Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 décembre 2012 5 21 /12 /décembre /2012 20:08

Cliquer : Projet de budget pour l'exercice 2013

 

____________________________________________________________________________

Principales données sur le budget de l'Etat 2013


Le projet de budget de l'Etat pour l'exercice 2013 (dépenses et gestion) s'élève à 26 milliards 792 millions de dinars, soit une hausse de 4,9% (1241 millions de dinars) par rapport aux résultats prévus dans le cadre du budget 2012.

Les ressources propres de l'Etat s'élèvent à 19975 millions de dinars et les ressources d'emprunt sont évaluées à 1976 millions de dinars.
 

Les ressources propres sont réparties entre les recettes fiscales (16650 millions de dinars) et les recettes non fiscales (3325 millions de dinars).

Il y a lieu de rappeler que la part des ressources propres dans le budget de l'Etat, pour l'année 2013, est de 75% contre 77% en 2012 et 81% en 2011.

Les dépenses de gestion sont estimées à 16972 millions de dinars, enregistrant une hausse de 14,8% par rapport à 2012 en raison essentiellement de la hausse des salaires attribués dans le secteur public compte tenu des recrutements additionnels programmés à savoir 23 mille postes d'emploi en plus du maintien des dépenses de compensation à un niveau élevé.

Les dépenses de gestion sont réparties comme suit: 
Dépenses salariales: 9781 millions de dinars 
Dépenses de compensation:4200 millions de dinars 
Dépenses d'équipement: 997 millions de dinars 
Dépenses hors compensation:1500 millions de dinars 
Dépenses imprévues:494 millions de dinars
5500 millions de dinars ont, par ailleurs, été alloués aux dépenses de développement et un montant de 100 millions de dinars sera consacré aux crédits du trésor, outre la somme de 4220 millions de dinars dédiée au service de la dette publique (capital et intérêt). maghrebemergent

 

 

_______________________________________________________________________________

Budget 2013: un programme prioritaire de relance ou un prolongement d'un héritage passé (Synthèse)

 L'avarice en ressources financières de l'Etat, le glissement de la convertibilité du dinar durant le premier semestre de cette année et la flambée des cours des matières premières et des hydrocarbures sur les marchés internationaux "représentent les principales pressions auxquelles le gouvernement devra faire face", a expliqué jeudi le Premier ministre tunisien Hamadi Jebali aux députés de l'Assemblée Constituante.

Accompagné des ministres de son gouvernement, M. Jebali a prononcé la déclaration gouvernementale relative au budget d'Etat tunisien pour l'exercice 2013 qui sera débattu par les 217 députés avant de l'approuver en séance plénière.

L'actuel gouvernement tunisien s'est fondé en préparant le budget d'Etat et la loi des finances pour 2013 sur les indicateurs qu'il a jugé positifs tout au long de 2012 à savoir un déficit budgétaire limité à 6,6%, une hausse de 6,6% des ressources fiscales injectées dans le budget d'Etat, d'après le document officiel de la déclaration dont une copie a été transférée à l' Agence de presse Xinhua.

"L'approche de développement ainsi que les principales orientations de la loi de finances 2013 repose sur la poursuite de la concrétisation des programmes urgents entamés en 2012 et la satisfaction des attentes incessantes des Tunisiens durant cette période délicate", a indiqué le chef du gouvernement tunisien lors de son discours.

Avec une hausse de 4,9% par rapport aux prévisions du budget d' Etat complémentaire de 2012, le budget d'Etat 2013 sera en volume de l'ordre de 26 792 millions de dinars (un dinar vaut 0,64 USD) " Ce qui reste un volume record en comparaison avec 2010 et 2011", a fait remarquer le PM tunisien M. Jebali.

Un programme prioritaire pour la prochaine étape de la transition

A travers le budget d'Etat 2013, l'actuel gouvernement se voit capable de promouvoir le développement à l'intérieur du pays, minimiser la disparité régionale, améliorer le mode de vie des catégories démunies et maitriser les pressions fiscales.

La Constituante tunisienne examinera début 2013 le projet d'un nouveau Code d'investissement après avoir appliqué des réformes profondes au niveau de son contenu. Les députés devraient également débattre et approuver un nouveau projet de loi sur le partenariat entre les secteurs privé et public, toujours d'après le Premier ministre Jebali.

Le programme des priorités présenté par M. Jebali prend compte d'une dizaine de points dont le respect des équilibres généraux du pays, rétablir la stabilité et la sécurité (conditions fondamentales du développement), accélérer la création d'emploi, promouvoir le développement régional, combattre la pauvreté, maîtriser les prix, lutter contre la corruption, améliorer les services et réussir de prochaines élections transparentes qui seront supervisées par une instance supérieur indépendante et soumises à un double contrôle tunisien et international.

Les chiffres officiels contenus dans la déclaration du gouvernement indiquent que l'année 2012 a été marquée par une amélioration des investissements qui ont évolué de 13,4%, "suite à la consolidation des investissements publics dans l'infrastructure et l'équipement", a expliqué M. Jebali.

Cette hausse a concerné également les investissements directs étrangers (IDE) et l'investissement privé qui ont atteint un total de 2 400 millions de dinars grâce notamment aux réformes fiscales et la mobilisation de ressources financières étrangères en plus de l'apport de la coopération internationale.

Manque d'une vision dans les attentes du pays

Bien qu'elles ambitionnent de toucher une croissance de 4,5%, accélérer la création d'emploi, préparer un climat d'affaires, concrétiser la justice sociale, promouvoir le pouvoir d'achat du citoyen et stimuler l'investissement privé, les orientations de l' actuel gouvernement tunisien pour 2013 n'ont pas été tellement appréciées par certains députés de l'opposition voire même de la coalition tripartite au pouvoir.

D'une façon générale, le discours du Premier ministre tunisien à l'occasion de la déclaration gouvernementale sur le budget d' Etat 2013 "est un discours en-deçà des attentes", a confié au correspondant de l'Agence de presse Xinhua le député Ahmed Brahim. Dirigeant dans le secrétariat national de la Voie démocratique et sociale (un parti de l'opposition), M. Brahim a affirmé que la Tunisie vit une période de pré-révolution, mais les grandes orientations économiques et sociales ne sont pas différentes à celles de l'ancien régime de Ben Ali : "Il n'y a pas de vision digne des attentes du pays concernant le rôle stratégique de l' Etat qui ne doit pas toujours compter sur le secteur privé pour développer les régions de l'intérieur où l'infrastructure est extrêmement arriérée".

Sur le plan politique, a poursuivi M. Brahim, aucune mesure sérieuse vers un consensus national loin de l'exclusion n'a été observée de la part du gouvernement sans pour autant nier des "pas positifs" au niveau du rôle de l'Etat dans la préservation des libertés et la lutte contre les "milices" qui prétendent imposer leur propre loi. "Nous espérons cette fois que les engagement du gouvernement seront tenus", pour reprendre les expressions de M. Brahim.

Risque de reproduire les fautes du gouvernement prédécesseur

L'actuel gouvernement semble être sur le point de gérer l' héritage de l'ancien régime et celui du gouvernement sortant "peut- être avec un degré moindre, mais les dirigeants de l'actuel gouvernement poursuivent vraisemblablement le même chemin", a déclaré Haithem Belgacem, député et président du bloc parlementaire du Congrès pour la République (parti de l'actuel chef d'Etat et l'un des partis au pouvoir).

"Aujourd'hui, on prétends des programmes et un modèle économique révolutionnaire et s'éloigner de tout ce qui est dépendance aux crédits étrangers d'autant plus que la subvention de l'Etat doit cibler la production au lieu de la consommation".

Dans le cadre d'une approche qui rompt avec le passé, "la Tunisie doit être préparée à une éventuelle crise d'ici 2015 à l' échelle mondiale" a ajouté M. Belgacem en faisant aux politiques économiques de l'Etat notamment concernant le rapport entre importations et exportations. Dans ce sens, le député a cité l' exemple du lait où la Tunisie avait récemment importé d' importantes quantités de la Slovénie suite à une pénurie locale.

D'après M. Belgacem, au lieu de faire recours à l'Union européenne, "force sera de travailler sur la promotion et la commercialisation du produit tunisien à l'étranger. Bien qu'on soit membre du gouvernement, la politique économique du pays n'est pas fondée sur des mesures réellement structurelles mais plutôt sur des mesures correctives et d'ajustement.

La déclaration du gouvernement à l'occasion du budget d'Etat 2013 a porté un contenu riche en indicateurs qui augurent d'un début de relance économique à partir de 2013 mais l'état des lieux réel de la situation (avis des citoyens, experts et analystes locaux) vient contredire les chiffres officiels annoncés par les dirigeants et semer un certain "brouillard" essentiellement en ce qui concerne le taux de chômage, le pouvoir d'achat, les équilibres financiers de l'Etat ainsi que le mode de vie, la création d'emploi et richesse et le développement régional. french.new

 

__________________________________________________________________________________________________________


 
___________________________________________________________________________________________

___________________________________________________________________________________________

 

Partager cet article

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Tunisie : Économie_ Environnement_(Lampedusa)
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : thala solidaire.over-blog.com
  •  thala solidaire.over-blog.com
  • : ThalaSolidaire est dédié à la ville de Thala, ville phare de la Révolution tunisienne. Thala est une petite agglomération du centre-ouest de la Tunisie. Elle est connue pour son histoire antique, ses sources, ses carrières de marbre, devenues une sorte de tragédie écologique et économique, sa résistance et sa misère. Thala solidaire a pour objectif de rassembler toutes les voix INDIGNÉES pour donner à cette terre ainsi qu'à toutes autres terres un droit à la vie et à la dignité…
  • Contact

Recherche

Vidéos

Catégories