Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 janvier 2013 7 27 /01 /janvier /2013 16:36

Le Projet de loi d'exclusion est une honte pour la Tunsie

Lors d’un meeting populaire organisé au palais des congrès aujourd'hui 27 janvier 2013, Béji Caid Essebsi est revenu sur la situation actuelle du pays.

Béji Caid Essebsi président de Nidaa Tounes a évoqué le sujet sensible de l'union nationale et la situation actuelle de la société tunisienne vivant une division entre les différents partis.

À propos de la loi d’exclusion des ex-responsables RCDistes et responsables aux plus hautes fonctions de l’État dans l'objectif de "protéger" la révolution, Béji Caïd Essbsi affirme que ce sera une honte à l'échelle internationale. http://dixitwoma

____________________________________________________________

 

 

________________________________________________

La feinte de Hamadi Jebali

Sans réelle surprise, le chef du gouvernement  Hamadi Jebali, a déclaré lors de la conférence de presse tenue ce samedi 26 janvier, à Dar Dhiafa, Carthage, que les partis de la Troïka n’ont pu se mettre d’accord sur le tant attendu remaniement  ministériel. Cependant, l’intervention de M. Jebali ne sera pas exempte de coups de théâtre. Et il ne s’agit pas ici d’évoquer l’autorisation faite aux journalistes de poser des questions.

Hamadi Jebali se propose de présenter lui-même la nouvelle liste des membres du gouvernement à l’Assemblée Nationale Constituante. Ce qui lui permet de se dégager à la fois des contraintes partisanes, celles imposées par son propre parti, Ennahdha, et de dribbler les conditions de ses partenaires de la Troïka qui se font tardivement plus exigeants. Dans un contexte où l’opposition a opposé une fin de  non-recevoir aux tentatives de séduction ministérielle.

En somme, à ce niveau, le chef du gouvernement aura pris tout ce beau monde de court. Mais, ce faisant, il apparait plus que jamais que l’unanimité ne règne pas du côté d’Ennahdha. En clair, Jebali n’aurait pas recouru à ce stratagème s’il avait l’appui du président de son parti, à savoir Rached Ghannouchi, qui a continué d’afficher publiquement, et contre vents et marées, son soutien au ministre des Affaires Etrangères…

Or en l’occurrence, c’est une autre démarche qu’a manifestement adoptée le chef du gouvernement, puisqu’il a tenté de répondre un tant soit peu favorablement aux exigences de ses partenaires, malgré la rigidité d’Ennahdha. Sauf qu’en tout état de cause, les Tunisiens n’attendent plus grand-chose d’un gouvernement dont les approximations ont largement contribué à sa disqualification. Au final, Jebali, (comme tous ses concitoyens), paye aujourd’hui le prix de ces errements. mag14

 

___________________________________________________

 

Hamadi Jebali annonce la fin de la troïka

 

En déclarant que «faute de consensus entre les partis, je vais présenter une équipe remaniée à l’Assemblée», le chef du gouvernement tunisien, Hamadi Jebali, a scellé le sort de la troïka gouvernante.


Comme attendu, les dernières tractations n’ont pas abouti à un compromis au sein de la troïka autour du remaniement ministériel. Les surenchères des partis politiques la composant ont empêché la troïka gouvernante de parvenir à un consensus autour du remaniement ministériel, dont les tractations ont commencé depuis plus de sept mois. Hamadi Jebali n’a finalement fait hier que constater l’échec de la troïka, aussi bien dans la réalisation des objectifs de la révolution durant plus d’une année de gouvernance, que dans le traçage de perspectives communes pour l’avenir proche.

Faute de consensus sur une équipe gouvernementale au sein de la troïka, M. Jebali va faire son propre choix et proposer un gouvernement remanié à l’Assemblée nationale constituante. «Je vais assumer mes responsabilités dans la décision. La situation ne peut attendre», a-t-il affirmé. Il reste alors à voir si les noms choisis auront la confiance de l’assemblée. M Jebali déclare donc qu’il va faire cavalier seul devant l’Assemblée. Il n’a certes pas annoncé explicitement la fin de la troïka. Mais le contenu de son discours et de ses décisions allait dans ce sens.

La presse n’a pas omis de poser à M. Jebali cette question sur l’avenir de la troïka. Toutefois, le chef du gouvernement prudent n’a pas vraiment répondu. Il a plutôt expliqué «le besoin de s’entendre sur un programme et des mécanismes pour l’appliquer». «Le gouvernement actuel ne dispose donc pas dudit programme et desdits mécanismes», observe le porte-parole du parti Massar, Samir Taïeb.

Pour cet universitaire, membre de l’Assemblée nationale constituante, il s’agit en effet de la déclaration d’enterrement de la troïka. «Comment peut-on comprendre autrement les choses, alors que Hamadi Jebali va proposer une équipe gouvernementale qui n’a pas l’aval de la coalition actuelle ?», s’est-il interrogé.

Hamadi Jebali a certes garni son discours de propos prometteurs concernant le besoin de tenir des élections dans les six mois à venir. Il a également assuré «le peuple» de sa disposition à former les instances indépendantes des élections, des médias et de la magistrature. «Mais comme il ne cesse de répéter ces promesses depuis son premier discours devant l’ANC, il y a plus d’une année, il n’y a pas de raison pour le croire aujourd’hui ses dires», ajoute Samir Taïeb. M. Jebali a conclu son discours en indiquant que «le programme du prochain gouvernement doit s’intéresser au développement, la sécurité, l’emploi, la hausse des prix, ainsi que la tenue rapide des prochaines élections». «Ces propos me rappellent son discours d’investiture. Le gouvernement n’a finalement rien fait dans ces domaines qui constituent les axes de son programme», conclut Samir Taïeb. elwatan

_____________________________________________________________________

 

Partager cet article

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Tunisie : Partis politiques_ Programmes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : thala solidaire.over-blog.com
  •  thala solidaire.over-blog.com
  • : ThalaSolidaire est dédié à la ville de Thala, ville phare de la Révolution tunisienne. Thala est une petite agglomération du centre-ouest de la Tunisie. Elle est connue pour son histoire antique, ses sources, ses carrières de marbre, devenues une sorte de tragédie écologique et économique, sa résistance et sa misère. Thala solidaire a pour objectif de rassembler toutes les voix INDIGNÉES pour donner à cette terre ainsi qu'à toutes autres terres un droit à la vie et à la dignité…
  • Contact

Recherche

Vidéos

Catégories