Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 janvier 2011 6 29 /01 /janvier /2011 21:07

 

Plus de deux semaines après la fuite de Ben Ali, la Tunisie s’est dotée d’un nouveau gouvernement d’union. Les principaux caciques de l’ancien régime ont été écartés. Un gouvernement largement remanié mais toujours dirigé par le Premier ministre Mohamed Ghannouchi, dont certains manifestants réclament toujours le départ. Par ailleurs, un Comité des sages devrait être mis en place pour superviser la transition vers un régime démocratique. Un comité qui pourrait être présidé par Ahmed Mestiri, 80 ans, opposant reconnu et respecté en Tunisie. Il était l’invité de France Info ce matin.

 

 Écouter Mohamed Mestiri : http://www.france-info.com/chroniques-les-invites-de-france-info-2011-01-28-tunisie-la-rupture-reelle-avec-l-ancien-regime-n-est-pas-encore-511991-81-188.html

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Tunisie
commenter cet article
29 janvier 2011 6 29 /01 /janvier /2011 19:43

19h32 - Crainte des pillages - Des comités de quartier, armés de gourdins et de barres de fer, se constituent à travers Le Caire pour protéger la population des bandes de pillards qui dévalisent les commerces et vandalisent les maisons.La police a subitement disparu des rues. FIN DE NOTRE DIRECT.

19h19 - Maison Blanche - La secrétaire d'Etat Hillary Clinton et les principaux responsables de l'administration Obama ont tenu une réunion de deux heures à la Maison Blanche sur la crise politique en Egypte, indique un responsable sous le couvert de l'anonymat. Le président Barack Obama n'a pas pris part à la réunion.

19h10 - Matraques - De retour à Paris, Blandine Delcroix, qui logeait chez des amis au Caire, dit avoir vu mercredi soir "des gens se faire pourchasser par des groupes de personnes armées de matraques" dans le centre-ville.

19h02 - Partir - Mohamed ElBaradei appelle Hosni Moubarak à partir sans délai pour le bien de l'Egypte.

18h55 - Insuffisant - L'opposant égyptien Mohamed ElBaradei affirme dans des déclarations à la chaîne Al-Jazira que la nomination par Hosni Moubarak d'un vice-président et d'un nouveau Premier ministre n'est pas suffisante.

18h48 - "La France doit parler" - L'ancien Premier secrétaire du PS François Hollande, affirme que "la France doit parler" au sujet de l'Egypte et "rappeler" que la démocratie est une "valeur universelle".

18h41 - Rejet - "Ni Moubarak, ni Souleimane, on en a assez des Américains!", réagit la foule rassemblée sur la Place el Tahrir à l'annonce de la nomination du patron des Renseignements au poste de vice-président. Pour l'un de ces manifestants, "Souleimane est l'homme de Moubarak et cela ne reflète pas un signe de changement".

18h31 - Des bougies en Syrie - Les forces de l'ordre dispersent à Damas une cinquantaine de jeunes qui portaient des bougies devant l'ambassade d'Egypte. L'appel à un sit-in a été lancé sur Facebook, pourtant interdit en Syrie, "afin d'exprimer nos condoléances pour les victimes du peuple égyptien".

18h18 - Mosquée - Des dizaines de blessés, souvent inconscients, sont transportés dans la petite mosquée de Bab al-Louq jouxtant la scène des affrontements. "La police nous tire dessus depuis hier, elle protège le ministère de l'Intérieur. Que fait l'armée?" s'interroge Mohammed Khalif, un jeune avocat venu prêter secours.

18h09 - A Rome - Le ministre des Affaires étrangères, Franco Frattini, assure que le nouveau gouvernement égyptien pourra compter sur de bonnes relations diplomatiques avec l'Italie.

18h06 - "Soulagés" - Des touristes Français arrivent du Caire "soulagés" à Roissy, pour certains avec plusieurs heures de retard. "On sent que là-bas la situation est tendue", explique Jacinthe Bonneau, qui a rendu visite à sa soeur expatriée au Caire.

18h04 - Soldats acclamés - "Le peuple, l'armée, nous sommes un seul bras", scandent les manifestants saluant les soldats circulant dans des chars d'assaut place Tahrir, au centre du Caire.

18h00 - Douille - "La police s'attaque au peuple, elle nous considère comme des ennemis", rage Ahmed, un manifestant costaud enivré de colère, montrant une douille de fusil tiré selon lui par la police sur des manifestants lors de affrontements devant le ministère de l'Intérieur dans le centre du Caire.

17h49 - Touristes russes - Rostourism, agence russe pour le tourisme, indique préparer un plan d'évacuation des touristes russes d'Egypte en cas de besoin.

17h34 - Rapatriement - Israël a rapatrié en avion spécial les familles de ses diplomates, ainsi qu'une quarantaine d'Israéliens qui séjournaient à titre privé au Caire, indique le ministère israélien des Affaires étrangères. L'ambassadeur reste à son poste.

17h34 - Manif à Londres - Quelques centaines de personnes réclament à Londres aux abords de l'ambassade d'Egypte le départ de Hosni Moubarak. Les manifestants forment deux groupes distincts, séparés par les forces de l'ordre, l'un constitué d'islamistes, l'autre se disant sans affiliation politique.

17h25 - Enterrement - Dans le quartier de Bassatin, des proches, réunis autour du caveau familial, enterrent l'un des leurs, tué hier par une bombe lacrymogène lancée par la police. Son fils assure qu'il retournera manifester et rejoindra les dizaines de milliers de personnes qui bravent le couvre-feu au Caire. Les manifestations ont fait au moins 50 morts depuis mardi.

17h11 - Elèves - "Saddam était leur maître, et tous ces dictateurs ne sont que ses petits élèves", affirme Hussein Mohamed, un livreur irakien dans un quartier commerçant de Bagdad. "Si le régime égyptien tombe, tous les autres suivront dans le monde arabe car l'Egypte est le plus grand et le plus puissant pays de la région", prédit-il.

17h06 - Kadhafi téléphone - Le numéro un libyen Mouammar Kadhafi s'est entretenu au téléphone avec Hosni Moubarak, "pour se rassurer sur la situation en Egypte", annonce l'agence libyenne Jana.

17h04 - NOUVEAU GOUVERNEMENT - Ahmad Chafic, ministre de l'Aviation, est chargé de former le gouvernement. C'est une personnalité généralement appréciée au sein de l'élite égyptienne, y compris de l'opposition. Son nom avait été évoqué pour éventuellement succéder au président Moubarak en cas de vacance du pouvoir.

16h50 - Appel de Berlin - Le ministre allemand des Affaires étrangères Guido Westerwelle appelle "les responsables en Egypte et les forces de sécurité" à renoncer à la violence contre "les manifestations pacifiques", selon un communiqué de son ministère.

16h39 - Appel américain - Les Etats-Unis réitèrent leur appel à la "retenue" de "toutes les parties" en Egypte, déclare Philip Crowley, porte-parole de la diplomatie américaine. "Avec les manifestants encore dans les rues en Egypte, nous sommes inquiets des risques de violences ", affirme-t-il sur son compte Twitter.

16h36 - Dans le bon camp - Le MoDem demande au gouvernement français à être "cette fois dans le camp de ceux qui se battent pour la démocratie et contre l'arbitraite", contrairement à la révolution tunisienne.

16h27 - Appel de Moscou - Le ministère russe des Affaires étrangères appelle, dans un communiqué, les autorités égyptiennes à "garantir la paix civile" afin de pouvoir répondre "aux attentes de la population". Il s'agit du premier commentaire de la Russie au sujet de la situation politique en Egypte.

16H25 - UN VICE PRESIDENT - Le chef du Renseignement, Omar Souleimane, vient de prêter serment en tant que vice-président, premier poste du genre depuis que le président Hosni Moubarak a pris le pouvoir en 1981, rapportent les médias officiels.

16h21 - Aux Etats-Unis - Les organisations représentant la communauté arabe aux Etats-Unis appellent le président Barack Obama à soutenir le peuple égyptien "opprimé" et à demander le départ de Hosni Moubarak. Ces protestations sont l'indice d'un "vaste mécontentement populaire", estime ainsi la Société américano-égyptienne.

16h14 - Réunion importante - Le président Hosni Moubarak tient "une réunion politique importante" au siège de la présidence, au Caire, annonce la télévision d'Etat.

16h11 - Trois morts - Trois personnes ont été tuées et plusieurs dizaines blessées dans les manifestations de ce samedi au Caire, apprend-on auprès des secouristes sur place.

16h08 - Inquiétude en Israël - "Le plus inquiétant, c'est le climat d'incertitude qui règne dans le pays le plus influent du Proche-Orient", déclare à l'AFP un haut responsable israélien qui a requis l'anonymat.

16h06 - Fillon - "C'est le peuple égyptien qui décide" et "aucun pays ne peut prendre la place du peuple égyptien", déclare le Premier ministre français François Fillon. "Il faut que les violences s'arrêtent, personne ne peut accepter qu'il y ait des morts", ajoute-t-il. "Ce que nous disons simplement au gouvernement égyptien, c'est qu'il faut qu'il entende les revendications".

16h04 - Démission - Ahmad Ezz, haut responsable du parti au pouvoir en Egypte, largement perçu comme un pilier d'un régime corrompu, démissionne du Parti national démocrate, selon la télévision d'Etat.

16h02 - Liban - A Beyrouth, quelque 300 personnes, des étudiants pour la plupart, manifestent dans le calme devant l'ambassade d'Egypte, aux cris de "Liberté pour l'Egypte !" ou de "Moubarak va-t-en !".

16h00 - Musée protégé - Des jeunes Egyptiens forment une chaîne humaine autour du musée du Caire, qui abrite des trésors de l'antiquité, et des comités de quartier se constituent pour tenter de protéger la capitale des pilleurs.

15h58 - Couvre-feu ignoré - Plusieurs dizaines de milliers de manifestants sont rassemblés dans le centre du Caire, défiant un couvre-feu entré en vigueur à 16H00 (15H00 françaises).

15h55 - Prêche - Le plus influent prêcheur du monde arabe, cheikh Youssef Al-Qardaoui, affirme que seul le départ du président Hosni Moubarak pouvait régler la crise en Egypte, appelant le peuple à poursuivre son "soulèvement" pacifiquement, dans une déclaration à la chaîne Al-Jazira.

EN DIRECT - La promesse de réformes et d'un nouveau gouvernement ne calme pas les manifestants en Egypte, qui réclament le départ du président Hosni Moubarak, soumis à la pression d'une communauté internationale de plus en plus critique à son égard.

 

Lien : http://www.maritima.info/afp/2/29-01-19-35-en-direct-le-pouvoir-de-moubarak-ebranle-en-egypte.html

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Égypte : Élections _ Constitution
commenter cet article
29 janvier 2011 6 29 /01 /janvier /2011 19:37
Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Égypte : Élections _ Constitution
commenter cet article
29 janvier 2011 6 29 /01 /janvier /2011 19:29
Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Maroc
commenter cet article
29 janvier 2011 6 29 /01 /janvier /2011 19:11
Des dizaines de milliers d'Egyptiens sont descendus dans les rues samedi au 5e jour de leur révolte sanglante sans précédent contre le président Hosni Moubarak.

L'allocution télévisée du chef de l'Etat vendredi soir n'a pas apaisé la colère de la population, qui manifestait samedi pour la cinquième journée consécutive. Dans l'après-midi, la police a ouvert le feu sur les manifestants autour de la place Tahrir, dans le centre de la capitale, après que des milliers de personnes ont tenté de prendre d'assaut le ministère de l'Intérieur. On dénombrait selon des témoins au moins trois morts, dont les cadavres étaient portés par la foule. Selon des responsables égyptiens et témoins des manifestations, violences et affrontements ont fait 48 morts et au moins 2250 blessés depuis mardi, dont 41 morts depuis vendredi.

Accroché au pouvoir

D'après la télévision d'Etat, le couvre-feu doit commencer dès 16h ce samedi et durer jusqu'à dimanche 8h, ce qui est plus long que la nuit précédente (de 18h à 7h).

Même si son avenir semblait sombre, M. Moubarak, au pouvoir depuis 29 ans, donne l'impression de vouloir s'accrocher au pouvoir en annonçant des réformes et la formation dans la journée d'un nouveau gouvernement

«On veut que Moubarak parte, pas seulement son gouvernement», déclarait un manifestant, Mohammed Mahmoud. «Nous n'arrêterons pas de manifester jusqu'à ce qu'il parte».

Inquiétudes des autres pays

La communauté internationale a exprimé ses vives inquiétudes, le président américain Barack Obama appelant, lors d'un entretien téléphonique, M. Moubarak «à prendre des mesures concrètes pour tenir ses promesses», et à «s'abstenir d'utiliser la violence contre les manifestants pacifiques».

Mais les promesses, en deçà des revendications de la population pour de meilleures conditions de vie -lutte contre le chômage et la pauvreté et la liberté d'expression-, n'ont pas entamé la détermination de la rue à le chasser.

Les manifestations continuent malgré tout

Aux cris de «Moubarak va-t-en» ou «Celui qui aime l'Egypte ne détruit pas l'Egypte», des dizaines de milliers de manifestants, déchirant ses portraits et conspuant son nom, se sont retrouvés sur la grande place Tahrir, proche de nombreux bâtiments officiels au Caire.

L'armée, épine dorsale du régime, a été appelée en renfort d'une police dépassée par les événements, et le couvre-feu, instauré au Caire, à Alexandrie et à Suez, a été étendu samedi de 16H00 (14H00 GMT) à 08H00. Des hélicoptères survolaient la capitale.

Présente avec ses blindés, l'armée a enjoint la population de «respecter le couvre-feu» le soir et de ne pas se rassembler dans les lieux publics la journée.

A Rafah, ville frontalière de la bande de Gaza, le siège de la Sûreté de l'Etat a été attaqué par des manifestants et les heurts ont coûté la vie à trois policiers, selon les témoins.

A Ismaïliya, sur le canal de Suez, des heurts violents ont éclaté entre forces de sécurité et des milliers de manifestants et à Alexandrie (nord), deuxième ville de pays, des centaines de personnes ont manifesté alors que plusieurs commissariats étaient toujours en flammes.

Au Caire, les habitants ont parallèlement entrepris de déblayer les rues après les pillages et les incendies provoquées par les manifestants au siège du parti au pouvoir et à de nombreux commissariats de police. Un supermarché du géant français Carrefour a été pillé.

Appel à un gouvernement de transition

M. Moubarak, qui s'est exprimé vendredi après un silence marqué pendant quatre jours, «doit partir», a déclaré M. ElBaradei à la chaîne France24.

«Je continuerai à participer (à la contestation), peu importe ce que cela implique, pour m'assurer que le régime de Moubarak parte (...) C'est un régime dictatorial qui a échoué sur les fronts économiques et politiques», a dit l'ex-chef de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) et prix Nobel de la paix en 2005.

Les Frères musulmans, principale force d'opposition, ont appelé à «un gouvernement de transition sans le parti (au pouvoir) qui organise des élections honnêtes et une passation pacifique du pouvoir».

En attendant, le gouvernement a présenté sa démission, au moment où le chef d'état-major égyptien, Sami Anan, rentrait au pays après avoir écourté une visite aux Etats-Unis.

Près de 50 morts

Selon le ministère de la Santé, 38 personnes ont été tuées vendredi, ce qui porte à 48 le nombre de morts depuis mardi, en majorité de civils. En outre, 2.500 personnes ont été blessées (dont 1.000 policiers).

Vendredi a été la journée la plus meurtrière depuis le début du mouvement inspiré par la Révolte du jasmin qui a chassé Zine El Abidine Ben Ali du pouvoir en Tunisie. Des manifestations massives lancées à l'issue de la prière hebdomadaire avaient dégénéré en émeutes.

Selon les services de sécurité, 60% des postes de police du pays ont été incendiés, dont 17 au Caire.

Les services de téléphonie mobile, coupés comme l'Internet pour contrecarrer les manifestations, étaient partiellement rétablis en milieu de matinée. Mais l'Internet ne semblait toujours pas accessible. Ces deux services ont joué un rôle-clé dans le lancement des manifestations.

Seule note positive en faveur de M. Moubarak, la «solidarité» exprimée au président égyptien par le roi saoudien Abdallah et le président palestinien Mahmoud Abbas.

De crainte d'une escalade, la bourse du Caire restera fermée dimanche ainsi que les banques.

Manifestations à Londres contre le président Moubarak

Quelques dizaines de personnes ont réclamé samedi à Londres aux abords de l'ambassade d'Egypte le départ du président égyptien Hosni Moubarak, défié par des dizaines de milliers de manifestants pour le cinquième jour consécutif.

Les manifestants étaient réunis en deux groupes séparés, tenus à distance l'un de l'autre par les forces de l'ordre. Le premier était rassemblé à l'appel de l'organisation islamiste «Hizb-ut-Tahrir». «Go, Mubarak go», scandaient des dizaines d'hommes et de femmes, certains invoquant le nom d'Allah.

Leurs banderoles appelaient à l'instauration du «Khilafah», un califat suivant la loi islamique.

Non loin de là, un autre groupe se disant sans affiliation politique a réuni quelques dizaines de personnes, dont des étudiants.

«Nous voulons montrer notre solidarité avec ceux qui manifestent en Egypte», a expliqué un des organisateurs, Rafik Bedair, 36 ans. «Nous appelons Moubarak à partir, afin de libérer la population. Le discours de vendredi n'était que la prolongation des promesses que nous entendons depuis trente ans», a dit ce médecin. (afp)
Lien :  http://mobile.20min.ch/fr/front/15751536f/Manifestations-g%C3%A9antes-au-Caire
Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Égypte : Élections _ Constitution
commenter cet article
29 janvier 2011 6 29 /01 /janvier /2011 19:06
Des manifestants au Caire, le 29 janvier 2011.Des manifestants au Caire, le 29 janvier 2011. © AFP

 

Le couvre-feu n'effraie pas les manifestants

La durée du couvre-feu, décrété vendredi soir pour les trois grandes villes du Caire, Alexandrie et Suez, a été prolongée samedi, entrant désormais en vigueur à 16H00 (14H00 GMT) jusqu'à 08H00 le lendemain, au lieu de 18H00 à 07H00. En début d'après-midi, la télévision publique, citant l'armée, a indiqué que quiconque violera le couvre-feu sera en danger. Danger que des dizaines de milliers de manifestants semblent prêts à courir, puisque les rues étaient encore bondées après le début du couvre-feu, samedi à après 16h. 3 personnes auraient été tuées depuis, et des dizaines blessées, selon Al-jazira, dans une tentative d'assaut contre le ministère égyptien de l'Intérieur. Mais ce bilan n'a pu être confirmé.

Toute la matinée, l'armée égyptienne avait invité la population à ne pas organiser de rassemblements et à respecter le couvre-feu. "Les forces armées invitent les citoyens à ne pas se réunir et à respecter le couvre-feu", a rapporté la télévision publique égyptienne, ajoutant que les contrevenants encouraient des "procédures judiciaires". Le chef d'état-major égyptien, Sami Anan, est rentré en Egypte samedi en milieu de journée, après avoir écourté une visite aux Etats-Unis, où il conduisait une délégation militaire, selon une source aéroportuaire du Caire.

Toute la journée de samedi, plusieurs dizaines de milliers de manifestants se sont rassemblés dans le centre du Caire pour réclamer le départ du président égyptien. "Dégage, dégage", ont scandé ces manifestants rassemblés sur la place Tahrir, sous l'oeil de l'armée déployée en masse. "Tranquille, tranquille", a lancé la foule aux militaires. Selon un journaliste Reuters, la police égyptienne a tiré à proximité des manifestants rassemblés dans des rues menant à la place Tahrir dans le centre du Caire mais on ignore s'il s'agissait de tirs à balles réelles ou en caoutchouc. Les manifestants ont fui la police, déployée près de véhicules militaires.

Des heurts violents ont aussi éclaté dans la grande ville d'Ismaïliya et à Alexandrie et des balles réelles auraient été utilisées. Le siège de la Sûreté de l'Etat de la ville égyptienne de Rafah, à la frontière avec la bande de Gaza, a été attaqué lors d'accrochages entre manifestants et policiers qui ont fait trois morts dans les rangs de la police, selon des témoins. Al Djazira a rapporté samedi que l'un de ses journalistes avait vu plus de 20 cadavres à Alexandrie, après les affrontements de la veille. La chaîne d'informations qatarie n'a pas fourni plus de détails. Une source hospitalière indique quant à elle que 30 cadavres, dont ceux de 2 enfants, ont été amenés à l'hôpital El Damardach du Caire après les manifestations de vendredi.

Pillages

Un supermarché du géant français Carrefour a été pillé samedi à la périphérie du Caire, ont déclaré des témoins à l'AFP. Des dizaines de personnes couraient dans la rue avec des objets pillés dans le supermarché situé juste à la sortie de Maadi, un quartier où réside une important communauté d'expatriés, ont raconté ces témoins. Ce supermarché est situé dans un centre commercial où sont aussi installés des commerces occidentaux. Tard vendredi soir, des scènes de pillage avaient déjà été constatées dans plusieurs quartiers du Caire, métropole de 20 millions d'habitants. L'armée appelle la population à se protéger face aux pilleurs.

Le musée du Caire protégé par une chaîne humaine

Des jeunes Egyptiens formaient samedi une chaîne humaine autour du musée du Caire, qui abrite des trésors de l'antiquité. Des dizaines de personnes étaient rassemblées tout autour du musée, dans le centre de la capitale, où des chars étaient également positionnés. Les Frères musulmans, première force d'opposition en Egypte même s'ils sont officiellement interdits, ont annoncé à l'AFP avoir recruté des volontaires parmi leurs membres pour former des comités de quartier autour de la capitale, afin de protéger les établissements publics et privés. Les comités de quartier "seront postés autour de la capitale pour tenter de protéger les propriétés", a déclaré à l'AFP Salah Abdelraouf, dont la confrérie a annoncé jeudi soir sa participation aux manifestations contre le régime du président Hosni Moubarak. Les forces armées ont appelé samedi "le peuple égyptien à protéger la nation, l'Egypte, à se protéger" face aux pillages, alors que l'armée s'est déployée depuis vendredi soir dans trois grandes villes du pays, dont le Caire, où un couvre-feu a été décrété vendredi et renforcé samedi.

38 morts vendredi, selon un ministère
  
Trente-huit personnes ont été tuées dans les manifestations et les émeutes particulièrement violentes ayant secoué l'Egypte vendredi, ont indiqué des sources officielles au sein du ministère de la Santé portant à 48 le nombre de morts depuis le début des manifestations mardi. Vendredi, 12 personnes ont été tuées au Caire, une à Guiza près de la capitale, trois à Port Saïd (sur le Canal de Suez), huit à Alexandrie, 12 à Suez et 2 à Mansoura (delta du Nil). En outre, 1.900 personnes ont été blessées vendredi dont environ 500 policiers, selon les mêmes sources. Le bilan de blessés s'élève à 2.500, dont 1.000 policiers, depuis mardi, avaient auparavant indiqué des sources médicales et de sécurité. Ce dernier bilan de vendredi porte à 48 le nombre de personnes tuées depuis les manifestations contre le régime du président Hosni Moubarak qui secouent l'Egypte depuis mardi, selon un décompte de l'AFP.

Toujours pas de SMS 

Les services de téléphonie mobile ont commencé à fonctionner de nouveau samedi au Caire au lendemain de leur suspension lors de manifestations hostiles au président égyptien Hosni Moubarak. Il n'était toutefois toujours pas possible d'envoyer des messages par SMS. Mais l'Internet ne semblait toujours pas accessible. Toutefois, certains seraient parvenus à contourner le blocage en utilisant des vieux modems 56k.

 

Lien : http://lci.tf1.fr/monde/afrique/2011-01/egypte-manifestations-au-caire-en-attendant-un-nouveau-gouvernement-6243821.html

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Égypte : Élections _ Constitution
commenter cet article
29 janvier 2011 6 29 /01 /janvier /2011 18:59
Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Égypte : Élections _ Constitution
commenter cet article
29 janvier 2011 6 29 /01 /janvier /2011 18:55
Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Égypte : Élections _ Constitution
commenter cet article
29 janvier 2011 6 29 /01 /janvier /2011 18:53
Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Égypte : Élections _ Constitution
commenter cet article
29 janvier 2011 6 29 /01 /janvier /2011 15:26

Par Noureddine Bourougaa

thala_memorial-2011-01-03.jpg

Selon plusieurs habitants de la ville de Thala que nous avons contactés aujourd’hui (28-01), le journaliste de la BBC, en visite chez-eux, dit avoir été mis en garde par certains journalistes des médias officiels que son voyage dans cette ville pourrait lui coûter cher. Ces derniers lui ont décrit les thalois comme une bande de sauvages n’ayant pour verbe que la brusquerie et la violence. Honneur à ce journaliste qui a décidé tout de même  d’aller voir ce lieu maudit par le RCD et le diable. Cette façon de traiter Thala et les thalois par les agents médiatiques du pouvoir n’est pas récente, elle remonte à 1964 lorsque Mohamed Rahmouni, un fils de Thala, avait tenté un coup d’État contre Bourguiba. Sa condamnation à la peine capitale fut en même temps une condamnation à l’oubli et à l’isolement de sa ville. Depuis, ni visite officielle, ni projets de développement, ni regard de tendresse envers cette ville. Le quotidien de Thala se réduisit alors à une démonstration ostentatoire de richesses de certains de ses nouveaux riches bien connectés à Imad Trabelsi qui pillèrent et détruisirent ses montagnes (marbre) et ses forêts.

Il a fallu un journaliste anglais de la BBC pour qu’enfin les thalois prennent conscience du mépris, de l’arrogance des journalistes des médias officiels tunisiens et  du mensonge répandus à leur égard. Car Thala a été toujours digne de par la générosité, la gentillesse et la KARAMA de ses habitants. C’est Thala, après Sidi Bouzid, qui fut la première à donner  le sang de ses enfants pour que la révolte devienne RÉVOLUTION et la Tunisie un pays libre…

La barbarie n’est pas Thala, ce sont ces journalistes de propagande dont la servitude, l’inculture et le mauvais style font d’eux une pathétique bande d’idiots tout bon à s’avilir pour se procurer un «pitoyable» repas dans un restaurant chic.

Je remercie beaucoup ce journaliste de la BBC qui, selon les thalois, a été un vrai gentlemen et a même accompagné les villageois dans leur douleur en lisant avec eux le Fatiha devant le mémorial des victimes érigé dernièrement grâce à la solidarité de tous les thalois, même les plus pauvres parmi eux…

On t’aime Thala... la courageuse…

Noureddine Bourougaa

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Thala [RÉGIONS] _Kasserine_Gafsa_S. Bouzid_ Silian
commenter cet article

Présentation

  • : thala solidaire.over-blog.com
  •  thala solidaire.over-blog.com
  • : ThalaSolidaire est dédié à la ville de Thala, ville phare de la Révolution tunisienne. Thala est une petite agglomération du centre-ouest de la Tunisie. Elle est connue pour son histoire antique, ses sources, ses carrières de marbre, devenues une sorte de tragédie écologique et économique, sa résistance et sa misère. Thala solidaire a pour objectif de rassembler toutes les voix INDIGNÉES pour donner à cette terre ainsi qu'à toutes autres terres un droit à la vie et à la dignité…
  • Contact

Recherche

Vidéos

Catégories