Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 décembre 2011 3 28 /12 /décembre /2011 04:30

Le ministre des Affaires étrangères veut coopérer avec le Golfe

 

 

Dans une interview accordée au quotidien koweïtien Arrai, le ministre tunisien des Affaires étrangères, Rafik Abdesselam, a affirmé que le modèle koweitien représentait un exemple avancé car selon lui, le Koweït présentait un système organisé, stable, dans lequel la presse était libre.


Il a annoncé qu’il visiterait les pays du Golfe et que le Koweït serait se première destination pour renforcer les relations diplomatiques et multiplier les opportunités d’investissements économiques entre les deux pays.

 Le nouveau ministre des Affaires étrangères a indiqué que les priorités du gouvernement concernant la politique extérieure étaient de renforcer la coopération avec l’Algérie et la Libye.
Il a également critiqué la politique extérieure de l’ancien régime qui n’était basée, selon lui, que sur un seul partenaire, à savoir l’Union Européenne, en affirmant que le gouvernement actuel travaillerait à renforcer et à créer une nouvelle politique économique avec les pays du Golfe.
Signalons que des dizaines de personnes s’étaient rassemblés devant le siège du ministère des Affaires étrangères pour protester contre la désignation de Rafik Abdesselam, en raison de son lien de parenté avec Rached Ghannouchi, le leader du mouvement Ennahda.
source : kalima-tunisie
__________________________________________
gendre-de-ghannouchi.jpg
_____________________________________________
De Mehdi Houas à Rafik Abdesselam

abdslemLe parti Ennahdha doit faire face à une vague de critiques sans précédent sur ses relations avec des Etats du Golfe arabe, et le Qatar en particulier. Les attaques ont plus particulièrement visé le nouveau Ministre des Affaires Etrangères, accusé d’entretenir des relations «inavouables» avec l’Emirat. Curieusement, les critiques paraissent pour le moins sélectives. Deux poids deux mesures ?

 

Côté nahdhaoui, on relèvera que les gouvernements précédents, même sans la légitimité des urnes, n’ont pas été soumis à des assauts aussi virulents. Alors même que certains ministres avaient officiellement une deuxième nationalité, et qui plus est, celle de l’ex-puissance colonisatrice. Ainsi, l’ex-ministre des Transports, M. Yassine Brahim, ne cachait pas son deuxième passeport français.

 

M. Mehdi Houas,l’ex-ministre du Tourisme, avoue même, sans gêne apparente, ne pas maîtriser l’arabe, et ne pas savoir lire la langue officielle de la Tunisie. A coup sûr un cas des plus rares au monde. Dans quel Etat indépendant accepterait-on de bombarder ministre, un homme ou une femme, incapable de rédiger, ou de lire, des documents dans la langue officielle du pays ? Ces handicaps n’ont pourtant pas empêché M. Houas de tenter de faire son travail, dans une conjoncture particulièrement difficile, sans pour autant devoir faire face à une bronca comparable à celle que doit essuyer en ce moment M. Rafik Abdesslam. Pourtant, à notre connaissance, le ministre des Affaires Etrangères actuel est de nationalité exclusivement tunisienne, et personne ne met en doute sa maîtrise de l’arabe. Sauf que ce n’est pas sur ce point qu’il est attaqué, mais pour ses accointances satellitaires, et, ce ne sera pas le moindre des paradoxes, pour une méconnaissance supposée du français.

 

Al Jazeera, la chaîne que mes Tunisiens suivaient avec une attention sans faille au cours des plus dures journées de la Révolution, se retrouve, quelques mois plus tard, vilipendée. Et c’est à peine si certains ne vont pas jusqu’à accuser de trahison les quelques journalistes tunisiens qui travaillent pour la chaîne qatarie. C’est que la chaîne ne rayonne plus uniquement au niveau des satellites. Elle incarne désormais les ambitions émergentes du Qatar. Et les craintes francophones que notre pays ne rejoigne l’orbite de l’Emirat contribuent à attiser les flammes de la discorde.   

 

Bourguiba face à Ben Youssef

 
Le défunt Habib Bourguiba, qui déclamait du Lamartine, y est sans doute pour quelque chose dans cette proximité parfois affective qu’entretiennent certains de nos concitoyens avec une certaine idée de la France, même si, depuis Sarkozy, elle ne correspond plus nécessairement à la réalité. Le premier président tunisien conservait ainsi une photographie encadrée de Pierre Mendès France, sur son bureau. Les inclinaisons présidentielles ne pouvaient ainsi être plus mises en évidence. Or le bourguibisme, est encore vivace en Tunisie, et ceux qui entretiennent sa mémoire gardent une certaine distance voire une défiance vis-à-vis des autres Etats arabes en général, et ceux du golfe en particulier. Ce n’est sans doute pas par hasard, que Salah Ben Youssef, l’autre homme susceptible de prendre les commandes du navire Tunisie, à l’aube de l’Indépendance, a été assassiné. Mais aujourd’hui, la boucle paraît bouclée. Et on ose espérer que les pages meurtrières de notre histoire ont été définitivement tournées.

 

Mais visiblement, les Tunisiens semblent pour le moins partagés, entre un camp qui affiche des relations décomplexées avec l’Hexagone, et de l’autre, un parti  qui ne cache pas ses amitiés avec le Qatar et son sémillant émir. La ligne de démarcation qui semble ainsi diviser les Tunisiens délimite donc d’un côté les laïcs, plus ou moins modernistes, et de l’autre, les franges les plus traditionnalistes de la population. On assiste en somme, de nouveau, à une résurgence du face-à-face entre yousséfistes et bourguibistes. Or il s’agit des deux faces de la médaille identitaire tunisienne. Les uns et les autres devraient finir par accepter qu’il n’y a pas d’unanimisme dans la démocratie. Les désaccords doivent pouvoir s’exprimer, les débats s’enflammer, sans que l’on s’abaisse au niveau du caniveau. A une unique condition : celle du respect absolu de la souveraineté de la Tunisie.

par Walid Ben Sahbi

Source mag14

 

________________________________________________________

Nadia el-Fani : "Le projet d'Ennahdha est antidémocratique"

 
Nadia el-Fani refuse de rentrer en Tunisie tant que la justice ne traite pas la plainte qui la vise.

Nadia el-Fani refuse de rentrer en Tunisie tant que la justice ne traite pas la plainte qui la vise. © D.R

 

Arrivée au pouvoir des islamistes en Tunisie, droits des femmes, menace salafiste... La réalisatrice controversée Nadia el-Fani livre à jeuneafrique.com sa vision de la situation politique et sociale dans son pays.


Si Nadia el-Fani ne rentre pas dans son pays, ce n'est pas par « peur », après l'attaque d'un cinéma lors de la projection de son film « Laïcité, Inch'Allah ! », et les nombreuses menaces de mort dont elle a été victime. « La peur empêche d'avancer, ce qui n'est pas mon cas », explique la réalisatrice tunisienne. « Mais je refuse de rentrer tant que la justice ne fera pas son travail », dit elle.


Nadia el-fani fait l'objet d'une plainte déposée par trois avocats islamistes qui l'accusent d'atteintes au sacré, aux bonnes mœurs et aux préceptes religieux. « Soit la justice classe l'affaire, soit elle instruit le procès, et dans le second cas, j'en ferai un procès politique », avance-t-elle, tout en s'empressant de reprendre le célèbre slogan « on ne va pas passer du Benalisme au Benislamisme ! »

 

 

Voir l'interview vidéo de Nadia el-Fani


 

 

En attendant la résolution de son affaire, elle travaille à Paris sur un nouveau film, qui sera diffusé à la télévision française dans le courant de février, et en Tunisie « si une chaîne l'accepte », précise la réalisatrice. Elle entend raconter en images les suites de la sortie de « Laïcité, Inch'Allah ». « Je ne me trompe pas de combat », clame-t-elle. Et la victoire des islamistes d'Ennahdha aux élections du 23 octobre ne fait que renforcer sa détermination. « Leur projet est antidémocratique. Je lutte contre leur idéologie politique mais je combat aussi leur programme économique. Ennahdha est un parti de droite ».

 

Nadia el-Fani reste confiante. Malgré l'apparition d'une jeunesse « plus conservatrice que la vieille génération », elle en est sûre : les Tunisiens souhaitent garder l'image d'un peuple « moderne, ouvert », et tous sauront se battre afin que les droits des femmes ne soient pas piétinés. « L'inscription du Code du statut personnel est une condition sine qua non à l'acceptation de la nouvelle Constitution », assure-t-elle. « La société tunisienne montre chaque jour sa capacité à se mobiliser encore, à ne rien lâcher », conclut la réalisatrice.


source jeuneafrique.com

Partager cet article

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Tunisie : Gouvernement Hamadi Jebali
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : thala solidaire.over-blog.com
  •  thala solidaire.over-blog.com
  • : ThalaSolidaire est dédié à la ville de Thala, ville phare de la Révolution tunisienne. Thala est une petite agglomération du centre-ouest de la Tunisie. Elle est connue pour son histoire antique, ses sources, ses carrières de marbre, devenues une sorte de tragédie écologique et économique, sa résistance et sa misère. Thala solidaire a pour objectif de rassembler toutes les voix INDIGNÉES pour donner à cette terre ainsi qu'à toutes autres terres un droit à la vie et à la dignité…
  • Contact

Recherche

Vidéos

Catégories