Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 septembre 2012 7 16 /09 /septembre /2012 03:58

Souffrance et désespoir ...

_________________________________________________________________________________

 
____________________________________________________________________________________________________________

 

Naufrage en Méditerranée : les familles dénoncent l'inertie de la Tunisie et de l'Europe

Les associations réclament une commission d'enquête sur le naufrage de Lampedusa, où une cinquantaine de migrants tunisiens ont disparu.

Image transmise par les gardes-côtes italiens les montrant en train de secourir des immigrants au large de Lampedusa, le 18 août.

Image transmise par les gardes-côtes italiens les montrant en train de secourir des immigrants au large de Lampedusa, le 18 août. © AP/Sipa

"Il faut cesser ce massacre !" Amor ne mâche pas ses mots. Place du 14-Janvier, à Tunis, jeudi 13 septembre, il proteste avec plusieurs autres familles pour demander des réponses sur les disparitions des harragas, ces émigrés qui embarquent sur des bateaux de fortune pour gagner irrégulièrement l'Europe. L'an dernier, son fils de 17 ans est parti. Il n'a jamais rejoint l'Italie. "Je n'étais pas d'accord. Je connais la France, je sais qu'il n'y a rien là-bas. Notre situation sociale n'est pas enviable, mais elle n'est pas médiocre non plus. Celui qui organisait l'opération a menti à ces jeunes. Il faut que cela s'arrête", lance ce père désormais président de l'Association des familles victimes de l'émigration clandestine.

 

La marche, organisée par le Forum des droits économiques et sociaux, devait se diriger vers la place des Droits de l'homme, située avenue Mohamed-V. Mais les familles, les portraits de leurs enfants entre les mains, en ont décidé autrement. Direction avenue Habib-Bourguiba. Puis l'ambassade d'Italie. Cris, pleurs, la police essaie de les dissuader. Rien à faire. Un cordon de sécurité se met en place.

Zones d'ombre

"Ces parents ont raison ! lance un jeune aux abords de la marche. Il a fallu que des jeunes brûlent des pneus pour que le gouvernement publie la liste des noms des rescapés (du naufrage de la nuit du 6 au 7 septembre, NDLR). S'ils font plus de bruit, peut-être que le gouvernement bougera." Le 10 septembre, dans la ville d'El Fahs, située à une soixantaine de kilomètres de Tunis, des échauffourées ont éclaté. Le commissariat mais aussi le poste de la garde nationale ont été incendiés, selon l'agence de presse tunisienne.

 

Le silence du gouvernement tunisien face au naufrage, qui a fait des dizaines de disparus, commençait à devenir pesant et les familles demandaient des explications. Une liste des 56 rescapés a été rendue publique le lendemain par le ministère des Affaires étrangères. Liste pourtant datée du 7 septembre. Le secrétaire d'État aux Migrations, Houcine Jaziri, et le ministre tunisien des Affaires étrangères, Rafik Abdessalem, se sont rendus sur place. 

 

Plus d'une centaine de Tunisiens seraient partis le 6 septembre depuis Sfax pour parcourir les 225 kilomètres qui séparent la seconde ville du pays de l'île italienne Lampedusa. "On ne sait pas combien ils étaient sur le bateau. Les témoignages ne concordent pas. Certains évoquent 120 personnes, d'autres 136. Les noms non plus ne correspondent pas. On n'est même pas sûrs qu'il n'y avait qu'un bateau", explique Karima Souid, députée et assesseur auprès du président de l'Assemblée constituante. 

 

Elle est l'une des cinq membres de la délégation mise en place, le 12 septembre, par l'Assemblée nationale constituante tunisienne chargée de suivre le dossier de ce naufrage. "Ce problème n'est pas nouveau, mais, là, il s'agit du drame de trop. C'est un drame national et la responsabilité est collective. Ce n'est pas la faute du gouvernement", estime la députée, qui regrette notamment que les Tunisiens arrivés la semaine dernière sur les côtes italiennes aient donné "de fausses identités" de peur d'être renvoyés en Tunisie. "Du coup, les noms ne correspondent pas aux fichiers."

Lourd dispositif de surveillance

Les associations demandent la mise en place d'une commission d'enquête civile pour faire la lumière sur ce naufrage, mais aussi sur les disparitions des Tunisiens depuis plus d'un an et demi. Pour la députée, "il n'y a pas lieu de créer une commission d'enquête puisque c'est sur le sol italien". Elle concède que les autorités tunisiennes et italiennes doivent travailler de concert, mais explique que c'est le cas. De fait, en octobre, la Tunisie et l'Italie devraient se rencontrer afin d'établir un projet bilatéral visant à renforcer la sécurité côtière.

 

Un projet que dénonce le réseau Boat4People, qui milite pour une approche moins policière de la migration. Après avoir réussi à récupérer les coordonnées du naufrage, les activistes de Boat4People ont constaté que l'embarcation était couverte par un réseau GSM (téléphone portable) et des radars italiens. Elle était également dans la zone de recherche et de secours italienne, celle de contrôle des carabiniers et celle des gardes des finances, mais aussi dans une zone bénéficiant de l'appui aérien de Frontex, l'agence européenne pour la gestion de la coopération opérationnelle aux frontières extérieures. "Cela fait six dispositifs qui permettent de repérer un bateau qui coule. Si les pays européens avaient la volonté de secourir les migrants, ils pourraient être plus efficaces", dénonce Nicanor Haon, coordinateur de projet au sein du réseau, qui évoque "une politique du rejet des émigrés, surtout depuis la révolution (tunisienne, NDLR)". lepoint

___________________________________________________________________________________________________

Lampedusa : Arrestation du capitaine de l’embarcation et de son adjoint

 

Le chef de la police du département d'Agrigente en Italie, a annoncé, vendredi 14 septembre 2012, l'arrestation de deux émigrés parmi les rescapés tunisiens du naufrage de l'embarcation clandestine survenu la semaine dernière au large de l'île de Lampedusa. Ces arrestations interviennent suite à l'enquête des autorités sécuritaires italiennes et aux déclarations de six rescapés désignant les deux individus comme étant le capitaine de l'embarcation et son adjoint.
 

Un responsable de la ville de Lampedusa a fait savoir, lors d'une séance de travail avec le ministre des Affaires étrangères, Rafik Abdessalem, que 40 parmi les rescapés ont été retrouvés sur l'île rocheuse de Lampione, tandis que les autres ont été secourus au large.
« Les premiers appels de détresse ont été émis par un homme et une femme parlant parfaitement la langue italienne et dont les informations sur le nombre des passagers étaient contradictoires », a-t-il ajouté, précisant que le corps de cette femme, Ines Ben Ahmed Khériss, née le 5 janvier 1981, a été récupéré en mer.

Les responsables italiens ont, également, fait part de leur détermination à poursuivre les recherches des personnes portées disparues.

 
Le ministre des Affaires étrangères s'est rendu au centre d'hébergement des émigrés de Lampedusa où il s'est informé auprès des rescapés des circonstances de la catastrophe et des conditions d'accueil au sein du centre.
Rafik Abdessalem avait auparavant souligné que ces vagues d'émigration clandestines ne doivent pas entraver les relations amicales, bien établies, entre les deux pays.

 
Le centre d'hébergement de Lampedusa compte 82 émigrés clandestins de nationalité tunisienne dont les 54 rescapés du dernier naufrage. Les autres sont arrivés sur l'île le 8 et le 9 septembre courant. businessnews

Partager cet article

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Tunisie : Économie_ Environnement_(Lampedusa)
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : thala solidaire.over-blog.com
  •  thala solidaire.over-blog.com
  • : ThalaSolidaire est dédié à la ville de Thala, ville phare de la Révolution tunisienne. Thala est une petite agglomération du centre-ouest de la Tunisie. Elle est connue pour son histoire antique, ses sources, ses carrières de marbre, devenues une sorte de tragédie écologique et économique, sa résistance et sa misère. Thala solidaire a pour objectif de rassembler toutes les voix INDIGNÉES pour donner à cette terre ainsi qu'à toutes autres terres un droit à la vie et à la dignité…
  • Contact

Recherche

Vidéos

Catégories