Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mars 2012 1 12 /03 /mars /2012 03:22

L’intrigue d’un putsch pour renverser la troïka !

 

La thèse du complot circule en Tunisie.

Les choses semblent se compliquer chaque jour un peu plus en Tunisie. A une situation sociale tendue, et une conjoncture économique  difficile, viennent se greffer des rumeurs, ou peut-être des révélations, qui font froid dans le dos.

Dernière histoire invraisemblable en date : celle relatée ce week-end par le journal Assabah, évoquant un Putsch qui se prépare pour renverser l’exécutif actuel, et lui substituer un gouvernement issu en partie de l’ancien régime. Les acteurs de cette collusion seraient, selon le journal arabophone,  des chancelleries occidentales et du Moyen-Orient, des politiques et des membres de la société civile tunisiens.


Le journal qui ne cite pas de noms, évoque un responsable tunisien appartenant à l’ancien gouvernement, ainsi qu’une personnalité de haut niveau du monde de la finance (dont le nom n'est pas difficile à deviner), qui ont convaincu l’administration américaine de couper les vivres à la Tunisie ; des hommes d’affaires et des responsables financiers appartenant à l’ancien régime qui ont persuadé les investisseurs étrangers à  reporter leurs investissements en Tunisie, sous prétexte que le gouvernement actuel n’est pas en mesure d’assurer la stabilité. Le journal révèle aussi une supposée réunion entre Hillary Clinton lors de sa toute dernière visite en Tunisie, et des membres de la société civile, où ces derniers ont briefé le chef de département d’Etat américaine, sur l’échec  de la troïka à gérer les affaires du pays, et lui ont parlé de l’urgence d'un changement en Tunisie.

Des informations graves, même si  leur véracité reste à vérifier. D’autant plus que cette théorie du complot circule depuis quelques temps, sans qu’elle ne soit explicitée d’une manière irréfutable, et tranchée.  Assabah cite, à ce titre, des noms des membres du gouvernement ayant confirmé l’existence d’une telle machination contre la troïka. Il rappelle, en revanche,  que le secrétaire d’Etat à l’Intérieur Saïd Mechichi y a opposé un démenti.  C’est de quoi semer le doute dans les esprits, et rappeler un climat, que l’on croyait révolu, où l’opinion publique est flouée, ne sachant pas la vérité, de l’affabulation.

Quoi qu’il en soit, si ce scénario de complot se révèle fondé, ce sera une vile trahison des espoirs de la révolution, et un retour à la case départ. Que cette phase transitoire extrêmement rude voit se durcir les affrontements politiques et les tiraillements idéologiques, voila qui reste normal pour un pays qui s’engage dans un processus de démocratisation, après des décennies de dictature et de monolithisme.  Mais que les choses virent aux machinations d'un tel acabit, voila qui constituerait une ligne rouge, que si elle venait à être franchie, inhumerait toutes ces aspirations nées un certain 14 janvier 2011. 

Ce qui est étonnant dans cette affaire, hormis son caractère impensable dans la Tunisie aujourd’hui, est qu’aucune source officielle ne réagit pour confirmer ou infirmer de telles informations. Un silence qui laisse présager deux hypothèses au moins. Soit, le gouvernement sait des choses, dispose de  pièces à conviction et a peur de les rendre public, de crainte de représailles ; a fortiori que de supposés bailleurs de fonds seraient en jeu. Soit, ce sont de simples fantasmes dénués de tout fondement, nourris par la peur démesurée de l’adversaire, sur fond d’un climat délétère. Dans les deux cas, le gouvernement est dans le tort, car, faire des fuites de ce type sans les corroborer par des preuves, ne peut qu’envenimer encore plus la situation, et prolonger ce climat d’incertitude qui gagne les Tunisiens.

La Tunisie a fait sa révolution, a réussi ses élections, mais ne cesse de trébucher dans ce processus transitoire dont on a du mal à entrevoir l’issue. La solidarité que l’on dit nécessaire pour franchir ce cap difficile semble être  hors de portée. La classe politique s’enlise dans ses divisions, et les problèmes socio-économiques s’accumulent au point de devenir ingérables. Tout cela a, en grande partie, pour origine, une immaturité politique patente, due à un manque d’expérience de la politique et de ses arcanes. Les supposés comploteurs peuvent jouer sur ce filon pour semer la zizanie et reprendre le pouvoir par la force, renouant avec leurs bonnes vieilles habitudes. Mais, ce ne sont là que des supputations, en l’absence d’éléments de preuves tangibles. Il en faut pourtant, car, évoquer des scénarios catastrophes avec une telle légèreté n’est dans l’intérêt de personne, et encore moins de la Tunisie, qui ne va pas pouvoir sortir indemne de cette situation dont la maîtrise semble échapper à tous.

source gnet

 

_____________________________________________________________________________________________________

خيوط «المؤامرة الانقلابية» على حكومة "الترويكا" (2 ـ 2)!


الطرابلسية.. الأموال المنهوبة.. والسلفيون.. «وقود المؤامرة»...

عرضت "الصباح" أمس بعض التفاصيل الأساسية لخيوط "المؤامرة الانقلابية" على حكومة الترويكا.. وتناول الجزء الأول من هذه التفاصيل التي حصلت عليها "الصباح" من مصادر متعددة لكنها متطابقة، بعض ما دار في "الاجتماع الدبلوماسي" الذي احتضنه مقر اقامة أحد السفراء الاوروبيين بتونس، وحضره عدد من الدبلوماسيين من دول أوروبية، بعضها متاخم للتراب التونسي، وبلدان شرق أوسطية، بالإضافة إلى دول من أمريكا الشمالية..

 

 

للإشارة فان كاتب الدولة لدى وزير الداخلية المكلف بالإصلاح، سعيد المشيشي، كان نفى في تصريح صحفي سابق، "وجود مؤامرة ضد الحكومة"، فيما أكد المستشار السياسي لرئيس الحكومة، لطفي زيتون، ومحمد عبو، كاتب الدولة المكلف بالإصلاح الاداري، وسمير ديلو، وزير حقوق     الانسان والعدالة الانتقالية، وعبد الكريم الهاروني، وزير النقل، وسمير بن عمر، المستشار لدى رئاسة الجمهورية، أكدوا جميعهم، وجود ما وصفوه بـ"المؤامرة" ضد الحكومة الحالية..

 

بل إن سمير بن عمر، أوضح في راديو "موزاييك أف. أم" أن "المؤامرة موجودة"، مشيرا الى اطلاعه على حيثياتها، لكنه رفض الادلاء بأي معلومات بشأنها، مطالبا الحكومة بالكشف عن المعطيات المتعلقة بهذا الملف..

وكانت "الصباح" تطرقت أمس إلى فحوى مناقشات السفراء السبعة للشأن التونسي، والسيناريو البديل الذي تحاوروا بشأنه "لخلافة" الحكومة الراهنة، بما في ذلك رئاسة الجمهورية..

 

الطرابلسية.. ورقة ضغط

 

ووفق المعلومات التي توصلت إليها "الصباح"، فإن "الاجتماع الدبلوماسي"، تطرق الى موضوع الدعم المالي لتونس، حيث أجمع السفراء السبعة على ضرورة حرمان الحكومة الحالية من "إمدادات مالية" من شأنها إخراجها من المأزق الراهن الذي     تمر به اقتصاديا وماليا..

وتم في هذا السياق، تناول ملف أموال الطرابلسية المودعة في بعض البنوك الأجنبية، وبخاصة أموال بلحسن الطرابلسي، حيث شدد عدد من السفراء الحاضرين في "الاجتماع الدبلوماسي"، على ضرورة استخدام "ورقة أموال وأرصدة" الطرابلسية لممارسة ضغوط على الحكومة، عبر الحيلولة دون تمكينها من هذه الأرصدة ومنعها من اكتساب أجنحة مالية تساعدها على التقاط أنفاسها وسط الأزمة الاقتصادية الخانقة التي تمر بها..

واللافت للنظر في هذا السياق، أن الطرف الدبلوماسي الذي شدد على هذا التعاطي مع ملف بلحسن الطرابلسي، اعتبر التفويت في أمواله وإرجاع أرصدته للحكومة، التي هي ارصدة الشعب التونسي وأمواله المنهوبة، لم يحن توقيتها بعد، مشددا على أن هذه الخطوة ينبغي تأجيلها إلى حين مسك الحكومة الجديدة السلطة.

 

السلفيون على جدول المؤامرة

 

من ناحية أخرى، تطرق "الاجتماع الديبلوماسي" إلى موضوع "المد السلفي" في تونس، ومدى خطورته، على البلاد، وسط تحذير من أحد السفراء العرب ممن تنتمي بلاده لدول "الربيع العربي"، الذي حرص على شحن الحاضرين بمخاوفه الشخصية من السلفيين، رغم أن بلاده لم تعرف أي خطورة من هذا التيار.. الغريب في الأمر، أن بعض السفراء الحاضرين أشاروا إلى ضرورة توظيف ورقة السلفيين في توتير الوضع السياسي وإجبار الحكومة على اتخاذ مواقف متشددة إزاءهم وبالتالي مزيد توريطها سياسيا وأمنيا.

 

اتصالات... وتقارير..

 

وذكرت معلومات ذات صلة لـ"الصباح"، في ذات السياق، أن أحد المسؤولين التونسيين المحسوبين على الحكومة السابقة، وشخصية مصرفية ومالية رفيعة المستوى، حاولت إقناع الادارة الأمريكية بضرورة إيقاف ضمانات القروض الأمريكية إلى تونس وذلك بغاية تعطيل الحكومة ومنعها من أجنحة مالية لتطوير الوضع الاقتصادي والاجتماعي.

وكان بعض رجال الأعمال، ومسؤولون ماليون محسوبون على النظام السابق (بصدد المباشرة حاليا)، اجتمعوا بمستثمرين أجانب في الداخل والخارج، وحاولوا إقناعهم بأن الحكومة لا تحفظ الأمن حاليا، وأنها لا تتوفر على التجربة، ونصحوهم بتأجيل استثماراتهم في البلاد ريثما تستقيل الحكومة الحالية، ويستتب الحكم للفريق الجديد...

يشار في هذا الاطار، ـ حسب ذات المصادر ـ إلى أن بعض الشخصيات من المجتمع المدني كانت التقت وزيرة الخارجية الأمريكية، هيلاري كلينتون، خلال زيارتها الأخيرة إلى تونس، وقدمت لها "وصفة" عن الوضع في تونس، وبينت لها، أن "حركة النهضة" تحكم بمفردها، وأن "الترويكا" فاشلة في إدارة البلاد، والتغيير بات ضروريا وملحا في تونس..

وتقول المعلومات التي حصلت لدينا، أن الحكومة تمتلك كل الدلائل على تورط هؤلاء في ما تسميه بـ"عملية التآمر" على «الترويكا»..

لكن السؤال المطروح في هذا السياق هو: لماذا لم تقدم الحكومة المعلومات اللازمة لتأكيد «المؤامرة» التي جرى الحديث عنها؟

سؤال يقتضي الاجابة..

صالح عطية

- سقط اسم زميلنا صاحب المقال أمس سهوا، وبالتالي لم يكن الامر رغبة في التخفي ـ كما تبادر لبعض الأذهان ـ.

source assabah

 

 

_______________________________________________________________

 

BCE balaie la théorie de complot et maintient qu’il ira jusqu’au bout de son initiative

 

 

« Oui, j’ai lancé une initiative. Oui, je continuerai à servir mon pays, la Tunisie, tant que je serai en mesure de le faire et tant que j’en serai convaincu. Non, je ne demanderai à personne et à aucune partie l’autorisation pour agir dans ce sens ».

Ce sont là les propres termes de Béji Caïd Essebsi qu’il a prononcés au début et à la fin de la rencontre organisée, dimanche soir 11 amrs 2012, par la chaîne de télévision Nessma lors d’un plateau spécial auxquels étaient conviés quatre hauts responsables du même bord, à savoir l’ancien chef du gouvernement et trois de ses ministres, Taïeb Baccouche, Lazhar Akremi et Ridha Belhaj.

 
D’entrée, donc, les téléspectateurs savaient qu’ils n’assistaient pas à un débat entre invités de tendances différentes, mais bel et bien à une rencontre qui offrait l’opportunité à un groupe de personnalités de présenter leurs visions de la chose publique et, en quelque sorte, de se défendre face aux accusations dont l’ancien gouvernement transitoire fait l’objet, depuis un certain temps, de la part de l’actuel gouvernement, aussi provisoire.

Les invités ont eu, ainsi, l’occasion d’expliciter leurs conceptions et leurs visions de la seconde étape transitoire en Tunisie post-révolutionnaire. Ils ont parlé de la situation économique et sociale, de l’éducation et de l’enseignement, de la justice transitionnelle, des grèves et des sit-in, des prochaines élections, de la religion et de l’Islam, des opérations de diversion et, bien entendu, de cette fameuse théorie de complot, sans oublier la « triste » déclaration de Rafik Abdessalem qui a dit dans une émission sur une autre chaîne télévisée : « Que reste t-il à Béji Caïd Essebsi comme âge virtuel ? ».

Concernant ce dernier point, une unanimité s’est faite sur le plateau pour condamner vigoureusement les propos du ministre des Affaires étrangères que tous les présents dénommaient « Rafik Abdessalem Bouchlaka ». Lesquels propos ont été jugés « indignes » d’un ministre tout en insistant sur le fait que la question de la vie ou de la mort est de l’unique volonté de Dieu. Il était visible que les propos du ministre des AE n’ont pas été digérés par personne et, encore moins, par Béji Caïd Essebsi qui a cité le cas d’Indira Gandhi et Bourguiba.

Quant à « l’héritage lourd » laissé à l’actuel gouvernement qui estime que c’est un legs « prémédité », l’ancien Premier ministre pense le contraire et énumère les points positifs réalisés par son cabinet dans une situation encore beaucoup plus difficile que celle prévalant dans l’état actuel des choses, et ce aussi bien au niveau des grèves, des sit-in, des routes coupées, des dérapages sécuritaires et des « dégage » lancés à tout bout de champ.
Taïeb Baccouche est allé jusqu’à proposer une comparaison, jour par jour et mois par mois, voire réclamer des face-à-face télévisés en direct entre les ministres de l’ancien gouvernement et ceux de l’actuelle équipe au pouvoir.
Ridha Belhaj est intervenu sur des questions techniques et pointilleuses touchant à la promulgation des décrets, à l’amendement introduit concernant la loi sur la prescription des crimes de torture et sur l’amnistie générale.
A ce propos et répondant à une question sur les accusations quant à son implication, à travers ses ordres, dans des actes de torture contre les Yousséfistes, M. Caïd Essebsi les a niées en bloc et catégoriquement tout en précisant qu’il est venu au ministère de l’Intérieur en 1963, soit un an après le procès contre les auteurs dudit complot de 1962. Plus encore, toute cette affaire n’a pas été traitée par le ministère de l’Intérieur où il y avait Driss Guiga, mais par l’armée et le Tribunal militaire.

Pour ce qui est des augmentations salariales, des accords signés avec l’UGTT et des promotions accordées, Ridha Belhaj et Taïeb Baccouche ont indiqué qu’une grande manipulation est en train de se faire pour induire l’opinion publique en erreur, car les chiffres sont là et toutes les décisions prises dans ce cadre l’ont été sur les bases de calculs concrets et faisables avec des prévisions budgétaires bien précises.

A propos de son initiative, Béji Caïd Essebsi a indiqué qu’il l’a lancée pour servir la Tunisie et parce qu’il tient au succès du gouvernement actuel, duquel succès, découlerait la réussite de tout un peuple qui a consenti les plus gros sacrifices pour la dignité, la liberté et la démocratie.
« Si je propose la mise au point d’une feuille de route claire pour la période à venir, si je réclame l’annonce de dates précises pour les prochaines échéances dont notamment celles des élections définitives, si j’appelle à un rassemblement vaste capable d’assurer et assumer l’alternative… tout cela s’inscrit dans le fil droit du respect du processus démocratique », a expliqué M . Caïd Essebsi.
Or, renchérit-il, c’est à partir de ce moment que les critiques ont fusé de toutes parts. Et après les louanges, les flèches acerbes et autres accusations gratuites n’ont pas arrêté de pleuvoir de la part des membres du gouvernement provisoire et, plus précisément, de son chef, Hamadi Jebali, ainsi que d’autres personnalités dont il a cité Ahmed Ben Salah et Tahar Belkhoja, sans oublier le président provisoire de la République, Moncef Marzouki, qui m’a traité de « kafer ». Même s’il s’est rétracté par la suite en indiquant qu’il ne voulait pas dire « apostasie au sens propre du terme. « Mais apparemment, pour si Marzouki, tous les termes ont un sens particulier», ajoute BCE.

Cet épisode a conduit les présents à parler de cette fameuse théorie de complot, tournée en dérision par Béji Caïd Essebsi dans son style humoristique fin, mais fort expressif. Tous les présents sont d’accord que ces accusations sont ni fondées, ni argumentées, ni étayées, ni logiques, ni raisonnables.

Au lieu de cela, un appel a été lancé par les quatre personnalités du gouvernement provisoire à M. Jebali pour qu’il s’attelle à la tâche, pour qu’il dise au peuple la vérité et la réalité des choses et de lui annoncer une feuille de route claire avec un échéancier précis des différentes étapes à savoir, et en premier lieu, la tenue des prochaines élections avec la constitution de l’Instance indépendante desdites élections, l’élaborations de la constitution, la définition du prochain système politique, la réalisation de la justice transitionnelle, de préférence du type appliqué par Mandela en Afrique du Sud.

La Tunisie a besoin de traiter les problèmes urgent d’abord intéressant la proximité et les préoccupations du commun des citoyens qui aspirent à l’emploi, à l’amélioration de leur pouvoir d’achat, à leur sécurité, à la préservation de l’emploi, assurent les présents sur le plateau.

Or, au contraire, on assiste à l’émergence de questions qui n’auraient jamais dû avoir lieu en ces moments précis comme les débats sur l’identité, sur la religion et sur les tenues vestimentaires, sans oublier les polémiques inutiles soulevées par les prédicateurs « importés », tels les Amrou Khaled et Wajdi Ghenim. 

En conclusion, Béji Caïd Essebsi , qui a évoqué avec grand émotion le triste épisode de la profanation du drapeau national,a fini par révéler qu’il a accepté l’invitation de présider une grande réunion le 24 mars 2012 à Monastir dans le cadre de l’initiative tendant à la création d’un grand parti centriste et démocratique.

A la fin de cette rencontre, une comparaison s’est imposée à nous entre la prestance, les prestations et les visions des choses de l’Etat entre les membres de l’actuel gouvernement de la Troïka et ceux du gouvernement transitoire dirigé par M. Caïd Essebsi. Cette comparaison a dû s’imposer, également, aux téléspectateurs tunisiens qui auront, sûrement, tranché dans un sens ou dans l’autre.

source businessnews

 


 
 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Tunisie : Gouvernement Hamadi Jebali
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : thala solidaire.over-blog.com
  •  thala solidaire.over-blog.com
  • : ThalaSolidaire est dédié à la ville de Thala, ville phare de la Révolution tunisienne. Thala est une petite agglomération du centre-ouest de la Tunisie. Elle est connue pour son histoire antique, ses sources, ses carrières de marbre, devenues une sorte de tragédie écologique et économique, sa résistance et sa misère. Thala solidaire a pour objectif de rassembler toutes les voix INDIGNÉES pour donner à cette terre ainsi qu'à toutes autres terres un droit à la vie et à la dignité…
  • Contact

Recherche

Vidéos

Catégories