Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 avril 2012 7 01 /04 /avril /2012 06:42

Le ministre de l'Intérieur se dit résolu à combattre la violence


 Le ministre tunisien de l'Intérieur Ali Larayedh a affiché samedi sa détermination à appliquer la loi contre les auteurs d'appels et d'actes de violence, lors d'une séance marathon de l'assemblée nationale constituante (ANC) consacrée à l'examen de la situation sécuritaire dans le pays.

A l'ouverture des débats, le président de l'ANC, Mustapha Ben Jaâfar, relayé par plusieurs députés, s'est dit "préoccupé" par la multiplication des appels au meurtre, à la dissension et à la haine, les qualifiant de "phénomènes graves". Il a cité la profanation du Coran et du drapeau tunisien, le meurtre d'un imam, les affrontements tribaux et "les agressions en série" contre des artistes, des journalistes et les agents de l'ordre ainsi que les sit-in sur la voie publique.

"Nous disons 'non' aux dérapages, à la violence et aux menaces qui visent à imposer un mode de vie étranger à notre société", a-t-il martelé en allusion aux courants salafistes radicaux. "La liberté ne signifie pas l'anarchie et la rébellion", a-t-il insisté.

Des groupes salafistes ont entravé le fonctionnement dans une faculté près de Tunis pour exiger le port du niqab par des étudiantes pendant les cours et les examens, interdit par le conseil scientifique de l'établissement. Des professeurs ont été agressés et plusieurs étudiants blessés lors d'affrontements entre groupes d'étudiants opposés.

La présidente du parti démocratique progressiste (PDP/opposition), Maya Jribi a déploré l'absence de réaction des autorités face à ces dépassements.

Le chef du groupe du mouvement islamiste Ennahdha, au pouvoir, Sahbi Atig, a lui estimé que "beaucoup se comportent comme s'ils étaient au-dessus de la loi", en pointant du doigt notamment les RCDéistes, partisans de l'ancien parti au pouvoir sous le président Zine El Abidine Ben Ali, qui, selon lui, "sont en train de se réorganiser pour revenir sur scène".

Le ministre de l'intérieur a admis que la situation sécuritaire était "loin d'être satisfaisante", en dépit d'une "amélioration sensible enregistrée depuis plus d'un an". "Nous vivons une période de grande gestation post-révolutionnaire et la naissance de la démocratie n'est pas aisée. Elle nécessite un peu de temps", a-t-il analysé.

M. Larayedh a néanmoins condamné les pratiques violentes attribuées aux courants salafistes et à ceux qui s'apparentent à l'esprit d'Al-Qaïda. "L'appareil sécuritaire assumera son rôle en appliquant la loi contre quiconque la sécurité du pays", a-t-il averti sur un ton ferme. Il a, dans ce contexte, fait état du renforcement de la coopération avec les pays voisins tels la Libye, l'Algérie et l'Italie pour sécuriser les frontières tunisiennes. tempsreel.nouvelobs

 

________________________________________-

 Le rendement du ministère de l'Intérieur critiqué à la Constituante


Poursuivie jusqu'à samedi à l'aube, la séance parlementaire consacrée au débat avec le gouvernement tunisien a été marquée par plusieurs réactions sur le rendement du ministère de l'Intérieur à la lumière de récents événements survenus dans certaines régions du pays. 

Les violences et actes de violences détectés récemment mettent en accusation des "ennemis de la révolution" et les "valets de l'ancien régime", d'après des députés du Mouvement Ennahdha ( Renaissance), majoritaire à la Constituante.

Il est nécessaire de "doter les forces de l'ordre de moyens leur permettant de s'acquitter de leur mission" et de veiller à " protéger les libertés et les créateurs dans le cadre de la loi", a souligné M. Sahbi Atig, président du groupe parlementaire d'Ennahdha.

D'après l'opposition, certaines lacunes affectent le comportement du gouvernement qui "tente de mettre sous sa coupe l'administration et porter préjudice à la neutralité de son fonctionnement", a affirmé M. Issam Chebbi, député du groupe démocratique.

Le même groupe démocratique a critiqué la décision du ministère de l'Intérieur relative à l'interdiction de toute manifestation à l'avenue Bourguiba (principale avenue du centre-ville de Tunis).

Cette décision a fait suite aux récentes confrontations survenues dimanche dernier entre Salafistes et artistes lors de deux manifestations organisée simultanément.

"L'artère principale de la capitale est une vitrine de grande importance à l'activité commerciale et touristique" et il est " impérieux" d'atténuer la pression sur l'Avenue Bourguiba", a précisé le ministre de l'Intérieur M. Ali Arayedh.

D'un autre côté, M. Arayedh n'a pas exclu la possibilité de lever cette interdiction du moment où le nombre des manifestations et des dépassements dans cette avenue seront réduits.

Le ministre tunisien de l'Intérieur a précisé en réponse aux différentes interrogations que "des réformes ont été engagées dans plusieurs domaines, notamment en ce qui concernes la vision sécuritaire, la mission de l'agent, la formation et la logistique".

La situation sécuritaire, a-t-il ajouté, s'est améliorée dans les différentes régions du pays "grâce aux efforts déployés par les forces de sécurité et à leur sens de devoir" tout en insistant sur l'apport de l'institution militaire "en particulier dans les régions où l'on rencontre des difficultés pour lutte contre les crimes". 
maghrebemergent

 

__________________________________

Samir Ettayeb demande à Moncef Ben Salem de démissionner


Cela restera dans les annales de la transition démocratique tunisienne : pour la première fois dans l’histoire du pays, un député demande à un ministre, en termes peu avenants, de démissionner…

Lors de la séance plénière vendredi à l’Assemblée constituante, le député Samir Ettayeb du Pôle démocratique moderniste (Pdm) a prié le ministre de l’Enseignement supérieur de disposer.

Les raisons du représentant du Pdm sont multiples. Et elles sont en lien avec le bilan de près de 100 jours de Moncef Ben Salem aux commandes du ministère de l’Enseignement supérieur.


«Vous êtes un ministre qui refuse le dialogue. Vous refusez de dialoguer avec les professeurs. Vous refusez de rencontrer les étudiants et vous êtes celui qui a choisi d’avance son camp, notamment avant les élections, sans jamais avoir recours au dialogue, comme dans la prise de position à propos des niqabées (et le sit-in de plus de 3 mois des salafistes à la faculté des Lettres de la Manouba, Ndlr)», a lancé le député. Et d’enchaîner : «M. Le ministre, il n’y a pas de place pour celui qui refuse le dialogue, donc vous n’avez pas réussi et vous n’êtes pas bon», a-t-il martelé. Le député a été jusqu’à traiter le ministre de raté et de le prier de disposer. «Avant même de commencer, vous êtes déjà un raté et un ministre après la révolution n’a aucunement droit au ratage. M. le ministre, je vous demande de partir», a-t-il terminé.


Moncef Ben Salem, très mal jugé par les gens de la profession et qui, selon le corps universitaire, est en train de cumuler les fautes, est resté après l’intervention du député, bouche bée. A une telle réaction franche, directe et publique, il ne s’attendait pas. kapitalis

_______________________

_______________________________________________________________________

 

Les ministres de l'Intérieur et de l'Enseignement supérieur,  Ali Larayedh et Moncef Ben Salem interrogés par les membres l'Assemblée nationale.

 


 

______________________

 

Questions des membres de l'AN

Partie I



 

 

Partie II

Partie III

 
Réactions des deux ministres

Partager cet article

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Tunisie : Gouvernement Hamadi Jebali
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : thala solidaire.over-blog.com
  •  thala solidaire.over-blog.com
  • : ThalaSolidaire est dédié à la ville de Thala, ville phare de la Révolution tunisienne. Thala est une petite agglomération du centre-ouest de la Tunisie. Elle est connue pour son histoire antique, ses sources, ses carrières de marbre, devenues une sorte de tragédie écologique et économique, sa résistance et sa misère. Thala solidaire a pour objectif de rassembler toutes les voix INDIGNÉES pour donner à cette terre ainsi qu'à toutes autres terres un droit à la vie et à la dignité…
  • Contact

Recherche

Vidéos

Catégories