Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 décembre 2011 7 25 /12 /décembre /2011 04:19

Vers la formation d'un front de gauche centriste

partis241211

Le Mouvement " Ettajdid ", le Parti Démocratique Progressiste (PDP), " Afek Tounes " et le Parti du travail tunisien (PTT) envisagent la formation d'un front de gauche centriste et ouvert " pour garantir l'alternance au pouvoir ".

 Selon Abdeljalil Bedoui, président du PTT, la formation de ce front intervient en réponse à ces partis qui s'attachent à l'édification d'un projet sociétal, moderniste, démocratique et ouvert.

Il a, à cet égard, mis l'accent sur l'impératif pour ces partis de jouer un rôle de contre-pouvoir afin que le citoyen Tunisien ait une autre alternative s'il n'apprécie par les performances des forces en pouvoir.

Yassine Brahim, directeur exécutif du Parti " Afek Tounes " a estimé que " la situation politique actuelle ne permet pas l'alternance au pouvoir ", faisant état, à ce propos, de la propension à former une force politique centriste regroupant plusieurs partis non représentés au sein de la Constituante.

Cette initiative a été proposée, vendredi après-midi, à Monsatir, lors d'une conférence sur " les moyens de dynamiser l'action politique commune ".

source Tap

 

________________________________________________________

Caïd Essebsi passe à l’opposition


Beji_Caid_Essebsi.jpg« Un homme politique ne peut pas rester éternellement au pouvoir et doit savoir partir. Ma place sera comme auparavant, au cœur de la scène politique », a précisé M. Béji Caïd Essebsi, Premier ministre sortant.

 

Caïd Essebsi s’apprête à passer dans l’opposition. Il semble décidé à poursuivre le combat. Cependant, cette fois-ci, ça sera de l’extérieur du pouvoir, dans l’opposition.


M. Essebsi cherche à créer un parti moderne. Son objectif : mener le pays à bon port. Selon le quotidien « Assabah », le parti de l’ex Premier ministre s’appellerait le parti « Zeïtouna ». Il compte rallier des partis dits « bourguibistes », qui n’ont pas obtenu des résultats encourageants lors des élections du 23 octobre, ainsi que des partis progressistes et des partis du centre et de la gauche.
Caïd Essebsi sera le fédérateur. Il vise à obtenir le ralliement du reste de l’opposition pour former un bloc face à Ennahdha. 


Essebsi n’est pas seul dans ce combat. Des partis politiques centristes ainsi que des partis de gauche ont, également, décidé de créer un front politique uni, en vue de contrer Ennahdha. 
M. Ahmed Néjb Chebbi, chef historique du Parti démocratique progressiste (PDP), a tendu la main aux formations du bloc démocratique et moderniste. M. Chebbi a invité Ettajdid et Afek Tounes à former ensemble une coalition démocratique progressiste.


La formation d’un « front commun » contre le pouvoir est une décision claire ! Le pari est de former des forces politiques ayant suffisamment de poids pour qu’elles puissent concurrencer le premier parti.
Notons que Béji Caïd Essebsi annoncerait la création de son parti lors d’une conférence de presse.

source inve

___________________________________

Le congrès de l’Ugtt pour solder l'ère Abdessalem Jerad

 

A la veille du 22ème Congrès de l’Union générale tunisienne du Travail (Ugtt), les 25 et 26 décembre à Tabarka, tout le monde se mobilise. Pour tourner la page d’un passé de plus en plus brouillé.


Selon Abdeljelil Bedoui, universitaire et expert économiste auprès de l’Ugtt, cité par l’agence Tap, une occasion historique s’offre aujourd’hui à l’organisation ouvrière pour revoir le modèle de développement vers plus de justice entre les régions et les catégories. Et d’ajouter que la classe ouvrière est devenue, depuis des années, victime des disparités sociales, de la pression fiscale et des modes de travail précaire.

M. Bedoui a notamment mis l’accent sur la nécessité de veiller à ce que le 22e congrès de l’Ugtt soit l’occasion pour élire des dirigeants crédibles et influents, mettant en garde, à ce propos, contre l’instrumentalisation de l’Ugtt à des fins personnels.

Face au pluralisme syndical, a-t-il relevé, l’Ugtt demeure capable de préserver sa place sur la scène nationale, dans la mesure où ses concurrents n’ont pas une solide expérience syndicale.

Les années de plomb et de compromission

Pour continuer à jouer son rôle avant-gardiste sur la scène nationale, régionale et internationale, a-t-il conclu, l’Ugtt doit favoriser la démocratie et la transparence, consacrer la décentralisation des décisions, accorder un intérêt accru aux dossiers sociaux et syndicaux. Pour éviter surtout de suivre l’exemple des prédécesseurs.

Le Congrès de Tabarka est venu à temps pour aider la centrale à faire le bilan des vingt dernières années, qui furent parmi les moins glorieuses de l’histoire de l’Ugtt, et notamment pour ses dirigeants qui ont plus coopéré avec le régime dictatorial que défendu les intérêts des travailleurs.

Un moment de bilan, d’autocritique sans concession, d’assainissement des structures et de reconstruction sur de nouvelles bases et avec une direction jeune et honnête, capable de préserver l’unité de la centrale et son indépendance et protéger celle-ci de la corruption et du népotisme.

source kapitalis

__________________________________

Les pays du Golfe font-ils la loi en Tunisie?

Pressenti pour le poste, Khayam Turki ne sera pas le ministre des Finances du nouveau gouvernement tunisien. Parce qu'il déplaisait aux pays du Golfe?

Le ministre des Finances des Emirats Arabes Unis en Arabie Saoudite, le 22 octobre 2011. Reuters/Jumana El-Heloueh

Khayam Turki, le conseiller politique le plus écouté de Mustapha Ben Jaafar (leader du parti Ettakatol), ne sera pas le ministre des Finances du nouveau gouvernement tunisien. Son nom a été retiré de la liste de 41 ministres et secrétaires d’Etat soumise par le Premier ministre Hamadi Jebali au président Moncef Marzouki. Ce fils de diplomate polyglotte de 46 ans, diplômé de HEC Carthage, de Sciences Po Paris et de la prestigieuse université américaine du Caire avait pourtant les compétences et le profil idoines pour occuper ce poste très sensible, alors que l’économie tunisienne, fragilisée par l’onde de choc de la Révolution, voit ses perspectives se dégrader et doit affronter la défiance des investisseurs étrangers.


Turki, qui avait débuté sa carrière en Egypte, comme directeur financier chez Spie Batignolles, qu’il avait poursuivie à la City de Londres, et qui avait travaillé pour des fonds d’investissements arabes et internationaux, s’était investi dans l’action politique au lendemain de la Révolution, en rejoignant Ettakatol, la formation d’obédience social-démocrate dirigée par Mustapha Ben Jaafar, un ancien opposant à Ben Ali. Il avait mis ses talents d’organisateur, son entregent et son chéquier au service du parti. Il avait su très vite se rendre indispensable et avait intégré le premier cercle, suscitant, au passage, l’irritation de la vieille garde.


Un des candidats les plus en vue

Il était, aux côtés d’Elyes Fakhfakh, de Samy Razgallah, de Sami Bahri, de Mourad Ben Mahmoud et de Lobna Jeribi, l’un des représentants les plus en vue de la génération des «quadras», un des symboles, aussi, du renouvellement du parti. Homme de l’ombre, il avait assumé la direction de la campagne des élections du 23 octobre, et avait été un des plus actifs théoriciens de la participation d’Ettakatol au «gouvernement d’intérêt national» aux côtés des islamistes d’Ennahda et du CPR de Moncef Marzouki. C’est d’ailleurs lui qui avait négocié, pour le compte de sa formation, les contours de l’alliance tripartite, au cours des semaines qui ont suivi l’annonce des résultats du scrutin.

 

Tenue pour acquise, sa désignation aux Finances avait fuité dans la presse et n’avait soulevé ni opposition, ni réserves. Mais, le lundi 19 décembre, alors que Hamadi Jebali, au terme de plusieurs semaines de tractations, s’apprêtait à rendre publique la liste définitive de ses ministres, c’est le coup de théâtre: il annonce un report de 24 heures, et rejette la responsabilité sur Ettakatol, dont l’un des candidats pressentis se serait désisté. Interrogé à la télévision Khlil Ezzaouia, le numéro deux de la formation social-démocrate, confirme d’abord sans donner plus de détails.

Veto catégorique des Emirats Arabes Unis?

Une folle rumeur commence à se propager dans les salles de rédaction, et le site Businessnews dévoile le pot-aux roses: une partie étrangère, en l’occurrence le gouvernement des Emirats Arabes Unis, aurait opposé un veto catégorique à la nomination de Khayam Turki. Et Jebali puis Ben Jaafar auraient cédé au diktat étranger pour ne pas compromettre les relations de la Tunisie avec ce partenaire stratégique, qui a prévu d’investir plusieurs milliards de dollars dans des grands projets immobiliers, gelés depuis des années. La raison avancée par les Emiratis serait un litige commercial et financier. Turki a travaillé en 2008 en Algérie, pour EIIC (Emirates International Investment Company), filiale du puissant groupe dubaïote Emaar, comme directeur général de la Société des parcs d’Alger, chargée notamment de réaliser le pharaonique projet Donya Park, un investissement de 5 milliards de dollars (le chantier n’a pas abouti). Il a quitté cette société en mauvais termes. Ses anciens employeurs l’accusent de diverses malversations. Ils ont mandaté un cabinet d’avocats tunisien, le cabinet Bousayenne-Knani-Houerbi, pour les représenter en Tunisie. Officiellement, c’est ce cabinet —et non le ministre de l’Intérieur des Emirats— qui serait intervenu auprès de Hamadi Jebali pour le dissuader d’engager Turki au gouvernement.

 

Khayam Turki, meurtri, ayant choisi de se murer dans le silence et de ne pas commenter, de nombreuses questions demeurent en suspens. Est-il victime ou fautif? A-t-il simplement fait les frais de l’application «du principe de précaution», ou y-a-t-il eu ingérence étrangère caractérisée dans la composition du gouvernement tunisien? Difficile d’en savoir plus pour l’instant. Une chose est sûre: la communication des dirigeants d’Ettakatol a été désastreuse de bout en bout. Fidèle à son habitude, Mustapha Ben Jaafar n’a fait aucune déclaration.

 

Mandaté pour éteindre l’incendie, Khil Ezzaouia a tenté de noyer le poisson en déclarant dans un premier temps que le désistement de Khayam Turki était motivé par des raisons strictement personnelles, et que ce dernier avait décliné le portefeuille de ministre parce qu’il avait été approché par une entreprise étrangère qui lui avait proposé un salaire de 30.000 dinars mensuels nets, soit plus de 15.000 euros. A l’inverse, Khemaïs Ksila, un des élus du parti à la Constituante, s’est étonné que personne ne soit monté au créneau pour défendre l’intégrité de Mr Turki, victime, selon lui, d’une campagne de dénigrement orchestrée. Il a stigmatisé la pusillanimité de la direction d’Ettakatol, qui préfère sacrifier sans jugement une figure du mouvement plutôt que de risquer «l’incident diplomatique» avec Ennahda et avec les Emirats. Enfin, pour corser le tout, Mohamed Bennour, le porte-parole du parti, a accusé «des forces occultes à la solde de l’ancien régime de semer la zizanie dans les rangs, dans l’espoir de saborder la coalition avec Ennahda». Ambiance, ambiance…

Collusion entre les nouvelles autorités tunisiennes et les pays du Golfe

Une chose est sûre en attendant: l’affaire fait désordre et risque de donner corps aux soupçons de collusion entre les nouvelles autorités tunisiennes et les pays du Golfe. La proximité d’Ennahda avec le Qatar, que de nombreux partis à Tunis accusent d'avoir généreusement contribué au financement de sa campagne, n’est un secret pour personne.

 

Rafik Ben Abdesselam Bouchleka, le nouveau ministre des Affaires étrangères, qui se trouve être le gendre de Rached Ghannouchi, fondateur et leader emblématique d’Ennahda, a effectué l’essentiel de sa carrière dans le petit émirat gazier, et occupait encore, il y a peu, le poste de directeur du centre d’études d’Al Jazeera. La Tunisie, sortie de l’orbite occidentale dans laquelle Ben Ali l’avait enfermée, serait-elle en train de passer sous la coupe des pays du Golfe, et de devenir un nouveau protectorat? 

source slateafrique

 

Partager cet article

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Tunisie : Partis politiques_ Programmes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : thala solidaire.over-blog.com
  •  thala solidaire.over-blog.com
  • : ThalaSolidaire est dédié à la ville de Thala, ville phare de la Révolution tunisienne. Thala est une petite agglomération du centre-ouest de la Tunisie. Elle est connue pour son histoire antique, ses sources, ses carrières de marbre, devenues une sorte de tragédie écologique et économique, sa résistance et sa misère. Thala solidaire a pour objectif de rassembler toutes les voix INDIGNÉES pour donner à cette terre ainsi qu'à toutes autres terres un droit à la vie et à la dignité…
  • Contact

Recherche

Vidéos

Catégories