Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 15:14

FILE0876-copie-1.jpg

توافدت قوافل المساعدات و الإعانات من مختلف الجمعيات في محاولة للتخفيف من وطأة الوضع المتردّي الذي يعيشه أهالينا في تالة, و الذي يقوم بمثل هذا العمل لابد أن يحمل قلبا كبيرا يضخ حبا ومودة وعطفا وإنسانية لكل الناس، لكن إلى متى سنبقى تعوّل على مثل كذا مساعدات خاصة إذا علمنا أن المشكلة في تالة ليست في كوننا نعيش الفقر و الجوع و البرد فكل هذا تعوّدنا عليه منذ القديم المشكلة الحقيقية تكمن في تنمية  تلبي احتياجات المجتمع حاضرا  ودون المساس بقدرة الأجيال القادمة.

مشكلة تالة هي أنها عانت من نظم ديكتاتورية عمّقت الأزمات و كـرّست مقولات:

 " لا تجوّعوهم ولا تشبعوهم " مشكلتنا في أننا نعيش ضمن عدم توازن بين الجهات، تالة غنية بثرواتها و برجالها و بأفكار قادرة على الاستنباط و سواعد منفّذة 

      Merci Fadhel et bon courage pour vos interventions à Thala ! 

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Thala [RÉGIONS] _Kasserine_Gafsa_S. Bouzid_ Silian
commenter cet article
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 05:17

Un gouvernement sans État de droit


431487_247168895361088_240218602722784_569571_1797193545_n.jpg

Monsieur le Président par les enfants de Thala

 

Au moment où notre gouvernement s’occupe de grandes causes comme, l’expulsion d’un ambassadeur qui n’existe même pas, semble-il, la construction d’un grand Maghreb islamiste, la fusion avec la Libye, l’obtention d’«une aide frère» qatarie au taux d’intérêt de 2,5%, les ventes de Palais présidentiels, l’amnistie de milliers de prisonniers, y compris le pédophile, frère du ministre de la Justice, l’appel au meurtre des grévistes et des sit -neurs au nom d’Allah, la représentation de la Tunisie au forum de Davos par la «Sainte Famille»…

Au moment où tout cela se trame, la neige tombe … Et plusieurs régions tunisiennes, dont Thala, s’enfuissent dans le froid et l’isolement sans que le coup de main de ``droit`` de notre gouvernement bigote ne vienne leur octroyer aide et protection…

Dans le cas de Thala, en l’absence remarquée du gouvernement, c’est l’association Thala Solidaire qui a sonné l’alarme et ce sont ensuite les associations El Kolna Twensa, le Pacte Tunisien, etc qui se sont jointes à elle pour prendre en charge l’organisation, le collecte et la distribution des biens essentiels même dans les coins les plus reculés de la région de Thala.

Je tiens à remercier toutes ces ONG ainsi que toutes les citoyennes et tous les citoyens tunisiens pour leur coup de main… Ci-dessous quelques photos de cette ambiance de solidarité.    

Noureddine Bourouga Mnasri

___________________________________

401322_292296200824448_1204329516_n.jpg

Les «botte de neige» d'une  fillette de 15 ans  Bouthaina Saihi قاطعت الانتخابات وانا تماما اعي ان من ارتمى في احضان العدو الامريكي الصهيوني لا يمكن ان ينتصر لقضايا شعبه وهذه الصورة لا تدعو الا الى ضرورة استكمال المسار الثوري

424066_289031701150898_100001322120447_711130_1975101059_n.jpg

393974_292307720823296_100001322120447_717949_670752164_n--.jpg

Bint Thala اولاد تالة الابطال ما هوش غريب عليكم خرجتو في هاك البرد القاسي باش تعملو الي تقدرو عليه حتى اني متاكدة انكم موجوعين من اعانات الجمعيات الي ماهي الا حلول وقتية وما تقضيلنا شىء اما ما عنا حتى بديل مادامنا تحت ظل حكومة فاشلة وانتهازية اشد على اياديكم مرة اخرى

417344_292305440823524_100001322120447_717929_2040877632_n.jpg

399853_2938840122983_1620565352_2558253_2024260148_n.jpg

توافدت قوافل المساعدات و الإعانات من مختلف الجمعيات في محاولة للتخفيف من وطأة الوضع المتردّي الذي يعيشه أهالينا في تالة، و الذي يقوم بمثل هذا العمل فلا بد أن يحمل قلبا كبيرا يضخ حبا ومودة وعطفا وإنسانية لكل الناس، لكن إلى متى سنبقى تعوّل على مثل كذا مساعدات خاصة إذا علمنا أن مشكلة تالة ليست في كوننا نعيش الفقر و الجوع و البرد فكل هذا تعوّدنا عليه منذ القديم المشكلة الحقيقية تكمن في تنمية  تلبي احتياجات المجتمع حاضرا  ودون المساس بقدرة الأجيال القادمة.

 

مشكلة تالة هي أنها عانت من نظم ديكتاتورية عمّقت الأزمات و كـرّست مقولات:

 " لا تجوّعوهم ولا تشبعوهم " مشكلتنا في أننا نعيش ضمن عدم توازن بين الجهات، تالة غنية بثرواتها و برجالها و بأفكار قادرة على الاستنباط و سواعد منفّذة 

Fadhel Rawafi, témoignage de Thala 

400154_292297014157700_100001322120447_717895_2073025730_n.jpg

426727_292297740824294_100001322120447_717897_1542781181_n-.jpg

395789_292309064156495_100001322120447_717955_443054786_n.jpg

432280_292307177490017_100001322120447_717941_959704438_n.jpg

432254_292308634156538_100001322120447_717953_1247760791_n.jpg

404809_292306457490089_100001322120447_717936_1094168964_n.jpg

401296_292289407491794_100001322120447_717884_792740889_n.jpg

Bravo Nabil !

431429_292295090824559_100001322120447_717891_1206073112_n.jpg

417303_292305817490153_100001322120447_717931_220240422_n.jpg

430646_292306924156709_100001322120447_717939_1659966504_n.jpg

421338_289028877817847_100001322120447_711121_1958745518_n.jpg

422075_292295674157834_100001322120447_717892_1520750918_n-.jpg

425959_289032354484166_100001322120447_711132_164533600_n.jpg

429692_289029494484452_100001322120447_711123_1990979032_n.jpg

429125_289030824484319_100001322120447_711128_115573407_n.jpg

428670_289029984484403_100001322120447_711125_771184482_n.jpg

 

________________________________

_____La réponse irresponsable et inexacte de Mohamed Selmane,  ministre de l'Equipement 

________________________________________________________

Mohamed Selmane : les habitants des zones sinistrées sont habitués à la neige

BN4552med_salmane1211.jpg

Mohamed Selmane, ministre de l'Equipement a appelé les citoyens à la prudence, à prendre les précautions nécessaires et surtout à limiter leurs déplacements vers les zones enneigées.


Le ministre a indiqué que depuis 48h, son ministère est sur le pied de guerre pour le déblayage des routes des 4 gouvernorats les plus touchés par ces intempéries : Jendouba, le Kef, Siliana et Kasserine.
A Kasserine, la neige s’est accumulée dans les zones frontalières dont notamment la région de Bou Chabka, où plusieurs efforts ont été fournis pour le déblayage de la route n°15. Globalement la situation a été maîtrisée, a expliqué le ministre, sauf à Aïn Drahem où la présence de citoyens, venus admirer le paysage, a compliqué les travaux de déblayement car leurs véhicules ont entravé le passage des chasse-neiges et des équipements du ministère.

En outre, M. Selmane a précisé que le ministère de l'Equipement coordonne avec le ministère de la Défense, celui de l’Intérieur et avec la protection civile pour assurer l’approvisionnement des zones enneigées en nourritures et en hydrocarbure et pour débloquer les véhicules piégés par la neige.

Déjà la nuit dernière, des personnes bloquées ont été acheminées vers le complexe sportif ou vers des hôtels. Concernant les mesures d’urgences prises en faveur des habitants de la région, Mohamed Selmane a expliqué que ces derniers étaient habitués à la neige et que si on assure le non-isolement de la zone enneigée par le déblayage des routes, les habitants sauront se débrouiller seuls.

source businessnews

______________________________________________________________________

 

Quelques images de Thala sous la neige... 

_____________________________

Tunisian Charity Efforts Respond to Recent Snowfall in Kef and Thala



 

Layers of snowfall in Thala

Following the cold front that has hit the western and northwestern regions in Tunisia, now covered in white layers of snow, various relief efforts are taking place in order to support citizens in need.

Heavy snowfall and low temperatures have caused significant difficulties for the inhabitants of the governorate of Kef and Thala, a town in the governorate of Kasserine.

“Mt. Chaâmbi is all covered with snow. It has been freezing since Sunday,” said Basma Mokademi, a resident of Kasserine.

Nour Al Houda from Thala stated that due to the snow, power went out since 6:30am on Sunday, and that it was only until 2:00pm that power was restored. “Snow has been falling for a consecutive 16 hours on January 29th. A team from the electricity company (STEG) took care of the situation though. Electricity was back by the afternoon.”

Al Houda, who is involved with the Thala Solidaire [Thala Solidarity] association, confirmed that there was also a gas shortage since the only gas provider in town did not receive any refills until Tuesday.

The snow level reached over 30 centimeters. “We are well used to the snow and hard climate conditions. We are trying to provide help needed as well – but that is not the point. This is a call for the government to introduce more radical solutions. We want regional development and jobs so that we can afford such living necessities,” added Nour Al Houda.

Most of Thala’s inhabitants lack basic needs such as heating, especially those isolated by the snow in rural areas due to blocked roads. Slim Briki, secretary general of “Thala Solidaire,” confirmed that there are several other associations, such as El Kolna Twensa and Le PaCTE Tunisien, helping them collect material donations for Thala inhabitants who are in need.

“We started our call for help on our Facebook page. Since then, volunteers have been contacting me non-stop. We collected covers, food, medicine, and clothes. The amount of help received is impressive. We will be heading to Thala on Sunday, February 5th, and go by Kef as well, which has also been detrimentally impacted by the snow,” said Briki.

Abdel Razzek, who is also from Thala, mentioned that the national meteorological center should provide more accurate weather forecasts so that inhabitants can adequately prepare. “They said that the temperature would be going up again; however, it is only 11:00am now and it is 0° Celsius. They said that snow fall reached 13 centimeters. But it is between 35 and 40 cm!”

Thala Solidaire is an association that was founded in May 2011 and is composed of 19 members who are originally from Thala, living in either Thala or Tunis.

tunisia-live

 

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Thala [RÉGIONS] _Kasserine_Gafsa_S. Bouzid_ Silian
commenter cet article
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 09:20
 
Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Arts _Culture (Chansons de la Révolution - contest
commenter cet article
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 06:10

Les "indignés" de Washington ont été délogés

Le campement du mouvement "Occupy" installé dans un parc de Washington, non loin de la Maison Blanche, a été démonté samedi par la police. Il s'agissait de l'un des tout derniers bastions visibles de la protestation anticapitaliste aux Etats-Unis depuis l'évacuation du square Zuccotti à New York.

 

La police de Washington évacuant un campement du mouvement "Occupy" (4 février 2012)

Les premiers manifestants s'y étaient installés début octobre, au plus fort du mouvement parti de Wall Street pour protester contre les inégalités des revenus et l'avidité des firmes américaines. Devant cette intervention annoncée de la police, environ 200 manifestants ont regardé le lent démontage du campement tout au long de la journée, scandant des slogans mais sans opposer de résistance. Les manifestants avaient dans la matinée replié eux-mêmes une grande "tente des rêves" érigée en début de semaine au milieu du campement. D'autres tentes ont également été démontées à Freedom Plaza, autre emplacement où s'étaient réunis des campeurs du mouvement "Occupy".

 

"Il va y avoir de plus en plus de tentes"

Un responsable de la police a eu beau tenter d'amadouer les protestataires, en leur annonçant : "Nous ne sommes pas ici pour vous expulser", mais pour vérifier que les manifestants se conforment aux règles ; néanmoins, du côté des militants, le discours ne passait pas. "Nous sommes expulsés, mais cela va se savoir et nous allons revenir plus forts que jamais", promettait une campeuse. Un autre militant, âgé d'une trentaine d'années, qui regroupait ses affaires pour aller les porter dans une église voisine, espérait revenir et assurait : "il va y avoir de plus en plus de tentes. Elles vont se multiplier". Pendant qu'un autre, amer, commentait : "Si le gouvernement américain faisait respecter les lois sur les banques aussi bien que le règlement sur ses parcs, nous ne serions pas ici".

En début de soirée, des échauffourées ont éclaté mais le campement a été presque entièrement vidé. La police a fait état de huit arrestations. Un policier a été blessé au visage. Les manifestants ont déclaré que l'un d'eux avait été frappé jusqu'à en perdre connaissance. La police n'a pas confirmé.

Inspiré du mouvement espagnol des Indignés, le mouvement Occupy avait été lancé le 17 septembre dernier à New York, où des militants s'étaient installés dans le parc Zuccotti, avant d'essaimer aux Etats-Unis et dans d'autres pays. Les interventions des forces de police en novembre et décembre ont rendu le mouvement moins visible, même si le thème de la répartition des richesses a trouvé un écho dans la campagne en vue de l'élection présidentielle du 6 novembre prochain. Les autorités, longtemps bienveillantes, ont montré récemment des signes d'agacement devant la persistance du mouvement à Washington, dernier bastion visible de la protestation depuis l'éviction des militants du square Zuccotti. Les premiers avis du National Park Service avaient été distribués il y a huit jours aux manifestants : ils indiquaient que "tout le matériel" de camping (tentes pour dormir, sacs de couchage, réchauds, etc.) devait être enlevé sous peine d'arrestation et de saisie des biens.

sourc .tf1.

_______________________________________________________

Occupy à Washington n'est «pas terminé»

 

Dimanche matin, la police avait continué à nettoyer... (Photo: Reuters)

Dimanche matin, la police avait continué à nettoyer le square McPherson, où ne restaient plus en fin de matinée qu'une trentaine de tentes vides. PHOTO: REUTERS


Les manifestants d'Occupy de Washington, dernier bastion du mouvement anticapitaliste, assuraient dimanche que leur action n'était «pas terminée» malgré deux opérations de police pendant le week-end sur les deux lieux de protestation de la capitale américaine.

 «Cette occupation est loin d'être terminée. On ne peut expulser une idée dont l'heure est arrivée», affirmait sur son site internet le mouvement, dernier bastion visible de la protestation depuis l'éviction des militants du square Zuccotti à New York.

Dimanche soir, les deux sites occupés depuis octobre par les manifestants anticapitalistes de Washington - le square McPherson et Freedom Plaza, tous deux près de la Maison Blanche - avaient été vidés de toute affaire (sacs de couchages, matelas, etc) pouvant permettre de dormir sur place.

Après avoir quasiment démantelé samedi le campement du square McPherson occupé depuis le 1er octobre, la police a mené dimanche la même opération sur Freedom Plaza.

Il s'agissait dans les deux cas de vérifier que les campeurs respectaient le règlement du National Park Service qui gère les parcs de la capitale, et interdit le camping.

«Si les gens respectent les règles, les tentes peuvent rester en place», a indiqué à l'AFP David Schlosser, porte-parole de la police du National Park Service (NPS).

Onze personnes ont été interpellées samedi et une douzième qui menaçait les policiers dimanche, a indiqué David Schlosser.

Dimanche soir, une centaine de protestaires étaient revenus sur le square McPherson où une trentaine de tentes restaient en place, telles qu'une librairie ou une «université».

Une assemblée générale s'est tenue en fin d'après-midi, à la fois pour organiser la nuit des manifestants dans les églises voisines, des veillées possibles sur place ou évoquer des actions à venir, à Washington ou dans le pays.

«Nous allons maintenir la présence policière nécessaire», a indiqué de son côté M. Schlosser sans plus de détails.

Pendant la journée, des techniciens du NPS en combinaisons et masques de protection avaient fouillé les tentes de Freedom Plaza, en démontant une dizaine, alors que des dizaines de policiers contrôlaient des barrières montées pour tenir les occupants à distance.

La police avait également continué à nettoyer le square McPherson, où ne restaient plus en fin de matinée qu'une trentaine de tentes vides.

Des «centaines» de rats vivants ou morts ont été repérés, a indiqué à l'AFP un des techniciens du NPS, au milieu des matelas, bâches et autres palettes de bois qu'une dizaine de personnes s'occupaient à jeter dans un camion-poubelle.

Samedi à l'aube, des dizaines de policiers avaient pris position sur le square lors de l'une des plus importantes démonstrations de force des autorités contre les protestataires, jusque-là acceptés.

Le NPS avait distribué il y a dix jours un «avis» aux manifestants indiquant que «tout le matériel» de camping (tentes pour dormir, sacs de couchage, réchauds, etc.) devait être enlevé sous peine d'arrestation et de saisie des biens.

Le NPS n'empêche pas les protestataires de manifester mais ne veut pas qu'ils campent et dorment sur place, disait en substance l'avis.

source cyberpresse


________________________________________

 DC: Regroup and Resist!

At 4pm on Sunday, Feb 5th, the day after an excessively forceful eviction, Occupy DC will regroup at the south lawn of McPherson Square to do what makes it strong – communal decision-making as a general assembly.

Topics of discussion will include the question of what Occupy DC will look like with less of a presence in McPherson Square, using lessons from other occupations as jumping off points. We may also discuss community outreach, upcoming direct actions and sleeping arrangements for those who were displaced by the National Park Service.

A lot of new people took interest in Occupy DC during the eviction. We hope to see all of you at GA.

This occupation is far from over. They can’t evict an idea whose time has come. occupydc

 

______________________________________________________

Journées du 11 et 12 février à Locarn , Centre Bretagne

Discutions de 10h00 à 18h00 puis création de groupes de travail sur certains sujets
A partir de 21/22h débats libres
Lire la suite

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Indignés (les) _ Idle No More
commenter cet article
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 03:40

Habib Khedher, représentant d’Ennahdha à l’Assemblée Constituante et rapporteur général de la commission chargée de la rédaction de la Constitution..

 

 

____________________________

 

La pseudo-démocratie d'Ennahdha : Une constitution basée sur la chariaa

 

 

 

 

Une démocratie ou une pseudo-démocratie ? C’est la question que se poseraient aujourd’hui la communauté civile, les opposants, et les tunisiens en général, après une fuite qui aurait projeté les lumières sur une "constitution" préparée par le parti islamiste d’Ennahdha. En effet en consultant cette proposition, n’importe quelle personne se rend compte que M. Ghannouchi et les leaders du parti concerné, n’imaginent la constitution du pays que de leur propre point de vue. Prenons comme exemple illustratif les articles qui ont fait scandale dans cette dite "constitution", l’on remarque que :

 
-    Article n° 10 : La chariaa est la source principale de la législation.

 

-    Article n° 20 : Garantir la liberté de penser, d’expression et de la presse tout en respectant les symboles vénérés de chaque peuple et/ou religion.

 

-    Article n°32 : La loi du travail garantit le droit de pratiquer les rites religieux, qui ne doivent pas être au détriment de l'obligation professionnelle.

 

-    Article n° 43 : Afin de préserver le droit du citoyen à effectuer des rituels religieux, sans surcharge, la loi fondamentale du budget du Trésor crée un fonds spécial, au sein même du budget de l'Etat, où sont réunis les fonds de la Zakat. Ces paiements sont calculés pour évaluer la taxe due pour chaque personne qui souhaite s'acquitter de l'obligation de la Zakat selon la chariaa islamique.

 

-    Article n°126 : Le Conseil suprême islamique est une institution constitutionnelle indépendante qui émit des fatwas selon la loi islamique.

 

Ce qui attire l’attention dans ce projet est qu’il est trop centré sur l’application de la chariaa islamique ; ce gage de respect présumé envers les autres religions et idéologies ne pourrait jamais être honoré si par exemple il y aurait un conseil pour les fatwas. En outre, cette annonce de la garantie des libertés de pensées et de l’expression, n’en serait pas vraiment une si l’on considère qu’une œuvre réalisé a touché à une religion ou un symbole religieux ; d’autant plus que les genres des dépassements ne sont pas énumérés et délimités, et les degrés des sanctions ne sont pas définis. Par ailleurs, si l’on commence à limiter la création artistique, la critique et l’art en général ; on risque de sombrer peu à peu dans une nouvelle dictature. En effet, le premier pilier fondateur de la démocratie est la liberté de l’expression, de la pensée et de la pratique d’une religion quelle qu’elle soit.

 
Sur un autre plan, ce qui nous pousse à décrire le projet nahdhaoui de pseudo-démocrate c’est surtout le premier article qui note que la législation devrait s’inspirer de la chariaa. Mais est ce que l’on peut, de nos jours, écrire des lois à partir de la chariaa islamique, surtout que "al-ijtihad" dans l’interprétation et  la compréhension des textes religieux n’a pas vraiment progressé depuis des siècles. Et nous avons tous vu où a conduit l’application de la chariaa dans tout le reste du monde arabo-musulman ; nous en citons à titre d’exemple les faits ci-dessous :

 
-    L’interdiction de conduire des véhicules pour les femmes en KSA. Et une fatwa aurait déclaré que cela encouragerait les comportements pervers, et même priver  la femme de  sa virginité.

 
-    Mis à part la Tunisie, au 21ème siècle, dans tous les pays arabes la polygamie est acceptée. De même une femme n’a aucun droit (par exemple n’a pas le droit de demander le divorce dans le cas où elle le voudrait, comme il en est d’usage en Egypte).

 
-    Appliquer la chariaa signerait l’arrêt de mort de tous les arts connus, et on se rappelle la destruction des statues bouddhistes vers mars 2001 en Afghanistan sous prétexte d’application de la chariaa.

 
Il y a des milliers d’exemples partout dans le monde.  Ainsi, nous pourrons espérer que le chant, la peinture, la sculpture, surtout les œuvres qui dessinent les êtres humains soient bannis; parce que dans la chariaa, dessiner ou sculpter un être humain serait considérer comme se conférer l’acte de création de Dieu. 

En plus, faut-il rappeler que la Tunisie est un pays doté d’une exception inouïe. En premier lieu, c’est un pays très proche de l’Europe, et du coup, les tunisiens sont très ouverts sur plusieurs autres cultures ; et adoptent donc un mode de vie très modernisé. En deuxième lieu, annoncer qu’écrire les lois devrait s’inspirer de la chariaa, montre une dénégation, voire un refus et une exclusion des communautés juives, chrétiennes ou autres. Parce qu’une loi est appliquée sur tous les citoyens d’un même pays, cette manière de l’écrire va dans le sens d’obliger les autres non musulmans à vivre selon nos croyances en tant que musulmans. Nous rappelons encore que ceux dont on parle sont eux aussi des tunisiens et ont le droit de vivre dans leur pays. Et y vivre sans avoir à appliquer une loi inspirée de la chariaa comme par exemple aller à la mosquée pendant les prières, ou payer la Zakat. Ne nous dites surtout pas que vous allez faire des lois pour les musulmans et d’autres pour les non musulmans. La Tunisie compte un seul peuple unit et cohésif.

 
Nous vivons déjà depuis quelques mois sous la terreur  du comité des mœurs (هيئة الأمر بالمعروف و النّهي عن المنكر) de l’émirat de Sejnane et des personnes pro-islamistes qui viennent perturber les sit-in et les marches pacifistes. Nous sommes témoins du rapport de la Ligue Tunisienne des Droits de l’Homme qui  a dénoncé une régression dans les libertés et les droits humains. 

 
Je vous rappelle la citation d’Antoine De Saint-Exupéry qui a dit : « Si tu diffères de moi, frère loin de me léser, tu m’enrichis ».

 
Ô, leaders du parti Ennahda ! Messieurs Rached Ghannouchi, Hammadi Jbèli, Samir Dilou, Sadok Chourou et bien d’autres, arrêtez cette mascarade antipatriotique. N’oubliez pas que, avant les élections de la constituante, vous avez déclaré représenter un parti civil (حزب مدني). Je vous parle au nom de cette richesse qui a distingué le peuple tunisien, au nom de cette merveilleuse cohabitation harmonieuse entre musulmans, chrétiens, juifs, berbères… Arrêtez ces déclarations choquantes dont vous nous faites part de temps à autre. Soyez fidèles à vos promesses, et n’oubliez pas votre vrai objectif, celui d’écrire une constitution dans le cadre d’une assemblée formée de plusieurs autres partis non pas seulement d’Ennahdha ; et, de céder votre place à ceux qui viendront après vous. Arrêtez certains de vos discours non patriotiques. La Tunisie est le pays des richesses, de la diversité ; celui du travailleur et de  l’intellectuel, du pauvre et du riche… Le pays de tous les Hommes et de toutes les tendances.

 
Vive la liberté, vive la patrie, vive la Tunisie.

 par   Haïthem KHAMASSI

source tiwinoo

____________________________________________________

 

Rencontre entre nahdhistes et salafistes

Leur obssession : État théocratique... 

 

 

 

____________________________________________________

Modamed Hammami, un visage de l’islamisme radical, bientôt en Tunisie

Modamed Hammami, un visage de l’islamisme radical

Mohamed Hammami, imam de sa propre mosquée « Omar Ibn Khattab » à Paris dans le XIe-connue pour être le nid des islamistes radicaux sera, probablement bientôt chez nous en Tunisie. On reproche au cheikh, âgé de soixante dix sept ans, des prêches à caractère « anti-sémite » et incitant à la violence envers les femmes. Selon M.Hammami, une femme qui « fornique » hors mariage doit être fouettée ! Bien entendu, souvent en pratique, les hommes ne sont pas concernés par ce genre de punition de la chariaa . Il aurait aussi appelé « à ne pas placer l’argent dans les banques » car cela « profite aux juifs ». M.Hammami engage également ses fidèles à : « prier pour les jihadistes injustement tués par balles » rapporte le porte parole du ministère de l’intérieur (RFI).

Au fil des années la mosquée du cheikh sise au 79 rue Jean Pierre Timbaud au XIe arrondissement a acquit la « pacifique réputation », celle de “sas du terrorisme” en France. Claude Guéant, ministre de l’intérieur français a annoncé, lundi 23 janvier, qu’il mettrait en place une procédure d’éloignement. Ainsi le 7 février prochain, le cas du cheikh Mohamed Hammami sera examiné par la commission d’expulsion, vers la Tunisie !

 

Biographie d’un intégriste : « La chariaa est la solution »

Mohamed Hammami, a été pendant plusieurs années représentant du mouvement extrémiste Tabligh en France, ce mouvement jugé « rigoriste et ultraorthodoxe » par Samir Amghar. La mosquée abritait dans les années 1990 des filières de recruteurs djihadistes selon Le Figaro. Ainsi Samir Amghar explique que ce mouvement extrémiste était un « sas du terrorisme ». Fief d’une branche des islamistes du Tabligh (Jama’at al tabligh), un mouvement très prosélyte originaire du Pakistan implanté en France depuis 1968, la mosquée en question a aussi constitué une base pour les GIA algériens (source anonyme). Il convient de voir que le mouvement extrémiste Talbigh est représenté au Conseil francais du culte musulman et que Mohamed Hammami était le 23 Septembre 2010 à l’Elysée, il faisait partie des représentants du culte musulman.

 

Les islamistes radicaux ne sont pas les bienvenus dans une République

Le Cheikh Hammami aurait une conception de l’islam contraire aux valeurs de la République, selon Pierre-Henry Brandet. Cela justifierait une mesure d’expulsion. Sur 145 mesures d’éloignement d’islamistes, 34 concerneraient des imams ou des prédicateurs. Elles se fondent sur l’article L 521-3 du Code d’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile. Le texte évoque : « des actes de provocations explicite et délibérée à la discrimination, à la haine ou à la violence contre une personne déterminée ou un groupe de personnes ».

 

Claude Guéant ignore-t-il ce que signifie « antisémite » ?

En cause des prêches particulièrement radicaux et antisémites, Claude Guéant voudrait mettre en place des procédures « d’éloignement » de M.Hammami mais cet homme peut-il vraiment être « antisémite » ? Il est communément admis aujourd’hui en France que le mot anti-sémite renvoit à « anti-juif ». Nonobstant, ceci est une usurpation du référent linguistique. En effet, étymologiquement, les peuples sémites sont les Araméens, les Assyriens, les Babyloniens, les Cananéens (y compris les Hébreux) et les Phéniciens. Cependant, à notre époque, ce mot aurait perdu ses premières significations pour concerner uniquement Juifs et les Arabes, notamment les Tunisiens qui se sont mêlés à eux depuis des siècles.

Dire que l’imam a proféré des propos antisémites ne sied donc point à la situation puisque le terme « anti-juif » serait dans ce cas plus adéquat. Cette erreur de langue, souvent reprise dans les médias étrangers, traduirait éventuellement l’impact du cinéma qui a limité la signification de « sémite » au Juif, excluant par là l’Arabe.
Par ailleurs, l’imam Mohamed Hammami, censé être, par sa position de prêcheur, le garant et le « porte parole » du livre divin, transgresse, à cause de son attitude haineuse envers les juifs, un précepte bien fondamental dans le Coran puisque le Dieu du monothéisme exige un solennel respect envers les « gens du Livre », à savoir les chrétiens et les juifs.

 

Quelle défense pour quel genre d’imam ?

La fédération Foi et Pratique défend son propre président, le Cheikh M.Hammami, qu’elle décrit comme (AFP) : « investit dans la promotion d’un dialogue ouvert et respectueux entre tous les citoyens indépendamment de leurs convictions ou de leur religion » et qu’il serait « connu et reconnu » pour ses qualités d’imam. L’on apprend également que L’imam souhaitait obtenir la nationalité française et qu’il était vu par ses proches comme une personne modérée et très bien intégrée dans la société. Certaines personnes interrogées sur leurs avis concernant cette expulsion explique que : « Il aura fallu 20 ans au gouvernement français pour se rendre compte qu’il faut expulser des personnes comme lui. Nos impôts s’en vont dans leurs enquêtes et leurs surveillances… C’est invraisemblable que l’on puisse s’inquiéter des actes/représailles des personnes a qui l’on offre le droit d’asile ! » ou encore : « Le problème c’est qu’il n’est certainement pas le seul et qu’on ne peut pas gérer le problème une fois pour toute sans être taxer d’islamophobe et de stigmatisation. Mais ce genre de personne est un réel danger ».

Par ailleurs, la position du Conseil Français du Culte Musulman (CFCM) dont la fédération Foi et Pratique est membre depuis 2003, semble bien claire. En effet, les propos de Mohamed Hammami sont en contradiction totale avec les engagements conclus et qui seraient relatifs aux valeurs de la République française.

 

Expulsion, mais pourquoi maintenant ?

Nous sommes en droit de nous demander pourquoi le gouvernement Français aurait attendu jusqu’en 2012 (l’année des élections) pour se rendre compte de la dangerosité de M.Hammami ? Rappelons que ce tunisien, qui a émigré en France dans les années 60, a déjà été condamné à quatre mois et demi de prison avec sursis suite à l’attaque du 11 mars 2004 par un groupe de six hommes contre trois journalistes à Grisy-Suisnes. Ces derniers étaient en train de filmer, depuis la route, le château de Ville-Main qui appartient aux fondamentalistes de son association “Foi et pratique”.
 

Dans ses PV à la gendarmerie, Mohamed Hammami, qui a mené cette attaque, bâton à la main, a déclaré il fallait « châtier l’infidèle ». Le journaliste-preneur de son, souffrant de plusieurs fractures au visage, avait été transporté à l’hôpital (source anonyme).

 

Et les femmes tunisiennes, qu’en pensent-elles ?

La mosquée de Mohamed Hammami est connue pour ses virulents prêches à l’encontre des juifs, des chrétiens et des mécréants. Si la Commission d’expulsion décide de le renvoyer dans son pays natal, M. Hammami reviendra en Tunisie où la dérive islamiste ne cesse de se faire voir allant même jusqu’à menacer la Révolution tunisienne. On a interrogé quelques femmes tunisiennes au sujet de ce retour probable. Avec beaucoup d’ardeur, elles s’insurgent : « on n’a pas assez de problèmes nous pour gérer en plus des salafistes étrangers ? On en a assez ici ! Des masochistes qui veulent fouetter les femmes, on en a ! » à une autre de répondre : « qu’il rentre, nous allons lui montrer qui fouettera qui ».

nawaat

 

____________________________

 

SOS  LIBERTÉS  :  LIRE ET SIGNER SI CELA VOUS TIENT À COEUR 

 

 

________________________________________________________________

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Religion _ L'Islam politique _ Salafistes_ Chokri
commenter cet article
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 02:49
Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Tunisie : Constituante
commenter cet article
5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 20:31
Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Arts _Culture (Chansons de la Révolution - contest
commenter cet article
5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 19:21

431548 374529239231002 194788833871711 1756987 2007728733 n

_

 

___________________________________

La Tunisie appelle tous les pays à expulser les ambassadeurs syriens

 

Le vote au Conseil de sécurité s'est déroulé quelques heures après un bombardement particulièrement meurtrier contre la ville contestataire de Homs (centre), qui a coûté la vie à plus de 230 civils selon l'opposition syrienne. ( © AFP Don Emmert)

 

Le Premier ministre tunisien, Hamadi Jebali, a appelé dimanche tous les pays à expulser les ambassadeurs de Syrie pour protester contre la répression sanglante.

"Le peuple syrien attend des actes (...) La moindre des choses est de couper l'ensemble des relations avec le régime syrien (...) Nous devons expulser les ambassadeurs syriens des pays arabes et de tous les autres", a déclaré M. Jebali à la Conférence sur la sécurité de Munich, au lendemain de l'annonce par Tunis de l'expulsion prochaine du représentant syrien en Tunisie.

Evoquant le rejet par la Chine et la Russie d'une résolution condamnant la répression, au Conseil de sécurité de l'ONU samedi, M. Jebali a dénoncé "l'emploi excessif du droit de veto". "C'est un droit dont on abuse; la communauté internationale doit réviser ce genre de mécanisme", selon lui.

Présent également à Munich, le Premier ministre du Qatar, Hamed ben Jassem al-Thani, a estimé que le vote de la Russie et de la Chine était "un mauvais signal" envoyé à M. Assad, qui "donne le droit de tuer". "Malheureusement, hier a été un triste jour. C'est exactement ce que nous craignions", a ajouté le Premier ministre, qui préside le Comité ministériel de la Ligue arabe sur la Syrie et était présent à New York pour le vote.

Le ministre turc des Affaires étrangères, Ahmet Davutoglu, a estimé que le vote de l'ONU démontrait que "la logique de la Guerre froide persistait". "La Russie et la Chine n'ont pas voté en prenant en compte les réalités, mais contre l'Ouest", selon lui. "La responsabilité éthique de la communauté internationale est de hausser la voix, d'envoyer un message fort au régime d'Assad", a-t-il dit.

Le vote au Conseil de sécurité s'est déroulé quelques heures après un bombardement particulièrement meurtrier contre la ville contestataire de Homs (centre), qui a coûté la vie à plus de 230 civils selon l'opposition syrienne.

Intervenant à Munich, la Yéménite Tawakkol Karman, figure de proue du "printemps arabe" et co-lauréate du prix Nobel de la paix 2011, a aussi appelé dimanche tous les pays à expulser les ambassadeurs syriens.

"Au nom du peuple pacifique de Syrie, je vous exhorte à expulser les ambassadeurs syriens de vos pays et à rappeler vos ambassadeurs", a déclaré Mme Karman, en s'adressant aux dirigeants participant à la Conférence, devant laquelle est intervenue samedi la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton. "C'est le minimum que vous puissiez faire pour punir le régime" de Bachar al-Assad.

Mme Karman a "condamné" le vote négatif de la Chine et de la Russie au Conseil de sécurité, estimant que "ces deux pays doivent assumer la responsabilité morale des massacres". Concernant la situation dans son pays, le Yémen, elle a exhorté "tous les pays à geler les moyens financiers pour (l'ancien président Ali Abdallah) Saleh et le déférer" devant la Cour pénale internationale "car il a tué énormément de personnes".

source liberation

      __________________________________________________


 

 

____________________

Ettajdid et le PDP dénoncent l’expulsion de l’ambassadeur syrien

 

La Tunisie s'apprête, comme annoncé au niveau de la présidence de la République et du chef du gouvernement, à expulser l'ambassadeur de Syrie, à la suite des violences qui ont fait plus de 200 morts depuis vendredi, 03 février, à Homs. Les autorités au pouvoir ont appelé les autres pays arabes à en faire de même.

Cette décision est loin de faire l’unanimité du paysage politique. L’opposition, notamment, Ettajdid et le PDP, ont critiqué le renvoi de l’ambassade syrien. Dans un communiqué rendu public samedi 05 février, le mouvement Ettajdid s’est dit étonné de la décision des autorités tunisiennes, une décision « hâtive » et « irréfléchie » et qui ne prend pas en considération la complication de la situation au Moyen-Orient.
Selon Ettajdid, cette décision ôte à la diplomatie tunisienne la marge de manœuvre nécessaire pour solutionner le problème syrien sans intervention militaire avec tous les risques d’une guerre civile destructrice que cette guerre peut engendrer. 
Ettajdid évoque, également, l’implication de certaines parties arabes, particulièrement du Golfe, dans le conflit syrien. Selon Ettajdid, ces parties sont encouragées par certains pays occidentaux. 
Le PDP s’est dit surpris de cette décision. Il rappelle l’aspect pacifique de la Révolution syrienne et avertit contre les dangers de faire entrer la Syrie dans une guerre civile destructrice.
Selon le PDP, avant de prendre des décisions pouvant compromettre, de par leur importance, l’avenir des relations arabes et internationales avec les autres pays, le pouvoir exécutif doit consulter toutes les forces nationales.
Le parti a appelé à prendre les mesures nécessaires pour limiter les conséquences négatives de cette décision sur la situation des Tunisiens résidant en Syrie.
Les deux partis rappellent enfin la nécessité de protéger la diaspora tunisienne en Syrie.

source .investir

 

___________________________________

 
موقف شجاع

 
 

إن إعلان رئاسة الجمهورية رسميا عن الشروع في الإجراءات العملية لطرد السفير السوري من بلادنا والمطالبة بتنحي الرئيس بشار الأسد عن الحكم، يعتبر منعرجا هاما في الديبلوماسية التونسية يقطع مع عهد طويل جدا من المواقف المترددة والمبالغة في الحذر. فقد عرفت ديبلوماسيتنا ومنذ حكم الزعيم بورقيبة إلى مرحلة الرئيس المخلوع بحذرها المبالغ فيه وتجنبها غالبا اتخاذ مواقف صريحة من بؤر النزاع وأطرافها، مغاربيا وعربيا ودوليا.

 

 

وقد تجلى التمسك بهذا الحذر حتى بعد الثورة خلال أحداث ليبيا فيما الموقف الجديد يؤشر دون شك إلى بداية عهد جديد من «الديبلوماسية المسؤولة» والمبادرة التي تأخذ بعين الاعتبار المصالح ولكن أيضا الأخلاق والمبادئ.

 

فالنظام الديمقراطي التعددي لابد أن يرتكز في الشأن الداخلي على احترام جملة من المبادئ من بينها احترام حرية الإنسان وحقوقه وفي الشأن الخارجي على احترام حق الشعوب في تقرير مصيرها وفي اختيار من يقودها ويحكمها وفي دعم حركات التحرر وثورات الشعوب، وهذا ما كرسه الموقف التونسي من الأزمة السورية فمن غير المقبول وتحت أي مبرر لنظام يحترم نفسه أن يرضى أن تبقى له علاقات مع نظام آخر يقصف أبناء شعبه ويسقط منهم العشرات ناهيك أن هذا القصف الوحشي حدث ليلة مناسبة دينية وهي المولد النبوي الشريف.

إن الدكتاتوريات العربية كانت تعارض دائما مبدأ حق «التدخل الإنساني» بدعوى أنه تدخل سافر في الشؤون الداخلية ويخفي مطامع استعمارية وكانت تخوّن كل من يدافع عنه من مواطنيها لا لشيء إلا لأن مثل هذا المبدأ يهدد وجودها لحاجتها المتأكدة إلى القمع المتواصل لشعوبها من أجل تأمين بقائها بينما هو مبدأ نبيل إذا غابت عنه الحسابات السياسية أو على الأقل إذا لم يقتصر عليها بصفة حصرية.

ونعتقد أن الموقف التونسي من نظام بشار الأسد     يندرج في هذا السياق ولم يمله إلا التعاطف مع الشعب السوري الشقيق واستنكار العنف الدموي المسلط عليه.

source .assabah

 

________________________________________________

Expulsion de l’ambassadeur syrien : les Tunisiens partagés

La décision du gouvernement tunisien d’expulser purement et simplement l’ambassadeur syrien à Tunis est loin de faire l’unanimité dans le pays. Après la blogosphère, qui s’est déchainée hier sur la toile dénonçant une décision dangereuse et lourde de conséquences, c’est au tour de la toute jeune classe politique tunisienne de s’insurger contre une initiative unilatérale et loin d’être consensuelle.

 
Ainsi le mouvement Ettadjdid, s’est étonnée hier dans un communiqué de ce qu’il qualifie de décision « hâtive et irréfléchie qui ne prend pas en compte la complexité de la situation dans la région du moyen orient ».
Selon lui, cette initiative unilatérale des autorités tunisiennes prive la diplomatie du pays de tous ses moyens d’action pour une résolution pacifique de la question et met en danger la communauté tunisienne de Syrie et ses intérêts.

 
Même son de cloche du côté du parti des démocrates progressistes qui a appelé le gouvernement à consulter les principales forces vives du pays avant de prendre de telles décisions.
Dans la presse, les avis ne divergent pas beaucoup, notamment dans les médias numériques qui pullulent actuellement dans le pays.

 
« Tunisie – la diplomatie des bleus », titrait dimanche le site d’information businessnews.com.tn, qui dénonçait l’amateurisme de l’équipe dirigeante actuelle et son manque de tact.

 
Un titre lourd de sens, mais qui n’interpelle apparemment pas les principaux concernés. En effet, le premier ministre tunisien, Hamadi Jebali, a appelé aujourd’hui depuis Munich, tous les pays à expulser les ambassadeurs de Syrie établis sur leurs territoires, pour protester contre la répression sanglante.

source melekher


_______________________________________

 La diplomatie des bleus

 

La décision de renvoyer l’ambassadeur syrien à Tunis est spectaculaire et restera dans l’Histoire. Moncef Marzouki, président provisoire de la République et Rafik Abdessalem, ministre provisoire des Affaires étrangères, ne pouvaient pas faire mieux pour faire parler d’eux. Leur célébrité dépassera, par cette décision, les frontières tunisiennes. 
Il reste à savoir maintenant si cette décision entrera dans l’Histoire dans son volet positif ou négatif. Citera-t-on, demain, MM. Marzouki et Abdessalem comme des modèles de la diplomatie et du tact politique ou comme des incompétents qui prennent des décisions hâtives et populistes servant des intérêts autres que ceux publiquement déclarés ?


Ce n’est ni une insulte, ni un dénigrement que de qualifier notre président provisoire de la République et son ministre, tout aussi provisoire, des Affaires étrangères d’être des bleus. Sans expérience de la diplomatie, de ses exigences et de ses codes. 
Et c’est dans les b.a.-ba de la diplomatie, de n’importe quel pays, d’éviter de prendre des décisions hâtives qui risquent de se retourner contre soi. 

La révolution libyenne, dans un pays limitrophe avec qui nous avons énormément d’intérêts, s’est déclenchée quelques semaines après la révolution tunisienne. Et quand cette révolution s’est déclenchée, la Tunisie était totalement instable. Malgré cela, Mohamed Ghannouchi, puis Béji Caïd Essebsi, se sont refusé de prendre une décision hâtive pouvant nuire aux intérêts de la Tunisie, mais aussi aux intérêts des Libyens. 
Il y avait pourtant des pressions américaines, qataries et françaises pour que la Tunisie s’implique dans le conflit libyen ne serait-ce qu’en accordant les autorisations nécessaires pour l’utilisation de son territoire et de son espace aérien. 
Mais à aucun moment, à notre connaissance du moins, Béji Caïd Essebsi n’a pris de décision publique allant dans un sens ou dans l’autre. Son soutien s’est fait dans les coulisses et il n’a jamais cherché à le crier sur tous les toits. Dans certaines affaires, à la fois graves et délicates, le populisme n’a point de place. Sa réponse aux pressions ? « Les Etats font de la politique et non du militantisme ». 

Moncef Marzouki et Rafik Abdessalem ont, peut-être, pris une décision qui va dans le sens de l’Histoire. Il est probable et espéré que Bachar El Assad soit éjecté dans les prochains mois, voire les prochaines semaines. Mais est-ce que l’excuse de prendre une décision dans le sens de l’Histoire justifie la précipitation ? 
Aucun des pays, ouvertement hostiles au régime de Bachar El Assad, n’a osé agir ainsi. Ni les Etats-Unis, ni la France, ni le Qatar, ni l’Arabie Saoudite. Pourquoi alors la Tunisie devient-elle plus royaliste que les rois ? 
Dans une déclaration à Al Jazeera, Rafik Abdessalem estime que son acte à l’encontre du régime « sanguinaire » d’El Assad va inciter le gouvernement à arrêter le génocide commis contre son peuple et à rétablir le cours de la vie normale dans les villes syriennes. 
On en apprend des choses ! Si le renvoi d’un ambassadeur arrêtait les génocides, cela ferait belle lurette que l’on ne devrait plus parler de massacres humains alors ! 

Selon Rafik Abdessalem, le gouvernement tunisien, en tant que « gouvernement émanant de la volonté de la révolution, ne peut demeurer insensible au massacre du peuple syrien. La Tunisie, précurseur dans les révolutions arabes sera ainsi une des premières nations à soutenir les aspirations des peuples vers la liberté et la dignité ».
Sur ce point, M. Abdessalem a tout à fait raison. Que la Tunisie montre l’exemple, c’est souhaitable, glorieux et valorisant pour notre pays. Seulement voilà, il y a mille-et-une manière de montrer l’exemple. Avec une réaction disproportionnée, il y a un gros risque que cela cause un effet contraire. 
Une directrice (de nationalité tunisienne) dans une entité diplomatique européenne, et bien qualifiée en matière de diplomatie, n’a pas ménagé sa critique quant à la réaction tunisienne, sa disproportion et son manque de tact. Selon son point de vue personnel, elle aurait, d’abord, rapatrié nos ressortissants puis attendu de voir. Si les massacres continuent, elle aurait rappelé notre ambassadeur à Damas. Si la machine à tuer continue à s’emballer, elle informerait alors l’ambassadeur syrien que sa présence n’est plus souhaitable. Elle conclut par dire « Notre président a fait le processus inverse. Que Dieu protège nos compatriotes restés en Syrie ! ».

Le Tunisien Ahmed Manai, observateur de la Ligue Arabe envoyé en Syrie, ne cache pas sa colère non plus. Il déclare que "la décision de renvoyer l'ambassadeur de la République syrienne à Tunis ne vient pas du président mais de Ghannouchi et du Qatar! C'est une honte. L'histoire retiendra qu'un pays arabe, berceau de la civilisation arabe et humaine a été sauvé de la destruction totale à laquelle le destinaient d\'autres pays arabes, par la Chine et la Russie. Je suis dans la mission des observateurs arabes en Syrie et je témoigne que le massacre exécuté ce matin à Homs, est le fait des groupes armés, dans le but manifeste de faire pression sur le vote du Conseil de sécurité."

Si, en apparence, la décision tunisienne est populiste et si, officiellement, elle cherche à montrer que la Tunisie est précurseur dans les révolutions arabes et se doit de soutenir le peuple syrien, il y a d’autres éléments qui jouent dans les coulisses et que le grand public ignore. 

 
Beaucoup s’interrogent sur le rôle du Qatar dans la décision tunisienne. Dans leur communiqué, les partis Ettajdid et le PDP ont fait clairement allusion à ce point en rappelant l’implication de pays arabes, notamment du Golfe, et des pays occidentaux dans l’affaire syrienne. 

 
D’autres s’interrogent et remettent clairement en doute le massacre de Homs qui coïncide, étrangement, avec la réunion du Conseil de sécurité. Bon à rappeler, on a bien utilisé les médias dans le conflit libyen afin de véhiculer de faux messages visant la déstabilisation de Gueddafi. 

 
Y a-t-il, dans l’affaire syrienne, manipulation médiatique de la part de ces puissances étrangères pour monter l’opinion publique et influencer les membres du Conseil de sécurité ? 
Bon aussi à noter, le silence de ces mêmes médias sur ce qui se passe actuellement au Bahreïn. Personne n’en parle comme si l’on cherchait à nous occuper qu’avec les crimes de Bachar El Assad. 
Personne n’écoute attentivement ce que disent les Russes qui semblent déterminés,- du moins jusqu’à présent – à barrer la route à ce projet mené par les Américains. 
Personne n’écoute, non plus, ces nombreux politologues arabes et occidentaux qui, de retour de Syrie, affirment que la situation est très loin d’être aussi catastrophique que le disent la plupart des commentateurs. Les mêmes qui attestent qu’il ne s’agit pas d’une révolution, mais d’une révolte armée menée par des islamistes et qu’elle risque de placer un régime islamiste radical dans un pays-poudrière ayant 14 ethnies. En clair, le risque que la Syrie connaisse le même sort que l’Irak après la chute de Saddam Hussein est bien réel. 

Dans l’affaire syrienne, il y a tellement de zones d’ombre, tellement d’enjeux qui impliquent toute la région (notamment l’Iran et Israël) que la diplomatie tunisienne aurait gagné à jouer les prudents. 
On aurait pu soutenir les Syriens et dénoncer les crimes d’Al Assad, sans aller jusqu’à ce point de non-retour en mettant en danger nos ressortissants vivant là-bas et qui reflète l’image d’une diplomatie inexpérimentée méconnaissant totalement les b.a.-ba de la politique étrangère. Pire, et si cela s’avère vrai, la Tunisie trois fois millénaire donne l’impression d’être à la solde d’un minuscule pays du Golfe.

par Nizar Bahloul

source businessnews

 

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Tunisie : Gouvernement Hamadi Jebali
commenter cet article
5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 18:52

Selon le BBC : depuis hier un Sit in a pris racine dans une petite localité chiite aux alentours de la capitale Manama… 

 

_____________________

 


 

 

 

_________________________________________________________________

Un record de manifestants
Les observateurs estiment que le Bahreïn est sur le point d’ « un ouragan populaire » si les dirigeants du régime ne commencent pas d’appliquer de véritables reformes et si ils n’arrêtent pas les répressions brutales.

Les partis d’opposition au Bahreïn ont organisé une manifestation dans les rues de la capitale Manama, où des dizaines de milliers en colère se sont manifestés réclamant des réformes et la chute du régime de Hamad bin Isa Al Khalifa. 

De nombreuses villes du Bahrein ont témoigné de grandes manifestations sous le slogan « Le vendredi des hurlements », les forces d'occupation d’Arabie Saoudite et les forces du régime ont réprimé les manifestants. Les forces de sécurité se sont comportées avec brutalité entourant les manifestations pour les empêcher d’avancer. 

La révolte a de nouveau marqué un record de manifestants qui se sont révoltés dans la capitale Manama, en dépit de la répression brutale du gouvernement. Les slogans levés par les manifestants étaient "À bas Hamad", "Non a l’humiliation." 

Les slogans portent de nombreuses indications que "la situation au Bahreïn a atteint un point critique." 

Pour ca part, cheikh Issa Qassem, a appelé les autorités à cesser la répression, menaçant l'augmentation des protestations, après la fatwa émise qu’il a lancé contre les agresseurs des femmes du Bahreïn. 

Dans un communiqué publié à l'issue de la manifestation de la ville de Manama, l'opposition a accusé les autorités d’échapper aux obligations des recommandations du rapport de la Commission qui a enquêté sur la situation au Bahreïn, publié le ٢٣ Novembre et qui a dénoncé l'usage de la force excessive et injustifiée au cours de la répression des manifestations depuis le début des événements en ٢٠١١. 

Les forces d’opposition, en particulier l'Organisation islamique pour l'Accord National, ont appelé le vendredi, les organisations internationales, et les organisations des droits de l’homme à faire pression sur les autorités du Bahreïn. Cet appel coïncide avec la visite de l’expert en droit international et des droits de l'homme, Cherif Bassiouni, à Manama, et qui préside la Commission d'enquête chargée d'examiner les moyens de mettre en œuvre les recommandations émises par la Commission. 

Hadi al-Moussawi, membre de l’organisation islamique pour l’accord national a organisé une réunion entre les dirigeants de l’organisation, Mahmoud Bassiouni et certains experts juridiques qui l’accompagnaient, en soulignant que l'objectif de cette réunion est de mettre l’accent sur la négligence du régime des recommandations de la commission de Bassiouni, suivie de l’augmentation des violations, des assassinats et des tortures. 

Hadi al-Moussaoui a déclaré que cette réunion a fait référence à l’expulsion de nombreux travailleurs. 
D’autre part al-Moussaoui a affirmé que le pouvoir ne veut ni se réconcilier avec son propre peuple, ni respecter les principes des droits de l'homme. Le régime va devoirs faire face à la crise politique, morale et humanitaire…

source taghribn

 

____________________________________________________________

 

Silence ! On tue !

 

alt

Alors que l’Arabie saoudite, le Qatar et les autres monarchies du Golfe participent à la répression du peuple bahreïni qui aspire à la démocratie, ils font semblant de courir au secours du peuple syrien victime de leurs djihadistes.

Cette semaine a été l’une des plus sanglantes de la révolution depuis un an. Quatre Bahreïnis ont été assassinés mercredi aux mains des forces Al Khalifa .

Hadj Saïd Ali Hassan Al Sakri, 65 ans, de la ville d’Aali est mort en martyr après qu’il ait inhalé des quantités excessives de produits chimiques et de gaz lacrymogènes tirés par les forces qui sont dirigées par John Timoney, le pire flic des États-Unis.

Les gaz ont été lancés sur la maison du martyr dans les premières heures du mercredi 25 Janvier. Il est décédé quelques heures plus tard.

Abbas Al Shaikh, âgé de 22 ans, de Iskan Jidhafs, est également décédé en raison de complications découlant du traumatisme subi il y a deux mois en recevant une balle [en acier entouré de] caoutchouc tirée par la police.

Mohammad Ibrahim Yacoub, âgé de 17 ans, de la ville de Sitra, a été torturé à mort ce mercredi. Il était poursuivi par plusieurs voitures de police lors d’une manifestation pacifique et il a été renversé. Il a été capturé avec quelques blessures. Une vidéo de la police publié plus tard dans la journée le montre en relativement bonne forme et parlant à ses tortionnaires. Il a ensuite été torturé à mort. Ses tortionnaires, opérant sous la direction de John Timoney, ont appelé la famille pour qu’elle vienne chercher son corps.

Muntadhar Saeed Fakhar, âgé de 35 ans, qui a également été renversé par une voiture de police, a été fait prisonnier puis torturé à mort. Cette escalade dans les meurtres d’opposants a provoqué la colère des Bahreïnis qui ont juré de venger la mort de leurs martyrs et de provoquer la chute du régime Al Khalifa.

En attendant, les Bahreïnis ont intensifié leur résistance civile à la dictature Al Khalifa Al Saoud et à l’occupation (des forces saoudiennes). La semaine passée a vu le maximum de protestations dans presque tous les coins du pays. Chaque jour et chaque nuit les gens ont envahi les rues scandant : « le peuple veut un changement de régime » et « A bas Hamad [ben Khalifa] ». La réponse du régime a été cruelle et barbare. John Timoney a ordonné à ses forces de faire feu sans discernement avec des produits chimiques et des gaz lacrymogènes dans les ruelles, sur les routes et les maisons, provoquant des inhalations de gaz toxiques qui se sont révélés fatals dans de nombreux cas.

Le 26 janvier, Amnesty International a publié une déclaration intitulée « l’utilisation par le Bahreïn de gaz lacrymogènes contre les manifestants a provoqué plusieurs décès ». Amnesty a ajouté : « Bahreïn doit enquêter sur plus d’une dizaine de morts qui ont suivi le mauvais usage de gaz lacrymogène par les forces de sécurité », après qu’une autre personne ait été grièvement blessée par une grenade lacrymogène à Manama ce mardi. Ce mardi, Mohammad al-Muwali âgé de 20 ans, a été grièvement blessé et hospitalisé après avoir été frappé à la tête par une grenade lacrymogène tirée par la police anti-émeute, en réponse à une manifestation anti-gouvernementale dans le quartier de Karrana, dans la capitale.

Amnesty International a appelé le gouvernement américain à suspendre les transferts de gaz lacrymogènes et autres équipements de contrôle anti-émeute à destination des autorités de Bahreïn. Les Etats-Unis avaient suspendu un envoi d’armes à destination du Bahreïn en octobre 2011, suite aux multiples protestations au sujet des préoccupations permanentes sur la situation des Droits de l’Homme. [Ces livraisons ont depuis largement repris - NdT.]

Il a été rapporté que le gouvernement brésilien a décidé une enquête suite à des rapports selon lesquels des entreprises brésiliennes ont vendu des gaz lacrymogènes au gouvernement de Bahreïn. Plus de quinze personnes sont mortes après avoir inhalé ces gaz.

Les Etats-Unis ont averti leurs citoyens d’éviter de voyager à Bahreïn dans les prochaines semaines, car les Bahreïnis se préparent à célébrer le premier anniversaire de leur révolution contre la dictature Al Khalifa. Ces dernières semaines, des slogans anti-américains sont apparus dans les manifestations, l’administration Obama étant impliquée dans la répression de la révolution au Bahreïn et ayant fourni au régime matériel et soutien psychologique.

Les Etats-Unis sont considérés comme les complices de la politique meurtrière des al-Khalifa qui a entraîné la mort de plus de 65 personnes, hommes, femmes et enfants. Au lieu d’exercer des pressions sur le régime, la Maison Blanche a envoyé un ancien officier de police chargé de superviser l’écrasement brutal des Bahreïnis.

source afrique

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Bahreïn _ Qatar
commenter cet article
5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 18:34

Affrontements aux alentours du ministère de l'intérieur (Le Caire)

 

____________________________________

Nouveaux heurts entre manifestants et policiers au Caire

 

Protestataires et police anti-émeutes s'affrontaient au Caire dimanche, au quatrième jour de heurts déclenchés par la mort de 74 personnes lors de violences à l'issue d'un match de football, que les forces de sécurité sont accusées de ne rien avoir fait pour empêcher. ( © AFP Mahmud Hams)

    Protestataires et police anti-émeutes s'affrontaient au Caire dimanche, au quatrième jour de heurts déclenchés par la mort de 74 personnes lors de violences à l'issue d'un match de football, que les forces de sécurité sont accusées de ne rien avoir fait pour empêcher.

    Des centaines de policiers bloquaient les rues menant au ministère de l'Intérieur, dans le centre de la capitale égyptienne, et tiraient des gaz lacrymogène pour contrôler des dizaines de manifestants lançant des pierres et des cocktails molotov.

    La police a construit un mur de béton en travers de la rue Mansour, devenue l'épicentre des violences, et s'abritaient derrières des rouleaux de fils barbelés dans d'autres rues de ce secteur proche de la place Tahrir.

    Des manifestants ont capturé un homme qu'ils ont présenté comme étant un officier de police en civil, le ramenant derrière leurs lignes sous les hourras, pendant que certains tentaient de protéger l'homme des coups portés par des protestataires.

    Selon un docteur sur place, Mostafa Nabil, la police a lancé un assaut sur les positions des manifestants, tirant à la chevrotine et arrêtant des médecins d'un hôpital de campagne, qui ont été libérés peu après.

    Après avoir baissé d'entensité en milieu de journée les accrochages ont repris de manière sporadique dans l'après-midi.

    "Mon coeur brûle quand je pense à ce qui s'est passé à Port-Saïd, et nous savons tous que la police est responsable", a lancé un manifestant, Ahmed Farag, expliquant que les protestataires n'avaient pas l'intention d'attaquer le ministère de l'Intérieur, mais de manifester devant le siège de la police.

    Depuis le début des manifestations et des affrontements jeudi, au lendemain du drame du football à Port-Saïd (nord), douze personnes ont été tuées au Caire et à Suez (est) et 2.532 blessées, dont des policiers et des manifestants, a annoncé samedi le ministère de l'Intérieur.

    Des Egyptiens sont descendus dans la rue pour réclamer le départ du pouvoir militaire, accusé d'inaction face aux violences dans le stade.

    Parmi les victimes du drame de mercredi se trouveraient de nombreux "ultras", supporteurs de foot bien organisés et politisés, qui ont participé aux manifestations ces derniers mois contre l'armée au pouvoir en Egypte depuis la chute du président Hosni Moubarak il y a un an.

    Le ministre de l'Intérieur Mohamed Ibrahim a dénoncé devant la presse "la volonté constante" des manifestants d'envahir son ministère, qu'il a mise sur le compte d'un "complot" pour "affaiblir le pays".

    "C'est à cause de cette volonté persistante (de s'en prendre au bâtiment) que nous sommes obligés de le défendre", a-t-il poursuivi.

    Il a également démenti les spéculations selon lesquelles l'ancien ministre de l'Intérieur de Hosni Moubarak, Habib el-Adli, actuellement jugé en même temps que l'ancien président, serait derrière les événements de Port-Saïd et les troubles qui ont suivi.

    "Adli est en prison et il n'a plus de partisans dans ce ministère", a-t-il déclaré.

    source .liberation

    ____________________________________

    تجدد الاشتباكات بالقرب من وزارة الداخلية المصرية

    تجددت الاشتباكات بين المتظاهرين وقوات الأمن المركزي لليوم الرابع على التوالي في محيط وزارة الداخلية المصرية بعد فترة هدوء صباح الأحد.

    وقامت قوات مكافحة الشغب والأمن المركزي بإطلاق بعض قذائف الغاز المسيل للدموع والقنابل الصوتية لتفريق عشرات المحتجين الغاضبين من أداء المجلس المجلس الأعلى للقوات المسلحة ووزارة الداخلية عقب أحداث مباراة فريقي الأهلي والمصري داخل بورسعيد التي سقط فيها أكثر من 70 قتيلا ونحو 400 مصابا.

    وعقد وزير الداخلية محمد إبراهيم مؤتمرا صحافيا ظهر الأحد ناشد فيه ثوار الخامس والعشرين من يناير/كانون الثاني "أن يأتوا ليروا الموجودين حول وزارة الداخلية لنعلم ما إذا كانوا من الثوار أم لا".

    وقال إبراهيم: "إذا لم يكن هؤلاء من الثوار، بل يريدون تخريب البلاد فنحن على استعداد لمواجهتهم." وأكد وزير الداخلية على أن حق التظاهر السلمي مكفول للمواطنين، مشيرا إلى أنه لن يتم التعرض لأي من الثوار.

    وشاهد مراسل بي بي سي عطية نبيل في موقع الأحداث بعض حالات الإصابة بطلق الخرطوش داخل أحد المستشفيات الميدانية التي تمت إقامتها في شارع محمد محمود قرب موقع الأحداث.

    وعملت قوات من سلاح المهندسين التابعة للجيش المصري على إقامة جدار أسمنتي لعزل المتظاهرين عن قوات الأمن في شارع منصور غير أن مجموعات من المتظاهرين استطاعت تخطي هذا الجدار الأمني و الوصول إلى القوات المحيطة بمنبى وزارة الداخلية.

    وشهدت مصر اشتباكات بين قوات الأمن ومتظاهرين خرجوا في احتجاجات داخل عدد من المحافظات سقط فيها 12 قتيلا وأكثر من 2500 مصابا في أعقاب أحداث الأربعاء داخل بورسعيد.

    وأكد إبراهيم خلال مؤتمره الصحفي إلى أن مدير أمن بورسعيد المقال لم يطلب دعما من الوزارة ولم يبلغها بأي محاذير، مشيرا إلى أن لجنة تفتيش تابعة لوزارة الداخلية انتقلت فور وقوع الأحداث إلى مكان بورسعيد لكشف ملابساته وأطرافه.

    استقالة

    وأكد المتحدث الاعلامي باسم المجلس الاستشاري محمد الخولي لـ"بي بي سي" أن نقيب الصيادلة محمد عبد الجواد قدم استقالته أمس السبت من المجلس، الذي شكله المجلس العسكري في ديسمبر/كانون الثاني الماضي لمساعدته على إدارة شؤون البلاد.

    ونقل الموقع الإليكتروني لنقابة الصيادلة أن عبد الجواد ذكر في أسباب استقالته "أنه لم يعد قادرا أن يكون في فريق يدافع عن المجلس العسكري وعن أسلوب إدارته للبلاد".

    وكان المجلس الاستشاري دعا مساء السبت إلى فتح باب الترشح للانتخابات الرئاسية فور الانتهاء من انتخابات مجلس الشورى (الغرفة الثانية بالبرلمان المصري). كما أوصى بتشكيل لجنة قومية تتولى المسؤولية عن إعادة هيكلة وزارة الداخلية واعتقال بعض قيادات الحزب الوطني الديمقراطي المنحل.

    محاكمة مبارك

    وأرجأت محكمة جنايات القاهرة محاكمة الرئيس المصري السابق حسني مبارك ونجليه ووزير الداخلية الأسبق حبيب العادلي و6 كبار مساعديه ورجل الأعمال الهارب حسين سالم إلى جلسة الاثنين.

    وتراجع اهتمام الشارع المصري بالمحاكمة التي يواجه فيها المتهمين تهما بالفساد والتحريض على قتل متظاهرين خلال ثورة الخامس والعشرين من يناير/كانون الثاني.

    source bbc

    Repost 0
    Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Égypte : Place TAHRIR jan25
    commenter cet article

    Présentation

    • : thala solidaire.over-blog.com
    •  thala solidaire.over-blog.com
    • : ThalaSolidaire est dédié à la ville de Thala, ville phare de la Révolution tunisienne. Thala est une petite agglomération du centre-ouest de la Tunisie. Elle est connue pour son histoire antique, ses sources, ses carrières de marbre, devenues une sorte de tragédie écologique et économique, sa résistance et sa misère. Thala solidaire a pour objectif de rassembler toutes les voix INDIGNÉES pour donner à cette terre ainsi qu'à toutes autres terres un droit à la vie et à la dignité…
    • Contact

    Recherche

    Vidéos

    Catégories