Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 février 2013 5 08 /02 /février /2013 22:11
______________________________________________________________________________________________________

La Tunisie en grève générale enterre un opposant assassiné 

chokri.jpg

16H40 GMT - Des dizaines de milliers de Tunisiens se sont pressés aux obsèques de l'opposant assassiné Chokri Belaïd, qui ont pris des allures de manifestation contre le parti islamiste au pouvoir, soupçonné par une partie de l'opposition d'avoir commandité ce meurtre sans précédent dans les annales contemporaines du pays.

- Malgré un imposant dispositif sécuritaire, des heurts ont émaillé les funérailles dans un pays au ralenti après un appel à la grève générale très largement suivi.

- Ce débrayage, le premier de cette ampleur depuis 2011, intervient dans un contexte économique et social très tendu, manifestations et conflits sociaux, souvent violents, se multipliant en raison du chômage et de la misère, deux facteurs-clés de la révolution. FIN DU DIRECT

15H11 GMT - Oraison - Hamma Hammami, dirigeant du Front populaire, la coalition de partis de gauche et d'extrême gauche à laquelle appartenait le défunt, prononce une oraison funèbre. Une minute de silence solennel est respectée."Repose en paix Chokri, nous continuerons sur ta voie", lance M. Hammami face à la foule. Aucun représentant du gouvernement n'est présent.

15H10 GMT - "Allah Akbar" - Des milliers de voix crient "Allah Akbar" ("Dieu est le plus grand") au moment de l'inhumation, avant d'entamer l'hymne national et de réciter la fatiha, le premier verset du Coran.

15H09 GMT - LE CORPS DE CHOKRI BELAID MIS EN TERRE.

15H00 GMT - Fleurs - Le cercueil recouvert d’une gerbe de fleurs est transporté dans le cimetière à travers la foule vers la tombe.

13H44 GMT - Calme - Retour au calme sur l’avenue Bourguiba où les forces de l’ordre sont toujours en nombre.

13H43 GMT - Arrivée - Un véhicule militaire de type pick-up, recouvert de fleurs et transportant le corps de Belaïd, arrive à l’entrée du cimetière où il tente de se frayer un passage dans la foule compacte. Des renforts policiers anti-émeutes sont aux abords du cimetière pour répondre aux casseurs qui ont incendié plusieurs voitures dans le quartier.

Milice dissoute

13H17 GMT- Dissolution - Une milice pro-islamiste accusée des violences politiques annonce sa dissolution à Siliana (nord-ouest). Le pouvoir avait jusqu'ici fait la sourde oreille aux appels de dissolution de ce groupe responsable d'une attaque spectaculaire en décembre contre le siège de l'UGTT et du meurtre, en octobre, d'un opposant dans le sud.

12H43 GMT - PLUSIEURS DIZAINES DE MILLIERS DE PERSONNES AUX OBSEQUES, selon l'AFP et plusieurs médias tunisiens. Les forces de l'ordre se refusent à estimer le nombre des participants.

12H40 GMT - LACRYMOGENES ET ECHAUFFOUREES AUX FUNERAILLES. Des groupes de casseurs ont attaqué des voitures devant le cimetière où la police les a dispersés avec du gaz lacrymogène provoquant un bref mouvement de panique, constatent des journalistes de l'AFP. Le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Khaled Tarrouche, confirme ce déroulement des faits à la télévision publique.

12H39 GMT - La chute - "Le peuple veut la chute du régime", scande la foule massée à l'entrée du cimetière d'El-Jellaz.

12H38 GMT - Heurts - Des échauffourées éclatent entre policiers et manifestants avenue Bourguiba.

12H37 GMT - Evanouie - Au coeur des manifestants, la veuve du défunt, Besma, brandit deux doigts en l'air en signe de victoire, alors que la fille du couple, âgée de huit ans, s'évanouit sous le coup de l'émotion. Chokri Belaïd doit être inhumé dans le carré réservé aux martyrs.

12H36 GMT - "Dégage!" - La foule reprend en coeur l'hymne national et le slogan "Dégage, dégage" qui avaient aussi été les cris de ralliement de la révolution de 2011, rapporte Kaouther Larbi, correspondant de l'AFP.

12H35 - Youyous - Des milliers de Tunisiens saluent la dépouille de l'opposant, brandissent des photos du défunt, sous une pluie intermittente. Les youyous des femmes et les larmes se doublent de cris de colère et de slogans anti-gouvernementaux. Le cercueil est enveloppé dans un drapeau tunisien.

Youyous

12H34 GMT- Encadrement - Le parcours du cortège est encadré de militaires, l'arme automatique en bandoulière et le visage fermé. Un impressionnant dispositif est déployé, comprenant des militaires, des unités anti-émeutes casquées ainsi que hommes en civil cagoulés armés de bâtons.

12H32 GMT - Artère - Plusieurs dizaines de jeunes manifestants défilent sur l’avenue Bourguiba, la principale artère de Tunis, en scandant des slogans hostiles au chef d'Ennahda, Rached Ghannouchi.

12H30 GMT - Bondée - L’esplanade de la mosquée est bondée tout comme le cimetière où la foule brandit des drapeaux tunisiens, alors qu’une pluie battante s'abat sur ce quartier du sud de la capitale, témoigne Antoine Lambroschini.

12H04 GMT - Innombrable - Une foule innombrable dépassant les 10.000 personnes défilent depuis Djebel Jelloud, un quartier de la banlieue sud de Tunis, pour accompagner le cercueil vers le cimetière d'El-Jellaz, rapportent des journalistes de l'AFP. La mise en terre est prévue en début d'après-midi.

11H40 GMT - Femmes - "Des femmes sont présentes dans le cortège funéraire et au cimetière. C'est exceptionnel, seuls les hommes accompagnent d'ordinaire les dépouilles", tweete la journaliste de l'AFP Inès Bel-Aïba.

10H55 GMT - Survol - Des hélicoptères de l’armée survolent Tunis, où les rues sont largement désertées.

10H51 GMT - Paralysie - Seuls les services médicaux d’urgence fonctionnent dans la capitale ainsi que la vente de produits alimentaires de première nécessité, selon la puissante Union générale tunisienne du travail (UGTT), forte de 500.000 membres à l'origine du débrayage national. Les employés des monopoles de l’eau et de l'électricité sont aussi en grève, à l'exception du service d’intervention d’urgence.

Dans ce contexte de crise, l'ambassade de France a appelé ses quelque 25.000 ressortissants à la prudence et annoncé la fermeture des écoles françaises vendredi et samedi. Les universités seront fermées dans le pays jusqu'à lundi.

"Ghannouchi assassin"

10H49 GMT - Vox populi - "Le peuple veut la chute du régime", scande la foule, ainsi que "Ghannouchi assassin", en référence au chef du parti islamiste Ennahda, témoigne un journaliste de l'AFP à Tunis, Antoine Lambroschini. Un millier de manifestants défilaient à Gafsa (centre) et quelque 500 personnes à Zarzis (sud).

10H18 GMT - Déploiement - L'armée est déployée dans plusieurs villes du pays. A Tunis, des véhicules militaires sont en faction sur l'avenue Bourguiba, épicentre des heurts entre policiers et manifestants ces derniers jours. Les militaires renforcent un important dispositif policier déjà en place. L'état d'urgence est en vigueur depuis 2011 dans le pays où les autorités cherchent à rétablir la sécurité après la multiplication ces derniers mois des violences, les plus graves ayant impliqué des groupuscules islamistes radicaux.

10H08 GMT - TOUS LES VOLS ANNULES DEPUIS ET VERS LA TUNISIE, selon les autorités aéroportuaires. Une telle paralysie est une première depuis le 14 janvier 2011, jour de la chute du régime de Zine El Abidine Ben Ali qui avait déclenché le Printemps arabe.

09H35 GMT - "Martyr" - Parmi la foule qui ne cesse de grossir, Salah Belaïd rend hommage à son fils, "un homme qui a vécu avec courage et dans la dignité. Il n'a jamais eu peur, il est parti en martyr pour son pays", répète-t-elle.

09H32 GMT - "Assassins" - "Avec notre sang et notre âme, on se sacrifie pour le martyr", scandent les manifestants qui accusent le parti islamiste au pouvoir Ennahda d'être derrière l'assassinat de Chokri Belaïd. Ce crime a déclenché des violences entre forces de l'ordre et manifestants. Un policier est mort et un autre est toujours dans le coma après avoir été tabassé dans la nuit par des manifestants à Gafsa.

09H30 GMT - Procession - Quelque 3.000 personnes rassemblées à Djebel Jelloud, un quartier de la banlieue sud de Tunis, avant les funérailles prévues en début d'après-midi, rapportent des journalistes de l'AFP. La foule est réunie devant la maison de la culture du quartier où le cercueil est exposé, couvert de fleurs. Une procession traversera le quartier pour rejoindre le cimetière voisin d'El-Jellaz où l'opposant sera inhumé.

EN DIRECT - Les funérailles de l'opposant assassiné Chokri Belaïd se tiennent sous haute tension dans une Tunisie au ralenti après un appel à la grève générale, la première de cette ampleur depuis deux ans.

Les heurts se sont multipliés dans la capitale et plusieurs autres villes depuis cet assassinat qui laisse craindre une escalade des violences sur fond de crise politique. Une partie de l'opposition accuse le parti islamiste au pouvoir Ennhada d'être responsable de ce crime sans précédent depuis la révolution.

Le Premier ministre islamiste, Hamadi Jebali, a tenté de désarmorcer la crise en appelant à un gouvernement restreint de technocrates mais s'est vu opposer une fin de non-recevoir par son propre parti, Ennahda. tempsreel.nouvelobs

Partager cet article

Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Arts _Culture (Chansons de la Révolution - contest
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : thala solidaire.over-blog.com
  •  thala solidaire.over-blog.com
  • : ThalaSolidaire est dédié à la ville de Thala, ville phare de la Révolution tunisienne. Thala est une petite agglomération du centre-ouest de la Tunisie. Elle est connue pour son histoire antique, ses sources, ses carrières de marbre, devenues une sorte de tragédie écologique et économique, sa résistance et sa misère. Thala solidaire a pour objectif de rassembler toutes les voix INDIGNÉES pour donner à cette terre ainsi qu'à toutes autres terres un droit à la vie et à la dignité…
  • Contact

Recherche

Vidéos

Catégories