Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 octobre 2012 3 17 /10 /octobre /2012 19:33

Médias en grève....

 

 
 

 

_______________________________________________________________

Les médias en grève contre les attaques du pouvoir

 

Cette première historique est une nouvelle étape du bras de fer engagé entre les journalistes et le gouvernement dominé par les islamistes d'Ennahda.

 

 

Manifestation le 22 août à Tunis (AFP / FETHI BELAID)

Manifestation le 22 août à Tunis (AFP / FETHI BELAID)

 

Ras-le-bol des journalistes en Tunisie ! Nominations contestées à la tête de médias publics, poursuites en justice de patrons de presse ou journalistes, absence de liberté de la presse dans la Constitution... le syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT) a décidé d'appeler les journalistes à observer une journée de grève générale mercredi 17 octobre. Une première dans l'histoire de la Tunisie qui devrait être soutenue par une grève d'une heure décidée par 320 médias arabes en signe de solidarité aux revendications des journalistes tunisiens, a indiqué un membre du bureau exécutif du SNJT Aymen Rezgui.

 

Pour le Bureau, cette grève apparaît comme la seule voie "après épuisement de toutes les voies de dialogue avec le gouvernement" et le "piétinement" des négociations engagées.

Alors que le texte de la prochaine Constitution est encore en négociation, le SNJT demande que la liberté d'expression, de la presse et de la création y soit inscrite, qu'une instance nationale indépendante de l'information audiovisuelle soit enfin créée et s'oppose à tout projet de loi qui prévoirait des sanctions pénales à l'encontre des journalistes et porterait atteinte à la liberté de presse et d'expression.

Le SNJT appelle en outre à reconsidérer les récentes "nominations unilatérales" et "parachutées" à la tête des médias publics.

Crise profonde

Cela fait des semaines qu'une crise dure entre le gouvernement dominé par les islamistes d'Ennahda et les journalistes tunisiens.

"Le gouvernement a essayé de toutes les manières de mettre la main sur le secteur à travers des nominations arbitraires à la tête des médias étatiques, arguant d'un vide juridique alors que nous avons voté deux grands décrets qui réglementent la profession : le 115 – nouveau code de la presse – et le 116 qui crée l'instance indépendante pour la communication audiovisuelle, une sorte de CSA à la tunisienne. Les organisations professionnelles ne cessent de demander leur application et le gouvernement s'y refuse", expliquait déjà il y a six semaines au "Nouvel Observateur" la journaliste tunisienne Hanène Zbiss.

Depuis, rien n'a changé. Nouvelle étape dans la confrontation, une crise a éclaté au sein du journal privé "Assabah" où des journalistes ont entamé une grève de la faim. Ils exigent le départ de leur directeur, Lotfi Touati, un ancien policier reconverti dans le journalisme, qui a été désigné à la tête du journal par le gouvernement devenu propriétaire du titre.

Mercredi, donc, les journalistes sont appelés à observer une grève sur leur lieu de travail avant de se rassembler à 13h30 au siège du SNJT. Il est convenu que la presse écrite et électronique ne couvrira aucune actualité, tandis que les journaux télévisés et des radios se contenteront des titres de l’actualité avec une seule édition pour toute la journée pour les radios. tempsreel.nouvelobs

 

___________________________________________________________________________

 

____________________________________

Les journalistes se rebiffent contre le verrouillage gouvernemental

 

Ils ont rêvé d’une presse libre, ils ont vite déchanté. Las d’être muselés, les journalistes tunisiens ont décidé de faire grève le 17 octobre, rapporte le site tunisien Tekiano.

C’est le Syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT) après «épuisement de toutes les voies de dialogue avec le gouvernement», qui a pris cette décision. Et l'initiative est soutenue par l'Union des journalistes arabes qui a appelé à une heure de grève le même jour.

 

La SNJT appelle «à garantir le droit d'accès du journaliste à l'information, conformément au décret n°41 en date de l'année 2011 et à reconsidérer les récentes "nominations unilatérales" et "parachutées" à la tête des établissements médiatiques publics»,rapporte le site français Méditérannée.

 

Et pour cause:

«sous prétexte de nettoyer la presse des restes de l’ancien régime, Ennahda installe ses hommes à la tête des grands médias et tente de soumettre les journalistes qui protestent et ne veulent pas rentrer dans les rangs», indique le site français Méditérannée.

 

Par exemple, les émissions matinales «Chocolat chaud» et «Café noir», «qui rebondissaient sur l'actualité politique, sociale et culturelle, sur un tempo jugé un peu trop critique», expliquent leurs animatrices Najoua Zouhair et Nedia Haddaoui, ont disparu des ondes de Radio-Tunis International, rapporte le quotidien français Le Figaro.

 

En juin, le directeur de Radio-Tunis a cédé la place à «un simple technicien». Une ascension fulgurante qui doit tout, selon les deux jeunes femmes, à une sympathie sans réserve pour Ennahda, le parti islamiste au pouvoir, toujours selon la même source.

 

«À l'approche du ramadan, monsieur nous a demandé de rebaptiser ces deux émissions, sous prétexte que parler de chocolat et de café frisait le sacrilège en période de jeûne. Nous avons refusé.» Les deux femmes ont été du même coup suspendues d'antenne.

 

Obnubilé par les élections de juin prochain, le gouvernement est accusé de vouloir phagocyter la presse. En outre, le gouvernement se tire lui-même une balle dans le pied en tentant de se justifier avec des propos maladroits:

 

«Pas question de laisser certains médias se transformer en tribunes d'opposition à l'action du gouvernement», a lâché Rafiq Abdessalem, le chef de la diplomatie. Tout en ajoutant que l'objectif est de les «assainir en écartant les symboles de l'ancien régime», rapporte Le Figaro.

 

Le mouvement proche d'Ennahda Ekbes, appelle à boycotter tous les médias le 18 octobre et lance sa campagne sur Facebook:

 

«Ne lisez pas leur journaux, n'écoutez pas leurs radios, ne regardez pas leurs chaînes (...) Nous leur disons "Sans vous, la Tunisie est meilleure"». 

 

 

 

_______________________________________________________________________________________________________

120

اليوم اضراب عام في قطاع الاعلام

جمعيات ومنظمات تساند الإضراب 


 

 عبّر عدد هام من الجمعيات والمنظمات والشخصيات الوطنية عن مساندتها لإضراب الصحفيين المقرر اليوم 17 أكتوبر وأكدت على مناصرتها للصحفيين في دفاعهم عن حرية التعبير ومن بين هذه الجمعيات الجمعية التونسية للدفاع عن الحريات الفردية التي توجهت بعميق شكرها للصحفيين الذين يقودون معركة الحريات في تونس كما أكدت على تضامنها المطلق واللامشروط معهم في دفاعهم عن حرية التعبير واستقلالية الصحافة،

وعبرت  الجمعية عن  مساندتها لإضراب 17 أكتوبر ودعت كل أحرار البلاد لمساندة الصحفيين في دفاعهم عن حرية الكلمة.


   الجمعية التونسية لتاريخ الطب والصيدلة

   في رسالة وجهها للنقابة الوطنية للصحفيين التونسيين قال الدكتور أحمد ذياب أمين عام الجمعية التونسية لتاريخ الطب والصيدلة وأمين عام جمعية الدفاع عن اللغة العربية :"نشدّ على أياديكم ونعدكم أننا جميعا نساندكم لما فيه خير حرية الصحافة والتعبير بصفة عامة وكل الحريات التي ناضلنا من أجلها جميعا قبل وبعد 14 جانفي".

   "عميدة الصحفيين" رشيدة النيفر تساند

عبرت الجامعية رشيدة النيفر الأستاذة بكلية العلوم القانونية والسياسية والاجتماعية ورئيسة جمعية الصحفيين التونسيين خلال الفترة الممتدة من 1980 إلى 1984  عن مساندتها لإضراب 17 أكتوبر ولنضالات الصحفيين من أجل حرية التعبير.

التنسيقية المدنية لمتابعة الشأن العام بصفاقس

أبرقت "التنسيقية المدنية لمتابعة الشأن العام بصفاقس" للنقابة الوطنية للصحفيين التونسيين معبرة عن مساندتها الكاملة للإضراب الذي تعتزم النقابة شنه اليوم 17 أكتوبر الجاري من أجل تحقيق مطالب القطاع الاعلامي المشروعة والشرعية والهادفة إلى تحرير الاعلام من الوصاية وسياسة التدجين.

وأكدت التنسيقية في برقية المساندة الموجهة للنقابة مطالبتها السلط العمومية بالكف عن التدخل السافر في الشؤون الداخلية للمؤسسات الاعلامية ودعوتها سلط الاشراف إلى اعتماد الحوار الجدي والمسؤول طريقا إلى النهوض بالقطاع الاعلامي بما يجعله قادرا على مسايرة الانتقال الديمقراطي الذي تسعى إليه البلاد.

 

 "شبكة دستورنا"

توصلت النقابة الوطنية للصحفيين التونسيين من "شبكة دستورنا

  " بالمراسلة التالية: "تعبر شبكة دستورنا عن مساندتها الكاملة وتضامنها اللامشروط مع النقابة الوطنية للصحافيين في اضرابها من اجل اعلام حر ومستقل.. نشد على أياديكم".

 

الاتحاد الوطني للمرأة التونسية

   عبر الاتحاد الوطني للمرأة التونسية عن مساندته لإضراب 17 جانفي الذي أقرته النقابة الوطنية للصحفيين التونسيين من أجل الدفاع عن حرية التعبير ومصالح الصحفيين.

 

اتحاد الصحفيين العرب

وصل الاستاذان عبد الوهاب الزغيلات المكلف بالحريات باتحاد الصحفيين العرب وحاتم زكريا أمين المال أمس الأول إلى تونس في زيارة مساندة لإضراب الصحفيين التونسيين يوم 17 أكتوبر، وينتظر وصول الأستاذة باث كوستا الأمينة العامة للاتحاد الدولي للصحفيين اليوم لنفس الغرض.

 

اتحاد عمال تونس

 أصدر اتحاد عمال تونس أمس بيان مساندة  للنقابة الوطنية للصحفيين التونسيين  عبر فيه عن مساندته المطلقة لكافة العاملين بقطاع الاعلام، ولكل من يقف إلى جانبهم في الدفاع عن حقوقهم المشروعة، وجدد التأكيد على اهمية استقلال القطاع الاعلامي خاصة العمومي منه عن كل وصاية أو محاولة هيمنة لتجنب العودة للمربع القديم باعتبار ان حرية الاعلام هي احدى الضمانات الأساسية للقطع مع الدكتاتورية. وطالب اتحاد عمال تونس الحكومة المؤقتة بالدخول الفوري في حوار بناء مع نقابة الصحفيين وتشريكها في كل ما يتعلق بالقطاع خاصة التعيينات على رأس المؤسسات الاعلامية الوطنية أو المصادرة مع ضرورة المحافظة على مؤسسات القطاع العام واعتبارها مؤسسات وطنية وليست حكومية، وجدد الاتحاد تضامنه مع المضربين ودعاهم إلى مزيد الالتفاف حول نقابتهم الوطنية لحماية القطاع من كل محاولات التهميش أو التدجين لما له من أهمية في المساهمة في إرساء مجتمع الحرية والتعددية والمساواة.assabahl

 

 
Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Censure_Journalisme_Éditions_Libertés
commenter cet article
17 octobre 2012 3 17 /10 /octobre /2012 02:14

 

________________________________________________________________________________________

Le mausolée d'une sainte incendié par des individus cagoulés 

 

Le mausolée, ou zaouia, d'une sainte tunisienne a été attaqué et incendié mardi à l'aube par des individus cagoulés, a rapporté l'agence officielle TAP.

L'incendie a ravagé presque totalement le sanctuaire dont les murs ont été noircis par les flammes.

Selon le témoignage de quatre femmes âgées résidant dans le sanctuaire, cinq individus cagoulés ont pris d'assaut l'édifice, situé à La Manouba, une banlieue du nord-ouest de Tunis, à 3h00 locales (4h00 GMT).

Les individus sont entrés directement dans la pièce où se trouve le tombeau, sur lequel ils ont versé un liquide hautement inflammable avant d'y mettre le feu, selon un communiqué du ministère de l'Intérieur qui a dépêché une patrouille sur les lieux.

Avant de prendre la fuite, les assaillants, non identifiés, ont subtilisé deux bagues et un téléphone portable appartenant aux résidentes, en plus d'un mouton et de deux chèvres appartenant à un voisin, a ajouté le ministère, qui a ouvert une enquête pour identifier les auteurs de l'agression.

La sainte dont le mausolée a été attaqué est Lella Manoubia, de son vrai nom Saïda Aïcha Manoubia. Elle a vécu de 1180 à 1257. Disciple d'Aboul Hassan Al-Chadhili, un saint musulman d'origine marocaine qui a longtemps vécu en Tunisie, et imprégnée du savoir scientifico-théologique, elle est considérée comme "un haut pôle" de la dignité soufie.

Sa sépulture est toujours visitée par les femmes afin d'obtenir l'exaucement de leurs voeux ou la guérison de malades. Les adeptes viennent aussi le dimanche participer à la cérémonie de transe animée par des officiantes femmes.

En mars dernier, un groupe de salafistes avait distribué des tracts au sanctuaire de Lella Manoubia appelant les visiteurs à rompre avec cette pratique jugée "blasphématoire" et sans rapport avec l'Islam.

L'acte est loin d'être isolé. Mercredi dernier, un autre incendie s'est déclaré dans la zaouia de Sidi Bouhdida à El Fahs, à une cinquantaine de kilomètres de Tunis.

Le tombeau, des lustres ainsi que des livres saints ont été détruits.

Des mausolées ont été la cible d'attaques similaires en Libye, au nord du Mali et en Somalie.

Les islamistes radicaux estiment que vénérer un saint consiste à porter atteinte à l'unicité de Dieu.

Le 14 septembre dernier, l'ambassade des Etats-Unis et l'école américaine de Tunis avaient été le théâtre de violences de la part de salafistes qui entendaient protester contre un film tourné en Californie jugé offensant vis-à-vis de l'islam.

Outre d'importants dégâts matériels dont une centaine de voitures incendiées, quatre personnes avaient trouvé la mort lors de ces troubles. tempsreel.nouvelobs

 

 

 

________________________________

Incendie de la Saida Manoubia, féministe avant l'heure

 

saida-manoubiaLa Zaouia de Saida Manoubia, de la Manouba, a été attaquée et incendiée, mardi 16 octobre, à 3h du matin, par cinq individus cagoulés. Une enquête a été ouverte par la police. Deux zaouïas (mausolée) sont dédiées à Saïda Aïcha Manoubia, l'un à Tunis et l'autre à La Manouba. C’est donc celui de la Manouba qui a été incendié. Selon certaines sources, le tombeau ainsi que tout ce contenait le mausolée comme meubles a été ravagé par les flammes.

Considérée comme une sainte, Saida Manoubia a étudié les hadiths et le fiqh après avoir reçu sa formation d'Abou Hassan al-Chadhili dont elle fut une élève. Ce dernier la nomma même à la tête de son ordre soufi, la Chadhiliyya. Des sources historiques indiquent qu’elle allait jusqu'à prier à la mosquée Zitouna de Tunis en compagnie des hommes, ce qui constituait un «fait révolutionnaire dans l'histoire du monde musulman».

Saida Manoubia peut donc aussi être considérée comme l’une des pionnières de la défense des femmes en Tunisie. A la fois soufie et féministe avant l’heure, Saida Manoubia est donc un véritable symbole de l’identité féminine tunisienne. Un exemple que certains ont pu juger peu conforme à leur vision guère en phase avec l’identité historique de la Tunisie. mag14

 

 

______________________________________________________

La Zaouia de Saida Manoubia fait-elle l’objet d’attaque salafiste ?


La Zaouia (mausolée) de Saida Manoubia, située à la Manouba, a été prise d’assaut et incendiée, mardi, à 3h00 du matin, par cinq individus cagoulés, a fait savoir, à l’agence TAP, le responsable de l’édifice.
      

Selon une source sécuritaire, une enquête a été ouverte par le district de la sûreté pour enqêter sur les auteurs de cette attaque.

Des témoins oculaires et des citoyens de la région ont confirmé cette agression qu’ils condamnent fermement.

Un autre incendie s’est déclaré mercredi dernier (10 octobre 2012) dans la Zaouia de sidi bouhdida à El Fahs Gouvernorat de Zaghouan).

Le tombeau, des lustres ainsi que des livres saints ont été détruits par cet incendie dont les causes demeurent inconnues.

Des mausolées comme en Libye, au nord du Mali, et en Somalie ont fait l’objet d’attaques salafistes. Ces  islamistes estiment que vénérer un saint, c’est porter atteinte à l’unicité de DieuSuite photos

 

___________________________________________________________________________

Une caravane salafiste pour le Kef

Une caravane d’une bonne douzaine de véhicules s’est dirigée dimanche dernier vers des villages reculés du Kef. Leurs occupants portaient des étendards salafistes de couleur noire et des pancartes d’Ansar Chariâa (les supporters de la loi islamique).

 La caravane transportait des cartons remplis de denrées alimentaires et de vivres pour les habitants des villages lointains. Un travail associatif visant à aider les classes précaires délaissées par ce gouvernement et ignorées par l’opposition, commente un des salafistes de la caravane.businessnews

 





 

 

 

_

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Religion _ L'Islam politique _ Salafistes_ Chokri
commenter cet article
17 octobre 2012 3 17 /10 /octobre /2012 01:50
 

 

 

_______________________________________________________________

Le suicide d'Amanda Todd, harcelée sur Internet, bouleverse le Canada

Le suicide d'Amanda Todd, harcelée sur Internet, bouleverse le Canada
© Capture d'écran d'une vidéo publiée sur Youtube

Une Canadienne de 15 ans s’est suicidée le 11 octobre après avoir raconté son mal-être dans une vidéo, postée sur YouTube. Victime de harcèlement, la jeune fille ne réussissait plus à faire face aux moqueries dont elle était l'objet.

"Je n’ai personne et j’ai besoin de quelqu’un". Cet appel au secours a été lancé le 7 septembre par Amanda Todd, dans une vidéo postée sur YouTube. Depuis plusieurs semaines, l'adolescente de Vancouver se disait victime de harcèlement à l’école et sur Internet. Le 11 octobre dernier, la jeune fille de 15 ans a mis fin à ses jours, provoquant une vague d’émotion dans tout le pays, au point de faire naître un débat national.

Face caméra, sans un mot, l’adolescente fait défiler une à une les feuilles blanches qui retracent le cours de son histoire. Page après page, la jeune Canadienne déroule le fil de ses déceptions qui l’ont menée à la dépression, l’alcool puis la drogue.

Son mal être remonte à ses douze ans. La fillette fait alors la rencontre d’un homme par webcam interposée. Très vite, l’homme demande à la jeune fille de lui montrer ses seins. Chantage, intimidation, l’homme ne recule devant aucun moyen pour faire pression sur Amanda. Puis, son harceleur finit par diffuser les photos de la jeune fille, nue, sur les réseaux sociaux. La vie d’Amanda Todd vire alors au cauchemar.

VIDÉO D'AMANDA TODD

Très vite, elle perd ses amis et sa réputation. Ses différents changements d’établissements n’y font rien. L’homme poursuit son acharnement psychologique. Il s'arrange pour la retrouver et diffuse les clichés à ses nouveaux amis et professeurs. Amanda ne sort plus de chez elle, se taillade les avant-bras et fait deux tentatives de suicide.

Au même moment, l'adolescente s'intéresse à un garçon déjà engagé dans une autre relation. Une fois de plus, Amanda est victime de moqueries. Les crises d'angoisse se font de plus en plus fréquentes. La jeune fille ne se rend plus à l'école, ne sort plus de chez elle. Chaque jour qui passe, elle s’enfonce un peu plus dans la dépression.

 

Anonymous aurait identifié le coupable

Bien que l'homme n'ait toujours pas été identifié, les autorités ont décidé d’ouvrir "une enquête complète" sur les circonstances entourant son suicide. "Les équipes des crimes majeurs de Coquitlam et Ridge Meadows travaillent ensemble, interrogent et passent en revue les facteurs potentiels qui ont contribué à sa mort", a déclaré le sergent Peter Thiessen de la gendarmerie royale du Canada.

Lundi 15 octobre, le collectif Anonymous a publié une vidéo dans laquelle un militant masqué dénonce celui qui aurait poussé Amanda Todd au suicide. Les pirates informatiques donnent le nom de Kody Maxson, un habitant de Vancouver de 32 ans. Ils affirment même qu'il aurait posté des photos de l'adolescente sur des sites pédophiles.

Le décès d'Amanda, cause nationale

Depuis l'annonce de son décès, les hommages à l'adolescente se multiplient sur Facebook et Twitter, poussant la mère de la jeune fille à sortir de son silence.
Amanda "aurait aimé qu'on évoque son histoire pour sauver d'autres filles. L'un de ses objectifs était que son message soit utile", a témoigné sa mère. Avant de mourir, sa fille lui a laissé un autre message vidéo. Mais, elle n'a pas encore eu le courage de regarder. En attendant, elle a lancé une grande collecte dont les fonds seront destinés à aider les jeunes en difficulté.

Aujourd'hui, le décès d'Amanda est devenu un enjeu national : faire cesser le harcèlement. "Tous les enfants devraient se sentir en sécurité à l'école", a assèné Christy Clark, la dirigeante de la province de Colombie-Britannique, dans une vidéo postée sur Youtube pour évoquer le drame. france24


Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Indignés (les) _ Idle No More
commenter cet article
16 octobre 2012 2 16 /10 /octobre /2012 19:34

 Les trois présidents présents au dialogue national de l’UGTT

 

Le Congrès pour la République (CPR) et Ennahdha étaient censés boycotter le Congrès du dialogue national organisé à l'initiative de l'Union générale tunisienne du travail (UGTT). Mais voici que le président de la République, M. Moncef Marzouki, ainsi que celui de l'Assemblée nationale constituante, M. Mustapha Ben Jaâfer,  tout comme Hamadi Jebali, le chef du gouvernement étaient présents ce mardi 16 octobre, à l'ouverture de cet événement, au palais des congrès à Tunis.


A noter qu’Ettakatol a affiché son intention de «participer activement à cette manifestation, eu égard aux relations solides et historiques qu'il entretient avec l'Union syndicale», comme l’a souligné son porte-parole, M. Mohamed Bennour. Ce qui n’est guère surprenant, quand on sait que Mustapha Ben Jaâfar, le leader d’Ettakatol est un ancien syndicaliste, et a dirigé durant des années le syndicat des médecins du service public. Mais comment faudrait-il interpréter la présence du chef du gouvernement et du président de la République quand on connait la position de leurs partis respectifs à l’égard de l’UGTT ?

 

 

        ____________________________________________________________________________________________________

Conférence : Houcine Abbassi, secrétaire général de la centrale syndicale UGTT

 

 
 

___________________________________________________________________________________________________

Déclaration finale du Congrès national  pour le dialogue 

 

 

________________________________________________________________________________________________

La classe politique recherche un consensus sur la Constitution

Le président Moncef Marzouki (à droite) et le Premier ministre Hamadi Jebali (à gauche), le 16 octobre 2012 à Tunis

Le président Moncef Marzouki (à droite) et le Premier ministre Hamadi Jebali (à gauche), le 16 octobre 2012 à TunisFETHI BELAID AFP.COM

La classe politique tunisienne était réunie mardi à Tunis pour négocier un consensus sur le contenu et le calendrier d'adoption de la Constitution en présence du président Moncef Marzouki et le Premier ministre Hamadi Jebali, un islamiste, malgré le boycott de leurs partis.

Ce rassemblement de plus de 40 partis s'est ouvert au Palais des Congrès, à l'initiative de l'Union générale des travailleurs tunisiens (UGTT), pour sortir des "tiraillements" qui retardent la rédaction du texte fondateur de la Tunisie post-révolutionnaire par l'Assemblée nationale constituante (ANC).

"Les tiraillements se sont multipliés, les conflits se sont accentués" depuis la révolution de 2011 qui a renversé le président Zine El Abidine Ben Ali, relève le secrétaire général de l'UGTT Houcine Abessi dans le quotidien La Presse.

"On a pensé qu'une force devait émerger pour lancer une initiative afin de faire retomber les tensions et réunir autour d'une table les protagonistes", a-t-il expliqué.

Signe des conflits persistants, deux des trois partis de la coalition au gouvernement, les islamistes d'Ennahda et le Congrès pour la République du président Marzouki, ont annoncé lundi boycotter la réunion en raison de la présence d'un parti d'opposition honni, Nidaa Tounès (l'Appel de la Tunisie).

Cette force politique croissante dirigée par Béji Caïd Essebsi, le deuxième Premier ministre de transition après la révolution, est accusée de rassembler les tenants du régime déchu et de remettre en cause la légitimité du gouvernement dirigé par Ennahda.

Cependant, mardi matin, le chef de l'Etat et le Premier ministre ont tout de même fait le déplacement au "dialogue national" organisé par l'UGTT.

Avant de repartir, M. Marzouki a indiqué dans un bref discours soutenir cette initiative afin de "garantir les droits et libertés" des Tunisiens, et empêcher "le retour de la tyrannie".

Cette réunion intervient après que la coalition au pouvoir --Ennahda et ses alliés de centre gauche CPR et Ettakatol-- a annoncé dimanche avoir enfin trouvé un compromis sur la nature du futur régime politique et sur l'organisation de législatives et d'une présidentielle le 23 juin.

Cependant, il leur faut trouver un consensus plus large, la Constitution devant être adoptée par une majorité des deux tiers des députés de l'ANC.

Par ailleurs, une partie de l'opposition, Nidaa Tounès en tête, considère que le gouvernement perdra sa légitimité le 23 octobre, un an jour pour jour après l'élection de l'ANC, les principaux partis s'étant engagés à rédiger la loi fondamentale en l'espace d'une année.

Les autorités admettent que ce calendrier initial est intenable mais considèrent que leur légitimité reste intacte.

Dans ce contexte, le secrétaire général de l'UGTT a indiqué mardi qu'il aurait "préféré" que la coalition annonce son compromis sur la Constitution et le calendrier électorale à l'issue de la réunion de mardi afin de forger un consensus aussi large que possible. 20minutes

 

________________________________________________________________________

Les diverses déclarations (ou discours) des participants à l'initiative de l'UGTT..

 

 
 
 
 
 

 

 

____________________________

Houcine Abassi regrette l’absence d’Ennahdha et du CpR au «dialogue national»

 

 

Le secrétaire général de la centrale syndicale a regretté l’absence des Nahdhaouis et Cpristes au Congrès de dialogue national qu’il a ouvert mardi matin, au palais des congrès à Tunis.

Il s’est cependant félicité de la participation des trois présidents : de la république, de l’Assemblée nationale constituante (Anc) et du gouvernement, qui ont tenu à assister à l’ouverture de ce congrès, organisé à l’initiative de l’Union générale tunisienne du travail (Ugtt).

 

Les urgences de la seconde phase transitoire

Environ 50 partis, 22 organisations et plusieurs personnalités nationales et élus de l’Anc ont pris également part à ce congrès, tenu sous le signe : «Congrès du dialogue national: un appui à l’unité nationale» et qui vise à parvenir à un consensus concernant les urgences de la seconde phase transitoire et les prochaines étapes politiques en Tunisie.

L’absence des partis Ennahdha et Congrès pour la République (CpR), principales formations politiques de la coalition tripartite au pouvoir, qui ont décidé de boycotter ce congrès, était très remarquée et diversement appréciée par les participants.

La présence d’Ettakatol (ou Forum démocratique pour le travail et les libertés, Fdtl), également membre de la coalition au pouvoir, n’a pas beaucoup atténué la déception inspirée par cette absence, car ce parti a des relations solides et historiques avec la centrale syndicale et sa participation allait de soi.

En guise de consolation : le président de la république provisoire Moncef Marzouki a finalement marqué de sa présence la séance d’ouverture du congrès, alors que le porte-parole officiel de la présidence de la république annonçait, lundi soir, qu’il se contenterait d’y adresser un message.

A travers cette participation de dernière minute, le président Marzouki a voulu traduire sa volonté d’«interagir positivement avec toutes les initiatives visant à rassembler les forces nationales autour d’un programme commun pour la période à venir», comme indiqué dans le communiqué publié ce matin par la présidence.

Le secrétaire général de l’Ugtt Houcine Abassi, a relevé, mardi, que l’initiative de la centrale syndicale, appelant à un dialogue national, «ne peut, en aucun cas, se substituer à l’autorité de l’Assemblée constitutionnelle, détenant un pouvoir décisionnel et seule source de légitimité durant la transition».

Intervenant à l’ouverture des travaux du Congrès, il a affirmé que cette initiative a été motivée par «la régression inquiétante du niveau d’entente entre les sensibilités politiques et les composantes de la société civile autour de la nature et des mécanismes de la phase de transition démocratique».

 

Garantir la pérennité du dialogue national

M. Abassi a, également, affirmé qu’«édifier une nouvelle culture de dialogue national commande de parvenir à des mécanismes qui soient garants de sa pérennité», relevant le «besoin de se mettre à table pour dialoguer tout en tenant compte de l’intérêt du pays afin de garantir à tous les Tunisiens un minimum de sécurité, de liberté et de dignité».

Tout en «regrettant» l’absence des partis Ennahdha et CpR aux assises du congrès, le secrétaire général de l’Ugtt a tenu à saluer le consensus auquel est parvenue la troïka, «qui est, sur le fond, en cohérence avec les principes défendus par les parties» prenant part au congrès, s’agissant du régime politique mixte, de l’agenda des prochaines échéances électorales, de la mise en place de l’Instance supérieure indépendante pour les élections (Isie) sous la présidence, éventuelle, de Kamel Jendoubi, la mise en application du décret loi 116 portant création de la Haute autorité indépendante de la communication audiovisuelle kapitalis

 

 

______________________________________________________________

Congrès de l’UGTT : Palpitations et espérances des élites politiques

 

 

La Conférence sur le dialogue politique national initié par l’UGTT, aujourd’hui, 16 octobre 2012, au Palais des Congrès, a réuni de nombreuses personnalités politiques, économiques et de la société civile, dont, le président de la République Moncef Marzouki, le président de l’ANC, Mustapha Ben Jaâfar, le chef du gouvernement, Hamadi Jebali, le président de la Ligue tunisienne des Droits de l’Homme, Abdessattar Ben Moussa, le bâtonnier de l’Ordre des avocats, Chawki Tabib, la présidente de l’UTICA, Wided Bouchamaoui, et Ahmed Mestiri, ancien ministre de Bourguiba. 


Lors de son discours d’ouverture, Houcine Abassi, Secrétaire général de l’UGTT, a mis cette initiative dans son contexte et à rappelé les impératifs d’un dialogue national afin de parvenir à un consensus entre les différentes parties concernées par la réussite de la transition démocratique. 

Lors de son discours, Moncef Marzouki, qui a finalement décidé d’être présent à la Conférence, soutient que l’initiative de l’UGTT est « un signe de maturité politique ». Il affirme que « la crise actuelle a contraint toutes les parties à opter pour le dialogue. C’est dans les grandes crises que naissent les grandes décisions et que disparaissent les calculs étroits et les considérations personnelles et partisanes ». Et d’ajouter : « Il est important dans cette phase décisive et délicate de l’histoire de la Tunisie et de sa Révolution de parvenir à un consensus national qui respecte et appuie la légitimité électorale mais qui n’hésite pas à employer les moyens de pression légitimes pour établir une feuille de route claire et précise susceptible d’éclairer les Tunisiens sur le chemin suivi ». 

 
Moncef Marzouki se montre optimiste quant à l’issue du dialogue national et affirme « qu’il n’y a actuellement aucun désaccord sur le régime mixte à adopter, le refus du retour de la dictature, l’indépendance de l’ISIE, de l’instance des magistrats et des médias ainsi que la fixation de la date des prochaines élections, et ce, avant l’été prochain ».
Moncef Marzouki a également appelé à ce que des propositions claires soient rendues le 18 octobre, afin que « le 23 octobre soit un jour de fête et non de crise ». 

Pour sa part, Mustapha Ben Jaâfar a salué l’initiative de l’UGTT et a confirmé l’engagement de l’ANC au dialogue, sur la base de la légitimité électorale, et son appui au Congrès du dialogue national. 
Il a également insisté sur la légitimité de l’ANC, « autorité suprême du pays », et a affirmé que « si le consensus est de nature à renforcer la légitimité électorale, il ne pourra en aucun cas, s’y substituer ». Il a appelé à la création d’instances indépendantes pour les élections, la magistrature et la réforme des médias et a insisté sur l’ouverture des dossiers de la justice transitionnelle, « susceptible de garantir le succès du processus de transition ». 

Le chef du gouvernement Hamadi Jebali a, de son côté, affirmé que les priorités de la période transitionnelle impliquent un consensus sur la nature du régime politique, la date des prochaines élections, la mise en place de l'Instance Supérieure Indépendante pour les Elections, de l’instance de la magistrature et celle des médias, et du mode de scrutin.

Le président de la Ligue Tunisienne des droits de l'Homme, Abdessattar Ben Moussa, a tenu à préciser, quant à lui, que la légitimité électorale était importante, mais insuffisante et qu’elle devait être complétée par une légitimé consensuelle. Il a affirmé que « le dialogue est une nécessité absolue, compte tenu de la crise politique, sécuritaire et sociale que traverse le pays actuellement ».


Dans son allocution, Wided Bouchamaoui, présidente de l'Union Tunisienne de l'Industrie, du Commerce et de l'Artisanat a insisté sur l’importance de la civilité de l’Etat et du régime républicain et que la situation économique actuelle du pays, nécessitait d’urgence, un consensus autour d’une feuille de route politique, claire et précise.

Chawki Tabib, bâtonnier du Conseil de l'Ordre national des avocats, a regretté « le retard et les lacunes à relever dans ce dialogue national », mais qui « n’arrive cependant pas trop tard ». Il a également insisté sur l’ajustement à opérer sur le processus transitionnel afin de sauver la transition démocratique. 
Il a affirmé qu’ « aucune solution, aux dossiers brûlants que nous n’arrivons pas encore à résoudre, ne nous sera imposée sous couvert d’une démocratie provisoire, préparant le chemin à une dictature naissance, qu’on prépare en coulisses, sous une nouvelle appellation ». 

Enfin, Ahmed Mestiri, ancien ministre de Bourguiba, a tenu à mettre en garde contre les menaces identitaires qui pèsent actuellement sur la Tunisie et qui menacent son mode de vie. Crédit de photo : Akermi

 


__________________________________________________________________________________

Dialogue national de l’UGTT: «Etablir un débat d’idées et non un débat de coups de poings»

 

 

 

La situation économique en Tunisie, catastrophique? Dramatique? Apocalyptique? C’est tout cela à la fois et plus à entendre les hommes d’affaires s’exprimer jeudi 11 octobre au siège du patronat. Circulez y a plus rien à attendre… Ou encore plus les dés sont jetés et l’entrepreneuriat va droit au mur. C’est un son de cloche revenu sur toutes les bouches en cette journée où l’on voit, pour la première fois, depuis la révolution, les opérateurs parler de leur situation en toute franchise et parfois même brutalement, signe de leur indignation et d’une exaspération qui a vite viré au ressentiment.

 

Tout d’abord, Hamadi Jebali, il est vrai, Premier ministre de tous les Tunisiens, reste cependant le secrétaire général d’Ennahdha, et aurait pu dépêcher une autre personnalité pour représenter le gouvernement s’il n’était pas personnellement convaincu de l’importance du dialogue en cette phase délicate par laquelle passe le pays.

Ce faisant, il se démarque complètement d’une ligne de conduite observée depuis sa prise du pouvoir, à savoir un alignement presque systématique sur les positions de Rached El Ghannouchi. En affirmant dans son discours: «les différences idéologiques et politiques ne datent pas d’aujourd’hui en Tunisie et il est de notre responsabilité à tous de veiller à établir des canaux pour le dialogue entre nous autres Tunisiens et d’arriver à un consensus pour rassurer nos compatriotes »… En décrivant la révolution comme l’instrument qui «a libéré nos esprits»… En décrétant qu’une année après des élections libres et transparentes, «il nous paraît indispensable de rédiger la Constitution dans un laps de temps raisonnable». Qu’il est impératif que «les représentants du peuple, nos élites politiques, économiques et tous les représentants de la société civile s’associent ensemble pour commémorer le premier anniversaire de la révolution dans la sérénité et dans la joie et se mettre d’accord sur les plus importantes questions se rapportant à la constitution et au rôle de la Constituante», Hamadi Jebali affirme son adhésion aux principes d’un dialogue national sans que cela soit conditionné par l’exclusion de l’une ou de l’autre des composantes politiques.

 

Mustapha Ben Jaafar, président de la Constituante, va dans le même sens en rappelant la légitimité de la Constituante qui ne peut aucunement être remise en cause. «Nous aurions espéré voir tous les acteurs politiques participer à cette initiative car le consensus exige des concessions de part et d’autre. Au final, c’est aux urnes de juger de qui est le mieux habilité à tenir les rênes du pouvoir».

Le président de la Constituante, qui n’a pas manqué de vanter l’initiative prise par l’UGTT, organisation historiquement active sur le plan social mais qui a toujours été partie prenante importante dans les crises politiques et sociales en Tunisie, s’est voulu rassurant. Il a confirmé la détermination des élus à mettre en place une Constitution qui garantit les droits de tous les Tunisiens. «Nous tenons à instituer un régime politique où le peuple décidera par suffrage universel de son président et de ses représentants et qui sacre la séparation des pouvoirs et instaure un Etat laïc et républicain garant de la liberté de culte et d’expression»…

Il rejoint en cela Hassine Abassi, secrétaire général de l’UGTT et hôte de la rencontre qui a insisté dans son discours d’ouverture sur la liberté de pensée et les pratiques démocratiques adossées aux concepts de citoyenneté et une gouvernance participative ainsi que la responsabilité de tous dans l’édification du pays. Le «patron» de l’UGTT a assuré ne pas vouloir se substituer aux partis politique mais réagir à une situation sociale marquée par la régression des indicateurs économiques au point de menacer les équilibres fondamentaux du pays et la rupture du dialogue entre différentes composantes politiques, ce qui représente un risque sur la transition démocratique.

M. Abassi a exprimé ses regrets de voir la décision d’Ennahdha et du CPR de ne pas participer au dialogue national: «Nous aurions espéré voir ces deux partis négocier dans le cadre de cette rencontre un consensus avec les autres partis politiques qui se rapporterait à la nature du régime politique, au choix d’une instance indépendante pour l’organisation des élections et à l’application du décret 116 portant création d’une instance indépendante de l’audiovisuel»…

 

Pas de stabilité économique sans sécurité et pas de sécurité sans stabilité économique

L’une des interventions les plus émouvantes lors de la rencontre initiée par l’UGTT, c’est celle de Ahmed Mestiri, une des figures emblématiques de la Tunisie postindépendance et opposant aguerri qui n’a pas mâché ses mots et a exprimé ses craintes de voir la Tunisie perdre plus qu’elle n’a gagné après le 14 janvier: «Je ne vous cache pas ma détresse, quand je vois la détermination de certains, sous couvert de combats, politiques remettre en cause l’identité tunisienne, s’attaquant à l’aspect vestimentaire et jusqu’au mode de vie de notre peuple.... La Tunisie a été toujours partisane d’un islam modérée défendu par l’imam Sahnoun… Nous avons exporté les doctrines modérées ailleurs… Il faut comprendre que l’on ne peut s’attaquer à notre identité, une identité construite au fil des siècles…»

Ahmed Mestiri n’a pas parlé que d’extrémisme politique, il a également abordé les menaces sécuritaires. «Il y a ici même sur notre sol des individus qui cherchent à saper le consensus politique dans notre pays et faire échouer la transition démocratique. Certains individus veulent déstabiliser la Tunisie et menacent ses équilibres précaires postrévolutionnaires. C’est pour cela qu’il faut veiller à garantir et renforcer la sécurité. Une sécurité qui dépend en grande partie de notre capacité à parer aux inégalités sociales en mettant en place un modèle économique garant de plus d’équité entre les régions et les classes sociales et une économie qui a besoin de sécurité et de stabilité sociale pour croître et assurer l’essor du pays».

Pour le fondateur du MDS (Mouvement des Démocrates Socialistes), l’état du pays se dégrade et le sort de la Révolution est incertain, d’où l’importance de se mobiliser pour ne pas décevoir la jeunesse qui a fait la révolution. «Je ne vous cache pas que la jeunesse tunisienne commence aujourd’hui à remettre la révolution sérieusement en question. “Cette révolution ne nous a rien apporté’’, c’est ce qu’ils commencent à se dire, et cela s’appelle perdre foi en la révolution».

D’où l’importance, comme l’a fait remarquer Abdessattar Moussa, président de la Ligue tunisienne des Droits de l’Homme, d’établir non pas un dialogue «à coups de poings» comme c’est devenu d’usage aujourd’hui mais de mots, de négociations, d’idées et d’arguments, car la légitimité électorale doit être impérativement liée à une légitimité consensuelle».

Wided Bouchamaoui, présidente de l’UTICA, invitée à s’exprimer, a rappelé l’importance pour son organisation de l’instauration d’un Etat civil et d’un régime républicain insistant sur l’importance de la visibilité pour les opérateurs économiques. «Il est nécessaire pour nous, en tant qu’opérateurs privés, de voir l’avenir de la Tunisie se profiler plus clairement. La mise en place d’un agenda politique précis concernant l’organisation de nouvelles élections et la nature du régime politique serait de nature à inciter les investisseurs domestiques et internationaux à miser sur la Tunisie… Il est de notre devoir de prévenir tous nos partenaires, sociaux ou politiques, quant à la gravité de la situation économique qui ne souffre plus aucun doute ou attente et qui exige un consensus national autour des grandes questions qui empêchent le pays d’aller de l’avant»…

Près de 50 partis et organisations de la société civile ont participé à la conférence initiée par l’UGTT. Une conférence censée apaiser les tensions entre la Troïka et l’opposition. Une conférence à laquelle Ennahdha a refusé de participer arguant son refus par la présence de partis (Nidaa Tounes et le Front populaire) lui déniant sa légitimité comme si c’était elle et elle seule la Constituante!

Moncef Marzouki, président de la République provisoire, décidé tardivement à marquer de sa présence la manifestation, a pour sa part affirmé son soutien inconditionnel au dialogue entre toutes les composantes politiques et de la société civile afin d’éviter toute crise politique et mettre en place un consensus et affirmant que la légitimité appartient au peuple et non aux partis politiques.

"Une faute politique", c’est ainsi que Slaheddine Jourchi, analyste politique, a jugé l’absence d'Ennahdha au dialogue national. C’est d’ailleurs l’avis de tous les observateurs politiques qui estiment que cette défaillance à une rencontre importante pour le pays dénote d’un manque de courtoisie et de diplomatie face à l’invitation d’une institution aussi importante que l’UGTT. C’est aussi la preuve selon eux qu’Ennahdha veut faire cavalier seul et n’entendre que sa propre voix, poussant l’arrogance jusqu’à croire que c’est à elle seule que revient le choix de ses interlocuteurs politiques. Ce à quoi Ahmed Mestiri, qui les a pourtant appuyés à une certaine époque, répond: «Un dialogue se fait entre des individus qui portent des points de vue différents, sinon pourquoi aurions-nous besoin de dialoguer».

Le véritable dialogue suppose la reconnaissance de l’autre aussi différent de nous soit-il. Pour le président d’Ennahdha, qui ne reconnaîtrait même pas la Tunisie, la sacrifiant à la «Oumma», la seule forme de dialogue est de s’adresser à des disciples qui ne savent qu’obéir. Ecouter l’autre est une entreprise difficile sinon impossible pour lui.

Il oublie que le dialogue est la plus puissante des armes, lui qui affiche une préférence marquée pour les rapports de forces. webmanagercenter

 

 

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Tunisie : Kasbah 1 et 2_Manifs_ Initiative-UGTT
commenter cet article
16 octobre 2012 2 16 /10 /octobre /2012 04:09

Conférence de dialogue national - Interview exclusive de M. Hassine Abbassi, S.G. de l’Ugtt, à La Presse

 

« Notre initiative, une planche de salut pour tous »

 

 

 

Les travaux de la conférence de dialogue national, à  l’initiative de l’Ugtt, démarrent demain matin au Palais des Congrès de Tunis.

 
Participeront à ces assises plus de 35 partis politiques, 20 associations et organisations de la société civile, des personnalités nationales indépendantes et un certain nombre d’experts.
Cette initiative, lancée par l’Ugtt il y a quatre mois, est revenue sur le devant de la scène nationale suite à une série d’événements, de tiraillements et de tensions qui ont marqué ces dernières semaines le paysage politique national.


Aujourd’hui, l’ensemble de la classe politique semble reconnaître la dimension importante que revêt cette  initiative.


A une journée du démarrage de la conférence, La Presse a rencontré M. Hassine Abassi, secrétaire général de l’Ugtt, pour l’interroger sur les tenants et les aboutissants de cette initiative qui se présente comme une planche de salut tendue à toutes les forces politiques et qui permettra de dépasser, espérons-le, les divisions et controverses et de débloquer le processus de transition démocratique quasiment en panne. Interview.

 

 

Voulez-vous rappeler aux lecteurs de La Presse l’esprit et la lettre de votre initiative qui démarrera demain ?

 
Avant de répondre à votre question, j’aimerais faire un bref rappel : on s’est rendu compte qu’après la révolution du 14 janvier et les élections du 23 octobre, la situation du pays ne s’est pas stabilisée de la manière escomptée.

 
Les tiraillements se sont multipliés, les conflits se sont accentués. Pis encore, de multiples actes de violence se sont manifestés sous plusieurs formes : qui, a proclamé un émirat, qui, a incendié des postes de police, qui, a attaqué de nombreuses institutions de souveraineté et de service public.

 
Dès lors, on a pensé qu’une force doit émerger pour lancer une initiative afin de faire retomber les tensions et réunir autour d’une table les protagonistes, les acteurs politiques et autres parties concernées.

 
C’est donc à la suite de l’analyse minutieuse de la situation du pays qu’on a lancé cette initiative. Il s’agit, à cette occasion, d’élaborer un document de travail qui recèle une série de constantes et de principes inspirés des objectifs de la révolution.
On s’est dit pourquoi ne pas inviter les principaux acteurs politiques dans le but de faire des propositions et de trouver des solutions à tous ces problèmes. Dès lors qu’une partie souhaite réunir des protagonistes, elle doit mettre en avant des principes qui font l’objet d’un consensus entre les différents participants.

 

Toute la difficulté résidait dans le fait de trouver les dénominateurs communs entre les différentes parties prenantes. A la réflexion, nous n’avons pas trouvé mieux que de revenir à l’esprit du 14 janvier et même aux réalités qui ont prévalu avant la révolution.

 

Toutes les parties sont unanimes sur un certain nombre de points auxquels nous sommes revenus pour sauver le pays. Cette unanimité est d’autant plus vraie qu’elle était valable avant les élections du 23 octobre. Que dire alors, aujourd’hui, dans un contexte de légitimité issue de ces élections ! Depuis le mois de juin, nous avons pris contact avec les partis politiques dont plus de 95% sont d’accord avec notre initiative. Les 5% restants ont soit émis des réserves sur les thèmes, soit exprimé leur refus en raison de leur rejet de la révolution, tandis qu’une troisième catégorie parmi les protagonistes considère la démocratie, l’élaboration d’une Constitution ainsi que l’ensemble du processus démocratique engagé dans le pays comme une absurdité.

 

 

Avez-vous adressé des invitations à cette dernière catégorie ?

 

Pourquoi les inviter alors qu’ils refusent les principes qui fondent notre initiative ?

 

 

Quels sont les thèmes prioritaires qui seront discutés par la conférence ?

 

Parmi les principes il y a onze points qui font l’objet de controverses mais le congrès ne peut pas les examiner en totalité.
La conférence du dialogue national aura à hiérarchiser l’ordre des priorités et à définir les points à traiter à cette occasion et à reporter la discussion des autres points à un proche avenir. Je distingue pour ma part trois étapes principales: des questions urgentes, des questions à moyen et à long terme.

 
Concernant les questions urgentes, il est indispensable de parvenir à un consensus à propos du régime de gouvernance politique (régime parlementaire, présidentiel ou présidentiel aménagé).

 
Cette question pose problème et fait l’objet de controverse. Je rappelle que le parti Ennahdha plaidait pour un  régime parlementaire.

 

Mais suite à des discussions intensives, il semble avoir abandonné ce choix, dans le sens d’une recherche de consensus. C’est très important car continuer à se quereller à propos de cette question cruciale risque de nous mener tout droit au référendum. Le consensus nous permettra de maîtriser la période d’avant les élections.

 

La deuxième question urgente concerne l’accélération du consensus autour de la création de l’Isie (Instance supérieure indépendante des élections) qui aura besoin de plusieurs mois en vue de préparer matériellement les élections, au moins huit mois, à l’instar des élections du 23 octobre.

 

Au cas où l’Isie ne serait pas mise en place, on ne pourra plus avancer dans le processus des élections législatives et présidentielle.

 

Dès à présent, il faut se mettre, donc, d’accord sur la création de l’Isie. Une fois que la vision est claire pour l’ensemble des Tunisiens, le chemin sera balisé. A ce moment là on peut définir la date de la rédaction de la Constitution et fixer le calendrier des élections présidentielle, législatives et municipales.

 

Voilà, donc, les questions les plus urgentes qui, une fois résolues, rassureront les citoyens sur la marche du processus démocratique et l’on saura ainsi quand la Tunisie sortira du provisoire vers la stabilité.

 

Autres questions urgentes: la création de l’Instance indépendante de la magistrature judiciaire qui fait, aussi, l’objet de tiraillements, d’accusations réciproques et de controverses. Aujourd’hui, personne n’est rassuré sur l’état de la magistrature et de son indépendance.

 

Et ce sont les structures représentatives des magistrats telles que l’Association des magistrats tunisiens (AMT) qui observent actuellement un sit-in contre le dernier mouvement dans le  corps des magistrats et le Syndicat des magistrat tunisiens (SMT) qui l’ont reconnu bien avant nous. L’observatoire de l’indépendance de la magistrature, dirigé par Ahmed Rahmouni, fait aussi le même constat
Plus important, l’Isie peut faire des erreurs et le pouvoir judiciaire aussi si la crise de la justice n’est pas résolue, vers qui les justiciables vont-ils s’adresser si la justice est objet de méfiance de la part de tous ? 

 

Le secteur des médias est lui aussi objet de tensions et de tentatives d’hégémonie de la part du gouvernement, des partis et du capital pour que l’information ne demeure pas libre et indépendante. 

 

Or, on ne peut pas mener une opération électorale démocratique en l’absence de médias libres et transparents qui dévoilent et dénoncent les dépassements et dérives.
D’autre part, en présence de plumes audacieuse et libres, les acteurs politiques réfléchiront à deux fois avant de commettre une incartade. 

 

Aujourd’hui, les journaux de caniveau non seulement existent mais se multiplient. D’ailleurs, 50 procès ont été intentés contre un même journal appartenant à cette catégorie sans que la justice ne s’y prononce. Ce qui pose à ce propos la question de la justice. D’autant que ces journaux n’épargnent personne, ni les plumes audacieuses, ni les acteurs principaux du paysage politique ni les personnalités nationales. 
Quand il y aura une instance libre de l’information, elle pourra combattre ces dérives et réguler le secteur. 

 

Nous avons besoin de cette instance qui défende l’honneur du métier et impose  le respect de la déontologie. L’instance des médias est capable de gérer le secteur sans l’intervention hégémonique des pouvoirs.

 

 
Les questions intéressent par exemple la loi électorale. Certaines parties proposent même la révision du régime électoral proportionnel pratiqué lors des dernières élections et appellent à appliquer le système des plus grands scores moyens (moutawassitate), ce qui  représentera un coup dur aussi bien pour la démocratie que pour la représentativité. 
Ce régime favorisera l’hégémonie des grands partis et la disparition des petites formations. 
D’autres thèmes à moyen terme peuvent être aussi discutés, tels que le modèle de développement. Mais je ne pense pas que l’on puisse, en quatre ou cinq mois, examiner et mettre en place un nouveau modèle de développement. Ce qui pourra être résolu d’ici les élections, le sera. Pour les autres questions, le dialogue se poursuivra après les élections. 

 

 

Il y a ceux qui prônent le dialogue sur les problèmes structurels comme l’emploi, le chômage, le développement durable, les questions financières et autres... 

 

Quand on dit modèle de développement, on dit investissement, emploi, développement, déséquilibre régional, pauvreté, etc. 

 

Toutes ces questions en suspens, je vais les aborder. Que peut-on réaliser maintenant dans le domaine de l’emploi par exemple ou dans celui de l’investissement qui a besoin d’une nouvelle législation et surtout de stabilité ? 

 

Concernant l’emploi, le gouvernement annonce la création de 25.000 postes dans le secteur de la Fonction publique. Mais c’est le secteur privé qui a la capacité d’absorber la grande majorité des demandeurs d’emploi. Il reste que les investisseurs d’ici et d’ailleurs sont dans l’expectative. 

 

Or, les investisseurs nationaux, vu les sit-in, les grèves, les manifestations de revendications sociales  sont en train de fermer leurs entreprises, ce qui cause une perte considérable d’emplois et augmente le chômage. 

 

Pis encore, certains investisseurs vivent dans la hantise des poursuites judiciaires et hésitent à investir. Donc, il y a une situation d’hésitation auprès des investisseurs nationaux. L’investisseur étranger, lui, attend de voir ses pairs tunisiens bouger et reprendre leurs investissements ainsi que le rétablissement de la sécurité et le retour de la stabilité. 
Les investisseurs étrangers attendent, donc, la relance de l’investissement interne. Une question se pose aussi : quel genre d’investissement voulons-nous ?  
Il faut chercher les investissements à même de créer le plus grand nombre d’emplois et ce sont les secteurs du textile et de l’électronique qui sont connus pour être de grands pourvoyeurs d’emplois. 

 

Donc, il faut orienter les investisseurs vers ces deux secteurs capables d’absorber le plus grand nombre de chômeurs. Mais en cas d’échec, l’on ne pourra pas résoudre le problème aigu du chômage puisque ni le secteur public ni l’administration ne peuvent à eux seuls apporter la solution escomptée. D’autant que le taux de chômage est de 18% selon les statistiques officielles produites par l’Institut national de la statistique (INS) qui, malheureusement, après le 23 octobre, connaît une certaine frilosité, hésitation et crainte des taux qu’il publie. Ce qui est regrettable surtout après l’ouverture et l’interaction que l’INS a connues juste après le 14 janvier.

 

Je vous rappelle que le taux de chômage dans les régions est largement supérieur à la moyenne du taux national. Dans certaines régions, il atteint 30 à 40%. Chez les femmes, il est même de 60% dans les régions très pauvres, alors qu’on appelle à l’instauration de l’égalité entre les hommes et les femmes.

 

Dans les régions dites privilégiées, ce taux est beaucoup moindre, ce qui pose le problème de l’équilibre régional et de la justice au plan du développement. A l’Ugtt, nous avions du temps de Ben Ali réalisé des études sur cette question-là et sur les régions de Sidi Bouzid, Gafsa et Le Kef.

 

Actuellement, nous menons des études sur Siliana et Kasserine qui seront publiées dans les  15 jours à venir. Une étude sur Jendouba est également en cours et nous allons effectuer des études sur Tozeur, Kairouan et Béja.

 

Le déséquilibre dans le développement a des répercussions négatives sur le taux de densité démographique dans les régions et a  créé une sorte de «désertification démographique» dans la mesure où les habitants ont migré vers d’autres régions où ils espèrent accéder à l’emploi et à de meilleures conditions d’emploi. Ce qui a contribué à augmenter les prix, les loyers et les problèmes sociaux ainsi que la criminalité.

 

 

Dans une déclaration télévisée, Mustapha Ben Jaâfar a annoncé les dates des élections présidentielle législatives alors que la CPR et Ennahdha ont menacé de boycotter les travaux de la conférence en cas de participation de Nida Tounès. Qu’en dites-vous !

 

Nous avons annoncé une initiative et nous avons fixé les principaux thèmes à discuter. Nous avons discuté avec chacun des représentants de la Troïka, et nous allons avoir une rencontre avec une délégation commune de la Troïka.

 

J’ai reçu Mohamed Abbou, S.G. du CPR, qui m’a affirmé que le CPR ne participera pas à la conférence si le  Parti de «Nida Tounès» est invité. Mais il m’a toutefois informé que le CPR sera, malgré tout, présent vu que nous sommes les auteurs et les organisateurs de l’initiative.

 

De son côté, M. Mustapha Ben Jaâfar, président d’Ettakatol, n’a  pas exprimé une position négative ou des réserves quant à la présence de Nida Tounès.

 

A l’Ugtt nous sommes contre toute exclusion et nous allons envoyer des invitations à tout le monde, et si certains partis sont en conflit qu’ils règlent leurs problèmes entre eux. Nous sommes à égale distance de tous. Nous allons également inviter les chefs de groupes parlementaires au sein de la Constituante et tous ceux qui adhèrent à notre initiative.

 

 

Quels sont les critères retenus pour lancer les invitations ?

 

D’abord, tous les partis qui sont représentés  au sein de l’ANC ont été  invités. Ensuite, ceux qui ne sont pas représentés au sein de la Constituante et qui s’activaient lors des années de braise, qui existaient avant le 14 janvier et qui ont formé la première instance de protection de la révolution aux côtés d’autres associations et organisations de la société civile et qui, par la suite, ont contribué à la haute instance pour la réalisation des objectifs de la Révolution et de la réforme politique et de la transition démocratique  présidée par Iadh Ben Achour.

 

Donc il y a deux critères majeurs : la représentativité au sein de la Constituante et la participation active à la révolution sans pour autant avoir accédé au Palais du Bardo.
Concernant les personnalités nationales, je ne peux pas citer de noms : nous sommes en train de discuter avec les participants pour leur choix. Seront également présents des experts dont les noms sont encore en cours de discussion.

 

 

Mais Nida Tounès n’est pas représenté au sein de l’ANC ?

 

Il va être invité dans la mesure où beaucoup de constituants viennent de rejoindre ses rangs. Nous sommes contre toute exclusion de quelque parti que ce soit. L’Ugtt est indépendante et se place à égale distance de tous les acteurs du paysage politique national. Notre rôle est de lutter contre les tiraillements, divisions et tensions, notre ambition est de créer les conditions objectives pour parvenir à un consensus qui éviterait à notre pays l’instabilité et le chaos. La confiance en notre initiative réside dans le fait que nous ne sommes pas en compétition avec les partis et que nous n’avons pas l’ambition d’accéder au pouvoir. Notre seul but est de contribuer à la stabilité économique, sociale et politique de notre pays.

 

Pour cela, nous allons regrouper tous les partenaires de la scène politique nationale, les exhorter à se départir de l’amour de soi, de leur sectarisme et à montrer qu’ils cherchent réellement l’intérêt supérieur du pays. La compétition sera ouverte à tous les partis politiques à l’occasion des élections.

 

L’Ugtt a-t-elle préparé un document de travail spécial qu’elle va soumettre aux participants ? Les partis et les associations de la société civile vous ont-ils envoyé leur propre document ou leurs propositions ?

 

L’initiative de l’Ugtt est notre premier document de travail fondamental. Pourquoi voulez-vous que les partis et associations nous envoient des propositions ? Nous sommes en train d’examiner avec les participants l’ordre du jour de la conférence et d’étudier les résultats auxquels nous parviendrons.

 

 

Quel sera l’ordre du jour de la conférence ?

 

Il y aura une allocution d’ouverture et de bienvenue du S.G. de l’Ugtt. Nous sommes en pourparlers pour inviter les trois présidents de la République, du gouvernement et de l’ANC.

Nous connaîtrons leur réponse aujourd’hui.

 

Suite à l’allocution d’ouverture, les participants auront droit chacun de 3 à 5 mn pour exposer leurs visions, approches et propositions. Ils pourront également soumettre au bureau de la conférence leur intervention écrite, le cas échéant. L’ordre d’intervention n’est pas encore fixé mais il obéira soit au critère de l’ordre alphabétique ou à celui de la représentativité au sein de l’ANC ou les deux à la fois.

 
Plus de 35 partis et 20 associations et organisations de la sociétés civile, tous les chefs de groupes parlementaires, des personnalités nationales, indépendantes ainsi que des experts seront de la partie. Le rapport de synthèse qui couronnera les travaux de cette conférence sera soumis à l’ANC. 

 

 

Le rapport aura-t-il un caractère exécutoire et comment l’Ugtt compte-t-elle assurer le suivi de son application par l’ANC ? 

 

L’Ugtt n’a pas de pouvoir décisionnel, le suivi du rapport est la responsabilité de tous. Nous sommes une force de proposition et nous accomplissons une mission de bons offices.Nous n’avons pas l’intention de supplanter les pouvoirs légitimes en place auxquels reviennent les décisions à prendre.

 

 

La Troïka a annoncé qu’elle va soumettre le 18 octobre sa propre initiative. Considérez-vous que cette initiative est complémentaire à celle de l’Ugtt ou cherche-t-elle à la saper ?

 

Nous n’avons pas de position pour ou contre n’importe quelle initiative. Nous avons lancé notre initiative et nous avons fixé ses axes, nous n’avons pas de relation avec l’initiative du 18 octobre.

 
S’il y a d’autres partis qui veulent annoncer des propositions nous aimerions que cela soit par consensus. Nous avons l’ambition de fixer un calendrier et si l’initiative du 18 octobre fixe elle aussi un calendrier, cela relèvera du même esprit.

 

 

Mais la Troïka considère que la légitimité lui revient de droit…

 

Nous le repétons, encore une fois, notre initiative ne cherche pas à remplacer les pouvoirs en place. C’est écrit noir sur blanc dans notre document. Outre le fait que l’Ugtt n’a pas un pouvoir décisionnel.

 

 

Par votre initiative vous tendez une planche de salut à la Troïka qui vit des moment difficiles alors que vous avez fêté le 1er mai avec l’opposition ?

 

Si vous lisez les événements il faut le faire de manière objective. Contrairement à ce que vous prétendez, Ennahdha a publié un communiqué à l’occasion de la fête du 1er mai et bien que le ministère de l’Intérieur ait, alors, interdit de manifester sur l’avenue Bourguiba les travailleurs y ont manifesté.

 

Et même si les partis politiques participent à la célébration du 1er mai, ils le font comme tout le monde à la place Mohamed-Ali sans monter au balcon aux côtés du bureau exécutif. Je vous dis que tous ceux qui ont accédé au pouvoir ont eu des différends avec l’Ugtt. 
Avec Ben Ali nous avons eu des problèmes, avec Bourguiba nous avons eu des crises, avec Essebsi aussi qui, dans ses trois premiers discours, n’a pas évoqué positivement la centrale. 
Pour répondre à votre question, ce n’est pas à la Troïka que nous tendons la planche de salut mais à tous. Nous ne sauvons personne et nous ne demandons secours à quiconque.

 

Nous n’avons d’objectif que de pousser les partenaires au dialogue et au consensus afin de mettre fin aux tensions et aux tiraillements qui ont affecté négativement la situation économique, sociale et sécuritaire du pays.

 
Si notre initiative avait pour raison ou motivation de sauver la Troïka, les autres partis adversaires de cette même Troïka ne l’auraient pas acceptée.

 

 

Au cas où l’initiative échouerait, qu’en sera-t-il ?

 

Je considère que l’initiative est déjà une réussite. Le fait qu’elle a été accueillie positivement par tout le monde est la preuve de sa réussite. En voici quelques-unes : toutes les parties l’ont soutenue et sont unanimes sur son contenu. Elle a touché les vrais problèmes du pays. L’acceptation par les parties concernées est une autre preuve de sa réussite. Enfin, les médias nationaux et internationaux et la société suivent avec intérêt notre initiative.
Ce qui reflète les principes, les fondements et l’esprit qui caractérisent l’Ugtt depuis sa création dans la mesure où la centrale a toujours concilié le social, le politique et les préoccupations du peuple.

 
Notre initiative est la première à être lancée et à susciter le consensus général, contrairement aux autres initiatives qui n’ont pas rencontré le même engouement.
Avec l’Ugtt, les gens n’ont pas de suspicion ni de méfiance et ont accueilli notre initiative à bras ouverts.

 
Si elle échoue, l’Ugtt aura accompli son devoir et les protagoniste auront raté la première occasion de trouver un consensus et auront dévoilé leur vrai visage.
L’Ugtt aura réussi à révéler les véritables intentions des uns et des autres ainsi que les dits et non-dits.
Je suis profondément convaincu que notre initiative a réussi avant de démarrer.

 

 

Plusieurs parmi les composantes de la société civile et politique considèrent que l’Ugtt a abandonné son rôle initial d’organisation syndicale et s’est investie dans la politique. Que leur répondez-vous ?

 

Je voudrais que nos accusateurs nous disent comment l’Ugtt s’est investie dans l’action politique. Avons-nous fondé un parti politique ? Avons-nous déclaré que le programme politique d’un tel parti est meilleur que celui d’un autre ?
Avons-nous soutenu un parti au détriment d’un autre ?

 

Dans le monde entier, tout syndicaliste est concerné par l’action politique. A l’Ugtt, nous nous intéressons à la vie politique mais nous ne pratiquons pas la politique, parce qu’il y a une différence entre s’intéresser à la politique et la pratiquer. L’Ugtt n’est pas un parti politique.

 
L’histoire de l’Ugtt montre que les syndicalistes ont participé à la lutte pour la libération nationale. Le grand leader Farhat Hached n’était-il pas, à la fois, un leader nationaliste et syndicaliste? L’Ugtt a, également, contribué à l’édification de l’Etat moderne.
Lors des années de braise, sous le régime déchu et lors des événements du bassin minier ainsi qu’au début de la révolution,  tous les partis politiques clamaient : où est l’Ugtt?
Tout le monde recourait à l’Ugtt qui protégeait les contestataires. Je voudrais rappeler à ceux qui l’ont oublié qu’au beau milieu de la répression sanglante contre les jeunes révolutionnaires, trois membres du bureau exécutif suivaient la situation à Sidi Bouzid et trois autres faisaient de même à Kasserine.
Quand Ben Ali a pris la fuite et qu’il s’en est suivi un vide politique et lors des élections du 23 octobre 2011, tout le monde est retourné à l’Ugtt.

 

 

Expliquez-nous les causes des rapports en dents de scie que vous entretenez avec l’actuel gouvernement ?

 

Il est rare qu’il y ait une entente totale et durable entre les gouvernants et les syndicalistes, dans la mesure où les intérêts sont contradictoires. Il y a toujours un flux et reflux dans leurs relations. Il y a toujours un rapport de force qui les détermine. D’autant que le pays est dans une situation révolutionnaire où les dérives existent à tous les niveaux. 

 

 

Quel est le bilan de votre visite aux Etats-Unis et comment vos pairs syndicalistes américains évaluent-ils le processus démocratique en Tunisie ?

 

Nous avons été invités par l’AFL- CIo qui a accordé à l’Ugtt un prix spécial en signe de considération de son rôle dans la protection des droits politiques et économiques au cours de l’année 2011. Nous avons visité le Congrès, la Banque mondiale, le FMI et le Centre de la transparence.

 

Les syndicats américains, à l’instar des syndicats européens, considérent qu’il y a un processus révolutionnaire qui a transformé le visage du pays et saluent le rôle de l’Ugtt en matière de réalisation des objectifs de la révolution et son soutien aux revendications du peuple, ainsi que sa contribution à mettre à nu la situation économique actuelle du pays.

 

Aujourd’hui, les syndicats américains découvrent la réalité des choses. Ils considéraient, en effet, que le modèle de développement tunisien était une réussite.
Maintenant, ils découvrent les tares de ce modèle, plus particulièrement en ce qui concerne le taux de  pauvreté, le chômage, le déséquilibre entre les régions. lapresse

 

______________________________________________________________________________________________

Sahbi Atig, représentant du mouvement islamiste Ennahdha, déclare boycotter la Conférence de dialogue national proposée par le syndicat UGTT…  C’est dire l’importance de la Tunisie pour ces islamistes gourmands de pouvoir et de double langage… 


 

 

 

_____________________________________

Ennahdha et la «troïka» boycottent le «dialogue national» initié par l’Ugtt

 

Selon Sahbi Âtig, président du groupe Ennahdha à l’Assemblée nationale constituante (Anc), le parti islamiste va boycotter le «dialogue national» initié par l’Union générale tunisienne du travail (Ugtt).

 

Ce «dialogue national», censé permettre aux représentants de tous les partis politiques, de se mettre d’accord sur une feuille de route pour la prochaine étape, doit démarrer mardi sans… Ennahdha.

 

M. Âtig justifie le boycott de son parti par la participation à ce dialogue de Nida Tounes (Appel de Tunisie), parti fondé il y a quelques mois par l’ex-Premier ministre Béji Caïd Essebsi, qu’il accuse d’être «l’héritier du Rcd», ex-parti au pouvoir, et d’«œuvrer pour la réinstauration de la dictature en recourant à la falsification des élections et à la confiscation de la volonté populaire» (dixt Sahbi Âtig).

 

Il évoque aussi une autre raison : les récentes déclarations de Belgacen Ayari, secrétaire général adjoint de l’Ugtt chargé du secteur privé, qui a approuvé l’appel d’un groupe de constituants à la dissolution du parti Ennahdha, à la suite des propos ambigus tenus par son leader, Rached Ghannouchi, dans une vidéo fuitée, trahissant la volonté du parti islamiste de mettre la main sur les levers du pouvoir au sein de l’armée, de la police, de l’administration et des médias.

 

M. Âtig, qui intervenait dans l’émission Midi Show animée par Naoufel Ouertani, a reproché aux dirigeants de l’Ugtt de ne pas parler un même discours, affirmant que certains d’entre eux «diabolisent» le parti Ennahdha.

 

En réalité, Ennahdha et les autres partis de la «troïka» (Congrès pour la république et Ettakatol) boycottent le «dialogue national» initié par l’Ugtt pour ne pas donner la possibilité aux partis de l’opposition de prendre part à l’élaboration de la feuille de route pour la prochaine étape. C’est aussi une manière d’imposer la leur, annoncée samedi soir, qui serait à prendre ou à laisserkapitalis

 

 

___________________________________________________

 Ennahdha se met à dos l’UGTT


BN5268UGTT-0212.jpg

Finalement, et comme l’on s’y attendait, Ennahdha ne participera pas au dialogue national qui devait démarrer, demain mardi 16 octobre, suite à l’initiative de l’UGTT. Les deux autres partis de la troïka lui emboîteront le pas, sachant que le CPR de Abbou est allergique à tout ce qui a trait à Nidaa Tounes, et qu’Ettakatol fera de même car il n’oserait jamais désobéir aux desiderata du parti islamiste.

 

D’ailleurs, les observateurs étaient persuadés que l’on s’acheminait vers ce scenario, notamment à la suite de l’annonce surprise et qualifiée, par l’opposition, de hâtive, de la proposition par la Troïka de tout un agenda avec un échéancier fixe et précis.

 

 

En effet, comme par enchantement, et en l’espace d’à peine quarante-huit heures, cette proposition a été finalisée et présentée au grand public, 48 heures avant le démarrage de la table ronde préconisée par l’UGTT, ce que les observateurs considèrent comme une tentative de court-circuiter l’initiative de la centrale syndicale, voire, carrément la saboter. 
Surtout que la proposition de la Troïka a été suivie par une autre décision officielle, celle du boycott par Ennahdha de ladite initiative, annoncée par Sahbi Atig en direct sur les ondes de Mosaïque Fm et justifiée pour deux principales raisons : la participation de Nidaa Tounes et les déclarations de certains responsables de l’UGTT soutenant la proposition, faite par certains politiques, de faire dissoudre le mouvement d’Ennahdha.
 

 

Or M. Atig, reconnaît, d’un côté, que le pays vit une situation de tension extrême et un doute insupportable à cause du flou régnant dans le pays engendrant des conséquences graves et négatives dont notamment un climat d’insécurité et d’incertitude, d’où, toujours selon lui, cette proposition pour redonner confiance au peuple et aux différentes parties politiques.
 

Et au chef nahdhaoui de citer notamment cette concession de taille qu’est l’acceptation d’un régime parlementaire amendé à la portugaise. Mais il a oublié de dire que si le président de la République va être élu au suffrage universel, il n’aura, par contre, pas de prérogatives dignes de ce nom.

 
M. Atig, a oublié qu’Ennahdha a toujours placé la barre très haute pour avoir une marge de manœuvre et accepter des correctifs insignifiants tout en essayant de paraître comme étant la partie conciliante, acceptant le consensus. D’ailleurs, M. Atig n’hésite pas à dire que c’est toujours Ennahdha qui est à l’origine du déblocage chaque fois que le pays se trouvait en situation d’impasse. Il faut vraiment le faire pour avancer de pareilles contre-vérités.
Toujours est-il qu’encore une fois, Ennahdha, tout en prenant le risque de boycotter le débat proposé par l’UGTT, lance sa proposition, qui n’en est pas une, pour camoufler son attitude contre-productive et se mettre dans la peau du parti du consensus.

 
En effet, le régime parlementaire amendé est une idée de l’opposition, la proposition de Kamel Jendoubi en tant que président de la future Instance des élections est une autre proposition de l’opposition, la fixation d’un agenda précis des différentes échéances est une exigence de l’opposition et de la société civile. 

Alors qu’apporte Ennahdha de nouveau ? Rien, sauf cette proposition de la date du 23 juin pour la tenue des élections, ce qui est jugé comme inadéquat par les différents partis, dans la mesure où cette période de fin juin et début juillet correspond à celle des examens de fin d’année. 

 
Mais, par son boycott et ses accusations tous azimuts, Ennahdha se met à dos la centrale syndicale après avoir réussi le tour de force de s’aliéner tous les partis politiques, les composantes de la société civile progressistes et démocratiques ainsi que de nombreuses personnalités indépendantes réputées pour leurs hautes compétences et leur indépendance dont notamment les Iyadh et Rafaâ ben Achour, Sadok Belaïd, Moez Joudi, etc.
C’est dire qu’il s’agit encore d’une énième manœuvre du parti islamiste pour gagner du temps et continuer à gouverner et à étendre sa mainmise sur les divers rouages étatiques et administratifs croyant, ainsi, s’assurer le maximum d’atouts et de chances pour les prochaines élections. 

Ennahdha se met à dos, également, une fois pour toutes, Nidaa Tounes qui participera au dialogue sur invitation de l’UGTT. C’est ce qu’a affirmé Khemaïs Ksila, membre du bureau exécutif de Nidaa Tounes et député à l’Assemblée nationale constituante, aujourd’hui, 15 octobre 2012, en assurant que son mouvement participera à l’initiative de l’Union Générale Tunisienne du Travail même si le Mouvement Ennahdha ne le voulait pas. 
Revenant sur la proposition de la Troïka quant à la tenue des élections le 23 juin 2013, Khemaïs Ksila a tenu à souligner que cette proposition montre que la légitimité n’est plus aux mains de l’ANC, mais bel et bien aux mains des trois partis au pouvoir. 

 
Le député a aussi déclaré que Nidaa Tounes poursuivra en justice Adnane Manser, porte-parole de la présidence de la République, à cause de ses récentes déclarations enflammées et dans lesquelles il affirme que Nidaa Tounes était impliqué dans le blanchiment d’argent.
En effet, M. Manser avait affirmé que Nidaa Tounes n’est que le « parti de Kamel Letaïef », ce qui rappelle les tristes propos de Farhat Rajhi en mars 2011 l’accusant d’être à la tête d’un gouvernement de l’ombre du temps où Béji Caïd Essebsi était Premier ministre. Et sans entrer dans les détails des tracasseries et autres préjudices subis par M. Letaïef sous Ben Ali, le porte-parole de la présidence de la République devrait rester au-dessus de la mêlée dans le sens où il représente et parle au nom du président de tous les Tunisiens.

Il faut dire que la Troïka semble déstabilisée par l’émergence de Nidaa Tounes et la dynamique créée avec d’autres partis démocratiques de l’opposition qui croient en une Tunisie moderne, modérée et ouverte. Et d’aucuns sont persuadés que par son initiative, le trio au pouvoir risque d’aggraver les problèmes et de plonger le pays dans une crise aux conséquences aussi graves qu’imprévisible. Noureddine Hilaoui businessnews

 

 

________________________________________________________

Le véhicule du secrétaire général adjoint de l’UGTT incendié 


 

 

Le véhicule du secrétaire général adjoint de l’UGTT chargé de la législation et des conflits, Mouldi Jendoubi, a été incendié, dimanche soir 14 octobre 2012, selon son témoignage sur la Wataniya 1.


Originaire de la région de Jendouba, M. Jendoubi a expliqué que, puisqu’il était venu à la région pour assister à une réunion de l’Union régionale, il avait décidé de passer la nuit chez sa famille. Ils ont été surpris (lui et les siens) par une explosion, hier vers 21h30, suite à laquelle ils ont trouvé le moteur du véhicule en flamme.
Des témoins ont précisé qu’un motard cagoulé avait lancé un cocktail Molotov sous le véhicule.

Mouldi Jendoubi a porté plainte et une enquête a été ouverte par les autorités compétentes. On note qu’il n’accuse aucune partie.

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Tunisie : Kasbah 1 et 2_Manifs_ Initiative-UGTT
commenter cet article
15 octobre 2012 1 15 /10 /octobre /2012 20:11

La photo du jour : Ghannouchi et la falsification de l’Histoire

Hasard de la photo, l’ironie du sort, la revanche d’un homme ou, plutôt, un accident de l’Histoire ? 

 Ce cliché a été pris ce matin, lundi 15 octobre 2012 à Bizerte à l’occasion de la Fête des martyrs. Rached Ghannouchi, chef d’Ennahdha, seul devant la Garde présidentielle. 

 

Ghannouchi rend hommage aux martyrs et déclare « qu’ils sont morts à cause du narcissisme de Bourguiba. »

Rached Ghannouchi a réussi la symbolique, a eu sa revanche et tente son baroud d’honneu:falsifier l’Histoire. 
 

Il se croit vainqueur et il pense qu’il peut écrire l’Histoire à sa manière.

 
Mais Bourguiba n’est pas mort, il est encore vivant et il hante l’esprit de Ghannouchi. 
L’homme de l’Indépendance et fondateur de la Tunisie moderne n’est pas mort, car il a enfanté des hommes. Des millions d’hommes et de femmes qui n’accepteront pas de voir souillée l’œuvre de leur père ! businessnews

 

 

_____________________________________

راشد الغنوشي:" شهداء معركة الجلاء هم ضحــايـا نرجسية بورقيـبة "

 

صرّح زعيم حركة النهضة راشد الغنوشي اليوم على هامش الإحتفال بعيد الجلاء في بنزرت" أن الشباب الذي استُشهد في هذه الأحداث والذي أتى من مختلف مناطق الجمهورية لم يتم إعداده لمواجهة الرصاص الحي وزُج به في محرقة فقط لإرضاء نرجسية الزعيم الراحل الحبيب بورقيبة"

 

ومن جهة أخرى أفاد راشد الغنوشي أن وزارة الداخلية هي الجهة المسؤولة عن توجيه الدعوات لحضور فعاليات الإحتفال بعيد الجلاء.

shemsfm

 

____________________________________________________________________________________________

Ghannouchi, l'illusionniste

 

 

Le doute a longtemps plané, il n'est aujourd'hui plus de mise. En tout cas plus concernant Rached Ghannouchi, chef emblématique des islamistes ­d'Ennahdha, qui s'était pourtant évertué jusqu'ici à rassurer ses compatriotes et la communauté internationale.

 

À longueur d'interviews ou de déclarations, il n'avait que les mots « tolérance », « ouverture », « modernité » et « liberté » à la bouche. Vantait sans cesse les mérites du modèle turc, jurait qu'il ne voulait rien imposer à qui que ce soit et que l'islam prôné par son mouvement ne devait inquiéter personne. Mais voilà, il s'est pris les babouches dans le tapis. Internet a fait le reste : il tombe le masque dans deux vidéos qui font désormais le tour de la Toile.

 

Dans la première, il s'entretient avec deux salafistes. La seconde est un enregistrement téléphonique avec le cheikh Béchir Ben Hassen, figure des extrémistes religieux. En guise du « serrage de vis » à leur égard annoncé, Docteur Rached y cède la place à Mister Ghannouchi, et ses propos font froid dans le dos. En résumé, il reconnaît que les islamistes ne sont pas encore assez puissants pour imposer leurs vues, malgré le chemin parcouru depuis la révolution.

 

Qu'il convient donc de « compléter ce capital en envahissant le pays avec des associations, des écoles. Partout ! » Il enjoint les salafistes à la patience :


« Maintenant, on n'a pas une mosquée, on a le ministère des Affaires religieuses ! On n'a pas une boutique, on a l'État ! Donc il faut attendre, ce n'est qu'une question de temps. [...] Mais pourquoi êtes-vous pressés ? » Et de citer l'échec du Front islamique du salut (FIS) algérien, qui aurait dû faire de même. Alger appréciera... Les laïcs ? Des suppôts de l'ex-RCD de Ben Ali. La police, l'armée, l'administration ? Aux mains de ces derniers. La charia ? Bientôt... Son projet ? Une théocratie à bâtir pierre par pierre et en catimini.

 

Un discours aux antipodes de celui tenu dans les interviews qu'il nous a accordées en août dernier (J.A. no 2692-2693) ou en janvier... 1990, il y a plus de vingt ans (J.A. no 2653). Mais Ghannouchi n'est ni Janus ni atteint de troubles de la personnalité. L'homme le plus influent du pays est peut-être aussi le plus malin, un véritable Houdini de la politique. Il a longtemps su cacher son jeu. Mais la modernité, qu'il ne semble guère goûter, vient de lui jouer un bien mauvais tour. Une caméra, qui n'était pas cachée - tous les entretiens de Ghannouchi sont filmés par son staff -, internet, les réseaux sociaux et patatras !

 

Le cheval de Troie s'est transformé en éléphant dans un magasin de porcelaine. Et c'est tant mieux : le fond de la pensée de Ghannouchi ne sera plus jamais ce triangle des Bermudes où tant de ses détracteurs se sont perdus. Maintenant, les choses sont claires. Et les Tunisiens pourront enfin choisir en toute connaissance de cause. Merci l'artiste... Jeuneafrique

 

 

 

 

 

_______________________________________________________________

 

 

 

 

_______________________________________________________________________________________________________

 

15 octobre 1963 - 15 octobre 2012… Glorieuse Bizerte!

 

 

Occulté par le régime déchu du président Ben Ali, la commémoration du 15 octobre 1963 retrouve aujourd’hui ses lettres de noblesses. Celui-ci a dépassé le cadre de la Tunisie. La Tunisie avait engagé une bataille sur le terrain tunisien mais aussi sur la scène internationale, notamment à l’ONU (Organisation des Nations unies), où elle avait été appuyée par les pays nouvellement indépendants d’Afrique et d’Asie. Et même au-delà.

 

15 octobre 2011. Le président de la République de la première période de transition, qui suit, en Tunisie, le déclenchement de la révolution du 14 janvier 2011, Foued Mebazaa, et le gouvernement au complet conduit par le Premier ministre, Béji Caïd Essebsi, se retrouvent devant le monument au cimetière des martyrs de Bizerte.

 

La première chaîne de la télévision publique tunisienne, devenue, depuis les premiers jours de la révolution, Al Wataniya 1, diffuse de nombreux extraits de la cérémonie. Elle présente notamment une scène au cours de laquelle les premiers responsables du pays se retrouvent, sous une pluie battante, avec des militants bizertins qui ont mené la bataille de Bizerte (1961-1963) et qui s’est terminée par l’évacuation de l’armée française le 15 octobre 1963.

 

Fin de 82 ans de présence militaire française

L’événement était resté dans la mémoire -et pour cause- de tous les Tunisiens qui avaient vécu une période héroïque du pays. «Le 14 octobre, le contre-amiral Vivier, dernier commandant de la Base stratégique de Bizerte, signe l'ordre du jour dont une partie indique: «La mission à Bizerte des forces armées françaises prend fin». Le lendemain, le 15 octobre, le capitaine d'artillerie, Louis Muller, amène le pavillon français, mettant ainsi fin à 82 ans de présence militaire française à Bizerte. (Voir, à ce propos, Patrick-Charles Renaud, «La bataille de Bizerte (Tunisie) 19 au 23 juillet 1961», éd. L'Harmattan, Paris, 2000, pp. 14-15)

 

La bataille déclenchée, donc, en juillet 1961 finira par la rétrocession par la France de la base militaire de Bizerte qui constitue le dernier épisode de l’indépendance de la Tunisie. La ville a chèrement payé cette lutte finale. «Un communiqué officiel tunisien fera état d'un total de 630 morts et 1.555 blessés». (Voir, à ce propos, Tahar Belkhodja, «Les trois décennies Bourguiba. Témoignage», éd. Publisud, Paris, 1998, p. 59).

 

La commémoration de l’événement avait, ce 15 octobre 2011, un goût particulier. Il a constitué, pour ainsi dire, un certain retour aux sources. Après avoir un temps accepté que l’anniversaire du 15 octobre 1963 soit fêté et chômé, l’ancien président déchu, Zine Al Abidine Ben Ali, avait décidé de l’enlever de la liste des journées chômées.

 

Une valeur très symbolique

Ce qui n’était pas du goût de nombreux Bizertins et de militants pour l’indépendance de la Tunisie qui en ont vu un mauvais signe. Le président déchu avait, pour eux, envoyé un message qui ne prenait pas en considération la valeur très symbolique de l’événement.

 

Ce dernier constitue encore aujourd’hui un événement glorieux qui a dépassé le cadre de la Tunisie. La Tunisie avait engagé une bataille sur le terrain tunisien mais aussi sur la scène internationale, notamment à l’ONU (Organisation des Nations unies), où elle avait été appuyée par les pays nouvellement indépendants d’Afrique et d’Asie. Et même au-delà. «Le 25 août 1961, l’Assemblée générale de l’ONU condamne la France en adoptant une résolution des pays afro-asiatiques par 66 voix contre 0 pour et 30 abstentions en l'absence de la délégation française qui la rejette aussitôt». (Tahar Belkhodja, cité plus haut, p. 49).

 

Bien au-delà de la Tunisie, l’événement a été, en effet, perçu comme une grande victoire sur le colonialisme. Et c’est, donc, tout à fait normal que le colonel Jamal Cadenasser, alors grand leader du monde arabe et héraut du nationalisme arabe triomphant, fait, le 15 décembre 1963, le déplacement de Bizerte pour fêter avec Bourguiba, auréolé d’une nouvelle victoire sur le colonialisme français, l’évacuation de Bizerte.

 

Rien de plus normal que de nombreux Bizertins et militants de l’indépendance de la Tunisie n’aient pas apprécié la tiédeur des festivités marquant l’anniversaire du 15 octobre 1963. Le président déchu se déplaçait certes à Bizerte pour poser une gerbe de fleurs au monument du cimetière des martyrs. Mais c’était pratiquement tout. Ni programme spécial dans les médias encore moins des grands meetings marquent l’anniversaire.

 

D’ailleurs, il faut dire que le 15 octobre 1963 n’était pas le seul événement que le 7 Novembre a voulu occulter. Il y a également celui du 18 janvier 1952 qui marque le déclenchement de la grande révolte tunisienne sur le colonialisme français. En cette date, la France avait décidé d’arrêter une vingtaine de militants destouriens, dont le leader Habib Bourguiba, et les avait éloignés dans le sud tunisien.

 

Trois jours plutôt (le 15 janvier 1952), le leader Habib Bourguiba, dans un discours historique, avait lancé un appel clair et net pour la lutte armée contre le colonialisme français. Le discours avait eu lieu à Bizerte.  webmanagercenter

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Religion _ L'Islam politique _ Salafistes_ Chokri
commenter cet article
15 octobre 2012 1 15 /10 /octobre /2012 19:03

Enquête sur les attaques par des extrémistes religieux


 

hrw«Les autorités tunisiennes devraient enquêter sur une série d’agressions commises par des extrémistes religieux dans les dix derniers mois et traduire les responsables en justice», a déclaré Human Rights Watch aujourd’hui. « L’échec des autorités tunisiennes à enquêter sur ces attaques renforce l’impunité des extrémistes religieux et peut les encourager à être plus violents », a déclaré Joe Stork, directeur adjoint de la division Moyen-Orient et Afrique du Nord à HRW.


Dans une lettre adressée aux ministres de la Justice et de l’Intérieur le 11 juillet 2012, Human Rights Watch a décrit en détail six incidents au cours desquels des individus ou des groupes apparemment poussés par des motivations religieuses ont attaqué des gens – pour la plupart des artistes, des intellectuels et des militants politiques – à cause de leurs idées ou de leur façon de s’habiller. Human Rights Watch a également reçu des informations sur un autre cas similaire, l’agression en août des organisateurs d’un festival par un groupe religieux radical. 

 

La lettre aux ministres de la Justice et de l’Intérieur détaillait l’échec apparent des autorités à réagir à ces agressions. Human Rights Watch demandait aux ministres si les forces de l’ordre et les autorités judiciaires avaient agi en réponse aux plaintes déposées par les victimes des attaques et si des suspects avaient été inculpés ou traduits en justice. Human Rights Watch n’a reçu aucune réponse à cette lettre.


Les victimes de ces six affaires sont: Rajab Magri, un professeur d’art dramatique et militant de la société civile, attaqué le 14 octobre 2011, et à nouveau le 25 mai 2012, au Kef; son neveu Selim Magri, le 7 mai 2012 au Kef; Jaouhar Ben Mbarek, un militant et coordinateur du réseau social Doustourna, le 21 avril 2012 à Souk Al Ahad; Zeineb Rezgui, une journaliste, le 30 mai 2012 à Tunis; et Mohamed Ben Tabib, un documentariste et professeur de philosophie, le 25 mai 2012 à Bizerte.


Dans les six affaires, les victimes ont déposé plainte auprès des postes de police juste après les attaques, en identifiant les agresseurs dans la plupart des cas. Pour autant que Human Rights Watch ait pu l’établir, la police n’a arrêté aucun des agresseurs ni n’a entamé d’enquête formelle ou de poursuites contre eux.


Selon le droit international, les autorités tunisiennes ont l’obligation d’enquêter sur les personnes qui en agressent d’autres, de les poursuivre et de donner aux victimes des moyens de recours efficaces.  


Dans le cas d’agression le plus récent porté à l’attention de Human Rights Watch, le 16 août, un groupe d’hommes barbus a attaqué un festival marquant le Jour international de Jérusalem, à Bizerte, une ville à 40 km au nord de Tunis, blessant au moins trois militants.


Khaled Boujemaa, un militant des droits humains et organisateur du festival, a déclaré à Human Rights Watch que ce jour-là il avait appelé le chef de la police à plusieurs reprises, d’abord pour l’informer de menaces de la part de personnes qu’il identifiait, par leurs barbes et leur habillement, comme des salafistes. Ces hommes avaient ordonné aux organisateurs d’annuler le festival et les avaient accusés d’être des chiites.


Selon Boujemaa, l’officier l’a assuré que la police prendrait les mesures nécessaires pour leur sécurité, mais aucun policier n’a été envoyé pour protéger le festival, et le chef de la police observait l’attaque de loin sans intervenir. Boujemaa a été gravement blessé et emmené à l’hôpital.


« Les policiers sont venus nous voir à l’hôpital quelques heures après, et le 21 août nous sommes allés à la police identifier certains des agresseurs », a déclaré Boujemaa à Human Rights Watch. « Ensuite j’ai vu les individus que nous avions identifiés sortir du poste de police par la porte de derrière. Depuis nous n’avons pas eu de nouvelles indiquant si le procès aura lieu, et à quelle date ».


Ces agressions ont été commises lors des dix derniers mois, dans différents endroits du pays, par des personnes ayant des vêtements et une apparence semblables, d’après les récits des victimes. Les assaillants avaient un comportement violent, ils utilisaient des armes telles que des épées, des gourdins et des couteaux dans le but d’empêcher des festivals ou des célébrations, et ils ont passé des gens à tabac, apparemment à cause de leurs idées, de leur façon de s’habiller ou de leurs activités.


« L’absence apparente d’enquêtes judiciaires – sans parler de poursuites – ne peut qu’accroître le sentiment de vulnérabilité de ceux qui attirent la haine de ces gangs » hrw

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Amnesty international _ Human Rights Watch
commenter cet article
15 octobre 2012 1 15 /10 /octobre /2012 16:04

Pétition appelant à traduire en justice le pédophile Bahri Jelassi

 

 

 

______________________________________________________________________________________

Une pétition est en train de circuler sur les réseaux sociaux appelant à traduire en justice Bahri Jelassi, fondateur du Parti de l’ouverture et de la fidélité (Pof), pour ses appels à la pédophilie sur la chaîne Tounesna TV.

 

Les propos de cet homme d’affaire défenseur de la polygamie et de la pédophile n’ont pas laissé indifférents beaucoup de Tunisiens qui appellent le parquet à réagir et à poursuivre cet agitateur devant les tribunaux pour ses propos contre les femmes, réduites au statut de produit consommable et d’esclave de l’homme, et, surtout, ses appels à la polygamie et à la pédophilie interdites par la loi tunisienne.

 

«Nous avons tous vu et entendu les propos de ce psychopathe de Bahri Jelassi qui revendique le mariage des filles à l'âge de 13, 14 et 15 ans sous prétexte que la fille qui atteint les 20 ans ne donne plus envie, et qu'elle n’est pas excitante. Cet homme dont les propos touchant aux droits de l'enfant, à la dignité de la femme et à la stabilité de la société doit non doit être traduit en justice et condamné sévèrement. Pour tous ceux qui veulent agir en portant plainte contre cet homme, signez cette pétition s'il vous plaît... Ce qu'il dit est une menace pour les enfants, les femmes et les hommes, tous confondus», lit-on dans la pétition que l’on peut signer sur le site ‘Pétition24.net’’kapitalis.

 

 

____________________________________________________________________________

 En savoir davantage sur les idées de ce pédophile, BAHRI JELASSI, qui insulte Bourguiba d’avoir interdit le mariage avec les mineurs (les petites fillettes) et dit Non aux droits de l’enfance ! 

 

 

_____________________________________________________________________________________

Moncef Marzouki sur RFI: «Il faut que les islamistes nous donnent des garanties plus sérieuses sur leurs intentions»


Le nouveau président tunisien Moncef Marzouki lors de sa prestation de serment le 13 décembre 2011.
Le nouveau président tunisien Moncef Marzouki lors de sa prestation de serment le 13 décembre 2011.
REUTERS/Zoubeir Souissi

Le président tunisien Moncef Marzouki a regagné Tunis dimanche 14 octobre, après avoir participé au XIVe sommet de la Francophonie tenu dans la capitale de la RDC, Kinshasa. Dans une interview acordée à RFI, au micro de Christophe Boisbouvier, Moncef Marzouki rappelle que l’accord passé avec Rached Ghannouchi, le chef du parti islamiste Ennahda, était basé sur la promotion d’un Etat laïque et d’une société moderne. Et, prévient-il, il exigera des clarifications en cas de reconduction de cet accord.

Monsieur le président, lors de la cérémonie d’ouverture, vous avez dit que l’islamisme ne gagnera pas, que ce serait la démocratie qui l’emporterait. Qu’est-ce qui vous rend si certain de cela ?

C’est évident, parce que quand on voit le spectre islamiste, on se rend compte qu’il va, comme on dit, d’Erdogan [Premier ministre turc, NDLR] aux talibans, avec une portion centrale. Et c’est cette portion centrale qui a rejoint le mouvement démocratique. C’est ce qu’on appelle aujourd’hui le salafisme, c’est la portion qui a refusé de se joindre au mouvement démocratique.

Le grand phénomène des années 70 et des années 80, c’est la scission du mouvement islamiste en une partie qui a rejoint la démocratie, et une partie qui a versé dans le terrorisme. Or, cette partie qui a rejoint la démocratie est venue à nous. Ce n’est pas nous qui sommes allés vers eux. Et aujourd’hui, la partie qui refuse la démocratie est totalement isolée au sein du mouvement islamiste et au sein de la population.

 

Vous dites ça, mais il y a tout de même cette vidéo qui n’aurait jamais dû être diffusée dans laquelle on voit monsieur Rached Ghannouchi dire que finalement, l’islamisme va gagner dans votre pays...

Lorsque nous avons fait cet accord de la troïka, il était très clair pour moi comme pour lui, que c’était une alliance entre les islamistes modérés et les laïques modérés pour promouvoir la démocratie des droits de l’homme, pour promouvoir un Etat laïque et une société moderne. Si monsieur Ghannouchi revoit ses positions, libre à lui. Mais en tout cas, l’accord encore une fois conclu, était basé sur ce principe. Et je vais exiger des clarifications. Je vais exiger surtout que si cet accord est reconduit, il le soit sur des termes encore plus précis et encore plus clairs.

 

Ne craignez vous pas, finalement, que dans cette troïka, Mustapha Ben Jafar et vous-même soyez un petit peu les cautions démocratiques d’un mouvement, qui en fait, je parle d’Ennhada,vise à l’islamisation de la société tunisienne ?

Non, parce que d’abord nous ne sommes pas naïfs. Et quand nous avons fait cet accord, nous l’avons fait sur des bases claires, à savoir, une Constitution démocratique, les libertés publiques. Jusqu’à présent, là où je suis, c'est-à-dire au palais de Carthage, j’ai veillé absolument au respect des droits des l’homme, aux libertés. Je me considère d’une certaine façon, de par ma fonction, comme le garant de ces libertés et de ces droits.

Pour monsieur Mustapha Ben Jafar, c’est exactement la même chose. Mais encore une fois, il va falloir que les islamistes nous donnent maintenant des garanties beaucoup plus sérieuses sur leurs intentions. Et en fin de compte, ça, on va le voir au niveau de la Constitution. Si jamais il y a double discours, tout peut être revu.

 

Justement, quels sont les points clés dans le débat constitutionnel actuel ? Est-ce la criminalisation du blasphème ? Est-ce le statut de la femme ?

Le statut de la femme, j’ai toujours dit : l’égalité, elle est complète ou elle ne l’est pas.

 

La femme n’est pas le complément de l’homme ?

Ah non, non ! Nous avons balayé d’un revers de la main cette formulation. Elle n’existera pas. Je peux vous assurer qu’elle n’existera pas. Pour ce qui est de la criminalisation, je pars du principe qu'il ne doit pas figurer dans une Constitution, et je suis totalement contre. J’ai toujours pensé que les pires effets pervers de la liberté d’expression valent mieux que la censure.

Je suis, bien entendu, pour qu’on mette que l’islam est la religion de l’Etat. Ca, tout le monde est absolument d’accord. Je suis d’accord pour qu’on dise qu’il faut promouvoir notre identité arabo-musulmane. La discussion n’est pas là. La discussion c’est de vouloir, sous prétexte de mettre l’islam comme étant la religion de l’Etat, vider les libertés de leur sens. Ça, il n’en n’est pas question !

Le dernier point où ça achoppe : Ennahda veut un régime parlementaire, et nous, on dit « il n’est pas question de cela ». Ce que nous voulons, c’est un régime qui protège les Tunisiens contre le retour de la dictature. La dictature a deux portes : la porte d’un seul homme, c’est l’exemple de Ben Ali. Mais aussi, cela peut être  la dictature d’un parti majoritaire qui, profitant de sa majorité, est capable de modifier la Constitution. C’était le prototype Bourguiba.

 

Lors de l’extradition de l’ancien Premier ministre libyen, vous avez été ouvertement contredit par votre Premier ministre, et donc par Ennahda. Est-ce que vous n’avez pas le sentiment que depuis quelques mois, vous avez perdu une partie de vos pouvoirs ?

Au contraire. Moi, j’ai l’impression qu’aujourd’hui, la fonction de la présidence en Tunisie est en train de gagner, d’abord en crédibilité, parce que chaque fois qu’il y a eu violation des droits de l’homme, c’est la présidence qui a dit « niet » et qui s’est opposée. Dans le cas de Baghdadi Mahmoudi il y a eu un sévère rappel à l’ordre. Et de toutes les façons, je pense qu’une telle affaire ne risque pas de se reproduire, tellement elle a eu des effets graves sur la stabilité du pouvoir, et tellement elle aurait pu avoir des conséquences graves sur le gouvernement lui-même.

 

Vous n’avez pas eu envie de démissionner à ce moment-là ?

J’ai rédigé ma démission ! Elle était écrite ! Et en fin de compte, c’est parce qu’il y a eu des excuses. Beaucoup de gens m’ont calmé – entre guillemets – , j'ai quand même vu que cela allait bousculer le pays et le précipiter dans une grave crise, alors j’ai accepté de ne pas démissionner. Mais ma lettre était rédigée dans l’avion, dans le C-130 qui m’avait ramené du Sud ! rfi.fr

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Femmes et révolution
commenter cet article
15 octobre 2012 1 15 /10 /octobre /2012 06:11

La Libye a un nouveau premier ministre

Ali Zeidan lors d'une entrevue en France, en mars 2011

Ali Zeidan lors d'une entrevue en France en mars 2011  Photo :  PC/Jacques Brinon
 Le parlement libyen a élu Ali Zeidan au poste de premier ministre. Cet ancien adversaire de Mouammar Kadhafi l'a emporté avec 93 voix contre 85 pour le ministre Mohamed al-Hrari, qui était appuyé par les islamistes.

Au total, 179 membres sur 200 du parlement libyen, le Congrès général national (CGN), étaient présents. Ali Zeidan a deux semaines pour former son gouvernement.

Si son cabinet est accepté, il prendra officiellement ses fonctions et remplacera Abdelrahim al-Kib, en poste depuis novembre 2011.

En présentant son programme devant l'assemblée, M. Zeidan a précisé que la construction d'une armée et d'une police sera « la priorité de ses priorités ». Il a aussi parlé de justice et de réconciliation nationale, au moment où le pays risque de plonger dans la guerre civile à cause des tensions entre tribus rivales.

Le vote est intervenu une semaine après l'éviction du premier ministre élu Moustapha Abou Chagour par l'Assemblée nationale, qui a rejeté à deux reprises la composition du gouvernement qu'il avait proposée.

_____________

Âgé de 62 ans, Ali Zeidan est originaire du centre de la Libye et a grandi dans une famille de commerçants. Il est nommé à l'ambassade de Libye en Inde à la fin des années 1970. Au début des années 1980, il démissionne de son poste et rejoint l'opposition en exil contre le régime du dictateur Mouammar Kadhafi, sous la bannière du Front national du salut libyen (FNSL).

Après le déclenchement de la révolte en Libye, au début de 2011, M. Zeidan a contribué aux efforts diplomatiques de la rébellion pour faire reconnaître le Conseil national de transition (CNT) par les capitales occidentales.

Il avait été élu membre du CGN lors des premières élections libres dans l'histoire du pays, en juillet dernier. 
radio-canada

 

____________________________________________________________

 Ali Zeidan, un ex-opposant à Mouammar Kadhafi, élu Premier ministre

Ali Zeidan, un ex-opposant au régime de Mouammar Kadhafi, a été élu dimanche soir Premier ministre par l'Assemblée nationale libyenne et a un délai de deux semaines pour former son gouvernement, a indiqué le président de l'Assemblée. (c) Afp

Ali Zeidan, un ex-opposant au régime de Mouammar Kadhafi, a été élu dimanche soir Premier ministre par l'Assemblée nationale libyenne et a un délai de deux semaines pour former son gouvernement, a indiqué le président de l'Assemblée. (c) Afp

 

Ali Zeidan, un ex-opposant au régime de Mouammar Kadhafi, a été élu dimanche soir Premier ministre par l'Assemblée nationale libyenne et a un délai de deux semaines pour former son gouvernement, a indiqué le président de l'Assemblée.

Bénéficiant de l'appui des libéraux, M. Zeidan, 62 ans, l'a emporté avec 93 voix contre 85 pour l'actuel ministre de la Gouvernance locale, Mohamed al-Hrari, appuyé par les islamistes, selon les résultats annoncés par le président de l'assemblée, Mohamed al-Megaryef, à la télévision libyenne.

179 membres du Congrès général national (CGN) étaient présents sur 200.

"Ali Zeidan est le Premier ministre et il lui est demandé de former son gouvernement dans un délai de deux semaines à partir de la date de son élection", a déclaré M. Megaryef.

L'opération de vote a été diffusée en direct par la télévision libyenne.

Selon le règlement intérieur de l'Assemblée, le gouvernement, qui doit être proposé par le nouveau Premier ministre dans les deux semaines, doit obtenir la confiance du CGN.

Si son cabinet est accepté, M. Zeidan prendra officiellement ses fonctions et remplacera le Premier ministre sortant Abdelrahim al-Kib en poste depuis novembre 2011.

En présentant son programme dimanche devant l'assemblée, M. Zeidan, a précisé que la construction d'une armée et d'une police sera "la priorité de ses priorités".

Il prévoit ainsi "une campagne intensive de formation et de recrutement dans les rangs de la police et de l'armée" en vue d'intégrer de nouveaux éléments et de remplacer les officiers ayant travaillé sous le régime de Mouammar Kadhafi.

Parmi ses priorités, il a cité aussi l'activation de la justice transitionnelle et la réconciliation nationale, au moment où le pays risque de plonger dans la guerre civile, avec la tension qui monte de plus en plus entre tribus rivales, notamment entre Bani Walid, un des derniers bastions de Kadhafi, et la ville voisine de Misrata.

Ex-opposant radical au dictateur défunt Mouammar Kadhafi, Ali Zeidan a reçu le soutien de l'Alliance des forces nationales (AFN, libérale).

Ce diplomate de carrière a passé plus de 30 ans en exil après avoir fait défection en 1980 alors qu'il était en poste à l'ambassade libyenne en Inde, tout comme le président du CGN, Mohamed al-Megaryef, qui était ambassadeur de la Libye à New Delhi.

Il avait rejoint le Front national du salut libyen, une formation qui regroupait les opposants de l'ancien régime en exil, avant de la quitter et de se consacrer depuis Genève à la défense des droits de l'Homme en Libye.

M. al-Hrari, un universitaire de 56 ans, a bénéficié pour sa part des votes des islamistes du Parti de la justice et de la construction (PJC) issu des Frères musulmans ainsi que des indépendants appartenant ou influencés par différents courants islamistes.

L'AFN de Mahmoud Jibril, une coalition de petits partis libéraux menée par des architectes de la révolte de 2011 contre le colonel Kadhafi, détient 39 sièges sur les 80 réservés à des partis politiques.

Le PJC est la deuxième formation politique du Congrès avec 17 sièges.

Les 120 sièges restants sont détenus par des candidats indépendants aux allégeances et convictions diverses.

Le vote est intervenu une semaine après l'éviction du Premier ministre élu Moustapha Abou Chagour par l'Assemblée nationale, qui a rejeté à deux reprises la composition du gouvernement qu'il avait proposée.

Selon M. Abou Chagour, son renvoi, le 7 octobre, a été motivé par son refus d'accepter les exigences de l'AFN et du PJC pour former son cabinet.

M. Abou Chagour, un technocrate de 61 ans, avait été élu Premier ministre par le CGN le 12 septembre avec seulement deux voix d'avance sur le chef de l'alliance des libéraux, Mahmoud Jibril. tempsreel.nouvelobs

 

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Libye : l'après Kadhafi
commenter cet article
15 octobre 2012 1 15 /10 /octobre /2012 05:05

Félix Baumgartner franchit le mur du son en chute libre à une altitude d'environ 39 000 mètres

 

_________________________________________

Rached Ghannouchi franchit le mur du double discours

 
Moncef Marzouki, Président de la Tunisie, a encore confiance dans 'l’âme sincère' de R. Ghannouchi  
 
Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Religion _ L'Islam politique _ Salafistes_ Chokri
commenter cet article

Présentation

  • : thala solidaire.over-blog.com
  •  thala solidaire.over-blog.com
  • : ThalaSolidaire est dédié à la ville de Thala, ville phare de la Révolution tunisienne. Thala est une petite agglomération du centre-ouest de la Tunisie. Elle est connue pour son histoire antique, ses sources, ses carrières de marbre, devenues une sorte de tragédie écologique et économique, sa résistance et sa misère. Thala solidaire a pour objectif de rassembler toutes les voix INDIGNÉES pour donner à cette terre ainsi qu'à toutes autres terres un droit à la vie et à la dignité…
  • Contact

Recherche

Vidéos

Catégories