Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mai 2012 1 21 /05 /mai /2012 03:38

 

Salafistes, Hizb Tahrir, et Zmaqtal à Kairouan

 

Plusieurs milliers de salafistes se sont réunis, ce dimanche 20 mai, aux pieds de la mosquée Okba Ibn Nafâa, à Kairouan, répondant à l’appel du groupe Ansar El Chariaâ, le mouvement dirigé par Abou Yadh, alias Seiffedine Ben Hassine, qui célébrait en grandes pompes, son deuxième congrès annuel.

En qamis afghan, ou en tenue militaire, ils ont afflué de toutes les régions de Tunisie pour ce rendez-vous à Kairouan, dans l’une des villes les plus sacrées de l’Islam, désormais chamarrée de drapeaux noirs.

M. Ridha Belhaj, leader de Hizb Ettahrir, parti non reconnu légalement, a également était présent au congrès annuel des Ansar El Chariaâ, tout comme M. Moncef Ouerghi, connu pour ses sympathies salafistes, et fondateur du Zmaqtal, l’art de combat fortement médiatisé ces derniers temps.


zmaqtal 
Ridha Belhaj, leader du Hizb Ettahrir, à l'extrême gauche, Monceg Ouerghi, fondateur du Zmaqtal au premier plan

 

Une démonstration de force éclatante, pour un groupe radical qui a incontestablement gagné en visibilité dans la Tunisie d’après le 14 janvier. Mais il ne s’agit pas véritablement d’une première, puisque les djihadistes tunisiens ne craignent plus d’afficher haut et fort leurs revendications, comme le 14 mai, à l’aéroport Tunis-Carthage, pour protester contre le renvoi dans leur pays des prédicateurs marocains. Mais bien avant que l’on n’évoque les Tunisiens partis récemment rejoindre la Syrie en ébullition,  un rapport militaire américain daté de 2008, certifie que notre pays a exporté par tête d'habitant le plus grand nombre de djihadistes en Irak. En somme, la Révolution n’a fait que permettre le déploiement au grand jour, de groupes jusqu’ici cantonnés dans l’action souterraine. Leur leader Abou Yadh n’a en effet pas attendu le 14 janvier pour agir.


kairouan-salaf

 

En l’an 2000, il a cofondé le Groupe combattant tunisien, considéré dès 2002 par le Comité du Conseil de sécurité de l'ONU comme relevant d’Al-Qaïda. Abou Yadh s’est également illustré dans les montagnes d’Afghanistan, avant de se faire arrêter en 2003 en Turquie et extrader  en Tunisie. Condamné à  43 ans de prison par le régime de Ben Ali, Abou Yadh a été cependant libéré lors de l’amnistie qui a suivi la chute du dictateur. Et voici que le leader djihadiste est de plus en plus présent sur la scène politique tunisienne, et ne craint plus d’afficher publiquement les positions les plus radicales, quitte à gêner aux entournures un gouvernement (a priori) désireux de montrer l’exemple de l’Islam modéré.

 

A cet égard, il convient de rappeler que le ministre de l’Intérieur tunisien actuel, M. Ali Laâridh, a jugé «inévitable» la confrontation avec les djihadistes. Toutefois, tous les membres du parti Ennahdha au pouvoir, ne semblent pas partager ce point de vue, dans la mesure où des responsables de tout premier plan tels Habib Ellouze, ou Sadek Chourou, sont considérés comme proches de cette mouvance. En clair, le salafisme, même dans sa version djihadiste, n’a pas fini d’avancer ses pions en terre tunisienne.  mag14

 

_____________________________________________________________________

 

Les salafistes s'invitent à Kairouan pour leur meeting annuel

 

Bruits de sabre et de chevaux au galop, chants guerriers, treillis militaires sur tenues afghanes: les salafistes tunisiens se sont invités dimanche à Kairouan (centre), quatrième ville sainte de l'islam, sous le regard de commerçants et de quelques touristes interloqués.


Venus en bus de plusieurs régions de Tunisie, quelques milliers de partisans d'Ansar al Charia, l'un des mouvements les plus radicaux de la mouvance salafiste en Tunisie, lancé en avril 2011, ont investi toute la journée la grande mosquée et la médina de la ville.


"Le deuxième congrès des partisans de la charia se tient cette année dans une ville qui a une très forte symbolique historique et religieuse, et réunit tous les frères qui ont pour objectif de faire appliquer la charia de Dieu dans notre pays", indiquait le magazine "La promesse", distribué à l'entrée.


Une gigantesque banderole à l'effigie du mouvement a été déroulée sur le minaret de la célèbre mosquée, la plus vieille d'Afrique, et des salafistes montés sur les murs d'enceinte agitaient au vent des drapeaux noirs de l'islam, sur fond de chants religieux et démonstration d'arts martiaux, pour un spectacle rôdé et destiné à impressionner.

Des consignes très strictes ont été distribuées aux participants: ne faire "aucune déclaration" aux journalistes, tolérés mais sous surveillance serrée des organisateurs, "rester calme", se comporter avec justice et mesure y compris avec les "mécréants", "ne pas crier de slogans".


Ce qui n'a pas empêché les slogans habituels de ce genre de manifestation: "Juifs, juifs, l'armée de Mahomet est de retour", ou encore: "nous sommes tous les enfants d'Oussama" (Ben Laden), scandés par des groupes rappelés à l'ordre par les organisateurs.


"Ce rassemblement nous donne espoir, la révolution a été faite pour que la charia soit appliquée", a lancé à la tribune Ridha Bel Haj, leader du parti non légalisé Hizb Ettahrir.

"Chaque musulman est un jihadiste, le jihad est une obligation", a lancé un autre orateur, un cheikh du nom de Mokhtar Jibali.


Le leader d'Ansar Al Charia, Seif Allah Ben Hassine, alias Abu Yiadh, un ancien jihadiste inscrit en 2002 sur une liste de l'Onu des personnes ou groupes liés à Al-Qaïda, amnistié après la chute de Ben Ali, devait également s'exprimer.


Quelques touristes interloqués se sont retrouvés spectateurs du rassemblement salafiste, et ont rapidement déserté la mosquée et la médina. La plupart des commerçants de leur côté restaient muets. A l'abri des oreilles des salafistes, certains s'énervaient toutefois: "ils nous ruinent notre commerce", marmonnait un marchand.

"C'est eux qui se sont invités, ce n'est pas Kairouan qui les a conviés", murmurait un autre.

Dans la courette de leur maison mitoyenne de la mosquée, un groupe de femmes s'exprimait plus librement. "Franchement, ma première réaction en les voyant a été la peur. Je ne sais pas si cela portera bonheur ou malheur à la Tunisie, mais je crains une deuxième révolution religieuse", a expliqué Ouided, une mère de famille entourée de ses enfants.


"Ce qu'ils racontent, c'est du blabla. Et l'Etat est bien trop tolérant avec ces gens là", a lancé une autre fille.

La mouvance salafiste se partage entre les piétistes, qui ne se mêlent pas de politique, les politiques et les jihadistes, pour qui la violence est légitime pour imposer la religion.

Les salafistes et sympathisants en Tunisie sont estimés par des chercheurs à une petite dizaine de milliers.

De Cécile FEUILLATRE  afp

 

 

___________________________________________________________________

 Les salafistes déclarent la guerre à Ennahdha 

 

 

Pas moins de 5000 salafistes se sont rassemblés, ce dimanche, à proximité de la mosquée Okba Ibn Nefaa à Kairouan, pour assister au deuxième congrès national d'Ansar al Charia, le groupe jihadiste fondé par Abou Iyadh. Libéré lors de l'amnistie qui a suivi la révolution, Abou Yadh est le co-fondateur en 2000 du Groupe jihadiste. Il a été inscrit en 2002 par le Comité du Conseil de sécurité de l'ONU sur la liste des sanctions de personnes ou de groupes liés à Al-Qaïda. Il a combattu en Afghanistan et a été arrêté en 2003 en Turquie, avant d'être extradé en Tunisie et condamné à 43 ans de prison par le régime de Ben Ali.

 

De nombreux observateurs cités par notre confrère Al Jarida estiment que cette rencontre marquera le point de départ d’une « confrontation » entre les partisans de ce courant et le mouvement Ennahdha, d’autant que les instances dirigeantes du courant salafiste ont commencé à reprocher à ce dernier sa « soumission » aux laïques et aux « hypocrites ».

 

Ceci pourrait signifier, selon les mêmes observateurs, la fin de la « lune de miel » entre les nahdhaouis et les salafistes suite à la poursuite des provocations entreprises par les bases de ce courant intégriste qui se répercuteront négativement sur la popularité d’Ennahdha aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur, en raison de la prolifération des violations des libertés publiques , la liberté d’expression et des droits de la femme.  africanmanager

 

______________________________________________________


 

 

________________________________________________________________________

Tunisian Terrorists Arrested in Syria Were Recruited by Tunisian, Libyan and Qatari Sides

Tunisian sources in Washington stressed that the Tunisian terrorists who were arrested on the Syrian territories had previously been detained in the Tunisian prisons to be later released by the current Tunisian government after the intervention of leader of al-Nahda Party, Rachid al-Ghannouchi.

The sources, who preferred not to be named, revealed in statements to the Kuwaiti al-Rai newspaper the names of 19 Tunisian terrorists who were arrested inside Syria, saying they had all been recruited under the patronage of the Security Attache at the Qatari Embassy in Tunis, al-Nahda Party and a number of Libyan extremists led by the former head of the Military Council in Tripoli, Abdul Hakim Balhaj.

The sources said that among the detainees are terrorists who had participated in armed operations on the Tunisian territories particularly during what was known as Suleiman events in 2007.

They highlighted that those terrorists carried out armed acts against the Syrian Army in response to fatwas issued by Takfiri clergymen in Tunisia.  sana.sy

Partager cet article

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Religion _ L'Islam politique _ Salafistes_ Chokri
commenter cet article

commentaires

Spiderman 21/05/2012 06:02

http://image.bayimg.com/caohmaadl.jpg share&enjoy :)

Présentation

  • : thala solidaire.over-blog.com
  •  thala solidaire.over-blog.com
  • : ThalaSolidaire est dédié à la ville de Thala, ville phare de la Révolution tunisienne. Thala est une petite agglomération du centre-ouest de la Tunisie. Elle est connue pour son histoire antique, ses sources, ses carrières de marbre, devenues une sorte de tragédie écologique et économique, sa résistance et sa misère. Thala solidaire a pour objectif de rassembler toutes les voix INDIGNÉES pour donner à cette terre ainsi qu'à toutes autres terres un droit à la vie et à la dignité…
  • Contact

Recherche

Vidéos

Catégories