Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 décembre 2012 2 04 /12 /décembre /2012 20:12

 

 

 

______________________________________________________________________________________________________

 Ennahdha-UGTT, la guerre est déclarée


ugttLa guerre paraît bel et bien déclarée entre Ennahdha, et l’Union Général des Travailleurs de Tunisie. M. Houcine Abassi, le secrétaire général de la puissante centrale ouvrière, a déclaré que l'attaque perpétrée à l'encontre du siège de l'UGTT, ce mardi 4 décembre est "un deuxième assassinat du leader Farhat Hached".

Une métaphore lourde de sens, quand on sait que le leader a été assassiné par l’ancien occupant français, et qu’une marche en direction de la Kasbah était justement prévue pour commémorer le 60ème anniversaire de l'assassinat de Hached.

C’est que le siège du syndicat, à la très symbolique place Mohamed Ali, a été attaqué aujourd’hui. Dix personnes  ont été blessées. Deux membres du bureau exécutif de l'UGTT, Hfaiedh Hfaiedh et Samir Cheffi  ont été agressés par des représentants de la ligue de la protection de la révolution.

Le secrétaire général de la fédération des finances relevant de l'UGTT Chedly Baazaoui, a accusé dans une déclaration à l'agence TAP, le Mouvement Ennahdha et la ligue de protection de la révolution d'avoir organisé le rassemblement, précisant que ces groupes ont tenté d'investir le siège de l'organisation syndicale. Mohamed Ali Amdouni, le secrétaire général du syndicat général de la justice, a déclaré, que «les représentants de la ligue de la protection de la révolution qui ont attaqué le bureau exécutif de l'UGTT, sont considérés comme des ennemis de la démocratie».

blesses-ugtt

Houcine Abassi, lui, dénonce la responsabilité du gouvernement, martelant, sur les ondes de ShemsFM, que «l'UGTT n'a été attaquée ni du temps de Bourguiba ni du temps de Ben Ali et que le gouvernement actuel, choisi à travers des élections transparentes est responsable de ces violences». Selon Houcine Abassi, «l'UGTT ne compte pas fermer les yeux sur de tels actes, car ce qui s'est passé aujourd'hui c'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase».

ugttEn ce mardi après-midi, des membres de la ligue de protection de la révolution se sont en effet rassemblés devant le siège de l'UGTT, appelant à «l'assainissement de l'organisation syndicale des symboles de l'ancien régime et à la garantie de son indépendance». Les membres de ces Ligues affirment, pour leur part, que ce sont les syndicalistes qui ont ouvert les hostilités en passant à l’attaque avec des gourdins et du gaz paralysant. Une version des faits qu’a notamment défendue M. Najib Gharbi, le chargé de l'information du mouvement Ennahdha. De son  côté, M. Houcine Abbasi souligne qu'il a "contacté des dizaines de fois le ministère de l'Intérieur pour intervenir et empêcher ces agressions sans obtenir de réponses".

Quoi qu’il en soit, les échanges d’insultes et d'accusations entre les deux camps ont viré à la confrontation. Un éclat d’extrême violence qui a contraint certains magasins du quartier, au cœur de Tunis, à baisser leur rideau de fer. Et en ce début d’après-midi, l’absence l'absence des forces de sécurité sur les lieux de l’affrontement, s’est fait lourdement ressentir.

Nous sommes donc clairement dans une logique d’affrontement. Deux jours à peine après que le calme soit revenu à Siliana, les tensions entre l’UGTT et Ennahdha virent désormais à la guerre ouverte. mag14

 

___________________________________________________________________________

 


 

 


__________________________________________________________________________________

Violents affrontements entre groupes islamistes et syndicalistes

De violents affrontements ont opposé mardi des groupes islamistes et des syndicalistes devant le siège de la centrale syndicale UGTT à Tunis, a constaté un journaliste de l'Associated Press.

Les heurts ont éclaté lorsque des dizaines de membres de l'UGTT commençaient à se rassembler pour commémorer l'assassinat du leader syndicaliste et nationaliste Farhat Hached tué en 1952, avant l'indépendance de la Tunisie, par l'organisation française La main rouge.

Une centaine de personnes agissant au nom des Ligues de protection de la révolution, considérées comme proches du parti islamiste au pouvoir Ennahdha, a alors fait irruption place Mohamed-Ali où se trouve le siège de la centrale syndicale, agressant la foule présente à coups de bâtons et à l'aide de pierres, de couteaux et de gaz.

Les assaillants qui scandaient "le peuple veut l'assainissement de l'Union (l'UGTT)", ont déchiré les affiches et les banderoles dressées sur la place et lancé des pierres, brisant plusieurs vitres du bâtiment.

Plusieurs dirigeants de l'UGTT ont été agressés dont les secrétaires généraux-adjoints Samir Cheffi et Hfayedh Hfayedh ainsi que Saïd Aïdi, ex-ministre de l'Emploi dans le gouvernement de Béji Caïd Essebsi qui a dirigé la première période transitoire. M. Hfayedh a dénoncé cette "agression sauvage" qui a fait dix blessés.

Il accusé le ministère de l'intérieur d'avoir fait "la sourde oreille aux appels du secrétaire général de l'UGTT", Houcine Abassi, l'accusant de "couvrir" les agresseurs.

Intervenant sur Mosaïque FM, le patron de la centrale syndicale a stigmatisé l'attaque qui a ciblé les adhérents de son organisation.

"La porte de l'affrontement est ouverte"

"La porte de l'affrontement est désormais ouverte, ce sont eux qui ont l'ont voulu et personne n'arrêtera l'UGTT qui continuera à défendre la situation sociale, économique et même politique", a lancé M. Abassi sur un ton ferme, en allusion aux partisans d'Ennahdha.

Le porte-parole d'Ennahdha, Néjib Gharbi s'est, quant à lui, déclaré "étonné" par ces événements, accusant à son tour les milices de l'UGTT d'avoir attaqué les partisans du parti islamiste qui, selon lui, voulaient s'interposer pour calmer la situation.

Les affrontements ont cessé après l'intervention des forces de l'ordre arrivées par la suite.

"Ce sont des milices instrumentalisées par le parti au pouvoir et leur bras armé. C'est une honte que cela se produise à une date symbolique en hommage au martyr Farhat Hached", a déclaré Fethi Abaza, syndicaliste et enseignant.

Les syndicalistes ont ensuite entrepris une marche vers la place de la Kasbah pour se recueillir sur la tombe du leader disparu.

De légères altercations, moins graves que les précédentes, ont eu lieu là aussi entre les deux parties qu'un cordon sécuritaire veillait à canaliser.

Ces affrontements interviennent après les déclarations de plusieurs dirigeants d'Ennahdha dont Sahbi Attig qui a accusé "des syndicalistes corrompus" d'être derrière les troubles sociaux qui ont secoué la semaine dernière la région de Siliana, dans le centre de la Tunisie. tempsreel.nouvelobs

 

___________________________________________________________________________


Partager cet article

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Tunisie : Kasbah 1 et 2_Manifs_ Initiative-UGTT
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : thala solidaire.over-blog.com
  •  thala solidaire.over-blog.com
  • : ThalaSolidaire est dédié à la ville de Thala, ville phare de la Révolution tunisienne. Thala est une petite agglomération du centre-ouest de la Tunisie. Elle est connue pour son histoire antique, ses sources, ses carrières de marbre, devenues une sorte de tragédie écologique et économique, sa résistance et sa misère. Thala solidaire a pour objectif de rassembler toutes les voix INDIGNÉES pour donner à cette terre ainsi qu'à toutes autres terres un droit à la vie et à la dignité…
  • Contact

Recherche

Vidéos

Catégories