Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 novembre 2012 6 17 /11 /novembre /2012 05:29

Le  ministre de la justice : on attend les conclusions de l'enquête !

Le comité de défense des prisonniers dans l’affaire de l’ambassade américaine et leurs avocats jettent la balle dans le camp du ministre de la justice 

 

 

 

_______________________________________________________________________________________________________

Ouverture d'une enquête après le décès d'un gréviste de la faim

Le ministre de la Justice tunisien Nourredine Bhiri se défend de toute négligence.
Le ministre de la Justice tunisien Nourredine Bhiri se défend de toute négligence. AFP PHOTO / FETHI BELAID

Au lendemain de la mort d'un jeune gréviste de la faim, le ministre de la Justice et les avocats de la victime ont donné leurs versions des faits ce vendredi. Bechir Gholli avait été placé en détention provisoire le 20 septembre, à la suite de l'attaque de l'ambassade américaine. Il s'était arrêté de manger pendant 56 jours pour clamer son innocence, et est finalement décédé jeudi 15 novembre. Un de ses co-détenus, libéré, lui, mecredi, se trouve toujours dans un état critique.

 Les avocats de Bechir Gholli dénoncent une négligence, une prise en charge médicale trop tardive. Le jeune homme a pourtant été hospitalisé quatre fois, assure le ministère de la Justice. Insuffisant, répond la défense pour qui il aurait dû être soigné pendant plusieurs semaines d'affilée, au lieu de retourner en prison.

 La défense pointe du doigt le gouvernement. Mais le ministre de la Justice, Noureddine Bhiri assure avoir tenté de le sauver. « Toutes les mesures possibles ont été prises pour suivre de près sa santé, que ce soit dans la prison ou les hôpitaux publics, affirme le ministre. Sa famille, ses avocats, l'administration et le juge ont essayé de le convaincre d'arrêter sa grève de la faim, mais il a continué, je le regrette ».

 Une enquête a été ouverte sur les conditions de ce décès. Un autre gréviste de la faim, toujours hospitalisé, serait entre la vie et la mort. Il avait, lui, été libéré mercredi. Le ministre de la Justice affirme que son état de santé s'est dégradé après sa remise en liberté. rfi.fr

 

___________________________________________________________________Décès d'un détenu suspecté d'avoir participé à l'attaque de l'ambassade américaine

Un manifestant lors de la manifestation contre l'ambassade américaine à Tunis, le 14 septembre.Un manifestant lors de la manifestation contre l'ambassade américaine à Tunis, le 14 septembre. © AFP

 

 

Placé en détention provisoire dans le cadre de l'enquête sur l'attaque, le 14 septembre, de l'ambassade des États-Unis à Tunis, un jeune Tunisien est mort jeudi 15 novembre après deux mois de grève de la faim. Il protestait contre la violence policière et ses conditions de détention.

 

Bechir Gholli refusait de s'alimenter depuis 57 jours. Jeudi, ce jeune Tunisien de 23 ans, placé en détention provisoire dans le cadre de l'enquête sur l'attaque contre l'ambassade américaine à Tunis en septembre, est mort après deux mois de grève de la faim.

« Bechir Gholli, en grève de la faim depuis 57 jours, avait été transféré (de sa cellule) à l'hôpital le 13 novembre et il est mort aujourd'hui (jeudi) d'un arrêt cardiaque », a déclaré son avocat Abdelbasset Ben Mbarek.

 

Ce décès intervient à la vieille de la grande prière hebdomadaire du vendredi, jour que les islamistes ont par le passé choisi pour des manifestations qui parfois dégénèrent en violences.

 

Bechir Gholli était le père d'un enfant de six mois, a précisé l'avocat. Il était soupçonné d'avoir participé à l'attaque contre l'ambassade américaine à Tunis le 14 septembre. Selon les autorités, cet assaut - qui a fait quatre morts parmi les assaillants - avait été orchestré par la mouvance salafiste jihadiste. « Il était innocent, il a fait la grève de la faim pour se défendre », a déclaré l'avocat, assurant que son client n'était pas un salafiste.

 

Attaque contre l'ambassade


Une quarantaine de proches du défunt étaient réunis vers 21h30 devant l'hôpital Charles Nicolle de Tunis pour réclamer le corps, a indiqué l'avocat. D'après lui, un second suspect en grève de la faim, Mohamed Bakhti, 28 ans, est « dans un état critique ».

Le ministère de la Justice n'a pas souhaité commenter cette information. Une source judiciaire a néanmoins indiqué à l'AFP que deux suspects, arrêtés pour leur rôle dans l'attaque contre l'ambassade américaine, étaient hospitalisés jeudi matin dans un état critique.

 

Gholli et Mbarek avaient débuté leur grève de la faim le 26 septembre, après avoir « été frappés par la police » lors de leur arrestation. Ils dénonçaient aussi leur placement avec neuf autres détenus « dans une cellule de 1,5 mètre sur deux » à la suite d'une bagarre avec des prisonniers de droit commun. L'avocat avait alors brocardé « des conditions de détention inhumaines » et estimé qu'il n'y avait « pas de preuve de leur implication » dans les violences.

 

Des centaines de militants tunisiens, salafistes pour la plupart, avaient attaqué l'ambassade américaine à Tunis le 14 septembre. Ils l'avaient partiellement incendiée, protestant contre la diffusion sur internet d'un film islamophobe produit aux États-Unis. Plus d'une centaine de personnes ont été arrêtées dans le cadre de l'enquête. De son côté, la mouvance salafiste jihadiste a dénoncé une répression injustifiée à son encontre.

 

Abou Iyadh toujours en fuite


Les flambées de violences salafistes interviennent régulièrement en Tunisie depuis la révolution de janvier 2011. Fin octobre, deux militants de cette mouvance sunnite rigoriste sont morts dans la banlieue de Tunis lors d'attaques contre deux postes de la garde nationale.

 

Mohamed Bakhti est connu comme appartenant à un mouvement jihadiste tunisien proche d'Abou Iyadh, l'organisateur présumé de l'attaque contre l'ambassade des États-Unis qui échappe toujours à la police.

 

M. Bakhti avait été condamné en 2007 à douze ans de prison après des affrontements sanglants entre l'armée et des islamistes à Soliman, près de Tunis, sous le régime de l'ex-président Zine El Abidine Ben Ali. Il a bénéficié de l'amnistie décrétée après la révolution de 2011. Abou Iyadh, libéré lui aussi à la faveur de cette amnistie, est pour sa part considéré comme l'un des dirigeants du groupe de Tunisiens accusés d'avoir organisé l'attentat ayant tué le commandant Massoud le 9 septembre 2001 en Afghanistan. L'attaque suicide avait été commis par deux Tunisiens s'étant fait passer pour des journalistes. Jeuneafrique.

Partager cet article

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Tunsie _ Justice_Sécurité
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : thala solidaire.over-blog.com
  •  thala solidaire.over-blog.com
  • : ThalaSolidaire est dédié à la ville de Thala, ville phare de la Révolution tunisienne. Thala est une petite agglomération du centre-ouest de la Tunisie. Elle est connue pour son histoire antique, ses sources, ses carrières de marbre, devenues une sorte de tragédie écologique et économique, sa résistance et sa misère. Thala solidaire a pour objectif de rassembler toutes les voix INDIGNÉES pour donner à cette terre ainsi qu'à toutes autres terres un droit à la vie et à la dignité…
  • Contact

Recherche

Vidéos

Catégories