Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 novembre 2011 3 30 /11 /novembre /2011 03:16
تعديل مسودتي النظام الداخلي والتنظيم المؤقت للسلط وارد..

const-6001322557859.jpg


أكدت قيادات حزبية في حزبي التكتل والمؤتمر امكانية تعديل مسودتي النظام الداخلي والتنظيم المؤقت للسلط العمومية من قبل اللجنتين المحدثتين للغرض صلب المجلس التأسيسي قبل احالتهما على الجلسة العامة للمجلس.

 

 

وتوقعت مصادر وثيقة الإطلاع امكانية عقد المجلس الوطني التأسيسي لجلسة عامة يوم غد الأربعاء لمناقشة تقريرى اللجنتين قبل المصادقة عليهما، والمرور بعد ذلك إلى انتخاب رئيس الجمهورية (المنصف المرزوقي عن كتلة التآلف الحكومي، مع امكانية ترشح أحمد نحيب الشابي ممثلا عن كتلة المعارضة).

 

فقد أكد محمد بنورعضو المكتب السياسي لحزب التكتل من أجل العمل والحريات وجود امكانية لتعديل وثيقة التنظيم المؤقت للسلط العمومية، وشدد على أن المهم هو أن تكون الروح الوفاقية غالبة على أعمال المجلس وعلى القوانين التي سيتم اصدارها والمصادقة عليها.   وقال:"هو امتحان لجميع الأطراف المشاركة في العملية الديمقراطية".

وحول موقف نواب "التكتل" المشارك في الائتلاف الحكومي مع حزبي المؤتمر وحركة النهضة، في صورة هيمنة إحدى الكتل الحزبية على اعمال المجلس، قال "إن حاول أي طرف فرض راي معين سيكون هو الخاسر الأول..نحن نريد تونس للجميع وسندافع عن هذا المبدأ". قبل أن يضيف :" نزعة الهمينة وفرض الراي الواحد لا يقبلها الراي العام او أي ديمقراطي".

 


الشعب يرفض الهيمنة والاستبداد

 

وذكّر بنّور أن الشعب التونسي أثبت رفضه للهيمنة والاستبداد منذ الاستقلال وناضل من أجل ذلك مناضلون من كل الاتجهات الفكرية والسياسية مثل أحمد التليلي ورسالته لبورقيبة الذي دعا فيها إلى وقف هيمنة الحزب الواحد والفكر الفردي، ورسالة البشير بن أحمد، ورسالة احمد المستيري ضد نزعة الهيمنة والتعاضد الذي فرض فرضا دون قانون..وبعدهم جاء الكثير خلال السبعينات، والثمانينات ودور اتحاد الشغل في تلك الفترة، نهاية بالاسلاميين الذين دفعوا ضريبة باهظة دفاعا عن الحرية ورفضا للاستبداد. 

واردف قائلا :" يجب ان يتذكر كل الفاعلين من داخل المجلس التأسيسي هؤلاء المناضلين الذين دفعوا ثمنا باهظا من أجل تكريس الحق في الحرية وابداء الراي المخالف".

وعن امكانية ذوبان حزب التكتل في التآلف الحكومي شدد الناطق الرسمي باسم التكتل على أن حزبه لن يحيد عن مساره وعن ثوابته، وهو مستقل في ما يتعلق بأعمال المجلس في كل القرارات والنصوص الصادرة عن المجلس التأسيسي، وسيقف نواب التكتل ضد أي استبداد بالرأي مرجعهم التوازن بين السلط وضمان الحريات و"خاصة حرية الإعلام كسلطة رابعة يجب تأكيدها حتى لا يطغى عليها لون واحد."

 


بن جعفر لن يستقيل

 

وعن سؤال حول ما إذا كان مصطفى بن جعفر رئيس المجلس التأسيسي سيستقيل من مهمة الأمانة العامة لحزب التكتل، قال :" سيظل بن جعفر دائما أمينا عاما للتكتل على اعتبار أن فترة رئاسته المجلس التأسيسي قصيرة ولن تتجاوز العام وسيعول على اعضاده في القيادة لضمان سير الحزب".

وأكد بنور أن بن جعفر سيواصل مهامه على راس الحزب دون أن يؤثر ذلك على نشاطه كرئيس المجلس التأسيسي أما في وصورة اعادة انتخابه مرة أخرى على راس المجلس بعد الانتخابات المقبلة سيستقيل حينها من مهامهه كأمين عام. 

وفي ما يتعلق بمنصب رئيس الجمهورية قال إن استقالة رئيس الجمهورية المنتخب عن مهامه الحزبية أمر منطقي لأن الرئيس هو رئيس كل التونسيين جميعا، في حين أن رئيس المجلس التأسيسي مهمته تقريب وجهات النظر والتنسيق بين أعضاء المجلس ويجب أن يكون محايدا في توزيع التدخلات.

 


تعديل منتظر

 

في سياق متصل لم يستبعد طارق العبيدي عضو المجلس التأسيسي وعضو المكتب السياسي للمؤتمر امكانية تعديل بعض بنود مسودة قانون النظام المؤقت للسلط العمومية. خاصة ما يتعلق منها ببعض الفصول الخاصة بصلاحيات رئيس الجمهورية.    

وقال العبيدي في تصريح خص به "الصباح": "أن منصب رئيس الجمهورية يبدو للعيان كأنه منزوع السلطات وكل السلطات بيد رئيس الحكومة، لكن في الواقع فإن المجلس التأسيسي بيده هو فقط السلطة الحقيقية والحكومة تحت رقابة المجلس..

وأوضح أن المجلس التأسيسي سيد نفسه وهو أم السلطات والجهاز الوحيد الذي لديه شرعية، عدا ذلك فإن رئيس الجمهورية ليس منتخبا انتخابا مباشرا من الشعب حتى يطالب بسلطات او صلاحيات واسعة.. وقال: "المهم أن لا يتم الحد من سلطة المجلس التأسيسي، فالحكومة مقيدة والمجلس التأسيسي هو من يراقبها ويصادق على برنامجها، وسيظل المجلس التأسيسي سيد الموقف لا تنازعه في ذلك اية سلطة لا رئيس الجمهورية ولا رئيس الحكومة. "

وأكد العبيدي أن الصلاحيات التي أعطيت لمنصب رئيس الجمهورية في مشروع التنظيم المؤقت للسلط العمومية "لن تقلل من مكانة رئيس الدولة ومن شأنه".

ونفى في السياق ذاته أن يكون النظام السياسي المتبع حاليا نظاما برلمانيا، وقال:"لا يمكن الحديث عن نظام برلماني بل عن  نظام تأسيس السلطة الأصلية فيه للمجلس التأسيسي وحده تنبع منه كل السلط الأخرى".

ولم يستبعد العبيدي أن يتم تكليف عماد الدائمي الذي عين مؤخرا ناطقا رسميا باسم حزب المؤتمر امينا عاما مؤقتا للحزب خلفا للمنصف المرزوقي الذي سيقدم استقالته من مهامه الحزبية مؤقتا لشغل منصب رئيس الجمهورية حسب ما ينص عليه شروط الترشح للمنصب الواردة ضمن وثيقة التنظيم المؤقت للسلط العمومية.

رفيق بن عبد الله


 

 

 

_________________

Vers un coup d’état institutionnel ?

 

L’Assemblée constituante, tant attendue, dont le principe avait été arraché de haute lutte par les manifestants de la Kasbah fin février 2011, s’est finalement réunie pour la première fois le 22 novembre dernier

 

A des élections jugées exceptionnellement démocratiques, transparentes et honnêtes par la plus grande partie des acteurs politiques et des observateurs tunisiens et étrangers ont succédé les premières réunions d’une Assemblée constituante, elles-mêmes qualifiées "d’historiques".


Une séance de l'assemblée constituante le 23 novembre 2011 à Tunis (H. BELAID/AFP)

Une séance de l'assemblée constituante le 23 novembre 2011 à Tunis (H. BELAID/AFP)

 

 

Pour autant, sommes-nous en présence de la transition démocratique parfaite, idéale, rêvée ? Presque (y compris dans l’opposition) n’a voulu voir les multiples anomalies et dépassements qui ont émaillé le processus électoral. Sans doute la mariée était-elle trop belle et personne n’a voulu gâcher la fête.

 

Lors de la première réunion de l’Assemblée constituante, l’apparat, les prestations de serment solennelles des députés et les discours teintés d’émotion ne sont pas parvenus à occulter le malaise profond qui s’est peu à peu emparé d’une part importante de la classe politique, de nombre d’intellectuels et d’une partie non négligeable de la population.

 

Seul, le faible son de la clameur d’une foule hétéroclite qui s’était rassemblée à l’orée des portes demeurées closes du palais du Bardo s’est fait l’écho de ces craintes. Il faut dire que depuis l’annonce des résultats, les islamistes d’Ennahdha n’ont cessé de souffler le chaud et le froid : tantôt rassurants, donnant conférence sur conférence, réunissant les opérateurs économiques d’un grand nombre de secteurs, adressant un discours apaisant aux franges "islamiquement incorrects" de la population (non musulmans, athées, homosexuels, etc.) ; tantôt inquiétants, de par les "dérives" plus ou moins contrôlées de certains de ses leaders emblématiques : mères célibataires et leurs enfants mis au pilori, remise en cause de l’adoption et de l’interdiction de la polygamie,instauration du 6e califat, etc.

 

Mais en réalité, c’est sur un autre terrain que se jouait, à huis-clos, à l’abri des regards indiscrets, une partie autrement plus importante. Durant les trois semaines qui ont précédé la première réunion de l’Assemblée constituante ont eu lieu des négociations tripartites entre les islamistes d’Ennahdha, le CPR et Ettakatol ; négociations à l’enjeu fondamental pour l’avenir de la démocratie et pour celui de la Tunisie.

 

En théorie, il s’agissait essentiellement de mettre au point deux projets de loi, extrêmement importants : le règlement intérieur de l’Assemblée constituante et la loi portant sur l'organisation provisoire des pouvoirs publics (ou petite constitution) ; secondairement d’établir un programme commun et de répartir les postes clés du pouvoir et du gouvernement.

 

Face au bloc (indéfectible ?) que semble constituer Ennahdha et le CPR, Ettakatol, faisant figure de petit poucet, a choisi de partir à l’aventure malgré des promesses électorales, vite oubliées, et de ne pas conclure d’alliance avec Ennahdha.

 

Ce qui a fini par transparaître de ces négociations est proprement affligeant pour ce parti : en échange de l’attribution du poste honorifique de président de l’Assemblée constituante et de quelques portefeuilles ministériels secondaires (et peut-être du ministère des Finances), les négociateurs du FDTL ont absolument tout lâché sur les deux textes fondamentaux qui étaient censés être au centre de leurs préoccupations.

 

L’Assemblée constituante a été transformée dès le premier jour, à l’occasion de l’élection de son président, en simple chambre d’enregistrement des décisions prises à l’avance par les membres de la troïka. Elle a par la suite validé, sans surprise, la création de deux commissions ad hoc, chargées en principe de rédiger les projets de règlement intérieur de l’Assemblée constituante ainsi que la "petite constitution".

 

En réalité, deux projets prêts à l’emploi ont été présentés aux membres des deux commissions dès leur première réunion. A la lecture de ces projets, il apparaît désormais clair que le parti islamiste a décidé, avec l’aval (ou le silence complice) de ses partenaires de la troïka, de passer sans plus attendre à la vitesse supérieure.

 

Un coup d’état institutionnel est-il en préparation ?

 

Si le texte proposé est adopté en l’état, Ennahdha aura la main mise sur tous les rouages de l’Etat et maîtrisera en outre l’ensemble du processus d’élaboration de la constitution. De fait, le projet de loi portant sur l'organisation provisoire des pouvoirs publics prévoit un exécutif monocéphale conférant la quasi-totalité des pouvoirs au gouvernement formé et dirigé par le représentant du parti ayant obtenu le plus grand nombre de sièges (en l’occurrence Ennahdha) ; la fonction de président de la République attribuée au CPR restant quant à elle purement honorifique.

 

L’étendue des prérogatives du gouvernement et de son chef est tout simplement ahurissante, digne de celle d’un calife de l’ère abbasside : pouvoir réglementaire absolu, contrôle total de l’administration, de la force publique, des entreprises publiques, main mise sur les collectivités territoriales, pouvoir de nomination des hauts fonctionnaires et même des cadres de l’armée.

 

A cela, s’ajoute un contrôle censé être "provisoire" sur le pouvoir judiciaire, exercé par le biais d’une autorité temporaire appelée à remplacer le CSM (Conseil Supérieur de la Magistrature). Cette instance sera composée de magistrats dont le mode de désignation, non électif (simplement encadré par l’Assemblée), n’a pas été précisé et semble avoir été laissé à la discrétion du futur ministre de la Justice (portefeuille acquis à Enahdha).

 

Cerise sur le gâteau, ce gouvernement une fois élu à la majorité simple sera de factoindéboulonnable, car il est prévu par le projet de loi qu’une motion de censure à l’encontre du gouvernement ne sera recevable qu’à la majorité des 2/3. Ennahdha qui dispose de près de 42% des sièges sera donc en mesure de bloquer toute motion de censure.

 

Le spectre de l'absolutisme

 

Quant au pouvoir législatif, il est dévolu à l’Assemblée et en partie au Premier ministre (encore lui). Le vote des lois organiques ne requiert qu’une majorité simple des membres de l’Assemblée constituante, celui des lois ordinaires, la majorité des membres présents (avec un quorum du 1/3). Et pour couronner le tout, le projet de loi soumet le vote des articles de la constitution à la majorité simple.

 

De manière symbolique, il est prévu de faire approuver le texte complet du projet de constitution par une majorité qualifiée (2/3) mais seulement en première lecture. Après un mois de "réflexion" l’Assemblée sera en mesure d’adopter définitivement la nouvelle constitution du pays à la majorité simple !

 

A aucun moment, le consensus n’est prôné, nul part il n’est requis de majorité qualifiée. On a peine à croire qu’il s’agit de textes devant régir et encadrer la construction d’un édifice commun, d’un édifice démocratique appelé, par delà les majorités et alliances circonstancielles à s’inscrire dans la durée, à servir de cadre à l’écriture de la nouvelle histoire de ce pays.

 

Dix mois après le départ du despote, le spectre de l’absolutisme refait déjà son apparition. L’avenir de la démocratie en Tunisie se jouera dans les jours qui viennent. Les Tunisiens se doivent de réagir sans plus tarder. Avec ses 89 députés, il ne manque à Ennahdha que 20 voix pour devenir le maître absolu du pays. Or des dizaines de députés, tels les indépendants d’El Aridha Chaabia sont hésitants, sans référence idéologique claire et cherchent à se positionner sur l’échiquier politique.

 

Où sont les démocrates du CPR et d’Ettakatol ? Que font les Moncef Marzouki, Mohamed Abbou, Mustapha Ben Jâafar, Khélil Ezaouia, Khémaïs Ksila et autres militants de la première heure ? Que sont devenues les promesses de ces défenseurs des libertés et de la démocratie ? L’enjeu est crucial, vital, déterminant ! Il n’y aura peut-être plus de retour possible, si ce n’est au prix de nouveaux sacrifices.

http://leplus.nouvelobs.

 

___________________________________________________

Hammadi Jbali ou le nouveau Ben Ali, comme il veut démocratiquement le devenir ! 

 

 

Dans sa dernière édition électronique, le Nouvel Observateur, évoque «un coup d’Etat institutionnel». Ce qui se prépare, depuis le 22 octobre 2011, dans les coulisses de l’Assemblée Constituante et les couloirs des sièges du triumvirat, ressemble à s’y méprendre, à une prise de pouvoir par la force … des lois démocratiques qui ont permis aux trois têtes du triumvirat de s’en emparer. Comme pour le F.I.S (Front Islamique du Salut) en Algérie, Hamadi Jbali d’Ennahdha, Moncef Marzouki du CPR et Mustapha Ben Jaafar d’Ettakattol étaient arrivés aux trois plus hautes fonctions de l’Etat tunisien par le truchement du jeu démocratique. C’est aussi en usant de la même démocratie que personne ne peut réfuter, que les trois partis actuellement au pouvoir en Tunisie prendront tous les pouvoirs et installeront l’autocratie ou la dictature de la majorité, même simple.


Ennahdha fera ce qu’elle voudra, même toute seule, de la nouvelle Constitution.


29-11-2011-19-51-01im.jpgEn effet, à lire le projet de partage des pouvoir, présenté par Ennahdha à la commission d’organisation des pouvoirs publics, la première remarque qui vient à l’esprit renvoie  à une organisation sur mesure. Ce ne sera certes que pour une année, mais avec un gros doute lorsqu’on se rappelle le double langage d’Ennahdha malgré Samir Dilou, le pompier et lorsqu’on entend Ameur Laaridh parler, comme il l’a fait, lundi dernier, à la TV nationale tunisienne, d’une année et demie au moins.


Dès l’article 3 de ce projet, on voit  que la Constituante n’aura aucun pouvoir sur le gouvernement, entre les mains d’Ennahdha. Selon cet article, «la Constituante a pour objet l’élaboration d’une nouvelle Constitution, l’exercice du pouvoir législatif, l’élection du président de la République et sa destitution, le cas échéant». Cette nouvelle assemblée n’a ainsi pas le pouvoir de révoquer le gouvernement, mais uniquement le contrôle de l’action du gouvernement.


A l’article 5, la nouvelle Constitution est votée article par article, en première lecture, par la majorité absolue, puis votée en totalité, en deuxième lecture, par la majorité des deux tiers. Il est ensuite indiqué, qu’en cas d’impossibilité de cette majorité des 2/3, il peut être voté par la majorité absolue. Cela veut dire, selon ceux qui sont contre ce mode, qu’en cas de divergence, le projet de Constitution passera quand même comme le voudra Ennahdha qui dispose à elle seule de cette majorité absolue des membres de la Constituante. Ennahdha fera ainsi ce qu’elle voudra et pourra passer outre tous ceux qui ne seront pas de son avis.


Marzouki, sans aucun pouvoir et Jbali omnipotent !


En face d’un Président de la République «fantoche», tel qu’il est imaginé par Ennahdha dans le projet de l’organisation des pouvoirs publics, et qui n’est qu’une chambre d’enregistrement de la volonté du chef du gouvernement (la Constituante, par exemple, aura même le droit de faire passer tout ce que le chef de l’Etat ne voudrait pas signer, et pour le reste, il devra toujours demander l’accord du Chef du gouvernement). Et si ce président ne convenait plus au gouvernement, Marzouki pourra toujours être démis de ses fonctions par l’Assemblée Constituante. Tout cela, si on ne retient pas, comme le dit actuellement la rue commère, qu’il sera flanqué d’un porte-parole d’un autre parti du triumvirat et probablement d’Ennahdha, pour le maintenir sous contrôle.

 
En face d’un Marzouki, remplaçable à souhait, il y aura un Hamadi Jbali, lieutenant de Rached Ghannouchi et un homme qui sort de 10 ans de réclusion dans un cachot individuel pour la  plus fonction de la direction des affaires de l’Etat. La proposition de  loi organisant les pouvoirs publics se prévoit de lui donner les pouvoirs, tous les pouvoirs les plus absolus. Et au contraire de Marzouki à qui on interdit tout cumul entre sa fonction de président de la République et celle de membre de la Constituante, il y aura un Hamadi Jbali à qui le projet permet, déjà, de transgresser la loi qui a institué même la Constituante, en l’autorisant à cumuler sa fonction rétribuée par l’Etat de premier ministre et sa fonction élective de membre de la Constituante, contrairement aux dispositions de l’article 19 du décret-loi du 10 mai 2011 relatif à l’élection de la Constituante. Ali Laaridh disait bien, lundi soir à la TV que «la Constituante sera souveraine». Ennahdha pourra, ainsi, transgresser la loi et pourquoi pas toutes les lois qu’elle voudra. Porte ouverte donc à tous les dépassements. Un bel exemple de démocratie !


Hamadi Jbali ne sera pas Premier ministre, mais Chef du gouvernement, avec le pouvoir de faire et de défaire les ministères, les secrétariats d’Etat, les cabinets, les entreprises et les institutions publiques et d’en fixer les prérogatives. Un vrai Louis XVI qui disait que «l’Etat, c’est moi ». Il aura aussi le pouvoir de désigner [Ah oui excusez du peu, de proposer à ses propres ministres] les responsables aux hautes fonctions, notamment les PDG [Gageons qu’il va y placer les siens]. Tout comme Zine El Abidine Ben Ali qui l’avait mis en prison, Hammadi Jbali s’octroie, selon cette proposition de loi qui fait certes encore l’objet de discussions et de divergences, tous les pouvoirs sur tous les rouages de l’Etat, nationaux et régionaux, les entreprises et les institutions publiques, y compris celle de la sûreté et l’ordre public.


Mainmise sur les finances publiques ?


Hamadi Jbali se propose même de faire plus et mieux que Ben Ali. Aux pires moments de sa dictature et de ses pouvoirs hégémoniques qui ont conduit l’Etat tunisien à l’état où l’a pris Ennahdha, Ben Ali n’avait pas osé remettre en question l’indépendance de l’institution financière, celle qu’on appelle «le gardien du temple», l’institution des institutions financières, le régulateur et le contrôleur de tout le secteur financier, la Banque Centrale de Tunisie (BCT). Le projet d’organisation des pouvoirs publics se propose, en effet, d’accorder à Hamadi Jbali, le nouveau Ben Ali de la Tunisie de l’après Ben Ali, le pouvoir de nommer le gouverneur de la BCT, faisant du coup du gouverneur de la BCT le préposé  à un département annexe du gouvernement et un agent d’application des volontés financières du gouvernement de Jbali, le dépouillant ainsi de toute indépendance et mettant, du même coup, tout le secteur financier sous la coupe du gouvernement. Une première dans les annales  démocratiques, même du tiers-monde et toujours au nom et par le biais de la démocratie !


Une chose avant de finir. Il s’agit de cette déclaration, lundi soir, à la TV nationale tunisienne d’Ali Laaridh, qui lance déjà l’idée de l’organisation en 2012 d’élections municipales avant même les prochaines élections législatives et présidentielles. Ennahdha avait pris la Tunisie par le haut, elle veut maintenant la prendre par le bas. Le parti islamiste tunisien tenterait-il ainsi de s’implanter dans les régions et les localités, avant d’être obligé de démissionner après la Constitution ?


Que fait l’opposition face à tout cela et à cette proposition de loi, illégale et indécente ? Pour l’instant, rien et l’omerta continue même de la part de ceux d’El Kasbah 1 et 2 etc. Selon des sources concordantes rapportées par notre collègue Businessnews, «les votes pour les articles 5 (vote de la Constitution) et 8 (un article qui confère le droit à la Constituante de donner le pouvoir judiciaire à Jbali) de la loi d’organisation provisoire des pouvoirs ont dévoilé la défaite d’Ennahdha. Mais cela pourrait bien n’être que du cinéma. Les jeux et les enjeux ont été déjà faits dans l’accord signé par le triumvirat et dont personne et surtout le peuple qui a mis son sort et son avenir entre les mains de ces 3 partis, ne sait RIEN. Pourquoi ces partis n’ont pas publié ce document pour que la Tunisie sache à quelle sauce elle va être mangée par Ennahdha et ses comparses ?

Khaled Boumiza 

source : http://www.africanmanager.


 

__________________________________________________________________

Ennahdha vient de perdre cette Bataille, mais pas ''sa guerre''... 

 

 

RÉSULTATS DES VOTES CONCERNANT L'ARTICLE 5 ET 8 DE LA LOI D'ORGANISATION PROVISOIRE DES POUVOIRS

 

Fin des votes  concernant les articles 5 et 8 de la loi  d'organisation provisoire des pouvoirs 

Voici les résultats : 

  • L’article 5 concernant l’organisation provisoire des pouvoirs: 9 ont voté pour tandis que 13 se sont prononcés contre.
  • L’article 8 concernant l’organisation provisoire des pouvoirs: 9 ont voté pour,12  contre et 1 voix a été gardée.

___________________________

 - Le 5ème concerne le texte proposé concernant la majorité nécessaire pour adopter la constitution. 

- Le 8ème concerne les pouvoirs législatifs du premier ministre.

source http://www.mosaiquefm.

 

_______________________________________________________________

 

Les 9 voix qui ont voté pour les deux articles appartiennent bien entendu au parti islamiste Ennahdha. Cette première victoire du front démocratique ne devrait  pas nous faire oublier la fragilité des coalitions au sein de la Constituante ,ni le travail des coulisses que les Islamistes sont en mesure d’organiser pour arriver à leur objectif implicite : gouverner sans partage et sans aucune contrainte constitutionnelle ou autre…

NBM


________________________________________________________________

Premiers désaccords au sein de la Constituante

constituante.jpg?w=300&h=150La Commission en charge de l’organisation provisoire des pouvoirs publics, issue de l’Assemblée Nationale Constituante a connu ses premiers désaccords de point de vue aujourd’hui. Ces derniers portent plus précisément sur les prérogatives de différents détenteurs de pouvoirs (Président de la République, Gouvernement et Assemblée Constituante), la modalité de vote pour adopter la constitution et le cumul des mandats de ministre et d’élu de l’ANC.

Ce désaccord s’est matérialisé par des votes qui ont opposé par deux fois les 9 membres d’Ennahdha à l’ensemble des autres membres des commissions, soit respectivement 9 voix contre 13 concernant l’article 5 de l’organisation provisoire des pouvoirs publics (modalité de vote pour l’adoption de la constitution) et 9 contre 12 concernant l’article 8 de l’organisation provisoire des pouvoirs publics (pouvoirs législatifs du Premier ministre du gouvernement).

Cela signifie qu’un accord a été trouvé sur le reste des points, soit la modalité de candidature à la Présidence de la République, l’élection du Président, la délégation de pouvoirs en cas d’empêchement, les modalités d’élection d’un nouveau Président en cas d’empêchement absolu ainsi que la question du siège de la Présidence de la République et les modalités de la motion de censure. Soit un consensus sur la plupart des questions. Il faut d’ailleurs noter à ce propos que selon le président de la commission sur le règlement intérieur qui n’a connu aucun accroc, l’adoption global a été unanime.

Lire la suite

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : thala solidaire.over-blog.com
  • : ThalaSolidaire est dédié à la ville de Thala, ville phare de la Révolution tunisienne. Thala est une petite agglomération du centre-ouest de la Tunisie. Elle est connue pour son histoire antique, ses sources, ses carrières de marbre, devenues une sorte de tragédie écologique et économique, sa résistance et sa misère. Thala solidaire a pour objectif de rassembler toutes les voix INDIGNÉES pour donner à cette terre ainsi qu'à toutes autres terres un droit à la vie et à la dignité…
  • Contact

Recherche

Vidéos

Catégories