Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 juillet 2011 1 04 /07 /juillet /2011 06:05

Washington accuse Théréan d'armer les insurgés en Irak et en Afghanistan

Mitrailleur d'un hélicoptère Chinook américain au dessus de l'Afghanistan.
Mitrailleur d'un hélicoptère Chinook américain au dessus de l'Afghanistan.AFP/TED ALJIBE
Le Wall Street Journal [abonnement], citant des officiers américains ayant requis l'anonymat, a affirmé vendredi que l'Iran fournissait des armes aux rebelles irakiens et des roquettes longue portée aux talibans pour attaquer à distance les forces américaines et de la coalition. "Nous assistons à une augmentation des attaques dans le pays surtout à Bagdad et dans le sud" de la part des milices chiites soutenues par l'Iran, a déclaré pour sa part le général Jeffrey Buchanan, porte-parole des forces américaines en Irak, interrogé par le quotidien américain.Le général Ahmad Vahidi, ministre iranien de la défense, a qualifié de "mensonges"les accusations des responsables militaires américains sur l'envoi d'armes par l'Iran en Irak et en Afghanistan pour armer les rebelles. "Les mensonges répétitifs et ridicules des Américains visent à justifier leurs erreurs", a déclaré, samedi, le général Vahidi à l'agence semi-officielle Fars.

Le général Buchanan a souligné que les groupes d'insurgés chiites irakiens étaient liés à la Force al-Quds, l'unité chargée des opérations secrètes au sein des Gardiens de la révolution, l'armée idéologique du régime iranien.

Avec 14 morts, l'armée américaine en Irak a connu en juin son mois le plus meurtrier depuis trois ans à la suite d'attaques menées surtout dans le sud chiite par des insurgés soutenus par l'Iran qui veulent empêcher une présence militaire américaine après 2011. Ces dernières semaines, les talibans ont également multiplié les attaques contre les forces américaines et leurs alliés de l'Otan en Afghanistan.L'Iran répète régulièrement son hostilité à la présence des forces américaines en Irak et en Afghanistan.

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans OTAN_ ONU _ Gouvernements «occidentaux»_
commenter cet article
4 juillet 2011 1 04 /07 /juillet /2011 06:03

 

Après le limogeage du gouverneur, la brutalité du régime Al Assad...

L'armée syrienne poursuit ses opérations à Hama qui a eu l'impudence de réunir autant de manifestants vendredi dernier

Manifestants à Damas, en Syrie, contre le régime de Bachar Al-Assad.AFP/-
Manifestants à Damas, en Syrie, contre le régime de Bachar Al-Assad.
L'armée syrienne a déployé des chars dimanche aux entrées de la ville d'Hama, deux jours après une manifestation de grande ampleur contre le président Bachar Al-Assad, rapportent des habitants et des militants.

"Des dizaines de personnes ont été arrêtées dans les environs d'Hama. Les autorités semblent avoir opté pour la solution militaire afin de soumettre la ville", a dit Rami Abdel Rahman, président de l'Observatoire syrien pour les droits de l'homme.

Hama, située à 210 km au nord de Damas, a été le théâtre de la plus sanglante répression dans l'histoire moderne de la Syrie. Le président Bachar al-Assad a limogé samedi le gouverneur de Hama au lendemain d'une manifestation de centaines de milliers de personnes dans la ville contre son régime.

Plus au sud, les soldats se sont déployés samedi à des axes routiers principaux dans le centre de la ville de Hama et "des tirs nourris" y ont été entendus dans la nuit, a-t-il poursuivi.

Lors d'une intervention de grande ampleur en 1982, l'armée avait tué près de 30 000 personnes afin de mâter un soulèvement islamiste contre l'ancien président Hafez al Assad.

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Syrie : les oppositions _ Ligue Arabe
commenter cet article
4 juillet 2011 1 04 /07 /juillet /2011 06:00

Le portrait d’Alaedine Theyri, son fils, porté contre elle, bien visible dans son cadre, Radia avance dans cette petite rue de sa cité El Khadra au nord de Tunis. Accompagnée de son cadet, Medhi et de quelques amis, elle nous emmène voir le mémorial « des martyrs de la révolution », dédié à son fils et à un autre jeune du quartier, décédés au cours d’affrontements.

« Quand je vois ce monument, j’ai l’impression qu’Alaedine est toujours en vie. C’est une grande fierté pour moi qu’il soit considéré comme un martyr. J’espère qu’Allah l’accueillera lui aussi comme tel », nous confie cette maman, encore très marquée par la perte de son enfant.

Alaedine avait 26 ans. Il est décédé le 13 janvier dernier, la veille du départ du président Ben Ali, au moment où la tension était la plus vive dans le pays. La cité était en ébullition. De violents heurts opposaient jeunes du quartier et policiers. Le jeune homme, touché à la poitrine par une bombe lacrymogène, décédera dans la nuit, des suites d’une inhalation trop importante.

Radia photographiée devant le monument dédié à son fils, considéré comme martyr de la révolution

Ils sont environ 300 à avoir été tués ainsi au cours du mois de révolution. Édifié le 9 avril dernier, lors des fêtes des martyrs, ce monument tout simple arbore le croissant et l’étoile rouges de la Tunisie, le nom de ces deux victimes, mais aussi des inscriptions religieuses. Ce qui ne plaît pas à tout le monde. « Ce sont les Islamistes qui sont venus l’installer en pleine nuit », explique Hadji qui était au premier rang, aux côtés d’Alaedine, lors des émeutes. « Ils en profitent pour récupérer à leur compte les malheurs de toutes ces familles qui ont perdu un fils ou un frère au cours de la révolution. Je ne suis pas d’accord avec ça. »

Loin de ces jeux d’influences politiques, Radia s’inquiète aujourd’hui pour sa famille. Son mari est décédé il y a plus de 10 ans et Alaedine était le seul à travailler pour nourrir ses trois soeurs et ses deux frères. Le gouvernement provisoire a promis une aide pour les familles des martyrs. Elle a reçu une avance de 20 000 dinars (environ 10 000 €), mais depuis plus rien.

"J'attends que mon fils trouve du travail"

« Pour survivre, Medhi un autre de mes fils vit de petits boulots. Il a passé et réussi les examens pour entrer à la police, mais il n’a pas encore été retenu », explique-t-elle. Du boulot à la police alors qu’elle tient les policiers pour responsables de la mort de son fils aîné, Radia n’y voit pas de contradiction. « Il faut que les choses changent. Je n’ai pas de rancœur. Mon fils est mort pour que notre pays soit libre. J’attends maintenant que tous les jeunes, comme Medhi, puissent trouver un travail et vivre dignement. »

A El Khadra, Frédéric Moray

 

lien : http://www.sixmoisapres.com/?p=179

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Tunsie _ Justice_Sécurité
commenter cet article
4 juillet 2011 1 04 /07 /juillet /2011 05:58
13 combattants d'Al-Qaïda et 10 soldats tués dans le sud du Yémen
13 combattants d'Al-Qaïda et dix soldats yéménites ont été tués dimanche dans de violents combats à Abyan, une province dans le sud du Yémen, a déclaré un responsable de l'armée yéménite à l'agence Chine Nouvelle.

Selon le responsable, Al-Qaïda tentait d'anéantir complèment la 25e brigade mécanisé de l'armée yéménite, encerclée depuis un mois par les terroristes dans le sud du Yémen. Les combats entre les deux parties ont fait également des dizaines de blessés chez les deux côtés.

Les combattants d'Al-Qaïda se sont emparés certaines villes dans le sud du Yémen, en profitant de l'absence des forces de sécurité pour faire face aux manifestations qui secouent le pays depuis cinq mois pour réclamer le départ du président Ali Abdallah Saleh.

 

lien : http://french.cri.cn/621/2011/07/04/301s247414.htm

 

 

Le Yémen frappé par une crise économique

Manifestation anti-régime, ce samedi 2 juillet 2011, à Sanaa.
Manifestation anti-régime, ce samedi 2 juillet 2011, à Sanaa.
REUTERS/Suhaib Salem
Par RFI

 

 

Confronté à cinq mois de soulèvement populaire, le Yémen fait face à une crise économique. La situation politique du pays étant instable, beaucoup d’entreprises suspendent leur activité. Ce samedi 2 juillet 2011, pour la première fois, les manifestants anti-régime ont laissé, le temps d’une marche, la politique ; et ont exigé qu’on leur donne pétrole, gaz et eau. Des biens indispensables au quotidien devenus inaccessibles pour beaucoup à cause de l’inflation qui touche le pays.

 

Avec notre correspondante au Yémen, Charlotte Velut

 

Dans les airs, galettes de pain, bûches de bois et lampes à l’huile… Dans les bouches, pas d’appel à la chute du régime mais un plaidoyer contre l’inflation. Sur les cinq derniers mois, les prix ont explosé au Yémen. En tête, celui de l’essence, multiplié par sept.

 

« Je n’ai plus de clients ! Tout le monde est parti à la campagne », déplore Mohamed, épicier dans le vieux Sanaa. Un moyen de diminuer les dépenses… Une priorité, surtout pour les dizaines de milliers de Yéménites qui ont perdu leur travail à cause de la crise.

 

Abdul Ghaniy Al Iryani, analyste politique et sociologue à Sanaa, l’assure : « L’économie est en chute libre. Le secteur privé a licencié la moitié de sa force de travail. Les revenus du secteur pétrolier ont été divisés par deux. Les caisses du pays sont presque vides. L’économie était déjà faible, avec la crise actuelle je ne parlerai même plus de crise mais d’effondrement. »

 

Et dans l’ombre de cette impasse économique, une urgence humanitaire pointe. D’après certains analystes, avec la hausse de 40% des prix de l’alimentation, le Yémen pourrait en effet être touché par une famine d’ici un mois.

 

lien : http://www.rfi.fr/moyen-orient/20110702-le-yemen-frappe-une-crise-economique

 

 

 

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Yémen
commenter cet article
4 juillet 2011 1 04 /07 /juillet /2011 05:54
Egypte : des manifestants toujours rassemblés sur la place Tahrir
 

LE CAIRE — Près de 200 personnes continuaient de manifester samedi matin sur la place Tahrir du Caire, pour réclamer notamment le jugement des responsables de la répression du soulèvement contre le président Hosni Moubarak en début d'année.

Les manifestants, dont une partie a passé la nuit sous des tentes installées sur le terre-plein central de ce vaste carrefour du centre-ville, étaient rassemblés dans le calme au milieu du trafic routier habituel.

La veille, environ 5.000 personnes avaient manifesté en ce lieu symbolique des grands rassemblements qui ont mené à la chute de l'ancien régime le 11 février dernier.

"Non au retour des brutalités policières contre les civils", pouvait-on lire sur une banderole brandie par les protestataires.

Ils demandent en particulier le jugement des policiers et des responsables des forces de l'ordre impliqués dans le meurtre de civils pendant la révolte.

Environ 850 personnes ont été tuées au cours de ces événements, selon un bilan officiel. L'armée égyptienne a annoncé jeudi soir la création d'un fonds d'aide sociale et médicale aux familles des victimes.

L'institution militaire est de plus en plus ouvertement critiquée pour la manière dont elle gère la transition, certains l'accusent même d'employer les tactiques de l'ancien régime pour étouffer la dissidence.

 

 

 

Egypte: le gouvernement confirme la dissolution des conseils municipaux

 

Le gouvernement égyptien a confirmé dimanche une décision de justice de dissoudre tous les conseils municipaux au motif qu'ils sont dominés de manière écrasante par des élus proches de l'ancien pouvoir du président Hosni Moubarak, ont annoncé les médias d'Etat.

Le gouvernement égyptien a confirmé dimanche une décision de justice de dissoudre tous les conseils municipaux au motif qu'ils sont dominés de manière écrasante par des élus proches de l'ancien pouvoir du président Hosni Moubarak, ont annoncé les médias d'Etat. Marwan NaamaniZoom

Le gouvernement égyptien a confirmé dimanche une décision de justice de dissoudre tous les conseils municipaux au motif qu'ils sont dominés de manière écrasante par des élus proches de l'ancien pouvoir du président , ont annoncé les médias d'Etat.
"Le gouvernement a décidé d'entériner la décision de justice de dissoudre les conseils municipaux", selon un bandeau diffusé par la télévision.
La Cour suprême administrative du Caire avait décidé le 28 juin de dissoudre ces conseils à la suite de plaintes concernant la mainmise du parti national démocrate (PND) de M. Moubarak, aujourd'hui dissous.
Les résultats de l'élection de ces conseils en avril 2008, marquée par une abstention massive, avaient donné 92% des sièges au parti de l'ancien raïs. Ces conseils municipaux constituaient un des principaux éléments du réseau d'influence et de clientélisme du pouvoir égyptien à travers tout le pays.
La dissolution de ces conseils communaux faisait partie des revendications des grandes manifestations qui ont poussé M. Moubarak à la démission le 11 février dernier.
Aucune date n'a été à présent avancée pour d'éventuelles élections anticipées afin de renouveler ces conseils, dont le mandat vient à échéance en 2012.
Les deux chambres du Parlement égyptien ont quant à elles été dissoutes dans la foulée du départ de M. Moubarak et son remplacement par un haut conseil militaire. Des élections législatives sont prévues en septembre.
Egypte: ouverture du procès des violences confessionnelles de mai

 

LE CAIRE — Le procès de 48 personnes accusées d'avoir participé aux heurts entre chrétiens et musulmans ayant fait 12 morts en mai s'est ouvert dimanche.

Un nouveau banc des accusés a été installé afin de séparer les accusés musulmans et chrétiens. Les forces de sécurité protégeaient le bâtiment abritant le tribunal à l'extérieur duquel les familles des accusés organisaient une manifestation.

Les 28 accusés présents --20 autres sont encore recherchés-- ont tous plaidé non coupables. Ils sont accusés de meurtre prémédité, incitation aux tensions confessionnelles et atteinte à la sécurité publique.

Les heurts du 7 mai dans le quartier populaire d'Imbaba, avaient fait 12 morts et 52 blessés.

Des musulmans avaient attaqué l'église copte de Saint Mena de ce quartier dans le but de libérer une femme chrétienne qui était présumée être détenue contre son gré car elle voulait se convertir à l'islam.

Les Coptes ont accusé les soldats de n'avoir rien fait pour stopper les heurts.

Des centaines de Coptes ont tenu un sit-in à l'extérieur du siège de la télévision d'Etat pour réclamer davantage de protection.

Ce sit-in a été attaqué une semaine plus tard, provoquant de nouveaux heurts qui ont fait des dizaines de blessés et fait craindre des violences confessionnelles d'envergure.

L'Egypte est en proie à l'insécurité et à des violences confessionnelles depuis la révolte qui a chassé du pouvoir le président Hosni Moubarak le 11 février, créant un vide au niveau des services de sécurité.

Après les heurts, le Conseil suprême des forces armées, qui a pris le pouvoir au départ de Moubarak, a prévenu qu'il allait frapper "d'une main de fer" tous ceux qui portaient atteinte à la sécurité du pays.

Les chrétiens coptes, qui représentent près de 10% de la population égyptienne (80 millions d'habitants), se disent victimes de discrimination et ont visés par plusieurs attaques.

AFP

 

 

 

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Égypte : Élections _ Constitution
commenter cet article
4 juillet 2011 1 04 /07 /juillet /2011 05:45

Au cours de la semaine, des mouvements de protestation, des manifestations, des grèves, ont fleuri tout autour du monde. Comme une sorte d’épidémie mondiale de contestation qui se propagerait dans les rues surchauffées...

 

En Grèce c’est un deuxième plan d’austérité qui indigne la population. Malgré les grèves générales et les manifestations, qui souvent deviennent violentes, l’étau des financiers se serre toujours plus. Les banquiers prêteurs ne sont pas prêts à lâcher leurs profits, quitte à mettre un policier derrière chaque citoyen grec qui ne se résoudra pas à rester à genoux...

 

Quel gaz est utilisé par la police grecque ?

 

En Syrie la rue gronde depuis des semaines, pour se débarrasser d’un régime qui ne supporte pas la contestation. Les représailles ont déjà fait des centaines de morts et pourtant la rue ne plie pas...

 

Au Chili on manifestait afin d’obtenir davantage de moyens pour l’enseignement public. Entre 100 000 et 200 000 manifestants à Santiago. Que croyez-vous qu’ils ont obtenu ? Des gaz lacrymogènes envoyés directement depuis les voitures blindées des forces de l’ordre...

 

En Grande-Bretagne la pilule de la réforme des retraites ne passe pas. Entre 600 000 et 700 000 personnes étaient dans les rues pour manifester leur mécontentement face aux réformes des Conservateurs...

 
 

L’Egypte a aussi connu des soubresauts cette semaine. La place Tahrir reste l’épicentre de la contestation, dans un pays encore endeuillé par les affrontements de la récente "Révolution Egyptienne"...

 

En Pologne on manifeste dans les rues de Varsovie pour dénoncer un salaire minimum trop faible : "A vous la politique, à nous la misère"...

 

En France les anti-nucléaires manifestent (chaîne humaine) à Fessenheim pour obtenir la fermeture de la centrale nucléaire jugée dangereuse...

 

La liste pourrait s’allonger indéfiniment tellement les raisons de s’indigner sont nombreuses et l’envie de changement est FORTE...

 

http://www.agoravox.tv/actualites/international/article/la-rue-gronde-grece-syrie-chili-30812

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Solidarité mondiale
commenter cet article
2 juillet 2011 6 02 /07 /juillet /2011 03:42

Le "oui" l'a emporté très largement vendredi au référendum sur une nouvelle constitution au Maroc, a déclaré dans la nuit le ministre de l'Intérieur, Taib Cherkaoui. Selon lui, 98,5% des votants l'ont approuvé, après dépouillement de 94% des urnes.

Le ministre a également indiqué que le taux de participation a atteint 72,65% dans les 94% des bureaux de vote où le dépouillement a eu lieu. Les bureaux de vote avaient fermé à 19h00 (20h00 suisses), selon les autorités.

M. Cherkaoui a jugé que "le référendum s'est déroulé dans un climat serein qui a montré le degré d'interaction entre le peuple et le contenu du projet de constitution". Le référendum constitutionnel soumis au scrutin doit limiter les pouvoirs du roi Mohammed VI du Maroc au profit du premier ministre

Ouvert à plus de 13 millions de Marocains, le scrutin s'est déroulé jusqu'au soir dans les 40'000 bureaux mis en place, y compris au Sahara occidental. Il faudra attendre dimanche ou lundi pour les résultats définitifs.

Les opérations de vote dans le royaume se sont tenues sous la surveillance de 136 observateurs marocains appartenant à la société civile et placés sous la supervision du Conseil national des droits de l'homme (CNDH, officiel), a indiqué un responsable du ministère de la communication.

La réforme de la Constitution a été proposée par le roi Mohamed VI afin de répondre aux aspirations démocratiques exprimées depuis le début de l'année dans un contexte de révoltes à travers le monde arabe.

 

http://www.romandie.com/news/n/Plus_de_98_de_oui_au_referendum_de_vendredi_au_Maroc020720110107.asp

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Maroc
commenter cet article
2 juillet 2011 6 02 /07 /juillet /2011 03:39
Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Syrie : les oppositions _ Ligue Arabe
commenter cet article
2 juillet 2011 6 02 /07 /juillet /2011 03:38
 
La secrétaire d'État américaine Hillary Clinton, en visite à Vilnius (Lituanie), a estimé hier que “le temps presse” pour le gouvernement syrien, en condamnant de nouvelles violences survenues à Alep.
“Il est évident que le temps presse pour le gouvernement syrien”, a indiqué Mme Clinton, condamnant des attaques “au couteau” contre des manifestants. La responsable américaine a appelé à des actes pour résoudre la crise en Syrie, théâtre de manifestations émaillées de violences.
“Nous attendons des actes, pas des mots, et nous n'en avons pas vu suffisamment”, a-t-elle dit. Le gouvernement syrien a autorisé la tenue d'une réunion de l'opposition à Damas. Mme Victoria Nuland, porte-parole de Mme Clinton, avait estimé mardi que cette réunion témoignait “d'un pas dans la bonne direction” de la part du gouvernement syrien. Jeudi, des centaines de personnes ont manifesté jeudi à Alep, dans le nord de la Syrie. Les forces de sécurité étaient intervenues pour disperser les manifestants rassemblés “pour réclamer des libertés”, faisant des blessés parmi les protestataires. La Syrie est en proie depuis la mi-mars à un mouvement de contestation contre le pouvoir en place marqué par des violences attribuées par Damas à des “gangs armés”.
Pour apaiser la tension dans le pays, les autorités syriennes avaient engagé une série de réformes dont la levée de l'état d'urgence et la libération de nombreux prisonniers politiques.
Dans un discours à la nation le 20 juin, le président Bachar Al-Assad avait appelé à un “dialogue national” qui pourrait aboutir à une nouvelle Constitution.
 
Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Syrie : les oppositions _ Ligue Arabe
commenter cet article
2 juillet 2011 6 02 /07 /juillet /2011 03:38

BEYROUTH - Plusieurs centaines de milliers de personnes sont descendues dans les rues de toutes les villes de Syrie, après la grande prière du vendredi, pour l'une des plus importantes journées de manifestations contre le régime du président Bachar el-Assad depuis le début du mouvement il y a trois mois. Divers affrontements ont fait au moins 14 morts, selon des militants des droits de l'homme.

Ces protestations, qui sont survenues dans des dizaines de lieux en même temps, ont épuisé davantage les ressources des forces de sécurité et militaires d'Assad au moment même où elles tentent d'endiguer le flot de réfugiés vers la Turquie.

La ville de Hama, coeur des plus récents soulèvements, a donné encore plus de fil à retordre au gouvernement. Les forces de sécurité se sont retirées de Hama au début du mois de juin après des fusillades ayant fait 65 morts et les rues semblaient maintenant entièrement contrôlées par l'opposition.

Selon le militant syrien Mustafa Osso, environ 300 000 personnes se sont rassemblées sur la place centrale de Hama vendredi sans que les troupes gouvernementales n'interviennent. Celles-ci sont demeurées à l'extérieur de la ville, ne souhaitant apparemment pas provoquer un nouveau bain de sang.

Cette décision pourrait aussi refléter la grande fatigue des hommes du président Assad et la nécessité pour lui de concentrer ses forces sur des fronts stratégiques. Le corps d'élite du dirigeant syrien a mené raids après raids partout au pays à mesure qu'émergeaient de nouveaux foyers de protestation.

Maintenant, il se trouve près de la frontière avec la Turquie afin d'empêcher les Syriens fuyant la violence de s'y réfugier. Cet exode est embarrassant pour le régime, qui craint aussi que ces camps ne deviennent des bastions de l'opposition échappant à son contrôle.

«Les forces de sécurité syriennes sont exténuées, a affirmé M. Osso. Il y a des manifestations partout en Syrie et elles ne peuvent pas couvrir toutes ces zones.»

Le militant a raconté que des foules importantes avaient envahi les rues de plusieurs villes syriennes vendredi, dont celles de la capitale, Damas. Certains des manifestants brandissaient des cartons rouges semblables à ceux utilisés par les arbitres pour exclure un joueur du terrain au soccer.

Omar Idilbi, porte-parole des Comités de coordination locaux qui documentent le mouvement de contestation en Syrie, a indiqué que les manifestations de vendredi étaient les plus importantes à avoir eu lieu depuis le début du soulèvement à la mi-mars. Il n'a pas donné de chiffres, mais a déclaré qu'il y avait eu des rassemblements dans 172 lieux avec un nombre de manifestants allant de quelques centaines à des centaines de milliers comme à Hama.

Au moins 11 personnes ont été tuées par les forces de sécurité à travers le pays vendredi, dont cinq à Homs et deux à Damas, ont révélé M. Idilbi et d'autres militants. Rami Abdul-Rahman, directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'homme à Londres, a déclaré que trois personnes avait été tuées tôt vendredi matin lors d'une opération militaire dans la région montagneuse du Jabal al-Zawiya, près de la frontière avec la Turquie, où plus de 10 000 Syriens se sont déjà réfugiés.

Plus de 1400 personnes ont péri dans la répression du soulèvement contre le régime qui secoue la Syrie depuis le mois de mars, selon des associations syriennes de défense des droits de l'homme. Damas conteste ce bilan, imputant à des criminels armés la responsabilité des troubles et dénonçant un complot ourdi depuis l'étranger.

Sur le front diplomatique, la secrétaire d'État américaine Hillary Clinton a déclaré que le président Bachar el-Assad avait le choix entre mettre en place des réformes politiques crédibles ou continuer à affronter des opposants de plus en plus organisés.

«On ne dirait pas qu'il y a un message clair et cohérent de la part de la Syrie, a affirmé Mme Clinton depuis la Lithuanie. Nous savons ce qu'ils doivent faire. Ils doivent amorcer une vraie transition vers le démocratie et permettre à l'opposition de tenir une réunion à Damas n'est pas suffisant pour atteindre cet objectif.»

Par ailleurs, le chef de la diplomatie russe Serguéï Lavrov a confirmé, à l'issue d'entretiens avec son homologue français Alain Juppé, son veto au projet de résolution sur la Syrie présenté par la France, la Grande-Bretagne et l'Allemagne. Pékin également s'oppose à ce texte exhortant Damas à cesser la répression sanglante et à mettre en oeuvre des réformes véritables.

 

http://www.journalmetro.com/monde/article/905749--syrie-au-moins-14-morts-lors-de-manifestations--page0

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Syrie : les oppositions _ Ligue Arabe
commenter cet article

Présentation

  • : thala solidaire.over-blog.com
  •  thala solidaire.over-blog.com
  • : ThalaSolidaire est dédié à la ville de Thala, ville phare de la Révolution tunisienne. Thala est une petite agglomération du centre-ouest de la Tunisie. Elle est connue pour son histoire antique, ses sources, ses carrières de marbre, devenues une sorte de tragédie écologique et économique, sa résistance et sa misère. Thala solidaire a pour objectif de rassembler toutes les voix INDIGNÉES pour donner à cette terre ainsi qu'à toutes autres terres un droit à la vie et à la dignité…
  • Contact

Recherche

Vidéos

Catégories