Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juin 2012 7 03 /06 /juin /2012 04:00

Affrontements entre habitants et salafistes à Dahmani 

 

Des affrontements ont eu lieu, dans l’après-midi du vendredi, 1er Juin, dans la ville de Dahmani (Gouvernorat du Kef), entre des habitants de la ville et des groupes salafistes qui ont tenté de remplacer par la force un imam en exercice dans la mosquée de la ville par un membre de leur courant.

Des témoins oculaires ont indiqué au correspondant de l'agence TAP au Kef, que les citoyens de la ville ont utilisé des bâtons et des gourdins, pour faire face à ces groupes dont certains sont venus des villes voisines de Jendouba et de Rouhia.

Des membres de ces groupes brandissaient des sabres et des armes blanches, selon les témoins. Les affrontements ont fait des blessés dans les rangs des salafistes et causé des dégâts à leurs voitures.

Une source sécuritaire du Kef a expliqué que « les citoyens ont empêché des groupes salafistes d'entrer dans la mosquée de la ville et d'installer un nouvel imam, ce qui a conduit aux affrontements qui ont fait des blessés parmi les salafistes et causé des dégâts à leurs véhicules ».

Selon la même source, des renforts sécuritaires ont été dépêchés dans la ville de Dahmani. businessnews

 

_________________________________________________________________________

Un homme blessé dans des affrontements entre salafistes et des habitants à Douar Hicher

 

Selon les sources de TunisieNumérique, des affrontements ont éclaté, jeudi 31 mai 2012 entre des habitants de cité Khaled Ibn Walid dans la délégation de Douar Hicher dans le gouvernorat de Manouba. Lors des disputes, un homme a été blessé au visage.

L’origine de cet incident, selon les mêmes sources serait une altercation verbale entre une fille de la région et un marchand salafiste. Le marchand avait reproché à la fille le fait de blasphémer en parlant à son petit ami au téléphone, en plein public.

La fille a négligé la remarque du salafiste qui a agressé physiquement la fille.

15 amis et voisins de la famille de la victime se sont chargés de « punir » le marchand. Des salafistes  venus en renfort pour le soutenir ont déclenché des accrochages avec les « agresseurs ». Le marchand, armé d’un couteau, a réussi à atteindre l’un des voisins de la fille au visage.  tunisienumerique


________________________________________________________________________________

Le ministre islamiste de la ``Justice`` poursuit sa langue de bois en refusant tout simplement de reconnaître l’inquiétude des tunisien notamment en ce qui concerne la violence salafiste.


 

 _______________________________________________________________________________

Chronique d’un 2 juin sous haute tension


Observant leur marche du 2 juin étouffée dans l’œuf, les organisateurs ont tenu une conférence de presse interrompue au bout de 30 minutes quand certains ont tenté de manifester. Reportage.

«Nous avons une Assemblée nationale constituante (Anc) dont les membres des blocs de l’opposition sont aussi indignés que nous contre la dégradation de la situation et les attaques perpétrés par des groupes salafistes contre les citoyens et les journalistes», lance Fatma Ghorbal Ben Lassoued, secrétaire générale de «Femmes et dignité» lors d’une conférence de presse tenue samedi matin, à partir de 11h15, à la salle de cinéma Le Mondial, au centre-ville de Tunis.

«Pourquoi ne demandent-ils pas une audience au ministre de l’Intérieur? Pourquoi ne bougent-ils pas pour retirer la confiance à ce gouvernement qui ne nous protège pas?», a-t-elle ajouté en la présence d’Emna Menif, présidente de l’association Kolna Tounes et Dalila Msaddek, coordinatrice générale du Manifeste du 20 Mars.

Certaines figures politiques de l’opposition à l’instar de Maya Jribi et Issam Chebbi du Parti Républicain y étaient aussi.

Conférence avortée

Baptisé «Mouvement du 2 juin», cette coalition associative, fraîchement née, a rassemblé plusieurs autres militants de la société civile réunis autour du slogan «Stop! Kafa!». Ils se sont succédé à la parole durant la conférence. C’est notamment le cas d’Aymen Rezgui, rédacteur en chef de la chaîne Tv El Hiwar Ettounsi et membre du bureau exécutif du Syndicat national des journalistes tunisiens (Snjt). Le jeune journaliste a rappelé les attaques perpétrées, quotidiennement, contre les équipes de cette chaîne tv dans les différentes régions du pays depuis plus de deux semaines sans oublier le saccage de ses locaux à la Manouba durant la nuit du samedi 26 au dimanche 27 mai.

«Nous venons d’apprendre que la police vient tout juste d’agresser quelques citoyens qui se sont rassemblés à l’Avenue Bourguiba, devant la cathédrale», a annoncé Mme Ghorbal Ben Lassoued vers 11h45. Aussitôt, un homme a appelé la foule présente dans la salle à gagner la rue. «Qu’est que nous continuons à faire ici? Il faut sortir toute de suite», a-t-il clamé. Certains se sont précipités à quitter la salle alors que d’autres ont préféré y rester par adhésion à la demande des organisateurs. La division et l’anarchie y règnent.

Interdiction bravée

Vers midi, dès qu’on quitte la rue Ibn Khaldoun et arrive à l’Avenue Bourguiba, les cris des manifestants clamant «Ni peur, ni terreur. Le pouvoir est au peuple!» au niveau de la statue d’Ibn Khaldoun commencent à se faire entendre. Faisant un barrage à environ cinq mètres des manifestants, les forces de l’ordre se servent d’un mégaphone, vers 12h15, pour lancer «un premier avertissement, avant de faire recours à la force pour disperser le rassemblement». Un homme dont en chemise déchirée est déchaîné.

C’est que de légères altercations ont déjà eu lieu entre quelques éléments qui se sont introduits dans la foule et les agents de la sécurité publique. «Les journalistes sont priés de se mettre derrière la police. Je le répète…DERRIERE LA POLICE», appelle un policier haut gradé. Les manifestants continuent à revendiquer «le droit de manifester». Face au barrage des forces de l’ordre, ils chantonnent l’hymne national tunisien.

Les policiers se mettent en ordre. Ensuite, passage à l’offensive. Les manifestants sont dispersés. Mais ils se rassemblent en petites foules sur les trottoirs de l’Avenue Bourguiba. La police continue à les pourchasser. La majorité des protestataires se réunissent devant le deuxième barrage policier au niveau du Café l’Univers. Obstruction. «Liberté, liberté», clament les manifestants dont certains sont distraits par des individus plus ou moins violents immiscés dans la foule pour «défendre le gouvernement élu et légitime».

Petit-à-petit, à l’insistance des policiers, le rassemblement se dissipe vers 13h15. Calme précaire à l’Avenue Bourguiba. «Si j’en aurai attrapé un, je lui aurais appris à ce que ça vaut de nous casser les pieds pendant 1h30», dixit un policier à un de ses collègues en se mordant la langue.

Par Thameur Mekki; kapitalis

Partager cet article

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Religion _ L'Islam politique _ Salafistes_ Chokri
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : thala solidaire.over-blog.com
  •  thala solidaire.over-blog.com
  • : ThalaSolidaire est dédié à la ville de Thala, ville phare de la Révolution tunisienne. Thala est une petite agglomération du centre-ouest de la Tunisie. Elle est connue pour son histoire antique, ses sources, ses carrières de marbre, devenues une sorte de tragédie écologique et économique, sa résistance et sa misère. Thala solidaire a pour objectif de rassembler toutes les voix INDIGNÉES pour donner à cette terre ainsi qu'à toutes autres terres un droit à la vie et à la dignité…
  • Contact

Recherche

Vidéos

Catégories