer quelqu'un là où il n'a aucune chance de recevoir un procès équitable et là où il encourt la peine de mort », a indiqué le porte-parole du gouvernement, Marou Amadou.

« Par contre, si ce monsieur ou une autre personne est poursuivi par un tribunal indépendant (...) qui a une compétence universelle de connaître des crimes quelconques dont il est poursuivi, alors le Niger fera son devoir », a-t-il ajouté.

Radio-Canada.ca avecReuters

 

Source : http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2011/09/17/005-libye-combats-bani-walid.shtml

 


Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : thala solidaire.over-blog.com
  • : ThalaSolidaire est dédié à la ville de Thala, ville phare de la Révolution tunisienne. Thala est une petite agglomération du centre-ouest de la Tunisie. Elle est connue pour son histoire antique, ses sources, ses carrières de marbre, devenues une sorte de tragédie écologique et économique, sa résistance et sa misère. Thala solidaire a pour objectif de rassembler toutes les voix INDIGNÉES pour donner à cette terre ainsi qu'à toutes autres terres un droit à la vie et à la dignité…
  • Contact

Recherche

Vidéos

Catégories