Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 octobre 2012 4 04 /10 /octobre /2012 05:43

Le groupe féministe ukrainien FEMEN : en soutien à la jeune fille violée par deux policiers et accusée par la justice

 

_______________________________________________________________________________________

Des Ukrainiennes manifestent seins nus à Paris en soutien à la Tunisienne violée par des policiers

 

Des Ukrainiennes ont manifesté les seins nus, mercredi matin, au Musée du Louvre (Paris), en guise de soutien à la Tunisienne violée par des policiers et qui se trouve sur le banc des accusés. 

 

Elles appartiennent au groupe féministe ukrainien Femen. Elles ont manifesté à leur manière pour dire non au viol. Sur leur poitrine, elles ont toutes écrit «Rape is crime» (le viol est un crime).

 

Depuis que l’avocate Radhia Nasraoui a révélé ce scandale sur le plateau d’une chaine de télévision, l’affaire a pris de l’ampleur et tout le monde s’est dépêché pour dénoncer ce crime odieux.

 

L’affaire de Meryem (pseudonyme donné à la jeune Tunisienne violée et qui risque 6 mois de prison ferme pour… «atteinte à la pudeur») est devenue une affaire d’opinion publique. Tous les médias du monde en ont parlé. Les défenseurs des droits de l’homme sont de plus en plus mobilisés contre les autorités tunisiennes qui au lieu de défendre la victime, cherchent à lui coller, à elle et son fiancé, une accusation.

UKRAINE3

Le 2 octobre, sur les simples déclarations des violeurs (qui ont raconté qu’elle était dans une position immorale avec un garçon), Meryem a été accusée par le procureur de la république pour atteinte à la pudeur.

 

La société civile, qui a manifesté mardi devant le tribunal de première instance de Tunis, est très remontée contre le ministère de l’Intérieur et celui de la Justicekapitalisl

 

 

_______________________________________________________

Une justice qui fait honte au pays !

Une femme violée par des policiers est... accusée par le tribunal d'atteinte à la pudeur. Cette procédure suscite une vague d'indignation dans le pays.

 

Dessin de Sampaio, Portugal.

C'est un sentiment de révolte et de rage qui s'empare de nous quand on s'aperçoit que la justice tunisienne devient complice de criminels coupables de viol. Il est clair que cette basse manœuvre vise à mettre cette victime sous pression pour l'inciter à retirer sa plainte contre les flics suspectés d'avoir perpétré ce viol.

 

Au-delà du caractère indécent et injuste d'une telle convocation, il est utile de s'interroger sur les conséquences d'un tel événement.

 

Le dégoût suscité par autant de manque de respect à la victime d'un viol ne peut qu'approfondir la crise de confiance ressentie par le citoyen tunisien vis-à-vis d'institutions supposées protéger son intégrité morale et physique. Que dire quand ces institutions sont celles qui violent cette intégrité, au propre comme au figuré ?

 

La police a encore un très long chemin à faire pour gagner la confiance des Tunisiens. Encore faut-il qu'elle en ait la volonté. Tantôt instrument de répression et de torture, tantôt une réelle menace pour la paix sociale, la police tunisienne ne réussit qu'à rompre le contrat qu'elle a avec la société.

 

Cette affaire de viol est l'apogée de l'indécence et de la bassesse morale d'une police en crise. Pourrons-nous, un jour, avoir une police professionnelle, intransigeante et neutre de toute coloration politique ? Ce n'est pas en écoutant les déclarations de Khaled Tarrouche, chargé de la communication auprès du ministère de l'Intérieur, qui justifie maladroitement ce viol, que l'on pourrait répondre par l'affirmative.

 

La déception a été grande en découvrant que ladite justice a préféré convoquer la jeune fille pour atteinte aux bonnes mœurs. La justice tunisienne est tout bonnement complice de criminels coupables de viol. Au diable la présomption d'innocence, car ces policiers sont coupables de rompre la confiance placée en eux et avec eux les magistrats responsables d'une telle convocation.

 

Aujourd'hui, des pères demandent à leurs filles de ne pas s'arrêter en route si elles sont accostées par des flics. On regarde les policiers, non plus comme des citoyens à part entière mais comme une potentielle menace. La justice tunisienne est à mettre dans le même sac, plus aucune confiance n'est possible.

 

Une femme se fait violer en Tunisie par des policiers, et c'est elle qui comparait devant la justice. C'est une honte pour un pays qui a consacré les droits de la femme depuis plus de cinquante ans, c'est une honte supplémentaire que ce genre de chose arrive dans un pays postrévolutionnaire qui espère donner l'exemple.

Aujourd'hui, beaucoup de Tunisiens ont honte à cause de cette nouvelle. courrierinternational

Partager cet article

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Femmes et révolution
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : thala solidaire.over-blog.com
  •  thala solidaire.over-blog.com
  • : ThalaSolidaire est dédié à la ville de Thala, ville phare de la Révolution tunisienne. Thala est une petite agglomération du centre-ouest de la Tunisie. Elle est connue pour son histoire antique, ses sources, ses carrières de marbre, devenues une sorte de tragédie écologique et économique, sa résistance et sa misère. Thala solidaire a pour objectif de rassembler toutes les voix INDIGNÉES pour donner à cette terre ainsi qu'à toutes autres terres un droit à la vie et à la dignité…
  • Contact

Recherche

Vidéos

Catégories