Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 juin 2011 4 30 /06 /juin /2011 07:47

L'Iran a testé des missiles aptes à transporter des ogives nucléaires


En menant des tests sur des missiles susceptibles de transporter des ogives nucléaire, l'Iran viole la résolution 1929 de l'ONU.
En menant des tests sur des missiles susceptibles de transporter des ogives nucléaire, l'Iran viole la résolution 1929 de l'ONU.AP/Ali Shaigan
"L'Iran a mené des tests secrets de missiles balistiques et lancé des fusées, notamment des missiles aptes à transporter une ogive nucléaire, en violation de la résolution 1929 de l'ONU", a déclaré M. Hague devant la Chambre des communes.L'Iran a testé secrètement des missiles "aptes à transporter" des ogives nucléaires, a affirmé mercredi à Londres le ministre des affaires étrangères britannique, William Hague.

Téhéran "a annoncé son intention de tripler sa capacité de production d'uranium enrichi à 20 %. Ces niveaux d'enrichissement sont beaucoup plus élevés que nécessaire pour une énergie nucléaire pacifique", a-t-il estimé, assurant que le Royaume-Uni allait "continuer à accroître la pression sur l'Iran pour négocier un accord sur son programme nucléaire".

Les programmes spatial et de missiles de l'Iran inquiètent les Occidentaux, qui redoutaient jusqu'à présent que Téhéran ne développe une capacité balistique lui permettant de lancer d'éventuelles armes nucléaires. Cette menace a été mise en avant par l'OTAN pour justifier le projet de bouclier antimissile en Europe.

Les déclarations de M. Hague surviennent au lendemain du lancement par l'Iran de 14 missiles balistiques à courte et moyenne portée, lors d'un exercice de "défense"destiné à dissuader Israël et les Etats-Unis de s'en prendre militairement à la République islamique. Les Etats-Unis ont dénoncé ces tirs mais sans indiquer si les armes testées par l'Iran étaient capables d'emporter des munitions nucléaires, invoquant le secret du renseignement.

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans OTAN_ ONU _ Gouvernements «occidentaux»_
commenter cet article
30 juin 2011 4 30 /06 /juin /2011 07:46

 

"Je veux contribuer à briser le blocus illégal de Gaza"


Après la tentative de mai 2010 violemment stoppée par Israël (9 morts), une nouvelle "flottille de la liberté" doit appareiller de Grèce ces jours-ci pour apporter de l'aide humanitaire à Gaza. L'écrivain suédois Henning Mankell sera à bord, comme en mai dernier. Il explique le sens et l'importance que cette démarche a pour lui.

27.06.2011 | Henning Mankell | Göteborgs-Posten


 Henning Mankell à Bethléem, le 26 mai 2009 (PALFEST via Flickr CC)

La "flottille pour Gaza" est une grande action de solidarité qui fait beaucoup réagir, et par conséquent beaucoup de choses arrivent. Des gens me transmettent des messages griffonnés sur des bouts de papier. La dernière fois que cela s'est produit, c'était dans le train entre Stockholm et Göteborg. Une femme entre deux âges m'a glissé un bout de papier entre les doigts au moment où je passais, une tasse de thé à la main. On pouvait y lire : "Il est important que cela soit fait." Ou bien des gens m'arrêtent dans la rue. Ils me parlent normalement, sans baisser la voix. Les marques de sympathie pour l'initiative prennent bien des formes, et les plateaux s'équilibrent sur la balance entre ceux qui, d'un côté, expriment en secret leur répugnance et leur désespoir face à la situation et ceux qui, de l'autre, affichent ouvertement leur sympathie pour cette action.

Mais qu'est-ce qui me pousse à monter à bord ? Pourquoi la flottille pour Gaza ? Pourquoi grimper à bord d'un cargo, pourquoi ne pas se contenter de dire sa compassion avec des mots ? Pourquoi ne pas rester à terre ?

Une des réponses pourrait prendre la forme suivante : j'essaie de mettre en pratique une sorte de credo intellectuel selon lequel "ce sont les actes qui viennent étayer les mots, et non l'inverse". Naturellement, écrire aussi est un acte, et un acte important. August Strindberg disait que les mots étaient "en [son] pouvoir". Mais il est rarissime qu'un livre, un article, un tableau ou encore un morceau de musique parvienne à lui seul à changer une réalité politique. Il est rare qu'un livre ait un impact aussi fort que le Printemps silencieux de Rachel Carson, par exemple [ce livre de 1962, qui traitait des effets négatifs des pesticides sur l'environnement, et plus particulièrement sur les oiseaux, a contribué à lancer le mouvement écologiste dans le monde occidental]. J'ai tendance à tenir le raisonnement inverse et à penser que l'on ne peut rien changer sans la culture et sans la conscience intellectuelle.

J'estime donc qu'il est également de ma responsabilité d'intellectuel de m'exprimer par d'autres moyens. Ces moyens peuvent être de différentes natures. Cela peut être, par exemple, comme aujourd'hui – ou comme l'année dernière – de participer activement à une traversée dont l'objectif est de briser le blocus illégal de la bande de Gaza.

Quelles sont les raisons qui me poussent à monter à bord ? La première est bien sûr que le blocus israélien est une violation flagrante du droit international. Les agissements d'Israël sont contraires à toutes les définitions internationales du droit. Ce faisant, Israël rejoint le camp des dictatures militaires et des régimes totalitaires.

Je n'ai pas besoin d'entrer dans le détail des incidences de ce blocus. Elles sont suffisamment et tristement connues. Mais ce qui est plus grave encore est que ce blocus ruine tous les espoirs d'une solution future pour les peuples palestinien et israélien. Le fait que les Israéliens ne s'en rendent pas compte est à mes yeux l'un des plus grands mystères de la situation dans laquelle nous nous trouvons aujourd'hui. Ne voient-ils vraiment pas ce qui est bon pour eux ? Où se situe leur intérêt ? Pourquoi creusent-ils le trou dans lequel ils tomberont tout seuls ?

Devant cette situation, la flottille pour Gaza fait la proposition suivante : brisez le blocus, refusez d'accepter cette violation du droit international pour envoyer un message clair aux peuples du monde entier et à leurs dirigeants politiques ; traduisez vos discours en actes ; faites le nécessaire pour que cesse ce répugnant blocus.

Dans le même temps, cette action envoie un autre message aux Palestiniens : vous n'êtes pas seuls ; quelqu'un vous voit et vous entend.

En tenant ce discours, on peut dire que je prends place sur la passerelle. Mais je ne suis pas encore à bord. Je suis également très sensible à l'axiome selon lequel "personne ne sera véritablement libre tant que tous les hommes ne seront pas libres". Bien sûr, on peut penser que c'est une chimère d'idéaliste. Mais, pour moi, c'est une vérité complètement élémentaire. Naturellement, je n'imagine pas voir ce jour de mon vivant. Ce que je peux voir, en revanche, c'est une amélioration de la situation par rapport à ce qu'elle est aujourd'hui ! Se révolter face à l'oppression est un droit immuable et intemporel.

http://www.courrierinternational.com/article/2011/06/27/je-veux-contribuer-a-briser-le-blocus-illegal-de-gaza

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Printemps arabe ! Et africain ! Amérique Latine
commenter cet article
30 juin 2011 4 30 /06 /juin /2011 07:26

 

Par Clarence Rodriguez, à Riyad, avec Yves-Michel Riols - publié le 29/06/2011

 

Grâce à son opulence financière, la pétromonarchie a pu se préserver de la contestation. Mais la pression pour les réformes politiques se renforce à l'intérieur de ce pays autocratique et austère.

Argent. Soucieux d'étouffer toute contestation, le roi Abdallah n'a pas lésiné sur les promesses financières.
REUTERS/Saudi Press Agency/Handout

Khaled n'a rien d'un révolutionnaire. Au contraire, ce jeune homme de 21 ans n'aspire qu'à une chose : gagner sa vie et aider sa famille. Il y a quatre mois, Khaled est arrivé dans la capitale saoudienne avec 2 000 riyals (370 euros) en poche. Il ne connaissait personne. Dans son regard, on lit autant de détermination que de crainte. Il faut dire que Khaled n'avait jamais quitté son village de la province de Djizan, dans le sud-ouest du pays. C'est là qu'il a grandi avec ses parents, ses huit frères et soeurs, dans un trois-pièces de 25 mètres carrés, sans eau courante. Alors, forcément, Riyad, c'est un choc.

Une richesse mal répartie

95 % des recettes de l'Etat proviennent de l'exportation du pétrole. Le secteur public représente près des deux tiers du PIB.

890 euros par mois, c'est le PIB par habitant en 2010, un niveau bien inférieur à celui des autres pétromonarchies du Golfe.

27 % des jeunes sont au chômage, dans un pays où les deux tiers de la population ont moins de 30 ans.

Motivé, il a fait la tournée des entreprises. Une galère. Muni d'un diplôme d'informatique, il a frappé aux portes des groupes de téléphonie mobile, de travaux publics... A chaque fois, la réponse est la même : "Pas assez qualifié." Il a fini par décrocher une place de caissier dans un supermarché, pour un salaire mensuel de 2 800 riyals (520 euros). Une fortune, pour ce jeune Saoudien issu d'un taudis de Djizan. "Avec ma première paie, dit-il fièrement, j'ai acheté des vêtements, une montre, du parfum, et j'ai envoyé 500 riyals (90 euros) à mes parents."

Khaled, c'est l'autre image de l'Arabie saoudite, à mille lieues de l'opulence qu'on associe au premier pays exportateur de pétrole. Son sort est moins anodin qu'il y paraît. Surtout dans un pays jeune (les deux tiers de la population ont moins de 30 ans) dirigé par des octogénaires, aux commandes d'une monarchie absolue. Surtout, aussi, quand le chômage frappe 27 % des jeunes Saoudiens. Ce n'est certes pas une réalité nouvelle, mais le contexte n'est plus le même. Le "printemps arabe" est passé par là, chamboulant toutes les certitudes. Désormais, tous les Khaled de la région se sont réveillés. Et leurs dirigeants savent que le mélange de précarité, d'inégalités et de pouvoir autocratique constitue un cocktail potentiellement explosif. En Arabie saoudite comme ailleurs.

 L'Arabie saoudite éloigne le spectre du "printemps arabe"

La révolte aux frontières. L'Arabie saoudite n'a pu ignorer le vent de révolte qui, depuis janvier, souffle sur le monde arabe, notamment à Bahreïn et au Yemen.

A n'en pas douter, la fronde qui balaie le monde arabe fait trembler la dynastie des Séoud, au pouvoir depuis 1932. La révolte gronde aux frontières du pays, de l'Irak au Yémen en passant par la Jordanie et par Bahreïn. Il a fallu attendre le retour au pays du roi Abdallah, en février, pour mesurer combien le régime était nerveux. Dès sa descente d'avion, après trois mois d'absence pour cause d'opération du dos aux Etats-Unis, le souverain de 86 ans a déclenché un tsunami de dépenses.

Pour éviter toute contagion de la contestation, le gouvernement saoudien a déployé une impressionnante artillerie financière : au total, 90 milliards d'euros seront déboursés dans les prochaines années, soit l'équivalent de 29,12 % du PIB... C'est à coup sûr l'un des plus volumineux plans de relance de l'histoire économique mondiale ! Une largesse que ce pays peut toutefois se permettre sans même creuser ses déficits. Et cela grâce à ses phénoménales réserves de change (312 milliards d'euros), les quatrièmes plus importantes de la planète, alimentées par l'envolée des cours de l'or noir. Avec une telle ouverture des vannes, tout le monde a été arrosé, à commencer par les fonctionnaires, dont le traitement a été augmenté de 15 % et qui se sont également vu accorder une prime correspondant à deux mois de salaire.

Princesse Adelah, fille du roi Abdallah :

"Les événements dans les pays voisins nous encouragent dans la voie des réformes. Cela passera, à terme, par le droit de vote des femmes."

Du coup, la seule grande mobilisation dans le pays depuis le début des soulèvements arabes a été une manifestation de soutien au régime ! Dès l'annonce de ces mesures, les rues de Riyad ont été envahies par une foule en liesse. "C'était une ambiance de carnaval", raconte l'historien britannique Robert Lacey, fin connaisseur du pays, qui se trouvait sur place, et dont le dernier livre (Inside the Kingdom, Arrow Books) a été interdit de diffusion. "Les gens agitaient des drapeaux et klaxonnaient. Ils se sont ensuite rués dans les centres commerciaux", l'une des rares distractions dans un pays austère où même les cinémas sont proscrits...

 

Des femmes de plus en plus revendicatives

Pourtant, il serait erroné de croire que cette politique du chéquier a étouffé toute contestation. Le réveil arabe a aussi éveillé des audaces, surtout chez les femmes. Depuis le début de l'année, elles sont plus revendicatives. A plusieurs reprises, des femmes, isolées ou en groupe, ont fait s'étrangler de rage l'establishment religieux en prenant le volant - un acte sacrilège, dans le seul pays du monde où elles n'ont pas le droit de conduire. L'expérience a été renouvelée avec succès, le 17 juin, lorsque des femmes ont à nouveau défié cette interdiction dans de nombreuses villes du royaume. D'autres ont bravé un deuxième tabou en réclamant le droit de vote aux élections municipales, prévues pour le 22 septembre. Un enjeu hautement symbolique, puisqu'il s'agira de la deuxième élection (semi-démocratique, car une partie des conseillers sont désignés) dans l'histoire du royaume. Autant d'initiatives qui laissent penser que les choses sont moins figées qu'elles n'en ont l'air. D'autant que le roi Abdallah, un réformateur prudent, a toujours été plus attentif que ses prédécesseurs au sort des femmes, enjeu crucial dans un pays où elles représentent 60 % des diplômés universitaires. Quitte à s'attirer les foudres du clergé conservateur.

La princesse Adelah prophétise le changement

Cette évolution est largement due à celle qui passe pour la fille préférée du roi, la princesse Adelah, 48 ans, mère de cinq enfants. Bien que discrète, elle est très écoutée. Sa maison, située au centre de la capitale, est une demeure bourgeoise entourée de hauts murs blancs que rien ne distingue des résidences mitoyennes. Rien à voir avec les palais des princes, gigantesques et fastueux. Signe de confiance envers son interlocutrice étrangère, la princesse Adelah accueille sans abaya et sans voile, dans son salon, sobre et raffiné. Des photos de famille sont posées sur une table d'angle en verre. Un domestique marocain sert un café à la cardamome verte, une spécialité saoudienne. Elle s'exprime rarement, mais quand elle le fait c'est pour délivrer un message. Dans un anglais parfait, ses propos sont sans ambiguïté : "Les événements dans les pays voisins et l'instabilité qui en résulte nous inquiètent et nous encouragent dans la voie des réformes. Cela passera, à terme, par le droit de vote pour les femmes, ainsi que par leur nomination au sein des conseils municipaux."

Un équilibre fragile, qui tient à la rente pétrolière

Le propos est certes audacieux dans le contexte saoudien, mais ce type de promesse suffira-t-il à contenir le raz de marée révolutionnaire qui est arrivé aux portes du pays ? Le royaume peut-il se contenter d'acheter la paix sociale et de réformer à doses homéopathiques ? Dans un système de pouvoir patriarcal et opaque où aucune opposition légale n'est autorisée, il est difficile de discerner les intentions du gouvernement et les débats qui l'agitent. Mais cela n'empêche pas des voix discordantes de s'exprimer, notamment dans les médias étrangers. Dans une chronique publiée par le New York Times en février, le prince Al-Walid, petit-fils du fondateur du régime et PDG d'un des plus gros conglomérats du pays, a dénoncé l'immobilisme sans trop de précautions. Les sociétés arabes, a-t-il écrit, "ne peuvent réussir que si elles ouvrent leurs systèmes à une plus grande participation politique, à une plus grande transparence et à la responsabilisation des femmes et des jeunes. Les gouvernements arabes ne peuvent plus prendre la passivité de leurs populations pour argent comptant."

Un plan de relance à 90 milliards d'euros

L'Arabie saoudite a beau être la plus grande économie du monde arabe, la répartition des richesses y est extrêmement inégale. L'exploitation du pétrole, dont le pays possède un quart des réserves mondiales prouvées, lui rapporte près de 700 000 euros par jour. Mais le PIB par habitant n'est que de 890 euros par mois, deux fois moins qu'en Grèce. L'annonce du gigantesque plan de relance budgétaire (90 milliards d'euros étalés sur plusieurs années) a donc été bien accueillie par la population.

Outre les augmentations de salaire des fonctionnaires, il prévoit également la création de 60 000 emplois au ministère de l'Intérieur et l'annulation des dettes des emprunteurs décédés ou en prison. Les deux plus gros postes de dépenses visent à répondre aux principales inquiétudes des Saoudiens : la pénurie de logements et le chômage, qui frappe officiellement 10 % de la population active. 46 milliards d'euros ont été alloués à la construction de 500 000 logements, et, pour la première fois, les chômeurs percevront une allocation mensuelle de 400 euros à partir de novembre.

L'autre grand défi du régime, c'est son modèle économique. Et, dans ce domaine, "les problèmes n'ont même pas trouvé un début de réponse", constate un économiste local qui souhaite conserver l'anonymat. L'Arabie saoudite est une autocratie religieuse à économie centralisée qui peine à se diversifier. Comme tous les Etats rentiers, le royaume vit sous perfusion : 95 % des recettes de l'Etat proviennent des hydrocarbures, qui financent un généreux secteur public représentant plus des deux tiers du PIB. Ce royaume désertique est l'un des rares pays du monde où les fonctionnaires sont nettement mieux payés que les salariés du privé - pour l'essentiel une main-d'oeuvre immigrée.

Prince Al-Walid, petit-fils du fondateur de la dynastie des Séoud

"Les gouvernements arabes ne peuvent plus prendre la passivité de leurs populations pour argent comptant."

Le problème, c'est que même le secteur public n'est plus en mesure d'absorber les 300 000 jeunes qui arrivent chaque année sur le marché du travail. A cela s'ajoutent les lacunes de la formation et aussi de la motivation, dans un pays où les entreprises privées sont obligées d'embaucher au moins 30 % de Saoudiens parmi leur personnel. "Les jeunes ont une méconnaissance totale des contraintes de la vie active", déplore Anwar, directeur d'une chaîne d'hypermarchés à Riyad. Non seulement il peine à recruter, mais, lorsqu'il y parvient, il a encore plus de mal à garder ses employés saoudiens, peu habitués à la culture du travail.

 

Malgré tous ces blocages, les Khaled saoudiens ne semblent pas trop disposés, pour le moment, à ruer dans les brancards. Tant que le régime pourra arroser le pays avec la rente pétrolière, son avenir ne paraît pas menacé. Mais c'est un équilibre fragile. La dernière fois que les cours du pétrole se sont effondrés, les conséquences ont été tragiques pour l'Arabie saoudite, comme pour le reste du monde. L'homme qui a alors émergé de l'ombre s'appelait Oussama Ben Laden...

 

Lien : http://lexpansion.lexpress.fr/economie/l-arabie-saoudite-eloigne-le-spectre-du-printemps-arabe_257984.html?p=3

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Printemps arabe ! Et africain ! Amérique Latine
commenter cet article
30 juin 2011 4 30 /06 /juin /2011 07:25

Libye: La France fournit des armes aux insurgés

Par LEXPRESS.fr avec AFP, publié le 29/06/2011 à 13:23

 

 

Libye: La France fournit des armes aux insurgés

Un rebelle libyen pointe son arme contre un graffiti représentant un des fils de Mouammar Kadhafi, Seif al-islam, le 26 juin 2011.

AFP/ PATRICK BAZ

Engagées depuis 3 mois en Libye, les autorités françaises ont effectué des parachutages d'armes pour aider les rebelles sur le terrain. Une prise rapide de Tripoli est en jeu.

La France semble prête à tout pour accélerer la chute du régime de Mouammar Kadhafi en Lybie. Paris a donc procédé, ces dernières semaines, à des parachutages d'armes pour aider les rebelles libyens dans la région du Djebel Nafusa, au sud de Tripoli, affirme ce mercredi le quotidien français Le Figaro, qui cite des sources françaises haut placées. Le journal a pu consulter une carte estampillée "DGSE Confidentiel défense", qui montre les localités de Nalout, Tiji, al-Jawsh, Shakshuk et Yafran aux mais des insurgés.

Selon le journal, la France aurait livré dans cette région située à quelques dizaines de kilomètres au sud de la capitale des lance-roquettes, des fusils d'assaut, des mitrailleuses et missiles antichar Milan. "Une source française haut placée" ajoute que l'armée française dispose d'un système très performant et très précis de parachutage et qu'elle a agi sans l'appui de ses alliés.

Prise de Tripoli par les rebelles?

Mardi, les rebelles se sont emparés d'un important dépôt de munitions dans une zone désertique à 25 kilomètres au sud de Zenten, au sud-ouest de Tripoli, non loin de ces localités. Depuis plusieurs semaines, les insurgés progressent au sud de la capitale. En fournissant des armes, les responsables français misent sur l'avancée de la rébellion vers Tripoli. "Si les rebelles parviennent jusqu'aux abords de Tripoli, la capitale ne manquera pas de se soulever contre Kadhafi", déclare un haut responsable français.

Une avancée des rebelle bienvenue alors que des dissensions se font jour au sein de l'Otan et que les pays engagés comme l'Italie, se montrent de plus en plus frileux. Par ailleurs, des signes de fatigue se font jour à Tripoli: "les mercenaires du régime ne sont plus payés et à peine nourris, il y a une sévère pénurie d'essence, la population n'en peut plus", estime un militaire français cité par Le Figaro.

Dans le même temps, les bombardements continuent dans les alentours de Tripoli, toujours contrôlé par les forces de Kadhafi.

Lien : http://www.lexpress.fr/actualite/monde/afrique/libye-la-france-fournit-des-armes-aux-insurges_1007497.html
Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Lybie
commenter cet article
30 juin 2011 4 30 /06 /juin /2011 07:16


WASHINGTON - Les Etats-Unis ont annoncé mercredi avoir étendu leurs sanctions visant la Syrie aux services de sécurité pour leur répression violente des manifestations dans ce pays.

Ces sanctions, annoncées dans un communiqué du Trésor, gèlent les avoirs que cette entité pourrait avoir aux Etats-Unis et interdisent à toute entreprise ou ressortissant américain de commercer avec elle.

Le président Barack Obama avait signé le 18 mai un décret sanctionnant son homologue syrien Bachar al-Assad et six autres des principaux responsables du régime.

La mesure décidée aujourd'hui renforce les efforts de l'administration pour faire pression sur M. Assad et son régime afin de mettre un terme à l'usage d'une violence gratuite et commencer la transition vers un système qui respecte les droits universels du peuple syrien, a affirmé le responsable des sanctions au Trésor, David Cohen.

Le ministère a cité la répression d'une manifestation pacifique fin avril. Quinze agents des services de sécurité ont ouvert le feu sur la foule, tuant au moins quatre personnes et en blessant huit autres, a-t-il rappelé.

Les sanctions annoncées mercredi visent également la police iranienne et son chef Ismaïl Ahmadi Moghadan, déjà sanctionnés pour la répression violente de manifestations dans leur pays, ainsi que l'adjoint de ce dernier Ahmad-Reza Radan.


(©AFP / 29 juin 2011 19h29)

 

Lien : http://www.romandie.com/news/n/_Violences_en_Syrie_les_USA_etendent_les_sanctions_aux_services_de_securite290620111906.asp

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Syrie : les oppositions _ Ligue Arabe
commenter cet article
30 juin 2011 4 30 /06 /juin /2011 07:12

Syrie : nouvelle offensive de l'armée pour mater la contestation

Des enfants syriens ont fui la ville de Homs pour gagner Kuneissat, dans le nord du Liban.

Photo: AFP/Joseph Eid

Des enfants syriens ont fui la ville de Homs pour gagner Kuneissat, dans le nord du Liban. Des activistes syriens soutiennent que des centaines d'individus ont traversé la frontière.

Au moins quatre civils ont été tués alors que des blindés et des hélicoptères de l'armée syrienne ont attaqué un village du nord-ouest du pays.

L'Agence France-Presse rapporte pour sa part sept morts.

Le directeur de l'Organisation nationale des droits de la personne de Syrie, Ammar Qurabi, a discuté avec des témoins rapportant que l'armée a bombardé le village de Rameh pour faire taire les manifestants qui protestent quotidiennement contre le régime du président Bachar al-Assad.

En plus de Rameh, l'armée syrienne aurait aussi attaqué les villages de Marayn, Ihsim, Barshoun et al-Bara, qui date de l'époque romaine. L'armée aurait érigé des points de contrôle à l'entrée des villages et contrôlerait l'identité des jeunes hommes.

Un militant présent sur les lieux a expliqué sous le couvert de l'anonymat que l'armée sillonne aussi les villages. Des centaines de personnes auraient pris la fuite vers les montagnes ou la capitale, Damas, par crainte d'être arrêtées et torturées.

« Les soldats y procèdent à des perquisitions », a déclaré le président de l'Observatoire syrien des droits de l'homme, Rami Abdel Rahmane, basé à Londres.

Dans la ville d'Al-Rami, située aux abords de l'autoroute menant à Alep, au nord-est, environ 300 avocats se sont réunis dans une salle du palais de justice, scandant « le sang syrien est précieux! Le peuple syrien est un! ».

Des avocats pro-Assad ont eux aussi organisé un rassemblement, dans une autre pièce du bâtiment.

L'attaque de l'armée syrienne est survenue au lendemain d'une réunion sans précédent d'opposants à Damas.

Les militants pour la démocratie de la province d'Idleb ont pour leur part appelé à une mobilisation, jeudi, dans la région voisine d'Alep. Deuxième ville de Syrie et coeur économique du pays, les manifestations de protestation y ont été jusque-là modestes.

Selon les ONG et des militants syriens, quelque 1400 personnes ont été tuées depuis que le régime Assad a entrepris d'écraser la dissidence, il y a près de quatre mois. Près de 10 000 personnes auraient été arrêtées par les forces syriennes depuis le 15 mars.

 

Lien : http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2011/06/29/011-syrie-violences-morts.shtml

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Syrie : les oppositions _ Ligue Arabe
commenter cet article
30 juin 2011 4 30 /06 /juin /2011 07:11

 

 

Par Europe1.fr avec AFP

 

Publié le 29 juin 2011 à 19h31Mis à jour le 29 juin 2011 à 19h31

Le procès du président tunisien déchu Zine el Abidine Ben Ali prévu jeudi a de fortes chances d'être reporté en raison d'une grève de trois jours largement suivie par les magistrats, a-t-on appris jeudi de sources concordantes. "Les trois magistrats chargés de l'affaires sont déterminés à poursuivre le mouvement demain jusqu'à ce que le ministère de la Justice réponde à leurs revendications", a déclaré une responsable du Syndicat des Magistrats Tunisiens (SMT) qui a requis l'anonymat. La grève, commencée mardi, "est suivie à 100%", a-t-elle ajouté.

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Tunisie : Ben Ali _ Clan_ nomenklatura _Complicité
commenter cet article
30 juin 2011 4 30 /06 /juin /2011 07:06
Créé le 29/06/2011 à 19h34 -- Mis à jour le 29/06/2011 à 19h34
Des manifestantes contre le président Ben Ali à Tunis, en Tunisie, le 19 janvier 2011.

Des manifestantes contre le président Ben Ali à Tunis, en Tunisie, le 19 janvier 2011. Credit:HALEY/SIPA

WEB - Le site Aufeminin.com se lance en Tunisie. «20Minutes» a suivi ses équipes à la rencontre des militantes du Web tunisien...

Sur la terrasse d’un hôtel proche de Tunis, elles ont défilé, une par une, vendredi dernier, devant les caméras de l’équipe d’Aufeminin.com. Elles, ce sont des Tunisiennes dirigeantes d’entreprise, journalistes, blogueuses, spécialistes du Web ou des réseaux sociaux. Toutes très engagées pour la démocratisation de la Tunisie.

Aufemin.com, premier éditeur de sites féminin dans le monde, 40 millions de visiteurs uniques par mois, enregistre leurs témoignages pour la toute récente page d’accueil de sa version locale en Tunisie: http://tn.aufeminin.com. «C’est en raison de la situation très particulière des femmes en Tunisie que nous avons décidé de nous lancer dans ce pays, explique Marie-Laure Sauty de Chalion, PDG d’Aufeminin.com. Les femmes ont beaucoup plus de droits que dans d’autres pays arabes. Et les revendiquent, notamment sur Internet. Pendant la révolution, elles ont énormément utilisé le Web comme moyen de communication, de rassemblement. La Tunisie est le pays le plus connecté d’Afrique.»

Pas d’opportunisme

Aufeminin.com a ainsi constaté que son site recevait 285.000 visites de Tunisie par mois. Le Web, le networking est central ici, estime Amel Djait, journaliste et fondatrice de mille-et-une-tunisie.com. Les élections ont lieu en octobre. Je suis confiante, notamment grâce à Internet, quant aux possibilités pour notre pays et pour les femmes de réussir.»

Pourquoi alors ne pas justement avoir attendu octobre pour initier Aufeminin.com en Tunisie? «Tout le monde va recommencer à reparler de la Tunisie à ce moment-là, cela aurait paru opportuniste», estime Marie-Laure Sauty de Chalon.

La culture avant la pub?

L’initiative est bien accueillie car, comme le rappelle la militante Mouna Ben Halima «vous avez peut-être l’impression du contraire en France, mais ici les internautes ont eu le sentiment que le Web français avait mis du temps à soutenir les internautes tunisiens. Il y a eu Mediapart, Rue89 et Cécile Duflot qui ont été là dès le début sur Twitter. Mais beaucoup ont pris leur temps. Et comme on ne peut pas dire que les médias tunisiens soient encore tous libres, on se réjouit donc du lancement en Tunisie d’Aufeminin.»

A une condition, note cependant Nizar Chaari, directeur général du magazine «people culturel» Tunivisions: «que la Tunisie ne soit pas seulement pour ce mastodonte qu’est Aufeminin.com un marché publicitaire, qu’il y ait vraiment du contenu. La France a perdu pas mal de qualité dans ses échanges culturels avec la Tunisie, il faut que ça revienne, et si Internet peut en être le lieu, tant mieux.»

Alice Coffin, envoyée spéciale en Tunisie
Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Femmes et révolution
commenter cet article
30 juin 2011 4 30 /06 /juin /2011 07:01
Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 30.06.11 | 01h00 Réagissez

Le chef du parti islamiste tunisien Ennahda, Rached Ghannouchi, a averti qu’un futur gouvernement tunisien auquel sa formation ne participerait pas «serait très faible».



Le «mouvement islamique modéré est le principal courant dans le monde arabe», a affirmé M. Ghannouchi dans un entretien avec l’AFP mardi soir. En conséquence, «tout processus démocratique honnête doit mener ce mouvement au pouvoir ou bien individuellement ou bien avec la participation» d’autres forces politiques, a-t-il ajouté, en soulignant que son mouvement «optait pour le partage» du pouvoir. «Ennahda est le plus grand parti» en Tunisie et «un gouvernement sans lui serait très faible», a-t-il lancé, mettant en garde contre l’éventuelle tentation de constituer après les élections un gouvernement qui réunirait «de petits partis» afin d’exclure Ennahda.


Des élections doivent avoir lieu le 23 octobre en Tunisie pour désigner une Assemblée constituante, chargée d’élaborer une nouvelle Constitution. M. Ghannouchi, qui a vécu plus de 20 ans en exil à Londres, était rentré en Tunisie juste après la chute, le 14 janvier, du régime du président Ben Ali, qui avait durement réprimé les islamistes. Interrogé sur la question de savoir si sa formation présenterait un candidat si des élections présidentielles étaient organisées, M. Ghannouchi, qui s’exprimait en arabe, a déclaré que son parti «n’avait pas encore pris de décision». Il a d’autre part accusé des «forces rétrogrades», comme des partisans encore actifs du Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD).

 

Lien : http://www.elwatan.com/international/le-vrai-visage-de-ghannouchi-30-06-2011-130787_112.php

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Tunisie
commenter cet article
30 juin 2011 4 30 /06 /juin /2011 06:57

Appel à l’aide URGENT pour sauver la vie d’un blessé de la Révolution

Mise à jour du 29-06-11

Selon les promesses faites sur expressfm au cours d’une émission concernant son affaire, Mohamed Hanchi sera temporairement admis dans une clinique privée pour étudier son cas et voir ce qui peut être fait !

Mise à jour du 28-06-11 à 19h00 :

le représentant du ministère de la santé est venu sans ambulance, en voiture, et il a interagi et noté des détails concernant le cas de Mohamed Hanchi ensuite il a informé sa famille que demain une réunion avec le ministre va avoir lieu pour décider des soins immédiats et si c’est nécessaire de le ré-hospitaliser….ceci dit et bien je m’indigne, parceque le cas de Hanchi nécessite une hospitalisation immédiate et la bureaucratie -meme accélérée -devrait etre dépassée !!!!

Mise à jour du 28-06-11 à 16h00

La rédaction de Nawaat a reçu ce message de la part du Ministère de la santé :

Ministère de la santé publique

“Le ministère de la Santé publique tient à exprimer sa considération à l’équipe de « Nawaat » qui a lancé un S.O.S. au profit du jeune Mohamed Hanchi dont l’état de santé nécessite effectivement des soins médicaux urgents.

 

En réponse à cet appel de détresse, les services concernés du ministère s’emploient actuellement à assurer une prise en charge adéquate à ce patient. « Nawaat » sera informée de l’évolution de l’état de santé
de Mohamed.”

 

Appel à l’aide URGENT pour sauver la vie d’un blessé de la Révolution

Ceux qui ont sacrifié leur vie pour chasser ZABA payent le prix de leur acte. Mohamed Hanchi un blessé de la révolution se meurt sous nos yeux insensibles! À ceux qui possèdent ne serait-ce qu’un gramme d’humanité, IL A BESOIN DE VOTRE AIDE!!!!

il a été atteint le 13 janvier à Hamam Lif par une balle qui a transpercé sa cuisse et s’est installé dans son bas ventre. Depuis, il est dans un état lamentable et laissé pour compte! Il provient d’une famille très pauvre qui n’a pas les moyens de subvenir à ses besoins.

Il a subi une ablation d’une partie de ses intestins et est devenu incontinent. Il fait ses besoins dans une poche ce qui favorise les infections surtout en l’absence des soins nécessaires. Les médecins de l’hôpital de Nabeul ont demandé à la famille de le faire sortir malgré son état précaire, et il vit donc depuis 2 semaines dans une cabane dans la montagne à Borj Cedria. J’ai eu son cousin au téléphone aujourd’hui qui disait que la plaie s’est encore infectée w “dawdet” et que la famille se sent totalement impuissante et ne sais pas comment agir.

C’est une vraie honte et un réel scandale que les blessés de la révolution soient traités de la sorte et meurent dans leur coin ignorés de tous pour la simple raison qu’ils n’ont pas les ressources wel “aktef’ pour les soutenir et leur venir en aide.

Voici le numéro de téléphone de Maher Ouni le cousin de Mohamed Hanchi: 23066084

J’ai également une copie du rapport médical rédigé par les médecins de Nabeul et qui décrit le cas de Mohamed. Pour ceux que ça intéresse et qui ont le pouvoir d’aider, j’ai également le numéro de téléphone de l’infirmier qui a veillé sur lui. Des médecins de la croix rouge étaient au courant de la situation de Mohamed mais n’ont même pas bougé le ptit doigt pour l’aider.

 

il y a deux mois j’ai publié cet album photo qui décrit le cas de Mohamed Hanchi mais les quelques personnes qui se sont mobilisées se sont trouvées seules et n’ont pas eu d’échos à leurs efforts: https://www.facebook.com/photo.php?fbid=214923595202769&set=a.214923511869444.67522.186708251357637&type=1&theater

 

Nous avons besoin de personnes sur place prêtes à se mobiliser et sauver Mohamed. Que vous soyez simple citoyen, journaliste, médecin votre aide peut s’avérer précieuse!! En ramassant des dons, en sensibilisant l’opinion publique ou simplement soigner directement.

 

SVP SAUVEZ MOHAMED HANCHI! Montrons et prouvons que cette solidarité, dont on a été si fier les jours suivant le départ de Ben Ali, existe bel et bien et n’est pas qu’un simple mirage!!!!

 

Mohamed Hanchi a besoin de nous, soyons à la hauteur… Il fait appel à notre humanité, ne le décevons pas…. FAITES-VTE!!!

 

N’hésitez pas à me contacter par Facebook, e-mail (Khaoula.zg@gmail.com) ou skype khaoula_zoghlami (montréal)

 

lien : http://nawaat.org/portail/2011/06/28/appel-a-laide-urgent-pour-sauver-la-vie-dun-blesse-de-la-revolution/

 

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Tunisie
commenter cet article

Présentation

  • : thala solidaire.over-blog.com
  •  thala solidaire.over-blog.com
  • : ThalaSolidaire est dédié à la ville de Thala, ville phare de la Révolution tunisienne. Thala est une petite agglomération du centre-ouest de la Tunisie. Elle est connue pour son histoire antique, ses sources, ses carrières de marbre, devenues une sorte de tragédie écologique et économique, sa résistance et sa misère. Thala solidaire a pour objectif de rassembler toutes les voix INDIGNÉES pour donner à cette terre ainsi qu'à toutes autres terres un droit à la vie et à la dignité…
  • Contact

Recherche

Vidéos

Catégories