Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 janvier 2013 7 20 /01 /janvier /2013 17:46

La Troïka au pouvoir cale, le Trio démocratique se met en branle

 

http://www.businessnews.com.tn/images/album/BN8952BN7962nidaajomhouriMassar.jpg

 

Les développements au sein du paysage politique en Tunisie se sont subitement accélérés lors des dernières quarante-huit heures avec, notamment, l’annonce officielle, dimanche 20 janvier 2013, faite par le trio d’ossature des forces démocratiques, en l’occurrence, le parti Al Joumhouri, Al Massar et Nidaa Tounès, concernant la formation d’une coalition politique entre eux.

En attendant d’en savoir plus sur les détails de cet accord, attendu certes après la visite de « l’état major » de Nidaa Tounès, samedi, chez Al Joumhouri, force est de reconnaître qu’il a surpris les observateurs par la rapidité de sa conclusion.

En ce même moment, les composantes de la Troïka au pouvoir continuent à vivre les pires difficultés pour effectuer le remaniement ministériel qui traîne en longueur depuis près de six mois.

Même la réunion du Conseil de la Choura, sanctionnée par un communiqué laconique, n’a pu se prononcer clairement sur la question. Un communiqué empreint de langue de bois versant dans les généralités sans aucune donne concrète, rappelant les déclarations officielles sous l’ancien régime. Qu’on en juge ! 
 

Dans ce communiqué, Ennahdha « remercie toutes les parties qui ont accepté de faire partie du gouvernement après le remaniement ministériel et ceux qui se sont abstenus. Il appelle, également, toutes les composantes politiques du pays à favoriser le consensus politique et social pour le bien du pays et pour fixer une date pour les prochaines élections en rappelant que le Mouvement Ennahdha est ouvert au dialogue dans le but de préserver l'intérêt du pays ».
 

C’est un constat d’échec et d’impuissance du parti islamiste à sortir de la crise. Il faut dire qu’en exigeant le « beurre et l’argent du beurre », comme dit le proverbe, on finit par ne rien obtenir du tout.
 

Tenant, coûte que coûte, à garder les rênes du pouvoir, Ennahdha s’est heurté, d’abord, à la « petite révolution » de Moncef Marzouki qui a revendiqué, publiquement, un remaniement allant dans le sens d’un gouvernement restreint et formé de compétences. 
Voulant profiter, ensuite, du malentendu entre Al Joumhouri et Nidaa Tounès, Rached Ghannouchi, en personne, a pesé de tout son poids pour « amadouer » Ahmed Néjib Chebbi et son parti pour intégrer le gouvernement, allant jusqu’à lui proposer le ministère des Affaires étrangères en remplacement de Rafik Abdessalem, éclaboussé par le scandale du SheratonGate. En vain…

Du coup, c’est le statu quo. Qui pourrait, en effet, gober la pilule d’un changement de façade après les déboires avérés de l’équipe de Hamadi Jebali ? Même Ettakatol, complètement effacé jusque-là, s’est manifesté en exigeant de véritables modifications et un agenda clair des prochaines échéances. Dans le cas contraire, il menace de se retirer carrément du gouvernement. Ni plus, ni moins !
 

Le parti islamiste est allé jusqu’à courtiser les partis de Wafa d’Abderraouf Ayadi qui a, finalement, rejeté l’offre de faire partie du gouvernement, parce que ce dissident du CPR exige le portefeuille de la Justice. Ni plus, ni moins. 
 

Pis encore, Cheikh Rached Ghannouchi n’a pas écarté la possibilité d’une association avec le « controversé », Bahri Jelassi ! C’est dire que le parti islamiste est vraiment aux abois et cherche, par tous les moyens, à sortir de l’impasse dans laquelle il se trouve. Et a moins d’imprévu de dernière minute, tout porte à croire que la montagne devrait accoucher d’une souris et que le remaniement ne serait, finalement, qu’un simple replâtrage…

En face, le bloc démocratique semble avoir réalisé les dangers qui pourraient découler d’une éventuelle dislocation de leurs diverses composantes. Ainsi, après ledit « malentendu », le Trio des partis démocratiques, aux affinités communes, Al Joumhouri, Al Massar et Nidaa ont ressenti la nécessité de contracter ce mariage de raison s’ils veulent bien avoir une chance de provoquer l’alternance lors de la prochaine échéance électorale.

Grâce à son approche consensuelle qui lui avait permis de gouverner le pays lors de la période la plus difficile de l’histoire de la Tunisie en s’appuyant sur une simple légitimité « fonctionnelle », Béji Caïd Essebsi a réussi à renverser la vapeur en ayant l’humilité de se rendre chez Al Massar puis Al Joumhouri. Ce qui lui a permis, non seulement, de dissiper les « nuages » et de faire détendre les rapports avec ces deux formations politiques, mais d’aboutir à cette annonce rapide et spectaculaire de coalition politique tripartite.
Mieux encore, selon les dernières déclarations faites par Maher Hanine, membre du Bureau exécutif du parti Al Joumhouri, les pourparlers vont se poursuivre en vue de se faire rallier, dans une deuxième phase, le Front populaire.
 

Vieux loup des rouages politiques, M. Caïd Essebsi a bien compris que seul, Nidaa Tounès ferait, selon les divers sondages, à peine un poids égal à celui d’Ennahdha, d’où la nécessité absolue d’opter pour des alliances. Le duo Al Massar et Al Joumhouri l’ont compris aussi. 

En effet, Ennahdha a toujours misé sur un paysage politique dispersé, comme cela a été le cas à la veille du scrutin du 23 octobre 2011. Mais l’avènement de Nidaa Tounès a fait tomber toute la stratégie du parti islamique à l’eau. D’où sa cabale effrénée contre le mouvement de l’ancien Premier ministre de la première période transitoire et cette volonté de l’exclure de la vie politique par un projet de loi discriminatoire et, de l’avis de tous les juristes et droits de l’hommistes, anticonstitutionnel.
 

Face à cette nouvelle donne, le parti islamiste tergiverse et fait tout pour retarder l’échéance électorale par maintes opérations de diversions, l’objectif étant d’avoir la mainmise sur tous les rouages déterminants dans les différents appareils de l’Etat et des mécanismes de l’administration, plus particulièrement la magistrature, les médias et l’Instance des élections.
 

Ainsi, il ne se passe pas pratiquement un jour sans que de nouvelles nominations voient le jour dans les sociétés nationales et dans l’administration, plus précisément, les délégations, les délégations spéciales des municipalités et autres institutions nationales.
 

D’ailleurs, même les organisations et autres instances internationales sont de plus en plus nombreuses à s’élever contre les restrictions en matière des libertés et du respect des droits de l’Homme et contre les tentatives de s’approprier les faveurs de l’appareil judiciaire et administratif.

Les forces démocratiques et progressistes semblent, enfin, être conscientes, de cette situation et des menaces qu’elle fait peser sur le bon déroulement du processus démocratique, d’où ces essais de faire naître un front commun afin de faire naître un vrai espoir d’une alternance au pouvoir, un principe essentiel de toute démocratie digne de ce nom. businessnews

 

__________________________________________________________

 

______________________________________________________________________________________________________

Hamadi Jebali marionnette aux mains du conseil de la choura?

 

 Invité sur les ondes de Shems Fm, le président du parti « Al majd », Abdelwaheb El Heni, a affirmé que Hamadi Jebali est un homme d’état compétent quoi que il ne fait plus que contenter les demandes du conseil de la choura depuis un moment.

Estimant que le chef du gouvernement est « handicapé par son entourage au sein du conseil de la choura », le président du parti « Al majd »  a soutenu que ce dernier s’est pris au piège des dernières déclarations du ministre des affaires étrangères, Rafik Abdessalem, qui clamait, haut et fort, la confiance qu’il suscite auprès du conseil de la choura.

 « Hamadi Jebali est  devenu un homme d’état faible devant la prépondérance du conseil de la choura » a conclu Abdelwaheb el Heni.tunisienumerique

____________________________________________________


 

 

_______________________________________________________________________________

La constitution d’un front démocratique élargi est une urgence pour faire face à Ennahdha 

http://www.letemps.com.tn/upload/1358622652_P1---1col---n2---coul.jpg

Hayet Hamdi, universitaire et leader au Front Populaire

 

Les rapprochements du Front Populaire avec « Al Massar » et « Al Jomhouri » donnent à penser qu’une prise de conscience est en train de s’opérer dans le camp des forces démocratiques. La coordination de leur action le 14 Janvier, très visible sur le terrain, laisse prévoir de nouvelles rencontres avec d’autres partis et l’élargissement du Front qui, d’après l’une de ses leaders, Hayet Hamdi, se définit par son extensibilité.

Notre invité voit que la constitution d’un front démocratique élargi est plus qu’une nécessité, c’est une urgence. On doit s’activer pour faire face à « Ennahdha » et consorts qui tentent, par tous les moyens, de saboter le processus démocratique, selon elle.

 

Le Temps : la rencontre du Front Populaire avec « Al Jomhouri » et « Al Massar » va-t-elle se poursuivre et prendre d’autres formes plus évoluées ? Et pourrait-elle s’élargir pour regrouper d’autres partis politiques comme « Nida Tounes » ?

 

-Madame Hayet Hamdi : l’objet de cette rencontre c’est une tâche pratique et précise effectuée sur le terrain et qui est, en particulier, la lutte contre la violence politique. On s’est entendu aussi sur un seuil minimum commun ; cette plateforme, qui est un acquis pour les trois parties, peut se poursuivre et se développer. Si l’on se mettait d’accord sur la manière de gérer cette période transitoire en vue d’instaurer une vraie démocratie, l’agenda politique, la loi électorale et le modèle social, cette base pourrait se maintenir et se renforcer avec nos amis de « Al Massar » et « Al Jomhouri », car, pour ce qui est du mode de vie social, nous partageons la même conception. Quant à l’éventuelle rencontre avec « Nida Tounes », une pareille question devrait être tranchée au niveau central et discutée d’une manière approfondie. Notre Front est ouvert à toutes les forces démocratiques et progressistes, toutefois, on ne peut accepter l’intégration d’une partie qu’à condition qu’elle adopte notre plateforme économique, sociale et politique, comme on ne peut coordonner notre action à celle d’un autre parti que si nous nous recoupons sur certains points.

Notre Front est extensible, il est ouvert à toutes les forces politiques qui partagent notre plateforme

 

-Peut-on s’attendre à de nouveaux renforcements de votre effectif au sein du Front?

- Nous sommes en discussion avec le Mouvement du Peuple qui a participé avec nous dans l’élaboration de la plateforme politique et la plupart des référentiels théoriques. Nous dialoguons, également, avec « El Kotb » (Le Pôle) et l’Alliance Démocratique. Tous ceux qui acceptent notre plateforme et partagent notre conception à propos de ce qui reste de la phase transitoire seront les bienvenus, les discussions se poursuivent avec plusieurs partis et le Front va s’élargir encore, car nous sommes persuadés qu’il est un projet national qui tend à sauver le pays de la situation chaotique dans laquelle il sombre.

 

-Vous avez annoncé, il ya des mois, que le Mouvement du Peuple vous rejoindrait, alors qu’il continue à agir en solo et l’initiative au dialogue national qu’il vient de lancer en est la parfaite illustration.

-On est encore persuadé que la place naturelle du Mouvement du Peuple est à l’intérieur du Front Populaire à moins qu’il ne décide de s’isoler de la vie politique, et je ne pense pas qu’il choisisse cette voie. Il refuse de faire des alliances avec « Ennahdha » et ses satellites, « Nida Tounes », l’Alliance Démocratique, pratiquement tous les partis, et il ne lui reste, logiquement, que le Front dans l’édification duquel il a apporté sa contribution comme je l’ai précisé. Pour ce qui est de l’initiative à laquelle nous étions invités, nous avons, clairement, exprimé notre position : nous sommes pour l’activation de celle de l’UGTT à propos de laquelle nous avons présenté une feuille de travail dont la plupart des points et idées ont été retenus et intégrés dans celle de la centrale syndicale dont l’initiative reste de loin préférable à toutes celles émanant de partis politiques. Il aurait été préférable que le Mouvement du Peuple s’inscrive dans le cadre de cette initiative au lieu d’en proposer une autre. Ce que je dis s’applique aussi à celle du président de la République, car, contrairement à ce que pense Mr Marzouki, l’association syndicale est de loin préférable à la présidence. L’UGTT est l’organisation qui a encadré la Révolution et tous les mouvements de protestation sociale et politique. Elle est la tente qui rassemble tous les partis et toutes les tendances démocratiques.

L’initiative de l’UGTT est, de loin, préférable à celles émanant des partis ou de la présidence de la République

 

-Et qu’est-ce que vous pensez de la signature par l’UGTT du pacte social ?

-Nous avons dit que ce pacte social était conclu en l’absence d’un pacte politique, alors que dans n’importe système politique moderne, le premier ne peut se faire qu’après avoir réalisé le second. Non seulement ce pacte social ne remplit pas cette condition, mais il est établi sur une base économique et sociale fragile et à un moment où l’organisation patronale (l’UTICA) connaît de profondes divergences. C’est pourquoi nous sommes persuadés que l’effet de ce pacte social sera limité.

 

-Comment se situe le Front Populaire par rapport au remaniement ministériel prévu?

-Comme l’a dit le camarade Hamma Hammami, le porte-parole du Front, le tapage médiatique ne reflète pas l’importance de l’opération, il dépasse de loin l’intérêt de ce remaniement. Nous avons proposé, il y a des mois, la dissolution du gouvernement actuel et la constitution d’un gouvernement de crise, limité en nombre et comprenant des compétences nationales et indépendantes qui permettrait à l’ANC d’achever la constitution et qui serait chargé de gérer la période restante de la transition jusqu’aux élections. Le remaniement ministériel annoncé plusieurs fois et, indéfiniment, reporté à des dates indéterminées, ne pourrait être qu’une manœuvre politique de la part de la « Troïka » et, principalement, « Ennahdha ». C’est un moyen détourné qu’ils emploient pour ne pas fixer une date précise pour les élections. On a même avancé celles de 2014 et 2015. Donc, ce remaniement n’aura d’effet qu’au niveau des atermoiements concernant la fixation de cette date capitale et l’instauration des instances qui vont permettre la réalisation des élections démocratiques conformément aux conditions que nous avons réclamées.

Un pacte social ne pourrait être conclu que sur la base d’un pacte politique

 

-La mise en place de ces instances sont-elles suffisantes pour le déroulement de ces élections ?

-Le 14 Janvier, nous avons manifesté avec nos amis de « Al Massar » et « Al Jomhouri » pour dénoncer un problème qui fait souffrir tous les Tunisiens qu’ils soient activistes politiques ou de simples citoyens, à savoir la violence répandue dans tous les secteurs, tous les domaines et toutes les régions du pays. Et tant qu’il y a une violence politique, économique, symbolique et morale, une violence contre les citoyens, il n’est pas possible d’organiser des élections. C’est pourquoi j’ai dit que le pacte social doit être précédé d’un pacte politique qui mettrait une limite à la théorie de la bousculade sociale, dans laquelle nous voyons une incitation au massacre, elle invite les citoyens à s’entretuer, c’est elle qui est la cause de cette violence qui s’installe parmi nous. Sans ces conditions, ces élections ne pourraient pas se dérouler dans un climat démocratique.

 

-Mais « Ennahdha » et ses alliés ne l’entendent pas de cette oreille, ils ne sont prêts ni à dissoudre les « ligues de protection dela Révolution », ni à renoncer aux ministères de souveraineté. Quelle est votre alternative face à ces refus catégoriques?

-Je pense que « Ennahdha » s’est isolée elle-même beaucoup plus qu’il ne faut et que, par conséquent, elle va se trouver contrainte de revenir à la table de dialogue, elle n’a pas d’autre alternative. Actuellement, elle persiste à considérer que ce qu’on appelle « ligues de protection de la Révolution » représentent la « conscience » de cette dernière et dans lesquelles, nous, nous voyons celle de « Ennahdha » qui en mesure seule le degré de révolutionnarisme. Elle prétend qu’il n’est pas possible de les dissoudre, légalement, alors qu’en réalité il existe une issue légale qui est le gèle des activités de ces associations et le jugement de ceux de ses membres qui sont impliqués dans des actes de violence. C’est ce qu’elle est tenue de faire si elle tient, vraiment, à réintégrer le terrain politique dont elle s’est exclue délibérément. La deuxième condition est la fixation d’une date précise pour les élections et la rupture avec la politique de procrastination. Personnellement, je suis convaincue que seul un front démocratique élargi est susceptible d’imposer à « Ennahdha » toutes ces conditions relatives à la tenue des élections et au climat démocratique de leur déroulement et l’empêcher de poursuivre ce feuilleton que les citoyens ne supportent plus.

La théorie de la bousculade sociale est responsable de la violence politique qui sévit dans le pays

 

-Où est le rôle de l’ANC dans tout cela ?

-Le problème de la Constituante ne date pas d’aujourd’hui. Elle a dévié, depuis son entrée en exercice, de l’objectif fixé, préalablement, à savoir l’élaboration d’une constitution démocratique. Elle s’est écartée de cette mission primordiale et s’est mise à légiférer, exécuter, visiter les régions, contrôler le travail du gouvernement, etc. En fait, ce dernier a fait tout son possible pour mettre la pression sur l’ANC afin de prolonger au maximum cette période de transition, ce qui veut dire que les difficultés de cette dernière ne sont pas seulement d’ordre chronologique mais également politiques. « Ennahdha » a impliqué l’Assemblée Nationale Constituante dans son propre agenda.

-Mais l’ANC n’est pas si innocente que cela. Loin de ces considérations, strictement, politiques, son comportement dénote une certaine nonchalance à l’égard des intérêts de ceux qui les ont élus comme l’augmentation des salaires, par exemple.

-Nous ne mettons pas en cause la légitimité de l’ANC qui est la seule autorité élue par le peuple. Toutefois, ce dont nous doutons c’est la tendance de son président à la soumettre à une volonté politique qui est censée dépendre de la constituante. Le renoncement de cette instance souveraine à tous ses pouvoirs et à toutes ses prérogatives et son désistement en faveur de celle-ci l’a amenée s’assujettir à un agenda politique qui lui est étrangère. Au lieu de défendre son indépendance vis-à-vis du gouvernement et tourtes les autres forces qui veulent l’inféoder, le président de l’ANC décide des augmentations de primes à 2h du matin pendant que le peuple souffre de la misère surtout dans les régions de l’intérieur. Cette décision a provoqué un vaste mécontentement populaire. Personnellement, je ne culpabilise pas les députés constituants, dans cette affaire mais plutôt le président qui en assume seule la pleine responsabilité. Au reste, il a provoqué une déception même au sein de son propre parti par cette mesure et, également, par le parcours qu’il a prescrit à l’ANC depuis sa nomination.

« Ennahdha » a impliqué l’Assemblée Nationale Constituante dans son propre agenda

 

-Ne voyez-vous pas que la liberté de la presse vive une nouvelle épreuve ces jours-ci ?

-C’est ce qu’on doit comprendre quand un responsable vient vous dire qu’il faut arrêter les émissions contre « Ennahdha », et là, je veux parler du secrétaire d’Etat de l’immigration qui a intimé l’ordre à la journaliste Amel Chahed, animatrice de l’émission «Bitawqit El Oula» sur la chaîne Al Wataniya 1 de ne plus diffuser de tels programmes. « Ennahdha » veut mettre les médias à genoux, car ils constituent un moyen électoral, grandement, efficace, elle tente de mettre la main dessus pour les utiliser dans sa propagande politique afin de s’assurer le résultat des élections. Cette nouvelle campagne contre les médias a commencé le 14 Janvier, alors qu’on croyait que ces derniers allaient, enfin, trouver leur voie avec la haute instance indépendante de l’information qui était en cours de se constituer. Pendant que nous nous attendions à la fin du calvaire des journalistes, deux d’entre eux sont agressés le jour de la deuxième commémoration de la Révolution et qui sont Néji El Bghouri et Zied El Héni, connus pour leur militantisme pendant les années de braise. Cela montre à l’évidence qu’il existe chez « Ennahdha » une intention de faire dépendre les médias de sa volonté. L’expression de « médias de la honte » désigne ceux qui ne sont pas soumis à ses désirs et, en particulier, ceux de son président Rached Ghannouchi. Lorsqu’on voit le refus, au sein de l’ANC, de l’expression de « instance indépendante de la justice » et « instance indépendante des élections » après des débats houleux où El Bhiri a fini par imposer son avis et décréter leur suppression, on comprend, aisément, les intentions de « Ennahdha » qui sont l’obédience de la justice, des médias et de l’instance des élections. Elle est en train de manœuvrer pour gagner du temps, s’approprier ces trois autorités, qui constituent le socle pour des élections démocratiques, et les diriger dans le sens qu’elle veut.

Les médias sont en train de subir une offensive de la part « d’Ennahdha » qui veut les inféoder

 

-Pourquoi cette campagne contre les médias intervient-elle à ce moment précis ?

-Parce qu’elle voit que les médias sont devenus libres, et des médias libres la dérangent de même qu’une justice libre, car c’est elle qui est habilitée à vérifier les appels pendant les élections et qui pourrait annuler ces dernières au cas où elles seraient truquées, par exemple. L’indépendance de l’instance des élections n’arrange pas non plus « Ennahdha », c’est pourquoi sa constitution est soumise à des quotas partisans à l’image de ce qui se passe au gouvernement, et on n’a qu’à voir le taux des nommés et celui des élus en son sein pour s’en rendre compte. Tout ce que fait le parti au pouvoir menace la transparence des élections, il tente de disposer des rouages de l’Etat pour asservir l’administration dont il refuse la neutralisation comme il refuse celle des mosquées. Parce qu’il se représente bien le poids de la première qui a fait ses preuves pendant les moments extrêmement délicats où elle a évité l’effondrement du pays lorsque l’Etat était absent, comme il voit dans les mosquées des centres de propagande électorale pour lui.

« Ennahdha » met la main sur les rouages de l’Etat pour maîtriser l’opération électorale

 

-Comment vous commentez la qualification de Hamadi Jebali de l’élite tunisienne?

-Sa fameuse phrase « Notre malheur réside dans notre élite » traduit le constat amer fait par « Ennahdha » qui a, enfin, réalisé une vérité à laquelle elle ne s’attendait pas : l’élite tunisienne est en rupture totale avec elle. Cette élite a ses traditions démocratiques, civiques, modernistes… « Ennahdha » voit dans toutes ces caractéristiques un écueil majeur l’empêchant à continuer son règne et une menace très sérieuse pour son discours obscurantiste. Donc, le malheur du peuple tunisien ce n’est pas son élite, mais « Ennahdha », et je compare les tribulations que vit la première à celles connues par Averroès face aux fanatiques de son époque. C’est, vraiment, paradoxale que cette élite, la fondatrice de la modernité, de l’esprit éclairé, de la pensée, de l’école, de l’intelligence tunisienne… soit traitée de la sorte par celui qui est la vraie source du malheur. Hamadi Jebali est effrayé par toutes ces prouesses réalisées par notre élite.

L’élite tunisienne représente une vraie menace pour le discours obscurantiste « d’Ennahdha »

 

-Qu’est-ce qu’il en est du congrès constitutif du Front Populaire ?

-Sa tenue était prévue pour le mois de janvier, mais le calendrier nous a obligés à le reporter au début du mois de février prochain, nous avons préféré privilégier la deuxième commémoration de la Révolution. En d’autres termes, il n’y a pas de raisons politiques pour ce retard, mais tout simplement des questions d’ordre technique. letemps


 

____________________________________________________________Mais espérant que Hamma Hammami et «son» Front Populaire échappent quelque peu aux idéologies puristes pour le bien de la Tunisie...

Dernière nouvelle

LE FRONT POPULAIRE REFUSE TOUTE ALLIANCE ÉLECTORALE 

Le porte-parole du Front Populaire, Hamma Hammami a déclaré sur les ondes de Mosaique FM que son parti refuse d’entrer dans une coalition élargie avec Nida Tounes, Al Massar et le Parti Républicain et préfère s’engager dans les prochaines élections avec des listes indépendantes. Écouter Hamma Hammami

Partager cet article

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Tunisie : Partis politiques_ Programmes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : thala solidaire.over-blog.com
  •  thala solidaire.over-blog.com
  • : ThalaSolidaire est dédié à la ville de Thala, ville phare de la Révolution tunisienne. Thala est une petite agglomération du centre-ouest de la Tunisie. Elle est connue pour son histoire antique, ses sources, ses carrières de marbre, devenues une sorte de tragédie écologique et économique, sa résistance et sa misère. Thala solidaire a pour objectif de rassembler toutes les voix INDIGNÉES pour donner à cette terre ainsi qu'à toutes autres terres un droit à la vie et à la dignité…
  • Contact

Recherche

Vidéos

Catégories