Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 janvier 2012 4 19 /01 /janvier /2012 04:09

Les Indignés de Dunkerque - Compte rendu de l’action “Occupons Pôle Emploi”


La marche funèbre organisée le 17/01/2012 par les Indignés de Dunkerque pour symboliser la disparition de l’emploi a été un franc succès.


 

Une vingtaine de personnes ont participé à cette action, pour accompagner le cercueil de l’emploi de la place Jean Bart jusqu’au Pôle Emploi des Bazennes, où nous avons rejoint des militants du Front de Gauche.

De nombreux médias étaient présents, ce qui nous a assuré une bonne couverture médiatique, et donc une plus grande diffusion de notre message sur le dunkerquois.


 

Il est nécessaire de rappeler que cela fut notre première action, et que nous en sommes très fiers. Il y a trois mois, lorsque les cinq premiers indignés se sont rassemblés pour lancer le mouvement sur Dunkerque, beaucoup étaient sceptiques sur la capacité du mouvement à perdurer et à imaginer de nouvelles formes d’actions. Nous leur démontrons aujourd’hui qu’ils ont eu tort.


 

Nous remercions par ailleurs tout ceux qui ont participé de près ou de loin à l’organisation de cette action, et nous espérons qu’elle en appellera d’autres très rapidement.


 

Pour terminer, nous vous mettons à disposition des articles qui ont été rédigés sur la ”marche funèbre” d’hier, ainsi qu’une vidéo tournée par nos propres soins.


- Article du Monde.fr : Au petit matin, la ”marche funèbre” des Indignés. 


- Delta.fm : Les Indignés ont enterré l’emploi


Notre vidéo sur YouTube 

 


Publié par Les Indignés de Dunkerque

source democratie-reelle-nimes


__________________________

 A Londres, la justice autorise l'éviction des indignés de Saint-Paul

 

Les tentes des "indignés" devant la cathédrale Saint-Paul de Londres, le 31 octobre 2011.

Les tentes des "indignés" devant la cathédrale Saint-Paul de Londres, le 31 octobre 2011.AFP/CARL COURT

La Haute Cour de Londres a autorisé mercredi 18 janvier l'éviction des manifestants anti-capitalistes installés depuis trois mois devant la cathédrale Saint-Paul, en plein cœur de la City, le quartier des affaires de la capitale britannique.

La justice a donné raison à la ville de Londres, qui avait demandé l'évacuation du camp, arguant notamment que les dizaines de tentes constituaient une "obstruction illégale de la voie publique". La municipalité de Londres a salué cette décision."Nous espérons maintenant que les manifestants vont volontairement enlever leurs tentes. Dans le cas contraire, et s'il n'y a pas d'appel, nous examinerons les mesures à prendre pour faire appliquer" la décision de justice "aussi vite que possible", a prévenu la ville de Londres.

"Des manifestations légales font partie de la vie de la City mais une voie publique n'est pas faite pour accueillir des tentes (...) et de plus en plus de désordre et de bruit. Le public est perdant", a-t-elle ajouté dans un communiqué.

 

BASTION DES INDIGNÉS D'EUROPE

Le campement de Londres, créé dans la foulée d'"Occupy Wall Street", fait figure de bastion des "indignés" en Europe. L'attitude à adopter à l'égard des protestataires a profondément divisé les responsables religieux de Saint-Paul au point que plusieurs d'entre eux, dont le doyen, ont remis leur démission.

Fin octobre, la cathédrale avait dû fermer ses portes aux visiteurs quelques jours pour des raisons de sécurité et d'hygiène, une première depuis la seconde guerre mondiale.

Alors que le mouvement anti-Wall Street tend à s'essouffler aux Etats-Unis, ses sympathisants ayant été chassés des parcs et places de diverses villes où ils manifestaient, celui des indignés parisiens a pris fin début décembre. Vingt-trois d'entre eux, qui s'étaient installés dans des tentes sur le parvis de la Défense, s'estiment avoir été victimes de "violences illégitimes et disproportionnées" de la part des forces de l'ordre, et ont porté plainte.

source lemonde

 

_____________________________________

Updated with judgment documents – Judge Rules Against OccupyLSX

*** Updated with copy of the judgment handed down by Mr Justice Lindblom, along with a summary ***

The High Court this week ruled in favour of the City of London Corporation’s calls for the eviction of the Occupy London protest camp outside St. Paul’s Cathedral. Mr Justice Lindblom pointed to the extent and duration of the obstruction of the highway at St. Paul’s as factors behind his decision to back the City, as well as the effect of the camp on Cathedral worshippers and visitors, and an alleged ‘private nuisance’ to the church.

The  High Court ruling comes on the heels of recent headlines regarding the  failed attempt by the Metropolitan Police to clear the entirety of the  Parliament Square protest camp at the start of the week – the site where  highly acclaimed peace campaigner Brian Haw spent a decade in protest  against British foreign policy in the Middle East.

With the facts of the latest eviction case largely undisputed, the argument before the court instead focused on whether the City of London could prove that an eviction would be a “lawful, necessary and proportionate” interference with protesters’ right to freedom of conscience, freedom of expression and freedom of assembly. According to the court’s interpretation of the European Convention of Human Rights, any interference with these rights must present the “least intrusive way” of addressing protests and meet the aforementioned conditions of lawfulness, necessity and proportionality.

In his decision, the Judge accepted the argument of the City of London that concerns about safety, cleanliness and access to public highways presented “powerful considerations… that easily outweigh factors against [an eviction]” and that an eviction did not “impose excessive burden” on Occupy’s right to free speech and freedom of assembly. He stated that Occupy had “ultimately [failed]… to put right many of the problems caused by the camp.” The Judge also ruled that the camp cannot simply be moved to adjacent land, and that the City of London “had no sensible choice but to do what it has”.

Judge Lindblom paid tribute to the way Occupy London activists conducted themselves in this case, and stated that his ruling was not intended to delegitimise protests against greed and injustice. In avid affirmation of this fact, mic checks sounded out inside the court, stating: “No matter what they say about Occupy, our behaviour has been better than those we are fighting.”

The Judge turned down a direct request to appeal the decision, but granted permission to Occupy defendants to take their case to the court of appeal. Addressing a courthouse packed with supporters, the Judge ruled that in the event of no registered appeal by 16:00 on 27th January,  eviction proceedings would be permitted to get underway. Defendant Daniel Ashman responded to the eviction ruling by stating outright that an appeal would be lodged with the Court of Appeal – a position later reiterated by defence John Cooper QC. Leave to appeal the ruling is expected to be made on Thursday. Commenting on the motivation behind such legal action, Ashman stated: “There are still avenues that can be exhausted. We will exhaust these avenues to see whether true justice can exist.”

Barrister Michael Paget commented on the High Court’s conclusion with claims that proportionality and necessity of an eviction are far from obvious, stating: “The Judge could have said that we are not allowed to stay overnight. But he has gone much further than that and said that we’re not allowed to go there during the day. That is the ground for the appeal.”

Charges against the Occupy London site were initially brought forward by the City of London Corporation – the local governing body for London’s Square Mile. This week’s court activity was a follow-up to a five-day hearing ahead of Christmas, which saw the City bring legal action against activists, citing concerns about sanitation on site alongside allegations relating to safety, vandalism, the appeal of the site to some of the city’s more vulnerable residents and obstruction of the public highway. During the earlier hearing, Judge Lindblom turned down a request by David Forsdick, the counsel for the City of London Corporation, for a decision on an eviction order ahead of the festive holiday. Judge Lindblom concluded that more time was needed to reflect on a final decision, pushing the ruling back to the opening of the courts in the New Year.

During the course of this week’s hearing, defendants George Barda, Daniel Ashman and Tammy Samede represented Occupy London. George Barda argued that protest movements are within the interests of wider society, reiterating a sentiment expressed earlier in the day by former Cathedral canon chancellor Giles Fraser, who tweeted ahead of the hearing: “Whatever happens, the voice of protest must continue to be heard.”

Fraser famously resigned his position at the Cathedral in the early days of the occupation site, stating his belief that the church should not put its name to any course of action that may lead to violence against the protesters.

The hearing was followed by a procession of activists and supporters from the Royal Courts of Justice to the St. Paul’s camp. The mood of the subsequent General Assembly was described as “emotional and defiant” by Occupied Times reporter Mircea Barbu, and activists noted that the Judge made no comment on the merit of the protest – instead noting that its up to Parliament to decide on the running of the City of London. While some protesters expressed disappointment in Judge Lindblom, many vowed to continue their protest. According to one attendee at the General Assembly, “some people are starting to talk our language. We are having an impact”.

Speaking at the GA, main defendant Tammy Samede said: “All I want you to do is carry on Occupying. If you’re watching livestream, thank you. If you’re doing other things thank you. We’re all doing different stuff. Think back to how it was in the first few weeks. Keep the energy. Stop fighting, we need to be united. Carry on occupying.” Added Mark Weaver: “As the Judge said, ‘You cannot evict an idea.’ This signals another turning point for the Occupy movement. Occupy is moving and it will continue to move for many years. This is just one turn in the road.”

By Martin Eiermann & Mark Kauri

source occupylsx

          _____________________________________________________

USA : Occupy congress

 

 

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Indignés (les) _ Idle No More
commenter cet article
19 janvier 2012 4 19 /01 /janvier /2012 03:30

20120119.jpg

_______________elwatan

__________________________________

Le braconnage de l’outarde : de la Tunisie à l’Algérie, les Émirs du Golfe continuent leur caravane

Selon une source digne de foi, trois avions d’un émir saoudien de haut rang ont atterri, mardi dernier, à l’aéroport international Mohamed Khider de Biskra.

Les émirs du Golfe ne s’embarrassent pas des lois de protection des oiseaux. Ils n’ont pas l’âme écologique. Leurs hôtes algériens non plus. Bouteflika, « grand ami » dit-on des puissants du Golfe, leur ouvre grandes les portes du pays pour venir braconner à loisir les richesses faunesques du pays. Une forte délégation saoudienne est actuellement en Algérie pour tirer de l’outarde. Il s’agit, selon notre source, du ministre de l’Intérieur, Nayef Ben Abdelaziz, qui était accompagné d’une délégation d’une cinquantaine de personnes dont des proches, amis et personnalités de la péninsule arabique. En visite privée, mais reçu comme il se doit par les autorités locales et l’ambassadeur d’Arabie Saoudite venu expressément d’Alger la veille, il avait regagné sa base-vie installée à une trentaine de kilomètres de la ville de Biskra.

De là, et chaque jour que Dieu fait, les gens voient passer la caravane de véhicules tout-terrains du prince et de sa suite qui font des incursions dans la région giboyeuse de Ras El Miad, renommée notamment pour ses outardes dont la chair serait aphrodisiaque. L’outarde, dont l’envergure peut atteindre 1,5 m pour environ 2,2 kg, privilégie la marche et la course lors de ses déplacements et prospections alimentaires. Ce qui la rend extrêmement vulnérable.

D’ailleurs l’outarde est menacée d’extinction. Selon les estimations de 2000 de Birdlife International, une association ornithologique, il ne resterait que 10 000 outardes en Afrique, dont 50% en Algérie. Même si la présence de ces visiteurs de marque dynamise le secteur touristique local et les commerces y afférents, beaucoup d’autochtones ne se privent pas de faire remarquer les agressions causées à l’environnement local et la dégradation du biotope naturel des outardes du fait de ces séances cynégétiques la ciblant.

On a beau leur rappeler que des Emiratis ont chapeauté, à travers le Centre national de recherche aviaire (NARC) d’Abu Dhabi, une vaste opération de réintroduction de 500 spécimens d’outardes dans la région d’El Bayadh en octobre 2011 et que des opérations similaires sont programmées pour Biskra, leur colère et leur consternation ne retombent pas.

Le massacre continue à El Bayadh

Par ailleurs, également venus des pays du Golfe voilà quelques semaines, des émirs braconniers se sont installés dans de vastes espaces de la région de Lebnoud (wilaya d’El Bayadh) avec  tout l’attirail que la cynégétique exige. Ces princes sont venus chasser cette proie royale qu’est l’outarde houbara, mais aussi la gazelle dorcas.

Depuis quelques années déjà, à cette même saison, dans un climat agréable et habituellement favorable à la chasse, l’immense espace dévolu à leur plaisir se situe entre les wilayas d’El Bayadh et de Béchar, aux lieudits Lebnoud et Oued Namous se partageant cette vaste région du sud-ouest du pays. Ces braconniers s’accompagnent d’une logistique destinée à un fastueux campement royal. Des princes arabes par les privilèges dus à leur majesté privilégiés ont, au fil des ans, décimé par fauconnerie les populations d’outardes du pays.

Une espèce pourtant protégée par des conventions internationales et en Algérie par le décret n°083-509 du 20 août 1983 renforcé par l’arrêté du 17 janvier 1995.  L’outarde houbara (chlamydotis undulata), vraisemblablement en voie d’extinction, est un bel oiseau coureur de 60-65 cm, haut sur pattes, dont le plumage tacheté reproduit l’ocre de la steppe, par un mimétisme qui lui permet d’échapper à ses prédateurs, mais sûrement pas à ces braconniers de luxe.

En effet, ces émirs affectionnent le pillage des nids d’outarde, ne laissant aucun moyen à cette espèce de reconstituer sa population. L’exercice se fait dans le plus grand secret mais sans doute avec la bénédiction des autorités algériennes. Celles-ci, jusqu’à présent, ne se sont jamais réellement prononcées sur la question, laissant libre cours à toutes les supputations.

par Bachir Mebarek

source ecolomagtunisie

 

_______________________________________________Archives 30 décembre 2011

 Un sit in pour les outardes

Aujourd'hui vendredi ,  sit in un peu particulier devant l'Ambassade du Qatar.

 

Sit in à l'initiative de plusieurs associations environnementales avec pour slogan :"il faut sauver les dernières outardes de Tunisie du braconnage".

 

En effet , du temps de Zaba, les émirs qataris et autres princes du Golfe avaient l'habitude de venir chasser en Tunisie outardes et gazelles pourtant protégées par les lois tunisiennes. Les associations ayant eu vent d'une demande de ce type au Ministère de l'Agriculture ont donc alerté la presse et les médias.

 

Photo Ecolomagtunisie

 

L'outarde houbara est une espèce rare et menacée qui a déjà disparu dans de nombreux pays. C'est un oiseau bien adapté aux environnements désertiques.

 

A mi-chemin entre le faisan et l’autruche, l’outarde est un oiseau qui est présent autour de la Méditerranée. En Afrique du Nord, il se retrouve surtout en Tunisie. L’outarde compte parmi ces oiseaux dits marcheurs. Malheureusement leur effectif diminue d’année en année. On peut trouver la petite et la grande outarde. 

 

En Tunisie, de nombreuses causes sont à l’origine de cette menace de disparition de l’espèce. D’un côté, son habitat naturel diminue en termes de superficie ... et de l’autre, l’outarde fait l’objet d’une chasse touristique massive due surtout au fait que sa chair est très appréciée.

 

Au rythme actuel, l’outarde risque malheureusement de disparaître très rapidement du territoire tunisien. 

 

source djerbablog.blogspot

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Algérie
commenter cet article
18 janvier 2012 3 18 /01 /janvier /2012 05:20

PASSEZ À L'ACTION

 

 

 

Demandez au président de l'Assemblée nationale constituante, Mustapha Ben Jaafar, de garantir les droits humains dans la nouvelle Constitution tunisienne.

 

Monsieur,


Je vous écris afin d'exhorter l'Assemblée nationale constituante à consacrer les droits humains dans la nouvelle Constitution tunisienne.


Les membres de l'Assemblée se voient donner l'occasion cruciale de veiller à ce que : les lacunes de l'ancienne Constitution soient comblées ; des garanties fondamentales en termes de droits humains qui protègeront efficacement les Tunisiens des abus y soient inscrites ; la Constitution jette les bases d'un nouveau futur où les droits humains et l'état de droit seraient au cœur de tout.

 

 

J'engage l'Assemblée à veiller à ce que la nouvelle Constitution :


  • préserve la suprématie du droit international sur le droit national et garantisse que les droits humains consacrés dans les traités internationaux auxquels la Tunisie est partie aient force de loi devant une cour de justice ;

  • interdise la discrimination et cerne clairement les motifs d'interdiction, conformément aux dispositions du droit international. Les femmes et les hommes doivent jouir de l'égalité des droits dans la loi et la pratique, et de l'égalité des chances dans les sphères économique, culturelle et sociale ;

  • garantisse les droits à la liberté d'expression, d'association et de réunion pacifique et prévoie que ces droits soient uniquement restreints dans les limites imposées par le droit international et les normes internationales ;

  • garantisse l'indépendance de la justice, en particulier contre les ingérences de l'exécutif, et l'inamovibilité  ;

  • prévoie des garanties juridiques, dont le droit à un procès équitable ;

  • précise qu'aucun membre des forces de sécurité n'est au-dessus des lois, et comporte des garanties mettant fin à l'impunité et prévoyant que les auteurs présumés de violations des droits humains soient tenus de rendre des comptes ;

  • contienne une interdiction absolue et claire de la torture et des autres traitements et châtiments cruels, inhumains et dégradants, et garantisse que les « éléments de preuve » obtenus sous la torture ou par le biais d'autres formes de mauvais traitements ne soient jamais recevables ;

  • garantisse le droit à la vie et interdise la peine de mort ;

  • garantisse les droits économiques, sociaux et culturels, notamment en prévoyant un niveau essentiel minimum d'exercice de ces droits et en assurant la non-discrimination dans l'accès aux services publics de base. Les droits des travailleurs et des syndicats doivent être appliqués et les victimes de violations des droits économiques, sociaux et culturels doivent avoir la possibilité d'accéder à des recours utiles

 

SIGNEZ LA PÉTITION .amnesty.org

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Amnesty international _ Human Rights Watch
commenter cet article
18 janvier 2012 3 18 /01 /janvier /2012 02:04

Anouar Malek : «En Syrie, on a menacé de m’égorger»


.à gauche : «Les tirs de balle n’ont pas cessé». en haut : «Les rapports ignoraient le non-retrait des blindés». en bàs : «Nous avons vu un cadavre dépecé».  

 

À gauche : «Les tirs de balle n’ont pas cessé». En haut : «Les rapports ignoraient le non-retrait des blindés». En bàs : «Nous avons vu un cadavre dépecé».

 

La fracassante démission du journaliste et écrivain algérien Anouar Malek, le 6 janvier, de la mission d’observateurs de la Ligue arabe en Syrie a mis à mal le régime de Damas, la Ligue arabe et même les autorités algériennes. Dans cet entretien exclusif à El Watan, il répond aux déclarations de Mourad Medelci et aux accusations du général soudanais Eddabi, chef de la mission.

-

Comment avez-vous participé à la mission d’observation en Syrie et sous l’égide de quelle ONG ?

J’ai été choisi par le Comité arabe des droits de l’homme, dont le siège est à Paris, pour représenter l’ONG dans cette mission humanitaire. Je n’ai pas hésité à accepter cette offre car j’ai vu dans cette participation ma contribution à l’instauration de la paix en Syrie, un pays très cher à mon cœur.

 

-Combien y avait-il d’observateurs algériens au sein de cette mission ?

J’étais dans le premier groupe qui a quitté Le Caire pour Damas le 26 décembre dernier, et qui comprenait environ cinquante observateurs représentant plusieurs pays dont l’Algérie, la Tunisie, l’Irak, la Mauritanie, le Soudan, Djibouti, le Maroc et l’Egypte. A ce moment-là, l’Algérie avait envoyé six responsables, trois lieutenants-colonels et trois représentants du ministère des Affaires étrangères, qui ont été rejoints par quatre autres Algériens. En tout, la mission officielle algérienne comprenait dix responsables, répartis entre la banlieue de Damas, Deraa, et Alep.

 

-Que répondez-vous à Mourad Medelci qui a clairement fait entendre que vous ne représentiez pas l’Etat algérien ? Vous attendiez-vous à une telle réaction ?

J’ai été surpris par les termes employés par le ministre algérien des Affaires étrangères. Comme s’il m’enlevait ma nationalité algérienne, alors que je n’ai pas d’autre nationalité. Il aurait fallu que M. Medelci dise : «Anouar Malek est Algérien, mais il ne fait pas partie de la délégation officielle du gouvernement algérien.» Ses propos illustrent une défense franche du régime de Bachar Al Assad. Il est vrai que je ne représente pas le gouvernement. Et cela ne m’honorerait pas de représenter un gouvernement dont le ministre des Affaires étrangères est Mourad Medelci, parce qu’on l’a vu à plusieurs reprises commettre de graves erreurs qui font honte à la diplomatie algérienne.

La première personne à s’être désolidarisée de ma position a malheureusement été M. Medelci, alors que le ministre des Affaires étrangères syrien, Walid Al Mouallem, n’a même pas réagi. A mon tour et en tant qu’observateur, je me désolidarise complètement des propos de M. Medelci sur la situation en Syrie. Des propos en complète contradiction avec la réalité du terrain. Je ne sais pas quelles sont les sources de ce ministre ; si ces sources proviennent de la Ligue arabe, j’ai déjà affirmé que tous les rapports envoyés sont mensongers. Si ces sources sont des membres de sa propre délégation en Syrie et si elles affirment qu’elles ont une autre opinion que la mienne, alors cela décrédibilise encore plus la mission des observateurs. Car cela signifie qu’ils obéissent à leur propre gouvernement et non au protocole de la Ligue arabe.

Par ailleurs, les premières vidéos à avoir filtré étaient celles du commandant Achour, de la délégation officielle algérienne, où l’on voit clairement des snipers à Deraa, des scènes dont le général Mohammed Ahmed Mustapha Eddabi, chef de la mission des observateurs, a démenti l’existence. De toute manière, M. Medelci s’est lui-même décrédibilisé ainsi que son propre ministère. Encore une fois, il fragilise la position officielle du régime.

 

 

-Que répondez-vous au chef de la mission d’observation qui vous reproche de n’avoir pas quitté votre chambre pendant six jours ?

Ce sont les chaînes satellitaires qui lui ont répondu, à chaque fois qu’elles diffusaient une vidéo où l’on me voyait en sa compagnie dans les quartiers de Homs où j’accomplissais ma mission de manière tout à fait normale ! Même les chaînes satellitaires syriennes et d’autres chaînes arabes pro-Al Assad qui m’attaquaient ont montré, elles aussi, des vidéos où j’apparais dans plusieurs quartiers de Homs. J’ai passé seize jours à Homs et j’ai été le premier, en compagnie d’Eddabi, à entrer dans le quartier de Baba Amrou. Nous y sommes restés deux jours consécutifs. Ce fut notre première sortie sur le terrain. Et ce même Eddabi prétend que j’ai passé six jours dans ma chambre d’hôtel ! Alors, qu’ai-je fait durant les dix autres jours ?

J’ai également publié mes observations sur ma page facebook le matin du vendredi 6 janvier 2012. Et cette page a été piratée le jour même, après que les médias aient repris les informations. J’ai tout de suite gelé mon travail au sein de la mission jusqu’à mon départ de Homs lundi 9 janvier au matin. A propos de ma prétendue maladie, j’ai juste attrapé une grippe, comme mes autres collègues de la mission, et c’était pendant la période où j’avais démissionné. Le plus surprenant est arrivé le samedi 7 janvier : la Ligue arabe a démenti la fermeture de ma page facebook en prétendant que je suis ambassadeur et que je m’appelle Anouar Abdelmalek Ahmed.

Cela est arrivé parce qu’Eddabi m’a contacté alors que j’étais dans ma chambre et il m’a questionné sur ma page facebook fermée. Je lui ai répondu que je n’étais pas au courant parce que je n’avais pas internet dans ma chambre, mais il ne m’a plus contacté par la suite. Les accusations d’Eddabi l’ont mis à nu et corroborent tout ce que j’ai dit à propos de cette mission inefficace, d’un niveau ridicule, qui ne correspond pas à une très grande mission dont dépend l’avenir de tout un pays et de la région.

 

 

-Avez-vous reçu des menaces ?

Le vendredi 6 janvier, suite à la publication de mes observations sur facebook, j’ai reçu plus de dix appels anonymes me menaçant d’être «égorgé». Et le jour où nous avons, avec mes collègues, quitté Homs pour Damas, des snipers ont tenté de nous tuer. Heureusement, seule notre voiture et celle de notre protection ont été touchées. Chose bizarre, nos accompagnateurs nous ont emmenés sur une route, à côté du quartier de Baba Amrou, alors que ce n’était pas notre chemin habituel. Le régime voulait nous convaincre que c’était l’armée libre syrienne basée à Baba Amrou qui avait tenté de nous tuer. Or, nous avons essuyé des tirs alors que nous nous trouvions sur un pont proche de l’université du Baas.

Un barrage de chebihas (milices armées civiles pro-régime, ndlr) nous séparait du quartier de Baba Amrou ainsi que des maisons, toutes occupées par l’armée syrienne et les snipers. Un professeur d’université m’a personnellement informé qu’il avait vu des snipers en train de se préparer sur le toit d’une maison, un quart d’heure avant notre passage. Après avoir démissionné et après mes déclarations à Al Jazeera, j’ai reçu des appels téléphoniques anonymes de chantage. On me menaçait de publier des photos de moi dans la salle de bains de ma chambre de l’hôtel Essafir, à Homs !

 

 

-Est-ce que d’autres observateurs ont démissionné ?

Oui. Avant moi, d’autres étaient déjà partis quand je me trouvais encore à Damas. Le lundi 9 janvier, le docteur Abdelhamid Elouali a quitté la mission. Il avait, dans une réunion le 27 décembre dernier, très violemment critiqué la mission en la qualifiant de «mascarade». Pendant ce temps-là, le général Eddabi était occupé au téléphone. Le Marocain l’a interpellé : «Il est très mal élevé de rester au téléphone quand quelqu’un vous parle.» Un Tunisien a aussi demandé à quitter la mission, mais je ne connais pas la suite. L’Egyptien Ahmed Abdallah Khalil et le Djiboutien Mohamed Houcine Omar ont quitté la mission avec moi et je sais que d’autres ont menacé de se retirer si les choses restaient en l’état.

 

 

-Quelles ont été vos conditions de travail sur place ? Qu’est-ce qui vous a le plus choqué ?

Il n’y avait aucune condition spécifique de travail. Nous avions un protocole à suivre, mais sur place, il n’était pas respecté. Nous souffrions du manque de moyens. Nous devions prendre les communications téléphoniques à notre charge. Nous n’avions même pas droit à un bureau alors qu’il était convenu que des locaux seraient mis à notre disposition pour accueillir les citoyens. Nous sommes restés dans l’hôtel, gardés et surveillés par les services secrets, où l’on ne pouvait rencontrer que les pro-régime et des personnes embrigadées qui nous racontaient des contrevérités. La mission d’observation aurait dû travailler dans la sérénité. Depuis notre arrivée, les tirs de balle n’ont pas cessé.

Le régime continuait à bombarder les quartiers à l’artillerie lourde et nous écoutions tout cela sans pouvoir rien faire. Ce qui m’a le plus choqué, ce sont les assassinats qui ciblaient même les enfants. Nous avons vu un cadavre dépecé. C’était un citoyen du quartier de Baba Amrou, qui avait été arrêté puis rendu à sa famille dans un état que l’esprit humain ne peut même pas imaginer. Les tirs de snipers étaient continuels, contrairement à ce qu’avait promis le gouvernement syrien. Sous le choc de tous ces terribles crimes, je trouvais très dangereux que les rapports envoyés à la Ligue arabe ignorent beaucoup de questions sensibles. Ce qui m’a confirmé que plusieurs pays arabes étaient complices du régime de Bachar Al Assad.

Le président de la mission, le général Eddabi, n’a choisi que des personnalités proches des régimes pour présider les groupes sur le terrain. Il a complètement ignoré les éléments issus des ONG et les voyait même comme des ennemis. Il faut souligner que notre protocole de travail a été rédigé dans les beaux salons de la Ligue arabe, loin de la réalité humanitaire tragique. Son application était donc impossible. Par exemple, le gouvernement syrien était chargé de notre sécurité, mais notre escorte – les services de sécurité syriens – ne pouvaient entrer dans la plupart des zones chaudes, comme à Baba Amrou. L’escorte nous disait : «Allez-y, assumez vos responsabilités.» Et lorsque nous rencontrions des difficultés, souvent à cause des snipers, cette même escorte nous accusait d’avoir commis une erreur en voulant entrer dans ces quartiers. Alors, comment appliquer un protocole qui nous demande de dialoguer avec les gens lorsque nous nous trouvions dans des quartiers détruits, sinistrés, face à une situation humanitaire catastrophique ?

 

-Pourquoi, selon vos déclarations, la Ligue arabe a-t-elle produit de faux rapports et quelles en ont été les sources ?

Le problème a commencé à cause de certains chefs de groupe, plus précisément le groupe A et le groupe B, à Homs. Le premier – dans lequel je me trouvais – était dirigé par le colonel Abdallah, des services secrets soudanais ; le second était dirigé par un jeune Irakien, Ammar Djaber Abas, fonctionnaire au ministère des Affaires étrangères irakien. J’ai lu les rapports envoyés à la salle des opérations à Damas. Et j’ai trouvé que ces rapports étaient vides et ignoraient beaucoup de choses, comme par exemple le non-retrait des blindés militaires ou l’emploi de la violence contre les civils, etc. Le général Eddabi a raconté aux médias des contrevérités. Par exemple, le 25 décembre, il a déclaré que la situation à Homs, après notre visite, était calme, alors que nous avons assisté à des tirs de snipers. On nous a tiré dessus et l’artillerie bombardait des quartiers. Tout cela a corrompu le travail de la mission et a causé un très grand tort au peuple syrien et à la noble mission pour laquelle nous étions là-bas.

-

Qu’en est-il des groupes armés de l’opposition ?

Il n’y a pas de groupe armé. Il y a une armée libre dont les chefs sont des officiers dissidents qui obéissent à leur propre loi. Mais ils ont avec eux, aussi, des volontaires qui portent des armes. J’ai rencontré Abderrezak Talas, un des officiers dissidents les plus connus, dans une maison abandonnée, à Baba Amrou. Je l’ai questionné à propos de ces civils armés. Il m’a expliqué que les militaires dissidents ont besoin des habitants du quartier pour mieux les protéger parce que la plupart des militaires ne sont pas issus de ces villes-là. C’est pour cela qu’ils ont ouvert la voie à des volontaires, mais de manière très contrôlée. Je précise que depuis notre arrivée à Homs, les éléments de l’armée libre nous avaient promis une trêve et l’ont respectée. Et cela, malgré les bombardements incessants de l’armée régulière. J’affirme ici que l’armée libre est en situation de défense des quartiers et que sans sa présence, des quartiers entiers auraient été exterminés.

 

 

-Comment voyez-vous l’avenir de la Syrie ?

La Syrie se dirige vers une guerre civile. Tant que le régime persiste à employer tous les moyens militaires pour enterrer la révolte populaire. Et tant que le régime de Bachar Al Assad tente d’allumer la mèche du lien confessionnel en misant sur le soutien de la communauté alaouite et en pariant sur la victimisation de la minorité chrétienne. C’est pour cela que les assassinats et les kidnappings ciblent aussi les familles alaouites et les chrétiens. J’ai vu de mes yeux les cadavres du colonel à la retraite Amir Roger et de son fils Hani, assassinés le 5 janvier. D’après mon expertise militaire, j’ai constaté que les munitions utilisées étaient les mêmes que celles utilisées contre les civils dans les quartiers révoltés : des balles explosives. Je souhaite tout le bien pour la Syrie. C’est un beau pays, un grand peuple, mais dommage, dirigé par le sinistre régime de Bachar Al Assad.

par Adlène Meddi et Mélanie Matarese

source elwatan

 

____________________________________________________

«,La Syrie est une tête de pont pour une agression contre l’Iran »

 

 

par Joëlle Pénochet et Chérif Abdedaïm


En dépit de la focalisation de l’actualité sur l’Iran, la Syrie demeure sujet à préoccupation de la part des observateurs. Ce pays rétif à l’instauration du Nouvel Ordre Mondial reste est « victime d’actes de terrorisme planifiés et organisés par des puissances étrangères ». Quelle part des services secrets occidentaux dans cette tentative de déstabilisation ? Instrumentalisation de l’OTAN par l’impérialisme US, bras armé de l’ONU ainsi que d’autres questions auxquelles Joëlle Penochet, journaliste, ethnologue et sociologue des mass-médias a répondu dans cet entretien accordé exclusivement à La Nouvelle République.

 

 La NR/ Quelle est votre analyse de la situation en Syrie?

 

J.P/ Ce n’est pas Bachar el-Assad qui est visé, mais la Syrie en tant que pays laïc, nationaliste et indépendant, ennemi d’Israël et rétif à l’instauration du Nouvel Ordre Mondial. Après l’Iraq et la Libye, ce pays doit inéluctablement être détruit à son tour pour permettre la réalisation du vieux projet atlantiste de «Grand Moyen Orient». Par ailleurs, la Syrie est une tête de pont pour une agression contre l’Iran et la poursuite de l’encerclement de la Russie et de la Chine.

 

Après l’élimination du colonel Kadhafi, dans les conditions ignobles que l’on connait, Bachar-el-Assad est le nouvel homme à abattre, l’Hitler du moment. L’agenda atlanto-sioniste (qui correspond à celui des néo-conservateurs du PNAC (Projet pour un nouveau siècle américain) a pris du retard, et le rythme infernal de l’enchaînement des guerres contre les pays ciblés (annoncé par Bush dans le cadre d’une «guerre de cent ans contre le terrorisme) doit s’accélérer. La Syrie est depuis longtemps sur la liste étasunienne des «Etats-Voyous» dont le régime doit être renversé. L’ancien commandant en chef de l’OTAN, le général Wesley Clark, a rapporté en 2007 qu’un officier d’état-major de haut rang lui avait confié, quelques semaines après les attentats du 11 septembre, qu’une campagne militaire de cinq ans était programmée, pour des motifs inconnus, pour attaquer sept pays: l’Irak, la Syrie, le Liban, le Libye l’Iran, la Somalie et le Soudan.

12_11_Bachar_Assad_Syrie_930_620_scalewidth_630.jpg

 

Concernant l’application de ce projet en Syrie, c’est le scénario libyen, à quelques détails près, qui est répété: la même propagande guerrière contre le régime et la diabolisation de son chef, les mêmes mercenaires et combattants professionnels étrangers lourdement armés déguisés en manifestants pacifiques, les mêmes faux-témoignages de «victimes», la création d’un «Conseil national de transition» (le 1er octobre à Istanbul) – un clone du CNT libyen -, et des sanctions économiques répétées pour asphyxier le pays.

 

Car, depuis la chute du mur de Berlin, c’est toujours le même schéma qui est utilisé pour lancer une guerre «humanitaire» (en Yougoslavie, en Iraq, en Libye…): on déclare que le dirigeant du pays ciblé «massacre son propre peuple», ensuite on fait des discours droits-de-l’hommistes enflammés à l’ONU («nous devons libérer le peuple de son tyran»), on impose des sanctions économiques de plus en plus lourdes, on menace, on lance des ultimatums innacceptables. Siimultanément, on prépare méthodiquement l’opinion publique internationale (que l’on doit émouvoir en lui racontant des histoires atroces préfabriquées – de bébés, de femmes et d’enfants torturés, massacrés par le régime…) à une intervention «humanitaire».

syrie_0.jpg

 

Actuellement, Washington et ses vassaux – en premier lieu la France – se disent «mécontents» des rapports des observateurs de la Ligue arabe, qui les a «trahis» en ne remplissant pas leur mission véritable qui était de de confirmer la version de la Maison Blanche. Ils leur font le même reproche qu’au projet de résolution russe, celui de mettre sur le même plan les violences du régime et celles des «contestataires». Les américains ont d’ores et déjà déclaré que, quelles soient les recommandations de la délégation des observateurs arabes, leur position resterait inchangée. On s’en serait douté!

 

Mais Washington a oublié que la Syrie n’est pas la Libye. C’est un pays de 23 millions d’habitants, avec des moyens militaires plus importants, des forces militaires aguerries, et des alliances qui semblent plus sûres, du moins pour l’instant. Le pays est toujours en état de guerre larvée avec Israël depuis 1948 – avec l’épisode douloureux de la prise du Golan en 1967 (territoire qu’Afez el-Assad avait toujours essayé de récupérer) et la guerre de 1973 -, et en froid avec l’Egypte et la Jordanie qui ont signé des traités de paix avec Israël.

 

La Syrie étant alliée de l’Iran, du Hezbollah au Liban, et du Hamas à Gaza, pour contrer l’expansionnisme de l’état d’Israël, elle connait des tentatives de déstabilisation récurrentes: rappelons-nous l’accusation de l’assassinat de Rafic Hariri en 2005, invalidée par la révélation que les chefs d’accusation reposaient totalement sur une série de faux-témoignages. Ce n’est pas à la Syrie que profitait cet assassinat…

 

Les puissances occidentales, par l’intermédiaire des dictatures théocratiques du Golfe et de la Turquie veulent en finir avec ce pays comme ils l’ont fait de Iraq et de la Libye. On peut malheureusement redouter qu’il ne s’agisse que d’une question de temps, car Washington est déterminé à appliquer son agenda quoi qu’il en coûte, quitte à provoquer l’embrasement de la région entière et le déclenchement d’une troisième guerre mondiale, avec l’utilisation d’armes thermonucléaires.

 

Une nouvelle fois, il ne s’agit en aucun cas d’une révolte populaire, comme les media mainstream, aux mains des banksters et des multinationales de l’armement, veulent le faire accroire. Le gouvernement syrien est victime d’actes de terrorisme planifiés et organisés par des puissances étrangères pour le renverser. On assiste depuis le début des événements à une militarisation impressionnante de la soi-disant «contestation», et à son escalade sans fin: attaques à l’arme lourde contre les forces armées gouvernementales et les bâtiments publics, tirs de snipers sur les policiers, les manifestants et la population, enlèvements et assassinats de fonctionnaires et de civils qui refusent d’obéir au diktat des bandes armées.

 

Le niveau d’agression a monté d’un cran avec des sabotages d’infrastructures du pays, comme celui d’un pipe-line approvisionnant l’une des principales centrales électriques, revendiquée par l’Armée syrienne libre (ASL, la branche armée du CNS). Et maintenant l’escalade se poursuit avec des attentats, qui risquent de se multiplier. Ceux de Damas, qui ont fait 44 morts et 166 blessés graves à Damas à la veille de Noël, revendiqués par les Frères musulmans, ont été cyniquement attribués au régime par l’opposition et les puissances occidentales! Le 6 janvier, une nouvelle explosion à la voiture piégée a fait des dizaines de morts et de blessés. Plusieurs milliers de personnes, dont plus de deux mille soldats et membres des forces de sécurité, auraient déjà été tuées par les terroristes depuis l’apparition des troubles.

 

A l’instar des «rebelles» libyens, qui n’ont jamais existé que sur les écrans de télévision et les photos de presse, les bandes armées qui opèrent en Syrie sont des mercenaires et des terroristes islamistes armés de matériels lourds et sophistiqués par des puissances étrangères et l’OTAN : fusils de chasse, antichars, lance-roquettes, roquettes antiaériennes, mortiers, mitrailleuses lourdes, équipement électronique, lunettes laser…).

1-3290-b336b.jpg 

 

Ces gangs instillent un climat de terreur dans la population, menaçant de mort ou exécutant froidement ceux qui refusent de participer à leurs manifestations, ou à leur grève générale. Ces méthodes terroristes ressemblent étrangement à celles du GIA en Algérie dans les années 90′, dont on peut se demander, avec le recul du temps, pour qui il roulaient vraiment… Le gros des troupes de «l’Armée syrienne libre» (ASL) serait composé d’éléments étrangers, principalement des terroristes islamistes armés par le Qatar, monarchie théocratique richissime. Après avoir servi de base à l’état-major américain pour ses opérations en Irak, il avait envoyé cinq mille combattants professionnels en Libye. L’ASL est dirigée par Abdelhakim Belhaj, chef historique d’Al Qaida en Libye déjà sacré gouverneur militaire de Tripoli par l’OTAN.

belhadj-copie-1.jpg

Abdelhakim Belhaj

 

C’est pourquoi la population syrienne est en quasi-totalité derrière son président pour contrer l’agression étrangère (les grandes manifestations de soutien au régime n’ont jamais cesser depuis le début – rassemblant plus d’un million de personnes, à Damas et à Alep) et qu’elle ne cesse de réclamer plus de protection de la part de l’armée et de la police. Même les opposants, qui critiquaient la lenteur des autorités à réformer le pays pour éradiquer la corruption et instaurer plus de libertés et de justice sociale, soutiennent activement le régime pour contrer à tout prix une agression étrangère. Les réformes entamées par Bachar el Assad dès son entrée en fonction ont pris d’autant plus de retard qu’après avoir été freiné par la vieille garde de son père Afez, il a du faire face à des menaces extérieures et que le pays est l’objet de sanctions économiques du plus en plus dures.

 

Les minorités religieuses ont particulièrement menacées par les terroristes islamistes. Grâce au régime laïc, quarante-cinq communautés avaient jusqu’à présent coexisté en harmonie en Syrie: les Chrétiens – qui représentent 15% de la population -, les Druzes, les Kurdes, les Chiites et les Alaouites. Ces minorités soutiennent leur président et craignent l’instauration d’un régime religieux dont les persécutions les contraindraient à l’exil. Deux millions de réfugiés irakiens et près d’un-demi million de Palestiniens ont été accueillis généreusement par la Syrie, où ils ont les mêmes droits que les citoyens syriens. Provoquer et attiser les violences inter-confessionnelles ou inter-ethniques est un moyen classique pour instaurer le chaos, provoquer des guerres civiles, et imposer ensuite un nouvel ordre.

Syrie_entre_conflits_texte.jpg

La Soeur Agnès-Mariam de la Croix soutient le régime de Bachar

 

En revanche, il n’est jamais question de Résolution de l’ONU contre les dictatures sanguinaires amies de l’Occident comme l’Arabie saoudite, théocratie obscurantiste qui a massacré des milliers de manifestants au Barhein depuis le début de 2011. En Iraq, les nouveaux «dirigeants» font tirer à balles réelles sur les rassemblements – faisant à chaque fois des dizaines de morts et de blessés, et ont assassiné un journaliste co-organisateur des «Jours de la colère» contre le régime. Tout cela, dans le silence assourdissant de la dite «communauté internationale».

 

Ces préparatifs de guerre se déroulent honteusement avec le soutien de l’opinion publique occidentale, façonnée par la propagande des media mainstream. Les slogans (en anglais, donc à destination de l’étranger) sont conçus par des officines américaines spécialisées. Les accusations les plus grotesques ont été lancées contre Bachar el-Assad: enfants torturés, blogueuse lesbienne persécutée et prise en otage (en réalité un étudiant américain émettant d’Ecosse…). Sachant que la guerre de l’information se déroule maintenant sur l’Internet, les rejetons électroniques des media mainstream (comme le Post et Rue89 en France) se répandent en faux témoignages de soi-disant victimes (dont les noms ne sont jamais cités et dont les photos sont floutées…).

 

Ces accusations odieuses sont basées sur de faux documents audio-visuels provenant généralement d’ Al-Jazira et Al-Arabiya (les Voix de son Maître de l’OTAN et du Pentagone). Ces media prennent aussi leurs «informations» – relayées sans vérification – auprès «d’ONG» basées dans des pays occidentaux (Londres-Paris-Washington), financées paradoxalement par des organisations para-gouvernementales! C’est le cas d’Amnesty International, dont l’antenne américaine est dirigée par une assistante d’Hillary Clinton.

 

Mais la première source des médias mainstream est l’obscur «Observatoire syrien des Droits de l’Homme» (OSDH), basé à Londres et membre du CNS aux mains des Frères musulmans (les plus radicaux de la région), dont le but est l’instauration d’une république islamique. Son porte-parole, en exil en Turquie, s’exprimant au nom du «peuple syrien» réclame depuis des mois une «intervention extérieure».

 

En vue d’obtenir le feu vert pour déclencher l’agression, les Etats-Unis ont même fait pondre au Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU un rapport sur mesure, totalement bidon sur les «crimes syriens contre l’humanité”. Fabriqué entièrement «en chambre» à Genève, il est basé uniquement sur les pseudo «témoignages» de 223 «déserteurs» et «victimes» dont, bien sûr, l’identité ne peut être révélée! En outre, il a été co-écrit par la directrice d’un Think-Thank de Washington (le Middle East Policy Council), qui inclut des représentants du gouvernement, de l’armée américaine, de la chambre de commerce américano-qatarie (comprenant Chevron, Exxon, Raytheon et Boeing) et agents de la CIA. Comme attendu par la secrétaire d’Etat Hillary Clinton, ses conclusions préconisent une intervention militaire. Ce «rapport» a permis au Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU d’adopter une résolution condamnant «les violations des droits de l’Homme et des libertés fondamentales » en Syrie. La menace d’une "guerre civile" pourrait justifier une intervention militaire «humanitaire».

moton120093-73d14.jpg

Mercenaire

Bachar-el-Assad n’a rien d’un dictateur. C’est un médecin formé à Londres qui n’avait aucune ambition de devenir président. Il a été élu par référendum en 2000 et la population – même ses opposants-, est plus que jamais massivement derrière lui. Les forces militaires qu’il déploie – bien insuffisantes au demeurant – pour tenter de contenir cette insurrection armée de grande ampleur, font face à des escadrons de la mort redoutables entraînés par des forces spéciales américaines, françaises et israéliennes en Turquie et au Liban Nord. Le président a regretté publiquement des bavures – attribuées au fait que les forces de l’ordre étaient exaspérées par des assassinats massifs de leurs membres par des «insurgés» armés alors qu’eux-mêmes n’avaient pas le droit de tirer. De nombreux soldats ont été atrocement torturés et mutilés avant d’être jetés d’un pont, comme le montrent des vidéos de témoins directs.

syr-tartous-drapeau0.jpg

Manifestation de soutien au régime à Tartous

 

Tout est fait pour isoler la Syrie sur la scène internationale. La décision obtenue le 25 novembre de la Ligue arabe, dominée par l’Arabie Saoudite et autres suppôts des Etats-Unis, de suspendre la Syrie, pays fondateur de l’organisation – et dernier état arabe à s’opposer à Israël – avait pour objectif d’assurer une couverture arabe à l’agression.

 

Cette fois, c’est la Turquie, membre de l’OTAN et alliée d’Israël, qui tient le rôle de paravent pour les Etats-Unis que la France avait joué en Libye. En effet, ruinés et en campagne électorale (l’opinion publique américaine étant défavorable aux opérations extérieures – c’était le sens du vote à la présidentielle de 2008), les Etats-Unis ne peuvent plus se permettre d’apparaître au premier plan, mais orchestrent toute l’opération en coulisses.

 

Par ailleurs, on remarquera que les nouvelles guerres sont déclenchées avec l’assentiment quasi-unananime de l’opinion publique occidentale. La démobilisation des anti-guerre ne s’explique pas totalement par le découragement qui a gagné les participants aux grandes manifestations de 2002-2005 contre la guerre en Iraq (qui ont rassemblé plus de 10 millions de personnes dans le monde, et à plusieurs reprises plus d’un demi-million de personnes à New-York, Washington et à Londres). La fièvre de la guerre humanitaire a contaminé les milieux traditionnellement anti-guerre, comme en France, la «Gauche de la gauche» et les «écologistes» – révélant ainsi la véritable nature de ces mouvances très médiatisées-, et aux Etats-Unis les «libéraux», depuis que le milliardiaire Georges Soros (l’inventeur génial des « révolutions colorées ») a mis la main sur le mouvement pacifiste en 2004 pour canaliser ses énergies derrière le candidat belliciste démocrate (à l’aide de slogans aussi fédérateurs que «Anybody but Bush»), en lui faisant prendre des vessies pour des lanternes.

Lire la suite


 

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Syrie : les oppositions _ Ligue Arabe
commenter cet article
17 janvier 2012 2 17 /01 /janvier /2012 20:44

Thala Jeunesse travailliste

 

(No comment)

fe.jpg


Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Thala [RÉGIONS] _Kasserine_Gafsa_S. Bouzid_ Silian
commenter cet article
17 janvier 2012 2 17 /01 /janvier /2012 07:23

 

 
Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Amnesty international _ Human Rights Watch
commenter cet article
17 janvier 2012 2 17 /01 /janvier /2012 06:34

 

 


 

 

________________________________________________________

Libéré, le rappeur marocain L7a9d dénonce encore "l'impunité des voleurs"

 

 

AFP/CHAFIK ARICH

Accusé d'agression, Mouad Al-Haqed, un rappeur marocain de 24 ans, connu pour ses chansons virulentes contre le pouvoir royal, a été libéré, jeudi 12 janvier, par le tribunal de Casablanca. Dès sa sortie de prison, il dénoncait de plus belle "les injustices" et "l'impunité des voleurs".

Le rappeur était détenu depuis le 10 septembre et avait comparu mardi, pour la sixième fois, devant le tribunal de Casablanca pour "coups et blessures avec préméditation". Mouad Elghouat, dit" L7a9", ce qui signifie le "rancunier" en arabe, selon une écriture mélangeant chiffres et lettres romaines, est une figure du Mouvement du 20-Février, lequel revendique des changements politiques profonds, l'élimination de la corruption et une monarchie parlementaire à l'image de l'Espagne.


>> Lire : "Mobilisation au Maroc pour L7a9d"

"Il n'y aura aucun retour en arrière. Vive le peuple. Grâce au rap, je suis engagé pour le peuple et pour ses problèmes. Nos revendications sont énormes", a déclaré le chanteur à sa sortie de prison, à Casablanca.

Mouad Al-Haqed avait été condamné à à quatre mois de prison pour l'agression d'un membre de l'alliance des jeunes royalistes, Mohamed Dali. Après le verdict, des centaines de jeunes contestataires du Mouvement du 20-Février se sont rassemblés devant le tribunal, scandant des slogans de soutien au rappeur. 

Largement diffusées sur les réseaux sociaux, les chansons d'Al-Haqed sont critiques à l'égard de la monarchie marocaine et abordent des thèmes liées aux injustices et aux inégalités sociales. L'un de ses morceaux les plus célèbres critique ouvertement le roi Mohammed VI et dénonce sa fortune. Né dans un quartier populaire de Casablanca, Mouad Al-Haqed était magasinier dans une grande surface avant d'être arrêté.

source .lemonde.

 

______________________________________________________________

 __________________

_____________________________________

 

الحاقد في أول حوار بعد خروجه من السجن: أحد المحققين سألني 'علاش كاتجبد الملك في الأغاني ديالك؟'

الحاقد في أول حوار بعد خروجه من السجن: أحد المحققين سألني 'علاش كاتجبد الملك في الأغاني ديالك؟'

غنى للسجناء فهتفوا له 'كلنا حاقدين غير ديونا كاملن' وأحدث أغانيه عن 'حكومة حديدان'

في أول حوار له مع جريدة مغربية، يكشف فنان الراب معاد بلغوات الملقب "بالحاقد" لموقع لكم تفاصيل الأشهر الأربعة التي قضاها وراء القضبان بسجن عكاشة. كما يكشف عن الحقيقة التي كانت وراء اعتقاله ومتابعته، ويتحدث لقراء الموقع عن ألبومه الجديد الذي كتب أغلب قصائده داخل الجناح 6 بسجن عكاشة بالبيضاء.

- مبروك الحرية معاذ؟

الله يبارك فيك خويا، والعقبة للشعب كامل يتحرر.. وسنتحرر

- هل ما زلت "حاقد" على الوضع رغم أيام الزنزانة أم أن هناك شيئا ما تغير؟

ما زلت حاقد كما كنت، لأنه لم يتغير أي شيء من حولنا، وسأبقى "حاقد" ما داموا مستمرين في تجاهلهم لمطالب الشعب المغربي، وسأبقى حاقد ما داموا قرروا أن الوضع سيبقى على ما هو عليه، وسأبقى حاقد كذلك لكي أرفع صوتي عاليا بكلمة الحق ضد الفساد والاستبداد والظلم.

- هل من شيء ما زال عالقا في الذاكرة من أيام الزنزانة؟

هناك صور ومشاهد كثيرة: عندما ولجت سجن عكاشة بالدار البيضاء وأمضيت فيه الأسبوع الأول، اكتشفت أنه لم يكن سجنا في الحقيقة وإنما مغربا آخر صغير.. هناك كثير من المظلومين وراء أسوار سجن عكاشة، هناك أبرياء كثر في سجون المملكة، لكن ما يحضرني الآن من ذكرى قوية في ظلمة الزنزانة هو عندما طلب مني بعض سجناء الحق العام أن أؤدي لهم مقطوعة غنائية، فأديت لهم أغنية، كما طلبوا، وعندما انتهيت حدث أمر لا يصدق: صاروا كلهم يصرخون من داخل سجنهم "كلنا حاقدين غير ديونا كاملين".. إنها صورة لن أنساها ما حييت. ما يمكنني أن أضيفه في هذا الصدد هو صورة من واقع الفساد داخل السجون المغربية: في عكاشة اكتشفت ماذا تعني كلمة "حكرة" بالفعل، في عكاشة من لا يملك المال يموت ويقهر، ومن يملك الأموال يشتري الخدمات، كل الخدمات، وكأنه في أوطيل 5 نجوم.

- لنعكس السؤال إذن، ما الذي كنت تشتاق إليه عندما تعصف بك حقيقة أنك داخل سجن بالفعل؟

كنت أشتاق إلى الميكروفون، اشتقت كثيرا إلى الغناء، الشيء الذي كان ينقذني من هذا الاشتياق ومن هذا العشق هو رفاقي السجناء، الذين كانوا يتعاطفون معي، ويطالبونني في كل مرة بتأدية بعض الأغاني أمامهم، وكانت تعجبهم كثيرا أغنياتي عن السجن، ومن هنا أحييهم جميعا في الجناح رقم 6.

- المصريون يقولون "ياما في السجن مظاليم"، الآن وبعد أن عانقت الحرية هل تحس أنك ظلمت؟

الحقيقة أنه كان دائما يخالجني إحساس بأنني سوف أعتقل في يوم من الأيام، إما بسبب أغاني أو بسبب انخراطي في الحراك الشعبي المغربي، حتى أن أغلب من كانوا يستمعون إلى أغاني كانوا يرددون تعليقا واحدا "دابا يشدوك يا مسخوط"، وبالتالي فالاعتقال في حد ذاته لم يكن يرهبني فأنا أتصارع مع مخزن ومع نظام، وإذا كان اعتقالي هو الضريبة فليكن، ولكي أجيب على سؤالك أقول: بغاو يحكروني ويظلموني وماقدوش

- هل بالفعل تم اعتقالك ومحاكمتك لأنك اعتديت على "بلطجي"؟

أعتقد أن من حاولوا تصوير الأمر على هذا الشكل كانت لهم أهداف أخرى من وراء ذلك، لأنني لم أعتدي على أي أحد، وأنا، وكما يعرفني كل أبناء حيي وأهلي لا أعتدي على أحد، حقيقة اعتقالي مرتبطة بنشاطي داخل حركة 20 فبراير، أكثر من ذلك فاعتقالي كان بسبب الأغاني التي أؤديها والتي يبدو أنها صارت تخيفهم، وقد تبين للرأي العام طيلة أطوار اعتقالي ومحاكمتي كيف تمت فبركة الملف وكيف كان مسار المحاكمة غير ديموقراطي وماذا كانت النتيجة.

- أثناء التحقيق، هل وجهت إليك أسئلة خارج سياق القضية؟

لقد اتضحت لي الصورة منذ اليوم الأول لاعتقالي، عندما أمضيت 3 ساعات مع محققين اثنين، ووجه إلي أحدهما سؤالا مباشرا وواضحا: "علاش كتجبد الملك في الأغاني ديالك؟"، ولإعطاء السؤال طابع النصيحة قال الآخر: "آصاحبي هضر على كل شي ولكن الملك لا"، وفي الحقيقة أثناء التحقيق لم يكن هناك أي عنف، وأعتقد أن هذا راجع إلى ضغط الشارع. وبالتالي أعتقد أن سبب اعتقالي واضح.

- هل كتبت شيئا جديدا داخل زنزانة عكاشة؟

كتبت العديد من القصائد، سيتضمها ألبومي القادم، وواحدة من هاته القصائد، وعنوانها "حكومة حديدان" تقول: شري شري لبلاصة/ سياسة الكراسة/ وغمقو على الشعب بصندوق المقاصة/ عزلو سلعة وماركة/ دخل تلعب الماتش/ خلي البيت يتماركة/ الحركة والتقدم خليها تدخل الكووول/ العدالة في الواجهة/ ودركو ديك الجهة/ الاستقلال كول ولاد الشعب/ كول وزيد كول.

- رافقت أيام اعتقالك حملة تضامن واسعة معك، هل كنت تنتظر كل هذه التعبئة من أجل قضيتك؟

عبر موقع "لكم" أشكر كل من تضامن معي، وأعترف اليوم أن ذلك التضامن هو ما كان يقويني، وكنت أقول لنفسي "راني ماشي بوحدي.. خاصني نكمل". فشكرا لكم جميعا.

---

تعليق الصورة: معاد بلغوات بعد خروجه من السج


source lakome

 

 

______________________________________________

3ASH IL SHA3B AL 7A9ED 7URR (rap et révolution 1/3)


 


Non, pas de problème avec votre navigateur ! En fait, vous venez de lire de l’arabe dans le texte, mais écrit en arabizi, l’interface « inventée » par l’internationale populaire de la jeunesse arabe numérisée (IPJAN). 3ash il sha3b al 7a9ed 7urr! , qui s’écrit en lettres arabes ainsi عاش الشعب الحاقد حر , signifie : Vive le peuple, El Haqed est libre !


Ce slogan, quelques centaines de manifestants l’ont repris à Casablanca il y a quelques jours à l’occasion de la sortie de prison de Moad Belghouat (معاذ بلغوات ), alias El Haqed (الحاقد), aka (also known as) L7AQD (“le rancunier”, disent les dépêches d’agence, qui ne fréquentent pas assez « les quartiers », sinon elles traduiraient, bien plus fidèlement, « celui qu’à la haine »).


Après une longue nuit d’audience – l’affaire était d’importance, visiblement –, le jeune rappeur marocain a donc été libéré après quatre mois de prison. Il y était entré, le 9 septembre dernier, à la suite d’une distribution de tracts qui aurait tourné à la bagarre avec un certain Mohamed Dali, membre des « Jeunesses royalistes » (حركة الشباب الملكي, une organisation toute récente, soupçonnée de réunir des gros bras au service du régime, à l’image des trop célèbres baltagiyyaségyptiens).


Jour de victoire pour la jeunesse marocaine pas totalement convaincue par les ouvertures démocratiques de la monarchie. Auteur de textes particulièrement mordants, El-Haqed est en effet devenu en quelque sorte la voix du mouvement du 20 février, un groupement de jeunes qui ne se reconnaissent guère dans ce qu’ils appellent les « partis administratifs » (voir cet article sur le très intéressantMamfakinch), lesquels ont, eux, accepté de participer, en novembre dernier, aux législatives remportées par les « islamistes » du parti Justice et développement (PJD).


Originaire d’un quartier populaire de Casablanca, ancien magasinier, El-Haqed s’inscrit dans une longue tradition locale du protest song dont la saga remonte au moins jusqu’aux Nass El Ghiwane des années 1960. Musicalement, il est bien entendu davantage l’héritier du L’Boulevard, à la fin des années 1980. « Vive le peuple. Grâce au rap, je suis engagé pour le peuple et pour ses problèmes », s’est écrié El Haqed devant la foule venue célébrer sa sortie de prison. Pour lui, la question ne se pose pas : le rap, par définition ou presque, est du côté de ceux qui combattent pour la justice. D’ailleurs, nombreux sont ceux qui pensent comme lui !


Pourtant, les choses ne sont pas aussi simples car on trouve aussi au Maroc des rappeurs qui ne sont pas loin de chanter les mérites du régime. D’après « Momo » (Mohamed Mghari حمد المغاري ), le fondateur du L’Boulevard (voir cet article en arabe), les choses ont commencé il y a une bonne dizaine d’années quand de jeunes rappeurs ont voulu prouver à leurs détracteurs que leur musique était bien « nationale », et pas seulement une importation US. Mais de fil en aiguille, la fibre nationale s’est faite chauvinisme et même, dans certains cas, « rap de palais » (par allusion à M6, la « maison royale »), un genre qui, naturellement, reçoit tout le soutien nécessaire de la part des appareils du régime.


Fort bien, mais les vrais connaisseurs ne s’y trompent pas, pourrait-on espérer, et cela ne concerne que de « petites pointures » du rap marocain. Hélas non ! Toufik Hazeb (توفيق حازب ), alias El-Khaser (en marocain, celui qui  parle la langue de la rue) aka Don Bigg  est sans conteste une des grandes vedettes de la scène rap locale (par ailleurs, une des plus vivantes du monde arabe). Apparu sur le devant de la scène au début des années 2000 avec la mouvance Nayla, il a dû malgré tout attendre 2006 pour sortir son premier disque, « Marocain à en mourir »(مغاربة تالموت ).


Un énorme succès, qui lui est peut-être monté à la tête au point de lui faire oublier qui il était, d’où il venait (un quartier déshérité de Casablanca, celui des Nas El-Ghiwane, d’ailleurs) et qui était son vrai public. Alors qu’une bonne partie de la jeunesse se mobilisait autour du mouvement du 20 février, Don Bigg a sorti une nouvelle chanson, « Je ne veux pas » (ما بغيتش ). Avec deux phrases assassines sur « les gamins qui jouent avec la bouffe de ramadan et les barbus qui jettent en enfer le peuple » (لبراهش وكالة رمضان لعب، والّلحايا اللي بغاو يكفرو الشعب ).


Passe encore l’allusion aux barbus islamistes du PJD, dont le public n’est pas forcément le sien – encore que, on verra cela dans les prochains billets… Mais la critique implicite des « dé-jeûneurs » du Ramadan (un mouvement qui prône le droit des citoyens à ne pas se conformer, y compris en public, au jeûne de ramadan) n’est pas passée du tout. Don Bigg a eu beau publier sur Youtube une vidéo « explicative », la rupture est consommée entre la jeunesse en révolte, et le révolté qui n’est plus si jeune !


Pas loin de 700 000 visionnages pour cette vidéo d’El 7a9ed !

source cpa.hypotheses

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Arts _Culture (Chansons de la Révolution - contest
commenter cet article
17 janvier 2012 2 17 /01 /janvier /2012 05:53

120116Feature2Photo1

 

 

 

 

____________________________________________________________

 

Nous sommes tous des Amazigh ! 

 

Soumis par stéphane arrami le jeu, 2011-12-29 06:00

 

حدر معظم سكان البلاد التونسية من أصول أمازيغية، حسب ما ورد في آخر دراسة إجتماعية أقيمة في تونس أواخر سنة 2009 أكدت أن نسبة التوانسه من أصل أمازيغي لا يقلّ عن ال 60% من مجمل سكان البلاد.

يعود معظم التوانسه بنسبهم إلى قبائل أمازيعية كبرى حكمت البلاد بعد سقوط قرطاج 
في شكل كنفدراليّات بسطت نفوذها على مناطق مختلفة من البلاد، ثمّ إنقسمت إلى عروش صغيرة و عائلات، فنجد من بين أشهر هذه الكنفدراليّات، كنفدراليّة الفراشيش التي إمتدت من تالة و القصرين حتى الساحل ( سوسة و صفاقس ) و قد أشأت على يدي القائد الأمازيغي أنطلاس و كانت عاصمتها تالة، بالإضافة إلى كنفدراليّة ورغمّة بالجنوب الشرقي، و التي كانت تشمل عدّة عروش منها العكارة و الخزور و التوازين و ودرنّة و معهم سكان غمراسن و الجباليّة .

نجد أيضا في الشمال قبائل أخرى كبرى، تفرّعت بدورها إلى عروش صغيرة، نذكر منها على سبيل الذكر لا الحصر، مقعد، نفزة، ماكنة، بجاوة، الحنانشة، أواته، أولاد عيار، ورتان، البراقة، كسرى، هوارة، شارن، الزغالمة وعرش وسلات .

يشكل الناطقون باللغة الأمازيغيةاليوم في تونس500,000 نسمة ينتشرون في مطماطه، تطاوين، جزيرة جربة،قابس, ڨفصة، الڨصرين,وجبال خمير

source facebook.com/Oualhass

 

 

 

___________________________________________

Le 14 janvier 2012, date doublement symbolique 

 

12294.jpg

En 2962, nous autres berbères avion célébré la déchéance d’un autre roi… Et il a plu ! 

 

A une autre époque, la célébration de l’anniversaire de la Révolution tunisienne, le 14 janvier, aurait coïncidé avec celle du nouvel an traditionnel, dit le nouvel an berbère ou amazigh, encore fêté , avec une certaine pompe, au niveau populaire, plus particulièrement, chez les communautés berbères ou amazigh, notamment en Algérie et au Maroc, le 13 et le 14 janvier.

 

Dans le calendrier amazigh traditionnel, le premier mois s’appelle ‘’ienayer’’, c'est-à-dire le premier mois (yen veut dire ‘’un’’ et ‘’ayer’’ veut dire mois et lune. Le jour du nouvel an berbère est appelé également ‘’ la porte de l’année ( taggourt assagasse), ou encore ‘’la tête de l’année’’ (idh assagasse), comme en arabe ‘’ ras essana’’, et en hébreu (roch hachana). A vrai dire, ‘’ras’’ signifie, dans ce contexte, chef. Or, la tête s’appelle, aussi chef en français..

 

L’année 2012 dans le calendrier grégorien mondialement adopté coïncide avec l’année 2962 dans le calendrier berbère, ce qui illustre l’ancienneté de l’évènement et son enracinement chez les ancêtres des berbères. Selon, certains spécialistes, il marquerait une victoire éclatante contre un pharaon de l’ancienne Egypte, près de la ville algérienne de Tlemcen, Ramsès trois ou son prédécesseur, en 950 avant JC..Cette victoire avait été accompagnée par une année pluvieuse et très bonne sur le plan de la production agricole, après des années de sécheresse, ce qui expliquerait l’importance de l’alimentation dans la célébration de la fête. Les gens préparaient divers mets dont un couscous ordinaire aux légumes et une autre espèce de couscous appelé ‘’grand couscous’’ (bersexou), encore employé dans le Sud tunisien sous l’appellation ‘’barcouqche’’. Cette préparation culinaire est signalée dans certains anciens livres grecs, comme étant la première préparation culinaire de l’histoire humaine qu’une certaine femme aurait offerte à la divinité grecque de la terre et de l’agriculture Déméter, en guise d’hospitalité, ce qui infirme l’idée selon laquelle cette déesse aurait inventé l’art de la culture de la terre qu’elle aurait ensuite appris aux hommes. Ces anciens livres grecs appellent la préparation par son nom originel, soit ‘’couscous’ ou ‘’ksouksou’’.

 

Il est vraiment étonnant que la première année de la Révolution tunisienne, en 2011, a été marquée par des pluies abondantes et une bonne saison agricole, après une sécheresse.

 

Toutefois, selon un spécialiste, les correspondances et les conjonctions sont plus profondes, car, à l’origine, le nouvel an chez les divers groupes humains marque un changement au niveau du pouvoir et de la direction politique du groupe. Initialement, il n’y avait ^pas de nouvel an fixe, mais les communautés humaines avaient appris à changer de direction politique, ou de Rais, comme on dit en arabe, c'est-à-dire de chef et de guide, à une certaine période liée souvent à des phénomènes naturels, comme la période de chasse, ou des récoltes, ou encore la saison des pluies, ou à cause du vieillissement et de l’incapacité de l’ancien chef. Le changement était opéré sous plusieurs formes, comme le tirage au sort. Mais il revêtait aussi des formes violentes. L’ancien chef était mis à mort, par voie d’immolation rituelle ou enfermé, à jamais, dans une grotte .Il ignorait parfois la fin de son gouvernement, décidée sans lui, par un conseil.

 

Ces coutumes sont à l’origine des diverses pratiques encore utilisées pour opérer les changements politiques, coup d’Etat, meurtres, révolutions populaires, élections. L’accès des rois au trône continue d’être célébré et marquer le jour du nouvel an.

Il faut signaler, en outre, que le mot ‘’révolution ‘’ signifie, aussi, en farçais, le tour, et la fin d’une période et d’un cycle, de sorte que les tyrans et les despotes modernes comme les anciens présidents arabes déchus dont le tunisien Ben Ali étaient coupables de n’avoir pas respecté le temps assigné à leur tour au pouvoir.

par Salah Ben Hamadi

source mirabab


Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Tunisie_ Amazighs_ Minorités
commenter cet article
17 janvier 2012 2 17 /01 /janvier /2012 04:30

Le Qatar influence-t-il vraiment la Tunisie

 

A en croire certains, le Qatar jouerait aujourd'hui un rôle de premier plan dans la gestion de la transition politique tunisienne. Il serait l'exécuteur d'un plan américain d'installer des régimes islamistes dans les pays du printemps arabe. Qu'en est-il au juste ?

Par Ridha Kéfi


 

La célébration officielle du premier anniversaire de la révolution tunisienne continue de susciter les débats dans les milieux politiques. On a entendu à peu près tout, et n’importe quoi… Certains dirigeants politiques, en manque de visibilité, se sont fait l’écho de radotages sur facebook. Et l’homme qui a le plus canalisé la détestation d’une partie des Tunisiens, c’est l’émir du Qatar, Hamad Ben Khalifa Al Thani, que beaucoup accusent d’être le bras politique et médiatique des Etats-Unis dans la gestion du «printemps arabe». Cette thèse résiste-t-elle à l’épreuve de l’analyse, du moins dans le cas de la Tunisie ?


On peut, bien sûr, trouver excessive et injustifiable l’implication de la petite monarchie gazière dans la gestion des révolutions tunisienne, égyptienne, libyenne, yéménite, bahreïnie et syrienne.

 

Les assiduités qataries d’Ennahdha 

 

On peut aussi débusquer, derrière cette implication, une volonté du Qatar d’étendre son influence politique dans les pays arabes et islamiques, en comptant sur ses relais dans la région. Et, en Tunisie, le parti Ennahdha, dominant dans l’actuelle coalition gouvernementale, est considéré comme l’un de ces «relais».

Les assiduités qataries de Rached Ghannouchi, président du parti Ennahdha, sont connues, notamment ses relations avec le super-conseiller de l’émir du Qatar, le théologien égyptien Youssef El-Qaradhaoui, président de l’Union internationale des savants musulmans (Uism) dont Ghannouchi est membre.


Les relations de Rafik Abdessalem, l’actuel ministre des Affaires étrangères, et accessoirement gendre de Ghannouchi, avec le Qatar sont de notoriété publique. Avant de rejoindre son poste à Tunis, ce dernier était chef du département de recherche au centre d’études d’Al-Jazira, et donc, pour dire les choses crûment, un salarié de l’émir.

Aussi, la présence du cheikh Hamad Ben Khalifa Al Thani à Tunis, qui plus est, à un moment de grande charge émotionnelle et symbolique, la célébration du 1er anniversaire de la révolution, ne pouvait que faire grincer quelques dents...

De même, l’annonce, à l’occasion de cette visite, de la signature de protocoles d’accord relatifs à des projets de coopération entre les deux pays – traduire : des investissements et des aides du Qatar à la Tunisie –, si elle est censée être accueillie avec gratitude par les Tunisiens, ces derniers en ont conçu aussi, paradoxalement, quelque inquiétude, eu égard à tout ce qui précède.

 

Usa - Qatar : vrai tandem ou mythe grossier ? 

Cela dit, il convient de relativiser l’influence du Qatar, et de sa chaîne Al-Jazira, en Tunisie et dans le monde arabe. Pour ce qui est de notre pays, ce ne sont pas les quelques dizaines de millions de dinars que le Qatar s’apprête à injecter dans une économie en berne qui vont influer les orientations de la transition actuellement en cours.

Sur un autre plan, les allégations de certains à propos d’un soi-disant «complot» américain, dont le Qatar serait l’exécutant, pour instaurer des régimes islamistes dans toute la région, nous semblent quelque peu légères sinon grotesques. Et cela pour plusieurs raisons.


D’abord, les Etats-Unis n’apprécient pas particulièrement les mouvements islamistes. Ils les ont d’ailleurs longtemps combattus, et aujourd’hui ils ne font que s’en accommoder. Ils n’iront pas jusqu’à les soutenir contre les forces progressistes et libérales pro-occidentales.

Ensuite, s’ils ont un nouveau plan pour le Grand Moyen-Orient, les Américains n’auraient pas besoins d’un petit émirat gazier pour le mettre en route. Ils ont suffisamment de relais dans les pays-mêmes, au sein des armées et des administrations, et pas seulement des partis et de la société civile, pour y aller eux-mêmes franco. Franchement : quelle force, aujourd’hui, en Tunisie, pourrait les en empêcher ? Hamma Hammami et son Parti ouvrier communiste tunisien (Poct) ou les quelques groupuscules d’extrême-gauche et/ou nationalistes arabes, grands défenseurs des dictatures, passées, actuelles et à venir ? Soyons sérieux…

 

Tunisie : un Etat vieux de 3 siècles et demi

Certes, Washington n’est pas indifférent aux changements actuellement en cours en Tunisie, en Libye, en Egypte, au Yémen, et sans doute aussi demain en Syrie. Ils ont des intérêts économiques et stratégiques importants dans ces pays, liés surtout aux ressources énergétiques (disponibles pour des décennies encore dans la région) et à la sécurité d’Israël, leur grand protégé dont la greffe tarde à prendre dans la région.

 

Les Américains ont aussi des craintes relatives notamment à un possible renforcement du réseau Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), toujours actif dans la bande sahélo-saharienne, et qui menace de reprendre du poil de la bête et de profiter de la moindre faille que laisseraient les dispositifs sécuritaires des les pays d’Afrique du Nord. A cet égard, les risques en Tunisie, un pays plus ou moins tenu, sont moindres qu’en Libye, où le trafic des armes s’est intensifié au cours des derniers mois. Mais même en Tunisie, le risque ne peut pas être écarté totalement.

 

Cependant, les responsables américains ont multiplié les visites en Tunisie pour s’assurer que les nouveaux dirigeants du pays tiennent en main la situation sécuritaire, notamment dans les zones frontalières, s’enquérir de leurs besoins dans ce domaine et les rassurer quant aux prédispositions de Washington à les aider, le cas échéant, et à soutenir la transition en cours dans le pays.

 

Pour cela, Washington a-t-elle vraiment besoin de Doha ? Sachant que les relations entre la Tunisie et les Etats-Unis remontent à plus de deux siècles et que la coopération bilatérale, notamment dans le domaine militaire, est très ancienne et assez développée. On sait aussi que la Tunisie a toujours eu, depuis son indépendance, en 1956, donc bien avant la naissance du Qatar, en 1971, un fort tropisme américain.

 

Dire donc qu’un petit émirat gazier, dont la naissance remonte à une quarantaine d’années, pourrait avoir une influence sur un pays, la Tunisie, dont l’histoire remonte à 3.000 ans et qui dispose d’un Etat central et d’une administration depuis au moins 3 siècles et demi, participe d’une ignorance crasse de l’histoire de notre pays, ou bien d’une mauvaise foi manipulatrice.

 

Et c’est cette seconde hypothèse qui nous semble la plus plausible, tant les affirmations à propos d’une puissance impérialiste pernicieuse appelée Qatar, qui foisonnent sur les réseaux sociaux et même dans les déclarations de certains dirigeants politiques, apparaissent d’un grotesque absolu.

source kapitalis

 

_________________________________________

Le Qatar, fer de lance de la diplomatie états-unienne et la France plurielle


1512-sarkozy-qatar-redim480-d2a85-089ac.

Le Qatar qézaco 1 ?

Unique pays wahhabite hors l’Arabie saoudite, l’émirat qatari est une péninsule de 11 437 Km2 soit un peu plus que la Corse, indépendant depuis 1971, peuplé d’un million et demi d’habitants dont seuls 200 000 sont des qataris de souche ! Pétrole et gaz naturel y abondant (3e producteur mondial), le revenu par tête de pipe y est l’un des plus élevés au monde, nul ne payant d’impôts, tous disposent de transports et d’un système de santé gratuits… aucun Qatari - parce que riche avant de naître - ne se voit donc contraint de travailler pour gagner son pain à la sueur de son front, la main d’œuvre servile s’en charge.

Une pétro-monarchie absolue [dirigée depuis 1995 par l’émir (commandeur) Hamad bin Khalifa al-Thani, lequel a déposé son père en profitant de son séjour en Suisse, ce dernier ayant au préalable évincé son cousin en fév. 1972] sans parti politique et moins encore sans l’esquisse d’une once de symbole démocratique, les révolutions arabes n’ont apparemment en rien affecté le pouvoir… même s’il existe de tout évidence des contre-pouvoirs actifs dans la péninsule comme semble l’indiquer un coup d’État avorté en juillet 2009. Un pays où les quatre cinquième de la population n’étant pas des nationaux, les minorités iranienne, chiite, pakistanaise, arabe pourraient quelque jour avoir la velléité de réclamer les droits élémentaires dont elles se voient privées aujourd’hui.

 

Al-Jazira - La Péninsule.

Fort d’une réserve de 700 mds de $ en fonds souverain, l’émirat à eu l’astuce géniale de se doter en 1996 d’un prodigieux outil d’influence international avec la CNN du Monde arabe, al-Jazira la bien nommée puisque son nom signifie l’île… chaîne de télévision d’information en continu - anglo et arabophone - al-Jezira est sans contestation possible le canal satellite le plus influent du monde musulman. Il n’en demeure pas moins qu’al-Jazira couvre tous les pays sauf un… le Qatar !

Mais le temps est désormais révolu où les Yanks faisaient bombarder et assassiner ses journalistes 2, depuis tout est rentré dans l’ordre du Meilleur des Mondes Globaux, et comme WikiLeaks nous le confirme, al-Jezira s’est opportunément placé sous la bannière étoilée et gratifiante de la diplomatie armée nord-américaine… ce qui ne l’empêche nullement de relayer les communiqués d’Al-Qaïda, assurant par ce biais à la nébuleuse terroriste un canal de communication hors pair. L’Émir à ce propos, en janvier 2010, admettait benoîtement devant le Conseil de coopération du Golfe, que l’outil politique al-Jezira lui était utile à se ménager les bonne grâces de l’organisation takfiriste ! Mais al-Qaïda et la CIA, n’est-ce pas du pareil au même 3 ?

Quand le « Printemps arabe » se déclenche, le Qatar dispose ainsi de tous les atouts pour y jouer un rôle déterminant : une chaîne satellitaire suivie par 50 millions de téléspectateurs, des soutes pleines à craquer de pétrodollars et des liens étroits avec les futurs dirigeants islamistes durs qui vont s’imposer à l’issue de processus démocratiques destinés à donner le change.

Al-Jazira est basée, à Doha, la capitale du Qatar. C’est également le Qatar qui a « hébergé » le CentCom, le commandement opérationnel américain ayant supervisé l’invasion de l’Irak en mars 2003.

 

Tête de pont et fer de lance de la diplomatie armée nord-américaine.

En vertu d’accords de défense signés en juin 1992, nous trouvons à une quarantaine de Km de Doha, el-Oudeid, principale base aérienne des É-U dans la région sur laquelle se trouve prépositionnés quelque 120 chasseurs bombardiers F-16 et divers autres aéronefs de combat. L’armée américaine dispose là d’une formidable capacité de « projection » sur l’ensemble du Proche-Orient, le Bassin de la Mer Caspienne et l’Asie centrale… C’est à partir d’El Oudeid que les É-U ont, en mars 2003, bombardé l’Irak. Le Qatar est donc, à ce titre et de toute évidence, un État de première ligne dans la stratégie de conquête et suprématie holistique conduite depuis 1991 par les ÉUA 4.

 

Une politique fourre-tout d’influence tous azimuts...

« L’émir n’est pas un grand démocrate, mais il a été parmi les premiers [dans le monde arabe] à comprendre qu’il fallait aller dans le sens de l’histoire ». Anonymous !

Alors Doha s’efforce, avec l’aide assidue du Département d’État, de mener un jeu diplomatique subtil consistant à être dans tous les camps simultanément. En février 2010, le Qatar signe un pacte de défense avec la Syrie et l’Iran et se fait le tour operator avec le président syrien Bachar el-Assad - contre lequel l’Émirat conspire activement à l’heure et militairement parlant - de la visite triomphale que le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad fera au Liban en juil. 2010… L’émir s’est quant à lui rendu en Israël lors d’une visite discrète la même année, en mars selon Wikileaks. En ce qui regarde les transferts de fonds au profit des organisations djihadistes [New-York Times « Follow the Money » 8 déc.2010] et de tous les islamistes, des plus modérés aux plus radicaux, tel le parti tunisien islamiste Ennahda en la personne de son chef Rached Ghannouchi, le Qatar ferait preuve de beaucoup de laisser-aller, laisser-faire, pour ne pas parler d’une bienveillante indulgence... «  Ici je puis défendre ma cause sans contrainte… Le Qatar m’assure une liberté d’action et une large couverture médiatique internationale » dira le fondateur du FIS algérien, Abassi Madani, réfugié à Doha depuis 2003 et souvent reçu au palais. Qui ne doute d’ailleurs que l’Algérie à bout de souffle, ne perde rien pour attendre ?!

 

Égypte, Tunisie, Libye, Syrie... un rôle central dans les révolutions arabes.

Lors de la révolution de palais de 1995, les gardes du corps égyptiens qui assuraient la protection rapprochée de l’émir déchu s’étaient vilainement battus jusqu’au bout. Al-Thani s’est alors convaincu qu’ils avaient suivi des ordres pris au Caire… Hosni Moubarak sera par conséquent la première cible de l’Émirat à l’heure des révoltes arabes. De son côté, le Raïs égyptien Moubarak n’appréciait guère que le Qatar multiplie les missions de bons offices au Liban ou au Soudan, sa chasse gardée diplomatique. Dès les premières émeutes populaires au Caire, al-Jazira prend fait et cause pour la foule. Au fait des méthodes et techniques éprouvées empruntées aux journalistes occidentaux, les correspondants d’al-Jezira gonflent outrageusement le nombre des manifestants et la violence de la répression, suscitant un surcroît de colère et de révolte dans les opinions publiques arabes par le truchement de son auditorat… Le prédicateur islamiste, vedette de la chaîne, l’Égyptien Youssef al-Qaradawi, exilé à Doha depuis cinq décennies, animateur de l’émission à très large audience « La Charia et la Vie » excite alors les foules à bouter dehors le « Pharaon » ... La messe est dite !

Passons rapidement sur la Tunisie. Une chose est certaine : le financement d’Ennahda, nouveau parti islamiste au pouvoir par le Qatar est un secret de Polichinelle. Le 2 janvier dernier, Rached Ghannouchi son chef -qui se déplace considérablement sans excepter les États-Unis of course -et apporte un soutien sans réserve à la noble cause du Conseil national syrien - était à nouveau reçu au Qatar appelé à lui fournir les moyens nécessaires pour « que la Tunisie nouvelle puisse devenir un exemple en matière de progrès et de démocratie authentique sur la base des valeurs de l’Islam et de ses enseignements ». Pourquoi pas, mais que ce message soit envoyé depuis le Qatar, bastion du radicalisme wahhabite, laisse quand même songeur, pour ne pas dire pantois !

Pour ce qui est le Libye, le cas est exemplaire. Selon le Figaro 6 novembre 2011, Doha aurait engagé 5000 commandos des Forces spéciales qataries sur le front libyen ! Il ne s’est donc pas agi d’un soulèvement populaire, voire d’une cruelle guerre civile, mais bien – comme tout le laissait supposer - d’une intervention armée extérieure et d’une guerre sans uniforme ! « Chargées d’épauler les rebelles, les troupes de Doha se sont d’abord déployées à Tobrouk puis ensuite à l’ouest dans le djebel Nefoussa, où le chef d’état-major qatarien, le général Hamad ben Ali al-Attyiah s’est rendu à plusieurs reprises ». La participation du Qatar au cours de l’intervention menée contre la Jamahiriya libyenne, aura été ainsi particulièrement plus conséquente qu’avouée et ne se sera pas limitée au soutien logistique et aérien revendiqué de prime abord… l’émirat ayant mis quand même à disposition de l’Otan huit Mirage 2000 sur les douze qu’ils possèdent ! Mais les guerres modernes ne sont-elles pas avant toute chose, voire essentiellement, des guerres du mensonge, ne serait-ce que par omission ?

D’après d’autres sources [27-12-2011 Le Nouvel Observateur] : « Les Qatariens sont arrivés avec des valises remplies d’argent, ce qui leur permit de retourner des tribus », ajoutons de recapitaliser les groupes et factions djihadistes [notamment les surgeons du Groupe islamique combattant en Libye - GIGL] en sommeil depuis leur répression par Kadhafi il y a une petite dizaine d’années, mais dont certains éléments libérés en 2008 on joué un rôle central dans la chute de la Jamahiriya, tel Abdelhakim Belhaj, chef de troupes de chocs qui firent tomber Tripoli, puis commandant militaire de la capitale libyenne avant de partir – selon toute vraisemblance 5.

Dans un entretien accordé à la chaîne panarabe Al Arabiya, le président démissionnaire du bureau exécutif du Conseil national de transition libyen, Mahmoud Jibril, avait corroboré que les pétrodollars qataris avaient servi à alimenter « les rivalités et les motifs de désaccords existant entre les rebelles et les divers courants gérant l’après Kadhafi, dans le but explicite de diviser et de monter les uns contre les autres les frères libyens » 6. Au total ce sont 400 millions de $ qui auraient été versés par l’émirat. Quand on aime, on ne compte pas !

Pour ne pas conclure sur le très sanieux chapitre libyen, il s’agit de garder en mémoire que les Qataris ont largement favorisé, approvisionné et abondé les groupes islamistes 7. Dans le Djebel Nefoussa, au sud de Tripoli, les Moukhabarat, les services spéciaux qataris en liaison directe avec leur Cheikh, ont présidé à la distribution très sélective des missiles antichars généreusement offerts par la France. Ce n’est pas moins de neuf cargaisons qui furent ainsi réparties au seul profit des combattants islamistes. Une partie des armes devait par la suite s’évanouir dans la nature en complément des « 10 000 missiles sol-air » engloutis dans les sables libyens selon l’amiral Giampaolo Di Paola, chef du Comité militaire de l’Otan assurant la coordination entre les différents états-majors opérationnels en Libye.

Or, à présent, c’est le Qatar - qui sait apparemment à merveille tirer les marrons du feu - qui a pris le relais de l’Otan sur le sol libyen, en assurant la suite des opérations puisque contrairement à ce que n’en dit pas la grande presse, la situation y est encore loin d’être complètement stabilisée… État de fait qui confirme indirectement le rôle central que le Qatar a occupé dans le déroulement des opérations d’une guerre qui n’a jamais dit son nom 8 !

Désormais, il sera parfaitement loisible de voir dans le Qatar un « acteur majeur » de la scène orientale et plus encore, à travers les liens politiques et économiques tissés avec la France, un protagoniste de l’espace euroméditerranéen. « Un cas unique ! Nous avons assisté à la naissance d’une puissance régionale de la taille d’une tête d’épingle » s’était exclamé le chantre belliciste Bernard-Henri Lévy… et même une « puissance internationale » faudrait-il ajouter en tant que - ultima ratio - bras armé du Pentagone et agitateur au service du Département d’État dans les banlieues du Tiers-Monde hexagonal.

Reste qu’il est parfaitement cocasse – et pas uniquement pour les esprits chagrins – de voir une monarchie réellement absolue, animée par un puritanisme religieux fanatique, œuvrer au triomphe de la démocratie… ou de ce que l’on nomme tel !

Lire la suite

 

___________________________________________________________________________________

Reprise du sit-in des partisans du niqab dans une faculté


ALeqM5g6YCq4S94deNGpm5MeVXjDyj4uVg?docId

 

Les partisans du niqab (voile islamique intégral) ont repris lundi leur sit-in, levé le 5 janvier, à la Faculté des Lettres de la Manouba, près de Tunis, et menacent d'entrer en grève de la faim à partir de mercredi si le niqab reste interdit dans les salles de classe.

"Nous maintenons nos revendications, nous poursuivons notre sit-in pacifique (...) nos soeurs, étudiantes portant le niqab, entameront une grève de la faim" dès mercredi, a déclaré à la presse Mohamed Al Bakhti, 26 ans.

Cet étudiant en 1ère année d'histoire, connu pour avoir été mêlé, selon la presse, aux incidents sanglants attribués à un groupe de salafistes jihadistes en 2007, coordonne la mobilisation pour le port du niqab en classe par les filles, y compris durant les examens.

Les partisans du niqab --un voile noir dissimulant entièrement le corps et le visage-- avaient occupé à partir le 28 novembre les locaux de la Faculté de la Manouba, où sont inscrits quelque 13.000 étudiants, obligeant la direction de l'établissement à suspendre les cours le 6 décembre.

Lire la suite google.com/hostednews

 

_______________________________________________________________________________

 Les Tunisiennes et la faculté de résistance

 

Un an après la chute de Ben Ali, sur le campus de l'université de Manouba, le ton monte. Des étudiants réclament le droit au niqab. Etudiantes et enseignantes racontent.

 

tunisiennes-la-faculte-de-resistance,M67 

Avenue Bourguiba, où eurent lieu des manifestations monstres voilà un an, pendant la révolution de jasmin. Photo : Mathias Depardon pour Télérama

Rafika Ben Guirat ressemble à toutes ces femmes que l'on croise avenue Bourguiba, les Champs-Elysées de Tunis : hauts talons, veste cintrée, chevelure dans le vent. Fin octobre, cette sémillante professeur de marketing et communication se rend à l'université de la Manouba, en banlieue tunisoise, pour donner un cours. Dans le grand patio ensoleillé de la fac, elle salue des étudiants. Avec son franc-parler, l'enseignante est très populaire. « Quand je suis entrée dans l'amphi, j'ai compris dans le regard de mes élèves que quelque chose n'allait pas. »

Dans la classe, des types inconnus. A la porte, très vite, de l'agitation. En quelques minutes, une foule « énorme » s'amasse. « Mes étudiants m'ont suppliée d'arrêter le cours et m'ont escortée jusqu'à l'administration. » On lui rapportera plus tard que la foule en voulait à sa tenue, jugée irrespectueuse... « J'avais pourtant une veste rouge, une robe blanche : les couleurs de la Tunisie ! » Secouée, Rafika Ben Guirat a tenu à reprendre les cours, comme si de rien n'était. Dans son petit bureau où les élèves défilent pour récupérer leur rapport de stage corrigé, elle confie, droit dans les yeux : « Les médias ont voulu mettre ça sur le dos d'une islamisation de la société. Je crois surtout que ce sont quelques gars qui voulaient voir jusqu'où ils pouvaient aller. Ni plus ni moins. En aucun cas on ne fera de moi un symbole. »

<p>Rafika Ben Guirat, professeur de marketing, faillit être agressée pour tenue vestimentaire irrespectueuse. Photo : Mathias Deparon pour Télérama.</p>

Rafika Ben Guirat, professeur de marketing, faillit être agressée pour tenue vestimentaire irrespectueuse. Photo : Mathias Deparon pour Télérama.


Depuis la victoire du parti islamiste Ennahda aux élections de l'Assemblée constituante, l'université de la Manouba focalise l'attention des médias. Sous le régime autoritaire de Ben Ali, balayé il y a tout juste un an, ce campus excentré, planté au milieu de nulle part, était considéré comme un foyer insoumis, avec ses mouvements étudiants récurrents, ses grèves administratives, ses profs qui autorisaient le foulard - ultime signe de résistance alors que le pouvoir pourchassait les islamistes. Aujourd'hui, ce pôle universitaire - 26 000 étudiants, dont 60 % de filles - est devenu malgré lui le symbole de la turbulente Tunisie postrévolutionnaire. Quelle place accordera l'université à l'islam, religion d'Etat mais tenue jusqu'ici à relative distance ? Respectera-t-elle le statut particulier des Tunisiennes, protégée par un code progressiste qui leur a permis d'accéder à l'éducation et à l'emploi (lire encadré) ? Avec leur quarantaine de députées d'un côté, leur discours ambigu de l'autre, les islamistes laissent planer le doute...

 

 

Leurs revendications sont claires : 
que les étudiantes puissent assister aux cours
et passer leurs examens en niqab.

Le mois dernier, l'université a encore une fois cristallisé les tensions. Une trentaine d'étudiants a décidé d'occuper le modeste bâtiment de la direction de la faculté des Lettres, des Arts et des Humanités. Ils nous montrent les couloirs encombrés de matelas, posés à même le sol. Certains campent là jour et nuit. Sont-ils des salafistes, ces musulmans ultra orthodoxes ? Eux disent que non, mais leurs revendications sont claires : que les étudiantes puissent assister aux cours et passer leurs examens en niqab, le voile intégral. Au premier étage, ils ont installé une sono, qui diffuse non-stop des chants islamiques. A côté, les leaders du mouvement - longue barbe et tenue traditionnelle - enchaînent les interviews, mi-suspicieux mi-professionnels, pointant du doigt les « médias de gauche » et la direction de l'université, qui refuse de céder et a annulé cours et examens, pour protester contre leurs méthodes.

<p>Hajer, étudiante en anglais à la faculté des lettres, est privée de cours depuis plusieurs semaines. Aujourd'hui, elle est venue avec sa sœur voir le sit-in des militants islamistes. Photo : Mathias Depardon pour Télérama.</p>

Hajer, étudiante en anglais à la faculté des lettres, est privée de cours depuis plusieurs semaines. Aujourd'hui, elle est venue avec sa sœur voir le sit-in des militants islamistes. Photo : Mathias Depardon pour Télérama.


Un peu à l'écart, une étudiante regarde cette agitation d'un air las. Voile violet, écharpe multicolore, Hajer est originaire de Tataouine, dans le sud désertique. Elle s'est inscrite à l'université de la Manouba pour suivre un troisième cycle d'anglais mais à cause de l'occupation les cours n'ont toujours pas pu commencer. « En attendant, je continue à payer mon loyer pour rien, se lamente-t-elle. J'ai parfois envie de tout arrêter et de rentrer chez moi. » Pourtant, l'année écoulée fut pleine de promesses : les manifestations anti-Ben Ali auxquelles elle a participé malgré la peur, la chute soudaine du régime, la tenue des élections dont elle insiste pour nous montrer les photos... elle revit tout avec passion. « Avant, à l'école, on écoutait l'hymne national tous les matins, mais cela ne nous parlait pasDésormais, je ressens toutes les paroles au plus profond de mon être, je suis fière d'être tunisienne. » Persuadée que le parti saura résister à sa frange la plus extrême, Hajer a voté pour les islamistes d'Ennahda. Mais elle renvoie dos à dos les manifestants et l'université : « Il faut laisser les femmes porter le niqab si elles le souhaitent, les hommes boire de l'alcool s'ils le désirent. Seul Dieu peut nous juger.»
<p>Trois femmes portant le niqab sur le campus de l'Université de la Manouba. Photo : Mathias Depardon pour Télérama.</p>

Trois femmes portant le niqab sur le campus de l'Université de la Manouba. Photo : Mathias Depardon pour Télérama.


Comme chaque matin depuis le début de l'occupation, le corps enseignant tient une réunion de crise dans le spacieux amphithéâtre Carthage. Beaucoup sont des femmes de la génération Bourguiba, ferventes avocates de la condition féminine. Ulcérées, elles ne comprennent ni les revendications des manifestants ni le flegme de certains étudiants. « Le niqab ne correspond pas à la tradition de la Tunisie ! s'écrie une prof de français. Et comment voulez-vous dialoguer avec vos élèves si vous ne pouvez pas voir leur visage ? » Malgré le mauvais souvenir laissé sous Ben Ali par la présence d'un corps de police aux portes de l'université, le tout nouveau doyen s'est décidé à faire appel aux forces de l'ordre pour déloger les perturbateurs. La demande est restée lettre morte, jusqu'à la semaine dernière. Le pouvoir avait-il intérêt à laisser pourrir la situation pour discréditer les professeurs ? Beaucoup le croient, dépités par la déliquescence de l'enseignement supérieur. Tous évoquent les promotions réservées, sous Ben Ali, aux fidèles du régime ; les réformes imposées au chausse-pied, sans budget ; la valeur des formations en chute libre...

 

“Pendant des années, le pouvoir s'est servi
du statut des Tunisiennes comme d'une vitrine,
pour avoir l'Occident avec lui.” 
Dalenda Larguèche, directrice du Credif

A l'autre bout de la ville, sur les hauteurs du quartier El Manar, Dalenda Larguèche reçoit dans son vaste bureau. Depuis trois mois, cette très chic professeur d'histoire moderne se partage entre l'université de la Manouba - où elle enseigne - et ses nouvelles fonctions de directrice du Credif, un important centre chargé de promouvoir les femmes, devenu outil de propagande sous Ben Ali. « Pendant des années, le pouvoir s'est servi du statut des Tunisiennes comme d'une vitrine, pour avoir l'Occident avec luiL'institution que je dirige était instrumentalisée. Aujourd'hui, j'essaie de lui redonner de la crédibilité. » La mobilisation des professeurs de la Manouba, elle la soutient, y participe dès qu'elle le peut. Ce qui ne l'empêche pas de critiquer les erreurs des progressistes. « Pendant la campagne, les partis modernistes n'ont pas su s'emparer des vraies préoccupations du peupleIls ont axé leur discours sur la laïcité, en attaquant Ennahda. Dans l'esprit de beaucoup, c'est devenu une campagne anti-islam... »Dans un haussement d'épaules, Dalenda Larguèche assure accepter les résultats des élections - « c'est le jeu de la démocratie ». Mais, soucieuse de ne pas retomber dans les pièges du passé, elle se méfie de toute récupération politique.« Ce n'est pas à l'Etat de se charger de la question de la femme, mais à la bouillonnante société civile. »


<p>Photo : Mathias Depardon pour Télérama</p>

Photo : Mathias Depardon pour Télérama


Depuis l'année dernière, les citoyens tunisiens n'ont pas cessé de se mobiliser, multipliant pétitions, manifestations, grèves. L'épicentre de cette passion démocratique se situe devant les grilles du palais du Bardo, où siège l'Assemblée fraîchement élue. Le lieu est devenu une agora cacophonique et vit au rythme des engueulades et des débats publics. Des féministes réclament des garanties, des mineurs de la région de Gafsa demandent du boulot, des anti-Ennahda crient leur méfiance, des anciens combattants exigent leur pension... Certains dorment sur place, dans des tentes montées à la va-vite. Pas question que les hommes politiques leur volent « leur » révolution !
<p>Neila Saadi doctorante en Histoire à l'université de la Manouba, très engagée depuis la chute de Ben Ali.</p>

Neila Saadi doctorante en Histoire à l'université de la Manouba, très engagée depuis la chute de Ben Ali.


A 33 ans, Neila incarne cette Tunisie post-Ben Ali, vigilante et engagée. Volubile, cette doctorante à la Manouba a participé aux manifestations pour la défense des femmes. Mais elle s'énerverait presque quand on lui en parle : « Ces débats sont à côté de la plaque ! Avec bientôt un million de chômeurs, la priorité numéro un, c'est l'emploi ! » Dès les premiers jours de la révolution, celle qui se voyait appartenir à« une génération de lâches » a monté via Facebook un groupe pour nettoyer l'avenue Bourguiba, où avaient lieu les plus importantes manifestations de Tunis. « C'est quoi cette schizophrénie de vouloir prendre son destin en main et de jeter son sandwich par terre ?! » Les mois qui ont suivi, avec ses amis garçons et filles, Neila ne s'est pas arrêtée, s'engageant dans plusieurs associations pour aider l'intérieur du pays, très pauvre, ou former des observateurs impartiaux pour les élections. Aujourd'hui, elle sent un léger « reflux » dans la mobilisation. Découragement ? Fatigue ? « Il faut réfléchir à de nouveaux modes d'engagement. Car si on ne trouve pas de solutions aux problèmes urgents, il ne faudra pas s'étonner de voir éclater une autre révolution, peut-être moins pacifique. Ça nous concerne tous, les hommes comme les femmes... »

 

 

 

<p>Groupe d'étudiants de l'ESC (Ecole Superieur de Commerce) sur le campus de l'Université de la Manouba. Alors que la faculté des lettres est bloquée, les autres départements de la Manouba assurent toujours les cours. Photo : Mathias Depardon pour Télérama.</p>

Groupe d'étudiants de l'ESC (Ecole Superieur de Commerce) sur le campus de l'Université de la Manouba. Alors que la faculté des lettres est bloquée, les autres départements de la Manouba assurent toujours les cours. Photo : Mathias Depardon pour Télérama.

 

source telerama.fr/monde

 

 

______________________________

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Religion _ L'Islam politique _ Salafistes_ Chokri
commenter cet article
16 janvier 2012 1 16 /01 /janvier /2012 05:36

La guerre des milices

 

Libye : la guerre des milices

Il aura fallu les combats du mardi et du mercredi 2 et 3 janvier pour que la presse française se décide enfin à reconnaître que les milices s’affrontent en Libye, notamment à Tripoli.

Les « analyses » confuses des médias français ne permettant pas d’y voir clair, quelle est donc la situation sur le terrain ?

Tripoli est l’enjeu d’une lutte entre quatre principales factions armées :

1- Les miliciens de la ville de Misrata, ceux qui ont ignominieusement lynché à mort le colonel Kadhafi, refusent de quitter la capitale où ils constituent en quelque sorte la garde rapprochée du ministre de l’Intérieur, Faouzi Abdelal, lui-même originaire de Misrata. C’est entre ces miliciens et ceux qui soutiennent le Conseil national de transition (CNT), que se déroulent les actuels combats. Pour tenter de se concilier Misrata, le faible et impuissant CNT vient de nommer un autre originaire de cette ville, le général Youssef al-Mankouch, chef d’état-major d’une armée fantôme avec pour tâche d’intégrer les diverses milices. Il n’est pas interdit de rêver.

2- Les milices islamistes de Tripoli, dont les principales constituent le bras armé du CNT et qui sont soutenues par le Qatar,cherchent actuellement à s’imposer dans la capitale tout en tentant de prendre le contrôle de la route menant à l’aéroport international qui est sous le contrôle de la milice de Zenten.

3- La milice de Zenten que la presse présente comme arabe est authentiquement Berbère. Zenten est d’ailleurs un nom berbère puisqu’il s’agit de la déformation de Z’nata ou Zénète, l’une des principales composantes du peuple amazigh. Cette « tribu » berbère arabophone occupe une partie du djebel (Adrar en berbère) Nefusa, autour de la ville de Zenten. L’actuel ministre de la défense, Oussama Jouli est de Zenten. Cette milice détient Seif al-Islam, le fils du colonel Kadhafi, qu’elle traite avec égards et même considération.

4- Dans le reste du jebel Nefusa ainsi que dans la ville côtière de Zuwara vivent les cousins des précédents qui, eux aussi sont des Berbères, mais des Berbères berbérophones et qui disposent de leur propre milice. Si les berbérophones ne constituent qu’un peu plus de 10% de la population de toute la Libye, ils totalisent au moins 20% de celle de la seule Tripolitaine ce qui leur donne un poids régional considérable. Alors qu’ils eurent un rôle militaire déterminant dans la prise de Tripoli, ils sont aujourd’hui les grands perdants de la nouvelle situation politique car, comme avant la chute du régime Kadhafi, ils se retrouvent face à un nationalisme arabo-musulman niant leur existence. Aucun ministre du nouveau gouvernement n’est berbérophone.

Dans cet imbroglio politico tribal, le CNT, insolitement reconnu comme le seul représentant de tous les Libyens par la France suivie par la communauté internationale, parait bien seul et bien impuissant. Sa seule marge de manœuvre est de donner des gages aux uns en essayant de ne pas s’aliéner les autres.

Pour le moment, son coup est raté car il a déjà contre lui les berbérophones ainsi que la fraction tripolitaine des Warfalla dont le cœur est la ville de Bani Walid.

Le grand danger qui menace le CNT serait la constitution d’une alliance des mécontents qui engloberait outre les milices de Zenten et du jebel Nefusa, la fraction tripolitaine des Warfalla ainsi que les tribus de la région de Syrte et de Sebha lesquelles n’ont pas oublié le traitement ignominieux qui fut réservé au colonel Kadhafi.

Sans compter qu’au Sud, les Touaregs et les Toubou n’ont jamais manifesté de sentiments particulièrement amicaux à l’égard des nouvelles autorités libyennes.

 

En Libye, tout ne fait sans doute que commencer. Il eut été sage d’analyser la situation en profondeur avant de céder aux injonctions médiatiques de BHL et de foncer tête baissée dans le piège de l’ingérence dite humanitaire.

source vilistia

__________________________________________

Des centaines de GI en Libye

kadafi_soldier.jpg

Un accord secret a été trouvé entre les renégats du CNT et les Etats-Unis, pour venir à bout de la vraie révolution qui commence en Libye. D’après nos informations, un premier contingent de ces soldats en provenance de Malte  s’est implanté à Benghazi pour tenter de mettre fin au sit-in des anti-CNT qui n’en démordent pas. Une rumeur a même couru dans les rues de Benghazi faisant état d’une tentative d’assassinat  ratée contre Moustapha Abdeljalil, le chef du CNT, à l’aide d’une bombe artisanale. 


 

Le deuxième contingent, fait de forces spéciales américaines, s’est implanté à Tripoli. Le but serait de sécuriser l’Ambassade américaine, les ambassadeurs occidentaux et certains membres du CNT installés dans les palaces de la ville. En effet, des rumeurs persistantes annoncent que l’armée verte a projeté de faire une attaque d’envergure dans la ville. Dans la foulée, le CNT a demandé à ses renégats qui ont volé des biens immobiliers, notamment à Bab el Azizia, de les restituer.

A Syrte, la ville martyre, la population s’est encore soulevée. De violents combats ont eu lieu sur place, entre les traîtres de Misrata, des jeunes volontaires de la cité, et des membres de l’armée libre de Libye. Plus de 20 rebelles ont été tués, leur matériel confisqué, et plusieurs ont été fait prisonniers. Syrte s’attend donc à une riposte et s’y prépare.


Décidément, les Occidentaux ont réussi leur coup, déstabiliser tous les pays qui ne leur sont pas favorables, installer leurs sous-fifres puis des bases militaires. La Libye en prend le chemin.

PS: le CNT aurait convaincu la CPI de juger Seif al-Islam à Tripoli, et payer les rebelles de Zentan, pour qu’il soit livré. 

source infosdumonde

      

________________________________________________________________________

Ce que j’ai vu à Tripoli ? Le calme avant la tempête

 

Par Simon Beer


J'ai écrit ce texte de retour de Libye, en août dernier. La « chute » de Tripoli m'avait dissuadé de le publier, estimant que personne ne prendrait mon témoignage au sérieux. Aujourd'hui que la Libye est plongée dans le chaos, qu'islamistes et milices y font – comme c'était prévisible – la loi tandis que grands patrons et industriels occidentaux négocient de juteux contrats (1) ; aujourd'hui que la Syrie est à son tour menacée d'une guerre basée sur des mensonges et dont les conséquences seraient encore une fois pires que le mal que l'on prétend combattre (2), j'ai pensé qu'il était utile de le publier pour montrer à quel point les grands médias peuvent déformer la réalité d'un conflit et tromper ainsi l'opinion.

 

Manifestation contre la guerre de l'OTAN, Tripoli, 8 juillet 2011

 

En Libye, je pensais me retrouver au centre de violents combats. Les jours précédant notre départ, les médias occidentaux n'avaient cessé de dire que les rebelles gagnaient du terrain vers Tripoli, notre destination. Le 28 juin, Le Figarorévélait que la France avait parachuté des armes aux insurgés, ce qui leur avait permis de progresser au sud de la capitale. Selon Paris, l'OTAN espérait ainsi réveiller les mouvements d'opposition qui s'y trouvaient et « provoquer un soulèvement de Tripoli contre le clan du dictateur. » Le 3 juillet – date de notre départ – TF1 rapportait que « La rébellion libyenne [...] se prépar[ait] à une offensive majeure dans les 48 heures ». Selon la chaîne française, « les insurgés cherch[aientnotamment à reprendre Bir Al-Ghanam [...] afin d'être à portée de canon de la capitale libyenne. »

 

Lorsque nous avons passé la frontière à Ras Jedir, j'ai été surpris par l'absence de soldats et d'infrastructures militaires. Il y avait certes des check-points sur la route, gardés par quelques kadhafistes armés, mais pas de chars, de canons ou d'armement lourd. Tout était calme. Cela contrastait avec ce que j'avais pu voir deux ans plus tôt au Kosovo. Dans cette province de la Serbie, où l'OTAN mène depuis douze ans une « opération de soutien de la paix » pour instaurer la « stabilité (3) », l'entièreté du territoire est quadrillée par des patrouilles internationales sans lesquelles la situation exploserait immédiatement. Visiblement, dans les parties de la Libye que nous avons traversées le premier jour, l'opposition à Kadhafi était marginale. Il n'y avait pas besoin de répression pour la contenir.

 

Même impression à Tripoli, où la vie semblait suivre son cours habituel. Je me suis baladé, seul ou avec d'autres journalistes, dans plusieurs quartiers. Partout, les magasins étaient ouverts et approvisionnés, les terrasses des cafés étaient remplies, des enfants jouaient dans la rue. Des drapeaux verts flottaient en signe de soutien au gouvernement, des slogans anti-OTAN résonnaient de place en place. Contrairement à ce que j'ai pu lire dans plusieurs journaux, les plages étaient fréquentées. Seuls les chantiers de construction – dirigés par des compagnies étrangères ayant quitté le pays – étaient désertés.


Sur son site, Le Monde a écrit le 9 juillet que des «  restrictions importantes, notamment d'essence, contraignaient les habitants à l'inactivité ». Effectivement, j'ai pu constater de longues files d'attente devant les stations-services. Cependant, pour être complet, Le Monde aurait dû préciser que les rebelles avaient pris possession d'un grand nombre de puits de pétrole et que, la majorité des raffineries libyennes se trouvant en Italie, il était désormais impossible à l'État libyen de se procurer de l'essence en suffisance. Il ne s'agissait donc pas de restrictions, comme le prétendait Le Monde, mais de pénuries voulues et organisées par l'OTAN et ses alliés. Plus tard, le détournement d'un pétrolier libyen amarré dans les eaux européennes confirmera la volonté des rebelles d'étouffer économiquement le régime libyen (4). Par ailleurs, le journal a caché à ses lecteurs une série d'informations importantes concernant les prétendues restrictions. Notamment que, en Libye, un plein coûtait environ un euro, prix qui n'avait pas augmenté depuis le début de la guerre malgré la forte demande ; que les Libyens, plutôt aisés, avaient tous deux ou trois voitures (voire plus), ce qui démultipliait leurs besoins en essence ; ou encore que les habitants de Tripoli, lorsqu'on leur demandait quelle était la cause des pénuries, répondaient tous les rebelles et l'OTAN, jamais Kadhafi.

 

La vie à Tripoli semblait donc normale dans son ensemble, sans tensions. Toutefois, à plusieurs reprises, j'ai entendu des rafales de coups de feu. Un soir, de la fenêtre de ma chambre, j'ai aperçu la lumière d'un fusil qui déchargeait à quelques dizaines de mètre de l'hôtel. Croyant être enfin le témoin des violences dont me parlaient quotidiennement les grands médias, j'ai demandé à différentes personnes s'il s'agissait de combats. Les réponses ont été unanimes : c'était – m'assurait-on – des coups tirés en l'air en signe de joie et de soutien au régime en place, coutume courante en Libye. Dans un premier temps, j'étais sceptique, pensant qu'on essayait de me manipuler. Par la suite, j'ai remarqué que les Libyens n'accordaient aucune importance au bruit des tirs. Les enfants, en particulier, n'arrêtaient pas leurs jeux, tandis que le moindre bruit d'avion les faisaient lever la tête au ciel d'un air inquiet. Aussi l'idée qu'il s'agissait de tirs en l'air m'a-t-elle semblé plausible, même si cela n'excluait pas qu'il y ait aussi des combats. Cependant, en huit jours sur place, je dois admettre que je n'en ai jamais vu. J'ai en revanche eu l'occasion d'observer plusieurs scènes de liesse où, effectivement, des salves étaient tirées. Il faut dire que le gouvernement libyen avait distribué dès le début de la guerre des milliers de kalachnikov à la population au cas où l'OTAN se serait engagée dans une intervention au sol (les estimations montent jusqu'à deux millions). Les armes ne manquaient donc pas à Tripoli, ce qui prouve le soutien qu'avait Kadhafi parmi la population.

 

Un jour que je me trouvais à une manifestation pro-Kadhafi, j'ai entendu un journaliste du Nouvel Observateur demander à son voisin si les coups de feu qu'on percevait la nuit provenaient d'échanges de tirs entre rebelles et militaires. Son interlocuteur, habitant de Tripoli, lui a répondu avec beaucoup de tact qu'il pensait que c'était des coups de feu en l'air. Le journaliste, visiblement insatisfait de cette réponse, a insisté. Rien à faire : le tripolitain maintenait qu'il s'agissait de tirs de joie, enjoignant le journaliste à aller vérifier par lui-même s'il le désirait. C'était le jeudi 7 juillet. Deux jours plus tard, on lisait dans Le Nouvel Observateurqu'il y avait « de plus en plus de tirs à Tripoli  », que ces tirs provenaient « d'échanges entre rebelles et militaires » et qu'on ne pouvait les confondre « avec des tirs de joie », ce qui est «  monnaie courante » en Libye.

 

« Les journalistes occidentaux », m'a un jour dit un Libyen, «  ce ne sont pas des journalistes. Ils disent le contraire de la vérité. S'il vous plaît, quand vous serez de retour chez vous, tenez-vous en aux faits. »

 

Notes : 

(1) Les articles qui décrivent l'actuelle situation ne manquent pas, y compris dans presse qui a soutenu la guerre. Voir par exemple dans Le Monde, « Washington s'inquiète de la campagne de recrutement d'Al-Qaida en Libye », 31/12/2011 ou « En Libye, le chef du CNT craint une "guerre civile" », 4/1/2011. Cette situation était évidemment prévisible et constitue l'une des raisons pour lesquelles une opposition à la guerre était justifiée.

(2) Voir Bahar Kimyongür, Syriana. La conquête continue, Investig'Action/Couleur Livres, décembre 2011.

(3) Voir sur le site de l'Alliance « Le rôle de l'OTAN au Kosovo ».

(4) L'Express, 4/8/2011.

source michelcollon.info/Ce-que-j-ai-vu-a-Tripoli-Le-calme.html

 

 

_____________________________________________

Le directeur d’Errai TV va diffuser des enregistrements

secrets envoyés par Kadhafi


Michane Djabouri

Michane Djabouri

 

 

Des bandes audio de chefs d’Etat arabes enregistrés à leur insu par Mouâamar Kadhafi sont détenues par Michane Djabouri. L’ancien député irakien de l’ère de Saddam Hussein refugié en Syrie et, surtout, propriétaire de la chaîne satellitaire Errai est connu pour avoir diffusé les derniers messages de Kadhafi entre son départ de Tripoli et sa mort à Syrte. Il a, ce jeudi, réservé à l’Algérie, à l’émission de la radio chaîne 3 « L’histoire en marche », l’exclusivité de quelques révélations importantes, parmi lesquelles le fait que Kadhafi avait renoncé à toute prudence dans ses dernières communications téléphoniques et que son dernier message était « personnel ».


A la question directe de savoir s’il détenait des enregistrements secrets qui appartenaient au clan Kadhafi, le directeur de la télévision arabe basée à Damas Errai a répondu « oui », ajoutant qu’il les a obtenus par des voies légales. Michane Djabouri a annoncé à Meriem Abdou, la productrice de « L’Histoire en marche » de la chaîne 3 de la Radio algérienne, qu’il allait faire un tri dans les enregistrements dont il dispose et qu’il diffusera « probablement sur la chaîne Echâab, un substitut à Errai », ceux qui ne desservent pas les intérêts arabes.

Ces enregistrements, réalisés par le dictateur libyen déchu à l’insu de ses hôtes, impliquent de nombreux chefs d’Etat étrangers, dont des présidents et des émirs arabes. Michane Djabouri a affirmé, notamment, vouloir éclairer l’opinion sur les pratiques d’un « petit Etat arabe qui se croit grand » ciblant, sans le citer, l’émirat du Qatar. Les enregistrements en question sont, en effet, réputés contenir des déclarations personnelles de l’émir du Qatar lors d’anciennes entrevues avec Mouaâmar Kadhafi qui pourraient nuire à son image. 

Michane Djabouri a raconté à l’antenne de « L’Histoire en Marche » comment il en est arrivé à devenir le diffuseur exclusif des messages du leader libyen en fuite de Tripoli à partir du 22 août 2011. « Je n’avais aucun lien personnel avec la famille des Kadhafi, mais j’ai jugé utile de faire passer leur message à partir du moment où ils combattaient une agression étrangère. » « Une grande partie de son entourage refusait de communiquer avec nous et considérait que le régime était fini une fois quittée Tripoli », a-t-il affirmé, insistant sur l’ampleur des défections dans le camp des Kadhafi au tournant du mois d’août dernier. 


Le dernier appel de Kadhafi était « personnel »


« C’est une fois arrivé à Syrte que le contact a été renoué. Il était quotidien », a déclaré Michane Djabouri. L’opposant irakien a apporté des précisions sur les imprudences commises par l’ancien dictateur libyen dans sa cache de Syrte. « Les premiers temps, les messages étaient enregistrés et envoyés par Internet. Mais une fois Internet coupé, Kadhafi, qui se présentait sous le nom d’« Al Akid » (le colonel), nous contactait directement par téléphone satellitaire Thuraya ». 

Michane Djabouri a affirmé avoir prévenu son interlocuteur du risque qu’il encourait en utilisant un tel moyen de communication. Des sources convergentes ont révélé que le « guide » libyen a été trahi par sa voix (voir édito du supplément TIC de Maghrebemergent.info). Le directeur d’Erraï a révélé, au micro de Meriem Abdou, que le dernier appel de Kadhafi remontait à la veille de son arrestation et son exécution par les rebelles à la sortie de Syrte, le 20 octobre dernier : « Son contenu (…) était personnel. Il m’a demandé de veiller à préserver quelque chose. Un jour peut-être j’en parlerai », a-t-il déclaré. 

La situation de Michanel Djabouri et de sa chaîne de télévision s’est compliquée dans son exil syrien ces dernières semaines avec l’isolement du régime d’Al Assad qu’il a félicité pour son soutien politique à ses projets audiovisuels. 

source maghrebemergent

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Libye : l'après Kadhafi
commenter cet article

Présentation

  • : thala solidaire.over-blog.com
  •  thala solidaire.over-blog.com
  • : ThalaSolidaire est dédié à la ville de Thala, ville phare de la Révolution tunisienne. Thala est une petite agglomération du centre-ouest de la Tunisie. Elle est connue pour son histoire antique, ses sources, ses carrières de marbre, devenues une sorte de tragédie écologique et économique, sa résistance et sa misère. Thala solidaire a pour objectif de rassembler toutes les voix INDIGNÉES pour donner à cette terre ainsi qu'à toutes autres terres un droit à la vie et à la dignité…
  • Contact

Recherche

Vidéos

Catégories