Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 janvier 2011 1 24 /01 /janvier /2011 01:34
Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Tunisie : Kasbah 1 et 2_Manifs_ Initiative-UGTT
commenter cet article
24 janvier 2011 1 24 /01 /janvier /2011 01:30
Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Tunisie : Kasbah 1 et 2_Manifs_ Initiative-UGTT
commenter cet article
24 janvier 2011 1 24 /01 /janvier /2011 01:25
Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Arts _Culture (Chansons de la Révolution - contest
commenter cet article
24 janvier 2011 1 24 /01 /janvier /2011 01:19
Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Tunisie : Kasbah 1 et 2_Manifs_ Initiative-UGTT
commenter cet article
24 janvier 2011 1 24 /01 /janvier /2011 01:14

Des centaines de Tunisiens ont décidé de camper dimanche soir sous les fenêtres de la Primature à Tunis.

 

 

"On veille cette nuit pour protéger la flamme de la Révolution", résumait l’un des manifestants, dont bon nombre sont arrivés dimanche du centre du pays à bord d’un convoi baptisé "Caravane de la libération".

Dimanche, des milliers de manifestants ont réclamé une nouvelle fois le départ des caciques de l’ancien régime du gouvernement de transition.

Les "rescapés" très contestés de l’ère Ben Ali occupent notamment, dans le nouveau gouvernement de transition, les postes clés de l’Intérieur, de la Défense, des Affaires étrangères et des Finances.

"Le peuple vient faire tomber le gouvernement", proclame une banderole accrochée aux grilles du palais de la Kasbah, qui abrite les bureaux du Premier ministre.

Le palais a été assiégé toute la journée par la foule, comprenant un millier de provinciaux partis samedi du centre-ouest rural et pauvre du pays, foyer de la "révolution du jasmin" et arrivés dimanche à l’aube à Tunis dans un convoi hétéroclite, alternant marche et trajets en véhicules (camions, voitures, motos, camionnettes...).

Aux côtés des syndicalistes, opposants de gauche, citoyens ordinaires, femmes et enfants, les "marcheurs" ont mêlé revendications politiques et considérations sociales.

"Nous sommes marginalisés à l’intérieur du pays, toutes les richesses sont concentrées sur la côte. Mais notre demande principale, c’est la liberté avant le pain. On veut faire tomber ce régime fasciste et corrompu", explique Samir, un jeune venu d’un village rocailleux du centre.

A l’entrée en vigueur du couvre-feu, à 20h dimanche, ils étaient encore des centaines place de la Kasbah à tenter de s’organiser pour passer sur place la nuit qui s’annonçait très fraîche. Alors que des étudiants jouaient du luth en scandant des chants révolutionnaires arabes, au milieu des bougies. Une noria de camionnettes transportait sandwiches et sacs de couchage, tandis que les femmes du quartier offraient de grands plats de couscous.

"On vient juste de découvrir la solidarité du peuple tunisien. On ne va pas lâcher avant d’obtenir la tête du gouvernement", témoigne Sondes, une universitaire.

"Nous allons très probablement les laisser ici parce qu’ils sont venus de loin et qu’ils ne peuvent aller nulle part. Mais nous allons leur interdire de se déplacer" dans la ville, déclarait à l’AFP un officier de l’armée sur place, sous couvert de l’anonymat.

A Tunis samedi, second et avant-dernier jour de deuil national, des milliers de personnes ont manifesté dans des cortèges éparpillés dans le centre ville, avenue Habib Bourguiba, devant le siège du gouvernement, ou celui de l’Union générale des travailleurs tunisiens (UGTT).

De nombreux policiers en civil ou en uniforme, se disant "Tunisiens comme les autres", ont défilé pour réclamer un syndicat de police et de meilleures conditions de travail, mais aussi se faire pardonner par la population la sanglante répression de la "révolution du jasmin".

Les manifestations, qui ont duré toute la journée dans un joyeux désordre, ont pris souvent un tour social : employés de mairie qui exigent une amélioration de leurs conditions de travail, employés de ménage dans les entreprises qui réclament des augmentations de salaires. Des chauffeurs de taxis et des pompiers se sont joints aux manifestants.

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté samedi en France pour soutenir l’éveil démocratique en Tunisie et réclamé le départ des caciques de l’ancien régime dans le gouvernement de transition. Environ 800 personnes selon la police, 1.500 à 2000 selon le Comité pour le respect des libertés et des droits de l’homme en Tunisie (CRLDHT), ont manifesté dans l’après-midi à Paris de Denfert Rochereau vers l’ambassade Tunisie dans le 7e arrondissement de la capitale.

"Démocratie en Tunisie", "Dissolution du RCD" (Rassemblement constitutionnel démocratique) au pouvoir sous le régime de Ben Ali, "Epuration du gouvernement", scandaient les manifestants essentiellement d’origine tunisienne et maghrébine, a dit Mouhieddine Cherbib, membre fondateur du CRLDHT. Ils défilaient à l’appel du Collectif de solidarité avec les luttes des habitants de Sidi Bouzid - Tunisie, du nom de la ville située au sud de Tunis où la "révolution du Jasmin" a commencé il y a cinq semaines provoquant le départ le 14 janvier de Ben Ali.

Le Congrès pour la République, le parti de l’opposant tunisien Moncef Marzouki, a réclamé samedi la création d’un Conseil national chargé de rédiger une nouvelle Constitution, ainsi que la démission du gouvernement de transition. Médecin âgé de 65 ans, Moncef Marzouki vivait en exil en France jusqu’à son retour mardi dernier en Tunisie au lendemain de la chute de Ben Ali. Il a été président de la Ligue tunisienne des droits de l’homme (LTDH) jusqu’en 1994. Il avait été condamné à un an de prison en 2000.

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Tunisie
commenter cet article
24 janvier 2011 1 24 /01 /janvier /2011 01:12
© reuters
© reuters
© reuters

Une manifestation "pour la démocratie" empêchée par la police a fait plusieurs blessés samedi en plein centre d'Alger, 19 selon la police et 42 selon l'opposition organisatrice du mouvement interdit.

Saïd Sadi, président du Rassemblement pour la Culture et la Démocratie (RCD), a indiqué par téléphone à l'AFP qu'"il y a eu 42 blessés, dont deux grièvement, tous hospitalisés, et de nombreuses interpellations" devant le siège de son parti où ses partisans avaient rendez-vous avant une marche prévue sur le Parlement. Parmi ces blessés figurent le chef du groupe parlementaire du RCD Othmane Amazouz et le chef régional du parti à Bejaia (est) Reda Boudraa, a indiqué le parti. Selon le ministère de l'Intérieur, 19 personnes ont été blessées, dont 11 manifestants et passants et huit policiers.

Deux de ces derniers sont dans un état grave, a-t-il précisé dans un communiqué publié par l'agence APS. Il y a eu neuf interpellations "pour voie de fait et certains pour port d'armes prohibées", selon le ministère qui déplore l'usage de "pierres, de chaises et d'objets contendants" contre les forces de l'ordre. Arezki Aïder, député RCD de Tizi Ouzou, principale ville de Kabylie, a été interpellé puis relâché une heure plus tard, selon son parti.

Certains manifestants, brandissant des drapeaux algériens mais aussi les couleurs de la Tunisie voisine où la population a mis fin il y a une semaine à 23 ans de régime Ben Ali, criaient: "Etat assassin", "Jazaïr Hourra, Jazaïr Democratiya" ("Algérie libre, Algérie démocratique"). Tôt dans la matinée, environ 300 personnes s'étaient retrouvées bloquées par des centaines de membres des forces de l'ordre casqués, équipés de matraques, boucliers et gaz lacrymogène, devant le RCD sur l'avenue historique de Didouche Mourad. Ils devaient se diriger vers la Place de la Concorde, à un kilomètre de là, pour lancer une marche en direction de l'Assemblée nationale populaire (chambre des députés).

"Je suis prisonnier dans le siège du parti, déclarait Saïd Sadi par haut-parleur depuis le premier étage de l'immeuble. "On ne peut pas mener de lutte pacifique quand ont est assiégé. Les partisans du RCD se sont dispersés dans le calme vers 13h30 GMT après avoir été bloqués six heures par un cordon policier au RCD. Peu avant la fin de la manifestation, un trentaine de jeunes ont improvisé une contre-manifestation sur place aux cris de "Bouteflika, Bouteflika" avec slogans hostiles à Saïd Sadi. Ils ont été dispersés par la police. Dès vendredi soir, les autorités avaient pris des dispositions pour quadriller la capitale après le maintien par le RCD de son mouvement malgré l'interdiction décrétée par la wilaya (préfecture) d'Alger. Des barrages étaient apparu aux entrées de la capitale.

Au moins trois bus transportant des manifestants de Kabylie ont été bloqués vendredi soir, selon des témoins cité par le quotidien El-Watan. Place de la Concorde, des dizaines de véhicules blindés et des centaines de membres de la protection civile et de la police avaient été déployés, tout comme devant le palais présidentiel, sur les hauteurs d'Alger, protégé par une douzaine de véhicules blindés armés de canons à eau. Dans le ciel, une ronde d'hélicoptères surveillait la situation. "Le fait d'interdire des marches pacifiques encadrés par des partis et la société civile, c'est pousser à une explosion", a déclaré par téléphone à l'AFP le président de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l'Homme (Laddh) Mostefa Bouchachi.

 "C'est désolant". L'Algérie a vécu début janvier cinq jours d'émeutes contre la vie chère qui ont fait cinq morts et plus de 800 blessés. Le mouvement s'est arrêté après l'annonce par le gouvernement de mesures pour faire baisser les prix des produits de première nécessité. (belga)

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Maroc
commenter cet article
24 janvier 2011 1 24 /01 /janvier /2011 01:04

Alors que le président élu de la République gabonaise, André Mba Obame, est revenu au Gabon, fin janvier, après un séjour en Europe,  accueilli triomphalement par des milliers de Gabonais.

 Le destin de Ben Ali en Tunisie démontre que le seul soutien de Sarkozy n’est pas suffisant pour maintenir un régime honni par les populations et délégitimé par les élections. C’est pourquoi, la Tunisie s’est libérée de ses chaînes contre la volonté du pouvoir français de le maintenir!


Mobilisation réussie du peuple tunisien 

Conscient de cette situation, le régime gabonais vient d’adopter une nouvelle réforme des institutions, dont on rappelle qu’elles n’ont pas grande importance quand on connaît l’art consommé du parti-Etat pour les violer. Mais, le plus important dans ces impressions de changement est la précipitation du régime se sentant sans aucun doute très menacé  par le vote des Gabonais.

Alors, le régime a décidé de changer la constitution gabonaise et s’est même trouvé surpris que deux députés du parti-Etat refusent de voter ces changements faits pour empêcher l’alternance. En réalité, l’arsenal juridique vise donc à affermir le putsch électoral, le légitimer, et en prime interdire tout changement.

Ainsi, le nouvel article 5 précise « qu’aucune section du peuple, aucun groupe, aucun individu ne peut s’attribuer l’exercice de la souveraineté nationale », ce qui voudrait dire que seul le régime, occupant par force les fonctions d’Etat, a seul le moyen de dire qui est détenteur de l’autorité légitime, ce qui est quand même beaucoup plus pratique quand on sait que le parti Etat perd toutes les élections depuis que le multipartisme existe.

Un nouvel article permet au président de la République de prolonger n’importe quel mandat au sein de la République gabonaise, en tout premier lieu, le sien qui est usurpé.

Le régime fait avaliser également une disposition permettant d’exclure de l’élection présidentielle celui ou celle qui auraient la double nationalité ou qui aurait exercé « des responsabilités administratives ou politiques dans un autre pays ». Qui est donc visé et de qui le parti-Etat a-t’il peur ? Par ailleurs, il est indiqué que pour être candidat à l’élection présidentielle, il faut avoir résidé 12 mois consécutifs au Gabon avant l’élection. Cette disposition apparemment saugrenue démontre la crainte du régime par rapport aux Gabonais installés à l’étranger et faisant des séjours intermittents au Gabon, soit  parce qu’ils travaillent dans un autre pays ou parce qu’ils ne peuvent vivre dans leur pays en raison des différentes mafias du pouvoir quarantenaire soit parce qu’il leur est impossible d’y revenir tant que le régime ne sera pas tombé définitivement.

Une autre disposition concerne le mandat des membres de la Cour constitutionnelle qui n’est plus limité à deux. Il s’agit d’une récompense pour les bons et loyaux services de Mme Mbourantsuo, la présidente et des différents membres qui ont su fermer les yeux sur le putsch électoral de septembre 2009. La réforme ne va pas jusqu’à poser le problème de l’impartialité des membres de la cour constitutionnelle dont chacun sait que Mbourantsuo, sa présidente, était une des concubines d’Omar Bongo : le conflit d’intérêt, en raison de sa permanence au sein des clans du régime,  n’appartient pas au registre des interrogations du parti-Etat.

En réalité, l’essentiel de cette fausse réforme est ailleurs. Il n’y a aucune proposition visant à un retour au scrutin uninominal à deux tours, qui est le mode d’organisation électorale répandue dans toutes les démocraties, y compris dans des Etats africains, comme la Côte d’Ivoire.

Curieusement, il n’y a pas de limitation dans la durée du mandat présidentiel à deux. Il est vrai que la seule existence constitutionnelle de cette limitation ne serait pas suffisante à empêcher le putschiste de se maintenir au pouvoir.

En définitive, chacun le sait, la réforme constitutionnelle est bien évidemment dangereuse et l’intention visait sans doute à solidifier le régime.

Elle ne change rien à l’organisation du pouvoir, ni même à sa dévolution. Elle ne lui donne pas davantage de légitimité.

Elle ne le consolide pas davantage, car, aucune constitution n’a jamais empêché un peuple de se libérer, le récent exemple tunisien étant là pour le démontrer.

La « révolution de jasmin » en Tunisie est exemplaire. La situation dans ce pays avait  beaucoup de points communs avec celle du Gabon :

 -         un clan mafieux familial.

-         Une main mise sur l’économie du pays.

-         Des détournements de fonds

-         Longevité du régime (moins qu’au Gabon)

-         Un Parti-Etat

-         Services de répression développé avec une garde présidentielle au service  de Ben Ali.

-         Soutien du pouvoir sarkozyste.

-  un contrôle absolu des médias.


La mobilisation des Tunisiens a été entendue alors que celle des Gabonais s’est faite dans un silence assourdissant en dépit des massacres de Port Gentil en septembre commis par le régime, et l’élection d’un chef d’Etat, André MBA OBAME, empêché de gouverner.

Le pouvoir français a soutenu le régime tunisien comme il soutient actuellement le régime gabonais. Pourtant, l’Europe et la France sont scandalisés par la découverte des « biens mal acquis » de Ben Ali et ils ont décidé de les saisir. Pourtant, pour les mêmes raisons, le pouvoir sarkozyste empêche les poursuites envers le patrimoine mal acquis du clan Bongo : deux poids, deux mesures…

En conséquence, le Mouvement Civique du Gabon (M.C.G) indique qu’il invite les Gabonais et Gabonaises à entrer en résistance afin de parvenir à mettre un terme au régime issu du putsch électoral de septembre 2009. Il faut, à l’instar du peuple tunisien, trouver des formes de mobilisation, y compris dans les provinces du Gabon, qui puissent être relayées au niveau international.

Il soutiendra toutes les actions visant à favoriser l’installation dans ses fonctions  du Président élu, André Mba Obame.

Il invite ses amis et partenaires politiques à s’associer à lui dans cette démarche.


La présidente du conseil exécutif,
Mouvement Civique du Gabon
               (M.C.G)

     Mengue M’EYAA

http://mouvementciviquedugabon2009.unblog.fr

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans OTAN_ ONU _ Gouvernements «occidentaux»_
commenter cet article
24 janvier 2011 1 24 /01 /janvier /2011 01:03
Des policiers en colère dans les rangs des manifestants / AFP  

Des policiers en colère dans les rangs des manifestants / AFP

Le Premier ministre multiplie les promesses pour tenter d’apaiser la rue qui craint de se faire confisquer sa révolution par un gouvernement encore dominé par les anciens ministres de Ben Ali, le président  en fuite.

 

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Tunisie
commenter cet article
24 janvier 2011 1 24 /01 /janvier /2011 00:54

Immédiatement après  la fuite de Ben Ali le 14 janvier 2011, j’avais demande que le procureur de la république tunisienne dresse un chef d’accusation contre toute la famille de Ben Ali élargie, et demander l’entraide judiciaire international pour obtenir le gel de tous les avoirs déposés a étranger. Cette mesure n’a apparemment pas encore été initiée. Pourquoi ce retard?

Il est impossible que l’urgence et l’importance d’une telle démarche échappe à Messieurs Mebazzaa, président par intérim, et Monsieur  Mohammed Ghannouchi, Ils sont tenus personnellement responsables de tout retard et nous considérons leurs lenteur, plutôt leur réticence comme une trahison de plus vis-à-vis du peuple tunisien, une raison supplémentaire pour justifier la méfiance nourrie a leur égard et tous les serviteurs de l’ancien régime, et nous réitérons exigence de leur démission immédiate.

Entre-temps, après les silences embarrasses de la France et de l’Union Européenne, nous assistons a des petits pas qui ne nous trompent pas. La France décide de mettre “sous vigilance spécial” les comptes de la famille Ben Ali et surveiller les flux suspects, pas le gel des avoirs. Mais qu‘entend-t-on par suspect a l’heure actuelle? Est-ce le montant des transactions, leurs bénéficiaires ou leurs destinations territoriales? N’étaient-ils pas déjà suspects par le passé?

L’argument de Mme Lagarde et de Mr. Barouin qu’un gel requiert une action de la justice m’apparait on ne peut plus grossier, et dérisoire en l’occurrence.

Dois-je leur  rappeler que la législation sur les banques ont introduit des exigences pour la lute contre le blanchiment d’argent sale depuis plus de dix ans? Ces dispositions légales ont-elles été respectées pour venir aujourd’hui nous parler de légalité? Toutes les étapes que les autorités de contrôle sur les marches financiers ont exige des banques ne pouvaient pas être omises, et même, l’aveuglement volontaire en la matière est un crime.

Les dispositions de TRACFIN en France, tout comme celles de la FSA en Grande Bretagne, tout comme la CFB en Suisse ont été ignorées. Ces dispositions je vous les rappelle sont:

  1. KYC (Know your customer): Depuis plus de dix ans, les comptes a numéro et a pseudonyme complètement opaques sont bannis. Le KYHC exige que l’on connaisse et que l’on documente le titulaire du compte, le bénéficiaire et tous les pouvoirs de procuration y relatives.

De plus, la législation exige que les personnalités politiques et leur entourage soient sur une liste spéciale et soient particulièrement suivis  a cause du risque de corruption.

  1. La DD (Due Diligence): Elle exige que les banques se renseignement et documentent l’origine des fonds et s’assurent qu’ils ne proviennent pas de source illicite. La définition de source illicite est très large: le blanchiment d’argent sale inclut la fraude, le crime organisé, la corruption, les retro-commissions, la fraude fiscal, le délit initiés, la manipulation des cours des actions….
  2. D’autre part, les dépôts en liquide de montants supérieurs a 100000 euros  sont toujours suspects. Je sais que plusieurs millions ont été déposés en cash a plusieurs reprises dans plusieurs pays européens. Ont-ils jamais éveillé un quelconque soupçon?
  3. La Transaction Monitoring consistant a surveiller l’activité des comptes n’a-telle produit aucun rapport d’activité suspecte ? Comment les banques auraient-elles pu ignorer la loi jusqu’à présent?
  4. Maintenant supposons sincèrement que certaines banques aient été alarmées par des transferts vers des paradis fiscaux, ou par la structuration des avoirs derrière des paravents de sociétés fictives,et qu’elles en aient rapport a leurs autorités de contrôle. Ne leur aurait-on pas demande, a un très haut niveau, de tout simplement laisser faire? Des lors, la responsabilité n’est plus seulement celle des banques, mais des politiques.

Invoquer la loi aujourd’hui c’est continuer d’être complice de Ben Ali en lui laissant le temps de retirer ses avoirs et les transférer sous d’autres cieux, espérant ainsi que lorsque arrivera la demande d’entraide, les comptes seraient déjà largement vides ou déjà clôturés.

Or, les accords de Bâle sur la gouvernance bancaire nous permettent aujourd’hui de tracer l’histoire de tout compte, depuis son ouverture jusqu’à sa clôture. Nous ne demanderons pas seulement si ZABA et sa famille mafieuse ont des comptes auprès de vos banques, mais aussi s’ils ont déjà eu des comptes, depuis quand, quels montants déposés, vers quelles destinations ils ont été délocalisés ainsi que tous les rapports électroniques détaillant toutes leurs transactions. Je ne doute pas que la perspective soit désagréable pour beaucoup de politiciens…

Qu’on vienne aujourd’hui me parler de légalité me hérisse le poil alors que la loi et les mesures prudentielles ont été constamment et sciemment ignorées depuis longtemps. La France, Monaco, la Grande Bretagne et ses territoires (BVI/Channel Islands/Gibraltar) les autres pays de l’Union Européenne devraient revoir rapidement leur position et cesser cette hypocrisie. Ils ont la possibilité de geler les avoirs de la famille Ben Ali a titre préventif, sans attendre la demande d’entraide judiciaire car ils ne peuvent ignorer l’origine criminelle et illicite des fonds qu’ils ont accueillis sans broncher.Ce serait une manière de se racheter de leur lâcheté et de leur cupidité et rendre a césar ce qui est a césar. Ils devraient savoir que leurs intérêt ont maintenant change de main, que sur la matrice des risques il leur serait dommageable de continuer a soutenir la “famille mafieuse”, sans courir un risque reputationnel d’envergure.

Alyssa

 

 

article de Nawat

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Tunisie
commenter cet article
24 janvier 2011 1 24 /01 /janvier /2011 00:51

Ce récit est celui d’une fonctionnaire tunisienne (A.H) qui travaille dans un des Ministères actuels. Il dénonce les pratiques en internes et les coulisses des ministères qui échappent aux plumes et aux caméras des médias.

La fonctionnaire crie au scandale en constatant qu’en interne les choses sont restées au statu quo et ce au sein de son ministère et des autres ministères , on garde les personnes méconnues du public mais dont les magouilles sont connues par les fonctionnaires de l’état. Elle dénonce “l’existence d’au moins 2000 cadres et directeurs pro RCD, formés sous l’ancien régime , dont la moyenne d’âge est de 50 à 60 ans et qui ont tout intérêt à tirer le système vers le bas.

Une révolution est un changement en profondeur, un changement radical. Il faut couper avec le passé et éliminer tous ce qui nous lie avec un régime contesté et désormais refusé par tout le peuple.

Je m’adresse ici essentiellement aux jeunes qui ont été longtemps marginalisés dans ce pays, surtout sur le plan politique, et qui doivent prendre conscience qu’ils seront, dans vingt ans, les dirigeants du pays ; et ce futur nous le construisons ensemble dès aujourd’hui !!

A travers ce texte, je voudrais susciter la conscience de tous et de chacun ; Aujourd’hui nos revendications prennent toute leur légitimité. Aujourd’hui le rêve peut devenir réalité !!

Mais pour rêver, il faut dissoudre tout le système hérité du régime de Ben Ali. Il ne s’agit pas seulement de renvoyer les gens du RCD, et il ne s’agit pas non plus d’évincer les ministres ayant appartenu à ce parti. L’enjeu est plus important et doit être vu de manière plus radicale. Ce qu’il faudrait c’est de dissoudre le système établi par la politique de Ben Ali de l’intérieur, en s’attaquant à l’administration publique tunisienne. Le gouvernement ce n’est que la façade, une vitrine qui cache un réseau ancré dans tout le système administratif et judiciaire tunisien. Le système interne à l’administration publique tunisienne constitue une imbrication de réseaux d’intérêts, formés par des fonctionnaires et hauts cadres de l’Etat, qui ont longtemps profité du fonctionnement voulu défaillant et corrompu de l’administration publique. Ces réseaux partent de l’administration centrale, où la concentration de hauts cadres est la plus importante, vers les administrations régionales, essentiellement dirigées par les gouverneurs, et allant jusqu’au simple « omda », un policier réincarné ! Tous ces gens constituent des maillons du système, et y ont puisé de près ou de loin. Tous ces gens représentent encore le système de dictature et de corruption.

C’est ça aussi le régime de Ben Ali ! Outre la malversation et les pratiques illégales de deux familles malhonnêtes qui s’accaparaient le pouvoir, il ya aussi une population de 400 mille fonctionnaires qui ont baigné dans un système tyrannique et corrompu, bien gardé par les alliés du RCD que par ceux qui profitaient de ce réseau mafieux formé par les membres des deux familles Ben Ali et Trabelsi.

Alors, maintenant il faudrait être catégorique quant à la réforme en profondeur de l’administration publique. Oui pour un gouvernement indépendant et compétent, et non pour la préservation des hauts cadres de l’Etat, qui ne faisaient que servir leurs intérêts et l’intérêt de personnes corrompues et opportunistes qu’ils servaient.

Il faut bien penser à la menace posée par les hauts cadres de la fonction publique, et tous les autres cadres occupant les soit-disons postes politiques (directeurs généraux, secrétaires généraux, chefs de cabinets, gouverneurs et chefs de délégation, cadres et présidente de la Cours des Comptes, composition du tribunal administratif et des instances de contrôle tels que le Contrôle Général des Finances, le Contrôle Général des Services publics.. etc). Bon nombre de ces personnes n’ont pas intérêt à ce que le système change et ils risquent de constituer un contre poids très important qui va tirer vers le bas toutes les décisions de réforme et les revendications engendrées par cette révolution.

Il est bien beau de décider la neutralité de l’administration publique, mais il sera bien difficile de la mettre en œuvre, parce que la réticence est grande des la part de ceux qui ont intérêt à perpétuer un système malsain, opaque et corrompu. Dans chaque ministère et dans chaque organisme public il y a des garants du système. Des gens individualistes, appliquant la loi du plus fort, ayant eu l’habitude d’être chouchoutés par leurs collègues hypocrites. Moi qui suis au sein de ce système je dis toujours que dans chaque administration il y a de petits dictateurs. Alors il devient primordial dans les circonstances actuelles de bien faire attention à ces gens, et de prévoir des mécanismes pour les écarter et pour leur enlever tout pouvoir illégal, et plus loin encore, ils doivent être jugés sur tous le mal qu’ils ont imposés à leurs collègues et sur la mauvaise image de l’administration publique, dont ils sont aussi responsables.

L’intention de ce récit est de sensibiliser les gens, surtout les jeunes, quant à l’impératif de changer l’administration publique et les hautes instances de contrôle de l’état. Tous les textes juridiques doivent être revus et réaménagés. L’époque de Ben Ali a connu une grande instrumentalisation des lois, ainsi qu’une surcharge en textes réglementaires (Ben Ali à lui seul signait des milliers de décrets chaque année sans respecter le principe de hiérarchie des textes légaux, il se prononçait sur tout et se permettait même de changer des lois par des décrets ! sans compter les circulaires illégales et despotiques que produisaient les ministres).

Toutes ces pratiques et bien d’autres ont engendré une administration publique caractérisée par la culture du laisser-aller, du mutisme, de l’injustice et l’inégalité du traitement ; tout est permis aux cadres les plus forts, ceux qui soutenaient le système de Ben Ali, et qui étaient soutenus par ses alliés, et par les alliés des capitalistes immoraux, sans scrupule et sans limites. Le système de ben Ali est ancré dans le fonctionnement de l’administration publique, et il ne faut pas sous-estimer sa force et son ampleur.

Je voudrai attirer votre attention sur un indice important qui soutient ces propos. Si on observe bien la composition du gouvernement de transition telle que annoncée au début, on remarque que le premier ministre n’a pas touché aux ministères piliers, et surtout au premier ministère. Ceci peut montrer la mauvaise foi et la volonté bien maquillée de garder les gros lots du système construit par le régime Ben Ali. Sachant que le premier ministère constitue un condensé de cadres sortants de l’Ecole Nationale d’Administration, ayant reçu un lavage de cerveau les préparant à se fondre dans le système corrompu et injuste, et qui les dissuade de s’y opposer pour ne pas subir la colère des plus grands.

En définitif, il faut dissoudre le système de l’intérieur. Il fait l’affaiblir en virant les croque-morts et les « dinosaures » de la haute fonction publique, et en révisant les textes juridiques fondamentaux qui organisent le fonctionnement de l’administration publique. Commencer par renvoyer tous les directeurs maintenus après l’âge de la retraite, et opérer des changements organisationnels au niveau de la distribution des effectifs, en donnant la chance aux jeunes d’occuper de participer à la prise de décision à haut niveau. Aussi prévoir de nouvelles méthodes de recrutement afin que les jeunes compétences tunisiennes puissent contribuer au changement radical du système et soient plus motivés pour intégrer la fonction publique, en leur donnant une plus grande marge d’expression et d’action.

Nous disons « dégage » aux garants du système !! Vous avez raté votre chance de préserver les intérêts de ce pays ! Laissez les jeunes ambitieux construire l’avenir de la Tunisie !!

A.H

Une voix parmi celles des jeunes Tunisiens

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Témoignages_ Analyses_ Communiqués
commenter cet article

Présentation

  • : thala solidaire.over-blog.com
  •  thala solidaire.over-blog.com
  • : ThalaSolidaire est dédié à la ville de Thala, ville phare de la Révolution tunisienne. Thala est une petite agglomération du centre-ouest de la Tunisie. Elle est connue pour son histoire antique, ses sources, ses carrières de marbre, devenues une sorte de tragédie écologique et économique, sa résistance et sa misère. Thala solidaire a pour objectif de rassembler toutes les voix INDIGNÉES pour donner à cette terre ainsi qu'à toutes autres terres un droit à la vie et à la dignité…
  • Contact

Recherche

Vidéos

Catégories