Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 octobre 2012 5 19 /10 /octobre /2012 00:44
 
 

 

 

_______________________________________________________________________________________________

Mort du responsable de Nida Tounes à Tataouine


nida-tounes-tatouineLotfi Naguedh, président de l’Union régionale des agriculteurs  de Tataouine et coordinateur provisoire de Nidaa Tounes à Tataouine est mort en marge d'affrontements jeudi 18 octobre entre ses partisans et des manifestants proches d’Ennahdha. C’est la première fois qu’il y a mort d’homme dans une manifestation, depuis l’avènement de la Révolution en Tunisie.

Selon un représentant du parti de Caïd Essesbi, M. Naguedh est mort après avoir été tabassé lors d'une attaque de manifestants favorables au pouvoir contre le siège du syndicat Union régionale de l'agriculture et de la pêche (URAP) qu'il dirigeait.

Le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Khaled Tarrouche, a confirmé les violences en marge d'une manifestation pour l'épuration des cadres de l'ancien régime mais a assuré que la victime avait été terrassée par une crise cardiaque. Même s'il s'agit d'une crise cardiaque, elle est directement liée à l'attaque que Lotfi Naguedh a subi, a déclaré à l'AFP l'un des responsable du service de presse de Nida Tounès. Mais selon radio Express FM qui cite des sources de l'hôpital régional de Tataouine, la victime serait morte suite à une hémorragie interne.

 

Une manifestation organisée par la Ligue de protection de la révolution, un regroupement d'organisations proches d'Ennahda, s'est rendue dans l'après midi au siège de l'URAP.

Le défilé a ensuite dégénéré face au siège du syndicat et les deux camps se sont affrontés avec des cocktails molotov et des pierres, selon le ministère de l'Intérieur.

Nidaa Tounes assure pour sa part que les violences provenaient uniquement du camp des manifestants composés notamment d'éléments d'Ennahda et de criminels notoires de la région qui ont investi le siège de l'URAP, frappant des occupants avec des bâtons.

Le ministère et le parti indiquent par ailleurs qu'il y a plusieurs blessés sans pouvoir en préciser le nombre. L'agence officielle TAP a évoqué un bilan d'un mort et de neuf blessés.

Des renforts de la police ont été envoyés et ont séparé les deux groupes, a par ailleurs expliqué à l'AFP M. Tarrouche, ajoutant que les forces de l'ordre n'avaient pas fait usage de gaz lacrymogène pour les disperser.mag14

 

 

 

 

________________________________________________________________________________________

Versions contradictoires autour du meurtre du dirigeant de Nidaa Tounes à Tataouine (MAJ)


Des affrontements survenus, aujourd’hui, jeudi 18 octobre 2012, à Tataouine entre des manifestants appartenant à la Ligue nationale pour la protection de la Révolution et des membres de l’Union régionale de l'agriculture et de la pêche (URAP) ont causé la mort du coordinateur provisoire de Nidaa Tounes dans la ville,  Lotfi Nagdh, également président régional de l’Union Tunisienne pour l'Agriculture et la Pêche.

Une manifestation, organisée par la Ligue nationale pour la protection de la Révolution, proche d’Ennahdha à Tataouine, réclamant « l’assainissement de l’administration des symboles de l’ancien régime », s'est rendue dans l'après-midi au siège de l'URAP. La manifestation a ensuite dégénéré, et les deux camps se sont affrontés avec des cocktails molotov et des pierres.

Alors que Nidaa Tounès, dans une déclaration à l’AFP, soutient la thèse que « les violences provenaient uniquement du camp des manifestants composés notamment d'éléments d'Ennahda et de criminels notoires de la région qui ont investi le siège de l'URAP, frappant des occupants avec des bâtons », le porte-parole du ministère de l’Intérieur affirme, de son côté, que des cocktails Molotov ont d’abord été lancés par des membres de l’URAP et que les manifestants ont, par la suite, riposté par des jets de pierre.
  
Le ministère de l’Intérieur soutient également que Lotfi Nagdh a été victime d’un malaise cardiaque, ce qui a été confirmé par l’autopsie, toujours selon le même département. Version démentie par Nidaa Tounès qui précise que « même s'il s'agit d'une crise cardiaque, elle est directement liée à l'attaque que Lotfi Naguedh a subie ».


Selon la TAP, huit personnes ont été également blessées et transportées à l’hôpital régional, dont certaines sont dans un état critique.

Des témoins présents sur place ont noté l’absence des forces de l’ordre outre la fermeture des commerces alors que certains d’entre eux ont été endommagés.

Mise à Jour, 21h30 : Le ministère de l’Intérieur, dans un communiqué publié aujourd’hui, 18 octobre 2012, aux environs de 20h30, affirme que, suite aux résultats de l’autopsie réalisée  par l’hôpital universitaire de Gabès, sur le corps du défunt Lotfi Nagdh, « la cause du décès est la crise cardiaque et la victime ne porte aucune trace de violences ». 

 

 

 

Un communiqué qui a été mis en doute par Lazhar Akremi, dirigeant de Nidaa Tounès, qui a appelé, dans une intervention sur la chaine Hannibal TV, à ouvrir une enquête et à recueillir les témoignages des familles et des présents sur les lieux des affrontements. kapitalis

 

 

___________________________________________________________________________

 

Nida Tounes exigera une contre-expertise médico-légale sur la mort de leur militant à Tataouine

 

Des membres de Nida Tounes se rendront vendredi à Tataouine pour exiger une contre-expertise sur Lotfi Naqdh, mort aujourd’hui au cours des violents affrontements dans cette ville du sud.

 

 Puisque la version officielle, citant le rapport d’un médecin légiste de l’hôpital de Gabès, dit que la mort de Lotfi Naqdh est due à une crise cardiaque, et que les images et les témoins oculaires affirment qu’il a été tabassé à mort par un groupe apparenté au parti islamiste au pouvoir, le parti Nida Tounes va demander une contre expertise.

 C’est ce que a déclaré Ridha Belhaj à Kapitalis le porte-parole du parti de Béji Caïd Essebi. Et d’ajouter que la contre-expertise s’impose pour déterminer la cause exacte de la mort du défunt.

 Les versions sur la mort, aujourd’hui, du secrétaire général de l’Union régionale des Agriculteurs, se contredisent. Son gendre, ancien militant d’Ennahdha, a confirmé, sur Nessma TV, la version de l’assassinat par des personnes de la Ligue de la protection de la révolution, selon lui, proches d’Ennahdha et du Congrès pour la république (Cpr).

 La source officielle a été donnée en début d’après midi sur Mosaïque FM par Khaled Tarrouche, porte-parole du ministère de l’Intérieur : Lotfi Naqdh est mort suite à une crise cardiaque. Cette version, il l’a confirmée une deuxième fois au cours du journal de 20 heures sur la chaîne publique Watania 1 et sur Hannibal TV.

 Selon lui, «l’autopsie a été effectuée à Gabes. Et la cause a été déterminée par le médecin légiste. Ce dernier a affirmé que la mort de Lotfi Naqdh est due à une crise cardiaque et il n’y a aucune trace de violence sur son corps».

 Interrogé lui aussi par la Watania 1, Amer Laârayedh, porte-parole  d’Ennahdha, a déclaré que l’enquête en cours va déterminera les causes de la mort.

 Quant à la vidéo partagée montrant un visage ensanglanté, M. Tarrouche a précisé qu’il s’agit d’un autre blessé et non du défunt. kapitalis

 

 

______________________________________________________________Une autre version 

 

Au moins « deux morts» dans l’expédition punitive menée par Ennahda à Tataouine

 

Les autorités tunisiennes persistent à attribuer la mort du militant syndicaliste Lotfi Nagadh, tué à Tataouine, à une crise cardiaque. Pourtant, il ne fait pas de doute qu’il a été victime d’une "campagne de terreur" menée par une centaine de militants d’Ennahda, organisés "en milice". Celle-ci a ainsi mis à exécution les ordres de Rached Ghannouchi de "nettoyer l’administration des forces laïcs" afin de les remplacer par des islamistes.

 

 

Contacté par Mediarabe.info, le beau-frère de Lotfi Nagadh, Fathi Nagadh, fonctionnaire des Nations unies à Genève, a affirmé ce soir que « Lotfi a été attaqué à l’intérieur de son bureau par près de 90 militants d’Ennahda, organisés en milice. Ils l’ont violemment agressé ». Lotfi, père de quatre enfants dont l’aîné a à peine 12 ans, est mort dans son bureau, alors qu’une autre personne, agressée à l’extérieur, est toujours dans un état grave à l’hôpital (des informations font état du décès de l’autre syndicaliste). Plusieurs autres syndicalistes sont blessés.

 

Selon son beau-frère Fathi, « Lotfi Nagadh a vécu une vingtaine d’année en France et n’a aucun lien ni sympathie pour l’ancien régime ». Notre interlocuteur avoue que « plusieurs de ses proches ont voté Ennahda, dans l’espoir de concrétiser l’alternance, dans le sillage de la chute de Ben Ali ». Mais, ajoute Fathi, « ils ont vite déchanté en découvrant le double discours du parti islamiste et sa collusion avec les radicaux salafistes ». Et d’ajouter : « La vidéo diffusée récemment, dans laquelle Rached Ghannouchi conseillait aux radicaux d’islamiser la société par étapes, et se plaignant du contrôle des médias, de l’économie et de l’administration par les laïcs, a sonné comme une fatwa ordonnant aux islamistes de nettoyer littéralement l’administration des partisans de la laïcité. Ce qui fut mis à exécution ce jeudi à Tataouine ».

 

De fait, selon Fathi Nagadh, « déçu par Ennahda, dont la politique va ramener la Tunisie des siècles en arrière, Lotfi a rejoint l’Appel de Tunis dirigeait par Béji Caëd Essebsi, tout en présidant l’antenne locale du syndicat “Union régionale de l’agriculture et de la pêche (URAP)”. Or, l’ensemble des syndicats tunisiens se sont récemment mobilisés pour exiger au pouvoir provisoire d’écourter la période de transition et d’organiser des élections plus tôt que prévu (23 juin et 7 juillet 2013). Ce militantisme fait des syndicats et de l’Appel de Tunis les principaux remparts devant l’islamisation de la Tunisie et transforme les syndicalistes et les partisans de l’Appel de Tunis en cibles désignées des islamistes, pressés de prendre le pouvoir, tout le pouvoir. Mais les Tunisiens ne l’entendent pas de cette oreille ».

 

En effet, Fathi Nagadh affirme avoir commencé, dès ce soir, à instruire un dossier étayé, et à recueillir les témoignages, les photos et les vidéos de l’expédition punitive menée ce jeudi à Tataouine, et entend porter l’affaire devant le Haut commissariat pour les droits de l’homme, aux Nations unies à Genève (dont il est employé), et promet de saisir toutes les Associations, ONG et instances internationales (justice...) sur cet assassinat en bonne et due forme.

 

Avec cette expédition musclée, les islamistes ne font que ressouder les rangs adverses. Leur violence sera contre-productive, d’autant plus que leur jeu est dévoilé et leurs ambitions menacent sérieusement le pays. Ils veulent accélérer leur mainmise sur le pouvoir afin d’imposer leur propre empreinte sur la Constitution, qui n’est toujours pas rédigée. C’est une nouvelle crise politique, mêlée de terrorisme intellectuel islamiste, qui s’ouvre en Tunisie.   Mediarabe.info

Partager cet article

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Religion _ L'Islam politique _ Salafistes_ Chokri
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : thala solidaire.over-blog.com
  •  thala solidaire.over-blog.com
  • : ThalaSolidaire est dédié à la ville de Thala, ville phare de la Révolution tunisienne. Thala est une petite agglomération du centre-ouest de la Tunisie. Elle est connue pour son histoire antique, ses sources, ses carrières de marbre, devenues une sorte de tragédie écologique et économique, sa résistance et sa misère. Thala solidaire a pour objectif de rassembler toutes les voix INDIGNÉES pour donner à cette terre ainsi qu'à toutes autres terres un droit à la vie et à la dignité…
  • Contact

Recherche

Vidéos

Catégories