Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 janvier 2013 6 05 /01 /janvier /2013 01:55
Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Arts _Culture (Chansons de la Révolution - contest
commenter cet article
5 janvier 2013 6 05 /01 /janvier /2013 01:01
Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Arts _Culture (Chansons de la Révolution - contest
commenter cet article
4 janvier 2013 5 04 /01 /janvier /2013 00:36

L’imam Houcine Laabidi récidive et fait une razzia sur la Khaldounia 


 

Coutumier des coups de force, l’imam de la pourtant très vénérée Mosquée Ezzitouna, vient de faire une razzia sur l’espace de La Khaldounia, au cœur de la Médina de Tunis, pour s’en emparer des locaux, avec l’aide d’une cinquantaine d’ouailles convertis, pour les besoins de la cause, en hommes de main.

L’espace abrite les locaux et les mobiliers de l’Association tunisiennes d’études internationales et l’Association des anciens d’Ibn Charaf, dont les occupants ont été expulsés manu militari par les assaillants.

Le prédicateur, la conquête des lieux consommée, a ordonné à ses compagnons de changer les serrures de La Khaldounia.

L'avocat Mohsen Hamdi, vice-président de l'association des anciens d'Ibn Charaf a porté plainte contre le cheikh au poste de police d'El Kasbah pour occupation irrégulière des propriétés d'autrui.

Mohsen Hamdi a par ailleurs signalé que Cheikh Hassine Laabidi a agressé verbalement le président de l'association, Fathi Kasmi et a ordonné de le chasser en dehors du siège d'Al Khaldouneya au vu et au su de tous les passants et de tous les commerçants de "Souk El Attarine". africanmanager

 

_________________________________________________________________________________________

 

 

 

__________________________________________________________________________________

 Qui pourra arrêter Houcine Labidi?


http://www.leaders.com.tn/uploads/content/thumbnails_720-540/20130103104644__houcine-laabidi-4.png

 

Le très controversé cheikh de la mosquée de la Zitouna Houcine Labidi fait, encore une fois, parler de lui. Accompagné d’une cinquantaine d’hommes de main, le théologien a jeté mercredi son dévolu sur la Khaldounia, au cœur de la médina de Tunis, la Khaldounia, ancienne Madrassa cédée depuis des années par la municipalité de Tunis à l'Association tunisienne d’Etudes internationales, dont il a délogé les occupants sous la contrainte et l’intimidation. Prestexte invoqué : La Khaldounia avait appartenu un jour, quoique très lointain, au patrimoine de la Zitouna.

 

Le fougueux octogénaire est allé jusqu’à violenter le président de l’association des anciens d’Ibn Charaf, Fethi Guesmi, ordonnant ensuite à ses nervis de le « jeter dehors », ce qu’ils ont fait sous le regard médusé des commerçants et clients du Souk El-Attarine. Sur ce, l’imam autoproclamé de la Zitouna a quitté les lieux comme si rien n’était, non sans avoir fait remplacer les serrures du local qu’il venait de s’approprier de fait. Début août dernier, le théologien-Rambo avait recouru au même mode opératoire pour s’approprier le monument religieux le plus prestigieux au Maghreb, en l’occurrence la vénérable Mosquée de la Zitouna dont il avait fait changer les serrures et gardé les clés.

 

Arrêté dans cette affaire et placé en garde à vue à la suite d’une plainte du ministère de tutelle, mais, deux semaines après, un tribunal l’a relaxé pour… vice de forme.

 

A la mi-juin, le même ministère des Affaires religieuses avait tenté en vain d’appliquer une décision administrative interdisant au président du Comité scientifique de la mosquée de la Zitouna de pratiquer l’imamat ni à la Zitouna ni dans aucune autre mosquée. Pourtant, le motif de la sanction était gravissime : dans son prêche du vendredi juste après la violente attaque salafiste contre une exposition d’art à l’espace d’Al-Abdellia à la Marsa, il avait appelé ni plus ni moins à liquider physiquement les artistes, à ses yeux apostats.

 

Cheikh Houcine Labidi n’en est donc pas à sa première frasque et l’Etat n’a rien pu faire contre lui. La question qui se pose maintenant est de savoir qui pourra l’arrêter...leaders.com


_____________________________________________________________________________________________________

Défense de la culture en Tunisie contre l'islamisation rampante

http://www.kapitalis.com/images/islamisation_de_la_culture29.jpg

En réduisant le budget de la culture et en augmentant celui des affaires religieuse, le gouvernement islamiste essaie de marginaliser les arts et la culture et développer les initiatives mêlant religieux et politique.

 

Tout en punissant ainsi la culture, la «troïka» au pouvoir renforce la mainmise des religieux sur les lieux cultuels et de cultes et oublie que la Tunisie culturelle est la seule carte de visite de la Tunisie.

Dans le budget 2013 présenté pour délibération à l'Assemblée nationale constituante (Anc), la réduction catastrophique du budget du ministère de la Culture à 0,38%, soit 50% en moins et l'augmentation de celui du ministère des Affaires religieuses ( +13% ) traduit des orientations claires: affaiblir encore plus une politique culturelle, déjà à la dérive, pour rendre encore plus précaires la vie des artistes, mais cela signifie aussi que ce ministère a du mal à défendre des orientations en faveur des arts et de la culture et pour la promotion d'une culture ouverte, avec des artistes créatifs qui s'expriment, enfin, librement.

Des salafistes attaquent des artistes devant le théâtre municipal de Tunis, en mars 2012

Des salafistes attaquent des artistes devant le théâtre municipal de Tunis, en mars 2012.

 

La mainmise du cultuel sur le culturel

Au lieu d'être le défenseur des artistes, le gouvernement a, à maintes reprises, montré sa défiance et sa méfiance vis-à-vis de cette vague culturelle post-révolutionnaire, en phase avec la société civile, créative, débrouillarde, peu soutenue mais active. Il a vilipendé les artistes et donné des arguments aux défenseurs du sacré, principaux bénéficiaires, aujourd'hui, d'un arbitrage budgétaire en faveur de ceux qui se sont accaparés du monopole du cultuel/culturel pour formater, à leur manière, la société, les jeunes et l'enfance.

Peut-on parler de révolution en Tunisie sans parler de culture et sans tenir compte de la volonté populaire de décentralisation culturelle? Ou en ignorant l'émergence des expressions culturelles multiples?

Face à l'occupation systématique des espaces cultuels et religieux par les groupes les plus hostiles au travail artistique et à la création, la volonté du gouvernement dominé par le parti islamiste Ennahdha est de mettre la culture au pas. Il s'agit d'une démarche idéologique et politique cohérente, qui veut promouvoir un discours faussement identitaire, combattre les espaces de création, les modes d'expression de la jeunesse, marginaliser les créateurs qui combattent la dérive obscurantiste et le repli identitaire.

Cette politique, subie par le ministre de la Culture, sans réaction, vise de fait, la marginalisation des arts et de la culture et appuie le développement d'initiatives qui mêlent religieux et politique.

Tout ceci donne une autre image de notre pays et favorise la médiocrité, comme nous l'avons vu lors de la Foire du livre de Tunis 2012 (devenu un salon du livre islamique), transformé en espace de vente de la littérature de bas étage et de produits divers de la nébuleuse islamiste («bkhour», «qamis», foulards et charlatanisme en tout genre). C'est donc une autre Tunisie que l'on essaie de promouvoir, certainement pas celle que nous défendons.

Le régime de Ben Ali s'est accaparé de tous les symboles de notre culture millénaire. Il a favorisé la culture du «taqfif» (propagande) et mis au ban les acteurs culturels qui résistaient à cette vague.

Etouffement par l'argent des acteurs culturels

Face à cette attaque en rège du secteur de la culture, l'objectif politique est de toucher ce secteur turbulent dans ses moyens et financements, déjà limités. Il s'agit pour ce gouvernement d'affirmer un type de rapports à la culture, et ce par son arbitrage budgétaire, qui met en œuvre une tentative d'étouffement par l'argent des acteurs culturels et des structures en crise qui offrent encore aux artistes le moyen de créer, de présenter leurs travaux et de produire.

Accepter cet état de fait, et c'est déjà la mort annoncée de la politique culturelle souhaitée après la révolution: décentralisation de la culture, reconnaissance de toutes les formes d'expression, fin du népotisme et de la corruption dans le domaine des arts et de la culture, restructuration du ministère de tutelle par l'arrêt du fonctionnement bureaucratique, défense des artistes et de leurs libertés, développement d'une politique de défense et de protection du patrimoine, éducation artistique dans les établissements scolaires, reconnaissance des droits d'auteur, aide à l'édition nationale et projets de développement de la lecture pour tous, appui aux cinéastes, aux peintres, aux photographes, reconnaissances des arts émergents post-révolutionnaires...

Plus que jamais, nous devons nous mobiliser et mobiliser tous nos ami(e)s et tous les artistes et intellectuels à travers le monde pour alerter sur la politique dégradante faite à la culture, aux acteurs culturels qui ont joué et jouent un rôle important de défense de la culture tunisienne ouverte au monde, à l'intelligence et aux droits fondamentaux de l'homme.

Après les accusations des artistes tunisiens «d'atteinte au sacré», après les multiples agressions qui ont visé des comédiens, des intellectuels et des défenseurs de la culture, les ennemis de la Tunisie culturelle ont fini par manipuler une partie de la population par des appels à la haine des artistes impi(e)s dont certains autorisant clairement l'assassinat des artistes.

Désormais, avec la réduction drastique et scandaleuse du budget du ministère de la Culture, il s'agit de réduire à la portion congrue la création et la production culturelle, de remettre en cause les fondements de l'Etat civil en s'attaquant à la politique culturelle comme un élément du développement humain et comme un vecteur important du rayonnement de la Tunisie dans sa diversité.

La situation est grave et nouvelle pour la Tunisie post-indépendance. Les orientations du gouvernement actuel traduisent aussi sa volonté de confondre cultuel et culturel et de façonner le Tunisien «nouveau», replié sur lui-même, refusant les autres peuples, les civilisations et les cultures humaines, drapé de plus en plus d'un discours identitaire qui honnit les artistes, la modernité, promeut l'uniformisation de nos goûts, de nos cultures culinaires et vestimentaires.

Tout en punissant ainsi la culture, la «troïka» au pouvoir renforce la mainmise des religieux sur les lieux cultuels et de cultes et oublie que la Tunisie culturelle est la seule carte de visite de la Tunisie.

Devant la gravité de la situation du ministère de la Culture, et face à des annonces de réductions budgétaires intolérables pour un pays qui rayonne à travers sa culture et ses créateurs, nous réclamons au moins 1% du budget pour la culture et l'arrêt de la confusion entretenue entre cultuel et culturel.

La Tunisie post révolutionnaire est culturelle avant tout. Le ministre de la Culture se doit de relever ce défi. Notre pays à travers son histoire, son patrimoine, ses cultures diverses et régionales, son appartenance au monde arabe et méditerranéen, a besoin d'une image de pays ouvert, accueillant et créatif.

Non au repli identitaire! Non aux menaces qui pèsent sur la culture!

La culture relève du ministère de la Culture et non de celui des Affaires religieuses, c'est le seul moyen pour défendre l'Etat civil et la culture pour tous et chacun.

Par Hédi Chenchabi, Président de l'association culturelle Aidda (France) kapitalis

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Arts _Culture (Chansons de la Révolution - contest
commenter cet article
29 décembre 2012 6 29 /12 /décembre /2012 01:03

 

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Arts _Culture (Chansons de la Révolution - contest
commenter cet article
28 décembre 2012 5 28 /12 /décembre /2012 20:26
 
Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Arts _Culture (Chansons de la Révolution - contest
commenter cet article
4 novembre 2012 7 04 /11 /novembre /2012 02:58

Retour d’Esshab El Kelma 


Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Arts _Culture (Chansons de la Révolution - contest
commenter cet article
3 novembre 2012 6 03 /11 /novembre /2012 18:46

El Karoussa


Une femme du peuple raconte à son psychanalyste et nous raconte son désenchantement post révolutionnaire. Elle rend compte et elle se joue de la déflagration subite par sa famille autant que par son peuple. Elle en rit pour survivre et nous en fait rire… pour vivre. 


Actrice : Sameh Dachraoui   

Auteurs : Sameh Dachraoui et Fethi Akrai 

Metteur en scène : Fethi Akari 

Assistante metteur en scène : Meriam Jlassi 

Maquillage : Hend Boujemaa 

Costume : Emna Barhoumi 

Bande Son : Slim Askri 

Vidéo : Med Amine Ziadi 

Photos : Tarek Slama 

Technicien Son et projection : Youssef Bouajaja 

Régie Général : Hedi Boumaiza 

Assistante de production : Meriam Jaouadi 

Directrice de production : Nouha Douss 

Co-producteurs : Aymen Jaouadi et Faiza Karoui 

Production: Not Found Prod – SKF 2012
_______________________________________________
Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Arts _Culture (Chansons de la Révolution - contest
commenter cet article
28 octobre 2012 7 28 /10 /octobre /2012 16:12

Les rumeurs sur la toile sont innombrables. Elles peuvent, parfois, être vraies. Mais même quand elles sont fausses, elles résistent souvent à tous les démentis et à tous les arguments rationnels. Parmi ces contre-vérités, le fait que Victor Hugo se serait converti à l’islam. Mais, au-delà de ces oui-dire, de ces ragots, il n’est pas sans intérêt de relire le poème que Hugo, dans le cadre de La légende des Siècles, publie sur la mort du prophète de l’islam en 1858 et qui s’intitule « L’an 9 de l’hégire ». Il y donne de Mahomet, comme il le nomme, une image bien différente de celle que l’on peut lire aujourd’hui dans le monde européen. blog.mondediplo

________________________________________

________________________________________________________

_____________________________________________________________________________

L’an 9 de l’hégire

Comme s’il pressentait que son heure était proche
Grave, il ne faisait plus à personne un reproche,
Il marchait en rendant aux passants leur salut ;
On le voyait vieillir chaque jour, quoiqu’il eût
A peine vingt poils blancs à sa barbe encore noire ;
Il s’arrêtait parfois pour voir les chameaux boire,
Se souvenant du temps qu’il était chamelier.
 
Il songeait longuement devant le saint pilier ;
par moments il faisait mettre une femme nue
Et la regardait, puis contemplait la nue,
Et disait : « La beauté sur la terre, au ciel le jour ».
 
Il semblait avoir vu l’éden, l’âge d’amour,
Les temps antérieurs, l’ère immémoriale.
Il avait le front haut, la joue impériale,
Le sourcil chauve, l’œil profond et diligent,
Le cou pareil au col d’une amphore d’argent,
L’air d’un Noé qui sait le secret du déluge.
Si des hommes venaient le consulter, ce juge
Laissait l’un affirmer, l’autre rire et nier,
Ecoutait en silence et parlait le dernier.
Sa bouche était toujours en train d’une prière ;
Il mangeait peu, serrant sur son ventre une pierre ;
Il s’occupait de lui-même à traire ses brebis ;
Il s’asseyait à terre et cousait ses habits.
 
Il jeûnait plus longtemps qu’autrui les jours de jeûne,
Quoiqu’il perdît sa force et qu’il ne fût plus jeune.
 
« A soixante-trois ans une fièvre le prit.
Il relut le Coran de sa main même écrit,
Puis il remit au fils de Séid la bannière,
En lui disant : « Je touche à mon aube dernière.
Il n’est pas d’autre Dieu que Dieu. Combats pour lui. »
Et son œil, voilé d’ombre, avait ce morne ennui
D’un vieux aigle forcé d’abandonner son aire.
Il vint à la mosquée à son heure ordinaire,
Appuyé sur Ali le peuple le suivant ;
Et l’étendard sacré se déployait au vent.
Là, pâle, il s’écria, se tournant vers la foule ;
« Peuple, le jour s’éteint, l’homme passe et s’écroule ;
La poussière et la nuit, c’est nous. Dieu seul est grand.
Peuple je suis l’aveugle et suis l’ignorant.
Sans Dieu je serais vil plus que la bête immonde. »
Un sheick lui dit : « Ô chef des vrais croyants ! Le monde,
Sitôt qu’il t’entendit, en ta parole crut ;
Le jour où tu naquit une étoile apparut,
Et trois tours du palais de Chosroès tombèrent. »
Lui, reprit : « Sur ma mort, les Anges délibèrent ;
L’heure arrive. Ecoutez. Si j’ai de l’un de vous
Mal parlé, qu’il se lève, ô peuple, et devant tous
Qu’il m’insulte et m’outrage avant que je m’échappe,
Si j’ai frappé quelqu’un, que celui-là me frappe. »
Et, tranquille, il tendit aux passants son bâton.
Une vieille, tondant la laine d’un mouton,
Assise sur un seuil, lui cria : « Dieu t’assiste ! »
 
« Il semblait regarder quelque vision triste,
Et songeait ; tout à coup, pensif, il dit : « Voilà,
Vous tous, je suis un mot dans la bouche d’Allah ;
Je suis cendre comme homme et feu comme prophète.
J’ai complété d’Issa la lumière imparfaite.
Je suis la force, enfants ; Jésus fut la douceur.
Le soleil a toujours l’aube pour précurseur.
Jésus m’a précédé, mais il n’est pas la Cause.
Il est né d’une Vierge aspirant une rose.
Moi, comme être vivant, retenez bien ceci,
Je ne suis qu’un limon par les vices noirci,
J’ai de tous les péchés subi l’approche étrange,
Ma chair a plus d’affront qu’un chemin n’a de fange,
Et mon corps par le mal est tout déshonoré ;
Ô vous tous, je serais bien vite dévoré
Si dans l’obscurité du cercueil solitaire
Chaque faute engendre un ver de terre.
Fils, le damné renaît au fond du froid caveau
Pour être par les vers dévoré de nouveau ;
Toujours sa chair revit, jusqu’à ce que la peine,
Finie ouvre à son vol l’immensité sereine.
Fils, je suis le champ vil des sublimes combats,
Tantôt l’homme d’en haut, tantôt l’homme d’en bas,
Et le mal dans ma bouche avec le bien alterne
Comme dans le désert le sable et la citerne ;
Ce qui n’empêche pas que je n’aie, ô croyants !
Tenu tête dans l’ombre aux Anges effrayants
Qui voudraient replonger l’homme dans les ténèbres,
J’ai parfois dans mes poings tordu leurs bras funèbres ;
Souvent, comme Jacob, j’ai la nuit, pas à pas,
Lutté contre quelqu’un que je ne voyais pas ;
Mais les hommes surtout on fait saigner ma vie,
Ils ont jeté sur moi leur haine et leur envie,
Et, comme je sentais en moi la vérité,
Je les ai combattus, mais sans être irrité,
Et, pendant le combat je criais : “laissez faire !
Je suis le seul, nu, sanglant, blessé ; je le préfère.
Qu’ils frappent sur moi tous ! Que tout leur soit permis !
Quand même, se ruant sur moi, mes ennemis
Auraient, pour m’attaquer dans cette voie étroite,
Le soleil à leur gauche et la lune à leur droite,
Ils ne me feraient point reculer !” C’est ainsi
Qu’après avoir lutté quarante ans, me voici
Arrivé sur le bord de la tombe profonde,
Et j’ai devant moi Allah, derrière moi le monde.
Quant à vous qui m’avez dans l’épreuve suivi,
Comme les grecs Hermès et les hébreux Lévi,
Vous avez bien souffert, mais vous verrez l’aurore.
Après la froide nuit, vous verrez l’aube éclore ;
Peuple, n’en doutez pas ; celui qui prodigua
Les lions aux ravins du Jebbel-Kronnega,
Les perles à la mer et les astres à l’ombre,
Peut bien donner un peu de joie à l’homme sombre . »
 
Il ajouta : « Croyez, veillez ; courbez le front.
Ceux qui ne sont ni bons ni mauvais resteront
Sur le mur qui sépare Eden d’avec l’abîme,
Etant trop noirs pour Dieu, mais trop blancs pour le crime ;
Presque personne n’est assez pur de péchés
Pour ne pas mériter un châtiment ; tâchez,
En priant, que vos corps touchent partout la terre ;
L’enfer ne brûlera dans son fatal mystère
Que ce qui n’aura point touché la cendre, et Dieu
A qui baise la terre obscure, ouvre un ciel bleu ;
Soyez hospitaliers ; soyez saints ; soyez justes ;
Là-haut sont les fruits purs dans les arbres augustes,
Les chevaux sellés d’or, et, pour fuir aux sept dieux,
Les chars vivants ayant des foudres pour essieux ;
Chaque houri, sereine, incorruptible, heureuse,
Habite un pavillon fait d’une perle creuse ;
Le gehennam attend les réprouvés ; malheur !
Ils auront des souliers de feu dont la chaleur
Fera bouillir leur tête ainsi qu’une chaudière.
La face des élus sera charmante et fière. »
 
Il s’arrêta donnant audience à l’espoir.
Puis poursuivant sa marche à pas lents, il reprit :
« Ô vivants ! Je répète à tous que voici l’heure
Où je vais me cacher dans une autre demeure ;
Donc, hâtez-vous. Il faut, le moment est venu,
Que je sois dénoncé par ceux qui m’ont connu,
Et que, si j’ai des torts, on me crache au visage. »
La foule s’écartait muette à son passage.
Il se lava la barbe au puits d’Aboufléia.
 
Un homme réclama trois drachmes, qu’il paya,
Disant : « Mieux vaut payer ici que dans la tombe. »
L’œil du peuple était doux comme un œil de colombe
En le regardant cet homme auguste, son appui ;
Tous pleuraient ; quand, plus tard, il fut rentré chez lui,
Beaucoup restèrent là sans fermer la paupière,
Et passèrent la nuit couchés sur une pierre.
 
Le lendemain matin, voyant l’aube arriver ;
« Aboubékre, dit-il, je ne puis me lever,
Tu vas prendre le Livre et faire la prière. »
Et sa femme Aïscha se tenait en arrière ;
Il écoutait pendant qu’Aboubékre lisait,
Et souvent à voix basse achevait le verset ;
Et l’on pleurait pendant qu’il priait de la sorte.
Et l’Ange de la mort vers le soir à la porte
Apparut, demandant qu’on lui permît d’entrer.
« Qu’il entre. »

On vit alors son regard s’éclairer
De la même clarté qu’au jour de sa naissance ;
Et l’Ange lui dit : « Dieu désire ta présence.
— Bien », dit-il. Un frisson sur les tempes courut,
Un souffle ouvrit sa lèvre, et Mahomet mourut.  Victor Hugo
__________________________________________________
Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Arts _Culture (Chansons de la Révolution - contest
commenter cet article
27 octobre 2012 6 27 /10 /octobre /2012 02:27
Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Arts _Culture (Chansons de la Révolution - contest
commenter cet article
13 octobre 2012 6 13 /10 /octobre /2012 20:09

 

__________________________

Entretien avec Dali 

Repost 0
Published by thala solidaire.over-blog.com - dans Arts _Culture (Chansons de la Révolution - contest
commenter cet article

Présentation

  • : thala solidaire.over-blog.com
  •  thala solidaire.over-blog.com
  • : ThalaSolidaire est dédié à la ville de Thala, ville phare de la Révolution tunisienne. Thala est une petite agglomération du centre-ouest de la Tunisie. Elle est connue pour son histoire antique, ses sources, ses carrières de marbre, devenues une sorte de tragédie écologique et économique, sa résistance et sa misère. Thala solidaire a pour objectif de rassembler toutes les voix INDIGNÉES pour donner à cette terre ainsi qu'à toutes autres terres un droit à la vie et à la dignité…
  • Contact

Recherche

Vidéos

Catégories