Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 janvier 2012 1 02 /01 /janvier /2012 04:51

Célébration de la nouvelle année à Hama, Kafr Zita

 

À Deraa


 À Hama, Khatteb

 

 

____________________________

Un nouvel an sous "les balles et les chars"

 

Les militants pro-démocratie ont célébré dimanche 1er janvier la nouvelle année en défilant par milliers en Syrie pour appeler au départ du régime de Bachar al-Assad, dont les forces ne cessent de réprimer dans le sang la contestation. Les "jeunes de la Révolution" ont célébré le nouvel an 2012 par des feux d'artifice et des appels au départ de M. Assad, confronté depuis la mi-mars à une contestation sans précédent.

A Hama, un enfant de 7 ans a été tué par des tirs des forces de sécurité qui visaient la voiture de son père, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) en parlant du "premier martyr de 2012". Trois autres civils ont été tués à Homs, dont deux par les milices pro-régime. Dans la province de Damas, 20 manifestants qui avaient levé le drapeau syrien de l'indépendance ont été blessés par les tirs des troupes, a précisé l'OSDH.

"NOUVEL AN SANS FER NI CHAÎNES"

Dans la ville d'Idleb, des centaines de personnes ont assisté à un feu d'artifices, portant des flambeaux et chantant en faveur de "l'unité nationale et la fraternité islamo-chrétienne". Un croissant de lune et une croix ont été accrochés côte à côte dans une rue de la ville. "Liberté pour la vie", ont scandé les manifestants.

A Alep, deuxième ville de Syrie peu touchée jusque-là par le mouvement de contestation, des jeunes ont crié des slogans de soutien aux villes rebelle de Homs et Deraa. "Assad est l'ennemi de Dieu", ont-ils scandé également. "Nouvel an sans fer ni chaînes. Nous souhaitons une bonne année aux frères chrétiens. Vive la Syrie libre", était-il écrit sur une autre pancarte.

"LE PEUPLE VEUT LE DÉPART DE L'ASSASSIN"

A Zabadani, à 50 km de Damas, autour d'un sapin orné de guirlandes vertes, des centaines de personnes dansaient au son des pétards. "Le peuple veut le départ de l'assassin", ont-ils crié sans relâche. D'autres images ont montré les festivités organisées à Deraa, berceau de la contestation. Les manifestants, dans la ville proche de Daël, ont porté des flambeaux. Sur les pancartes on pouvait lire : "le monde entier accueille le Nouvel an par des feux d'artifice, en Syrie nous l'accueillons par des balles et des chars""La Syrie va bien sans Bachar, sans les chabbiha et sans les observateurs", en référence aux observateurs arabes déployés en Syrie pour rendre compte de la situation dans le pays.

Des milliers de personnes ont aussi manifesté dans les provinces de Homs, de Hama et d'Idleb, selon les LCC. Une grève générale était en outre suivie à 80 % à Douma, dans la banlieue de Damas, où les forces de sécurité ont "cassé les cadenas pour contraindre les commerces à ouvrir". La grève se poursuivait également à Khirbet Gazala à Deraa, ont indiqué l'OSDH et les comités locaux de coordination (LCC), qui organisent les manifestations sur le terrain.

 VERS UN RETRAIT DES OBSERVATEURS DE LA LIGUE ARABE ?

Face à la poursuite des violences, le président du Parlement arabe, Salem al-Diqbassi, a appelé au "retrait immédiat des observateurs arabes, le régime syrien continuant à tuer des civils innocents". Ces agissements "sont une violation claire du protocole arabe qui prévoit de protéger le peuple syrien". La mission des observateurs commencée le 26 décembre fait partie de ce protocole qui prévoit également l'arrêt des violences, la libération des détenus, le retrait de l'armée des villes et la libre circulation dans le pays pour les observateurs et la presse.

Selon l'agence officielle SANA, des observateurs étaient dimanche dans les environs de Homs et un autre à Idleb. D'autres observateurs se trouvaient à Deraa et près de Damas pour y rencontrer des habitants.

source lemonde

 

 __________________________________________

 

Appel à un retrait des observateurs arabes, nouvel an sanglant

Capture d'écran de YouTube montrant l'arrestation d'un homme par les forces de sécurité syrienne le 29 décembre 2011à Damas

Capture d'écran de YouTube montrant l'arrestation d'un homme par les forces de sécurité syrienne le 29 décembre 2011à Damas

 

Un organisme de la Ligue arabe a appelé dimanche au retrait immédiat des observateurs de Syrie en estimant que leur présence n'avait aucun effet sur la répression de la révolte par les forces du régime, après un nouvel an sanglant.

 

Le président du Parlement arabe, Salem al-Diqbassi, a appelé au "retrait immédiat des observateurs arabes, le régime syrien continuant à tuer des civils innocents", au moment où un deuxième groupe d'observateurs chargés de rendre compte de la situation en Syrie doit arriver jeudi dans ce pays.

 

Les agissements du régime "sont une violation claire du protocole arabe qui prévoit de protéger le peuple syrien. Nous assistons à une escalade de la violence, davantage de personnes sont tuées y compris des enfants et tout cela en présence des observateurs", a ajouté le chef de ce comité consultatif formé de parlementaires issus des 22 membres de la Ligue arabe.

 

Le "premier martyr de 2012" est un enfant de 7 ans tué à Hama (centre) par des tirs des forces de sécurité qui visaient la voiture de son père, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Quatre autres civils ont péri à Homs (centre), dont deux tués par les milices pro-régime.

Dans la province de Damas, 20 manifestants ont été blessés, a précisé l'OSDH.

Les "jeunes de la Révolution" ont célébré le nouvel an par des feux d'artifice et des appels au départ de M. Assad, confronté depuis la mi-mars à une contestation sans précédent, selon des vidéos.

 

Dans la ville d'Idleb (nord-ouest), des centaines de personnes ont assisté à un feu d'artifices, portant des flambeaux et chantant en faveur de "l'unité nationale et la fraternité islamo-chrétienne" et pour "la liberté". Un croissant de lune et une croix ont été accrochés côte à côte dans une rue.

 

A Alep (nord), deuxième ville de Syrie peu touchée jusque-là par la contestation, des jeunes ont crié, selon une vidéo, des slogans de soutien aux villes rebelles de Homs et Deraa (sud). "Assad est l'ennemi de Dieu", ont-ils scandé.

"Nouvel an sans fer ni chaînes. Nous souhaitons une bonne année aux frères chrétiens. Vive la Syrie libre", est-il écrit sur une pancarte.

 

A Zabadani, à 50 km de Damas, autour d'un sapin orné de guirlandes, des centaines de personnes ont dansé au son des pétards, selon une autre vidéo. "Le peuple veut le départ de l'assassin", ont-ils crié.

Les manifestants, dans la ville de Daël, proche de Deraa, ont porté des flambeaux. Sur des pancartes on pouvait lire: "le monde entier accueille le Nouvel an par des feux d'artifice, en Syrie nous l'accueillons par des balles et des chars".

Des milliers de personnes ont aussi manifesté dans les provinces de Homs, de Hama et d'Idleb, selon les les comités locaux de coordination (LCC) qui organisent les rassemblements sur le terrain.

 

Des interpellations ont eu lieu à Lattaquié (ouest), alors qu'une militante, Waëd Mahfouz, a été arrêtée samedi à Harasta dans la région de Damas, selon l'OSDH.

Une grève générale était en outre suivie à 80% à Douma dans la banlieue de Damas, où les forces ont "cassé les cadenas pour contraindre les commerces à ouvrir", ont indiqué l'OSDH et LCC.

Les vidéos, capturées par portables et diffusées sur internet par les militants et de simples habitants, constituent quasiment les seuls témoignages de la situation en Syrie, où les autorités limitent drastiquement l'accès des médias étrangers.

 

L'ONU estimait début décembre à plus de 5.000 le nombre de civils tués par les forces du régime déterminé à étouffer toute contestation malgré les sanctions occidentales.

La mission des observateurs commencée le 26 décembre fait partie d'un protocole qui prévoit aussi l'arrêt des violences, la libération des détenus, le retrait de l'armée des villes et la libre circulation dans le pays pour les observateurs et la presse.

Le général Mohammed Ahmed Moustapha al-Dabi, chef de la mission des observateurs, a démenti des propos attribués à l'un des observateurs qui faisait état sur une vidéo de la présence de tireurs embusqués à Deraa. "Cet homme a dit que s'il voyait -de ses propres yeux- ces tireurs embusqués, il les signalerait immédiatement", a-t-il dit à la BBC.

Selon l'agence officielle Sana, des observateurs étaient dimanche dans les environs de Homs et à Idleb. D'autres se trouvaient à Deraa et près de Damas.

Aucun communiqué officiel n'a été encore publié par les observateurs, escortés dans leurs mouvements par les forces du régime, sur le déroulement de leur mission.

source courrier-picard.

 

 

 

_____________________________________________________________

 

سوريا: "300 قتيل" منذ وصول بعثة المراقبين والبرلمان العربي يدعو إلى سحبها

syrie-observateur.jpg

 

قال نشطاء سوريون معارضون إن أكثر من ثلاثمئة مدني قتلوا على يد قوات الأمن منذ وصول بعثة المراقبين العرب إلى البلاد، يأتي هذا في الوقت الذي طالب أحد الأجهزة الاستشارية لجامعة الدول العربية بسحب المراقبين من سوريا بسبب استمرار قمع الاحتجاجات.

وذكرت لجان التنسيق المحلية في سوريا، وهي كيان معارض يعنى بتوثيق الاحتجاجات ضد النظام الحاكم في دمشق، أن ثلاثمئة وخمسة عشر شخصا لقوا حتفهم منذ دخول البعثة الأراضي السورية، من بينهم أربعة وعشرون طفلا.

 

وأوضحت أن ثمانية قتلى سقطوا الأحد عندما أطلقت قوات الامن النار على محتجين في حي داريا بدمشق.

وبينما لم يتسن التحقق من هذا العدد من مصادر مستقلة، دعا البرلمان العربي إلى سحب بعثة المراقبين بدعوى أن " البعثة توفر غطاء للحكومة السورية لمواصلة ما وصفه بالأعمال غير الإنسانية".

وقال رئيس البرلمان العربي، وهو لجنة استشارية من 88 عضوا من الدول الاعضاء في الجامعة، ان على المراقبين الرحيل "اخذا في الاعتبار استمرار قتل النظام السوري للمدنيين الابرياء".

"غطاء عربي"

وقال سالم الدقباسي رئيس البرلمان العربي في بيان له ان ذلك يتم "في وجود مراقبين من جامعة الدول العربية، الامر الذي اثار غضب الشعوب العربية ويفقد الهدف من ارسال فريق تقصي الحقائق".

واضاف ان ذلك "يتيح للنظام السوري غطاءاً عربيا لممارسة اعماله غير الانسانية تحت سمع وبصر جامعة الدول العربية".

يذكر ان البرلمان العربي مجرد هيئة استشارية لا تلزم توصياته الجامعة العربية.

ويوجد حوالى 60 من المراقبين في سوريا لتقييم الوضع على الارض ومعرفة ما اذا كان الرئيس السوري بشار الاسد يفي بتعهده بانهاء حملة قمع الاحتجاجات المناهضة لحكمه والمستمرة منذ تسعة شهور.

واثارت بعثة المراقبين العرب جدلا بالفعل، وتحدثت جماعات لحقوق الانسان عن قتلى ما زالوا يسقطون خلال اشتباكات وخروج عشرات الالاف من المحتجين الى الشوارع ليوضحوا للمراقبين مدى غضبهم.

المراقبون والقناصة

وتضاربت التصريحات الصادرة عن مراقبي البعثة العربية المكلفة بتقييم التزام الحكومة السورية بالمبادرة العربية حول قيام قناصة في مدينة درعا باستهداف المدنيين بعد نشر مقاطع فيديو على شبكة الانترنت يقر فيها أحد المراقبين بوجود قناصة.

 

ولكن رئيس بعثة المراقبين اللواء مصطفى الدابي نفى في مقابلة مع بي بي سي أن يكون أحد مراقبي البعثة قد رأى قناصة في المدينة.

وأظهر المقطع أحد المراقبين وهو يقول إنه رأي قناصة على أسطح المنازل وطالب بسحبهم من المدينة.

ولا يمكن التحقق من صحة الفيديو الذي تم بثه على الانترنت ولكن يظهر فيه شخص يعتقد أنه أحد المراقبين وهو يحتج على قيام قناصة باستهداف المتظاهرين في درعا.

"افتراضية"

ولكن رئيس البعثة اللواء مصطفى الدابي نفي صحة هذه التصريحات ووصفها بأنها " افتراضية".

وقال الدابي في مقابلة مع بي بي سي " إذا رأى هذا الرجل القناصة بعينيه فسيقدم تقريرا فوريا عن الحادثة ولكن لم يحدث أنه شاهد القناصة".

ويقول مراسل بي بي سي في بيروت جون دونيسون إن تصريحات رئيس البعثة ستزيد من شكوك المعارضين بشأن البعثة العربية بعد اتهامها في وقت سابق بأنها منحازة إلى جانب النظام السوري.

وكان الدابي قد صرح عقب زيارته إلى حمص الخميس الماضي بأنه "شاهد بعض الفوضي في عدة مناطق ولكنه لم يجد أي شئ مخيف".

وأضاف مراسل بي بي سي أن المتظاهرين يشعرون بغضب شديد تجاه بعثة المراقبين التي تواصل عملها لليوم الخامس وتبدو عاجزة عن وقف أعمال العنف وسقوط القتلى.

 

source bbc.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Syrie : les oppositions _ Ligue Arabe
commenter cet article

commentaires

Samia Lamine 02/01/2012 19:03

http://www.comite-valmy.org/spip.php?article2099

BONNE ANNEE.

Présentation

  • : thala solidaire.over-blog.com
  •  thala solidaire.over-blog.com
  • : ThalaSolidaire est dédié à la ville de Thala, ville phare de la Révolution tunisienne. Thala est une petite agglomération du centre-ouest de la Tunisie. Elle est connue pour son histoire antique, ses sources, ses carrières de marbre, devenues une sorte de tragédie écologique et économique, sa résistance et sa misère. Thala solidaire a pour objectif de rassembler toutes les voix INDIGNÉES pour donner à cette terre ainsi qu'à toutes autres terres un droit à la vie et à la dignité…
  • Contact

Recherche

Vidéos

Catégories