Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 avril 2012 6 14 /04 /avril /2012 02:52

Le porno, une menace pour la sécurité nationale?

 

 

 

Les internautes égyptiens devront résister à la tentation. Si vous êtes en Egypte, et qu’une envie soudaine vous prend de vous distraire sur un quelconque site Internet classé X, vous n’aurez peut-être désormais plus d’autre solution que de ravaler vos fantasmes.

Fin mars, un tribunal administratif a interdit aux Egyptiens de surfer sur les sites Web porno et ordonné à l’Etat de bloquer l’accès aux sites classés X. C’est le site du Los Angeles Times qui rapporte la nouvelle, d’après une information elle-même donnée par le quotidien d’Etat Al Ahram.

Le motif de cette décision de la cour est surprenant.

«Les sites pornographiques sont des poisons qui propagent l’immoralité et détruisent les croyances religieuses ainsi que les valeurs morales et éthiques»,aurait déclaré le tribunal, ajoute le Los Angeles Times.

Autre argument des juges égyptiens, les sites porno«menacent la sécurité nationale et les intérêts supérieurs du pays». Fermez les bans!

Seulement, comment en est-on arrivé là? Le Los Angeles Times explique que le verdict de la cour fait suite à une enquête menée par le député Younis Makhioun, du parti salafiste égyptien Al Nour. 

«Au lieu de se concentrer sur des questions importantes touchant notre pays, la jeunesse égyptienne se laisse aller à la luxure. Leur interdire l’accès aux sites X sera une étape positive», aurait plaidé le député.

Du coup, de nombreuses questions se multiplient quant aux priorités des islamistes qui contrôlent le Parlement et «dont les membres s’activent pour l’instauration de la charia (loi islamisque) dans le pays».

Le Los Angeles Times fait également savoir que le rapport du député Makhioun a été approuvé par le ministre des Télécommunications, lequel, après la décision du tribunal a mis en place un comité pour réfléchir aux moyens de bloquer les sites pornographiques.

En 2011, conclut le quotidien américain, l’Egypte était classé au cinquième rang mondial en terme de recherche à partir du mot sexe sur Google. slateafrique

 

 

________________________________________________________________

 

 

Démonstration de force des Frères musulmans sur la place Tahrir

 

 

Des milliers d'Egyptiens se sont rassemblés à l'appel des Frères musulmans vendredi sur la place Tahrir, au Caire, pour protester contre la candidature à l'élection présidentielle d'Omar Souleimane, ancien pilier du régime Moubarak.

Cette démonstration de force des islamistes modérés, qui constituent la première force politique au Parlement, est dirigée contre la candidature in extremis de l'ancien tout-puissant patron des services de renseignement, considéré comme l'homme-lige du "raïs" déchu.

Pour le moment, les jeunes révolutionnaires à l'avant-garde de la "révolution du Nil" semblent absents de la place Tahrir. Ces jeunes, qui redoutent une confiscation de leur mouvement de contestation, sont autant en colère contre la candidature de Souleimane que contre ce qu'ils perçoivent comme une tentative de mainmise des Frères sur la société égyptienne.

"Souleimane, ce ne serait pas les jours anciens ?", scandait la foule réunie sur le point de ralliement emblématique des journées révolutionnaires de janvier-février 2011.

Les manifestants agitaient le drapeau vert de la confrérie ainsi que l'emblème national égyptien rouge-blanc-noir. "Le peuple réclame la chute du régime", pouvait-on aussi entendre dans la foule reprenant à son compte le slogan-phare de la "révolution du Nil".

"A bas le régime militaire", criait aussi la foule qui entonnait l'hymne national. On a pu voir des banderoles associant Souleimane, Moubarak et l'étoile de David, symbole de l'Etat d'Israël.

SOULEIMANE CONFIANT

Les généraux égyptiens qui ont pris le pouvoir après le renversement d'Hosni Moubarak le 11 février 2011 sont censés le remettre le 1er juillet au vainqueur de l'élection présidentielle.

Outre Omar Souleimane, les principaux candidats sont le n°2 des Frères musulmans, le richissime homme d'affaires Khaïrat al Chater, le salafiste Hazem Salah Abou Ismaïl, l'ex-secrétaire général de la Ligue arabe Amr Moussa, et le dernier Premier ministre de Moubarak, Ahmed Chafiq.

Jeudi, l'Assemblée nationale a adopté un texte interdisant à Souleimane et à Chafiq de se présenter à la magistrature suprême compte tenu des responsabilités importantes qu'ils ont assumées sous l'ère Moubarak. Toutefois, les analystes doutent que cette disposition soit entérinée par le Conseil suprême des forces armées (CSFA), au pouvoir.

Dans un entretien accordé au quotidien gouvernemental Al Ahram, l'ancien patron des services secrets, qui se présente comme un rempart contre l'islamisme, déclare: "Je suis confiant (en ma candidature) et de pouvoir poursuivre mon parcours. Ce genre de lois ne fera que ruiner le pays, avec notamment une domination des Frères musulmans à tous les échelons de la société."

La candidature d'Omar Souleimane, ennemi juré des islamistes qu'il a combattus pendant plus de deux décennies, a coïncidé avec l'annonce que le candidat des Frères musulmans, Khaïrat al Chater, pourrait être rejetée en raison de deux condamnations à des peines de prison à l'époque d'Hosni Moubarak.

Une plainte déposée contre sa candidature est en cours d'examen, à six semaines du premier tour du scrutin (23-24 mai). Le parti Liberté et Justice (PLJ, émanation des Frères) a précisé qu'en cas d'invalidation, il a un candidat remplaçant en réserve.

Chater a qualifié de son côté la candidature de Souleimane "d'insulte pour la révolution".

Jean-Loup Fiévet pour le service français, édité par Gilles Trequesser ; tempsreel.nouvelobs

 

___________________________________________

 

 

 

___________________________________________________________________

 

الشاطر في أول مؤتمر جماهيري :‏
أشعر بأن مبارك يطاردني وهو رئيس‏..‏ وبعد خلعه
 

أكد خيرت الشاطر المرشح لرئاسة الجمهورية أن إعادة بناء مصر علي أساس المرجعية الإسلامية ستبدأ من مدينة شبرا الخيمة كما بدأها محمد علي من قبل‏.

 

 مؤكدا أن شعب شبرا الخيمة مثله مثل الشعب المصري جميعه, يفتقد كل المقومات الأساسية للحياة.
جاء ذلك في اول مؤتمر جماهيري عقده الشاطر مساء أمس الاول ـ الخميس ـ في شبرا الخيمة وسط آلاف من الجماهير الذين اكتظ بهم السرداق المقام, وقال الشاطر إن هدفه الأول هو بناء مصر علي أسس حديثة وتقديم مشروع النهضة علي أسس المرجعية الإسلامية.
وأكد الشاطر أن التعامل مع ترشح عمر سليمان من خلال حراسته من الحرس الجمهوري وادعائه تهديد الإخوان بقتله أمر يوحي بالتشاؤم وينذر بمؤامرة حول مستقبل مصر.

 
وكشف الشاطر أن قبل الثورة بـ18 شهر وهو في السجن, وأثناء زيارة جمال مبارك للولايات المتحدة الأمريكية لتسويق نفسه رئيسا لمصر, تلقيت عرضا من أمن الدولة, أن أتقدم بطلب للعفو عني, فرفضت العرض, حتي يفرج عن باقي زملائي الـ15, وأكد أن موقفه القانوني من الترشح للرئاسة سليم تماما بموجب اسقاط الأحكام الصادرة في حقه وزملائه, مشيرا الي انه لم يعد في حاجة الي ما يسمي برد الاعتبار مطلقا.
وتعقيبا علي الدعاوي المقامة ضده بسبب رد الاعتبار قال الشاطر أشعر أن مبارك يطاردني وهو رئيس ويطاردني وهو مخلوع.

 
وقال الشاطر إن النظام البائد قضي علي العمل الجماعي بين كل المصريين, وجعلهم طوائف وأحزابا متفرقة,

يختلفون ولا يتفقون, داعيا جميع المصريين بكل مستوياتهم ـ سواء الحكومة والرئيس والبرلمان والإعلام والشيوخ والشباب والفئات والطوائف ـ ليكونوا جميعا صفا واحداو بناء قويا يشد بعضه بعضا.
وشدد علي أن هدف الإخوان المسلمين وحزب الحرية والعدالة هو تحقيق النهضة لمصر, مضيفا أن مشروع النهضة لن يتم إلا إذا كان هناك ترابط بين كل المؤسسات وتوحيد الصفوف وإلغاء نظرية الشخص الواحد المتمثل في رئيس الجمهورية, ولكن الهدف الأسمي هو بناء المؤسسة الرئاسية وإعادة دور البرلمان وتحقيق التوازن في العمل الحكومي.

 
وأوضح الشاطر أن كوارث وفساد مبارك وأتباعه من بعده ما زالت تتوالي, وآخرها عجز الموازنة العامة الذي وصل لأكثر من تريليون جنيه, وهو ما ينذر بكارثة حقيقية دفعت الإخوان إلي ترشيح أحد من أبنائها.
وقال الشاطر لا يوجد مايسمي بمرشح أصلي ومرشح احتياطي, وأشارا الي انه والدكتور محمد مرسي مرشحان أساسيان واحتياطيان في نفس الوقت, ومن يستمر منا فهو المرشح والثاني سيدعمه وبقوة, مضيفا ان الدكتور مرسي له من التاريخ السياسي في الحياة أو الجماعة ما يؤهله ليكون مرشحا للحزب.

 
وشدد علي انه يريد أن يبني بلده عن طريق المرجعية الإسلامية في كل المجالات والجوانب علي محاور أساسية, أهمها استكمال بناء مؤسسات الدولة ثم استكمال بناء المنظومة الأمنية, علي ان يتبعها بناء نهضة اقتصادية تضاعف الدخل القومي خلال5 سنوات, وتجعل مصر من الدول الاقتصادية خلال15 عاما, ثم بناء نهضة تعليمية أساسية والاهتمام بالمواطن المصري في كل المجالات المتعلقة بالخدمات ويتبعها تحقيق نوع من السلام الاجتماعي في المجتمع.

 
وبين أن مشروع النهضة الذي وضعه الإخوان لن يستطيع تحقيقه بمفرده, ولكنه لم يخرج للنور إلا إذا شارك الجميع في تحقيقه وتنفيذه علي أرض الواقع وتوحيد الصفوف الوطنية. وأوضح أن برنامجه يهدف إلي بناء نظام سياسي جديد وإصلاح المنظومة الأمنية وإعادة الانضباط إلي الشارع المصري, من خلال إعداد قانون جديد للشرطة, وإعادة النظر في التعامل مع أفراد المنظومة الشرطية من ناحية الرعاية الاجتماعية, وكذلك إعادة النظر علي مستوي عقيدتهم العملية.

 
وأكد الشاطر أنه من أهم محاور برنامجه الانتخابي هو تحقيق العدالة الاجتماعية بين كل المصريين وتوفير سكن ملائم للشباب, والقضاء علي البطالة, وهو ما يسعي إلي تحقيقه مشروع النهضة.
واعترض الشاطر علي هتاف الجماهير له: يلا ياشاطر سير سير.. واحنا معاك للتغيير, قائلا: لست أنا من أحل المشكلات, ولكن الشعب هو الذي سيحل مشكلاته وينهض ببلده.

 
ورغم اعتراضه علي ترشيح جماعة الاخوان المسلمين وحزب الحرية والعدالة مرشحا رئاسيا وتصويته ضد ترشيح الشاطر, شارك الدكتور محمد البلتاجي عضو الهيئة البرلمانية لحزب الحرية والعدالة وعضو المكتب التنفيذي به, وألقي كلمة أكد فيها أن الشعب المصري ليس ساذجا ـ علي حد تعبيره ـ ردا علي ترشح اللواء عمر سليمان وقال ان الثورة سلمية لكن الشعب ليس سلسا.

ahram


 

 

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Égypte : Élections _ Constitution
commenter cet article
14 avril 2012 6 14 /04 /avril /2012 02:16

Au secours, la censure d’Internet revient !

 

Selon nos confrères de Tunisie Haut Débit, le gouvernement prévoit la mise en place de comités de spécialistes en télécommunications sur le web, qui auraient pour mission de «sécuriser» l’Internet tunisien!

Cette proposition, qui prévoit le maintien et la restructuration de l’Agence Tunisienne d’Internet (Ati), figure dans le programme du gouvernement présenté par le chef du Gouvernement Hamadi Jebali, le 5 avril, à l’Assemblée nationale constituante (Anc).

Ces chers experts seront formés à la sécurité et à la lutte contre la cybercriminalité au… ministère de l’Intérieur, bien sûr (on vous l’aurait donné pour mille), mais aussi aux départements de la Justice, de la Défense et des Technologies de l’information et de la Communication.

«Ce même système de veille sur ‘‘la sécurité’’ du web tunisien était, Il n’y a pas très longtemps, en partie récupéré par le ministère de l’Intérieur. Cette cellule faisait partie de la grande machine de censure du web sous Zaba (le fameux Ammar 404) et de contrôle des activités des cyberdissidents au régime, en les harcelants et/ou en les piratant», ajoute THD. Qui ajoute, à juste titre: «Jusqu’au jour d’aujourd’hui, aucun dossier n’est sorti de notre cher ministère de l’Intérieur pour lever le voile sur cette cellule et les personnes qui y travaillaient conjointement avec le Rcd (l’ex-parti au pouvoir de Ben Ali) et l’Agence tunisienne de communication extérieure (Atce, dissoute après la chute du régime).»  kapitalis

 

_____________________________________________________________________

Le contrôle de l’internet défendu par le ministre des droits de l’Homme… Quelle tragédie ! (vidéo : 48`30``)


 

_______________________________________________________________

Installation de caméras de surveillance pour contrôler les manifestations

 

Le ministère tunisien de l'Intérieur vient de revoir sa décision d'interdire les manifestations sur l'avenue Bourguiba, principal artère de Tunis, et décidé d'installer des caméras de surveillance pour contrôler les protestations, a annoncé mercredi le ministre tunisien de l'Intérieur Ali Arayedh lors d'une conférence de presse.

Cette décision a été prise lors d'une réunion du Conseil ministériel au cours de laquelle, M. Arayedh a présenté un rapport sur les derniers événements survenus dimanche à l'avenue Bourguiba à l'occasion de la célébration de la 74e Fête des martyrs.

Le 28 mars, les autorités avaient annoncé l'interdiction provisoire de toute manifestation sur l'avenue Bourguiba.

D'après le ministre de l'Intérieur, "la rue est ouverte à tous les Tunisiens qui bénéficient à part égale des mêmes libertés d'autant plus qu'ils ont le droit à manifester librement dans les normes du respect de la loi".

L'avenue Bourguiba "est rouverte à tout le monde selon des conditions bien déterminées", a ajouté M. Arayedh, qui a exhorté les manifestations à avoir l'aspect pacifique et à respecter l'ordre de priorité, l'alternance, la trajectoire et les "horaires préétablis".

A la lumière du nombre élevé des marches de protestations et sit-in observé depuis le début de l'année écoulée - 17.000 manifestations, les autorités tunisiennes ne cessent de souligner la nécessité de s'appliquer à la loi lors de chaque manifestation pacifique qui "ne doivent jamais affecter l'activité économique et commerciale ainsi que l'intérêt général des Tunisiens", a conclu le ministre tunisien de l'Intérieur. afreeknews

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Censure_Journalisme_Éditions_Libertés
commenter cet article
13 avril 2012 5 13 /04 /avril /2012 05:00

Milice d'Ennahdha (!?) fait la loi  au vu et au su de la police

 

 

 

___________________________________________________________________________________

Ali Larayedh, l’avenue Bourguiba ou la démission


 

Le ministre tunisien de l’Intérieur, Ali Larayedh, a annoncé mercredi la levée de l’interdiction de manifester sur la mythique avenue Bourguiba. Au moins quinze personnes et huit policiers ont été blessés lundi lors de la dispersion violente d’une manifestation par les forces de l’ordre. Les manifestants étaient venus commémorer la fête des martyrs et protester contre l’interdiction de défiler sur l’avenue.

Les Tunisiens sont de nouveaux autorisés à défiler sur l’emblématique avenue Bourguiba, à Tunis. Ali Larayedh, le ministre tunisien de l’Intérieur l’a annoncé ce mercredi suite aux pressions de l’opposition. « L’avenue est rouverte à tous les Tunisiens, ceux qui veulent manifester, se promener ou travailler », a déclaré M. Larayedh à l’issue d’un conseil des ministres. L’artère emblématique de la révolution de Jasmin était interdite depuis le 28 mars, à la suite d’incidents survenus le 25 mars pendant une marche d’islamistes. Des activistes s’en étaient alors pris à des artistes devant le théâtre de la ville municipal.

 

L’intervention policière de lundi a soulevé l’indignation en Tunisie. Des centaines de personnes avaient bravé l’interdiction de manifester sur le lieu de toutes les contestations sociales depuis le départ de Ben Ali. Les protestataires ont été violemment dispersés faisant au moins quinze victimes côté manifestants et huit chez la police, selon le ministère de l’Intérieur. Les manifestants souhaitaient commémorer la Journée des martyrs, en souvenir de la répression par les troupes françaises d’une manifestation à Tunis le 9 avril 1938. Ils voulaient, par la même occasion dénoncer l’interdiction de défiler sur cette avenue. Le président Moncef Mazouki a dénoncé « un degré de violence inacceptable ». « Je regrette profondément que des manifestants pacifiques aient été blessés », a-t-il dit, avant d’ajouter qu’une dizaine de policiers avaient aussi été blessés. Dès le lendemain, une quinzaine d’élus de l’opposition ont marché sur cette même avenue, suivie par une centaine de personnes pour condamner les violences de lundi et réclamer la liberté de manifester.

 

Quand Larayedh s’exécute...

Le parti Al-Aridha Al–Chaabia, arrivé en troisième position aux dernières élections, appuyé par les groupes parlementaires du CPR et d’Ettakatol, avaient exigé mardi l’annulation « immédiate » et sans condition par le ministre de l’Intérieur de l’interdiction de manifester sur l’avenue Bourguiba.

 

Le même jour, une réunion s’est tenue en présence du ministre et d’au moins quarante députés, en majorité de l’opposition. D’après le journal électronique Babnet.net, les constituants d’Al-Aridha avaient menacé Larayedh de recourir à « une motion de censure » contre lui et « le contraindre à présenter sa démission dans le cas où il viendrait à ne pas donner une suite favorable à leur requête ». Une menace confirmée par Ahmed Sefi du PCOT qui a affirmé que l’opposition se mobilisera pour présenter une motion de censure contre Larayedh.

 

Par ailleurs, ils ont réclamé au ministre l’ouverture d’une enquête sur les actes de violence perpétrés dans la capitale. Mohamed Fadhel Moussa du Groupe démocratique a indiqué au cours de cette réunion la quasi-certitude qu’il existe deux appareils sécuritaires, l’un est officiel et l’autre non. Il a constaté « l’apparition de certains éléments en compagnie des agents de forces de la sécurité, qui intimaient même des ordres, durant les récentes manifestations ».

 

De son côté, le ministre de l’Intérieur a déclaré que le ministère est disposé à ouvrir une enquête sérieuse pour « déterminer les responsabilités aussi bien au niveau de la décision sécuritaire qu’au niveau des composantes de la société civile ». afrik.

 

 

___________________________________________

 

Ali Larayedh, le ministre blessé qui n’aime pas la critique et devient accusateur! 

 

 

 

On avait dit de lui, que c’était, presque, le seul homme d’Ennahdha, qui avait su bien endosser la veste d’homme d’Etat et se défaire, comme l’Homme d’Etat qu’il devait être, de ses habits partisans. L’Homme avait, presque, fait mouche dans le cœur des Tunisiens, notamment à l’occasion des évènements de Bir Ali Ben Khalifa et par ses positions, un peu en retrait, beaucoup plus raisonnées, par rapport à ses paires dans le gouvernement d’Ennahdha. Les Tunisiens, toutes catégories confondues, l’avaient même très fortement appuyé, lors de la misérable affaire de la sordide séquence vidéo. Il avait même été élu, dans le sondage d’opinion d’El Maghreb, comme l’homme politique dans lequel les Tunisiens avaient confiance. Jusqu’à mercredi soir, devant les caméras au point de presse du Gouvernement à La Kasbah, l’Homme paraissait confiant, serein, calme et  souriant face aux journalistes dont certains portaient des pancartes dénonçant les agressions dont ils avaient fait les frais ce 9 avril.

 

jeudi 12 avril 2012i, devant la Constituante qui l’entendait sur l’affaire des évènements du 9 avril 2012 sur l’Avenue Bourguiba, on découvrait un autre homme, plus soucieux, en tous cas en colère, presque rancunier, en tous les cas blessé par toutes les réactions qui avaient suivi les évènements du 9 avril et qui avaient suivi l’annulation de sa décision d’interdire les manifestations sur l’Avenue Habib Bourguiba dans la capitale tunisienne. L’homme paraissait surtout en colère, encore une fois contre les médias et la presse, conforté par les seuls applaudissements des Constituants de son propre parti Ennahdha. «Je voudrai faire remarquer, que certains journalistes, qui se dressent comme étant le seul représentant légal de la liberté d’expression. Nombre d’entre eux, a vécu pendant de longues années à légitimer la répression et soutient la répression et remercie la répression», martelait-il de son index accusateur sur le perchoir de la Constituante, avant de reprendre que «il est regrettable, que l’argent du peuple, dépensé de sa sueur et de son labeur, à quelques télévisions publiques, soit volé par ceux-là».

 

Manifestement, Ali Larayedh avait fini par rejoindre la position de son président à Ennahdha contre la télévision publique, la Watanya 1. Ce dernier avait plus d’une fois, lui avant les journalistes dont parlait Ali Larayedh, accusé les journalistes de manquer à leur devoir nationaliste et «distribué les cartes de nationalisme»,  comme les en accuse jeudi le ministre de l’intérieur. Bien avant lui, il y avait eu le chef du Gouvernement lui-même qui avait lancé plus d’une campagne contre les médias publics, allant jusqu’à vouloir les récupérer au profit du nouveau pouvoir en place. Après lui, il y avait Samir Dilou et sa séquence du dentiste, même s’il s’en était excusé par la suite, lors de la rencontre de Hammadi Jbali avec les patrons de presse, indiquant qu’il ne visait qu’une seule personne.

 

La réaction du ministre Ali Larayedh devant la Constituante, intervenait sur fond d’un appel à boycotter ses activités par l’association des journalistes et suite à ce que le responsable du journal télévisé de la Watanya, Saïd Lakhzami avait appelé, «la conquête du JT» lorsqu’un Constituant d’Ennahdha avait investit les locaux du JT pour insulter ses journalistes. La violence avec laquelle il l’avait exprimée, laissait paraître un Homme, manifestement blessé par les appels de certains à sa démission et peut-être aussi par le désaveu dont il avait l’objet, lorsque le Conseil des ministres l’avait obligé à revenir lui-même sur sa propre décision. Manifestement aussi, le ministre en voulait aux médias, sans qu’il dise exactement pourquoi.

 

L’homme serein, devenait accusateur, croyant, peut-être, que sa connaissance des dossiers, en tant que premier responsable du ministère où le renseignement est de rigueur, donnerait une perspective menaçante à ses accusations pour «certains journalistes » qui auraient avait-il dit «vécu pendant de longues années à légitimer la répression et soutient la répression et remercie la répression», des affirmations généralisées et sans aucune preuve donnée ou dite, qui pourrait faire peur aux journalistes et au reste des médias. Le ministre critiquait, peut-être aussi, les médias et la presse tunisienne. Si c’était le cas, il était visible qu’il n’acceptait pas lui-même la critique. De l’avis de tout le monde pourtant, journalistes et hommes politiques sont historiquement voués à se regarder en chiens de faïence, qui s’aiment, se méfient l’un de l’autre et se détestent, mais presse et pouvoir, «c’est un divorce impossible» comme le disaient  Philippe Reinhard et Michel Royer dans un documentaire français connu.  

par  Khaled Boumiza;  africanmanager

 

 

 

______________________________________

 

 

Les journalistes boycottent le ministre de l'Intérieur

 

Les journalistes tunisiens, brassard rouge au bras, ont boycotté jeudi les explications du ministre de l'Intérieur Ali Larayedh au cours d'une séance houleuse à l'Assemblée constituante consacrée aux violences survenues le 9 avril dans le centre ville de Tunis.

Venu s'expliquer sur les brutalités policières constatées pendant la répression d'une manifestation interdite lundi dernier au coeur de Tunis, le ministre Ali Larayedh s'en est pris à une partie de la presse qu'il a accusée d'avoir jeté de l'huile sur le feu.

Les journalistes, qui boycottent le ministre suite à l'agression de plusieurs d'entre eux pendant la manifestation (16 incidents recensés selon l'organisation Reporters sans Frontières), ont quitté la tribune de presse pendant le discours de M. Larayedh.

Le ministre de l'Intérieur a ensuite diffusé devant les élus une série de photos et de vidéos montrant des policiers blessés ou des manifestants jetant des pierres lors de la manifestation du 9 avril.

Les médias ont amplifié l'événement d'une manière exagérée, ont parlé de cette manifestation comme si c'était la guerre, mais il n'y a pas la guerre, a déclaré M. Larayedh pendant une suspension de séance.

Pendant ce temps, le président de l'Instance nationale de réforme de l'information et de la communication, Kamel Laabidi, a protesté auprès du chef du gouvernement Hamadi Jebali contre les agressions répétées de journalistes, notamment lors de leur couverture de la manifestation du 9 avril.

M. Laabidi, dont l'instance consultative chapeaute le secteur des média, s'est élevé contre l'impunité des agresseurs, évoquant l'agression verbale d'un député islamiste contre les journalistes de Watanya, la première chaîne de la télévision nationale.

Autrefois organe de propagande, cette chaîne en pleine mutation, est la cible de protestations contre l'information de la honte ou l'information violet, couleur fétiche de l'ex-président Ben Ali collée à ses partisans.

A Monastir (Est), des journalistes de la radio locale ont organisé un sit-in pour dénoncer les agressions contre leurs confrères et les accusations de partialité formulées à leur encontre par des partisans du parti islamiste Ennahda qui dirige le gouvernement.

A l'extérieur de l'Assemblée, au Bardo, quelques centaines de partisans du gouvernement et d'Ennahda étaient venus manifester leur soutien au ministre de l'Intérieur.

Il faut arrêter les manifestations, le chaos, et soutenir ce gouvernement qui a la légitimité populaire, a déclaré à l'AFP Faouzia, une femme au foyer.

Les partis d'opposition ne respectent pas le résultat des élections ni la volonté du peuple, a renchéri un autre manifestant, reprenant l'antienne d'Ennahda qui a accusé des anarchistes staliniens de vouloir créer le chaos.

Le gouvernement a annoncé mercredi la création d'une commission d'enquête indépendante sur les incidents du 9 avril, et la levée de l'interdiction de manifester sur l'avenue Habib Bourguiba, au coeur de Tunis. romandie

 

__________________________________________________

 Variations bassement politiciennes autour des événements violents et inquiétants du 9 avril 2012

 

Partie I

 

Partie II

Partie III

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Tunisie : Gouvernement Hamadi Jebali
commenter cet article
13 avril 2012 5 13 /04 /avril /2012 04:21

Le cessez-le-feu fragilisé par des violences

 

 

«Globalement respecté.» Voilà le constat de l'émissaire de l'Onu pour la première journée de cessez-le-feu en Syrie. Mais la situation est très fragile et pourrait basculer, en particulier aujourd'hui, avec la tenue de manifestations.

  

Quelques heures après son entrée en vigueur, le cessez-le-feu en Syrie semblait «être globalement respecté», hier, selon Kofi Annan. Vigilant, le médiateur de l'Onu et de la Ligue arabe dans ce pays a demandé au Conseil de sécurité d'exiger un retour de l'armée syrienne dans ses casernes pour le conforter. Des violences ont néanmoins entaché ces premières heures de cessez-le-feu. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), huit personnes ont été, en effet, tuées et des dizaines de personnes ont été également blessées dans l'explosion d'une bombe. Ce bilan meurtrier marque, cependant, une nette rupture avec la dernière semaine, au cours de laquelle plusieurs dizaines de morts étaient recensées chaque jour. 


Envoi «rapide» d'observateurs 

Le secrétaire général de l'Onu, Ban Ki-moon, a indiqué travailler «avec le Conseil de sécurité dans le but d'envoyer une équipe d'observateurs le plus rapidement possible». Leur venue est attendue afin «d'initier un dialogue politique sérieux», selon Kofi Annan. Mais le fossé entre régime et opposition rend tout échange réel très improbable. 

Rappel des réfugiés 

Après l'annonce de l'arrêt des opérations militaires, le ministère syrien de l'Intérieur a, lui, appelé au retour des dizaines de milliers de Syriens qui se sont réfugiés dans les pays voisins, en Jordanie, Turquie et Liban, et a promis une amnistie pour les hommes armés n'ayant pas de «sang sur les mains». 

Des manifestations très attendues aujourd'hui 

Les opposants ont, quant à eux, lancé des appels à manifester, aujourd'hui, sous le slogan «la révolution pour tous les Syriens». Ces manifestations -défendues par Kofi Annan - sont très attendues. Pour un militant des Comités locaux de coordination qui animent la contestation sur le terrain, elles sont même «un vrai test pour voir si les forces du régime vont tirer sur la foule». Le ministère de l'Intérieur, tout en reconnaissant que «manifester pacifiquement est un droit», a rappelé, hier, que les Syriens souhaitant manifester devaient obtenir au préalable une autorisation. letelegramme

 

 

 

_________________________________________________________________________________________

 

Le cessez le feu tient à un fil, l’opposition appelle à manifester

 

Un bâtiment à Homs endommagé par les bombardements de l'armée syrienne, selon l'opposition. Photo

 

Des milliers de Syriens ont manifesté jeudi, selon des militants, après que le chef du Conseil national syrien (CNS), principale composante de l'opposition, a appelé à des défilés le jour de l'entrée en vigueur du cessez-le-feu censé mettre fin à plus d'un an de violences.

De leur côté, des militants pro-démocratie ont appelé à manifester à nouveau vendredi, journée hebdomadaire de mobilisation depuis plus d'un an en Syrie, sous le slogan "la 

Révolution pour tous les Syriens", sur leur page Facebook "Syrian Revolution 2011".

 

Ces appels semblent être un moyen de tester les intentions du régime de Bachar al-Assad, dont les troupes, toujours déployées en force dans les hauts lieux de la contestation, ont toujours réprimé les manifestations hostiles au pouvoir.


Des manifestations ont eu lieu jeudi dans les province d'Idleb (nord-ouest), Homs (centre), Deraa (sud), Raqa (nord-est), Damas et Deir Ezzor (est), la plus grande s'étant déroulée à Alep, la deuxième ville dans le nord du pays, selon des vidéos mises en ligne par des militants.


"Au moins 5.000 personnes ont participé à des funérailles qui se sont transformées en manifestation réclamant la chute du régime" à Alep, a affirmé un militant sur place, faisant état de tirs.


"Le cessez-le-feu n'a aucune valeur s'il ne permet pas au peuple de manifester et le plan Annan n'a aucune valeur s'il ne permet pas la transition du pays vers un gouvernement démocratique pluraliste", a dit Burhan Ghalioun, le chef du CNS.

Le plan en six points stipule, outre le cessez-le-feu et le retrait des troupes des centres urbains, la "liberté d'association et le droit de manifester pacifiquement" notamment.

De son côté, le ministère de l'Intérieur syrien a rappelé jeudi que les manifestants devaient demander une autorisation officielle avant d'organiser tout rassemblement.

 

M. Ghalioun a appelé "tous les pays soutenant la mission (de M. Annan) à surveiller l'application à la lettre du plan, notamment concernant le droit de manifester et de s'exprimer" et "à assurer des moyens de protection du peuple".

Dans le même temps, M. Annan a demandé jeudi au Conseil de sécurité des Nations unies d'exiger du régime syrien qu'il retire ses forces des villes rebelles et qu'elles réintègrent leurs casernes, ont indiqué des diplomates.

 

Il a estimé que techniquement, Damas n'avait pas respecté son plan de paix mais que le fragile cessez-le-feu était "une chance à saisir".

 

M. Annan a demandé aussi au Conseil d'autoriser le déploiement rapide d'une mission légère d'observateurs pour surveiller le cessez-le-feu, selon ces diplomates.

Une proposition qui pourrait se réaliser dès vendredi selon l’ambassadeur russe Vitali Tchourkine. Ce dernier a précisé qu'il s'agirait dans un premier temps d'un groupe de 20 à 30 personnes qui pourraient être sur place "au début de la semaine prochaine". "Une mission en bonne et due forme prendra du temps à être déployé", a-t-il ajouté.

Une partie de ces observateurs pourrait être prise sur le contingent de la mission de l'ONU sur le Golan, a-t-il précisé.

 

Parallèlement, la communauté internationale a eu des réactions mitigées sur le respect du cessez le feu par le régime syrien.

 

La secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton, a estimé à Washington que le cessez-le-feu en oeuvre depuis quelques heures en Syrie constituait un "pas important", à condition qu'il soit respecté.

 

De son côté, le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a estimé que Damas ne respectait pas le cessez-le-feu prévu par le plan de sortie de crise de Kofi Annan et a appelé le régime du président Bachar el-Assad à retirer ses chars des villes syriennes.

Les présidents américain Barack Obama et français Nicolas Sarkozy ont exhorté pour leur part les autorités syrienne à respecter "scrupuleusement et inconditionnellement" leurs engagements au titre du plan Annan, a rapporté l'Elysée dans un communiqué.

"Le régime sera jugé sur ses actes", ajoute le document, citant les deux responsable.

"En liaison avec leurs partenaires, notamment arabes, ils sont convenus d'intensifier leurs efforts, y compris au Conseil de sécurité (de l'ONU), pour que cesse définitivement la répression brutale contre le peuple syrien, pour qu'une aide humanitaire urgente lui soit apportée, et pour que le peuple syrien puisse choisir librement son destin", poursuit le communiqué.

 

"Les responsables des exactions auront à répondre de leurs crimes", ont également répété MM. Sarkozy et Obama. lorientlejour

 

 

____________________________________________________________________________________

 

L’opposition veut « tester » le pouvoir vendredi


 

 

Burhan Ghalioun, (ir)responsable du CNS, veut transformer le premier vendredi de trêve en journée de mobilisation anti-Bachar : autant pour la paix civile et le dialogue

Burhan Ghalioun, (ir)responsable du CNS, veut transformer le premier vendredi de trêve en journée de mobilisation anti-Bachar : autant pour la paix civile et le dialogue

 

A peine le cessez-le-feu proclamé, et appliqué, par le gouvernement, que déjà Burhan Ghalioun et le CNS préparent une épreuve de force pour vendredi, jour traditionnel des mobilisations – post-prière – de l’opposition radicale. Le plus élémentaire sens de la responsabilité voudrait, en de telles circonstances, que l’opposition s’abstienne de toute provocation susceptible de (re)mettre le feu aux poudres. Et, à l’évidence, des manifestations de rue emmenées par les plus radicaux des opposants à Bachar al-Assad sont propices à un maximum de provocations. Que des militaires, face à une foule surexcité par de leaders islamistes, perdent leur sang froid et tirent, fut-ce en l’air, et tout le processus de paix sera compromis, et le gouvernement mis en accusation par les habituels procureurs diplomatiques et médiatiques.

 

Le CNS veut-il vraiment  du plan Annan ?

 

C’est peut-être justement ce que cherchent les stratèges du CNS que les obligations contenues dans le plan Annan – cessez-le-feu, mais aussi désarmement durable, négociations avec le pouvoir -  doivent quelque peu contrarier dans leur jusqu’au-boutisme anti-Bachar.

De fait, l’annonce, en début d’après-midi, de la mort, dans la province de Hama, d’un « civil« , tué par des tirs attribués aussitôt par l’OSDH à des chabihas ou des soldats du régime, interprétation abondamment relayée par les médias français, participe aussi de cette stratégie de la tension que les adversaires syriens ou étrangers du pouvoir veulent continuer à entretenir, pour pousser, aussi vite que possible, le régime à la faute.

Bref, le gouvernement n’a rien à attendre des CNS et autres ASL, et le plan de paix de Kofi Annan ne tient vraiment qu’à un fil, qui pourrait être rompu à l’occasion des manifestations de vendredi. Et ce alors que les Euro-américains sont plus que jamais en embuscade diplomatique : ainsi l’OTAN vient de se servir de incidents survenus ces derniers jours aux abords des camps de réfugiés syriens en Turquie pour invoquer un droit de « protection » des Etats-membres du Pacte atlantique ; en un mot comme en cent, la Turquie étant en danger, l’OTAN serait en droit, d’après ses statuts, sinon ceux de l’ONU, d’intervenir. On se dit, à la lecture de pareilles informations, que ces gens sont vraiment capables de tout pour arriver à leurs fins. Cette « gangstérisation », ou ce  détournement, de la diplomatie par les Américains demeure, hélas, plus de vingt ans après la première guerre du Golfe, une des clefs des relations internationales.

 

Il fallait certainement jouer la carte du cessez-le-feu et du plan de paix. Tout en se préparant au pire, et en évitant de tirer les premiers. De tenir, tant bien que mal, jusqu’à l’arrivée des observateurs de l’ONU qui ne peuvent être autant d’agents de l’OTAN. Une perspective guère enthousiasmante, mais un passage obligé, pour donner une dernière chance à la pacification de la vie syrienne, condition première de sa réforme. De toute façon, la Syrie n’est pas seule : pas plus aujourd’hui qu’hier, ni Moscou ni Pékin n’accepteront un remake de la Libye. Et sa résistance a sans doute donné le temps à un certain nombre de nations de comprendre de quel côté se trouvait vraiment, pour l’essentiel, la violence et l’oppression.   

par Louis Denghien, infosyrie

 

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Syrie : les oppositions _ Ligue Arabe
commenter cet article
13 avril 2012 5 13 /04 /avril /2012 03:07

Ahmed Ben Bella : histoire d'un mythe exemplaire

 

Le premier président de l'Algérie indépendante a constitué un mythe comparable à ceux d'Abdel Nasser et de Fidel Castro. Par Jean Daniel.

Portrait d'Ahmed Ben Bella daté de 1965. (AFP)

 

La mort du premier président de la République démocratique et populaire d'Algérie met en évidence des mutations exceptionnelles. Cet homme, dans ce que l'on appelait alors le tiers-monde, a constitué un mythe comparable à ceux d'Abdel Nasser et de Fidel Castro, sauf qu'il n'a été au pouvoir que pendant trois années. Il n'a jamais été un théoricien et n'a jamais écrit de livre, contrairement aux deux autres grands révolutionnaires. Mais il avait cet ascendant des tribuns et ce charisme du chef qui lui ont permis de s’imposer parmi les neuf leaders historiques qui, le 10 juillet 1954, prirent dans la clandestinité la décision de proclamer l'insurrection algérienne, qui devait débuter le 1er novembre de la même année. Trois d'entre eux furent tués, tous les autres furent arrêtés. Entre tous ces hommes – parmi lesquels on avait longtemps cru qu’il ne pourrait jamais surgir une forte personnalité, la colonisation s'étant appliquée à détruire les élites algériennes par tous les moyens - il y avait des différences considérables.

Mais celui dont ses amis disaient déjà qu'il était un prodigieux "animal politique", c'était bien lui, Ahmed Ben Bella. A ce moment-là, personne ne soupçonnait qu'un Brutus de grande envergure, Houari Boumédiène, n'attendrait pas longtemps avant d'abattre ce jeune César.

La supériorité politique de Ben Bella n'allait cependant pas être sans conséquences pour le destin de l'Algérie. Le fait le plus important, dès le départ, c'est qu'il s'était évadé d'une prison française, où il subissait une peine légère, pour s'enfuir au Caire. La grande Egypte n'était plus seulement celle des pharaons ou des Ptolémée, elle était depuis longtemps le cœur du monde arabe, la puissance qui s'était imposée face aux Perses devenus iraniens et aux mésopotamiens qui vivaient en Irak. L'Egypte était en fait et surtout le pays où un officier, meurtri par la victoire du petit Etat israélien sur les armées arabes, avait renversé une monarchie corrompue et pris la tête d'une révolution.

Et cet homme, Gamal Abdel Nasser, après avoir provoqué l'intervention militaire de la France, de la Grande-Bretagne et d'Israël, avait trouvé le moyen de se faire protéger par l'Union soviétique et par les Etats-Unis. C'est cet Arabe prestigieux et vainqueur, adoré de toutes les foules arabes au-delà de ses frontières, que Ben Bella est allé rencontrer. Il avait été, de loin, l'admirateur. Sur place, il va en devenir le disciple. Pendant la guerre d'Algérie, il coordonne epuis l’Egypte toutes les organisations destinées à fournir à ses frères en insurrection les armes et les fonds.

Les intellectuels français théorisent, soutiennent et s'engagent 

Où en est le monde à cette époque ? Il est celui de la guerre froide mais aussi celui du soulèvement des peuples colonisés, de l'insurrection des "damnés de la terre", de la "révolution dans la révolution". C'est le monde des non-alignés, des révolutionnaires indépendants, de l'hostilité à l'Occident et, bientôt, de la haine des Etats-Unis.

Dans chaque mouvement et dans chaque pays, un homme incarne ce nouveau grand soulèvement. Il ne faut pas oublier que ce soulèvement a des soutiens dans les pays occidentaux. C'est à Paris que s’organisent les mouvements marxistes, léninistes, maoïstes, pol potiens. Les intellectuels français théorisent, soutiennent et s'engagent. Mais c'est aussi à Paris que le combat anti-colonialiste suscite une justification de ce qui va devenir le nationalisme autoritaire des Arabes. Un certain nombre de futurs leaders vont emprunter, et élargir aussi, les méthodes autoritaires de la révolution socialiste et la mystique de l'arabisme. Il peut paraître aujourd’hui singulier mais il est remarquable qu’il ne soit jamais question, à l’époque, de l'islam. Dans les sociétés jadis formées par la France, on associe alors l'héritage de la Révolution française et la contagion des nationalismes arabes.

"Mais on ne peut être en permanence en révolution !"

C'est dans cet univers qu'Ahmed Ben Bella va se cultiver, s'épanouir, se former. Il fait partie de la secte du Caire, opposée à celle des maquis, souvent kabyles. Il combat pour l'Egypte de Nasser et il gagne, pour son Algérie et il en devient le chef, mais il n’oublie jamais non plus le combat pour les Palestinien. Pour les "maquisards" de l’intérieur, en revanche, c'est l'Algérie souveraine, démocratique et diverse qui compte le plus. Ils sont des patriotes algériens bien plus que des nationalistes arabes.

J'ai eu l'occasion de rencontrer Ben Bella au Caire, à Tunis et enfin Alger dès après l'indépendance. Pour célébrer ces fêtes, l'un des invités était Che Guevara lui-même, que le romancier Juan Goytisolo m'avait fait rencontrer. J'ai ensuite accompagné Ben Bella, lors de son premier voyage comme président, en Egypte. Dans l'avion, il m'a confié que Guevara était l'un des hommes dont il se sentait le plus proche. J'ai déjà écrit cela. Et surtout que Ben Bella avait ajouté : "Mais on ne peut être en permanence en révolution !"  tempsreel.nouvelobs


      _____________________________________________________________________________________________________

ben-bella-che.jpg

Che et Ben Bella

 

Ainsi était le « Che »

 

par Ahmed Ben Bella, octobre 1997


Depuis trente ans, Che Guevara interpelle nos consciences. Par-delà le temps et l’espace, nous entendons l’appel du « Che » qui nous somme de répondre : oui, seule la révolution peut parfois faire de l’homme un être de lumière. Cette lumière, nous l’avons vue irradier son corps nu, étendu quelque part au fond du Nancahuazu, sur ces photos parues dans les journaux des quatre coins du monde, alors que le message de son dernier regard continue de nous atteindre jusqu’au tréfonds de l’âme.


Le « Che » était un preux, mais un preux conscient, au corps affaibli par l’asthme. Je l’accompagnais parfois sur les hauteurs de Chréa, au-dessus de la ville de Blida, lorsque je voyais la crise arriver et qu’elle donnait à son visage un teint verdâtre. Qui a lu son Journal de Bolivie (1) sait avec quelle santé délabrée il a dû faire face aux terribles épreuves physiques et morales qui ont parsemé son chemin.


Il est impossible de parler du « Che » sans parler de Cuba et des relations particulières qui nous unissaient tant son histoire, sa vie, sont liées à ce pays qui fut sa seconde patrie avant qu’il ne se tourne vers là où l’appelait la révolution.


Je fis la connaissance d’Ernesto Che Guevara à la veille de la crise internationale de l’automne 1962 liée à l’affaire des fusées et au blocus de Cuba décrété par les Etats-Unis. L’Algérie venait d’accéder à l’indépendance, son premier gouvernement venait d’être constitué et, en tant que chef de ce gouvernement, je devais assister, en ce mois de septembre 1962, à New York, à la session de l’ONU pour la levée symbolique du drapeau algérien au-dessus du siège des Nations unies ; cérémonie qui consacrait la victoire de notre lutte de libération nationale et l’entrée de l’Algérie dans le concert des nations libres.

Le bureau politique du FLN avait décidé que ce voyage aux Nations unies devait être suivi d’une visite à Cuba. Plus que d’une visite, il s’agissait surtout d’un acte de foi marquant nos engagements politiques. L’Algérie souhaitait souligner publiquement sa totale solidarité avec la révolution cubaine, particulièrement en ces moments difficiles de son histoire.


Invité le 15 octobre 1962 au matin à la Maison Blanche, j’eus de franches et chaudes discussions avec le président John Fitzgerald Kennedy à propos de Cuba. A la question directe que je lui posai :« Allez-vous vers une confrontation avec Cuba ? », il ne laissa planer aucun doute sur ses intentions réelles et me répondit : « Non, s’il n’existe pas de fusées soviétiques ; oui, dans le cas contraire. »Kennedy tenta de me dissuader avec insistance de me rendre à Cuba par un vol direct à partir de New York ; allant même jusqu’à évoquer l’éventualité d’une attaque de l’avion des forces aériennes de Cuba qui devait me transporter par l’opposition cubaine installée à Miami. A ces menaces à peine voilées, je lui rétorquai que j’étais un fellaga et que les menaces des harkis algériens ou cubains ne m’intimidaient pas.

 

Notre arrivée à Cuba, le 16 octobre, se déroula dans une liesse populaire indescriptible. Le programme prévoyait des discussions politiques au siège du parti à La Havane dès l’arrivée de notre délégation. Mais les choses se déroulèrent tout autrement. A peine nos valises déposées dans le lieu où nous devions séjourner, bousculant le protocole, nous nous mîmes à discuter à bâtons rompus avec Fidel, Che Guevara, Raul Castro et les autres dirigeants qui nous accompagnaient.

 

Nous restâmes là à parler des heures et des heures durant. Bien entendu, je rapportai aux dirigeants cubains l’impression que m’avait laissée mon entrevue avec le président Kennedy. A la fin de ces débats passionnés, menés autour de tables que nous avions poussées bout à bout, nous nous aperçûmes que nous avions pratiquement épuisé le programme des questions que nous devions étudier et que notre rencontre au siège du parti n’avait plus d’objet. Et, d’un commun accord, nous décidâmes de passer directement au programme des visites que nous devions faire à travers le pays.

 

Cette anecdote donne une idée des rapports totalement dénués de protocole qui devaient ainsi, et dès le début, être la caractéristique essentielle, la norme des liens unissant la révolution cubaine et la révolution algérienne, et des liens personnels qui m’ont lié à Fidel Castro et à Che Guevara. Lire la suite

 

 

________________________________________________________________________________________

Ahmed Ben Bella : « J’ai vécu 24 ans et demi en prison »

 

Le premier président de l’Algérie indépendante (1963-1965) Ahmed Ben Bella s’est éteint en ce 11 avril 2012 à l’âge de 96 ans. A l’heure de son décès nous rediffusons l’entretien qu’il nous avait accordé à Genève le 16 avril 2006.


benbella-40092a1-41873.jpg

 

Ahmed Ben Bella est une des hautes figures du nationalisme arabe. Il fut l’un des neufs membres du Comité révolutionnaire algérien qui donna naissance au Front de Libération Nationale (FLN). Arrêté par l’occupant français en 1952, il s’évade. Arrêté de nouveau en 1956, avec cinq autres compagnons, il est détenu à la prison de la Santé jusqu’en 1962. Après la signature des accords d’Évian, il devient le premier président élu de l’Algérie indépendante.

 

Sur le plan intérieur, il mène une politique socialiste caractérisée par un vaste programme de réforme agraire. Sur le plan international, il fait entrer son pays à l’ONU et l’engage dans le mouvement des non-alignés. Son influence grandissante dans la lutte contre l’impérialisme conduisent de grandes puissances à favoriser son renversement par un coup d’État militaire. Il est placé en résidence surveillée de 1965 à 1980. Depuis lors, il s’est tenu à l’écart des affaires intérieures de son pays, mais continue à jouer un rôle international, notamment en tant que président de la Campagne internationale contre l’agression en Irak.

 

Alors que se développe en France un débat malsain sur les bienfaits de la colonisation et sur la responsabilité des Arabes dans le blocage de leurs sociétés, le président Ahmed Ben Bella rappelle quelques vérités historiques : l’illégitimité de la domination d’un peuple sur un autre -que ce soit hier en Algérie ou aujourd’hui en Palestine-, la réalité mondiale -et non pas arabe- de la colonisation et des luttes de libération nationale, l’ingérence occidentale pour renverser les gouvernements nationalistes et révolutionnaires du Sud et maintenir les séquelles de la colonisation. Acteur central de bouleversements historiques, il répond aux questions de Silvia Cattori.

 

Silvia Cattori : Quand vous n’êtes pas en voyage, résidez-vous en Suisse ?

 

Ahmed Ben Bella : Non, je vis en Algérie, mais je viens souvent en Suisse. J’ai vécu ici durant dix ans, après mes démêlés avec le pouvoir des militaires algériens. En Algérie je suis assailli par les journalistes. Donc, quand j’ai besoin de prendre un peu de repos et de recul avec ce qui se passe là bas, je viens ici où j’ai gardé un petit appartement. Vous savez, j’ai quatre-vingt dix ans !

 

S.C.- Vous avez l’air d’un jeune homme ! Savez-vous, M. Ben Bella, que vous avez imprimé une très belle image dans le cœur des gens partout dans le monde ?

 

Ahmed Ben Bella : (Rire) J’ai eu une vie un peu spéciale, il est vrai. J’ai participé à la libération de mon pays. J’ai été l’un des organisateurs de sa lutte de libération. J’ai participé également de façon active à toutes les luttes de libération.

 

S.C.– Vous êtes d’origine arabo-marocaine. Quel lien gardez-vous avec vos racines rurales ?

 

Ahmed Ben Bella : Oui, je suis Algérien d’origine marocaine par mes parents, mais toute ma vie c’est l’Algérie. Je suis né là-bas. Je suis un fils de paysans pauvres venus très jeunes vivre en Algérie. Je n’ai vu que récemment l’endroit où ils sont nés, dans les environs de la ville de Marrakech.

 

S.C.– En venant à vous, j’ai l’impression d’aller à la rencontre des peuples et des causes pour lesquels vous vous êtes battu toute votre vie. C’est très émouvant de s’entretenir ici de votre combat pour créer un monde plus humain, plus juste. N’incarnez-vous pas tout cela ?

 

Ahmed Ben Bella : Oui, ma vie est une vie de combat ; je puis dire que cela ne s’est jamais arrêté un seul instant. Un combat que j’ai commencé à l’âge de 16 ans. J’ai 90 ans et ma motivation n’a pas changé : c’est la même ferveur qui m’anime.

 

S.C.- En 1962, vous accédez aux plus hautes charges de l’Algérie indépendante. Tous les espoirs sont ouverts. De l’Algérie colonisée à sa libération, de la scène politique internationale au combat altermondialiste, vous avez payé cher le prix de votre insoumission.

 

Ahmed Ben Bella : Oui j’ai payé très cher mon combat pour la justice et la liberté des peuples. Mais voilà, j’ai fait ce que j’ai ressenti comme un devoir, une obligation. Donc, pour moi le choix n’a pas été difficile. Quand je me suis engagé dans la lutte pour mon pays, j’étais très jeune. Mes horizons se sont ouverts. Je me suis très vite rendu compte que les problèmes allaient au-delà de l’Algérie, que la colonisation touchait quantité de peuples, que les trois quart des pays de la planète étaient colonisés d’une façon ou d’une autre. L’Algérie était alors, pour les Français, un département d’outre mer, c’était la France de l’autre coté de la méditerranée. La colonisation par la France en Algérie a duré longtemps : 132 ans. J’ai participé à cette lutte-là en Algérie. Tout de suite après l’indépendance, je me suis associé à tous ceux qui, dans le monde, se battaient eux aussi pour libérer leur pays. Il y a donc eu cette phase de la lutte de libération nationale à laquelle j’ai participé de façon totale. En Tunisie, au Maroc, au Vietnam, l’Algérie était devenue un peu la mère des luttes de libération ; les soutenir était donc pour nous une tâche sacrée. Quand quelqu’un venait nous demander de l’aide, c’était sacré. On ne réfléchissait même pas. On les aidait, alors même que nous n’avions que peu de moyens ; on leur offrait des armes, un peu d’argent et, le cas échéant, des hommes.

 

S.C.- En 1965, ce ne sont pas les Français qui vous emprisonnent, ce sont vos frères d’armes. Que ressentez-vous, aujourd’hui, à l’égard de ceux qui vous ont brutalement barré la route ?

 

Ahmed Ben Bella : Je ne ressens pas de mépris, je ne ressens pas de haine. Je pense qu’ils ont participé à quelque chose qui n’était pas très propre et qui a été très dommageable, non seulement pour le peuple algérien, mais également pour les autres peuples qui comptaient alors sur notre soutien. Mon combat pour apporter de meilleures conditions de vie aux Algériens, alors plongés dans une grande misère, et mon combat pour aider les autres peuples encore colonisés à recouvrer leur liberté, dérangeait fort certains pouvoirs. De leur point de vue j’allais trop loin. Je devais disparaître. Ceci pour dire que, si l’armée algérienne ne m’avait pas renversé, d’autres l’auraient fait. Je devais disparaître, parce que je devenais trop gênant. J’abritais pratiquement tous les mouvements de libération, y compris ceux venus d’Amérique latine.

 

S.C.- Etiez-vous déjà en contact avec Fidel Castro ?

 

Ahmed Ben Bella : Oui, le Che était venu à Alger m’apporter le message de Fidel Castro que j’avais rencontré deux fois. Il nous demandait de soutenir les luttes qui se développaient en Amérique du Sud, car Cuba ne pouvait rien faire ; elle était sous le contrôle des États-Unis qui occupaient la baie de Guantanamo. Rien ne pouvait donc sortir de Cuba, même pas une boîte d’allumettes, sans que les États-Unis le sachent. Je n’ai pas hésité une seconde. C’est depuis l’Algérie, et avec la participation du Che, qui est resté chez nous durant six mois, que s’est créé l’État major de l’armée de libération de l’Amérique du sud. Je peux le dire maintenant : tous les combattants qui participaient à la lutte de libération en Amérique du Sud sont venus en Algérie ; c’est de là que tout ceux qui luttaient sont partis. On les a entraînés, on s’est arrangé pour que les armes arrivent chez eux, on a créé des réseaux.

 

JPG - 7.6 ko

Ahmed Ben Bella recevant Ernesto che Guevara

 

S.C.- En quelle année Che Guevara est-il venu en Algérie ?

 

Ahmed Ben Bella : Le Che est venu en 1963, peu après mon arrivée au pouvoir. Avec mon gouvernement, nous nous sommes engagés à apporter notre aide aux luttes de libération nationale. À ce moment-là, de nombreux pays étaient encore colonisés ou sortaient à peine de la colonisation. Toute l’Afrique pratiquement était dans ce cas. Nous l’avons soutenue. M. Mandela et M. Amilcar Cabral sont venus eux aussi en Algérie. C’est moi qui les ai entraînés ; ensuite ils sont repartis mener la lutte de libération chez eux. Pour d’autres mouvements, qui n’étaient pas engagés dans la lutte armée ou qui n’avaient besoin que d’un soutien politique, comme le Mali, nous les aidions sur d’autres plans.

 

S.C.- Qui vous a écarté précisément en 1965 ? L’armée algérienne ou des forces extérieures ?

 

Ahmed Ben Bella : Je suis certain que, indirectement, il y a eu l’intervention de puissances étrangères. Nous avons vu ailleurs les mêmes mécanismes. Partout où les luttes de libération nationale ont triomphé, une fois le pouvoir constitué, il y a eu des coups d’État militaires qui ont renversé leurs dirigeants. Cela s’est produit maintes fois. En deux ans, y a eu 22 coups d’État militaires, essentiellement en Afrique et dans le tiers-monde. Le coup d’État d’Alger, en 1965, est celui qui a ouvert la voie. L’Algérie n’a donc été que le début de quelque chose qui était en germe : c’est pourquoi je dis que c’est le système capitaliste mondial qui finalement a réagi contre nous.

 

S.C.- Êtes-vous marxiste ?

 

Ahmed Ben Bella : Je ne suis pas marxiste, mais je me situe résolument à gauche. Je suis arabe musulman, orienté très à gauche dans mon action, dans mes convictions. C’est pourquoi, même si je ne partage pas la doctrine marxiste, je me suis toujours trouvé aux côtés de tous les mouvements de gauche dans le monde et des pays socialistes qui, comme Cuba, la Chine, l’URSS, ont mené le combat anticolonialiste et anti-impérialiste. C’est avec eux que nous avons constitué un front de libération et apporté notre appui logistique aux armées populaires pour aider leurs pays à sortir du colonialisme et instaurer un régime intérieur national. C’était la phase de liquidation du colonialisme. Le colonialisme est une idée qui est née en Occident et qui a conduit les pays occidentaux - comme la France, l’Italie, la Belgique, la Grande Bretagne - à occuper des pays hors du continent européen. Un colonialisme dans sa forme primitive, c’est-à-dire par l’installation à demeure de pouvoirs étrangers répressifs, avec une armée, des services, des polices. Cette phase a connu des occupations coloniales cruelles qui ont duré jusqu’à 300 ans en Indonésie.

 

S.C.- Après cette phase, n’étiez-vous pas actif dans le mouvement des pays non alignés ?

 

Ahmed Ben Bella : Il n’y a plus de pays non alignés. Ce mouvement a été créé par des hommes de très grande qualité tels Nehru, Mao Tsé-toung, Nasser et d’autres grands noms ; à une époque surtout où il y avait le risque d’une guerre atomique. C’était l’affrontement entre l’URSS et les États-Unis. Nous étions au bord de la guerre nucléaire. Les pays non alignés ont joué un rôle important pour l’empêcher. Ce mouvement a duré un certain nombre d’années. Mais le système a fini par avoir raison de lui.

 

S.C.- Par la suite, n’avez-vous pas joué un rôle important dans le développement du mouvement altermondialiste ?

 

Ahmed Ben Bella : Le système mondial qui préside à tout ce dont nous avons parlé, a inventé une autre forme de domination : la « mondialisation ». « Mondialisation » est un mot très beau en soi. Un mot qui peut unir, amener la fraternité entre les peuples. Or, le mot « mondialisation » tel qu’il a été conçu, est un mot qui fait très mal. Un mot qui a amené à la mondialisation de la misère, de la mort, de la faim : 35 millions de personnes meurent de malnutrition chaque année. Oui, ce serait un très beau mot, si l’on avait mondialisé le bien, apporté le bien être pour tous. Or, c’est tout le contraire. C’est une globalisation perverse ; elle mondialise le mal, elle mondialise la mort, elle mondialise la pauvreté.

 

S.C.- La mondialisation n’a-t-elle eu que des effets pervers ?

 

Ahmed Ben Bella : Le seul avantage que nous en avons retiré est que nous sommes aujourd’hui mieux informés qu’hier. Nul ne peut plus ignorer le fait que ce système amène à l’extension de la faim. Des richesses ont été créées, mais ce sont des richesses factices. Ce sont des multinationales, comme General Motors et Nestlé, ce sont de grands groupes industriels qui pèsent, sur le plan monétaire, beaucoup plus que de grands pays comme l’ Égypte. Si on se base sur ses gains, General Motors, par exemple, est quatre fois plus riche que l’Égypte, qui est un pays de 70 millions d’habitants, le pays des Pharaons, un pays extraordinaire, le pays arabe le plus éduqué ! Cela vous donne une image de ce que signifie le mot « mondialisation ». Voilà pourquoi j’ai combattu ce système qui favorise des groupes qui représentent, sur le plan monétaire, beaucoup plus qu’un grand pays et génèrent tant d’inégalités. Voilà pourquoi nous devons, nous autres, favoriser une meilleure compréhension des problèmes, qui ont été compliqués à souhait, mais qui sont finalement l’expression d’une seule chose : la mise en place d’un système inhumain.

 

S.C.- Malgré la volonté clairement exprimée, en 2003, par les trois quarts des peuples de la planète, les mouvements progressistes n’ont pas réussi à empêcher la guerre. N’avez-vous pas, parfois, le sentiment, que ceux qui sont à la direction des mouvements, ont manqué une marche ; ou carrément fait fausse route pour n’avoir pas su identifier les vraies motivations de l’adversaire ?

 

Ahmed Ben Bella : Moi qui suis un homme du sud, je constate que quelque chose a changé dans le nord, qui est très important à relever. Ce qui a changé précisément dans cette aire dite avancée du nord, qui nous a fait la guerre, qui nous a colonisés, qui nous a fait des choses terribles, est qu’il y a aujourd’hui une opinion qui s’exprime, qu’il y a des jeunes qui disent « assez ». Ceci indique que ce système mondial pervers ne frappe plus seulement le sud mais aussi le nord. Par le passé on parlait de pauvreté, de misère uniquement dans le sud. Il y a maintenant beaucoup de misère, beaucoup de maux qui font des victimes dans le nord également. Cela est devenu manifeste : ce système mondial n’est pas fait pour servir le bien de tous, mais pour servir des sociétés multinationales.

 

Donc, à l’intérieur de ce nord, que nous avons tellement combattu, il y a maintenant un mouvement, il y a toute une jeunesse qui veut agir, qui descend dans la rue, qui proteste, même si la gauche n’a pas su donner, à ces jeunes qui veulent des changements, les clés de la solution. Cela s’est toujours passé ainsi : tout mouvement commence de cette façon. Le mouvement de libération que j’ai conduit en Algérie, l’organisation que j’ai créée pour combattre l’armée française, était au départ un petit mouvement de rien du tout. Nous n’étions que quelques dizaines à travers toute l’Algérie, un territoire qui représente cinq fois la France.

 

S.C.- Qu’ont-elles obtenu, ces générations de jeunes qui ont mis tant d’espoir dans Attac, par exemple, qui propose de « réformer la mondialisation » ! Mais n’eut-il a pas fallu refuser son principe même et adopter des mesures plus radicales, face à la radicalité du système dit libéral ?

 

Ahmed Ben Bella : Les gens de gauche, une fois au pouvoir, ne sont pas différents de ceux des autres partis. En ce qui concerne l’Algérie, nous avons essayé de travailler avec la gauche française. Or nous n’avons pas connu de pire pouvoir que celui exercé par le parti socialiste français. La pire des choses qui nous soit arrivée ce fut avec les socialistes. Aucun pouvoir politique auparavant ne nous avait combattus aussi durement que celui du socialiste Guy Mollet. Je vous parle de faits précis. Je parle de ce que j’ai connu. J’étais à la tête du FLN quand le gouvernement de Guy Mollet - après avoir compris que la France ne pourrait se maintenir en Algérie – a contacté Gamal Abdel Nasser pour qu’il nous demande si nous étions prêts à discuter avec eux. C’est ce que j’avais toujours prévu ; qu’un jour il allait falloir s’asseoir autour d’une table et définir la meilleure façon pour l’Algérie de devenir totalement indépendante. C’était le but que nous recherchions : redevenir libres, ne plus vivre sous la férule d’un système oppressif. J’ai dit oui, que j’étais prêt à négocier, à condition que ce soit eux, les Français, qui en fassent la demande. C’était important, car c’est toujours celui qui est le plus faible qui demande à négocier. J’ai exigé que les négociations se déroulent en Égypte. Les négociations ont duré six mois. Nous sommes arrivés à une solution. Avec ce bout de papier en poche, en septembre 1956, je suis allé informer Mohammed V, le roi du Maroc. Il s’était impliqué dans cette lutte, il nous avait aidés, y compris militairement. Puis, alors que nous nous rendions en Tunisie, où nous voulions également informer les autorités, notre avion a été pris en chasse par l’aviation française. C’était le premier détournement d’avion de l’histoire. Il y avait, dans cet avion, les deux tiers des dirigeants de la révolution algérienne. Ils voulaient nous liquider tout de suite. C’est un miracle si nous avons échappé à la mort. Tout ceci pour vous dire ce que je pense des socialistes : c’était Guy Mollet qui, à peine avait-il signé un engagement, le trahissait. Je pourrais dire la même chose du gouverneur Lacoste, c’était un socialiste lui aussi. Non, les partis de gauche ne nous ont pas soutenus, au contraire. Quoi qu’il en soit, c’est la gauche qui nous intéressait et c’est avec elle que je continue de me battre. Je suis un homme de gauche.

 

S.C.- Alors quand vous côtoyez les représentants de l’internationale socialiste, sur les podiums des Forums sociaux, vous arrive-t-il de vous dire qu’ils sont là pour leur prestige personnel avant tout ?

 

Ahmed Ben Bella : Oui il m’arrive de penser qu’ils ne sont pas sérieux. Moi je veux vraiment le changer ce monde. Je veux que ce monde change. Pour changer les choses, nous avons besoin de gens sincères et désintéressés, avant tout.

 

S.C.- Vous croyez en la nécessité d’un changement ?

 

Ahmed Ben Bella : Oui, depuis ma prime jeunesse je crois en cette nécessité. Je reviens sur ce que vous disiez. Ce qui personnellement m’amène à avoir une certaine confiance en l’avenir. Je veux parler de ce que j’observe ici, en Occident. Je suis convaincu que le système libéral n’a pas d’avenir. Ces jeunes, ces lycéens que j’ai vu descendre dans les rues, qui n’ont rien que leur idéal de justice ; ces jeunes qui manifestent, qui sont en quête d’autres valeurs, j’aimerais leur dire : « J’ai commencé comme cela, quand j’avais votre âge, par de petits pas. Et peu à peu c’est tout un peuple qui m’a suivi. » Quand je vais à des manifestations, je les observe, je parle avec eux, je vois que ce sont eux qui ont les cartes en mains.

 

S.C.- La question se pose avec insistance : les dirigeants des mouvements anti-impérialistes n’ont-ils pas ménagé Israël, un État idéologiquement et législativement raciste qui mène depuis sa création une politique d’épuration ethnique en Palestine ? Par conséquent, ils ont mal orienté des générations de jeunes, faussé le débat, pendant qu’Israël était très actif aux côtés des États-Unis pour combattre le communisme, combattre Nasser et le nationalisme arabe, soutenir des régimes affreux ?

 

Ahmed Ben Bella : Ces questions sont aujourd’hui sur la table, elles font débat. Nous ne voulons pas d’une solidarité biaisée. Nous ne voulons pas d’un État qui, comme Israël, soit l’outil préféré de ce système global cruel conduit par les États-Unis, qui pratiquent une politique qui a déjà fait tellement de mal. Pour nous, il y a double trahison. La trahison, d’abord, de ceux qui, dans le camp de la gauche, auraient dû se trouver à nos côtés, loyaux à la cause palestinienne et arabe, et qui ne l’ont pas été. La trahison, ensuite, de tous ces juifs avec qui nous nous sentons proches, avec qui nous avons des ressemblances, et avec lesquels nous vivions en parfaite harmonie. Les Arabes et les juifs sont des cousins. Nous parlons la même langue. Ils sont sémites comme nous. Eux ils parlent l’Araméen, nous parlons l’Araméen. L’Araméen comporte plusieurs branches : l’Ethiopie parle Araméen, l’Erythrée parle Araméen, les gens de confession juive parlent l’Araméen, les arabes parlent l’Araméen. C’est cela qui nous fait très mal : c’est de nous savoir trahis par ceux qui sont si près de nous, par des gens qui sont nos cousins, qui nous ressemblent et qui parlent Araméen comme nous. L’antisémitisme, nous le connaissons ; nous sommes sémites. J’ajoute à cela que, même leur prophète est notre prophète. Moïse et Jésus Christ sont des prophètes chez nous.

 

JPG - 29 ko

Ahmed Ben Bella et Gamal Abdel Nasser

 

S.C.- Depuis la fin du multilatéralisme, l’ONU est mise sous la coupe de Washington et des néo-conservateurs. Tout pays arabe qui ne se soumet pas à leurs diktats est mis au ban des nations. Comment jugez-vous cette situation ? Comment en sortir ? Aussi, confronté a l’unilatéralisme israélien, le Hamas n’est-il pas condamné à échouer, et à renoncer à ce pourquoi son peuple se bat depuis 60 ans ?

 

Ahmed Ben Bella : Je pense que le Hamas est caractéristique de ce qui se passe chez nous, de cette dimension qui maintenant prend une forte couleur religieuse, qui endosse l’Islam. Je suis un Arabe musulman, je ne voudrais pas vivre dans un pays dirigé par un intégrisme islamique. Mais je vous parle très franchement : je ne les blâme pas. Parce que ce besoin de religion a été créé par les distorsions du système capitaliste. C’est à force de nous faire du mal que, finalement, au lieu d’avoir face à eux un mouvement, oui, qui endosse l’arabité, qui endosse la culture et reste ouvert, les extrémistes, Israël et les États-Unis, se retrouvent face à cette dimension. Ce sont eux qui ont créé cette situation.

 

S.C.- Vous ne voulez pas de réponse religieuse ?

 

Ahmed Ben Bella : Je suis musulman, mais je ne souhaite pas que la réponse soit religieuse. Ce n’est pas le fait religieux en soi que je récuse, non, mais le fait que l’on puisse faire une lecture qui ne va pas dans le sens de la rénovation de l’Islam, que l’on puisse faire une lecture rétrograde de l’Islam ; alors que dans l’Islam nous avons l’avantage de croire aux deux religions : la religion juive et la religion chrétienne. Pour nous Mohammed n’est que le continuum de Jésus Christ et de Moïse.

 

S.C.- Les musulmans n’ont-ils pas pris la tête de la résistance anticoloniale aujourd’hui ? N’y a-t-il pas lieu de reconnaître que ce ne sont pas les valeurs de l’Occident que les arabo-musulmans combattent, mais sa politique agressive ? Le Hezbollah, par exemple, qui a si mauvaise presse chez nous, n’a-t-il pas fait reculer l’impérialisme américain et israélien au Liban ? Les progressistes ne devraient-ils pas surmonter leurs préjugés à l’égard des musulmans, les considérer comme un élément dynamique dans la lutte contre l’oppression et les soutenir ?

 

Ahmed Ben Bella : Oui, oui. Là il y a un problème d’éducation. Il appartient à ceux qui sont à la direction des partis progressistes de répondre de façon correcte à des situations données. Or ce n’est pas le cas. Nous avons un drapeau, nous avons un hymne national, le reste ce sont les Occidentaux, toutes tendances confondues, qui le décident à notre place. Tout cela, enrobé avec de jolis mots, sous couvert de l’aide d’organismes comme la Banque mondiale et le FMI, qui ne sont rien d’autre que des instruments de torture créés par l’Occident pour continuer sa domination. Ce qui signifie que nous sommes sortis d’un système de colonialisme direct en échange de quelque chose qui parait meilleur, mais qui ne l’est pas. Toutefois, je vous le redis, j’ai cet espoir que dans ce nord qui nous a déjà fait tant de mal, sa jeunesse est en train de prendre la mesure de cette logique de domination qui crée de plus en plus de pauvreté aussi bien au nord qu’au sud. Même si ce n’est pas la même domination que celle qui s’applique au sud, c’est une situation d’indigence qu’aucun être libre ne peut accepter. Combien de gens ne sont-ils pas livrés au chômage, à la pauvreté, à la rue ? C’est cela, peut-être, qui finira par inciter les peuples du nord à changer d’optique et à s’associer de manière franche avec nous.

 

S.C.- Mais nous ne voyons pas aujourd’hui grand monde, en Occident, protester contre les atrocités commises en Irak, en Palestine, en Afghanistan. N’avez-vous pas l’impression qu’il y a tellement de préjugés, savamment entretenus, vis-à-vis des arabes et des musulmans - y compris dans les organisations anti-guerre - que soutenir leur résistance, est une idée très éloignée d’eux ?

 

Ahmed Ben Bella : C’est vrai, les partis de gauche que l’on attendait ne sont pas au rendez-vous ; ils se sont braqués là dessus. Dès que l’on parle de l’Islam, ils vous opposent Ben Laden. Je ne voudrais pas vivre dans sa république, mais je ne le critique pas. Quand je vois ce que Bush fait, je ne me permets pas de critiquer Ben Laden. Je vous le dis franchement : les attaques contre les tours de New York, je ne les ai pas condamnées. Je condamne Bush, je condamne le gouvernement américain, parce que je considère que Ben Laden est le fruit de leur politique. Ils ont fermé toutes les portes du dialogue aux arabo-musulmans. Ils leur ont fait croire durant des décennies que, s’ils faisaient ceci ou cela, l’Occident rendrait justice en Palestine. Or, Israël et ses alliés n’ont jamais voulu la paix chez nous. Israël n’a cessé de faire la guerre et de terroriser nos peuples. Ben Laden est indirectement la création de Bush et d’Israël. Ces deux États sèment la mort et la haine au Moyen-Orient et dans le monde : ils ne nous ont laissé aucune autre alternative que celle de la confrontation violente. Tous ces mouvements radicaux, qualifiés de « terroristes », « d’intégristes », sont nés pour répondre aux terroristes qui, à Tel Aviv et Washington, mènent des guerres de destruction des peuples arabes. Quels choix ont-ils, ces peuples qu’ils bombardent avec une telle sauvagerie ? Face aux armées modernes, ils n’ont d’autres armes que de sacrifier leur vie en se faisant exploser, voilà. Dans le Coran on appelle cela « shahâdah ». C’est une idée extraordinaire qui s’exprime dans ce mot. C’est un état de désespoir, où celui qui l’éprouve, en arrive à ne plus supporter de vivre. Il se sacrifie, non pas pour obtenir une vie meilleure pour lui-même, mais pour que les siens au moins puissent vivre mieux. C’est le plus grand sacrifice. On les appelle ici en Occident « des terroristes ». Or, je vous le dis en toute sincérité, moi je m’incline devant quelqu’un qui fait un pareil sacrifice, je vous assure.

 

S.C.- Si je comprends bien, vous dites que tout ce qui met en révolte les gens au Moyen-Orient a été généré par l’Occident. Que ceux qui se battent doivent se sacrifier, souffrir pour les autres ? Que les Arabes ont fait preuve de tolérance par le passé ?

 

Ahmed Ben Bella : Tout à fait. La violence qui s’exprime dans le monde arabo-musulman est le résultat de la culture de haine et de violence qu’Israël a engendré en s’imposant par la force sur les terres des Arabes. Ce sont les atrocités de cet État illégal qui contraint les plus valeureux à réagir. Je ne pense pas qu’il y ait combat plus noble que celui des Palestiniens qui résistent contre leur occupant. Quand je vois ce que ce peuple a enduré depuis plus d’un siècle, et qu’il continue de trouver la force de se battre, je suis admiratif. Aujourd’hui, ceux-là mêmes qui massacrent ce peuple, sont en train de faire passer les gens du Hamas pour des fascistes, des terroristes. Ce ne sont pas des fascistes, ce ne sont pas des terroristes, ce sont des résistants !

 

S.C.- La Palestine est une nation emprisonnée. Comment en est-on arrivé, même à gauche, à parler de « terrorisme », au lieu de parler du droit de résister par les armes ? Voyez-vous des parallèles ou des différences majeures entre la colonisation de l’Algérie par la France et la colonisation de la Palestine par Israël ?

 

Ahmed Ben Bella : C’est pire en Palestine. Avec l’apartheid en plus. Les Français ne pouvaient pas nous chasser hors d’un pays grand comme cinq fois la France. Ils ont bien essayé de créer au nord une zone tampon, avec le moins d’Algériens possible, mais cela n’a pas réussi. Ils n’ont pas mis en place un véritable apartheid comme les Israéliens en Palestine. L’État d’Israël a créé la plus terrible des dominations.

 

S.C.- À votre avis, les Palestiniens vivront-ils moins longtemps sous occupation que les Algériens ?

 

Ahmed Ben Bella : Je crois que oui. D’abord, le colonialisme est un phénomène qui est clairement établi et sanctionné par les lois internationales. Ensuite, s’il y a une question qui fait l’unanimité dans le monde arabe, c’est la Palestine. Aussi longtemps que les Palestiniens n’obtiennent pas justice, le monde arabe musulman ne pourra pas se sentir libre non plus. C’est comme une partie de leur chair qui reste captive.

 

S.C.- Autrefois, la politique n’était pas plus noble, mais il y avait encore un équilibre. Depuis la fin de la bipolarité, les principes moraux les plus élémentaires ont été balayés. Partout on parle de combattre le « terrorisme », mais on ne parle guère des 800 enfants tués en Palestine par les soldats israéliens depuis 2000 ; des millions d’enfants irakiens tués ou malades qui n’ont plus droit à un développement normal. Guantanamo, Abu Ghraïb, auraient-ils été possibles si la Communauté Internationale avait eu la décence de dire non à la violence de Washington ? Quel responsable étatique a encore les mains propres dans cette prétendue guerre contre « le terrorisme » ?

 

Ahmed Ben Bella : C’est énorme ce qui s’est passé à Guantanamo, à Abu Ghraïb et ailleurs. Et toute cette horreur continue de se propager et de générer de grandes souffrances. Nous apprenons que les États-Unis ont installé des prisons en Europe de l’Est pour échapper aux juridictions de leur pays et que l’Europe participe de tout cela. Il est même reproché à la Suisse d’avoir autorisé le survol de son territoire par ces avions qui transportent des prisonniers fantômes, kidnappés, soumis à des tortures.

 

S.C.- Quels sont, selon vous, les moyens de contrer la stratégie mise en place par Bush et les néo-conservateurs ?

 

Ahmed Ben Bella : C’est un mouvement intégriste, mais chrétien celui-là ! Le problème auquel nous faisons face aujourd’hui est celui-là : l’idéologie de Bush est le pire intégrisme que l’on puisse imaginer. Ce sont les fameux évangélistes protestants qui inspirent Bush. C’est un intégrisme terrible. Quels sont finalement les moyens que nous avons pour combattre ? Je vous ai parlé des espoirs que je mets dans la jeunesse, tout en sachant qu’elle n’a pas de vrais moyens pour combattre ce système effrayant. Je sais, il ne suffit pas de descendre dans la rue. Il faut passer à autre chose, inventer d’autres moyens d’action, mais il faut agir et non pas subir. Et quand on a le sentiment de ne pas avancer, il faut se dire que l’on passe par des phases, qu’il faut un certain temps avant d’atteindre la compréhension du grand nombre. On commence à agir avec ceux qui ont une compréhension claire, même si cela ne couvre pas la totalité des problèmes. Mais ensuite, on doit passer par-dessus les obstacles, et se dire que ce n’est ni le parti socialiste, tout socialiste qu’il se déclare, ni telle association qui va changer ce monde.

 

S.C.- Pour parvenir à un rééquilibrage, la solution peut-elle venir du côté de la Chine et de la Russie ?

 

Ahmed Ben Bella : Je pense qu’un espoir peut venir de la Chine. Par le passé, la Russie nous a aidés de façon extraordinaire. Mais pour l’instant, malheureusement, la Russie n’est pas dans une situation facile. Je ne mettrais pas d’espoirs en elle. Je compterais beaucoup plus sur la Chine. D’abord elle a des arguments que la Russie n’a pas. C’est un pays qui est en tête des pays en expansion. Même l’Occident va s’implanter en Chine pour vivifier son économie. D’ici 20 ans on verra la nouvelle carte politique.

 

S.C.- En attendant, que dire aux peuples laissés à l’abandon, en Palestine, en Irak ?

 

Ahmed Ben Bella : On n’agit jamais en pensant que c’est nous qui allons en être les bénéficiaires. On agit parce qu’il faut agir. Jamais les grandes conquêtes n’ont été le fruit d’une seule génération. On dit chez nous que celui qui mange n’est pas celui qui sert le plat. Il faut créer des réseaux de solidarité qui soutiennent sans conditions la lutte de ces peuples.

 

S.C.- Que dire aussi à cette jeunesse que vous avez mentionnée, témoin de tant d’abus ?

 

Ahmed Ben Bella : Il faut qu’ils aillent outre, qu’ils prennent des initiatives. S’il ne suffit plus de se réunir périodiquement à des grands rassemblements, si rien ne change, il faut passer à autre chose : inventer de nouvelles formes de luttes sans attendre.

 

S.C.- Mais le temps n’est-il pas venu que les Arabes prennent la direction du mouvement anti-guerre jusqu’ici entre les mains d’Occidentaux ?

 

Ahmed Ben Bella : Oui, oui. Vu la gravité de la situation au Moyen-Orient, ce sont des Palestiniens ou des représentants des mouvements du monde arabe qui doivent bouger. Je pense que ce mouvement arabe, le mouvement palestinien, toutes ces forces, si elles se conjuguent et dépassent leurs différends, sont un espoir pas seulement pour les Arabes. Elles peuvent contribuer également à changer ce monde, le système mondial tel qu’il fonctionne.

 

S.C.- Vous semblez optimiste !

 

Ahmed Ben Bella : Oh vous savez, je ne suis pas rien qu’optimiste : je passe ma vie à agir. Je ne me contente pas de faire des discours, je consacre tout mon temps à agir par le biais de l’organisation Nord-Sud. Aussi je crois que, parfois, les forces de l’espoir viennent de là où on les attend le moins.

 

S.C.- Le premier congrès constitutif de l’Alliance Populaire Arabe de Résistance s’est tenu fin mars 2006 au Caire. Les participants ont appelé les peuples à se mettre « sous la bannière de l’internationalisme pour soutenir le peuple arabe dans sa lutte contre l’agression impérialiste ». N’est-il pas le point de départ d’une campagne qui, si les partis progressistes d’Occident s’y rallient, pourrait relancer le mouvement anti-guerre et aller dans le sens de vos souhaits ?

 

Ahmed Ben Bella : Oui, je suis personnellement favorable à cette initiative. L’essentiel est d’avancer. On n’avance pas si l’on doute, si l’on pense que c’est fini. Si l’on campe sur des dissensions. On avance et on corrige les défauts. La vie c’est cela. Il y a aussi, dans le camp arabe, beaucoup d’obstacles à surmonter. Nous devons faire un effort pour dépasser les dissensions. En effet, nous connaissons, dans le mouvement arabe, les mêmes faiblesses que connaît le mouvement anti-impérialiste en Occident.

 

S.C.- Il y a près de dix mille palestiniens emprisonnés arbitrairement dans les geôles israéliennes. Ils ne sont pas reconnus comme prisonniers politiques. Ahmed Sa’adat - kidnappé par Israël en mars 2006, à Jéricho, avec cinq compagnons - alors qu’il était sous garde américano-britannique - est depuis soumis à des tortures continues. Il a réaffirmé sa volonté de ne pas céder, en disant : « Peu importe l’endroit où je serai, je continuerai à combattre ». Vous devez vous reconnaître en cette affirmation, vous qui savez ce que cela veut dire vivre emprisonné ?

 

Ahmed Ben Bella : Oui, j’ai vécu 24 ans et demi en prison. Quand les Français m’ont enfermé à la Santé, ils m’ont mis là avec les détenus que l’on guillotinait. Je voyais la guillotine depuis ma cellule. C’est terrible ce qu’Israël fait subir comme mauvais traitements aux Palestiniens. Actuellement je n’ai qu’un seul projet : c’est la Palestine. Je ferai tout mon possible pour les aider. Pour parvenir à la paix, en Palestine et dans le monde, il faut que ce système de marchands s’en aille. Parce que les problèmes sont immenses, les dégâts sont immenses. Laisser le monde entre les mains de marchands et de tueurs est un crime. C’est cela le terrorisme. Ce n’est pas Ben Laden.

 

S.C.- Quand vous entendez des chefs d’État dire qu’ils font la guerre en Irak au nom de la liberté et de la démocratie, qu’avez-vous envie de leur dire ?

 

Ahmed Ben Bella : Je leur dis que le droit à la vie est le premier des droits humains. Les droits de l’homme c’est le droit de vivre. Tous les philosophes chez nous parlent du droit à la vie. Sauvegarder la vie, vivre, est la première des choses auxquelles chacun aspire. Or le système mondial ne s’embarrasse pas de garantir ce droit. Il exploite, il tue. Et quand il ne peut pas tuer, il construit des prisons sauvages, abus qui prétendent apporter la démocratie. Les États-Unis se sont mis à faire, en Afghanistan et en Irak, ce qu’Israël a toujours fait contre les Palestiniens. On nous parle de démocratie israélienne, américaine. Mais quelle démocratie ont-ils apporté en détruisant toute chance de vie ?

 

S.C.- Vous souffrez pour l’Irak ?

 

Ahmed Ben Bella : Ah oui l’Irak pour moi…je suis allé quinze fois en Irak, vous savez. (Un silence) [1] J’ai failli être tué en Irak. C’est insupportable de voir ce que l’on a fait à l’Irak ! À ce pays qui est le berceau de la civilisation ! L’Irak, c’est là où on a commencé à cultiver la terre, c’est là où est née l’humanité, c’est là où se sont fondus les premiers principes, c’est là qu’est né l’alphabet, le premier code, est celui d’Hammourabi. Tout cela a été détruit par des dirigeants incultes, par une nation qui n’a pas plus de 250 ans d’histoire, qui était une colonie de la Grande-Bretagne. Ils ont liquidé le colonialisme anglais et ils ont instauré un colonialisme planétaire. Que sont devenus les 80 millions d’Amérindiens ? Jamais je ne retournerai en Amérique, c’est un pays de brigands.

 

S.C.- Ressentez-vous comme racistes les guerres menées en Afghanistan et au Moyen-Orient ?

 

Ahmed Ben Bella : Tout à fait. Ce sont des guerres menées contre l’Islam, contre la civilisation arabe. Cela saute aux yeux. Sur les pays qui sont hors la loi, selon Bush, un seul n’est pas arabo-musulman, la Corée du Nord. Les autres, la Syrie, l’Irak, le Soudan, l’Iran sont tous musulmans. Les croisades visaient soi-disant à récupérer le tombeau de Jésus Christ. Parfois, pour taquiner les Occidentaux, je leur dis : Jésus Christ, quelle langue parlait-il ? Il parlait ma langue, pas la vôtre, il parlait l’Araméen comme moi ! Quand vous lisez la bible, Jésus Christ dit : "Eli, Eli, Lama sabakta-ni" [2] Et nous disons en Algérie : "Ilahi limada sabakta-ni". Ce sont exactement les mêmes paroles qu’a prononcées Jésus. Jésus parlait comme moi. L’Islam tire beaucoup de choses de l’Évangile ou bien de la Bible, qu’il est venu compléter.

 

A force de voir ces abus, j’explose. On nous a fait tellement de mal. On nous a atteints dans notre dignité. Sans parler de ce petit peuple en Palestine. Combien de Palestiniens sont obligés de vivre sous la férule la plus abjecte ? Notre réaction n’est pas du racisme, Je vous assure. Nous en avons plus qu’assez. L’Occident nous a fait beaucoup de mal. N’est-ce pas en Occident que se sont produits les pires crimes contre l’humanité ? Le fascisme, où est-il né ? Le nazisme, où est-il né ? Le stalinisme, où est-il né ? La fameuse inquisition, qui a duré 400 ans, où s’est-elle déployée ? Franchement il faut beaucoup, beaucoup d’abnégation pour se dire chaque jour qui passe, je ne veux pas haïr l’Occident.

 

S.C.- Ne faut-il pas incriminer les tenants du « choc des civilisations », les pro-israéliens, comme les principaux instigateurs de la haine anti-arabe, anti-islam, qui se répand de façon inquiétante contre vos peuples ?

 

Ahmed Ben Bella : Tout à fait. Le Lobby israélien aux États-Unis est quelque chose de terrible. Jusqu’ici il était interdit d’en parler sans se voir accusé d’antisémitisme. Récemment, plusieurs études sont venues attester par des exemples inattaquables le poids du lobby israélien dans les options politiques et militaires prises contre nous [3]. Plus personne aujourd’hui peut nier l’importance, voire le danger, de ce lobby qui pénètre toutes les sphères stratégiques. Je suis donc très concerné par cet aspect des choses qui rend encore plus difficile le règlement de la question palestinienne.

 

Je vais vous dire, alors que l’Islam a connu beaucoup de misères, jamais l’Islam n’a fait du mal à d’autres pays. Dans l’histoire, l’Islam a montré une tolérance qui n’existe nulle part ailleurs, alors qu’Israël a réussi à s’implanter par la force dans un espace et dans un lieu qui était habité par les Palestiniens - l’un des peuples arabes les plus évolués - et à y créer, en les dépossédant de leur terre, un État raciste. Aussi longtemps qu’Israël refusera de reconnaître le droit des Palestiniens à exister et revenir sur leur terre, il n’y aura pas de paix dans le monde.

 

 Notes :

[1] En 1990-91, le président Ahmed Ben Bella conduisit une médiation entre la France et l’Irak pour tenter d’empêcher la guerre du Golfe. Les négociateurs français étaient Edgard Pisani et Marc Boureau d’Argonne, administrateur du Réseau Voltaire.

[2] « Eli, Eli, Lama sabakta-ni » paroles prétées à Jésus dans Les Évangiles quelque temps avant sa mort. Traduction : « Père, Père, pourquoi m’as-tu abandonné ? »

[3] M. Ben Bella se réfère ici à l’essai publié par la London Review of Books, intitulé « Le Lobby israélien et la politique étrangère des États-Unis » (The Israel Lobby and US Foreign Policy), co-rédigé par le Professeur John Mearsheimer, de l’Université de Chicago et le Professeur Stephan Walt, le doyen de la Kennedy School of Governement de l’Université d’Harvard.

Sources : Silvia Cattorimichelcollon


Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Algérie
commenter cet article
12 avril 2012 4 12 /04 /avril /2012 17:32

 Assemblée Nationale en direct

 

___________________________________________________

  les libertés et la démocratie ont été bafouées par les forces de police

 

Par Najet Mizouni, militante tunisienne

 

LE PLUS. La manifestation a mal tourné. Le 9 avril dernier, la fête des Martyrs a été violemment réprimée par les forces de police à Tunis. Une journée noire pour les libertés publiques, selon la militante tunisienne Najet Mizouni, qui appelle à un rassemblement devant l'ambassade de Tunisie ce jeudi à Paris. 

 

La Tunisie a connu le 9 avril dernier, journée de la fête nationale des martyrs, une journée noire pour les libertés, la démocratie et le respect des droits de l'Homme.

 

 A Tunis, les forces de police, aidées par des milices, tenant les mêmes propos que des courants extrémistes et armées de barres de fer et de pierres, ont violemment chargé des manifestants pacifiques venus commémorer la fête des martyrs. Des journalistes bousculés, leurs matériels détruits, des députés de la Constituante, des représentants des partis et de la société civile, des vieux, des femmes, des jeunes, ont été gazés par des lacrymogènes, souvent renvoyés par des tirs tendus, et sauvagement agressés et copieusement insultés, certains par des groupes de miliciens sous le regard complaisant des forces de l’ordre.

 

Des manifestants dans les rues de Tunis, le 09/04/2012. (OSNOWYCZ AUDE/SIPA)

 Des manifestants dans les rues de Tunis, le 09/04/2012. (OSNOWYCZ AUDE/SIPA)

 

Le ministre de l'Intérieur a justifié cette brutalité par l'application d'une décision d'interdire de manifester sur l'avenue Habib Bourguiba, la plus célèbre de la Tunisie, où a eu lieu la manifestation qui a chassé le dictateur Ben Ali le 14 janvier 2011 et où ont manifesté les tunisiens le 9 avril 1938 pour réclamer une constitution.

 

Non seulement cette interdiction était illégale, mais elle est aussi infondée car les charges de la police et des milices se sont produites dans plusieurs avenues et rues adjacentes de Tunis (Mohamed V, Jean Jaurès, Atatürk, Paris, le passage, Marseille). Ainsi, le cortège de la ligue tunisienne des droits de l'Homme (LTDH) a été chargé dans la rue Kamel Atatürk. Un membre du Conseil national de la LTDH a été admis à l'hôpital à cause des effets des gaz lacrymogènes.

 

Ces passages à tabac, systématiques, planifiés et organisés n’ont pas épargné les marcheurs de Sidi Bouzid venus à Tunis pour exiger du travail. Après avoir parcouru plus de 300 kilomètres à la marche, ils ont été accueillis à coups de matraques et de gaz lacrymo alors qu'ils se reposaient sur le gazon de la place des droits de l'Homme.

 

Des pratiques indignes

 

Deux jours auparavant, le 7 avril, la manifestation organisée par l’union des diplômés chômeurs (UDC) a été sauvagement réprimée. Le bilan était de plusieurs dizaines d’arrestations et de blessés, dont certains dans un état grave. L’UDC est descendue dans la rue pour réclamer des mesures sérieuses pour l’emploi ainsi que la fin du système d’embauche clientéliste dans le secteur public.

 

Renouant avec les pratiques et les discours de l'ancien régime, le ministre de l'Intérieur a nié les faits qui se sont déroulés à des dizaines de mètres de son bureau. Il a ressorti à nouveau la rengaine de la théorie du complot, en parlant de la saisie d’une camionnette pleine de cocktails Molotov ! Alors que les salafistes, qui ont agressé quelques jours plus tôt sur la même avenue Bourguiba des journalistes et des artistes de théâtre en hurlant "mort aux juifs", courent toujours et bénéficient d'une incompréhensible impunité.

 

- Les associations et les organisations politiques et démocratiques de l'immigration tunisienne en France dénoncent cette répression sauvage de la police épaulée par des milices armées de barres de fer contre des manifestants pacifiques qui constitue une atteinte très grave aux libertés et aux droits de l'homme.

 

- Elles rappellent que le gouvernement et le ministre de l'Intérieur sont responsables de la sécurité des personnes et qu'il est de leur devoir de mettre fin immédiatement à cette spirale répressive, attentatoire aux libertés et aux droits de l'homme. Le gouvernement doit assumer sa responsabilité dans la lutte contre le phénomène de la prolifération des milices hors-la loi.

 

- Elles demandent la création d’une commission d'enquête indépendante pour déterminer et sanctionner les coupables de cette sauvagerie quels qu'ils soient, ainsi que les véritables identités de ces miliciens et leurs commanditaires.

 

- Elles soutiennent la demande formulée par certains députés de créer une commission d’enquête parlementaire.

 

- Elles appellent l’Assemblée Constituante à se saisir du dossier de la réforme de l’appareil sécuritaire et de son assainissement des tortionnaires et des bourreaux de notre peuple, en mettant terme à l’impunité dont ils continuent de jouir jusqu’à aujourd’hui.

 

- Elles demandent en outre l'abrogation de la mesure scélérate qui interdit l'avenue Habib Bourguiba aux les manifestations.

 

- Elles exigent la protection des minorités religieuses et de leurs lieux de cultes et ainsi que des sanctions contre la profanation de l'église orthodoxe russe.

 

- Elles expriment leur solidarité avec les artistes, les journalistes, les chômeurs diplômés, les militants des droits de l'homme, les universitaires et les démocrates et exigent de respecter leurs libertés individuelles et publiques.

 

- Elles se déclarent solidaires des plaintes déposées par des militants et associations contre les propos antisémites et les auteurs d’agressions et de brutalités dont ont été victimes les manifestants.

 

- Elles appellent à la mobilisation pour préserver les acquis de la révolution à savoir les libertés individuelles et collectives menacées par des agissements brutaux du gouvernement, indignes d'un État de droit.

 

- Elles déclarent vouloir créer un cadre unitaire pour la défense des libertés, des droits de l'homme et de la démocratie chèrement arrachés par la révolution.

 

- Elles s'adressent à leurs amis démocrates français associatifs, syndicalistes et politiques pour qu'ils se mobilisent pour la défense des libertés dans la nouvelle Tunisie de la Révolution.

 

Les associations et organisations politiques de l'immigration en France appellent ainsi à un rassemblement devant l'ambassade de Tunisie pour protester contre la répression des forces de l'ordre et des milices organisées, ce jeudi à 18H30, au métro Saint François Xavier.

 

 Signataires de l’appel :

Associations : ADTF, AIDDA, ATF, ATNF, CRLDHT, Collectif 3 C, Collectif des Femmes tunisiennes, DCTE, Front 14 janvier, FTCR, Manifeste du 20 mars, MCTF, REMCC, UGET / France, Unies-vers-Elles, UTAC, UTIT/Ile-de-France, WD 15, SOS Racisme

 

Partis politiques : Ettajdid / Ile-de-France, Ettajdid / France, FDTL/France, Moupad / France, Parti Républicain / France, PCOT / France, PDM / France, PTT / France

 

Avec le soutien de : AMF, ATMF, EELV, FASE, Inter-collectif de solidarité avec les luttes des peuples du monde arabe, LDH, Les Alternatifs, Manifeste des Libertés, MRAP, NPA, PCF, PG, Solidaires,

Thala Solidaire  se joint à toutes ces voix indignées...

plus.nouvelobs

 

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Tunisie : Constituante
commenter cet article
12 avril 2012 4 12 /04 /avril /2012 08:41
______________________________________________________________________________

Ahmed Ben Bella est mort 

 

 

Le premier président de l'Algérie indépendante (1962-1965),  Ahmed Ben Bella, est décédé mercredi à Alger à l'âge de 96 ans.

Ahmed Ben Bella qui est décédé à son domicile familial à Alger, avait été admis, rappelle-t-on, à deux reprises, il y a plus d'un mois, à l'hôpital militaire d'Ain Naadja, suite à un malaise.

L’état de santé de l'ancien président de la républque avait fait l’objet d’une grande confusion depuis le début de l'année.

Le 22 février dernier, notre quotidien avait annoncé son décès après avoir été admis dans un état critique à hôpital militaire d'Aïn Naadja où il avait été maintenu en observation pendant des heures.

Une information qu'avait alors démentie l'APS en se basant sur des sources proches de l'ancien président : «La nouvelle de sa mort est fausse. M. Ben Bella est toujours en vie, sous observation médicale à l'hôpital après avoir été évacué dans la nuit de mardi à mercredi», avait-elle annoncé cette source à l'APS.

Ce qui est  par contre certain, c'est que l’état de santé de Ben Bella qui souffrait notamment de problèmes respiratoire s était nettement dégradé depuis début 2012. 

Né le 25 décembre 1916 à Maghnia (Tlemcen), Ben Bella présidait depuis 2007 le Groupe des sages de l'Union africaine. Devenu en septembre 1962 le premier président de l'Algérie  indépendante, Ahmed Ben Bella avait été renversé en 1965 par son ministre de la Défense, feu le colonel Houari Boumediene.

Bien avant, en 1937, il effectue son service militaire puis lors du conflit mondial, sous-officier, participe aux combats en montrant sa bravoure, notamment lors de la campagne d'Italie. Il reçoit pour ses actions plusieurs décorations.

Marqué par les massacres du 8 mai 1945, il adhère au PPA–MTLD, de Messali Hadj. Il est ensuite élu conseiller municipal de sa ville en 1947.

Responsable de l’Organisation Spéciale (O.S.) en compagnie de Hocine Aït Ahmed et de Rabah Bitat, il participe au casse de la poste d’Oran de 1949.

En mai 1950, il est arrêté à Alger, jugé coupable et condamné, deux ans plus tard, à sept ans de prison. Il s’évade en 1952 et se réfugie au Caire auprès d'Hocine Aït Ahmed et de Mohamed Khider avec qui il formera plus tard la délégation extérieure du Front de Libération Nationale (FLN).

Un des 9 chefs historiques du Comité révolutionnaire d'unité et d'action (CRUA), il déclenche le soulèvement de novembre 1954 mais deux ans plus tard, il est arrêté une deuxième fois alors qu’il prenait l’avion qui devait l’emmener du Maroc à Tunis en compagnie de Mohammed Boudiaf, Hocine Aït Ahmed, Mohamed Khider et Lacheraf.

Libéré en 1962, il participe au congrès de Tripoli où un différend l’oppose au GPRA. Après les négociations d'Evian, il critique en effet la légitimité du gouvernement provisoire et s'affronte à Boudiaf et Belkacem qu'il élimine rapidement. Il rentre à Alger et le 15 septembre 1962, est désigné président de la République jusqu à son renversement en 1965 par Houari Boumediene. elwatan

_______________________________________________________________________________________________________

_

_____________________________________________________________________________

Ben Bella, premier président de l'Algérie indépendante, est mort

Cette figure emblématique de l'indépendance avait dirigé le pays de 1962 à 1965. Un deuil de 8 jours a été décrété. 

 

Le premier président de l'Algérie indépendante, Ahmed Ben Bella. (JOSEPH BARRAK / AFP)

 

Ahmed Ben Bella, le premier président de l'Algérie indépendante, est décédé mercredi 11 avril à Alger à l'âge de 96 ans, a annoncé l'agence APS citant ses proches.

Le président algérien, de 1962 à 1965, est décédé à son domicile familial à Alger, selon la même source. Il avait été admis à deux reprises, il y a plus d'un mois, à l'hôpital militaire d'Ain Naadja, après un malaise.

Il présidait depuis 2007 le Groupe des sages de l'Union africaine.

Les funérailles nationales du premier président de l'Algérie indépendante Ahmed Ben Bella auront lieu vendredi au Carré des martyrs du grand cimetière d'El Alia à Alger, après la prière du Dohr, selon des sources officielles.

Le président Abdelaziz Bouteflika a également décrété un deuil national de huit jours à compter de mercredi sur l'ensemble du territoire, a rapporté l'agence APS citant la présidence.

Ben Bella, qui fit partie des chefs historiques du FLN, avait été renversé le 19 juin 1965 par un coup d'Etat militaire conduit par son ministre de la Défense, feu le colonel Houari Boumediene que Bouteflika avait toujours soutenu.

Selon le quotidien algérien "El Watan", il est mort en début d'après-midi. Selon la même source, les activités culturelles et sportives, prévues par des jeunes, ont été spontanément annulées dans sa ville natale de Maghnia.

- Extrait du JT de 13 heures le 11 octobre 1962 : l'assemblée générale de l'ONU reconnait l'Algérie : 

 

- Extrait du JT de 20 heures du 10 octobre 1962 :Ahmed Ben Bella, à la tribune de l'assemblée générale de l'ONU pour plaider la reconnaissance de l'Algérie.

 

tempsreel.nouvelobs

 

____________________________________________________________________________

Funérailles nationales pour Ahmed Ben Bella, premier président de l'Algérie indépendante


Ahmed Ben Bella, le 5 novembre 2001 à Beyrouth au Liban.

Ahmed Ben Bella, le 5 novembre 2001 à Beyrouth au Liban. © AFP

 

 

Décédé le 11 avril, le premier président de l'Algérie et héros de la guerre d'indépendance, Ahmed Ben Bella, aura des funérailles nationales ce vendredi. L'actuel président Abdelaziz Bouteflika a également décrété un deuil national de huit jours à partir de mercredi.

 

La présidence algérienne a décidé l'organisation de funérailles nationales pour le premier président de l'Algérie indépendante, Ahmed Ben Bella, décédé le 11 avril. Celles-ci auront lieu vendredi après la prière du Dhor (après 13H30, 12H30 GMT) au grand cimetière El Alia d'Alger, dans le Carré des martyrs. Un deuil national de huit jours a également été décrété à partir de mercredi.

Âgé de 95 ans, le héros de la guerre d'indépendance algérienne est décédé à son domicile d'Alger. Avant les obsèques, son corps sera exposé à partir de jeudi midi au Palais du Peuple, l'ancienne résidence des gouverneurs d'Alger, pour que la population puisse lui rendre un dernier hommage.

 

 

> Lire "Une soirée avec Ahmed Ben Bella"

 

 

Né le 25 décembre 1916 à Maghnia (Ouest), Ben Bella venait d'une famille de paysans originaires du Maroc. Dès son arrivée au pouvoir, en septembre 1962, il tente d'implanter le « socialisme autogestionnaire ». Il voulait incarner aux côtés du Cubain Fidel Castro, de l'Égyptien Gamal Abdel Nasser, de l'Indien Nehru et du Chinois Mao Tsé-Toung, la lutte « anti-impérialiste » et le « non-alignement » du Tiers-Monde émergent. Élu en 1963 pour deux ans, il est finalement renversé en 1965 par le colonel Houari Boumedienne, qui l'emprisonne pendant 15 ans. Une durée de détention qui s'ajoute à la dizaine d'années passées dans les geôles françaises pour son militantisme politique.

 


Ahmed Ben Bella vote pour la nouvelle Constitution, le 9 septembre 1963 à Alger.© AFP

 

 

"Parti dans son sommeil"

 

Il y a environ deux mois, Ben Bella avait été admis à deux reprises à l'hôpital militaire d'Ain Naadja, après avoir fait des malaises. La presse avait alors relayé des rumeurs sur son décès, qui avaient été démenties par sa fille Mehdia. « Ahmed Ben Bella était plutôt en forme hier (mardi), mais il s'est ensuite senti très fatigué et est remonté dans sa chambre dormir. Il est parti dans son sommeil vers 15 heures cet après-midi, entouré de ses deux filles Mehdia et Noria », a déclaré mercredi son biographe Mohamed Benelhadj.

 

« Quasiment tout le gouvernement est là », au domicile du « Vieux », avait-il précisé en début de soirée. Dans un message à la télévision nationale, le président algérien Abdelaziz Bouteflika a présenté ses condoléances à la famille et à la nation. « Nous perdons aujourd'hui un des dirigeants les plus valeureux de l'Algérie contemporaine. (...) Un sage parmi les sages du continent africain », a-t-il déclaré.

Les relations ont été très compliquées entre l'actuel président et Ben Bella, qui été renversé par Boumediene, un proche de Bouteflika. Ce n'est qu'après l'élection de ce dernier à la présidence en 1999 que les deux hommes se sont à nouveau rapprochés.

 

Politiquement actif

 

Selon son biographe, Ben Bella est resté politiquement actif « quasiment jusqu'à la fin de sa vie », notamment à la tête de la Commission des Sages Africains qu'il dirigeait depuis 2007, qui est chargée de la prévention et solution des problèmes du continent noir. Il en avait présidé une ultime réunion l'an dernier à Alger.

Les réactions au décès de Ben Bella ont été nombreuses. « L'Algérie vient de perdre un grand homme, un militant, un moudjhahid (combattant) », a déclaré mercredi soir à la radio le secrétaire général du Front de libération national (FLN parti présidentiel) Abdelaziz Belkhadem. « C'est une perte importante, il fait partie de ceux qui ont participé à la restauration de l'État national algérien après l'indépendance », a-t-il ajouté.

 

La mort de Ben Bella « est une perte pour l'Algérie et le monde, particulièrement en cette conjoncture où l'Algérie se trouve à un tournant historique en vue d'un changement pacifique « (les législatives du 10 mai), a déclaré Miloud Chorfi, porte-parole du Rassemblement national démocratique (RND), parti du Premier ministre Ahmed Ouyahia,  Jeuneafrique.

 

 

_____________________________________________

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Algérie
commenter cet article
12 avril 2012 4 12 /04 /avril /2012 07:46

L’interdiction de manifester sur l’Avenue Habib Bourguiba est annulée


Le Conseil des ministres, réuni aujourd’hui mercredi 11 avril 2012, a décidé d’annuler la décision du ministère de l’Intérieur d’interdire les manifestations sur l’Avenue Habib Bourguiba. 

Cette décision prise le 28 mars 2012 par Ali Laârayedh s’est soldée par une forte répression des forces de l’ordre lors de la commémoration de la fête des Martyrs, ce « lundi noir » du 9 avril 2012. 

Suite à ces dérives, le Conseil des ministres prend la décision d’autoriser de nouveau les manifestations sur l’avenue Habib Bourguiba, sachant que l’UGTT a déjà annoncé sa détermination à y manifester le 1er mai prochain, pour la fête du Travail. L’autorisation de manifester sur l’avenue Habib Bourguiba sera soumise à des conditions, dont celles d’assurer le caractère pacifique et la sécurité des manifestants et des riverains.  businessnews

 

________________________________________________________________________________________


 

 


 

 

____________________________________________________________________

La Tunisie lève l'interdiction de manifester sur l'avenue Bourguiba

 

 

Manifestation le 10 avril devant le ministère de l'intérieur, sur l'avenue Habib-Bourguiba à Tunis.

 

Manifestation le 10 avril devant le ministère de l'intérieur, sur l'avenue Habib-Bourguiba à Tunis. | AFP/FETHI BELAID

 

 

Le ministre de l'intérieur tunisien, Ali Larayedh, a annoncé mercredi 11 avril la levée de l'interdiction de manifester sur l'emblématique avenue Bourguiba, au cœur de Tunis, deux jours après des violences policières qui ont soulevé l'indignation en Tunisie.

"L'avenue est rouverte à tous les Tunisiens, ceux qui veulent manifester, sepromener ou travailler", a déclaré M. Larayedh à l'issue d'un conseil des ministres qui a également décidé la création d'une "commission d'enquête indépendante"sur les incidents du 9 avril. Il était interdit de se rassembler sur l'avenue depuis le 28 mars, à la suite d'incidents lors d'un défilé d'islamistes qui s'en étaient pris à des artistes.

VIOLENCES POLICIÈRES

Lundi, des centaines de personnes ont bravé l'interdiction pour venir manifester sur cette artère, lieu de toutes les contestations sociales dans la capitale tunisienne depuis la révolution qui a chassé le président Zine El Abidine Ben Ali. Les protestataires ont été violemment dispersés et pourchassés dans le centre-ville. Au moins 15 personnes ont été blessées parmi les manifestants, et huit parmi les policiers selon le ministère de l'intérieur.

Les manifestants entendaient commémorer la Journée des martyrs, en souvenirde la répression sanglante par les troupes françaises d'une manifestation à Tunis le 9 avril 1938, et dénonçaient par la même occasion l'interdiction de tout rassemblement sur l'avenue Habib-Bourguiba.

Le président Moncef Marzouki a évoqué "un degré de violence inacceptable" en mettant en cause les manifestants comme les forces de l'ordre. Ces violences, inédites depuis la révolution, ont duré plusieurs heures et ont créé la stupeur et l'indignation parmi la société civile, les militants des droits de l'homme et les responsables politiques de l'opposition. Mardi, une quinzaine d'élus d'opposition de l'Assemblée constituante ont marché sur l'avenue Bourguiba, suivis par quelques centaines de personnes, pour protester contre les violences de la veille et réclamer la liberté de manifesterlemonde

 

_________________________________________________________

Grève générale et marche pacifique à Sidi Bouzid

 

La ville berceau de la révolution tunisienne a observé, mercredi, une grève générale. Une marche a aussi traversé la ville pour protester contre le gouvernement.

En ce mercredi, la plupart des établissements publics et institutions bancaires ont suspendu leurs activités dans toute la ville. Les cours ont également été suspendus dans les différents établissements scolaires.


 

Cette action s’inscrit dans la grève générale décrétée, dans le gouvernorat, pour protester contre «la marginalisation, l’exclusion et le laxisme du gouvernement dans la satisfaction des revendications des habitants de la région».

Une manifestation a également eu lieu devant le siège de l’Union régionale du travail pour revendiquer l’emploi des jeunes, le développement régional et la poursuite des agresseurs des manifestants, le 9 avril, à l’avenue Habib Bourguiba, à Tunis, à l’occasion de la fête des martyrs. Des représentants des partis et de la société civile, ainsi que des syndicalistes ont pris part à cette marche pacifique.

 

Les manifestants ont également dénoncé l’agression, place des droits de l’homme à Tunis, des participants à la marche des chômeurs de Sidi Bouzid à Tunis, et ont condamné l’interdiction de manifester à l’avenue Habib Bourguiba, symbole de la chute de la dictature, qui a été décrété par le ministère de l’intérieur le 28 mars dernier. Et ont appelé à son annulation. kapitalis

 

___________________________________________________________________________

 

Agression policière sur des membres de la ``marche des libres`` venant d’arriver de Sidi Bouzid pour participer à la fête des martyrs à Tunis le 9 avril 2012 et réclamer le droit à la dignité et au travail 

 


 


_________________________________________________________________________

 

 

Grève générale à Sidi Bouzid 

 

Plusieurs établissements publics et institutions bancaires ont suspendu, mercredi, leurs activités à Sidi Bouzid.

Cette réaction intervient à la suite de la grève générale décrétée, dans le gouvernorat, pour protester contre "la marginalisation, l'exclusion et le laxisme du gouvernement dans la satisfaction des revendications des habitants de la région".

Les cours ont été également suspendus dans les différents établissements scolaires, à l'exception de nombre d'enseignants qui ont choisi de joindre les écoles, a constaté le correspondant de l'Agence TAP.

Sur un autre plan, une manifestation a démarré devant le siège de l'Union régionale du travail pour revendiquer l'emploi des jeunes, le développement régional et la poursuite des agresseurs des manifestants.  Ont pris part à cette manifestation, des représentants des partis et de la société civile.

Quelque 17 syndicats sectoriels ont convoqué mercredi, dans une déclaration rendue publique mardi, une grève pour protester contre la répression des manifestations pacifiques organisées, lundi dernier, à l'avenue Habib Bourguiba (Tunis) à l'occasion de la fête des martyrs.

De même, les représentants de la société civile ont adressé une déclaration au gouvernement et à l'opinion publique dans laquelle ils ont dénoncé l'agression, place des Droits de l'Homme à Tunis, des participants à la marche qui avait démarré depuis Sidi Bouzid, et ont condamné l'interdiction de manifester à l'avenue Habib Bourguiba, symbole de la chute de la dictature.  maghrebemergent

 

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Tunisie : Kasbah 1 et 2_Manifs_ Initiative-UGTT
commenter cet article
12 avril 2012 4 12 /04 /avril /2012 06:28

La rédaction de la future Constitution suspendue

 

Le tribunal du Caire avait été saisi par les laïcs, qui dénoncent la place dominante des islamistes dans la commission constituante.

 

Les partis laïques se sont retirés de cette commission, estimant servir de caution aux islamistes. AMRO MARAGHI / AFP

Les partis laïques se sont retirés de cette commission, estimant servir de caution aux islamistes. AMRO MARAGHI / AFP

 

La justice administrative égyptienne a annoncé mardi 10 avril avoir décidé de suspendre la commission chargée de rédiger la future Constitution. Cette commission est dominée par les islamistes et boycottée par les libéraux.

Le tribunal du Caire n'explique pas dans l'immédiat les raisons de sa décision, qui survient dans un contexte politique tendu, six semaines avant l'élection présidentielle. Un recours avait été déposé auprès de la justice administrative par des juristes et des partis politiques libéraux accusant le Parlement, qui a formé cette commission, d'avoir abusé de ses prérogatives.

La commission, formée de 100 personnes désignées fin mars par le Parlement, est principalement composée de membres des Frères musulmans et de fondamentalistes salafistes. Les islamistes sont très largement majoritaires parmi les députés et sénateurs.

Une commission "nulle et non avenue"

"La commission constituante est devenue nulle et non avenue par décision de justice et ne peut poursuivre son travail", a déclaré à la télévision publique Mohammed Nour Farhat, juriste et responsable du Parti démocrate social (libéral).

"Le Parlement doit se réunir pour réformer la commission constituante et nous l'invitons à commencer par mettre au point des critères (...) garantissant la représentation équitable de l'ensemble des forces sociales et politiques, pour que la commission ne soit pas dominée par un seul courant politique", a-t-il ajouté.

Devant le Conseil d'Etat au Caire, environ 150 personnes ont manifesté pour protester contre la "mainmise" des islamistes sur la commission.

"La Constitution n'est pas une question de majorité. L'Egypte restera un Etat civil", proclamait une pancarte, tandis que des manifestants criaient : "Il y en a deux à qui on ne peut pas faire confiance: l'armée et les Frères" musulmans.

Un Parlement dominé par les Frères musulmans et les salafistes

Ces derniers sont la première force politique d'Egypte depuis qu'ils ont remporté les élections législatives. L'armée quant à elle dirige le pays depuis la chute du président Hosni Moubarak l'an dernier.

Les partis laïques se sont retirés de cette commission, estimant que leur présence ne faisait que servir de caution aux islamistes pour la rédaction d'une loi fondamentale reflétant leurs options politico-religieuses.

La prestigieuse institution islamique sunnite d'Al-Azhar et l'église copte orthodoxe d'Egypte ont aussi décidé de la boycotter, tout comme la Cour suprême constitutionnelle qui a retiré son représentant en invoquant des "doutes et la confusion" sur sa formation.

L'église copte a estimé "inopportun de continuer à être représentée après les réserves de diverses forces politiques sur la façon dont la commission constituante a été composée".

Six mois pour rédiger une loi fondamentale

Les islamistes estiment que cette commission doit refléter la composition d'un Parlement élu au suffrage universel. Les Frères musulmans ont près de la moitié des sièges et les salafistes près d'un quart.

Les laïques réclament en revanche une commission plus équilibrée, redoutant que la mainmise des islamistes n'aboutisse notamment au renforcement de la référence à la charia (loi islamique) dans la législation.

La commission constituante a en principe six mois maximum pour rédiger une loi fondamentale, qui doit être soumise à référendum. 

Une campagne présidentielle sous tension

La suspension de cette commission s'ajoute aux tensions et aux incertitudes entourant l'élection présidentielle, dont le premier tour est prévu les 23 et 24 mai.

Le processus constitutionnel semble désormais avoir peu de chance d'être bouclé avant le scrutin, ce qui fait craindre que les électeurs aient à choisir un président sans connaître l'étendue de ses pouvoirs.

La campagne électorale s'est quant à elle brutalement tendue après les annonces des candidatures controversées d'un haut dirigeant des Frères musulmans, Khaïrat al-Chater, et de l'ancien chef des services secrets de Hosni Moubarak, Omar Souleimane.

L'armée a promis le retour complet à un pouvoir civil une fois élu le futur président. tempsreel.nouvelobs

 

_____________________________________________________________

القضاء الإداري يوقف تشكيل الجمعية التأسيسية للدستور.. ارتياح القوي السياسية لانتصار القانون‏..‏ والإخوان تتعهد بعدم الطعن 

 


في تطور مهم لقضية تشكيل الجمعية التأسيسية لوضع الدستور الجديد‏,‏ قضت محكمة القضاء الإداري بمجلس الدولة بوقف تشكيل الجمعية‏,‏
اشتباكات بين انصار ابو اسماعيل وعدد من المؤيدين للحكم
اشتباكات بين انصار ابو اسماعيل وعدد من المؤيدين للحكم

 

وذلك في الدعاوي القضائية التي أقامها محامون وعدد من أساتذة القانون الدستوري, لوقف قرار مجلس الشعب في هذا الشأن.

 
وتضمن الحكم ـ الذي أصدرته المحكمة في جلستها أمس برئاسة المستشار علي فكري صالح ـ رفض الدفع المبدي

بعدم اختصاص القضاء الإداري بنظر القضية, ووقف تنفيذ قرار مجلس الشعب بتشكيل الجمعية التأسيسية, مع إحالة القضية إلي هيئة مفوضي الدولة لإعداد تقرير بالرأي القانوني في القضية.

 
وأكدت المحكمة, في حيثيات حكمها أن المادة(60) من الإعلان الدستوري, حددت اجتماع مجلسي الشعب والشوري لاختيار100 عضو في الجمعية التأسيسية, لكنها لم تنص صراحة علي مشاركة أعضاء البرلمان بعضوية الجمعية التأسيسية, ولو كان هناك اتجاه لذلك لنص الإعلان الدستوري صراحة علي ذلك.

 
ودعا المهندس خيرت الشاطر المرشح لرئاسة الجمهورية القوي الوطنية للتعاون للوصول إلي أفضل الحلول لعبور هذه الأزمة.

 
وأكد الدكتور محمد مرسي رئيس حزب الحرية والعدالة احترام الحزب الكامل لأحكام القضاء, ونفي قيام الحزب

بالطعن علي هذا الحكم, موضحا أنه ليس طرفا في هذه الخصومة.

 
وقرر الدكتور سعد الكتاتني رئيس مجلس الشعب ورئيس الجمعية التأسيسية تأجيل اجتماعها, الذي كان مقررا عقده اليوم, احتراما لحجية الأحكام القضائية واجبة النفاذ, وإعلاء لسيادة الدستور والقانون.

 
وأكدت قوي ليبرالية وأحزاب التجمع, والمصريين الأحرار, والوفد, والمصري الديمقراطي الاجتماعي أن الحكم يمثل انتصار لصحيح الدستور والقانون.
وقال الفقيه الدستوري الدكتور ثروت بدوي إن القضاء الإداري أبطل تشكيل التأسيسية, لأن قرار تشكيلها إداري وليس من أعمال البرلمان.

 
وأكد الدكتور وحيد عبدالمجيد عضو مجلس الشعب والجمعية أن حل الأزمة يجب أن يكون سياسيا وليس قضائيا, مشيرا إلي أن الأزمة موجودة منذ تشكيل اللجنة, وأن الجهود مستمرة لحلها, ولم تصل بعد إلي طريق مسدود.
وأوضح الدكتور يسري حماد المتحدث الرسمي باسم حزب النور أن الحكم من الأحكام المنعدمة لمخالفته قواعد الاختصاص المتعلقة بالنظام العام, مشيرا إلي أن الأعمال التي تعرض لها مجلس الدولة هي أعمال برلمانية تخرج عن اختصاصاته, وقد استقرت علي ذلك أحكام المحكمة الدستورية, والإدارية العليا.

 
وأكد الدكتور شوقي السيد الفقيه الدستوري أن حكم القضاء الإداري ببطلان التأسيسية يعتبر أول حكم قضائي يواجه الاحتكار والتسلط في ممارسة السلطة, خاصة إذا كان برلمان ما بعد الثورة.
وأشاد الدكتور حسام عيسي عضو ائتلاف الثورة وأستاذ القانون بجامعة عين شمس بإلغاء تشكيل التأسيسية, وذلك بعد أن انسحب منها شخصيات مشهود لها بالوطنية والثورية, وقال: إنه حكم تاريخي من أجل مصر.
ووسط الترحيب بالحكم, نظمت قوي سياسية أمس مسيرة انطلقت من أمام مجلس الدولة إلي مجلس الشعب احتفالا به.

 
وناقش المجلس الاستشاري في اجتماعه أمس برئاسة سامح عاشور قرار المحكمة, وطالب بالاسراع في اصدار إعلان دستوري جديد, بتعديل المادة60, لتحديد معايير الجمعية التأسيسية الجديدة

 

ahram

____________________________________________________________________________

______________________________________________________________

Les Frères musulmans appellent à "protéger la révolution"


Les Frères musulmans, dont le parti domine le Parlement égyptien, ont appelé mercredi leurs partisans à descendre massivement dans la rue vendredi pour dénoncer la candidature de l'ancien chef des services de renseignement d'Hosni Moubarak à l'élection présidentielle.

Omar Souleimane, 74 ans, promu au poste de vice-président pendant la révolution et qui annonça par un communiqué laconique la démission de son ancien mentor le 11 février 2011, a déposé son dossier de candidature le week-end dernier, à quelques heures de l'expiration du délai imparti.

Les islamistes, qui préparent un projet de loi pour exclure de la vie politique toute personne qui a occupé des fonctions officielles pendant les dix dernières années du régime Moubarak, ont aussitôt réagi en appelant les Egyptiens à "protéger la révolution"

"C'est une tentative de la part des vestiges du régime de revenir au système déchu. Ils essaient de contrecarrer la révolution et de restaurer l'ère d'avant le 25 janvier (ndlr: début du soulèvement contre Hosni Moubarak en 2011)", a déclaré le secrétaire général de la confrérie sur le site internet du mouvement islamiste.

La candidature de Souleimane, ennemi juré des islamistes qu'il a combattus pendant plus de deux décennies, a coïncidé avec l'annonce que le candidat des Frères musulmans, Khaïrat al Chater, pourrait être rejetée en raison de deux condamnations à des peines de prison à l'époque d'Hosni Moubarak.

L'avocat de la confrérie a déclaré que le Conseil suprême des forces armées (CSFA) au pouvoir avait effacé le casier judiciaire de Khaïrat al Chater, mais cette annonce n'a pas été confirmée de source officielle.

Une plainte déposée contre sa candidature est en cours d'examen, à six semaines du premier tour du scrutin (23-24 mai). Le parti Liberté et Justice (PLJ) a précisé qu'en cas d'invalidation, il a un candidat remplaçant en réserve.

Chater a qualifié de son côté la candidature de Souleimane "d'insulte pour la révolution".

Les tensions entre les islamistes et l'armée sont aussi alimentées par la décision prise mardi par le tribunal administratif du Caire de geler les travaux de l'Assemblée constituante formée à l'initiative du Parlement, jugée "pas assez représentative" de la société. 
maghrebemergent

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Égypte : Élections _ Constitution
commenter cet article
11 avril 2012 3 11 /04 /avril /2012 05:21

 

Débat sur la violence policière

 

Le ministre tunisien de l'Intérieur Ali Larayedh a été sommé de s'expliquer devant l'Assemblée nationale constituante (ANC) sur la dispersion musclée lundi d'une manifestation dans le centre de Tunis, a annoncé mardi le président de l'ANC, Mustapha Ben Jaafar.

Mustapha Ben Jaafar a appelé à la tenue d'une séance plénière d'urgence sur les "incidents survenus dans les rues avoisinant l'avenue Habib Bourguiba au cours desquels des élus, des militants des droits de l'homme et des journalistes ont été physiquement agressés", selon un communiqué publié mardi. Mustapha Ben Jaafar est également chef du parti Ettakatol (gauche) membre de la coalition au pouvoir dirigée par le parti islamiste Ennahda. http://www.europe1.

 

______________________________________________________________________________

 Le chef d'Ennahdha accuse des "anarchistes staliniens" de vouloir semer le chaos

Le chef du mouvement islamiste tunisien "Ennahdha" Rached Ghannouchi a accusé mardi "certaines parties" qu'il a qualifié d'"anarchistes staliniens", d'être à l'origine des troubles qui opposé dimanche forces de l'ordre et manifestants à l'occasion de la célébration de la journée des martyrs.

"La Tunisie n'est pas menacée par la dictature, mais par l'anarchie", a-t-il lancé lors d'une conférence de presse.

Les heurts au cours desquels la police a violemment repoussé les manifestants, se sont produits notamment sur l'avenue Bourguiba, principale artère de la capitale, interdite aux manifestations depuis près de deux semaines pour cause de troubles à l'ordre public. Ils ont causé de nombreux blessés des deux côtés et conduit à des interpellations dont le nombre n'a pas été précisé.

Rached Ghannouchi a pointé du doigt "des parties qui après leur échec aux élections, empruntent une voie anarchiste stalinienne pour tenter d'obtenir dans la rue ce qu'ils n'ont pas pu avoir par les urnes". Sans identifier les parties visées, il a toutefois précisé qu'il ne mettait pas en cause toute l'opposition "dont certains partis étaient nos alliés".

Le leader du parti islamiste, vainqueur des élections d'octobre dernier, a condamné la violence "d'où qu'elle vienne que ce soit de la police ou des manifestants".

Selon lui, "dans un Etat de droit, personne ne doit imposer le fait accompli", en évoquant les plaintes des propriétaires des établissements commerciaux et touristiques qui se disent touchés par la multiplication des manifestations au centre de la capitale.

M. Ghannouchi a, par ailleurs, rejeté les accusations selon lesquelles des milices d'Ennahdha auraient prêté main forte aux forces de l'ordre pour réprimer les manifestants. tempsreel.nouvelobs


 

______________________________________________________________________________

L'Affaire de l'Avenue Habib Bourguiba : les parlementaires, Ghannouchi...

 

L'Affaire de l'Avenue Habib Bourguiba : le ministre de l'Intérieur

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

___________________________________________________________________

Ennahda mise sur le pragmatisme plutôt que sur la charia

 


Le parti au pouvoir a donné des gages aux laïcs en refusant d’inscrire la loi islamique dans la Constitution, mais ne veut pas pour autant céder le terrain religieux aux salafistes. 


La prière du crépuscule vient de se terminer. Face à une mosquée nichée dans les ruelles de Bab Souika, quartier historique du centre de Tunis, une maison arabe accueille ce soir, dans sa cour intérieure, une réunion des militants de la section locale d’Ennahda. Trois jours plus tôt, le parti islamiste a annoncé qu’il ne défendrait pas l’inscription de la charia dans la Constitution. Sami Triki, jeune cadre du parti, vient faire le service après-vente auprès des adhérents. Beaucoup sont déçus, veulent des explications. «Les cinq premières minutes, j’étais fâché. Puis j’ai compris le truc : sur le fond, je reste contre, mais nous devons respecter la réalité du peuple tunisien», explique Amine, à la sortie de cette réunion. Ahmed fustige la résistance des «zéro virgule», ainsi que beaucoup d’islamistes désignent leurs adversaires de la gauche laïque, pour railler leurs scores aux élections et leur contester toute légitimité populaire. Mais, juge-t-il aussi, «peut-être qu’il y a des mots qu’il ne faut pas dire directement. Cela peut blesser dans leurs croyances ceux qui n’ont pas voté Ennahda». «Les responsables [du parti, ndlr], ils sont plus rationnels que nous, on respecte leur décision. Nous, on insiste pour mentionner la charia, on est un peu sentimentaux», explique Taoufik Missaoui, diplômé, chômeur, quadragénaire et affable bénévole de la section. 


Ménager. Surprise par la vivacité de la réaction de sa base, Ennahda a lancé une vaste série de rencontres, auprès de ses adhérents, mais aussi des électeurs. La décision n’est pourtant que la confirmation de ses engagements de campagne : jamais le parti n’y a défendu la mention de la charia. Le maintien de l’article 1er de la Constitution de 1959, autre engagement fort qui a été renouvelé la semaine dernière, figurait en tête de son programme. «La Tunisie est un Etat libre, indépendant et souverain : sa religion est l’Islam, sa langue l’arabe et son régime la République», énonce l’article. Une formule habile mais ambiguë, mijotée par Habib Bourguiba pour ménager les diverses sensibilités. Elle fait toujours l’objet d’un large consensus au sein de la classe politique. 

L’annonce vient surtout clore plusieurs semaines de tensions. Tout au long du mois de mars, partisans et opposants à la charia se sont jaugés dans la rue, manifestant en alternance. Le conflit à la faculté de la Manouba, où étudiants salafistes et professeurs laïques s’affrontent sur le port du niqab, n’en finit plus d’alimenter la chronique. Depuis les élections, les fondamentalistes redoublent d’activisme. Plusieurs événements ont inquiété : affrontements entre la police et un groupe de jeunes radicaux armés dans un village du sud, tournée houleuse d’un prédicateur égyptien ultra-radical, velléités des salafistes de se comporter en milice dans certains endroits… 

La pression des radicaux a ainsi poussé Ennahda à remettre le débat sur le métier en interne. Des cadors du parti se sont publiquement prononcés pour une mention de la charia, ou au moins d’un ersatz. Tel Sahbi Atig, chef de file des députés nahdaouis : il a défendu, au nom du groupe, la «nécessité de faire une référence à l’islam comme source de loi», a-t-il expliqué à Libération. Finalement, la choura, la plus haute instance du parti, à la base de sa reconstitution après la révolution, a tranché : 53 de ses membres ont voté contre la mention de la loi islamique, 13 pour, et sept se sont abstenus, a détaillé le parti dans un souci de transparence. 

«Certains Tunisiens ont peur de la charia, d’autres sont prêts à mourir pour elle. Nous ne voulons pas ajouter d’éléments qui divisent la société. Si les Tunisiens sont tous d’accord sur la place de l’islam dans l’Etat, cela suffit», a justifié Rached Ghannouchi en conférence de presse. Le leader du parti a toutefois pris garde à défendre la charia, «dont découlent déjà la plupart des lois tunisiennes», a-t-il expliqué. Avant d’ajouter : «Les craintes sont causées par une mauvaise application de la charia, comme en Afghanistan. Certains pensent qu’elle se réduit aux châtiments corporels. Mais l’islam, c’est toute une justice, le pardon, l’égalité, la liberté, la fraternité, les sciences», a-t-il fait valoir, mettant en exergue le «refus catégorique des élites», sans qui «le processus démocratique ne peut réussir». 

Sans crier victoire, le camp progressiste a salué la décision. «Elle montre que les leaders défendent leur conviction qu’Ennahda n’est plus un mouvement religieux, mais un mouvement politique civil. Dans l’histoire du parti, qui a toujours été attaché à la charia, c’est un pas important», note le politologue Slaheddine Jourchi, compagnon de route des premières heures du mouvement. Revenir sur les engagements de campagne aurait fait voler en éclat la coalition gouvernementale qui associe Ennahda et deux partis de gauche. Toutefois, «dans le cas où cela deviendrait une demande populaire, Ennahda n’a pas définitivement fermé la porte à la charia», s’inquiète Samy Ghorbal, journaliste et essayiste proche de l’opposition, soulignant néanmoins que «ce qui compte pour le moment, c’est la Constitution». 

«Tribune». Cette question épineuse réglée, les travaux de l’Assemblée constituante vont être facilités. Le parti de Ghannouchi prend en revanche le risque de s’aliéner une fraction de la famille islamiste, notamment les salafistes. Ennahda cherche pourtant à entretenir de bonnes relations avec une partie d’entre eux. Avec les salafistes djihadistes, la rupture, latente jusque-là, est consommée. Ridha Belhadj, le porte-parole du parti Ettahrir, mouvement islamiste radical mais non violent, a critiqué dans le Quotidien les objectifs d’Ennahda taxés de «flous, vagues et très flexibles». Ce groupe s’était vu refuser sa légalisation l’an dernier. Il envisage de la solliciter à nouveau et de concourir aux élections, où il pourrait siphonner les voix des déçus de la modération d’Ennahda. 

Habib Ellouze, éminence du parti au pouvoir, a défendu l’inscription de la loi islamique. Il redoute désormais que «l’abandon de la charia à des gens qui n’ont pas les compétences laisse la porte ouverte à l’extrémisme». Ennahda entend donc reprendre la main dans le discours religieux. Responsable de la communication du parti, Nejib Gharbi, déplore que «les gens modérés n’aient pas de tribune pour proférer leurs idées, alors que les salafistes les plus rigoureux ont moult chaînes satellitaires». Le ministère des Affaires religieuses, qui a recensé 400 mosquées gérées par les salafistes, prépare un plan pour renforcer le contrôle de l’Etat. «Nous allons ouvrir les médias à un débat national sur la religion, détaille aussi Walid Bennani, député de Kasserine. Nous allons organiser des leçons dans les mosquées. Nous allons encourager les savants malékites [l’école d’interprétation de l’islam dominante en Tunisie, considérée comme modérée, ndlr] à aller dans les bastions d’imams radicaux.» Rached Ghannouchi en personne a entamé une tournée des lieux de culte pour délivrer des leçons religieuses. 

Congrès. A Bab Souika en tout cas, les militants considèrent le renoncement à la charia comme un simple repli tactique. La bataille, se disent-ils résignés, se joue ailleurs que dans la Constitution. «On ne peut pas imposer la loi musulmane dans une société qui ne l’accepte pas, juge ainsi Abdelatif Jemmali, magistrat de profession. Il faut travailler à une prise de conscience, sur la longueur, construire d’abord une conception de la charia qui soit acceptable par tous.» Convaincre les Tunisiens du bien-fondé de la loi islamique, une stratégie endossée par le parti ? «Peut-être, lâche laconiquement Habib Kheder, l’un des faucons d’Ennahda, élu au poste-clé de rapporteur de la Constitution. Cela peut être une action d’ordre social, mais ça ne sera pas pour la Constitution. On compte adopter un texte qui ne sera pas modifié pendant des décennies.» 

«Ghannouchi et ses amis croient que, s’il y a un changement profond dans la société tunisienne, si dans cinq ou dix ans elle est devenue mûre pour la charia, alors le mouvement pourra défendre cette position», accuse l’essayiste Slaheddine Jourchi. Ennahda, qui a fait la preuve de son pragmatisme en renonçant à la charia, reste tiraillé entre sa base et sa responsabilité politique. La prochaine épreuve sera son congrès, prévu en juillet. Le premier depuis la révolution : le parti a pris soin de ne pas trop s’ouvrir, pour contrôler sa ligne. «Il n’y aura pas de changement de cap», promet Nejib Gharbi. «Il sera houleux, prévoit Slaheddine Jourchi. Il y aura des
contradictions pour élaborer les lignes directrices du parti.» atlasinfo
_________________________________________________________________________________________
_____________________________________________________________________
Entretien avec le député islamiste au parfum intégriste, Chourou


 

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Tunisie : Gouvernement Hamadi Jebali
commenter cet article

Présentation

  • : thala solidaire.over-blog.com
  •  thala solidaire.over-blog.com
  • : ThalaSolidaire est dédié à la ville de Thala, ville phare de la Révolution tunisienne. Thala est une petite agglomération du centre-ouest de la Tunisie. Elle est connue pour son histoire antique, ses sources, ses carrières de marbre, devenues une sorte de tragédie écologique et économique, sa résistance et sa misère. Thala solidaire a pour objectif de rassembler toutes les voix INDIGNÉES pour donner à cette terre ainsi qu'à toutes autres terres un droit à la vie et à la dignité…
  • Contact

Recherche

Vidéos

Catégories